AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
avatars mangas ☆ rp libre ☆ mini-events réguliers ☆ combats au rendez-vous ☆ venez participer ! on est gentils (⦿ ‿ ⦿)
Le PDG de la X-TREM Factory entretiendrait une relation des plus intenses avec sa vice-présidente. On espère que ce n’est pas cette affaire qui a distrait l’ancien Phoenix de son travail et qui a entraîné un manque de sécurité lors de la dernière conférence de presse de l’entreprise où à eu lieu une explosion causant la mort d’un de ses haut-gradés...
Le mystérieux « Mist » dont l’apparition soudaine a récemment secoué la ville serait en fait une association de trolls désoeuvrés voulant profiter de la panique des récents attentats pour gagner plus de popularité sur les réseaux sociaux.
Il paraîtrait que le fondateur de la ville Edward Astrophel aurait été le descendant direct de Diogène, le philosophe grec qui vivait dans un tonneau. Incroyable !
les rumeurs



Partagez | 
Il y avait la souffrance, mais des vies malgré tout (PV Meera)
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
élève à l'Académie
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t208-le-sourire-du-demon-sur-les-levres-tu-avanceras-finishttp://astrophelcity.forumactif.org/t254-au-fond-il-y-aura-toujours-des-gens-pour-t-approcher-rs-iekazuhttp://astrophelcity.forumactif.org/t105-rp-with-me
Date d'inscription : 24/02/2016
Messages : 56
Dollars : 31
Crédits : Moi pour l'avatar et Jude pour la signa! ♥
élève à l'Académie
MessageSujet: Il y avait la souffrance, mais des vies malgré tout (PV Meera)   Mer 17 Aoû - 22:12

HRP (car la chronologie est chelou OwO):
 


IL Y AVAIT LA SOUFFRANCE, MAIS DES VIES MALGRÉ TOUT

Feat Meera J. Taylor



Tu as perdu Jude.
Dis, tu fais comment pour être aussi doué dans ta vie des fois ? C’est la grande question du moment, alors que tu es là comme un con, le cherchant du regard partout. Non, il n’est pas là… Faut vraiment tu expliques comment tu as fait, pour ne pas remarquer qu’il n’allait pas dans la même direction que toi. Non non attend, faut plus expliquer comme lui a fait pour ne pas remarquer qu’il n’allait pas dans la même direction que toi. Car tant qu’à faire, tu préfères lui rejeter la faute hein ? Tu soupires, agacé… Ba, c’est lui qui t’a choisi en ami après, tu es tellement peu doué pour ce genre de chose que même dans tes pensées tu ne sais pas comment réagir. Même si ça te fais plaisir dans le fond, mais tu es juste un imbécile pas doué du tout.

Du coup tu ne bouges pas de la rue dans laquelle tu es, alors que l’idée de l’appeler arrive dans ton esprit, désespéré en vrai. Tu le déverrouilles, pour ensuite remarquer que… Genre, il te reste peu de batterie. Ah oui c’est vrai, tu ne l’as pas chargé cette nuit car d’habitude tu t’en fiches royalement qu’il soit déchargé avant que tu sois rentré, tellement tu l’utilise peu. Bon, faut juste prier pour qu’il tienne le temps que tu appelles Jude, hein. Alors tu te dépêche d’aller dans tes contacts, pour remarquer que celui que tu cherches est tout en haut de la liste.

Oui, ta liste de contact sur ton portable comme par J
…. Ta vie est un peu triste, en vrai.

Au moins c’est pratique, tu n’as pas à perdre de temps ! Voyant ce bon côté-là des choses, tu appelles. Bien que tu ne colles pas de suite l’objet sur tes oreilles, attendant que ça commence à sonner. Sauf que non, ton portable te troll totalement en s’éteignant d’un coup, devant toi qui fait de gros yeux.

-…. Non…. ? PUTAIN MAIS NON C’EST PAS LE MOMENT !

Tu as presque l’envie d’éclater ton portable au sol, mais tu te rappelles que cela n’est pas donné. Mais c’est beau, le portable d’un troll qui troll son propriétaire, qui la est juste encore plus perdu et agacé de la situation. Tu essayes de te calmer, regardant les alentours. Dire que tu es au district d’Hiawatha, et que tu n’aimes juste pas être là. Trop de mauvais souvenirs dira on, avec Junko… Et Romeo. Tu te sens mordre ta lèvre en y pensant encore. Dire que tu as cherché à savoir ce qui s’est passé depuis, mais tu n’as rien obtenu comme information. Tu secoues la tête, essayant de retourner à ton objectif premier.

Alors tu vois un bar, non loin de toi, du coup tu hésites à y entrer pour voir si tu pourrais y trouver quelqu’un en mesure de t’aider. Parce qu’en vrai, il te faudrait juste quelqu’un d’assez sympa pour te preter son portable le temps de contacter Jude. Tu n’as pas besoin du tient allumé pour le faire, tu connais son numéro assez bien en fait. Déjà car il est l’un des seuls numéros dont tu te sers, et parce que tu as toujours eu une bonne mémoire des chiffres.

Tu approches, regarde le nom du bar puis ensuite celui de ta rue que tu essayes de mémoriser pendant que tu franchis la porte de l’établissement. Au début, tu restes planté non loin de la porte en regardant les gens qui s’y trouvaient, espérant qu’il y ait quelqu’un qui ne parait pas trop entourés. Tu te vois juste mal d’aborder tout un groupe pour ton problème, même si les embêter en pleine conversation ne t’aurait pas dérangé vraiment. C’est en regardant en direction du comptoir que tu remarques celle qui paraissait seule.

Tu hésites un peu, la regardant bêtement, parce que tu n’es pas doué pour aborder les gens et encore moins pour demander un service en vrai. Puis va savoir pourquoi, tu as pensé une chose qui t’a surpris toi-même en la voyant, comme quoi elle est plutôt mignonne. Ouah, tu te mettrais à t’intéresser enfin aux filles ? Non, ce n’est juste pas le moment pour ça là. Faut juste dire que ce n’est pas faux non plus, mais tu préfères garder bien ça pour toi pendant que tu l’approches, doucement.

- Hum, excuse… z moi ?

Hésitation à la vouvoyer sur le coup, parce qu’elle ne parait pas si vieille que ça mais il te faut bien être poli, pour une fois. Tu attends qu’elle tourne le visage vers toi, et tu baisse un peu le regard pour la regarder droit dans les yeux, sans vraiment de gêne. Ou presque pas. En tout cas, tu lâche un petit sourire plus aimable qu’à l’habitude.

- J’aurais besoin d’utiliser un portable, je dois retrouver un ami et…. Ba j’ai plus de batterie haha…

Ta situation tellement conne te fais lâcher un rire nerveux, te grattant le derrière du crane tellement que tu te sens bête de devoir expliquer ça à une parfaite inconnue.

- Est-ce que je pourrais vous emprunter le vôtre un instant, s’il vous plait ?

Tu n’aimes vraiment pas demander un service à quelqu’un que tu ne connais pas, mais tu n’as tellement pas le choix pour cette fois. Alors, tu es stupidement mal à l’aise, et c’est presque drôle à ce niveau-là.

(c) by me




Une rose de Romeo! Merci merci ♥
super-banana
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t283-quiet-is-violent-meerahttp://astrophelcity.forumactif.org/t290-we-re-broken-people-meerahttp://astrophelcity.forumactif.org/t611-topic-rps-et-chronologies-meera-co#5976
Date d'inscription : 27/01/2016
Messages : 232
Dollars : 126
Crédits : Babylone (avatar) & Jude (signa) ♥
Localisation : Hiawatha District
super-banana
MessageSujet: Re: Il y avait la souffrance, mais des vies malgré tout (PV Meera)   Mer 17 Aoû - 23:48

WHERE IT HURTS THERE IS LIFE
Just spend an evening with me, just a lazy evening, then you could be leaving, or we could stay and talk until three ✘ IEKAZU
21h. Il commençait à faire chaud à l’intérieur du bar, et Meera n’aurait su dire si c’était dû au Mojito qu’elle venait de vider de moitié, à la foule qui s’accumulait de plus en plus près de la petite estrade –scène improvisée– ou si c’était tout simplement les effets de l’adrénaline et de l’excitation.
Dans quelques minutes, les Fallen Devils allaient se représenter et les quelques fans qu’ils avaient déjà n’avaient pas manqué de faire passer le mot –même bar, même heure, bon moment garanti– si bien que la pièce était remplie à craquer.
La jeune fille s’était installée au comptoir, le temps de se concentrer un peu, de se rafraîchir aussi, et –elle devait l’avouer– d’ingérer suffisamment d’alcool pour ne plus ressentir les effets du trac, sans risquer de perdre ses moyens devant sa basse, évidemment.

▬ Alors, prête ? Fit le barman avec un sourire bienveillant, quoiqu’un peu railleur.

▬ J’te dis ça quand j’aurais fini mon verre ok ? Répondit-elle sur le même ton dans un ricanement.

C’était étonnamment apaisant d’échanger des banalités avec ce barman là. Il avait le don de décrisper ses épaules et la faire souffler juste ce qu’il fallait avant chaque représentation. C’est pourquoi elle avait pris l’habitude de prendre un verre avant chaque représentation pour discuter quelque peu avec lui avant d’être fin prête pour le concert, raison pour laquelle elle se retrouvait seule devant son Mojito, avec tout de même le barman pour lui tenir un semblant de compagnie –ici on lui foutait relativement la paix avec ces conneries d’âge légal, d’autant plus qu’on savait qu’elle ne risquait pas de boire jusqu’à se taper la cuite du siècle.
Elle échangea encore quelques civilités avec le barman en pianotant machinalement du bout des ongles sur la surface laquée du comptoir, sur un rythme emprunté à la dernière chanson qu’ils allaient interpréter, quand une voix masculine et inconnue résonna derrière elle. D’abord prête à soupirer en roulant des yeux –parce que ce n’était pas la première fois de la soirée qu’on tentait de l’aborder– elle s’arrêta dans son geste quand elle réalisa qu’on la vouvoyait, et fronça légèrement les sourcils, intriguée, alors qu’elle se tournait sur son siège pour apercevoir le visage de son interlocuteur.
Un ado, probablement un peu moins vieux qu’elle, et qui n’avait catégoriquement pas la même allure que ces autres garçons qui venaient l’aborder, avec des mimiques dégoulinantes de confiance en soi et d’intérêt lubrique. Lui, il était là, l’air plutôt embarrassé, pas forcément ravi d’être là, mais osant un sourire poli malgré tout ; cela suffit à Meera pour qu’elle se détende presque aussitôt et lui rendre son sourire.

▬ Oui ?

▬ J’aurais besoin d’utiliser un portable, je dois retrouver un ami et…Bah j’ai plus de batterie, haha…

Un sourire ironique mais loin d’être méchant étira le coin de ses lèvres, et elle souffla un petit ricanement.

▬ Emmerdant en effet.

▬ Est-ce que je pourrais emprunter le votre un instant s’il vous plaît ?

▬ Ouais pas de soucis –elle se pencha pour attraper son portable, déverrouilla l’écran tactile et appuya du bout du pouce sur la touche « clavier » avant de le lui tendre– et voilà ! Essaye de pas trop me niquer mon crédit par contre s’il te plaît, sinon j’vais être charrette jusqu’à la fin du mois.

Elle se réinstalla sur son siège, coude droit posé sur le comptoir pour mieux pouvoir lui faire face –même si elle en doutait, on ne savait jamais ; elle ne le connaissais pas alors il valait mieux qu’elle le surveille dès fois qu’il ai l’idée de s’enfuir avec son bien entre les mains dès qu’elle ait le dos tourné– et porta une nouvelle fois sa paille à sa bouche pour boire les dernières gorgées de son cocktail.

▬ Au fait tu peux me tutoyer hein, j’pense pas que l’écart d’âge soit si grand entre nous haha, fit-elle en reposant son verre, sinon tu ferais vachement vieux pour un gamin.

Nouveau sourire poli, toujours teinté de cette douce ironie qu’elle maniait à la perfection et qui faisait ressortir ses fossettes de gosse quand elle l’esquissait.







♥♥♥:
 
Bans & Stuff:
 
élève à l'Académie
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t208-le-sourire-du-demon-sur-les-levres-tu-avanceras-finishttp://astrophelcity.forumactif.org/t254-au-fond-il-y-aura-toujours-des-gens-pour-t-approcher-rs-iekazuhttp://astrophelcity.forumactif.org/t105-rp-with-me
Date d'inscription : 24/02/2016
Messages : 56
Dollars : 31
Crédits : Moi pour l'avatar et Jude pour la signa! ♥
élève à l'Académie
MessageSujet: Re: Il y avait la souffrance, mais des vies malgré tout (PV Meera)   Jeu 18 Aoû - 18:34


IL Y AVAIT LA SOUFFRANCE, MAIS DES VIES MALGRÉ TOUT

Feat Meera J. Taylor



Tu as l’air con. Enfin pour toi, tu l’es en tout cas. Tu ne sais même pas pourquoi tu es aussi mal à l’aise, en vrai. Parce que tu es en train de demander de l’aide ? Parce que tu es face à une parfaite inconnue…. Parce qu’en vrai elle est mignonne et que concrètement ça doit être une de seules fois que tu as pensé ça d’une fille ? Ba, Sacha aussi elle est mignonne sur les photos et sur les posters, ça te rend pas aussi gêné quand c’est elle…….. Ah oui, c’est parce que c’est ta sœur. Ce qui en soit, est logiquement normal que tu ne rougit pas en la voyant. Et ça serait plutôt l’inverse, qui serait malsain.

Bon, en attendant Sacha n’est pas là et ce n’est pas le moment de penser à elle, quoi que il y a pas de moment pour toi pour ça, mais en vrai tu réalises que c’est les trois options ensemble qui font que tu es aussi nerveux actuellement. Parce que tu dois demander un service, à une parfaite inconnue qui est carrément mignonne. Hahaha... Quelle superbe idée que tu as eu de lui avoir parlé, non tu te sens vraiment con. Puis tu en as pas l’air habituellement, mais tu es timide en plus d’être quasiment insociable, ce n’est tellement pas un truc qui aide ça.

Au moins c’est déjà bien, elle ne t’ignore pas du tout. Quoi que, tu aurais peut-être préféré sur le coup ? Non, ça ne t’aurais pas aidé pour retrouver Jude, même si il aurait juste fallut voir la personne suivante pour ça mais bon. En fait, t'es plus rassuré par le fait qu’elle se permet un sourire légèrement moqueur, suivi d’un faiblement ricanement montrant que la bleue en face de toi, d’ailleurs tu réalises que maintenant la couleur de cheveux assez étrange faut bien l’avouer, à l’air de savoir s’amuser des situations à la con comme celle-là sans paniquer bêtement. Ce qui en gros s’appelle avoir un peu d’insouciance, si on veut… Et en soi, tu trouves ça pas mal. Ouais, ça fait un premier point positif pour toi, en vrai.

- Emmerdant en effet.

Résumé parfait de ta situation. Bien que perdre Jude d’un coup te semble moins préoccupant, mais faut quand même le retrouver. Alors tu lui demandes si tu peux utiliser son portable, essayant d’être moins gêné et de pouvoir être capable de sourire plus calmement. Non, toujours pas, bien que ton rire nerveux a disparu pendant que tu lui demande, tu es toujours en train de te gratter le derrière du crâne.

- Ouais pas de soucis

Ouf, il t’aurait manqué qu’elle refuse tient. Non ça va, elle est plutôt sympa et toi ça te soulage, faisant tomber enfin ton bras en t’approchant un peu plus, un sourire moins timide et plus ravi sur le visage pendant que tu la regardes prendre son téléphone pour ensuite te permettre de téléphoner. Tu es bien tombé, en fait.

- Et voilà ! Essaye de pas trop me niquer mon crédit par contre s’il te plaît, sinon j’vais être charrette jusqu’à la fin du mois.

- Cool, merci ! Promis j’en aurais pour deux minutes à peine… Ouais je suis sympa, je vais pas tout bouffer !…. Bien que ça ferais trop un souvenir de moi avec ma méchanceté à tout utiliser! Comment marquer les esprits comme ça n’empêche!.......... Enfin non, je le ferais pas.

Et voilà, le naturel revient bien trop vite d’un coup, et à part l’envie soudaine et très rare que tu as de te frapper la tête contre le mur à cause de ta connerie, tu es juste en train de te dire que ça serait pas plus mal, même juste parfait, si tu avais le pouvoir de changer tes propos. Ouais, ça serait pas mal des fois. Bon en attendant tu as le portable entre les mains, ça y est, donc tu commences à te concentrer dessus pour pouvoir composer le numéro que oui, tu connais vraiment par cœur en fait.

- Au fait tu peux me tutoyer hein, j’pense pas que l’écart d’âge soit si grand entre nous haha. Sinon tu ferais vachement vieux pour un gamin.

Tu la regardes de nouveau, le numéro à moitié composé. Elle a un sourire, toujours, que tu lui rends bien moins maladroitement que celui d’avant, maintenant que tu te sens vraiment mieux. C’était juste une question de quelques paroles avant que tu te sentes à l’aise avec quelqu’un, en fait. Du coup, tu te décides à ne pas rester planté debout, et tu prends place sur le tabouret à côté d’elle étant donné qu’il est libre. Faut dire que c’est plus confortable d’être assis, quand même.

– Ah ba si je peux alors, ça me va. Vu que de toute façon, je doute que toi à l’inverse tu sois une vieille qui se fait passer pour plus jeune que son âge.

Tu ris un peu amusé, avant de finir par composer le numéro de Jude pour l’appeler. Tu attends patiemment en écoutant les tonalités, et tu entends sa voix. Heureusement, c’est plus rassurant pour toi que si tu étais tombé sur son répondeur en plus de ça. Du coup tu précises que c’est bien toi, te contente de donner l’adresse du bar sans parler plus que ça, et tu raccroches après être sûr qu’il va venir. Tu aurais peut-être du t’excuser aussi, non ? Au moins un peu… Zut, tu le feras peut être quand il sera là. Peut-être, oui... Au moins tu as pu l’appeler, du coup tu rends le téléphone à sa propriétaire.

- Encore merci, quand même ! Juste par curiosité, je peux savoir ton prénom ? Le mien c’est Iekazu.

Ouais, il y avait plus là de la curiosité que de la politesse à l’égard de la bleue. Ceci dit, maintenant que tu attends que Jude arrive tu ne décolle pas de son tabouret, et tu prends même la peine de commander un diabolo menthe le temps de faire patienter, enfin surtout la soif qui te viens quand même. Tu payes sans attendre avec la monnaie que tu as par chance, vu que tu ne penses pas prendre autre chose de toute façon. Puis quelques secondes après, tu as le verre devant toi que tu saisis.

- … Je peux rester ici en fait? Je sais pas, tu attends peut être quelqu’un en vrai, sauf si tu es toute seule. Si c’est le cas ba je squatte!

Sans gêne, ni même sans savoir si elle voulait bien que tu restes. Ba quoi, tu ne vas pas te décaler ? Si elle te le demande, peut être que si… Ceci dit, tu as l’envie de discuter un peu avec elle maintenant. Même si la regarder te laisse pas insensible, mais on va rien dire la dessus.

(c) by me




Une rose de Romeo! Merci merci ♥
super-banana
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t283-quiet-is-violent-meerahttp://astrophelcity.forumactif.org/t290-we-re-broken-people-meerahttp://astrophelcity.forumactif.org/t611-topic-rps-et-chronologies-meera-co#5976
Date d'inscription : 27/01/2016
Messages : 232
Dollars : 126
Crédits : Babylone (avatar) & Jude (signa) ♥
Localisation : Hiawatha District
super-banana
MessageSujet: Re: Il y avait la souffrance, mais des vies malgré tout (PV Meera)   Ven 19 Aoû - 1:56

WHERE IT HURTS THERE IS LIFE
Just spend an evening with me, just a lazy evening, then you could be leaving, or we could stay and talk until three ✘ IEKAZU
Il était marrant ce garçon avec ses airs embarrassés et ses mimiques presque timides. Elle avait pas l’habitude de ça Meera, loin de là. Depuis toute petite, elle n’avait fréquenté que des mecs avec des gueules toujours plus grandes qu’eux –pour le meilleur comme pour le pire, car il fallait l’avouer, elle avait beau adorer Saul, il n’avait jamais été du genre discret, loin de là. C’était stupide comme façon de penser, mais c’était celle du quartier : un mec, ça porte ses couilles, et ça hésite pas à le faire savoir. Alors ça la faisait doucement ricaner de voir ce garçon hésiter à lui demander un service aussi anodin que de lui prêter son portable le temps d’appeler un ami perdu. Mais ce n’était pas de la moquerie pour autant ; juste de l’amusement innocent, dû à quelque chose qui, pour elle, était inhabituel.
Après tout quand bien même elle fréquentait plus ou moins les beaux quartiers de Nahuel, elle ne connaissait pas grand chose au monde, mis à part les rues sales d’Hiawatha.

▬ Cool, merci ! S’exclama-t-il en s’emparant du cellulaire qu’elle lui tendait. Promis j’en aurais pour deux minutes à peine… Ouais je suis sympa, je vais pas tout bouffer !…. Bien que ça ferait trop un souvenir de moi avec ma méchanceté à tout utiliser ! Comment marquer les esprits comme ça n’empêche!.......... Enfin non, je le ferais pas.

Meera haussa un sourcil, d’abord un peu confuse, avant de laisser s’échapper un petit rire léger qui se fondit dans le brouhaha ambiant. Décidément, il est chelou, mais c’est marrant.

▬ Ouais, j’te serais quand même reconnaissante de pas le faire haha. ‘Pis bon j’suis certaine que t’as d’autres moyens pour marquer les esprits qu’en extorquant le crédit des autres ! –en soit, sans même y faire attention, il avait marqué son esprit à elle après tout.

Elle réalisa que son verre était enfin vide quand le bruit de succion émit par la paille se fit plus audible ; elle reposa donc son verre sur le comptoir, non sans avoir attrapé entre deux doigts l’un des quartiers de citron vert qui flottait dans le contenu un peu plus tôt –Meera était de ces gens que la nourriture acide ou épicée ne dérangeait pas le moins du monde, et elle avait pour habitude de croquer dans la pulpe acidulée des fruits qui ornaient ses boissons préférées, quitte à s’en mordre les doigts après quand l’acidité rendait ses dents sensibles au moindre changement de température.
Son éternelle esquisse de sourire au coin des lèvres, elle l’observa machinalement s’installer sur le siège libre à ses côtés, et elle remarqua que peu à peu, il semblait s’affirmer de plus en plus –comme si seul le fait de devoir aller vers les autres le gênait, mais qu’une fois ceci de fait il se détendait ; et dieu qu’elle pouvait le comprendre, elle qui avait passé une bonne partie de son enfance à crever d’envie d’aller voir les autres enfants de l’orphelinat sans jamais oser par peur du rejet, une peur parfois bien fondée, mais pas systématiquement.
Elle ricana de nouveau à sa remarque, et joua nonchalamment avec la perle blanche du chocker qui ornait régulièrement son cou le temps que l’adolescent ne passe son coup de fil si urgent –elle sourcilla d’ailleurs légèrement quand il lui rendit le portable après quelques secondes à peine de communication ; elle lui avait demandé de ne pas trop s’éterniser, mais pas non plus d’être si expéditif, il fallait juste espérer que la personne à l’autre bout du fil ne soit pas du genre à se vexer facilement.

▬ Encore merci, quand même ! Juste par curiosité, je peux savoir ton prénom ? Le mien c’est Iekazu.

▬ De rien ! Iekazu ? C’pas commun comme prénom ça, c’est de quel origine ? Fit-elle, la curiosité pointant dans la voix. Ah sinon moi c’est Meera, enchantée !

Le regard de la jeune fille croisa celui du barman quand il prit la commande d’Iekazu, et elle cru y lire une sorte d’ironie que –pour une fois– elle n’arrivait pas à déchiffrer, ce qui lui tira une moue intriguée quelques secondes, le temps que le jeune homme ne se retourne de nouveau vers elle, diabolo menthe en main.

▬ … Je peux rester ici en fait ? Je sais pas, tu attends peut être quelqu’un en vrai, sauf si tu es toute seule. Si c’est le cas bah je squatte !

▬ Ça va tu t’gênes pas ! fit-elle remarquer sans forcément émettre le moindre jugement sur la chose –encore une fois, cela la faisait ricaner tout au plus, car c’était drôle la rapidité avec laquelle il semblait prendre ses aises tout d’un coup– pour te répondre sinon c’est ni l’un ni l’autre...

Elle eu un petit sourire mystérieux et prit le temps de reposer le quartier de citron grignoté dans le verre avant d’attirer l’attention du jeune homme sur la scène improvisée du bar –ou Ethan, Olympe et Leo étaient déjà en train d’installer les instruments les plus encombrants ainsi que les amplis ; Romeo était encore hors de sa vue ceci dit, mais tout comme elle n’allait pas tarder à rejoindre ses amis pour s’occuper des derniers préparatifs, il n’était qu’une question de minutes avant que la chevelure blonde du guitariste ne refasse surface dans la foule.

▬ Je suis la bassiste du groupe qui s’occupe de l’animation ce soir. Comme j’ai souvent un peu le trac avant un concert j’ai pris l’habitude de boire un verre avant de monter sur scène histoire de décompresser un peu. Du coup non, j’attends personne et oui, tu peux t’asseoir j’aurais rien à te redire, elle ajouta enfin en posant de nouveau son regard sur lui. D’ailleurs si jamais ton pote arrive avant qu’on commence, j’vous conseille de rester, l’ambiance est toujours top ici !

Parce qu’une occasion de faire connaître les Fallen Devils un peu plus qu’ils ne l’étaient déjà était toujours une occasion à saisir après tout.







♥♥♥:
 
Bans & Stuff:
 
élève à l'Académie
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t208-le-sourire-du-demon-sur-les-levres-tu-avanceras-finishttp://astrophelcity.forumactif.org/t254-au-fond-il-y-aura-toujours-des-gens-pour-t-approcher-rs-iekazuhttp://astrophelcity.forumactif.org/t105-rp-with-me
Date d'inscription : 24/02/2016
Messages : 56
Dollars : 31
Crédits : Moi pour l'avatar et Jude pour la signa! ♥
élève à l'Académie
MessageSujet: Re: Il y avait la souffrance, mais des vies malgré tout (PV Meera)   Mar 27 Sep - 11:44


IL Y AVAIT LA SOUFFRANCE, MAIS DES VIES MALGRÉ TOUT

Feat Meera J. Taylor



- Ouais, j’te serais quand même reconnaissante de pas le faire haha. ‘Pis bon j’suis certaine que t’as d’autres moyens pour marquer les esprits qu’en extorquant le crédit des autres.

Tu étais ridicule, à ce moment-là. T’étais con comme souvent, à t’amuser et à rire de tout. Pourtant tu n’as pas l’habitude de voir que cela pouvait amuser ceux à qui tu t'adresses. Les voir perplexe à la limite oui, complètement intrigué voir blasé ou au mieux t’ignorer aussi, c’était le genre de réactions auxquelles tu avais le droit et qui t’amuse bien dans le fond. Mais la non, et il fallait avouer que quelque part cela te plaisait et te rendait de meilleur humeur. Quelque part ça te donnait envie de sourire sans méchanceté aucune.

Au moins plus les secondes passent après que tu es appelé Jude, un peu trop rapidement il faut dire et là aussi tu sais que tu t’es mal comporté au téléphone, et plus tu te sens à l’aise. C’est bien plus agréable pour toi il faut l’avouer, tu ne regrettes pas une seconde de lui avoir demandé à elle même si la regarder te rend encore un peu mal à l’aise, tu essayes de ne pas y faire attention.

- De rien ! Iekazu ? C’pas commun comme prénom ça, c’est de quel origine ? Ah sinon moi c’est Meera, enchantée !

T’avais un instant de doute, d’un coup. Tu n’en savais rien de base, enfin on t’a dit qu’il était comme ton nom de famille actuel. Que tu aies de la chance que tous les deux ait cette provenance japonaise, mais dans le fond tu ne le savais pas quand tu as su retenir ton propre prénom. Il fallait être honnête après tout, tu ne savais même pas qui de tes deux « parents » avaient eu l’idée de t’appeler ainsi, et tu ne t’es jamais amusé à chercher plus loin non plus.

- Ouais je sais, c’est original moi ça me plait bien ! Enfin c’est japonais aussi, c’est sûr que c’est pas banal ici…

Mais bon, t’avais pas l’envie de dire que même toi tu doutais de son origine, tu as même plus envie de changer de sujet d’un coup. Alors tu commandes ton diabolo menthe, tu payes et tu vois ta boisson qui arrive rapidement. Tu en es même plutôt content, de l’avoir vite dans la main. Et rapidement tu oublies totalement, ou presque du moins, la gêne encore plus que quelques minutes avant. Tu prends totalement tes aises, et cela la fait de nouveau rire.

- Ça va tu t’gênes pas !

- Jamais, non !

Et tu n’en avais plus l’intention maintenant, de te gêner ni même de te comporter d’habitude. Celui quand tu apprécies une personne, la sympathie tellement rare chez toi dans le fond que tu ne savais pas vraiment t’y prendre, à part rester toi même sans être totalement méchant. Juste con, c’est vrai, mais pas méchant comme tu sais l’être parfois.

- Pour te répondre sinon c’est ni l’un ni l’autre...

Son sourire ainsi que ses paroles eu le don de faire son effet, de te rendre curieux et de vouloir la suite de sa phrase. Elle avait le mérite elle, de t’intriguer et de pouvoir te donner l’envie de connaître le « pourquoi ». Alors c’est un regard remplit d’interrogation que tu lui lance en buvant quelques gorgées de ta boisson, et c’est sans hésitation que tu jettes un regard vers la scène qu’elle te montre, où tu peux voir des gens en train d’installer du matériel. Forcement tu comprends vite quand même ce qu’ils font, et elle te le confirmes.

- Je suis la bassiste du groupe qui s’occupe de l’animation ce soir. Comme j’ai souvent un peu le trac avant un concert j’ai pris l’habitude de boire un verre avant de monter sur scène histoire de décompresser un peu. Du coup non, j’attends personne et oui, tu peux t’asseoir j’aurais rien à te redire. D’ailleurs si jamais ton pote arrive avant qu’on commence, j’vous conseille de rester, l’ambiance est toujours top ici !

- Woh sérieux ? Je parle à une petite star alors ? J’avoue que ça laisse pas indifférent là.

Tu ris un peu en montrant une fierté bien apparente tandis que ton regard ne se décolle pas pendant quelques secondes de la scène, curieux de les voir ainsi s'organiser. Puis tu retournes sur Meera une fois ton rapide rire évanoui.

- Mais ouais, j'ai bien envie de voir ça ! Vous commencez bientôt ?

Tu sais pas, mais là il fallait bien avouer que tu te fiches de rentrer plus tard que tu ne l'avais prévu maintenant. Tu es curieux, bien plus de la voir jouer que du groupe vraiment en fait.

(c) by me




Une rose de Romeo! Merci merci ♥
super-banana
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t283-quiet-is-violent-meerahttp://astrophelcity.forumactif.org/t290-we-re-broken-people-meerahttp://astrophelcity.forumactif.org/t611-topic-rps-et-chronologies-meera-co#5976
Date d'inscription : 27/01/2016
Messages : 232
Dollars : 126
Crédits : Babylone (avatar) & Jude (signa) ♥
Localisation : Hiawatha District
super-banana
MessageSujet: Re: Il y avait la souffrance, mais des vies malgré tout (PV Meera)   Sam 15 Oct - 20:35

WHERE IT HURTS THERE IS LIFE
Just spend an evening with me, just a lazy evening, then you could be leaving, or we could stay and talk until three ✘ IEKAZU
▬ Woh sérieux ? Je parle à une petite star alors ? J’avoue que ça laisse pas indifférent là.

Meera cligna des yeux une seconde, surprise par la façon dont il l’avait qualifiée. Petite star ? C’était flatteur quelque part, et pourtant elle avait presque l’impression qu’on parlait de quelqu’un d’autre qu’elle. Dans le groupe, ceux qui brillaient plus que les autres, c’était Olympe et Romeo, mais pas elle –ou alors seulement lors de ses solos. C’était pas qu’elle en était envieuse –surtout pas d’eux, comment être jalouse de ceux qu’elle appréciait le plus ?– mais plutôt…qu’elle n’avait pas l’habitude d’être remarquée. Quand on parlait d’elle en tant que membre du groupe en général, c’était « la fille aux cheveux bleus des Fallen Devils » ou « la bassiste des Fallen Devils » ; c’était rarement « Meera Taylor » et encore moins « petite star ».
Elle esquissa un sourire gêné, un peu flattée, un peu embarrassée.

▬ Petite star j’sais pas trop haha…mais merci ?

Il rit, et par mimétisme, Meera souffla un rire léger également. Elle se sentait étrangement légère ce soir là, sans trop savoir pourquoi. Ou plutôt si, elle le savait ; elle avait payé tous ses frais du mois et pouvait respirer quelques semaines sans trop redouter encore le moment où il faudra de nouveau renflouer les caisses –elle avait même eu droit à une augmentation ponctuelle sur son salaire de pianiste qui allait lui permettre de ne pas avoir à faire ça, pour payer les frais du mois prochain– et le concert n’était pas annulé donc cela voulait dire que Romeo n’avait pas déconné aujourd’hui. Ces deux seuls facteurs, couplés à l’allégresse qu’elle pouvait ressentir chaque fois qu’elle avait sa basse en main et que ses pieds foulaient la scène du bar, suffisaient à la soulager d’un poids considérable, le temps d’une soirée.
Et puis il y avait lui aussi, Iekazu, qui était loin d’avoir cet air oppressant et envahissant qu’avaient certains hommes lorsqu’ils venaient l’aborder, et c’était tout bête, mais tellement reposant de ne pas se sentir obligée d’être sur ses gardes comme une bête sauvage.

▬ Mais ouais, j'ai bien envie de voir ça ! Vous commencez bientôt ?

▬ Ouais d’ici quelques minutes j’imagi—

▬ Meera ! On a finit de tout monter, ramène tes fesses par là, tu dragueras plus tard !

L’adolescente manqua de s’étrangler quand sa meilleure amie l’interpella –avec toujours autant de subtilité qu’à l’accoutumée– et laissa échapper un rire franc. Elle adorait Olympe, mais cette garce avait parfois le don de l’embarrasser comme pas permis –et elle devait s’en réjouir l’enfoirée.

▬ Bon ben voilà haha, désolée d’te faire faux-bond mais t’as entendu la cheffe, fit-elle au garçon à ses côtés, la voix encore marquée par l’hilarité.

Elle se laissa tomber au sol et réajusta son short un instant avant de glisser un regard amusé en direction du jeune homme.

▬ J’espère que t’es plutôt branché rock parce qu’on fait pas vraiment dans le RnB si tu vois c’que je veux dire. Accroche toi à ton siège !

Et une tape amicale sur l’épaule plus tard, elle se dirigea vers la scène et grimpa sur l’estrade en une enjambée pour rejoindre ses amis. Sa vieille Fender noire et blanche –c’était pas vraiment la sienne à vrai dire, un ancien cadeau de Noah que le manque de moyen l’avait contrainte à garder à défaut de pouvoir en racheter une nouvelle et se débarrasser du vieil instrument qui lui rappelait encore aujourd’hui des souvenirs pas toujours très agréables à se remémorer– l’attendait sur son stand, et avec l’habilité de l’habitude, elle cala la bandoulière sur son épaule et gratta quelques accords avant de brancher la bête sur l’ampli afin de vérifier qu’elle ne s’était pas désaccordée depuis la dernière fois qu’elle s’en était servie.

▬ T’es une vraie tombeuse toi, tu l’sais ? minauda alors Olympe par dessus son épaule avec un sourire trop grand pour être vrai.

▬ Qu’est-ce que tu– elle se coupa dans son élan, comprenant l’allusion de son amie, et répliqua avec un ricanement sarcastique– mais ta gueule, tu dis n’importe quoi !

Quelque chose lui dit que la jeune fille aurait pu continuer encore un moment à l’emmerder avec ça –elle la connaissait un peu trop bien, et en était même certaine– mais Romeo choisit cet instant pour réapparaitre et cela signifiait qu’on pouvait se tenir prêt, que le concert allait démarrer. Elle ne pu s’empêcher de glisser un regard en coin au blondinet ; surexcité malgré ses blessures encore bien visibles, l’air dans son élément, parfaitement à l’aise, mais elle n’était pas dupe. Elle avait beau savoir qu’il vivait pour ces concerts qu’ils donnaient au bar, la musique n’était pas la seule raison à son état d’euphorie –il avait les pupilles dilatées et s’était isolé suffisamment longtemps pour que le doute ne soit plus vraiment permis dans son esprit.
Et malgré tout elle avait beau détester de le savoir accroc à ces saloperies au point d’avoir besoin de s’en envoyer une dose avant chaque concert, de le voir aussi euphorique, ça lui faisait chaud au coeur malgré tout –et la contradiction de ses sentiments la perturbait, un peu.
Encore dans ses pensées, elle ne le sentit pas approcher et lorsqu’il déposa un baiser fugace dans le cou, comme il avait pris la mauvaise habitude de le faire avec elle ces derniers temps, elle sursauta et lui asséna un léger coup de poing sur l’épaule ; et elle avait beau réagir souvent de la même façon, en lui grognant dessus ou lui adressant des doigts d’honneur assez explicites, au fond elle aimait bien qu’il l’embête, si c’était de cette façon.

▬ Allez, on met l'feu ce soir aussi !

Et comme s’ils n’attendaient que ces mots pour démarrer, le silence se fit dans la salle quand Olympe prit le micro, et les premiers accords fusèrent.
Et putain, c’était jouissif que de voir autant de gens vibrer en rythme avec leurs musiques, chanter en coeur avec leurs paroles, et se laisser emporter dans leur univers. Elle vivait pour ces moments là Meera. C’était d’ailleurs ces moments qui la tenaient en vie, qui lui faisaient tenir le coup ; peu importe ce qu’elle endurait, quand elle pouvait jouer, elle vivait, et c’était plus addictif que n’importe quoi –ou presque.
Et le large sourire passionné qui étirait ses lèvres en était une preuve largement suffisante.







♥♥♥:
 
Bans & Stuff:
 
élève à l'Académie
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t208-le-sourire-du-demon-sur-les-levres-tu-avanceras-finishttp://astrophelcity.forumactif.org/t254-au-fond-il-y-aura-toujours-des-gens-pour-t-approcher-rs-iekazuhttp://astrophelcity.forumactif.org/t105-rp-with-me
Date d'inscription : 24/02/2016
Messages : 56
Dollars : 31
Crédits : Moi pour l'avatar et Jude pour la signa! ♥
élève à l'Académie
MessageSujet: Re: Il y avait la souffrance, mais des vies malgré tout (PV Meera)   Mar 18 Oct - 2:12


IL Y AVAIT LA SOUFFRANCE, MAIS DES VIES MALGRÉ TOUT

Feat Meera J. Taylor



Dans le fond, il y a peu de personnes avec qui tu peux te sentir aussi bien. Ca te laisse une sensation étrange, tout ça. De parler, de rire même, avec quelqu'un. Tu n'as pas l'habitude, et il faut même avouer que Jude est la première personne en 17 ans de vie avec qui tu as eu le droit à ça. Il y avait Sacha bien sur, mais vous n'avez jamais eu l'occasion de rire ensemble vraiment. Alors, ca te faisait du bien surtout, malgré que cela reste une chose étrange. Parce qu'il fallait bien l'avouer Iekazu, toi qui t'enfonce dans la solitude habituellement, depuis que tu as rencontré Jude au fond tu te sens un peu mieux. Et elle, Meera, elle te fait autant de bien. Même si tu te sens un peu plus bizarre, qu'elle te laisse si peu indifférent que tu comprends pas trop pourquoi, mais elle t'a plut un peu trop vite.

- Petite star j’sais pas trop haha…mais merci ?

Tu n'as même pas remarqué sa gêne, ce petit sourire qu'elle a affiché avant de te répondre. Parce que ton regard ne c'est pas décollé de la scène, mais si tu y avais fais attention, tu te serais senti toi aussi gêné. Pourtant sa voix et son rire la trahit un peu, alors tu te retrouves un instant perplexe. Même si malgré ton regard que tu as fini par tourner vers elle, le fait qu'elle s'est vite repris et que tu n'as pas eu le temps d'y remarquer. Puis, tu avais une autre interrogation dans ton esprit, à ce moment précis, que tu n'as pas hésité à poser tellement que tu étais curieux au sujet de Meera, de ce fameux concert, mais surtout d'elle par dessous tout.

- Ouais d’ici quelques minutes j’imagi—

- Meera ! On a finit de tout monter, ramène tes fesses par là, tu dragueras plus tard !

Si Meera avait l'air de manquer de s'étrangler, les propos que celle qui venait d'arriver brusquement, de vous déranger a été ta pensée sur le coup, a fait son effet sur toi aussi. C'est rapidement que ton regard s'écarquille, que tu sens la gêne revenir un peu plus violemment cette fois-ci, que ton détournement de tête doit tellement être flagrant pour même pas pouvoir contredire la brunette. Puis, tu entends de nouveau le rire de Meera, et cela n'arrange pas ton cas. Tu n'arrives même pas à dire quoi que ce soit en fait, avant que celle qui te fais autant d'effet ce soir reprenne la parole.

- Bon ben voilà haha, désolée d’te faire faux-bond mais t’as entendu la cheffe. J’espère que t’es plutôt branché rock parce qu’on fait pas vraiment dans le RnB si tu vois c’que je veux dire. Accroche toi à ton siège !

Ca t'a détendu finalement, et tu lâches un petit rire en la laissant partir, sans un mot. Mais à l'intérieur de toi, tu es sur que cela te plaira, de toute façon tu as toujours aimé plus le rock. Vu que de toute façon, la seule chose qui différencie de ce style là, dans ce que tu écoutes habituellement, c'est ce que chante ta soeur. D'ailleurs à bien y penser, Meera n'est finalement pas la première artiste que tu connais, seulement à elle tu lui parles.

Tu la suis du regard, bien trop curieux de la suite. Bien trop intrigué pendant qu'elle monte sur scène, pendant que tu vois son amie lui parler, lui sourire amusé, et elle qui paraît faussement agacé sans même que tu puisse suivre quoi que ce soit de leur conversation. Les gens se rassemblent peu à peu, et le bar commence à être encore plus remplir que quelques minutes auparavant. Cependant, tu repense à Jude, tu jettes un coup d'oeil vers l'entrée, mais tu ne le vois pas. Alors tes yeux se replacent sur la scène, pour constater que le monde t'empêches un peu de voir d'où tu es. Et t'as pas envie d'en perdre une miette, alors tu te lèves et tu essayes de trouver un endroit où tu peux mieux voir, qu'importe si tu es debout.

Tu te sentais cependant pas te placer au tout devant, trop près de la scène et entouré de trop monde qui auraient fini par te souler, alors tu trouves un petit coin à toi, qui te permet d'avoir une vision d'ensemble. Pourtant tu ne fais pas attention aux restes du groupe, tu déplace vite le regard pour la trouver elle. Et tu la vois bien sur, après tout elle ne pouvait être que sur scène. Sauf que tu remarques un mouvement vers elle, une tête qui se penche pour l'embrasser dans le coup. Une tête blonde, que tu ne devines pas tout de suite car tu es déjà bien surpris de ce que tu vois. Tu t'attendais pas à ça, qu'elle ait quelqu'un. En même temps, tu ne connais rien d'elle, une fille comme ça ca ne serait pas étonnant qu'elle ait quelqu'un, non?

Pourtant ça te fait grimacer, puis au fur et à mesure que tu vois l'homme relever la tête, tandis qu'elle lui met un coup à l'épaule, tes yeux s'écarquillent et tu sens quelque chose qui se tord en toi de désagréable. La peur, la culpabilité. Pourquoi fallait qu'il soit là, pourquoi la ce soir, sur cette scène, tout près de Meera. A être si complices. A aller si bien, malgrés les cicatrices que tu peux voir. Pourquoi fallait que tu le revois là de suite, que d'un coup tu deviens pâle comme si tu voyais un mort. Que tu te sens mal, à sa vue.

Non, tu te sens tellement soulagé de le savoir en vie.

Tu as fini par reculer, un peu, tu t'es décalé pour te cacher dans la foule dans un acte totalement irréflechi, par peur qu'il te remarque. Que ca dégénère là d'un coup, cette soirée qui était si agréable et que tu refuses de voir mal tourné d'un coup, à cause de cette nuit-là.

- Allez, on met l'feu ce soir aussi !

Et la musique commence. C'est sur les premières notes, les voix qui se mettent à chanter, que tu parviens à faire le vide de tout ce qui t'as rendu mal d'un seul coup. Parce que tu te concentres là dessus, sur ce rythme si prenant. Et si un instant, tu étais étonné d'apprendre que Romeo était capable d'une telle chose, toi qui l'a traité de déchet, de jouer et que tu as tout juste méprisé, c'est pas ça qui te subjugue le plus. Tes yeux se sont placés sur Meera très rapidement, oubliant le reste du groupe. C'est ça toi, qui te faisais de l'effet bien plus que la musique vibrante. C'est son sourire, son énergie, qui fit battre ton coeur plus que le bruit qui pouvait résonner dans tes tympans. Oui c'est ça, qui t'emerveillais plus que tout.

Tu n'as pas vu le temps passer, accrocher à la vision de Meera et de sa guitare. Tu n'as même pas fais attention au fait que Jude aurait pu arriver, pendant ce temps. Peut être que c'est le cas ? Tu l'as oublié, avant que tu vois la foule qui commence à s'agiter. Et d'un coup, tu recules en cherchant la tête brune, mais tu n'arrives pas à le distinguer parmis ce monde. Puis le monde qui bouge de façon bien trop désordonné te force à t'éloigner un peu plus, t'essayes de voir quelque chose parmi cette dispersion. Mais une fois de plus ce que tu remarques, c'est Meera qui se retrouve de nouveau toute seule, qui a du parvenir à s'éloigner mais sans être avec le reste de son groupe. Tu hésites un instant, mais tu te décides à contourner ce monde pour la rejoindre.

- C'était génial Meera! Sérieusement, c'est rare que j'assiste à un concert, ba là je ne vais pas du tout le regretter...

Non, tu ne vas pas regretter de l'avoir vu elle, surtout. Et bon sang que la tout de suite, tu te sens encore plus étrange qu'avant le concert, maintenant que tu fais face à elle. Tu sais même plus quoi dire, t'arrives même pas à la regarder correctement. Alors tu jettes un coup d'oeil rapide tout autour de toi, pour espérer ne pas être dérangé. Non, tu flippes de nouveau.

- Et ton groupe, il t'a abandonné ? Pas très sympa de leur part ça, si c'est le cas.

Tu essayes de t'en amuser, tu replaces un peu le regard vers elle en essayant de ne pas montrer qu'en cet instant même, tu ne crains qu'une chose. Mais pourtant si cela venait à arriver, si il venait à débarquer d'un coup, tu es un peu près sur que malgré tes torts tu serais capable de te montrer fier devant lui. Mais ça, tu n'as pas envie de le faire devant elle pourtant, parce que tu es sur que le mépris reviendra lui aussi. Tu n'as pas envie de penser à tout ça, alors tu reprends un sourire pour regarder partout rapidement, puis la regarder elle de nouveau.

- Tu n'es pas trop fatigué ? On pourrait retrouver notre place juste avant, visiblement elles sont libres, rien que pour nous héhé.

Tu te doutes qu'après ça, elle doit avoir envie de se poser un bon coup. Et toi aussi d'ailleurs, en vérité.

(c) by me




Une rose de Romeo! Merci merci ♥
super-banana
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t283-quiet-is-violent-meerahttp://astrophelcity.forumactif.org/t290-we-re-broken-people-meerahttp://astrophelcity.forumactif.org/t611-topic-rps-et-chronologies-meera-co#5976
Date d'inscription : 27/01/2016
Messages : 232
Dollars : 126
Crédits : Babylone (avatar) & Jude (signa) ♥
Localisation : Hiawatha District
super-banana
MessageSujet: Re: Il y avait la souffrance, mais des vies malgré tout (PV Meera)   Mer 19 Oct - 19:59

WHERE IT HURTS THERE IS LIFE
Just spend an evening with me, just a lazy evening, then you could be leaving, or we could stay and talk until three ✘ IEKAZU
Chaque fois que ses doigts pinçaient une corde, c’était tous ses os qui vibraient à l’unisson, c’était chacune de ses veines qui bouillonnait d’excitation, c’étaient des milliards et des milliards de frissons de plaisir et d’euphorie qui parcourait son épiderme et l’électrisaient de part en part.
La musique ; elle avait été sa plus fidèle amie depuis le plus jeune âge, celle grâce à qui elle avait tenu bon lors de ses premières années à l’orphelinat, celle qui grâce à qui elle se sentait enfin en phase avec l’univers tout entier –ou à l’inverse qui l’en déconnectait tout à fait, ce qui n’était pas une mauvaise chose non plus parfois. La plupart de ses meilleurs souvenirs étaient fait de musiques dans sa tête ; les berceuses de son père, les concerts des Fallen Devils, les soirées passées à écouter tous les CDs du foyer avec Saul –et même les répétitions de basse et de chant avec Noah, qui même s’ils avaient encore un goût amer avaient contribué à faire d’elle la musicienne qu’elle était aujourd’hui. Et s’il y avait une chose, au moins une, dont elle était fière à son propos, c’était bien ça : son talent, sa dextérité, son amour inconditionnel de la mélodie qui faisait qu’elle n’abandonnait jamais et persévérait toujours dès qu’il était question de notes et d’instruments.
Il brûlait rarement pour autre chose, ce feu ardent qui répandait sa chaleur si agréable dans son ventre et jusqu’au bout de ses doigts.
Enivrée par le beat, par la foule, par la chaleur et le peu d’alcool qu’elle avait pu boire plus tôt, elle ne vit pas le temps passer, et la petite heure que durait le concert lui parut plus rapide qu’une poignée de minutes. C’était jamais assez chez elle ; si on devait lui trouver une addiction, c’était ça, ce besoin de jouer encore et encore jusqu’à en avoir les doigts ensanglantés d’avoir trop frotté les cordes et les mains si tremblantes de fatigue qu’elle ne pouvait plus aligner deux notes justes. Mais tant qu’elle en était physiquement capable, il lui en fallait encore, toujours plus, jusqu’à en crever –et crever sur scène, crever de sa passion, c’était peut-être la seule mort qu’elle pouvait trouver belle.

Comme d’habitude, Olympe salua la foule à la fin du concert qui avait été prolongé de trois chansons, et tous ensemble ils rangèrent rapidement et efficacement leurs instruments respectifs tandis que les spectateurs vidèrent un peu la salle –certains parce que le concert était fini, d’autre pour se griller une cigarette avant d’y retourner. Et puis le mouvement de la foule, des fans qui se précipitaient sur eux pour quelques photos et un bout de conversation –elle ne put s’empêcher de grincer des dents sans même le remarquer en observant du coin de l’oeil les groupies de Romeo qui voulaient certainement un peu plus qu’un simple autographe– fit qu’ils se séparèrent dans l’enceinte du bar, et elle fini par perdre ses amis de vue. Tant pis, c’était pas la première fois, et ils n’avaient rien prévu de particulier ensuite, même si c’était toujours un peu con de se quitter comme ça après un concert.
Sa basse sur l’épaule, elle tenta de se frayer un chemin en levant le nez de temps à autres dans l’espoir de croiser un visage familier, se laissant prendre en photo quand on lui demandait et repoussant gentiment mais fermement les avances de quelques types –ça n’arrivait pas à tous les concerts, mais cela ne tenait pas vraiment de l’exceptionnel non plus ; c’était sûrement aussi pour ça que le guitariste prenait un malin plaisir à exhiber les nouveaux contour de leur relation depuis quelques temps, un peu comme on marque son territoire pour s’assurer  qu’on n’y touche pas. Ça l’énervait autant que ça lui plaisait à dire vrai…

▬ C'était génial Meera ! (Elle sursauta et se retourna pour se retrouver de nouveau face à Iekazu ; si elle était facilement repérable dans la foule avec ses cheveux bleu, il n’en allait pas de même avec le garçon qui l’avait prise par surprise) Sérieusement, c'est rare que j'assiste à un concert, bah là je ne vais pas du tout le regretter...

▬ Sérieux ? C’est super merci ! T’imagines pas à quel point ça fait plaisir d’entendre ça !

Ça lui prouvait qu’en plus de se faire du bien à elle, elle arrivait à en faire aux autres, ça lui donnait la sensation de valoir quelque chose, et pour la pauvre gosse qu’elle avait été parmi tant d’autres à l’orphelinat, pour cette fille un peu conne pas foutu de décrocher un diplôme scolaire et qu’on avait prédit qu’elle finirait caissière –ironiquement, elle avait fini pire que ça– ça rajoutait un peu de ciment sur les fondations ébranlées de sa confiance et de son estime de soi. Et Dieu savait si elle en avait besoin parfois.

▬ Et ton groupe, il t'a abandonné ? Pas très sympa de leur part ça, si c'est le cas.

▬ Ouais nan, y’a trop de monde on s’est perdus de vue, ça arrive parfois. En général soit on arrive à se retrouver soit on s’prévient par tel’ qu’on rentre et on se dit au revoir là-dessus. D’où l’importance d’avoir encore un portable en état de marche, fit-elle avec un sourire espiègle, en évoquant leur conversation d’un peu plus tôt.

▬ Tu n'es pas trop fatigué ? On pourrait retrouver notre place juste avant, visiblement elles sont libres, rien que pour nous héhé.

Fatiguée ? Il fallait plutôt qu’elle se fasse violence pour se contenir et ne pas avoir l’air d’une hystérique tant l’adrénaline qui lui était montée dans les veines continuait de faire bouillonner son sang.

▬ Oh, bonne idée ! –elle ne serait pas contre un deuxième verre, loin de là.

Elle manqua d’ouvrir à nouveau la bouche pour ajouter une vanne stupide, mais se ravisa à la dernière minute –elle avait beau faire dans le sarcasme à toute heure de la journée, elle était moins à l’aise quand il s’agissait de l’employer à tort et à travers devant des inconnus ; et Iekazu avait beau avoir l’air très sympathique, c’était ce qu’il était à ses yeux : un inconnu. Pour le moment tout du moins.

▬ Vous avez assuré ce soir les gars, si ça continue y’a moyen qu’le patron vous engage pour de bon un de ces quatre ! Lança le barman alors qu’ils venaient de reprendre leurs places au comptoir ; et la remarque ne manqua pas de faire rougir la bassiste de fierté. Tu fêtes ça ?

▬ Évidemment ! J’vais te reprendre un Mojito s’il te plaît –en pleine happy hour, elle pouvait se le permettre, son porte-monnaie n’en souffrirai pas trop.

▬ Y’a qu’à demander ! fit-il en se tournant ensuite pour prendre la commande du jeune homme qui l’accompagnait.

C’était peut-être pas la fin de soirée à laquelle elle s’attendait, mais c’était loin d’être la plus désagréable d’entre elle, au contraire.







♥♥♥:
 
Bans & Stuff:
 
élève à l'Académie
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t208-le-sourire-du-demon-sur-les-levres-tu-avanceras-finishttp://astrophelcity.forumactif.org/t254-au-fond-il-y-aura-toujours-des-gens-pour-t-approcher-rs-iekazuhttp://astrophelcity.forumactif.org/t105-rp-with-me
Date d'inscription : 24/02/2016
Messages : 56
Dollars : 31
Crédits : Moi pour l'avatar et Jude pour la signa! ♥
élève à l'Académie
MessageSujet: Re: Il y avait la souffrance, mais des vies malgré tout (PV Meera)   Lun 31 Oct - 12:23


IL Y AVAIT LA SOUFFRANCE, MAIS DES VIES MALGRÉ TOUT

Feat Meera J. Taylor



Tu n’as jamais aimé spécialement assisté à un concert, mais rien que pour cette fois, tu ne regrettes pas vraiment d’avoir fait une exception à la règle. Bien qu’en y songeant, ce qui t’as tant plus n’est pas forcément le concert en lui même, pas vrai ? Tu as encore ce sentiment d'émerveillement qui t’as pas quitté une seconde pendant que tu la regardais, Meera. C’est un peu étrange, non ? Le pire c’est que cette question, tu te la poses depuis le début de la soirée. Non vraiment, tu dois avoir un soucis à ce niveau là, mais tu n’arrives juste pas à mettre le doigt dessus. Et c’est pénible un peu, pour toi en tout cas ca l’est vraiment.

Pourtant en plus de ça, tu as la satisfaction de l’avoir retrouvé de nouveau seule, et tu n’as pas hésité une seconde à en profiter. Parce que cela t’aurais un peu déçu il faut bien l’avouer, de n’avoir pas pu lui dire comment tu l’avais…. Comment tu avais trouvé ce concert sympa, et de partir sans lui parler un peu plus surtout, tu n’aurais pas franchement aimé. Et bon sang que tu as l’air con, ce soir.

- Sérieux ? C’est super merci ! T’imagines pas à quel point ça fait plaisir d’entendre ça !

Toi, ça te faisais bizarre que ton avis puisse faire plaisir, parce qu’en temps normal il est loin d’être positif. Tu as plus l’habitude d’être cassant, d’être moins en accord avec ce que la plupart du temps les gens apprécient, que d’être un véritable fan comme ce soir. Meera aura au moins le mérite de te faire aller de surprise en surprise, ça on peut dire que tu aimes bien. Seulement, si tu pouvais profiter d’un instant un peu plus rien qu’avec elle, cela te ferait bien plaisir. Alors dans un moment de curiosité qui au fond n’est là que parce que tu n’as pas envie que l’un d’entre eux, surtout pas lui, arrive d’un coup, tu te permet de te moquer du fait qu’elle soit seule.

- Ouais nan, y’a trop de monde on s’est perdus de vue, ça arrive parfois. En général soit on arrive à se retrouver soit on s’prévient par tel’ qu’on rentre et on se dit au revoir là-dessus. D’où l’importance d’avoir encore un portable en état de marche.

- Hahaha je vois pas de quoi tu veux parler, là.

Tu roules un peu des yeux, même pas agacé au fond par cette remarque. En même temps, tu sais très bien toi-même ô combien ta situation avait été ridicule, mais que tu as cessé de t’en plaindre bien au contraire. A la place, tu as complètement oublié le reste pour remarquer que les deux places que vous avez empruntés sont libre, alors tu lui proposes de vous y installer. Mais là, c’est plutôt une mauvaise idée que tu as eu non ? Parce que deux secondes plus tard, tu réalise que tu aurais pu lui proposer de prendre l’air, ou autre chose, mais pas de retourner au comptoir.

- Oh, bonne idée !

Trop tard. Tu n’as plus le choix que de la suivre et de t’asseoir là où c’est prévu, l’air un peu moins tranquille malgré que tu te refuses à le montrer. Tu jettes un coup d’oeil vers elle qui parait toujours aussi en joie, puis tu te concentre sur la carte des boissons dont tu connais pourtant déjà le contenu, et ce que tu vas choisir dedans.

- Vous avez assuré ce soir les gars, si ça continue y’a moyen qu’le patron vous engage pour de bon un de ces quatre ! Tu fêtes ça ?

- Évidemment ! J’vais te reprendre un Mojito s’il te plaît

- Y’a qu’à demander !

Encore un verre. C’est ça qui t’as fais hésiter d’un coup à retourner au comptoir, la voir boire ? Ce n’est pas deux verres de cocktail qui va faire qu’elle devienne méprisable à tes yeux, quand même ? Tu es pourtant en train de serrer un peu les poings, avant de réaliser que le serveur te regardes en attendant que tu lui passe commande à ton tour. Calme toi, c’est pas deux verres qui vont la rendre stupide…

- Je vais reprendre un diabolo menthe

Ta voix est bien plus froide que cinq minutes auparavant, et bien vite tu en viens à te traiter toi même d’imbécile, essayant de reprendre un air plus aimable en voyant le verre qui finit par arriver. Tu souris même un peu, tendant le verre vers Meera.

- Autant trinquer, à ce concert bien sympa ?

C’est genre, la première fois de ta vie que tu fais ça. Bon sang que tu as des choses à rattraper Iekazu, mais en tout cas tu regardes les deux verres qui finissent l’un contre l’autre dans un petit bruit, et tu bois quelques gorgées de ta boisson. Ton regard lui, se tourne un peu en direction de la scène maintenant vide, alors que tu as de nouveau cette image en tête. De Meera, avec Romeo. Sans même que tu réalise vraiment, tes doigts se resserrent sur ton verre que tu finis par poser doucement, prit par cette préoccupation un peu trop forte pour que tu ne parviennes à la contenir.

- Hum et dit, le mec blond qui te collait tout à l’heure sur scène c’est ton copain ?

Le pire, c’est que la réponse risque de ne pas te plaire, parce que tu n’as pas envie vraiment d’entendre un oui.

(c) by me




Une rose de Romeo! Merci merci ♥
super-banana
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t283-quiet-is-violent-meerahttp://astrophelcity.forumactif.org/t290-we-re-broken-people-meerahttp://astrophelcity.forumactif.org/t611-topic-rps-et-chronologies-meera-co#5976
Date d'inscription : 27/01/2016
Messages : 232
Dollars : 126
Crédits : Babylone (avatar) & Jude (signa) ♥
Localisation : Hiawatha District
super-banana
MessageSujet: Re: Il y avait la souffrance, mais des vies malgré tout (PV Meera)   Lun 31 Oct - 18:18

WHERE IT HURTS THERE IS LIFE
Just spend an evening with me, just a lazy evening, then you could be leaving, or we could stay and talk until three ✘ IEKAZU
En quelques minutes seulement sa boisson fut posée glacée devant elle, et après avoir fait tourner la paille à l’intérieur pour mélanger un peu les saveurs des différents ingrédients, Meera en but une longue gorgée qui la fit frissonner par sa fraîcheur –elle était toujours en ébullition après un concert, alors elle en avait bien eu besoin. Elle reposa ensuite le verre en se promettant de boire le reste lentement pour ne pas avoir la tête qui tourne une fois arrivée au bout ; il lui fallait plus de deux mojitos pour être éméchée en règle générale, mais après s’être autant dépensée, elle préférait éviter de tenter le diable. Se bourrer la gueule en after avec les Fallen Devils à côté au cas où, c’était une chose, le faire seule et devant un garçon rencontré le soir même, s’en était une autre –et bizarrement, elle devinait que ça lui laisserait une mauvaise impression, et vu comme la soirée avait bien démarré ça lui aurait laissé un petit goût de regret sur le palais.
Le verre d’Iekazu arriva vite lui aussi –elle nota qu’encore une fois, il n’avait pas pris d’alcool mais ne releva pas ; tout le monde n’avait pas forcément envie d’aller à l’encontre des lois en consommant avant l’âge requis, et si c’était son cas elle n’allait certainement pas le juger pour ça ; Ethan aussi ne buvait pas après tout, elle était habituée.

▬ Autant trinquer, à ce concert bien sympa ?

Un sourire amusé étira le coin de ses lèvres, et elle leva son verre pour le faire tinter contre celui qu’il lui tendait en prenant garde de ne pas les entrechoquer trop fort pour que leurs contenus respectifs n’aillent pas se renverser.

▬ Cheers !

Pour la forme, elle sirota une nouvelle petite gorgée, et reposa son verre sur le comptoir avant de s’étirer le dos en soufflant un léger soupir d’aise –comme après chaque concert, elle allait sûrement se réveiller avec des courbatures aux bras et au dos le lendemain –sa basse ayant appartenu à Noah auparavant, elle n’était pas aussi légère qu’elle l’aurait voulue– mais c’étaient des douleurs qui valaient le coup, se disait-elle.
Accoudée au comptoir, elle laissa un instant son regard se balader sur la foule, son léger sourire flottant toujours au coin des lèvres parce qu’elle se sentait bien, que pour une fois elle ne pensait à rien qui puisse faire de l’ombre à sa bonne humeur, et c’était un peu trop rare pour qu’elle n’en profite pas à fond. Pendant un moment, elle ne su pas trop quoi dire à l’adolescent à ses côtés, mais le silence ne la dérangeait pas tant que ça au fond. Encore une fois, elle étira un peu le cou pour tenter de voir un peu mieux dans la foule, dans le but de retrouver un des membres du groupe mais ce fut vain –tant pis.

▬ Hum et dit…

▬ Oui ? Fit-elle en tournant la tête pour planter son regard dans celui d’Iekazu –c’était un truc qu’elle faisait souvent Meera, regarder les gens bien dans les yeux quand on lui parlait ; elle avait apprit ça dans la rue, à l’orphelinat, quand il fallait s’affirmer pour ne pas se faire marcher dessus.

▬ Le mec blond qui te collait tout à l’heure sur scène c’est ton copain ?

De surprise, elle écarquilla les yeux et manqua de s’étrangler avec sa salive et il lui fallut quelques instant pour qu’elle cesse de tousser et reprenne contrôle de son souffle. Elle l’avait pas vu venir celle-là, putain.

▬ Euh…

Bonne question tiens. C’était l’interrogation à laquelle elle n’arrivait pas à donner de réponse depuis qu’elle avait sauté le pas avec Romeo. Parce qu’ils étaient devenus bien trop intimes pour de simples amis –et apparemment ça crevait les yeux si Iekazu avait pu avoir le doute en les observant seulement sur scène– mais paradoxalement elle savait qu’il y avait encore bien trop de choses qu’ils ne savaient pas l’un de l’autre pour pouvoir prétendre à quoique ce soit de plus profond. Pour l’instant tout ce qu’elle savait, c’était qu’elle l’aimait et qu’il lui plaisait, évidemment –c’était plutôt l’intensité de ses sentiments qui lui échappaient, le « à quel point ? ». Quelque part cependant, même si elle avaient encore un peu de mal à se l’avouer, elle savait que ça ne lui déplairait pas tant que ça, que les chose prennent encore plus d’ampleur entre eux.

▬ Hm, non pas…vraiment, fit-elle en se grattant nerveusement la nuque.

Elle avait beau se creuser la tête, elle n’arrivait décidément pas à voir quel adjectif, terme, nom commun ou autre mot de la langue anglaise permettait de définir leur relation.

▬ C’est..un peu compliqué on va dire, elle biaisa finalement dans un rire embarrassé.

Soudainement mal à l’aise, elle se retourna pour attraper son verre et en but une gorgée pour se donner contenance. Doucement elle fit tinter l’anneau argenté qui ornait son majeur contre la surface lisse et froide de son verre sur un rythme emprunté à celui de la musique qui résonnait désormais en sourdine dans les enceintes du bar, tout en se mordillant la lèvre –comment était-ce possible qu’elle puisse passer de l’aisance la plus totale à un état de gêne pareille à la simple évocation de Romeo et de ce qu’elle pouvait éventuellement ressentir pour lui ? Elle ne pouvait le dire –elle savait jamais ce genre de choses, Meera.

▬ Et hum, et toi ? elle lança un peu au hasard en levant vers lui un regard un peu curieux et embarrassé à la fois –changer de sujet, vitet’as quelqu’un ?

C’était un peu par automatisme qu’elle avait posé la question, un peu comme on répond « oui et toi ? » sans trop y penser à un « ça va ? » –mais peut-être y avait-il un peu de curiosité aussi, très certainement.







♥♥♥:
 
Bans & Stuff:
 
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Il y avait la souffrance, mais des vies malgré tout (PV Meera)   

Il y avait la souffrance, mais des vies malgré tout (PV Meera)
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Astrophel City :: Hiawatha District :: Zone industrielle-