AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
avatars mangas ☆ rp libre ☆ mini-events réguliers ☆ combats au rendez-vous ☆ venez participer ! on est gentils (⦿ ‿ ⦿)
Le PDG de la X-TREM Factory entretiendrait une relation des plus intenses avec sa vice-présidente. On espère que ce n’est pas cette affaire qui a distrait l’ancien Phoenix de son travail et qui a entraîné un manque de sécurité lors de la dernière conférence de presse de l’entreprise où à eu lieu une explosion causant la mort d’un de ses haut-gradés...
Le mystérieux « Mist » dont l’apparition soudaine a récemment secoué la ville serait en fait une association de trolls désoeuvrés voulant profiter de la panique des récents attentats pour gagner plus de popularité sur les réseaux sociaux.
Il paraîtrait que le fondateur de la ville Edward Astrophel aurait été le descendant direct de Diogène, le philosophe grec qui vivait dans un tonneau. Incroyable !
les rumeurs



Partagez | 
Il y avait la souffrance, mais des vies malgré tout (PV Meera)
Aller à la page : Précédent  1, 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
élève à l'Académie
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t208-le-sourire-du-demon-sur-les-levres-tu-avanceras-finishttp://astrophelcity.forumactif.org/t254-au-fond-il-y-aura-toujours-des-gens-pour-t-approcher-rs-iekazuhttp://astrophelcity.forumactif.org/t105-rp-with-me
Date d'inscription : 24/02/2016
Messages : 56
Dollars : 31
Crédits : Moi pour l'avatar et Jude pour la signa! ♥
élève à l'Académie
MessageSujet: Re: Il y avait la souffrance, mais des vies malgré tout (PV Meera)   Jeu 16 Mar - 21:16


IL Y AVAIT LA SOUFFRANCE, MAIS DES VIES MALGRÉ TOUT

Feat Meera J. Taylor



Tu es vraiment stupide pas vrai ? C'est quoi cette jalousie qui te prends d’un coup, cette envie d’en savoir sur une relation dont tu n’aurais rien à faire normalement. C’est vrai, tu t’es jamais préoccupé des histoires de coeur de qui que ce soit, même des gens qui te sont les plus proches. Même Jude, tu cherches pas à savoir sa vie amoureuse. En même temps, tu ne t'intéresses pas spécialement à la tienne non plus, faut dire.

Ah, tu es peut être plus jaloux de celles des autres que tu le pensais ? Non, c’est pas ça, la preuve en est avec les couples ici qui se gênent pas pour se montrer tout collant l’un avec l’autre, à l’inverse ça te saoule plus qu’autre chose et te fait grimacer légèrement. Tu as juste à relever le regard vers Meera pour comprendre que c’est juste elle en fait, et tu te trouves stupide de penser ainsi d’une quasi inconnue.

- Euh…

Elle même hésite, ca tu peux le voir dans son regard. Ca te surprend, quand même, peut être que la question est stupide ? Elle l’est, pour toi elle l’était au moment même où tu l’as posé. Parce que la réponse, par rapport à ce que tu as pu voir, tu la penses logique… Mais qu’est-ce que tu sais d’eux pour pouvoir juger vraiment de leur relation ?

Ah, si.
Juste qu’elle mériterait mieux, que Romeo c'est un déchet.


Tu soupires un coup discrètement en essayant de ne pas y penser plus, et tu attends, le regard levé dans sa direction pour examiner ses réactions, le grattement derrière la nuque et les yeux remplis d’incertitudes, tout ça te suffit pour comprendre que ta question n’était pas évidente.

- Hm, non pas…vraiment. C’est..un peu compliqué on va dire.

Tu ne comprends pas vraiment, pas du tout même. Tu pensais pas l’amour si compliqué, toi qui as jamais aimé quelqu’un dans ta vie. Ça te laisse perplexe, vraiment.

Pourtant il y a le soulagement, le sourire qui se dessine rapidement pendant qu’elle est noyé dans ses réflexions.

Et tu comprends même pas vraiment pourquoi tu te sens mieux, parce que tu n’arrives pas à avoir une image correcte du garçon en question ? Ca doit être ça, juste ça. Mais à quel moment tu t’es déjà mêlé de la vie amoureuse des autres à coup de “il est pas fait pour toi” ? Ca t’agaces un peu, de te sentir ainsi ce soir, sans pouvoir mettre le doigt dessus véritablement.

- Et hum, et toi ? T’as quelqu’un ?

Et c’est toi qui te retrouves sans mot, d’un coup. Même si pour toi la réponse paraît évidente, que tu pourrais répondre franchement, tu doutes de comment faire ça la tout de suite, tu n’as pas envie de passer pour un garçon insensible à ses yeux. Alors tu as le regard un peu fuyant, le rire nerveux aussi.

- Non… Malheureusement ? Je sais pas trop, je m'interresse pas trop… Enfin j’ai pas trouvé quelqu’un avec qui j’aurais envie… Enfin non j’ai personne.

Ridicule. Ca fait combien de fois que tu t’insultes maintenant, ce soir ? Mais une fois de plus, tu es hésitant, tu as pas l’impression d’être clair dans tes propos et ça t’enerve plus que tout. Tu as beaucoup essayé de te détendre en buvant une autre gorgée de ta boisson, tu n’arrives pas à te sentir bien. Et là, tu n’es même pas sur que cela soit totalement dues à sa présence. Disons que tu as le regard qui se tourne vers le monde, et que tu ne te sens pas vraiment à ton aise. Ca fais peut être un peu trop longtemps pour toi sans doute, que tu es là.

- Hum dis… Il n’est toujours pas là, j’aimerais bien l’attendre dehors, une fois ma boisson fini. Si tu veux suivre…

Demander à quelqu’un, avoir l’impression de pousser la personne à te suivre, c’est tellement pas ton truc. Mais juste une fois, tu aimerais discuter un peu plus encore.

(c) by me




Une rose de Romeo! Merci merci ♥
super-banana
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t283-quiet-is-violent-meerahttp://astrophelcity.forumactif.org/t290-we-re-broken-people-meerahttp://astrophelcity.forumactif.org/t611-topic-rps-et-chronologies-meera-co#5976
Date d'inscription : 27/01/2016
Messages : 232
Dollars : 126
Crédits : Babylone (avatar) & Jude (signa) ♥
Localisation : Hiawatha District
super-banana
MessageSujet: Re: Il y avait la souffrance, mais des vies malgré tout (PV Meera)   Jeu 27 Avr - 21:29

WHERE IT HURTS THERE IS LIFE
Just spend an evening with me, just a lazy evening, then you could be leaving, or we could stay and talk until three ✘ IEKAZU
Désarçonné, était-il le pauvre garçon suite à sa question –à croire qu’il ne s’était pas attendu à ce qu’on lui renvoie l’ascenseur (pourtant lors d’une conversation avec un inconnu, c’est ainsi que se déroulent les choses le temps de se trouver un vrai terrain d’entente, un sujet de discussion digne de ce nom). Meera eu un petit sourire amusé et compatissant devant sa réaction, tandis que de son côté elle se sentait reprendre le contrôle de son esprit ; la gêne soudaine disparut bien vite lorsqu’elle détourna le sujet.

▬ Non… Malheureusement ? Je sais pas trop, je m'intéresse pas trop… Enfin j’ai pas trouvé quelqu’un avec qui j’aurais envie… Enfin non j’ai personne.

Un rire léger se fit son chemin entre ses lèvres.

▬ Haha, te fais pas de bile comme ça, c’est pas la mort crois-moi, fit-elle avant de boire une gorgée rapide de son cocktail, parfois le célibat c’est dix fois mieux qu’être en couple, j’peux t’assurer…

Surtout quand ton partenaire est un enfoiré de première qui finit par te tromper et te traiter comme de la merde au bout de deux ans de relation, elle songea sans en dire un mot, un prénom au bout des lèvres et une paire d’yeux obscurs dans un coin du cerveau. Et pourtant, ce serait peu dire que d’affirmer qu’elle était de celles qui ne vivaient que pour sentir leur coeur s’emballer en croisant un regard, se sentir belle et désirable dans les yeux de l’autre –probablement qu’il y avait un peu de complexe d’Oedipe caché dans tout ça (elle avait bien été abandonnée deux fois). L’affection, les choses de l’amour, elle y avait si peu eu droit plus jeune qu’elle s’en gavait à en exploser quand ça lui tombait dessus, qu’elle en donnait à tort et à travers dans l’espoir qu’on lui retourne la gentillesse (ça n’était pas pour rien qu’elle s’aliénait de sa propre volonté pour que Saul lui revienne). Parfois, on tombe sur des types biens et amoureux qui donnent au monde des couleurs plus belles. Parfois on tombe sur des connards. Jusque là elle comptait ses essais sur le bout des doigts, et puisqu’elle était toujours célibataire et qu’elle pouvait se contenter de peu tant qu’on l’aime un minimum, on pouvait facilement deviner sur quel genre de mecs elle était tombée.
Alors oui, le dans ces cas là, le célibat c’est mieux, c’est clair, mais cela n’empêchait pas l’amertume de se goûter sur son palais en disant ça, elle qui crèverait pour qu’on l’aime à jamais.

▬ Et puis bon, t’as quoi, seize ans ? dix-sept ans ? T’es encore large, ça viendra j’imagine… elle sirota la dernière gorgée glacée et ricana dans la foulée avant de lui glisser un regard en coin amusé, j’te dis ça comme si j’étais vieille alors que j’dois être à peine plus âgée que toi, haha !

Elle chassa les souvenirs acides en un battement de cils tout en jetant un oeil dans la foule des fois qu’un crâne familier refasse son apparition dans son champ de vision –en vain, tant pis. Et ce n’est que lorsqu’Iekazu ouvrit de nouveau la bouche qu’elle cru percevoir une once de malaise dans sa voix. Elle tourna la tête vers lui, légèrement penchée sur le côté et les yeux plantés droits dans les siens comme elle le faisait souvent lorsqu’elle s’inquiétait un peu pour les autres.

▬ Hum dis… Il n’est toujours pas là, j’aimerais bien l’attendre dehors, une fois ma boisson finie. Si tu veux suivre…

Un sourire étira le coin de ses lèvres.

▬ Ouais, pas de soucis !

Elle attendit donc qu’il termine son verre, paya ses consommations de la soirée et l’accompagna à l’extérieur. L’air frais de la nuit d’automne la saisi aussitôt et la fit frissonner –contraste trop brutal avec la fournaise du concert et de la foule.

▬ Comment on se les gèle ! s’exclama-t-elle en se frottant les bras –elle n’était pas vraiment habillée en cohérence avec la saison en même temps.

Meera porta la main à la poche de son jean pour en sortir un vieux paquet de tabac presque fini ainsi que le reste de son attirail à cancer du poumon (filtre, feuilles, briquet, la totale). D’un geste expert car habituée, elle roula sa cigarette en quelques secondes et en inspira une longue bouffée qu’elle prit le temps de savourer avant de souffler, puis elle alla se caler dos contre un lampadaire et entreprit de ranger son merdier à sa place –à savoir dans toutes les poches de son pantalon.

▬ Je t’en aurais bien proposé une mais quelque chose me dit que tu fumes pas, fit-elle nonchalamment en lançant une oeillade espiègle en direction d’Iekazu, sourire narquois au coin des lèvres. Alors dis-moi, de quoi t’as envie de discuter en attendant ton pote ?

Elle se laissa glisser contre le poteau pour aller s’asseoir plus confortablement sur le sol, les coudes repliés contre ses genoux et la clope au bec, les yeux fixé sur son nouveau compagnon de la soirée.







♥♥♥:
 
Bans & Stuff:
 
élève à l'Académie
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t208-le-sourire-du-demon-sur-les-levres-tu-avanceras-finishttp://astrophelcity.forumactif.org/t254-au-fond-il-y-aura-toujours-des-gens-pour-t-approcher-rs-iekazuhttp://astrophelcity.forumactif.org/t105-rp-with-me
Date d'inscription : 24/02/2016
Messages : 56
Dollars : 31
Crédits : Moi pour l'avatar et Jude pour la signa! ♥
élève à l'Académie
MessageSujet: Re: Il y avait la souffrance, mais des vies malgré tout (PV Meera)   Mer 2 Aoû - 20:07


IL Y AVAIT LA SOUFFRANCE, MAIS DES VIES MALGRÉ TOUT

Feat Meera J. Taylor



- Haha, te fais pas de bile comme ça, c’est pas la mort crois-moi, parfois le célibat c’est dix fois mieux qu’être en couple, j’peux t’assurer… Et puis bon, t’as quoi, seize ans ? dix-sept ans ? T’es encore large, ça viendra j’imagine… J’te dis ça comme si j’étais vieille alors que j’dois être à peine plus âgée que toi, haha !

Non, de toute évidence tu n’es pas le genre de personnes à courir après l’amour. La vérité c’est qu’il y a même que ce soir où ça te perturbe un peu, que ce soir où tu te sens étrange et que tu n’apprécies pas vraiment. Il y a que ce soir où tu as réussis à trouver une femme « belle », à te sentir con d’être attiré ainsi par Meera. Sauf que bien sur, tu ne lui diras pas, tu ne sais encore moins jouer franc jeu quand tu n’es pas du tout quelqu’un qui fait des compliments facilement. D’ailleurs tu passes à autre chose, formule ton besoin de prendre l’air et l’envie qu’elle vienne avec toi. Un instant, tu te dis que ça serait mieux qu’elle refuse, même si la déception y sera, mais au moins tu arrêteras de penser que tu te comportes de façon stupide.

- Ouais, pas de soucis !

Raté. Ca te soulages autant que ça t’embête un peu, mais tu te décides à sourire comme si de rien n’était, et tu fini d’une traite ton verre avant de payer à ton tour. Un saut de tabouret plus tard, tu es en train de prendre le chemin de la sortie avec elle. Et c’est le froid qui vous attend, qui te surprend visiblement autant qu’elle quand à l’intérieur il faisait presque trop chaud. T’es pas frileux, mais faut avouer que d’un coup tu regrettes ton envie d’être dehors, même si tu t’y habitues assez vite.

- Comment on se les gèle !
- Un peu ouais !

Tu lâches un rire rapide, juste avant que les questions ne fusent dans ton esprit. Parce que tu la vois avoir froid, si peu habillé, alors que toi tu as ton gilet pour te tenir chaud. T’hésites un instant, tu devrais peut être lui prêter le temps que vous soyez tout les deux dehors ? C’est pas genre, un peu beaucoup cliché ça ? En même temps, tu n’as pas envie qu’elle tombe malade juste pour te faire plaisir. Tu décides cependant de laisser ton action en suspends en ce moment, en voyant Meera se servir de quoi fumer, et tu la regarde faire quelques secondes. Pendant qu’elle s’occupe à ça, toi tu guettes les alentours pour voir si Jude arrive, jusqu’à entendre la bleue à nouveau.

- Je t’en aurais bien proposé une mais quelque chose me dit que tu fumes pas.

Bien vu. Tu souris juste vaguement en signe de réponse, et tu approches pour te retrouver à nouveau vers elle, ouvrant ton gilet pour t’apprêter à le retirer, l’air de rien.

- Alors dis-moi, de quoi t’as envie de discuter en attendant ton pote ?

- Déjà commence par mettre ça, histoire que tu meurs pas de froid sur place. Et je n’accepte pas le non : Je n’ai pas froid, ça va.

Tu lui tends ton vêtement, un petit sourire moqueur au visage. Tu n’as pas envie non plus d’être comme un con devant un refus, pour une fois que tu fais preuve de sympathie. Tu réfléchis vaguement à son interrogation, tu as envie de la connaître c’est sur, alors tu pourrais en avoir des tas de question à poser. Tu jettes un coup d’œil au bar tout près de vous, avant de la regarder de plus belle.

- Parle moi de ton groupe. Vous venez souvent ici, ou vous changez de bar fréquemment ? A moins que vous vous produisez dans d’autres endroits ? Ca fait longtemps que vous jouez ensemble ?

Il est vrai que ça t’intéresse, surtout par la passion que tu as pu voir en elle pendant leur représentation. Et tu le montre, la curiosité que tu y apportes, quand tes prunelles marrons montre un éclat d’intérêt non dissimulé. Pour une fois que tu apportes de l’intérêt pour quelqu’un.

(c) by me





Une rose de Romeo! Merci merci ♥
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Il y avait la souffrance, mais des vies malgré tout (PV Meera)   

Il y avait la souffrance, mais des vies malgré tout (PV Meera)
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Astrophel City :: Hiawatha District :: Zone industrielle-