AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
avatars mangas ☆ rp libre ☆ mini-events réguliers ☆ combats au rendez-vous ☆ venez participer ! on est gentils (⦿ ‿ ⦿)
Le PDG de la X-TREM Factory entretiendrait une relation des plus intenses avec sa vice-présidente. On espère que ce n’est pas cette affaire qui a distrait l’ancien Phoenix de son travail et qui a entraîné un manque de sécurité lors de la dernière conférence de presse de l’entreprise où à eu lieu une explosion causant la mort d’un de ses haut-gradés...
Le mystérieux « Mist » dont l’apparition soudaine a récemment secoué la ville serait en fait une association de trolls désoeuvrés voulant profiter de la panique des récents attentats pour gagner plus de popularité sur les réseaux sociaux.
Il paraîtrait que le fondateur de la ville Edward Astrophel aurait été le descendant direct de Diogène, le philosophe grec qui vivait dans un tonneau. Incroyable !
les rumeurs



Partagez | 
over the castle on the hill. ❞ (sauleera)
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Mist
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://sanctuary-of-heart.forumactif.org/http://astrophelcity.forumactif.org/t451-ain-t-got-no-time-to-be-weak-saul
Date d'inscription : 02/07/2016
Messages : 96
Dollars : 74
Crédits : art by cookiecreation // edit by MISS AMAZING.
Mist
MessageSujet: over the castle on the hill. ❞ (sauleera)   Mer 1 Fév - 22:56

over the castle on the hill
saul x meera
When I was six years old I broke my leg

Les premiers instants qui avaient suivi le réveil de Saul demeuraient dans son esprit une succession de scènes floues sans lien les unes avec les autres. Il avait à peine senti lorsqu'on l'avait arraché de son lit pour le balancer sur une civière qui avait parcouru l'hôpital afin de rejoindre la salle de réanimation. Quelques flashs de l'opération lui revenaient de temps à autres mais il lui était impossible de savoir si c'était réellement arrivé. Enfin ça, c'était le cas de plein de choses, en dehors de cette étrange journée un peu hors du temps...

Les souvenirs de la dernière fois où il s'était retrouvé à l'hôpital ne lui revenaient pas bien. Il avait beau essayer de s'en rappeler, il rien ne semblait lui revenir et ce n'est qu'après quelques fastidieuses minutes de réflexion qu'il réalisa que c'était bien parce qu'il n'y avait jamais mis les pieds auparavant. C'était qu'il avait toujours eu de la veine, Saul. La vie avait beau lui en faire voir de toutes les couleurs, il était toujours sorti indemne de tous les accidents qu'elle lui avait fait subir. Comme la fois où il s'était fait faucher par une voiture alors qu'il roulait sur une moto qui n'était pas la sienne, ou celle où il avait sauté du pont d'un cargo amarré sur le port, pour un pari idiot qu'il avait perdu lamentablement et que l'on avait dû venir le chercher puisqu'il avait plongé la tête la première. Il eut sourire lorsqu'il se remémora la fois où il était resté coincé dans le réfrigérateur de l'orphelinat au terme d'une partie de cache-cache qui avait mal tourné, et dont Meera l'avait extirpé juste avant qu'il ne perde connaissance...*

Il inspecta la chambre, maintenant qu'il avait suffisamment de force -et un peu d'aide de sa charmante infirmière- pour se redresser et regarder autre chose que le plafond immaculé. C'était une chambre différente de celle qu'il occupait, il en était sûr et certain, bien qu'il ne sache pas d'où il tenait cette information, mais on avait tout de même déplacé le peu d'affaires qui étaient à lui pour les poser en vrac dans cette nouvelle pièce. Son entourage n'était pas très fan de fleurs, alors il n'y en avait aucune. En revanche, la table de chevet était couverte d'une pile de photos froissées que personne n'avait pris le temps d'encadrer, et tant mieux parce qu'il avait ainsi pu les éparpiller sur ses genoux comme il le voulait, en attendant que cette porte ne s'ouvre sur cette fille qui figurait sur absolument toutes les photos.

Souvent quand il y avait du monde, elle faisait la gueule. Elle n'était jamais au milieu de la photo, elle n'était jamais au premier plan. Il avait toujours un bras qui traînait quelque part, sur ses épaules, la taille, enroulé autour du sien, comme pour la maintenir à l'intérieur du cadre. Il eut un petit sourire en se remémorant de chaque instant capturé par ces photographies. Et puis il y avait une série de photos où il n'y avait que lui et elle, ou juste elle, quand c'était lui qui se retrouvait derrière l'objectif. Celles-là, c'étaient ces préférées parce que c'étaient celles-là qui capturaient les regards gênés, les rougeurs sur le visage et les sourires étincelants qu'elle lui offrait sans qu'il ait besoin de les lui voler.

Il finissait tout juste de parcourir les photographies pour la cinquième fois quand la porte s'ouvrit. Il ne put s'empêcher de sourire comme un enfant le jour de Noël, et leva faiblement le bras pour esquisser un signe de la main en guise de salut.

« Yo, ça fait un bail. »

Et il n'avait pas parlé depuis si longtemps que la fin de sa phrase se perdit dans un son rauque qui provoqua une quinte de toux sèche.
Pour l'entrée dramatique, on repassera.

made by MISS AMAZING.


*c'est la vie d'un de mes potes je rigole pas il aurait dû mourir au moins 10 fois depuis qu'il est né je sais pas encore ce qu'il fait encore en vie...




SAUL:
 


S O U L M A T E S:
 
super-banana
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t283-quiet-is-violent-meerahttp://astrophelcity.forumactif.org/t290-we-re-broken-people-meerahttp://astrophelcity.forumactif.org/t611-topic-rps-et-chronologies-meera-co#5976
Date d'inscription : 27/01/2016
Messages : 260
Dollars : 147
Crédits : Saul (avatar) & Jude (signa) ♥
Localisation : Hiawatha District
super-banana
MessageSujet: Re: over the castle on the hill. ❞ (sauleera)   Dim 5 Fév - 18:07

OVER THE CASTLE ON THE HILL
I'M WEARING THE SMILE YOU PUT ON MY FACE ♥︎ SAUL
Ça avait commencé comme un jour comme les autres, un week-end parmi tant d’autres similaires ; vendredi soir occupé à faire la fête pour se soulager de la semaine passée, samedi matin réservé à la gueule de bois et début d’après-midi consacré à la grosse répétition hebdomadaire avec le groupe. Pas une seule fois elle avait manqué une des ces répèt’ là. Le groupe, la musique, même avec quarante degrés de fièvre elle y irait quand même, parce que c’était sa passion, sa drogue, son addiction, et que sans sa dose elle n’était pas certaine de pouvoir affronter la vie et ses aléas jusqu’à la prochaine fois.
Mais il parait qu’il faut une première fois à tout.
Et quand elle eut reçu l’appel de l’hôpital aux alentours de quinze heures, pendant les quelques minutes de pauses qu’ils s’étaient octroyés après deux bonnes heures à travailler la dernière chanson qu’Olympe avait composée, elle n’eut même pas besoin d’y réfléchir à deux fois avant de laisser toutes ses affaires en plan dans le salon de sa meilleure amie, d’attraper sa veste et de claquer la porte derrière elle en leur criant un simple « Faut que j’y aille ! » précipité pour toute explication.
Ce n’était clairement pas dans ses habitudes de laisser ses camarades en plan de la sorte.
Mais qu’ils lui pardonnent d’avoir senti son coeur bondir dans sa poitrine quand le médecin lui avait annoncé que Saul venait de sortir de la salle de réanimation.

Elle connaissait le trajet jusqu'à l’hôpital Eve Blackstench par coeur, elle aurait pu y courir les yeux fermés tout en sachant sur le bout des doigts quel bus prendre, à quel arrêt descendre et quelle rue emprunter.
Et plus les minutes passaient plus elle sentait sa gorge la serrer.
Trente minutes plus tard, approximativement, elle était là, plantée devant la porte de la chambre, les cheveux ébouriffés et le souffle court, les doigts agités de tressautements nerveux.
Et si c’était des conneries ? S’il dormait encore ? —elle en avait tant rêvé la nuit de ce moment qu’elle n’était plus sûre de savoir distinguer la réalité de ces songes desquels elle se réveillait chaque fois les larmes aux yeux et le coeur lourd ; et quand bien même elle savait qu’elle n’avait pas à douter de la parole du médecin, c’était plus fort qu’elle, elle ne contrôlait pas ses pensées noires et ses peurs, et ses doutes.
La main tremblante, elle ouvrit la porte, avec l’impression de n’entendre rien, si ce n’était le sang qui lui battait aux oreilles à une vitesse folle.

Et ce fut comme si on lui avait donné un coup dans le ventre quand il tourna la tête vers elle et lui offrit son habituel sourire qui lui avait tant manqué.

— Yo, ça fait un bail.

Meera ouvrit la bouche, mais aucun son n’en sortit. Comme si les connexion de son cerveau avaient fondu subitement, que la liaison entre les différentes parties de son corps était devenue défaillante. Il faut dire que Saul prenait tellement de place dans son coeur et dans sa tête, avec son sourire et ses yeux bleus et sa voix, ce n’était pas très étonnant qu’il n’y en ai plus assez pour la laisser fonctionner correctement.
Ce ne fut qu’au terme de longues secondes passées à le détailler de la tête aux pieds qu’elle reprit sa respiration et parvint à articuler, la voix agitée de trémolos.

— U-Un bail ?

Deux mots à peine, et elle sentait déjà ses yeux la piquer.

— Tu… tu m’laisses toute seule pendant deux ans et tout ce que tu trouves à dire c’est « yo ça fait un bail » ? Fit-elle en haussant le ton s’en trop le réaliser, sans même savoir si elle était vraiment fâchée, si elle faisait de l’humour, ou si c’étaient ses nerfs qui déconnaient. Si c’est un blague c'est vraiment pas drôle !

La chaleur qui roulait subitement sur ses joues lui fit prendre conscience qu’elle était en train de pleurer ; devant quelqu’un d’autre, elle se serait détournée, aurait caché ses larmes par fierté et aurait lancé une connerie pour clore l’affaire.
Mais c’était Saul. C’était pas quelqu’un d’autre. Devant lui elle pouvait bien pleurer toutes les larmes de son corps sans ressentir la moindre honte parce qu’il était le seul à lui avoir jamais donné le sentiment qu’elle en avait le droit.
Alors elle craqua, franchit la distance qui les séparait en trois enjambées, et grimpa sur le matelas pour mieux pouvoir se réfugier au creux de son cou, profiter de la chaleur de ses bras et s’imprégner de son odeur qui rimait avec famille et foyer dans sa tête.

— Tu m’as manqué espèce d’abruti ! elle parvint à articuler péniblement entre deux sanglots et trois reniflements.

Tu m’as manqué et j’en aurais crevé si tu ne t’étais jamais réveillé.







♥♥♥:
 
Bans & Stuff:
 
Mist
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://sanctuary-of-heart.forumactif.org/http://astrophelcity.forumactif.org/t451-ain-t-got-no-time-to-be-weak-saul
Date d'inscription : 02/07/2016
Messages : 96
Dollars : 74
Crédits : art by cookiecreation // edit by MISS AMAZING.
Mist
MessageSujet: Re: over the castle on the hill. ❞ (sauleera)   Dim 12 Mar - 0:56

over the castle on the hill
saul x meera
I was running from my brother and his friends

Quand le but était de provoquer quelque chose chez les gens, Saul était très bon dans le choix de ses mots. Ce n'était pas seulement de provoquer quelque chose de positif, de réconforter ni de rassurer. C'était juste piquer quelque part, faire sursauter le coeur pour qu'il rate un battement et pour que des choses aillent chatouiller le creux du ventre. C'était mettre un coup de jus quelque part et attendre que quelque chose comme l'exaspération ou la rage se mette à bouillir au fond de l'estomac. C'était arracher un cri de surprise et voir comment les yeux se mettaient alors à parler.
Il était un peu cruel, quand il le voulait, mais il ne pouvait pas s'en empêcher.
Parce que ses yeux à elle, ils étaient si beaux quand ils se mettaient à briller.

Il sentit un poids s'écraser sur sa poitrine et son corps rebondir sur le matelas quand elle s'écrasa sur lui. Un parfum familier se répandit dans l'air -il n'avait jamais réussi à mettre un nom sur cette effluve particulière qui était ce qui se rapprochait le plus de ce qu'on appelle "chez soi"- et il prit le temps de prendre une grande inspiration avant d'enrouler ses bras autour de ses épaules, dans une étreinte un peu faible. Il déposa un baiser sur le sommet de son crâne et commença à lui caresser doucement le dos, tandis que les sanglots la faisaient trembler entre ses bras.

« Hey, faut pas pleurer comme ça... » murmura-t-il.

Saul enroula sa main libre autour de celle de Meera et continua de faire courir l'autre le long de sa colonne vertébrale. Il prit une grande inspiration et expira longuement, et réitéra le geste jusqu'à ce qu'il sente la respiration de Meera se caler sur la sienne. Ce n'était pas la première fois qu'il la voyait pleurer, et ce n'était pas non plus la première fois qu'il la faisait pleurer.

« Je suis là maintenant. » Il eut un rire léger. « J'ai mis plus de temps que prévu pour revenir mais c'est bon, j'suis là. »

Combien de temps l'infirmière avait-elle dit qu'il était resté dans le coma ? Deux ans ? C'était bien ça qu'elle avait dit, un peu par erreur, juste parce qu'il lui avait demandé de ne pas le ménager. Ils avaient parlé un peu, le temps qu'il se rappelle comment faire, juste pour lui prouver qu'il se rappelait qui il était. Les souvenirs s'étaient reconstruits au fur et à mesure de la conversation, et les preuves qu'il avait eu une vie avant son réveil demeuraient dans la sélection de photos qu'on avait sûrement dû lui faire pour quand viendrait ce moment fatidique où il ouvrirait les yeux et où il n'aurait plus besoin d'assistance pour respirer.

« L'infirmière... elle m'a dit que ça faisait deux ans- »

Il se mit à tousser, forçant Meera à se redresser, et il eut alors la désagréable impression que ses os allaient se dissocier les uns des autres. Une main sur la poitrine, il tenta de reprendre une grande inspiration mais la quinte de toux repris de plus belle. Saul se redressa et mis ce qui sembla être une éternité à reprendre une respiration normale.

« Deux ans que j'avais pas pris l'air. » Il prit le verre que lui tendait Meera et le vida d'une traite. « Merci. »

Saul leva les yeux vers Meera, qui avait dans le regard un air si concerné qu'il lui arracha un petit sourire. Malgré la douleur dans sa poitrine et son envie de recommencer à cracher ses poumons, il s'efforça de garder la face et mit une pichenette furtive sur le front de sa meilleure amie.

« Qu'est ce que j'ai loupé ? »

Un tas de trucs, sûrement. Elle n'allait jamais réussir à tout lui raconter. Mais il connaissait Meera, et s'il ne lui demandait pas alors elle n'allait jamais parler.

made by MISS AMAZING.




SAUL:
 


S O U L M A T E S:
 
super-banana
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t283-quiet-is-violent-meerahttp://astrophelcity.forumactif.org/t290-we-re-broken-people-meerahttp://astrophelcity.forumactif.org/t611-topic-rps-et-chronologies-meera-co#5976
Date d'inscription : 27/01/2016
Messages : 260
Dollars : 147
Crédits : Saul (avatar) & Jude (signa) ♥
Localisation : Hiawatha District
super-banana
MessageSujet: Re: over the castle on the hill. ❞ (sauleera)   Dim 26 Mar - 20:57

OVER THE CASTLE ON THE HILL
I'M WEARING THE SMILE YOU PUT ON MY FACE ♥︎ SAUL
Il y avait
la chaleur de ses bras,
l’odeur de son cou,
la douceur de ses geste alors qu’il lui caressait le dos,
et pour la première fois depuis longtemps les larmes avaient un goût de soulagement, de libération.
Souvent on vantait les bienfaits d’une crise de larmes, d’une petite séance thérapeutique de laisser aller durant laquelle on se vide de tout ce sel qui ronge les corps et les coeurs afin de mieux affronter les jours à venir. Mais Meera, depuis que Saul était dans le coma, elle avait beau pleurer ça ne la soulageait pas, pas tant qu’elle ne pouvait plus entendre sa voix autre part que dans sa tête.
Mais c’était enfin fini.
Enfin.


— Hey, faut pas pleurer comme ça…

Elle senti sa main s’enrouler doucement autour de la sienne et elle se fit violence pour ne pas lui écraser les phalange lorsqu’elle resserra les doigts, les mains tremblantes, tressautantes au fil de ses sanglots. Pardon, je sais qu’il faudrait se réjouir aujourd’hui mais c’est plus fort que moi, t’es le seul capable de me mettre dans cet état là.

— Je suis là maintenant –il rit légèrement, tout près de son oreille, et dieu, c’était comme si elle redevenait l’enfant de douze ans qu’elle était le jour où il l’avait définitivement attrapée dans ses filets avec ses sourires et sa gentillesseJ’ai mis plus de temps que prévu pour revenir mais c'est bon, j'suis là.

— Oui, elle parvint finalement à articuler, le souffle court d’avoir pleuré, mais une ébauche de sourire au lèvres.

Oui. T’es là. J’te jure que je demande rien de plus que ça.

— L'infirmière... elle m'a dit que ça faisait deux ans… – il fut pris d’une crise de toux assez impressionnante pour que Meera, après s’être brusquement redressée de peur de gêner sa respiration en étant appuyée sur lui de la sorte, hésita à faire appeler un aide-soignant ; finalement elle se contenta de lui servir un grand verre d’eau quand sa respiration sembla s’apaiser– deux ans que j'avais pas pris l'air. Merci.

Toujours inquiète quant à son état, la jeune fille de se détendit qu’après avoir senti la pichenette qu’il lui asséna sur le front, un petit sourire aux lèvres –sa façon de lui dire de ne pas s’en faire, elle le connaissait assez pour savoir déchiffrer les mots non-prononcés dans ses gestes. Rassurée, elle passa une main sur son front par réflexe et l’imita en souriant doucement –quoiqu’avec un peu de résignation, un peu de peine dans l’expression ; comment annoncer joyeusement à quelqu’un qu’il a dormi pendant deux ans en même temps ?

— J’étais persuadée que tu te réveillerais, elle se contenta de dire tout bas, de peur que sa voix ne déraille si elle haussait le ton. J’étais persuadée…

Elle avait l’impression qu’il fallait qu’elle le lui répète inlassablement, qu’il sache qu’elle y avait toujours cru, et que malgré les hauts et les bas, malgré les moments de doute et de peur, sa confiance en lui n’avait pas faillit.
Il lui aurait resté quoi sans ça après tout ?

— Qu'est ce que j'ai loupé ?

Meera ouvrit les yeux en grands avant de ricaner, un peu surprise par la question –et puis finalement non, c’était tout lui de demander ça comme ça, elle n’étais pas si étonnée après réflexion.

— Euh, je sais pas, pas tant de choses que ça, je crois.

C’est qu’elle avait l’impression que son monde s’était mis sur pause pendant deux ans donc c’était dur de faire la part des choses à l’heure actuelle.

— J’ai trouvé du travail, je joue du piano dans un restaurant à Nahuel. Oh, et je suis dans un groupe de rock maintenant ! Tu te rappelles d’Olympe, ma copine ? Elle a réussi à me convaincre de devenir la bassiste de son groupe y’a à peu près un an, un an et demi. Maintenant on se produit dans un bar sur Hiawatha, tous les samedis sauf exceptions –elle ne dira pas lesquelles, elle se doutait qu’il n’apprécierait pas trop. On s’appelle les Fallen Devils, précisa-t-elle dans un ricanement, c’est super cliché haha. Ce serait chouette de pouvoir te montrer, t’aimerais bien je crois.

Elle s’interrompit, le temps d’organiser sa pensée, de poser les yeux sur lui. Elle se laissa plonger dans ses yeux vert d’eau un instant avant de sourire plus franchement que les autres fois.

— On t’as dit combien de temps tu vas devoir rester encore ?

On t’as dit combien de temps il allait falloir attendre pour reprendre notre vie là où on l’a laissée ?







♥♥♥:
 
Bans & Stuff:
 
Mist
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://sanctuary-of-heart.forumactif.org/http://astrophelcity.forumactif.org/t451-ain-t-got-no-time-to-be-weak-saul
Date d'inscription : 02/07/2016
Messages : 96
Dollars : 74
Crédits : art by cookiecreation // edit by MISS AMAZING.
Mist
MessageSujet: Re: over the castle on the hill. ❞ (sauleera)   Dim 18 Juin - 18:37

over the castle on the hill
saul x meera
I was running from my brother and his friends


« Tu te rappelles d’Olympe, ma copine ? »

Non, pas vraiment. Mais c'était pas bien grave, il n'allait pas la couper juste pour ça. Elle parlait peu, Meera, et même si c'était une grande qualité que peu possédaient, il y avait des jours où il aurait aimé qu'elle parle plus, parce qu'elle avait une voix magnifique et qu'il était dommage qu'elle l'utilise si peu.

« Je viendrai, une fois que tu m'auras sorti de là. »

Et il se rendit compte qu'il n'avait aucune idée de quand il allait quitter l'hôpital. Ni si il allait pouvoir sortir un jour. La possibilité qu'il ait des séquelles de cet accident à vie n'était pas à exclure, il n'était pas stupide Saul, il avait déjà vu des gens ne jamais se remettre de moins pire. Il détourna le regard, de peur qu'il ne trahisse ses pensées, mais ne put se résoudre à mentir. Il avait souvent envie de le faire, quand il voulait la préserver, mais il n'y parvenait que rarement. Parce qu'il était mauvais menteur quand il s'agissait d'elle, et que ça finissait toujours par l'inquiéter encore plus.


« Il est un peu tôt pour en parler, je pense. » Il soupira et libéra Meera de son étreinte. « J'ai... un peu peur de demander. Et, tu sais, qu'ils me disent "ah monsieur Parrish vous allez peut-être plus jamais marcher, faudra rester ici". »

Il s'appuya sur ses coudes et essaya de se relever, calant son dos contre la tête du lit. Il pinça les lèvres et essaya de bouger les jambes, en vain.
Est-ce qu'il allait lui cacher encore longtemps, que cet accident avait déjà commencer à laisser ses traces dans sa vie ? Allait-elle se sentir coupable, trouver encore une façon de se blâmer ? La dernière chose qu'il voulait, c'était lui faire du mal. Alors la meilleure solution à ce problème, c'était l'honnêteté.

« Je sens plus mes jambes. L'infirmière a dit que c'était normal, qu'il fallait attendre quelques jours. Mais je flippe, Meera. »

Il plongea son regard dans celui de sa soeur de coeur, et il dut rassembler toutes les forces et la volonté qui lui restait pour esquisser un sourire au lieu de pleurer.

made by MISS AMAZING.




SAUL:
 


S O U L M A T E S:
 
super-banana
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t283-quiet-is-violent-meerahttp://astrophelcity.forumactif.org/t290-we-re-broken-people-meerahttp://astrophelcity.forumactif.org/t611-topic-rps-et-chronologies-meera-co#5976
Date d'inscription : 27/01/2016
Messages : 260
Dollars : 147
Crédits : Saul (avatar) & Jude (signa) ♥
Localisation : Hiawatha District
super-banana
MessageSujet: Re: over the castle on the hill. ❞ (sauleera)   Dim 25 Juin - 22:27

OVER THE CASTLE ON THE HILL
I'M WEARING THE SMILE YOU PUT ON MY FACE ♥︎ SAUL
— Je viendrai, une fois que tu m'auras sorti de là.

Un rire –aussi ténu qu’un souffle– s’échappa de ses lèvres. Maintenant qu’il était réveillé, c’était comme si elle n’avait plus peur de rien, comme si les questions ne se réduisaient plus qu’à « quand ? » et plus à « comment ? » et « et si ? ».
Alors quand une ombre fugace passa sur le visage de Saul quand elle lui posa la question concernant son retour à la réalité hors des murs blancs de l’hôpital, son coeur fit un bond dans sa poitrine.

— Il est un peu tôt pour en parler, je pense. Il défit son étreinte, et un frisson lui parcouru la colonne vertébrale, comme si son contact lui manquait déjà. J’ai… un peu peur de demander. Et, tu sais, qu'ils me disent "ah monsieur Parrish vous allez peut-être plus jamais marcher, faudra rester ici".

Meera se mit à entortiller ses mains entre les draps froissés du lit de son ami, nerveusement. Elle avait du mal à déglutir subitement.

— Je sens plus mes jambes. L’infirmière a dit que c'était normal, qu'il fallait attendre quelques jours. Mais je flippe, Meera.

Il ne sent plus ses jambes, elle répéta intérieurement comme pour graver les mots dans son esprit sans y parvenir. C’était quelque chose d’impossible à imaginer pour elle, Saul, cloué au sol dans une chaise roulante. Parce que Saul, c’était la définition même de la liberté à ses yeux, c’était la vague insouciante, la brise qui souffle où bon lui semble, le garçon qui pouvait tout faire, tout faire à la condition seule d’en avoir l’envie.
Elle fronça les sourcils, essuya du revers de la main ses joues encore humides d’avoir tant pleuré, et se pencha au plus près de lui pour cueillir son visage au creux de ses mains, à la fois délicatement et fermement.

— Ça peut pas arriver, c’est pas possible, fit-elle la voix encore un peu tremblante mais imprégnée d’une détermination nouvelle –de déni ou de certitude, parfois la frontière était fine– pas à toi, tu m’entends ?

Alors qu’elle s’efforçait de ne plus pleurer pour ne plus l’inquiéter, une larme traître roula malgré tout le long de sa joue pour aller s’écraser sur les draps. Pour compenser, elle força un rire qu’elle voulait rassurant malgré les sanglots qui le rendait fébrile, et elle sourit en plantant ses yeux dans les siens. D’une main, elle vint lui caresser doucement la joue et la tempe avant d’aller se perdre dans sa chevelure d’ébène, plus longue que ce qu’il avait l’habitude de porter avant l’accident.

— Et puis, elle enchaîna entre le sourire et les larmes, même si ça arrivait –elle avait encore un peu de mal à articuler correctement à cause de l’émotion qui lui serrait la gorge– j’te laisserais jamais moisir ici, jamais.

De nouveau, elle passa ses bras autour de son cou, nicha son visage au creux de son épaule et ses mains s’agrippèrent presque désespérément au tissu de son vêtement.

— J’ai trop besoin de toi, elle souffla à mi-voix contre sa peau en affirmant un peu plus son étreinte.

Si toi tu flanches, je nous porterais seule à bout de bras s’il le faut tellement j’ai besoin de toi.






♥♥♥:
 
Bans & Stuff:
 
Mist
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://sanctuary-of-heart.forumactif.org/http://astrophelcity.forumactif.org/t451-ain-t-got-no-time-to-be-weak-saul
Date d'inscription : 02/07/2016
Messages : 96
Dollars : 74
Crédits : art by cookiecreation // edit by MISS AMAZING.
Mist
MessageSujet: Re: over the castle on the hill. ❞ (sauleera)   Dim 16 Juil - 23:37

over the castle on the hill
saul x meera
I was running from my brother and his friends

Ce qui était drôle, c'était qu'elle semblait encore plus paniquée que lui.
Il savait qu'il ne fallait pas s'en réjouir, et que c'était loin d'être rassurant. Mais il n'avait jamais connu personne qui s'inquiétait autant pour lui, et d'une certaine façon, cela lui donnait une véritable raison pour se battre afin d'aller mieux. Pour ne plus voir avec cette mine désespérée sur son visage, et ces larmes rouler le long de ses joues.

« J'espère bien, je t'en voudrai sinon. »

Il eut un petit sourire triste quand elle s'accrocha à lui, comme quand ils étaient plus jeunes et que, sans le vouloir, elle s'était servie de lui comme d'une bouée de sauvetage. Il n'était pas plus grand ni plus musclé que les autres, ni plus gentil. Il était juste arrivé à un moment où elle avait besoin de lui, et c'était la seule chose qui avait fait la différence, il en était humblement persuadé.

Il ferma les yeux et concentra sa respiration pour qu'elle corresponde à celle de sa petite soeur de coeur, et tout en caressant les cheveux de Meera, il lui sembla qu'il s'endormit.

— X —


Les jours qui suivirent, ils les passèrent enfermés entre les quatre murs de cette chambre qu'il ne connaissait pas bien, mais qui allait sûrement devenir sa nouvelle maison pour les semaines, les mois, les années -il priait les dieux, n'importe lesquels, pour que ce ne soit pas le cas- à venir.

Et puis au bout d'une semaine, l'infirmière -Elisa- était comme à son habitude, entrée avant que Meera n'arrive. C'était un samedi matin, il le savait parce que c'était un jour où il pouvait avoir Meera pour toute la journée sans qu'elle n'ait quelque chose à faire avant, ou après.
Mais cette fois, Elisa était venue avec un cadeau.

« Tu sais que là, tout de suite, je t'épouserai si je le pouvais. »

Elle avait eu un rire gêné, secoua sa main pour lui rappeler que la place était déjà prise, et lui avait expliqué le fonctionnement de son nouveau bolide. Il n'avait toujours pas retrouvé l'usage de ses jambes, mais le fauteuil qu'elle venait de lui apporter lui servirait de substitution, si jamais il était amené à les perdre à jamais.

Elisa l'installa sur son siège, avec les gestes méthodiques qu'elle avait dû répéter une centaine de fois, puisqu'il n'était pas le patient à présenter les symptômes du "dommage collatéral", et une fois qu'elle lui eut donné les dernières directives, quitta la salle en lui rappelant où étaient les ascenseurs qui lui permettaient de rejoindre le jardin de l'hôpital.

Il commençait tout juste à se familiariser avec les fonctionnalités de son engin, qu'il préférait faire avancer manuellement en poussant avec ses bras plutôt qu'avec la fonction automatique. Saul était en pleine réflexion quant à la vitesse que pouvait atteindre le fauteuil s'il se lançait depuis le sommet d'une cote, quand la porte s'ouvrit en grand. Il leva la tête, avec l'air de celui qui vient de se faire prendre en flagrant délit, et esquissa ce sourire charmeur dont il avait le secret.

« Bonjour mademoiselle Taylor. Monsieur Parrish est occupé pour le moment, veuillez repasser plus tard. »

made by MISS AMAZING.




SAUL:
 


S O U L M A T E S:
 
super-banana
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t283-quiet-is-violent-meerahttp://astrophelcity.forumactif.org/t290-we-re-broken-people-meerahttp://astrophelcity.forumactif.org/t611-topic-rps-et-chronologies-meera-co#5976
Date d'inscription : 27/01/2016
Messages : 260
Dollars : 147
Crédits : Saul (avatar) & Jude (signa) ♥
Localisation : Hiawatha District
super-banana
MessageSujet: Re: over the castle on the hill. ❞ (sauleera)   Mar 18 Juil - 23:01

OVER THE CASTLE ON THE HILL
I'M WEARING THE SMILE YOU PUT ON MY FACE ♥︎ SAUL
— J'espère bien, je t'en voudrai sinon.

Meera eu un rire, léger et fatigué, mais franc ; c’était comme ça qu’elle l’aimait Saul, avec l’humour pour éternelle réponse, avec des paroles rassurantes et des promesses d’avenir toujours meilleur. Elle se doutait bien que lui aussi avait ses idées noires et ses moments d’obscurité, comme tout le monde, mais si elle pouvait faire quoique ce soit pour qu’ils ne soient jamais plus que des doutes de passage, elle le ferait. Il était bien trop lumineux à ses yeux pour laisser les nuages assombrir le soleil de son regard.
Dans son étreinte, elle se perdit un instant à inspirer longuement l’odeur de sa peau qui faisait remonter une multitude de souvenirs –le plus souvent des nuits, passées sur le toit de l’orphelinat ou dehors après avoir fait le mur, l’un dans les bras de l’autre à parler jusqu’à l’aube ; parfois c’était pour l’aider à calmer ses crises d’anxiétés nocturnes, parfois c’était pour contrecarrer l’ennui qui accompagne les insomnies chronique, et d’autres fois encore, c’était juste parce que l’habitude avait fait de ces nuits ensemble un rituel que ni l’un ni l’autre ne voulait abandonner.
Meera n’aurait pu estimer clairement combien de temps elle resta contre lui –il faut dire qu’elle perdait souvent la notion du temps dans ses bras. Ce fut seulement lorsque l’infirmière entra dans la pièce qu’elle se releva en sursaut et réalisa alors que non seulement ils s’étaient allongés sans s’en rendre compte, mais qu’en plus, Saul s’était endormi. Les joues un peu empourprées de gêne, elle se redressa donc et quitta le lit, mais avant de partir, elle déposa un baiser sur son front dont elle avait dégagé quelques mèches noires.
Elle hésita un instant à lui laisser un mot pour lui dire qu’elle repasserait le lendemain, avant d’abandonner l’idée ; elle savait qu’il l’attendrait de toute façon.

×××××

Chaque jour de la semaine, elle avait répondu présent, peu importe si elle travaillait –son patron était très exigent, mais compréhensif, et quand elle lui avait expliqué la situation il avait concédé à la laisser partir plus tôt pour profiter des dernières heures de visite, à condition de rattraper plus tard les heures perdues. Quand le week-end arriva, elle se débrouilla de nouveau pour ne pas avoir à assister à la répétition hebdomadaire avec les Devils, en leur promettant qu’elle saurait suivre le rythme au moment du concert le soir même. C’était le premier jour où elle avait l’occasion de passer toute la journée avec lui, et rien, pas même la musique, ne passait avant dans l’ordre de ses priorités.
Sa basse –ou plutôt l’ancienne basse de Noah– sur le dos, elle était venue le plus tôt possible à l’hôpital avec dans l’idée de rejoindre directement ses amis au bar pour tout installer avant le concert, afin de pouvoir passer le plus de temps possible avec lui.

Elle croisa l’infirmière de l’autre fois dans le couloir et la salua en souriant avant de pousser la porte de la chambre de Saul.

— Bonjour mademoiselle Taylor. Monsieur Parrish est occupé pour le moment, veuillez repasser plus tard.

Elle eu une seconde d’arrêt, surprise de le voir déjà sur un fauteuil roulant, avant de laisser un large sourire étirer ses lèvres.

— Je ne sais pas si j’ai le temps de vous caser à un autre moment dans mon agenda surchargé Monsieur Parrish, il vous faudra faire avec, fit-elle avec le même accent pompeux qu’il avait employé avant de s’approcher.

Elle déposa un baiser sur sa joue avant de s’accroupir pour observer le bolide de plus près.

— À ton avis, sur la grande pente qui va de l’école à l’orphelinat, ça irait à combien à l’heure cet engin ? Est-ce qu’elle prévoyait déjà de reprendre avec lui ces cascades parfois périlleuses qu’ils avaient l’habitude de faire sur leurs skates ? Peut-être pas tout de suite, non. Mais si le fauteuil devenait une nécessité permanente, il fallait bien se renseigner, non ? Ça veut dire que tu peux sortir ? On est obligés de rester dans l’enceinte de l’hôpital ou on peut aller dehors pour de vrai ?

La part d’elle qui voulait à tout prix l’arracher de cet hôpital tout blanc désespérait de pouvoir le sortir hors des murs aseptisés pour la première fois depuis trois ans.






♥♥♥:
 
Bans & Stuff:
 
Mist
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://sanctuary-of-heart.forumactif.org/http://astrophelcity.forumactif.org/t451-ain-t-got-no-time-to-be-weak-saul
Date d'inscription : 02/07/2016
Messages : 96
Dollars : 74
Crédits : art by cookiecreation // edit by MISS AMAZING.
Mist
MessageSujet: Re: over the castle on the hill. ❞ (sauleera)   Mer 19 Juil - 14:36

over the castle on the hill
saul x meera
I was running from my brother and his friends

C'était plaisant, de constater que peu importe combien de temps ils étaient éloignés l'un de l'autre, ils continuaient à se poser les mêmes questions.

« Hum, sachant que la pente est un bon 45% et qu'elle s'étend sur je dirai 300 mètres... je sais pas, ça dépend. Est-ce qu'on prend compte les frottements du vent ? »

Il n'avait la réponse à aucune de ces questions, mais ça l'amusait de prétendre avoir des connaissances dont il ne disposait pas.
Il observa Meera faire le tour de leur nouveau jouet, et ne put empêcher un petit sourire devant son air concentré. Ce qu'il adorait chez Meera, c'était qu'elle ne faisait jamais rien à moitié ; elle mettait tout son coeur à l'ouvrage, comme si rien de ce qui pouvait se passer à l'extérieur ne pouvait détourner son attention.

« Hm... ouais, je crois bien que ça veut dire que je peux sortir. Je suis pas sûr de pouvoir faire grand chose avec ce méga bolide dans cette minuscule chambre. »

Saul agripa les grandes roues du fauteuil et les élança, avec le peu de forces qu'il avait, et il traversa doucement la largeur de la pièce grâce au petit élan qu'il était parvenu à produire. Ce n'était pas grand chose -même moins que ce qu'il aurait espéré- mais au moins, cela lui permettrait de se faire les bras en attendant.

« Elisa m'a montré comment aller dans le jardin, mais j'ai peur qu'elle ait oublié de préciser si j'avais ou non le droit de sortir de l'hôpital... »

Il se retourna dans son fauteuil pour faire face à Meera, avec le sourire malicieux dont il avait toujours usé quand il était prêt à l'embarquer -ou la suivre- dans ses bêtises.

« Ou peut-être que c'est moi, qui ai oublié. Je sais plus, tu sais, un coma ça nique un peu ton cerveau. »

Un petit clin d'oeil, pour montrer qu'elle devait commencer à prendre les choses plus légèrement. Si lui y arrivait, alors il était déterminé à ce qu'elle fasse de même.
Il tenta un demi-tour -il ne parvint qu'à faire un quart de tour, et désigna la porte d'un geste théâtral.

« Après vous, miss Taylor. »

made by MISS AMAZING.





SAUL:
 


S O U L M A T E S:
 
super-banana
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t283-quiet-is-violent-meerahttp://astrophelcity.forumactif.org/t290-we-re-broken-people-meerahttp://astrophelcity.forumactif.org/t611-topic-rps-et-chronologies-meera-co#5976
Date d'inscription : 27/01/2016
Messages : 260
Dollars : 147
Crédits : Saul (avatar) & Jude (signa) ♥
Localisation : Hiawatha District
super-banana
MessageSujet: Re: over the castle on the hill. ❞ (sauleera)   Mer 26 Juil - 15:44

OVER THE CASTLE ON THE HILL
I'M WEARING THE SMILE YOU PUT ON MY FACE ♥︎ SAUL
— Hm... ouais, je crois bien que ça veut dire que je peux sortir. Les yeux de Meera se mirent à briller d’excitation à cette nouvelle. Je suis pas sûr de pouvoir faire grand chose avec ce méga bolide dans cette minuscule chambre.

Quand Saul agrippa les roues de son bolide, elle ouvrit la bouche pour lui proposer son aide mais se retint de le faire quand elle le vit se déplacer tout seul –elle le connaissait assez bien pour savoir qu’il devait crever d’envie de remarcher au plus vite et retrouver sa vivacité naturelle, et se déplacer seul, c’était déjà une occasion pour lui de se muscler le haut du corps. Alors elle n’en fit rien, se promettant de ne l’aider que s’il le lui demandait.

— Elisa m'a montré comment aller dans le jardin, mais j'ai peur qu'elle ait oublié de préciser si j'avais ou non le droit de sortir de l’hôpital… Ou peut-être que c'est moi, qui ai oublié. Je sais plus, tu sais, un coma ça nique un peu ton cerveau.

Elle aurait pu prendre la blague au sérieux et s’inquiéter s’il n’avait pas fait ce petit clin d’oeil malicieux dans sa direction –à croire qu’il savait lire en elle et deviner ses réactions à l’avance ; et en y repensant, c’était sûrement le cas. Alors Meera ne put faire autre chose que soupirer d’amusement et continuer dans son sens.

— Je sais pas si c’est à cause du coma, elle ricana, t’as jamais eu le cerveau bien en place tu sais !

Un léger sourire aux lèvres, elle l’observa se démener pour bouger son fauteuil –elle se sentait presque comme une mère fière de voir son enfant faire ses premiers pas, et c’était assez drôle en songeant que c’était elle la plus jeune des deux– et souffla un rire léger quand il lui désigna la porte avec son habituelle théâtralité.

— T’as pris des cours de galanterie depuis la dernière fois ou quoi ? C’est pour Elisa c’est ça ?

Elle se poussa sur le côté pour le laisser passer et ferma la porte derrière lui avant de lui emboîter le pas –ou la roue, plutôt– en direction du jardin intérieur de l’hôpital. C’était pas encore l’extérieur et le retour à la normale, mais c’était déjà ça. Il faisait beau aujourd’hui, et Saul pourrait profiter du soleil, elle n’en demandait pas plus pour le moment.

— J’espère que tu pourras sortir de l’hôpital de temp en temps quand même, elle souffla en s’écartant une seconde pour laisser passer une infirmière un peu pressée, j’aimerais bien que tu puisses passer à un concert un de ces soirs…

Les portes du jardin s’ouvrirent sur eux et Meera étira ses bras au ciel en lâchant un bâillement avant de balayer le lieu du regard. C’était comme un square tout ce qu’il y a de plus banal, à l’exception des gens en pyjama qui s’y promenaient et de l’air fatigué de la plupart d’entre eux –elle eut un pincement au coeur, il fallait l’admettre.

— Au fait je t’ai pas demandé, t’as eu d’autres visites à part moi depuis samedi dernier ? Tes copains vont bien ?

Parce qu’ils lui rappelaient trop Saul, elle s’était délibérément éloignée de ses anciens amis dans l’espoir d’apaiser les angoisses, de ne pas trop y penser –finalement, elle s’était rapprochée des Devils, de l’un d’entre eux en particulier, et les inquiétudes ne s’étaient pas calmées ; elles avaient juste une personne de plus pour sujet.






♥♥♥:
 
Bans & Stuff:
 
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: over the castle on the hill. ❞ (sauleera)   

over the castle on the hill. ❞ (sauleera)
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Astrophel City :: Saten District :: Hôpital Eve Blackstench-