AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
avatars manga ☆ rp libre ☆ combats au rendez-vous ☆ venez participer ! on est gentils (⦿ ‿ ⦿)
Le PDG de la X-TREM Factory entretiendrait une relation des plus intenses avec sa vice-présidente. On espère que ce n’est pas cette affaire qui a distrait l’ancien Phoenix de son travail et qui a entraîné un manque de sécurité lors de la dernière conférence de presse de l’entreprise où à eu lieu une explosion causant la mort d’un de ses haut-gradés...
Le mystérieux « Mist » dont l’apparition soudaine a récemment secoué la ville serait en fait une association de trolls désoeuvrés voulant profiter de la panique des récents attentats pour gagner plus de popularité sur les réseaux sociaux.
Il paraîtrait que le fondateur de la ville Edward Astrophel aurait été le descendant direct de Diogène, le philosophe grec qui vivait dans un tonneau. Incroyable !
les rumeurs


-52%
Le deal à ne pas rater :
-52% sur la machine à pain Moulinex PAIN DORÉ OW210130
76.99 € 160 €
Voir le deal

Partagez
il mourra libre // Akainu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Citoyens
Drew Connor
Voir le profil de l'utilisateurhttps://astrophelcity.forumactif.org/t1046-left-with-broken-legs-and-heart-drew
Date d'inscription : 15/09/2018
Messages : 34
Dollars : 52
Crédits : restless (avatar).
Citoyens
MessageSujet: il mourra libre // Akainu   il mourra libre // Akainu EmptyLun 1 Oct - 21:29




Il mourra libre
drew & akainu
Il avait perdu sa trace. On avait ouvert sa cage et il avait disparu, il avait été libéré. C'était insensé, absurde. Comment avait-il pu s'en sortir ?

Les clichés numériques qu'il avait transféré sur son ordinateur avaient fini de le hanter. Il avait passé une journée à analyser chaque détail, à trouver une erreur ; n'importe quelle preuve qui lui aurait permis de le coffrer à nouveau. Mais rien. Pas une trace de culpabilité. Drew s'acharnait sur l'os qu'il rongeait depuis déjà des années comme un chien affamé ; il était buté, mais il savait que c'était lui qui le guiderait vers son objectif.

Ses collègues pouvaient bien se moquer ; ce n'est qu'un gosse, Connor ; mais ils rieraient moins s'ils le connaissaient, et Drew savait – il sentait. Il avait le flair, le bon. Sauf qu'il n'avait pas de preuves, juste une intuition. Maudit soit-il.

Qu'il se présente, là, à la même brasserie que lui, ne relevait plus de la coïncidence. C'était un signe d'un seigneur auquel il ne croyait pas, ou un baiser d'une fée qu'il oublierait de remercier ; le miracle était trop parfait. En poussant les portes de l'établissement, il avait reconnu ses traits instantanément et il fut appelé par un élan plus fort que tout.

En quelques enjambées, il avait rejoint sa table et s'y était installé. Dans une nonchalance peu commune, il avait posé l'un de ses bras sur la table.

— Eh bien, cela fait longtemps.

Il était ravi de le déranger.

— Le cadre est plus chaleureux que la dernière fois.

Il pointait du doigt le problème, le désignant : tu n'es plus enfermé, et je sais que c'est un tords. Il releva le menton dans un mouvement froid et son regard n'avait plus quitté son visage impertinent.

— Alors dis-moi, quel goût ça a, cette liberté falsifiée ?

Mais qui pouvait se targuer d'être libre ?


masquerade
Mist
Akainu Nishimura
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 06/07/2018
Messages : 54
Dollars : 68
Crédits : oim
Mist
MessageSujet: Re: il mourra libre // Akainu   il mourra libre // Akainu EmptyMar 2 Oct - 0:59

il mourra libre
son âme vendue au diable // drew & akainu

Installé près de la vitre, il observait entre deux bouchées – du bout des lèvres, l'appétit moindre – de son panini bon marché l'agitation de l'avenue marchande principale. Pause midi, rues bondées – rien d'inhabituel pour troubler le fil paisible des heures tel qu'il s'écoulait habituellement. Il jetait de temps à autres un coup d'oeil à l'écran de son portable posé au bord de son assiette, guettant les minutes qui défilaient un peu trop vite à son goût – il désirait prolonger la solitude, mais gâchait de lui-même le répit en observant de trop près les chiffres qui dégringolaient vers son prochain tour derrière le bar. Il lui tardait le soir – l'un des deux seuls de la semaine où il finissait suffisamment tôt pour se permettre de flâner et de vaquer à d'autres occupations que ses obligations.

Oh, qu'il aurait dû profiter des instants volés de silence et de flânerie, qu'il aurait dû, avant qu'on vienne les lui arracher – ce fut sa première pensée, frivole et absurde, lorsqu'il croisa le regard de celui qui venait de franchir la porte de la petite brasserie, et qu'il reconnu les traits du visage qu'il aurait préféré oublier ((oh, comme elle était tendre, la vie loin de lui)).

L'éclat de lucidité qui suivit fut soudainement plus funeste – l'autre en face de lui et qui envahit son espace vital, dans l'instant les couleurs vives de l'établissement s'évaporèrent et il ne distingua alors plus rien d'autre que les teintes de gris qu'il connaissait par coeur, les reliefs ternes dont il avait mille fois fait le tour. Il était de nouveau l'adolescent fatigué, le prisonnier aux poignets liés de l'autre côté de la vitre, les traits tirés et le sourire mauvais, l'insolence comme dernière arme, dernier rempart.

Le cadre était plus chaleureux, mais au dedans le coeur était glacial ; l'âme figée dans un tremblement en suspens.

« Connor. »

Connor, Drew ; qu'importait finalement – qu'importait la distance ou la familiarité, puisqu'à présent son appétit l'avait tout à fait quitté, et qu'il oscillait entre révolte et terreur, la fureur ou l'ennui ((mais toujours, toujours, l'audace l'emportait)).

« Tu sais ce que l'on dit, n'est-ce pas ? souffla-t-il par dessus la table et son sandwich inachevé, le ton léger, un rien mielleux. Tout a toujours meilleur goût lorsque c'est interdit. Un petit quelque chose grisant d'adrénaline, pour être plus précis. »

Il laissa filer un ricanement silencieux ((comme à la suite d'une plaisanterie désinvolte)) – un souffle presque las, alors il jetait un nouveau regard sur l'écran de son portable, après avoir pressé l'un des boutons pour l'illuminer ((cette fois-ci, il désirait ardemment que l'heure file et lui serve sur un plateau d'argent l'excuse d'un départ précipité pour reprendre son poste)).

« Je n'ai qu'une petite heure à t'accorder avant de retourner travailler, dit-il simplement, léger, comme s'il s'adressait à un vieil ami. Si tu as faim, fais-toi plaisir, c'est moi qui invite. Il faut bien fêter ça, n'est-ce pas ? »

Les coudes sur la table et les mains croisées, le menton posé sur la surface improvisée, il observait cet autre – ce prédateur menaçant, qui en savait tout à la fois trop et trop peu le concernant ; son jeu favori le plus dangereux, son jeu maudit le plus craint. Il avait savouré son absence, tout au long des premiers mois de sa liberté volée mais peut-être – peut-être qu'à présent qu'il le retrouvait, il songeait que les flammes des enfers lui avait manqué.

« Alors, Connor, dis-moi… Où en es-tu de ton enquête ? Toujours au même point mort, ou bien as-tu enfin déniché une piste, pour changer ? »


il mourra libre // Akainu AmrU5FW
Citoyens
Drew Connor
Voir le profil de l'utilisateurhttps://astrophelcity.forumactif.org/t1046-left-with-broken-legs-and-heart-drew
Date d'inscription : 15/09/2018
Messages : 34
Dollars : 52
Crédits : restless (avatar).
Citoyens
MessageSujet: Re: il mourra libre // Akainu   il mourra libre // Akainu EmptyJeu 4 Oct - 19:38




Il mourra libre
drew & akainu
Tout en en disant trop, Akainu n'en disait pas assez. Les enregistrements qu'il tirerait de cette conversation ne l'auraient mené nulle part. On l'aurait accusé de falsifier des preuves ou de saisir des propos hors contexte. Même ce qu'il se permettait d'affirmer n'aurait jamais été suffisant.

— Garde donc ta générosité pour toi.

La serveuse – qu'il connaissait suffisamment – lui avait apporté une tasse de café, en lui accordant juste une salutation discrète avant de s'enfuir, constatant avec dépit que Connor n'était pas fort ouvert pour discuter avec elle ce jour-là. Il la remercia froidement, sans lui adresser un regard, trop concentré sur le parasite qui riait devant lui.

Un rictus se dessina au bord de ses lèvres mais ne dura qu'une seconde. Un ricanement gronda dans sa gorge et son faciès était redevenu sombre. Des pistes, il en avait toujours eues ; des indices, il en avait des montagnes. Mais aucune preuve ; des faits, c'était ça qui lui manquait.

— Tu aimerais croire que je n'ai rien.

Il monta la tasse à ses lèvres et but une gorgée de son café. Enfin il adressa un regard à la serveuse, plus loin, et un vague sourire.

— Tu aimerais croire que je suis là par hasard.

Il l'était, mais pourquoi lui dire ? Généralement, les gens avaient peur de lui sans qu'il doive prononcer un mot. Généralement, on le respectait sans qu'il ai besoin d'agir. Il s'était rendu compte bien vite que ça ne marchait pas avec tout le monde, et que dans le cas d'Akainu, les mesures à prendre étaient drastiques.

Il était à museler avec précaution.

— Ça doit te manquer qu'il n'y ai plus une vitre entre nous pour te protéger.

Il posa la tasse sur sa soucoupe.


masquerade
Mist
Akainu Nishimura
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 06/07/2018
Messages : 54
Dollars : 68
Crédits : oim
Mist
MessageSujet: Re: il mourra libre // Akainu   il mourra libre // Akainu EmptyVen 5 Oct - 1:15

il mourra libre
son âme vendue au diable // drew & akainu

L'autre un rire sourd – il y avait quelque chose de menaçant, peut-être même d'un peu fou, dans ce ricanement caustique – et un frisson désagréable remonta le long de l'échine du gamin. Le regard qu'il posait sur son antagoniste s'assombrit, profitant de l'instant pendant lequel il n'était plus concentré sur lui – une seconde plus tard, ce fut le sarcasme ((l'arrogance ; l'irrévérence)) qui reprit ses droits ((ô, l'enfant ne tremblait toujours pas)).

« Pour me protéger ? Mais me protéger de quoi, dis-moi ? »

Les intentions étaient les mêmes, fielleuses, le double-jeu permanent – l'insolence et le dédain, dont il saupoudrait chacun de ses mots chaque fois qu'il les décortiquait, syllabe après syllabe. Rien n'avait changé, sinon le décor – et les mots n'étaient rien, rien quand il avait connu les coups qu'on donne à l'abri du regard des gardiens ((ou ceux qu'ils donnent eux-mêmes, sous le regard des autres détenus)) ; le froid des grilles de fer dans son dos et le goût du sang dans sa bouche quand sa lèvre éclatait contre un poing furieux quelconque, anonyme.
La violence des mots n'était rien – délicate, exquise, presque – quand il avait connu celle, brutale et sans détour, des chiens les plus déments.

Oh, Connor ; s'il savait comme les palabres sirupeuses lui paraissaient tendres au beau milieu des ruines de la barbarie qu'il avait pu côtoyer.

« Excuse-moi de te décevoir, mais tu n'as rien de plus dangereux que mes anciens compagnons de cellule… Sais-tu seulement à quoi ça ressemble, une nuit dans une prison ? »

Son rictus s'étira, imperceptiblement – il ne cillait déjà plus ; son costume d'antan il l'avait de nouveau enfilé, son rôle toujours à la perfection maîtrisé. C'est qu'il lui aurait suffit du soubresaut de trop pour se vendre – mais il l'avait juré : Astrophel tomberait avant lui.

« Je le conçois, vieil ami ; tu n'es sûrement pas là par hasard… souffla-t-il, les intonations douceâtres, en mordant dans son sandwich délaissé – comme s'il n'était plus le moins du monde dérangé par la présence hostile ((il aurait fallu voir la gorge nouée et entendre le myocarde tambouriner)). Il prit le temps de déglutir, avant de reprendre – justifier l'inachevé de son sous-entendu. Tu n'es ici que parce que je suis la seule personne que tu crois encore capable d'accorder du crédit à tes délires. Mais c'est différent, tu sais, de fantasmer et d'avoir vraiment quelque chose, Connor. »

Vint alors un soupir, une lassitude à peine feinte – peut-être, peut-être que parfois, cette mascarade absurde l'épuisait.

« Quand comptes-tu arrêter de courir comme un dératé après quelque chose qui n'a plus aucun sens aujourd'hui ? »


il mourra libre // Akainu AmrU5FW
Citoyens
Drew Connor
Voir le profil de l'utilisateurhttps://astrophelcity.forumactif.org/t1046-left-with-broken-legs-and-heart-drew
Date d'inscription : 15/09/2018
Messages : 34
Dollars : 52
Crédits : restless (avatar).
Citoyens
MessageSujet: Re: il mourra libre // Akainu   il mourra libre // Akainu EmptyDim 14 Oct - 16:49




Il mourra libre
drew & akainu
Un rire perfide fit son chemin entre ses lèvres et siffla quelques amertumes étouffées. Il courait comme un dératé, mais ne voyait pas où était le mal. Il courait après la vérité et la justice – peu importe quelles valeurs étaient accordées à ces termes. Akainu avait peut-être abandonné derrière lui, dans son passé, son devoir d'honnêteté, mais ce n'était pas ça qui allait l'arrêter.

— Tu as l'air bien sûr de toi.

Il releva les yeux vers lui, dur, intransigeant. Le passé avait quelque chose de sacré pour Drew ; il enseignait pour l'avenir et servait d'exemple. Ce après quoi il courait était une information qu'il avait récoltée dans ce dit passé. Peu importe le temps qui s'est écoulé, il était persuadé qu'il s'agissait là de sa clé. Cela avait du sens, contrairement à ce qu'il tentait d'exprimer. La remarque de son vis-à-vis le convainquit qu'il était stupide, immature, bien trop arrogant pour le peu de qualités auxquelles il pouvait vraiment prétendre.

— J'imagine que c'est ce que cette fille représente pour toi, désormais. Une relique du passé dont le souvenir n'a plus vraiment de sens.

Il haussa les épaules. Il se fichait bien de sa façon de vivre son deuil – cela faisait longtemps, maintenant. Ce qui l'intéressait, c'était comme il y réagissait, présentement ; quelles grimaces pouvaient déformer son faciès, quel regard il lui lancerait.

— Personne n'échappe à la justice comme tu l'as fait, sinon quelques personnalités. Mais toi ? Toi tu n'es rien.

Il sourit, et récupéra sa tasse par la hanse.  

— Profite encore de ta liberté. Mes fantasmes, comme tu dis, deviendront réalité. Et sans le savoir, tu m'y as déjà un peu guidé.

Akainu lui était plus d'utilité ici que dans une prison, de toute façon. Avant qu'il ne soit libéré, il n'avait que des soupçons, et depuis qu'il s'était échappé – quoiqu'en disent les dossiers – il était sûr ; certain ; c'en était devenu une obsession.

Et Drew savait que ses obsessions ne l'avaient encore jamais trahi.


masquerade
Mist
Akainu Nishimura
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 06/07/2018
Messages : 54
Dollars : 68
Crédits : oim
Mist
MessageSujet: Re: il mourra libre // Akainu   il mourra libre // Akainu EmptyLun 3 Déc - 11:20

il mourra libre
son âme vendue au diable // drew & akainu

Oh, mais c'est qu'il courait toujours, lui aussi, et pour des causes qui n'étaient peut-être pas si nobles qu'il le prétendait – pas si nobles qu'il le croyait. Il courait après la justice – sa justice –, il courait après un monde dans lequel on ne perd plus ceux que l'on aime pour un jour au mauvais endroit, pour une balle perdue, pour des hasards ou des imprévus ; il courait après une revanche, une vengeance aveugle qui ne la ramènerait pas, mais qu'il savait (pensait) capable d'éteindre le brasier acide qui lui dévorait le coeur depuis trop longtemps.

Abruti, douce folie – et s'il savait, s'il savait comme l'autre pouvait lui ressembler, comme l'autre avait soif d'une justice toute aussi biaisée, toute aussi sanglante, au nom d'un même coeur meurtri.

« J'imagine que c'est ce que cette fille représente pour toi, désormais. Une relique du passé dont le souvenir n'a plus vraiment de sens. »

Et son coeur à lui se serre quand Connor profane ; et dans ses yeux l'éclat de colère surgit du néant, fend les débris de rire et d'ennui et s'embrase – il brûle au dedans, pour cette fille dont le fantôme danse encore à ses côtés à chacun de ses pas (elle lui souffle à l'instant à l'oreille des mots de rage et de fiel qu'il cracherait par mimétisme au visage de l'autre s'il ne se contenait pas).

L'autre, il ne l'écoute plus que d'une oreille – son esprit s'enlise et le gamin aux mains tachées de sang se débat au creux de lui ; chaque fois qu'on la mentionne il n'a plus vingt ans, cinq de moins et la détresse l'engloutit (il se souvient les détonations ; celle qui la lui a arrachée, puis celle qui l'a vengée, et

il

tremble
.)

« Connor, il lance, les syllabes en détaché, le ton froid et distant (le coeur barricadé). Cette fille s'appelle Lorelei, et je l'aimais. Crois-tu vraiment que si j'avais su quoique ce soit la concernant… Quoique ce soit qui aurait pu la précipiter au devant du danger, je l'aurais laissée faire ? Pire, que je l'aurais encouragée dans ses délires au mépris des risques, au mépris de la perdre ? »

La gorge nouée, les mains liées pour qu'elles ne frémissent pas, il force sa voix pour qu'elle ne se brise pas – tous ses mots sont mensonges ; comment prétendre l'avoir aimée puisqu'il savait, comment prétendre l'avoir aimée puisqu'il a bu ses paroles et sa témérité sans les interroger, comment prétendre l'avoir aimée quand il l'a précipitée au milieu des balles, comment prétendre l'aimer encore quand il nie tout le mal, quand il nie sa responsabilité, quand il nie l'avoir tuée ?

« Crois-tu vraiment que je sois sans coeur, pour la bafouer ainsi en niant la vérité, si je savais quoique ce soit ? »

Oh, Akainu ;
Akainu, ton coeur,
tu l'as déjà vendu au diable.


il mourra libre // Akainu AmrU5FW
Citoyens
Drew Connor
Voir le profil de l'utilisateurhttps://astrophelcity.forumactif.org/t1046-left-with-broken-legs-and-heart-drew
Date d'inscription : 15/09/2018
Messages : 34
Dollars : 52
Crédits : restless (avatar).
Citoyens
MessageSujet: Re: il mourra libre // Akainu   il mourra libre // Akainu EmptyJeu 25 Juil - 21:02




Il mourra libre
drew & akainu
Drew était resté silencieux et son regard en suspends, il ne montrait signes ni de faiblesse ni de victoire, et mesurait chacun de ses souffles pour avoir l'air aussi mort que possible - et donc invincible. Il n'y avait de place ni pour la colère ni pour aucune autre émotion, il était une machine ; en tant que tel il ne pouvait être attendri ou trompé, il était imperturbable, ou voulait qu'Akainu le croit.

— Ce que je crois n'a pas d'importance. Ce que je sais, en revanche...

Il avait baissé les yeux, laissé sa tasse sur sa coupelle. Il en avait déjà presque terminé le contenu, ce n'était pas tant que la conversation durait longtemps, mais plutôt que ça l'aidait à rythmer son flux de pensées.

— Voir la personne que l'on aime mourir avec des convictions inachevées doit être terrible.

Il usait d'empathie lorsque ça lui était utile. Si Sansa avait du périr prématurément, il aurait certainement fini par passer tous ses dimanches à la messe ; parce que c'étaient ses convictions à elle qu'il aurait voulu perdurer. Heureusement pour lui - et sa foi inexistante - elle était toujours en vie.

— Les perdurer ne te la ramènera pas, parce que rien ne le fera et tu le sais déjà. Mais poursuivre son oeuvre est le plus beau des hommages; un honneur à sa mémoire.

Il hocha la tête pensivement.

— Je respecte ça.

Son regard brûlant et froid à la fois se leva lentement pour se planter dans les yeux de son interlocuteur. Drew était un homme plein de haine.

— Je ne doute pas un seul instant que tu l'aurais freinée, si tu avais su tout ça avant.

Il marqua une pause.

— Il me reste à savoir s'ils t'ont pourri en prison, ou juste après ta libération. Peut-être aimerais-tu m'éclairer ?


masquerade
Mist
Akainu Nishimura
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 06/07/2018
Messages : 54
Dollars : 68
Crédits : oim
Mist
MessageSujet: Re: il mourra libre // Akainu   il mourra libre // Akainu EmptySam 27 Juil - 11:57

il mourra libre
son âme vendue au diable // drew & akainu

Sa compassion feinte, il n'y croyait pas — il ne savait que trop quel homme se tenait en face de lui. Un type de sa trempe, aux convictions inébranlables, et au jeu d'acteur rodé par les années — ce qu'il fallait pour survivre et gagner. Ennemis de mort, il le considérait pourtant comme un égal — un homme à l'égard de qui il éprouvait tout à la fois mépris et respect. Il était dangereux, parce qu'il en savait trop, il en avait trop vu, et sa perspicacité était acérée, sa cruauté suffisamment affûtée pour que le sang-froid d'Akainu en soit mis à mal. L'art des mots, il le maîtrisait si bien qu'il aurait été facile de se prendre au jeu, si sa vie entière n'était pas menacée par la simple existence de Connor.

Il porta sa canette à ses lèvres, usant de sa soif comme d'un prétexte pour détourner le regard et reprendre contenance — il forçait tant bien que mal ses souvenirs à ne pas s'échapper de la boîte de papier dans laquelle ils étaient enfermés, mesurait chaque geste pour qu'aucun brusque ne vienne arracher les sutures au dedans.
Quand on parlait d'elle, de sa belle sacrifiée en martyr, il n'était plus qu'un gosse désemparé qu'il aurait été trop facile de confondre pour qu'il prenne le risque de se fendre sous les yeux de son nemesis.

« À ton avis, Connor ? lança-t-il, l'oeil impétueux, une fois sa boisson reposée sur la table. Dans un système qui forme des moutons en rangs d'oignons et si fonctionnel depuis des années, qui crois-tu qu'on accuse lorsque l'engrenage loupe un tour ? Les humbles ouvriers qui travaillent sagement tête baissée ou la brebis galeuse ? »

Lentement, il s'étira, fit rouler les muscles de ses épaules pour les dénouer, fit craquer ses phalanges avant de reposer ses mains sur la table, doigts croisés.

« As-tu seulement idée du nombre de défenseurs des lobbys de l'état qu'on trouve, dans les prisons ? C'en sont autant qui m'ont collé la même étiquette coupable que le juge. J'ai expié sans me plaindre une seule fois, j'ai serré les dents et accusé les coups et les mots, j'ai payé pour la mort de Lorelei et celle de ce super sans broncher. »

C'était une des raisons qui l'avaient poussé à rejoindre les rangs de la révolution — une parmi tant d'autres.
Faire perdurer les convictions de Lorelei, que sa mort ne soit pas vaine, faire honneur à sa dette envers Mist, et parce qu'il était de toute façon déjà coupable, et qu'il le resterait.
On n'effaçait pas les ardoises.

« Le pire reste l'extérieur. La rengaine n'est plus la même. Dehors il y a la famille, les proches, les amis, les collègues de ceux qui sont tombés. Ceux qui les connaissaient. Et ce sont eux les plus cruels, les plus amers, les plus rancuniers, parfois les plus vengeurs. Ceux qui te font parfois regretter d'avoir été libéré, qu'importe les raisons. »

Il eut un rire ténu, amer, avant de jeter un coup d'oeil à sa montre — l'heure tournait et, avec elle, bientôt, sa libération. Il ne tarderait pas à s'en retourner à ses devoirs, s'occuper l'esprit autrement — laver les verres, prendre les commandes, préparer, dresser les tables.
Les automatismes qui l'empêcheraient de penser — jusqu'à ce soir, jusqu'à ce qu'il soit seul, jusqu'à ce qu'il n'y ait plus personne pour le voir tomber en morceaux une nouvelle fois.

« Ça te fait jubiler, d'imaginer les insultes que j'ai essuyées, les coups qu'on a pu me donner ? L'enfer qu'on m'a fait vivre à ta place, parce que sous ton insigne tu n'en as pas le droit ? »

Mauvais, fielleux, insolent — il dissimulait sous le feu de sa rage le dedans, glacial, la déchirure qui gerbait son trop-plein d'infection immonde dans laquelle il ne tarderait plus à se noyer.

Tic, tac —
il attendait le signal de la trotteuse,
quelques minutes avant la délivrance.

Disparaître.

Simuler la force, aujourd'hui,
il n'en pouvait plus.


il mourra libre // Akainu AmrU5FW
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: il mourra libre // Akainu   il mourra libre // Akainu Empty

il mourra libre // Akainu
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Astrophel City :: Haylen District :: Commerces-