AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
avatars mangas ☆ rp libre ☆ mini-events réguliers ☆ combats au rendez-vous ☆ venez participer ! on est gentils (⦿ ‿ ⦿)
Le PDG de la X-TREM Factory entretiendrait une relation des plus intenses avec sa vice-présidente. On espère que ce n’est pas cette affaire qui a distrait l’ancien Phoenix de son travail et qui a entraîné un manque de sécurité lors de la dernière conférence de presse de l’entreprise où à eu lieu une explosion causant la mort d’un de ses haut-gradés...
Le mystérieux « Mist » dont l’apparition soudaine a récemment secoué la ville serait en fait une association de trolls désoeuvrés voulant profiter de la panique des récents attentats pour gagner plus de popularité sur les réseaux sociaux.
Il paraîtrait que le fondateur de la ville Edward Astrophel aurait été le descendant direct de Diogène, le philosophe grec qui vivait dans un tonneau. Incroyable !
les rumeurs



Partagez | 
Quand remettre un devoir s'avère plus ardu que prévu (PV Garance)
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
élève à l'Académie
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t489-mais-puisque-je-vous-dis-que-je-ne-suis-pas-un-elfe-uc?nid=782#4846http://astrophelcity.forumactif.org/t490-les-liens-d-un-elfehttp://astrophelcity.forumactif.org/t491-les-rps-de-saphir-shawn-et-co
Date d'inscription : 18/08/2015
Messages : 107
Dollars : 80
Crédits : Jude
Localisation : Suisse
élève à l'Académie
MessageSujet: Quand remettre un devoir s'avère plus ardu que prévu (PV Garance)   Lun 27 Mar - 12:57

Les cours étaient terminés pour la journée et les élèves commençaient à rentrer chez eux ou du moins à partir de l’Académie. Certains allaient en effet traîner en ville encore un peu avant de rentrer afin de profiter de ce sentiment de liberté regagné. Mais un élève avait encore quelque chose à faire avant de sortir de l’enceinte de l’école. Il s’en serait bien passé, mais pour éviter d’avoir des ennuis il valait mieux ne pas remettre ça au lendemain. Le jeune homme était d’ailleurs bien content d’avoir retrouvé son devoir dans son sac. L’avoir oublié lui avait bien semblé impensable, mais tout à l’heure en cours il lui avait été impossible de mettre la main dessus. Et le regard navré du professeur s’était révélé plutôt pesant pour son image de garçon parfait. Les ricanements de certains de ses camarades ne lui avaient pas échappés tout comme les chuchotements dans son dos.

Ah, finalement, il était un adolescent normal qui oubliait ses devoirs à la maison. Et bien non. Mais avoir retrouvé son devoir et le ramener au professeur le jour même malgré les cours terminés au lieu de le remettre le lendemain n’allait pas complètement effacer la tâche sur sa réputation d’ordinaire immaculée. Et c’était particulièrement agaçant. Il ne mettait pas tant d’efforts pour garder la réputation familiale parfaitement intacte pour qu’elle soit gâchée aussi bêtement ! Mais il n’en pouvait que s’en prendre à lui-même cette fois, ce qui était encore plus agaçant.

Son devoir sous le bras, il se dirigeait tranquillement vers le bâtiment administratif de l’école, presque certain d’y trouver son professeur de mathématiques. Au pire, il le remettrait à un collègue qui serait des plus heureux d’aider le fils Anderson. Cela avait certains avantages d’être mis sur un piédestal rien qu’à son nom et la notoriété de ses parents. Au début, il avait trouvé cette hypocrisie particulièrement agaçante, mais, maintenant, il trouvait ça particulièrement utile. Bande d’idiots. Si seulement ils voyaient plus loin que le bout de leur nez. Il n’était pas si parfait. Loin de là, même. Il était écrasé devant le poids des responsabilités qui lui incombaient et s’il avait pu, il aurait jeté tout ça par dessus son épaule sans se retourner. Mais, voilà, il ne pouvait pas, tout simplement. Il était le gardien du nom de ses parents, le gardien de sa famille et comme personne d’autre ne voulait prendre cette place, il y était bien obligé.

Le visage dissimulé par sa capuche – verte aujourd’hui – il pénétra dans le bâtiment, saluant poliment les adultes qu’il croisait sur la route. Son regard céruléen cherchait celui qui l’intéressait, mais ne le voyant pas au rez-de-chaussée, il monta à l’étage. Personne ne lui demanda ce qu’il faisait là. Son devoir sous son bras était assez explicite et sa notoriété faisait le reste. Il y avait très peu d’enseignants et responsables à l’Académie qui le traitait comme les autres élèves. Ce qui ne faisait qu’attiser la jalousie ou l’admiration de ces derniers, mais Shawn savait très bien gérer tout cela. Enfin, la plupart du temps. Car parfois, il se retrouvait submergé et dans ces moments-là il n’avait pas trop le choix. Il n’était pas bagarreur de nature, mais quand on le cherchait trop, il savait répliquer et cela ne plaisait pas forcément à tout le monde.

Son professeur demeurait introuvable et cela commençait à sérieusement l’agacer. Alors qu'il hésitait entre rentrer chez lui et continuer à chercher, il aperçut une silhouette au détour d'un couloir. Ce n'était peut-être pas la meilleure des solutions, mais il n'en voyait pas d'autre pour l'instant. Shawn l'interpella alors de sa voix la plus polie, même si la politesse semblait un poil forcée pour le coup.

- Excusez-moi, madame !


Cette femme était une surveillante qu'il connaissait bien vu que c'était elle qui l'avait collé quelques jours plus tôt, en même temps que les garçons qui l'embêtaient. Certes, Shawn avait usé des poings pour se défendre, mais il n'avait pas trop apprécié d'être mis dans le même panier que ses harceleurs. Cela le déstabilisait toujours un peu quand on ne le mettait pas sur un piédestal à cause de ses parents et de son nom. Cela arrivait si peu souvent qu'il n'était jamais habitué. En temps normal, il appréciait, mais vous connaissez quelqu'un qui aime se faire coller ? Bien ce qui me semblait. Une fois l'adulte rattrapée, Shawn reprit son souffle avant de déclarer, un peu plus hésitant qu'à son habitude.

- Vous ne sauriez pas où se trouve Monsieur Smith par hasard ? Je dois lui remettre un devoir et je ne le trouve nulle part...


En temps normal, la politesse et les bonnes manières cela le connaissait vu ses origines, mais cette femme avait tendance à lui faire perdre complètement pied. Non pas qu'il était amoureux hein, mais franchement être traité comme n'importe quel élève lambda, il n'avait vraiment pas l'habitude et il ne savait plus sur quel pied danser du coup.
Parfois, les adultes ça craint. Mais les ados aussi.






Images:
 
Farfallina
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t466-mostly-void-partially-stars-garancehttp://astrophelcity.forumactif.org/t474-bulletproof-garance#4741http://astrophelcity.forumactif.org/t611-topic-rps-et-chronologies-meera-co#5976
Date d'inscription : 01/01/2017
Messages : 65
Dollars : 35
Crédits : Kingyō ♥︎
Localisation : Saten District
Farfallina
MessageSujet: Re: Quand remettre un devoir s'avère plus ardu que prévu (PV Garance)   Sam 1 Avr - 20:47



SORRY NOT SORRY

(( GARANCE X SHAWN ))


J’aime pas trop bosser à l’Académie.
Qu’on se le dise, si j’ai accepté ce taff c’est uniquement histoire d’avoir un job couverture qui puisse expliquer en partie d’où vient la thune que je gagne –même si mon coloc’ sait à peu près que je participe à des trucs un peu limites comme les courses avec paris à la clé cela ne suffit pas toujours pour expliquer les sommes parfois considérables de fric que je peux me faire après une ou deux missions pour Blizzard. Bien sûr il n’a pas le nez dans mes comptes –cela ferait longtemps qu’il n’en n’aurait plus, de nez, s’il le faisait– mais c’est toujours plus safe d’avoir une couverture, même minime. Et puis l’avantage, c’est que j’ai pu obtenir une place en fac en plein milieu d’année grâce à ça.
Mais quand même, ce job de surveillante, ça me fait chier.
Ça m’emmerde d’avoir à surveiller des gamins pas matures pour la plupart et dont les seuls intérêts sont de frimer avec leurs pouvoirs, et esquiver le plus de cours possibles sans que cela n’affectent leurs notes ou leur appréciations pour le passage en classe suivante. Moi à leur âge, j’allais à l’école le jour, je m’entrainais la nuit, et Donovan arrivait toujours à caler une ou deux heures de conduite sur sa vieille bécane malgré tout, plus encore si j’avais le malheur de rentrer avec de mauvaises notes ; j’ai l’impression de ne jamais avoir eu d’enfance ou d’adolescence comparée à eux. Comme si j’étais née avec un esprit d’adulte et que je radotais déjà à vingt-et-un ans –la preuve je commence déjà avec les « de mon temps » !
Parfois j’ai l’impression d’être évanescente face à ses gosses plus réels que jamais.
Plutôt paradoxal quand on sait que je suis l’une des surveillantes les plus autoritaires et à la présence la plus oppressante, non ? (bah oui, faut bien savoir se faire entendre quand on est muet, et c’est d’autant plus vrai face à de sales mômes au cerveau parasité par les hormones).
J’en ai marre.
Vivement que la sonnerie de fin de classes sonne que je puisse rentrer et enfin faire quelque chose d’intéressant –enfin, de plus intéressant que d’écouter tous les ragots qui se promènent dans les couloirs entre les élèves, les profs, les autres pions et même les agents d’entretien.

On m’appelle pour distribuer des papiers administratifs dans une classe ; je quitte le bureau de vie scolaire où j’étais censée perdre mon temps pour effectuer la tâche dont je m’acquitte assez rapidement, et c’est quand je m’apprête à revenir de là d’où je viens qu’on m’appelle sur un ton qui me fait déjà grincer des dents.

« Excusez-moi, Madame ! »

Je me retourne, les sourcils froncés, un peu irritée par ta voix d’ado qui mue et ta politesse d’hypocrite –d’un côté c’est un peu satisfaisant de te voir user et abuser de ce genre de marques de respect envers moi, mais s’il y a une chose qui m’agace dans ce bas monde, c’est l’hypocrisie mielleuse et la politesse à double tranchant.
Je sais que tu ne m’apprécies pas des masses gamins.
J’en ai rien à foutre cependant.


« Vous ne sauriez pas où se trouve Monsieur Smith par hasard ? Je dois lui remettre un devoir et je ne le trouve nulle part… »

Je laisse couler quelques secondes dans le silence –le temps de bien t’observer dans le fond de l’oeil comme j’aime le faire avec tout le monde, le temps d’apprécier de te voir mal à l’aise face à moi aussi peut-être car l’idée ne me déplaît pas– avant d’amorcer le moindre mouvement pour te répondre. Je secoue la tête ; je ne sais pas où il est ton prof’ mon gars. Instinctivement je dirige ma main vers la poche de mon jean pour en retirer mon portable mais je réalise qu’il est resté dans mon sac, à la vie scolaire, et je claque la langue contre mon palais en signe d’agacement –c’est frustrant de ne rien avoir sur soi qui puisse me permettre de m’exprimer.
Alors d’un geste bref, je t’enjoins à me suivre pour que je puisse t’expliquer clairement ce qu’il en est.
E t’as pas intérêt à me faire chier.

code - kuru




élève à l'Académie
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t489-mais-puisque-je-vous-dis-que-je-ne-suis-pas-un-elfe-uc?nid=782#4846http://astrophelcity.forumactif.org/t490-les-liens-d-un-elfehttp://astrophelcity.forumactif.org/t491-les-rps-de-saphir-shawn-et-co
Date d'inscription : 18/08/2015
Messages : 107
Dollars : 80
Crédits : Jude
Localisation : Suisse
élève à l'Académie
MessageSujet: Re: Quand remettre un devoir s'avère plus ardu que prévu (PV Garance)   Dim 2 Avr - 18:02

Shawn vit tout de suite qu’il avait irrité son aînée. Bah, cela n’allait pas l’empêcher de dormir cette nuit. Il n’y pouvait rien s’il était hypocrite, il avait une image sociale à conserver, après tout. C’était toujours mieux que de se montrer impoli et de lui dire ses quatre vérités au visage. Il ne la supportait pas, d’accord, mais au moins il faisait un effort. Même si c’était plus par intérêt que par réelle envie, soit. En tout cas, le jeune homme soutint le regard de la femme sans broncher. Il en fallait plus pour l’impressionner, même s’il devait admettre qu’il n’était pas complètement à l’aise. Sans vraiment savoir pourquoi, la surveillante avait le don de le déranger. Comme si sa présence était pesante. Il n’avait vraiment pas l’habitude de ressentir ça, la plupart du temps c’était lui qui faisait de l’effet aux autres, même si ce n’était pas toujours une règle absolue comme maintenant.

En tout cas, il lui en voulait pour s’être retrouvé coller alors qu’il était en situation de légitime défense. Cela avait abîmé son image à l’Académie, il se rappelait d’ailleurs encore de la tête plus qu’étonnée qu’avait fait le professeur chargé de la dite colle. Il en aurait ri tellement c’était épique s’il n’était pas encore furieux à ce moment-là. Il ne l’était plus, mais restait quand même pas mal irrité. Aussi, haussa-t-il un sourcil en la voyant lui faire signe de le suivre, peu enclin à lui obéir, mais il se décida finalement, n’ayant pas vraiment le choix. En plus d’être insupportable à ses yeux, la surveillante était aussi muette, ce qui compliquait encore plus les choses. Il aurait pu se moquer, mais ce n’était pas son genre. Au pire, il se montrait parfois sarcastique, mais c’était tout.  

La méchanceté gratuite, c’était pour les idiots et il n’en était pas un. Se moquer d’un handicap, même lui trouvait ça bas et ses parents lui avaient toujours appris à respecter les différences d’autrui. Ils marchèrent un moment en silence, Shawn ne voyant pas d’intérêt à parler seul, avant d’arriver au bureau de vie scolaire. Le garçon ne comprenait pas ce qu’ils faisaient là, mais il n’avait qu’à obéir de toute façon pour le moment. Il y avait peu de chances qu’il récolte une autre retenue, n’ayant pas enfreint le règlement. Certes, les élèves n’étaient pas vraiment censés se promener dans le bureau administratif, mais du moment qu’ils avaient une bonne raisons, ils en avaient quand même le droit. Donc il n’était pas là pour ça.

Une piste de réponse s’imposa à lui alors qu’il apercevait un sac laissé en plan. Peut-être celui de l’adulte ? Il resta debout à attendre, un peu impatient, mais restant sage encore une fois. Même si la tentation de lui demander d’accélérer le mouvement était tentante, il tint sa langue. Ah, ça, ses parents avaient vraiment bien fait son éducation. Un sourire un peu ironique flotta sur ses lèvres pendant quelques secondes avant de disparaître pour laisser place à son indifférence habituelle. La curiosité était quand même présente dans son esprit. Pourquoi l’avait-elle fait venir pour chercher son sac ? Oh. Evidemment. Elle devait avoir un moyen de communiquer à l’intérieur. Cela ne devait pas être facile tous les jours d’être muette, mais elle devait être habituée. La compassion gratuite, ce n’était pas son genre non plus.

Surtout qu’il ne savait pas comment elle vivait avec, si ça se trouvait cela ne l’embêtait pas du tout. Bon, d’accord, c’était un peu hypocrite de penser ainsi, mais il était ainsi. En tout cas, il espérait que la conversation se révélerait plus intéressante que la dernière fois quand il avait essayé vainement de se défendre contre la colle. Ah, tiens, l’avait-elle reconnu ? Aucun signe n’avait pu le confirmer et cette question le taraudait désormais. Bah, ce n’était pas si important dans le fond. Cela l’arrangerait en fait qu’elle ne se souvienne plus de lui, mais malheureusement il y avait peu de chance que ça arrive. Il n’était pas facile à oublier. Pour les meilleures raisons comme pour les pires.
Parfois, les adultes ça craint. Mais les ados aussi.






Images:
 
Farfallina
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t466-mostly-void-partially-stars-garancehttp://astrophelcity.forumactif.org/t474-bulletproof-garance#4741http://astrophelcity.forumactif.org/t611-topic-rps-et-chronologies-meera-co#5976
Date d'inscription : 01/01/2017
Messages : 65
Dollars : 35
Crédits : Kingyō ♥︎
Localisation : Saten District
Farfallina
MessageSujet: Re: Quand remettre un devoir s'avère plus ardu que prévu (PV Garance)   Lun 3 Avr - 21:58



SORRY NOT SORRY

(( GARANCE X SHAWN ))


Anderson. Il fallait bien être sourd et aveugle dans cette école pour ne pas connaître ton nom –et la réputation qui en découle. C’est peut-être un peu pour ça que j’ai du mal à te prendre au sérieux. Oh, certes, ce n’est pas de ta faute, tu n’as pas demandé à être bien né tout comme je n’ai pas demandé à être abandonnée à la naissance, mais ton nom, il sonne comme une chanson trop écoutée à mon oreille –crispant.
Alors oui, même si je n’en montre rien, ça m’amuse de sentir ton malaise devant moi, quand bien même tu ne baisses pas le regard –c’est tout à ton honneur d’ailleurs gamin, ça je te l’accorde.

D’un pas vif je m’en retourne donc au bureau où j’ai laissé mes affaires sans me retourner pour vérifier si tu me suis ou pas –j’ai l’ouïe fine, et le bruit de tes pas derrière moi suffisent pour m’en assurer.
Quand je pousse la porte du bureau j’ai un moment d’arrêt à la vue de la silhouette pâle installée de l’autre côté de mon siège et j’ai un tic de désagrément qui m’échappe –le problème quand ton coloc’ s’avère également être ton collègue, c’est que c’est parfois difficile de supporter sa gueule arrogante toute la journée ; et moi qui pensais qu’il n’officierais pas là aujourd’hui, j’suis baisée. J’ignore son grand sourire narquois lorsqu’il me voit, ainsi que sa réplique ironique (un truc qui sonne un peu comme ça : « oh, Garance, tant de bonne humeur, je suis ébloui par ton si charmant sourire ! » j’ai tellement l’habitude de ses conneries que je pourrais les dire avant lui) et me contente de lui adresser un doigt d’honneur suffisamment parlant pour ne pas avoir à détourner le regard vers lui. Bouffon.

Au contraire, je me dirige vers mon bureau, fouille rapidement dans mon sac à la recherche de mon portable et rédige rapidement dans la partie « notes » le renseignement que tu cherches. Ou plutôt que tu ne cherchais pas vu que la réponse ne va pas t’arranger à mon avis.

« Mr. Smith a quitté l’établissement il y a une heure. Tu peux essayer de mettre ton devoir dans son casier, dans la salle des profs mais elle est fermée vu l’heure qu’il est. »

Et allez savoir pourquoi, je me sens d’une âme magnanime aujourd’hui.

« Je t’y accompagnes si tu veux, suffit de récupérer les clés. »

code - kuru




élève à l'Académie
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t489-mais-puisque-je-vous-dis-que-je-ne-suis-pas-un-elfe-uc?nid=782#4846http://astrophelcity.forumactif.org/t490-les-liens-d-un-elfehttp://astrophelcity.forumactif.org/t491-les-rps-de-saphir-shawn-et-co
Date d'inscription : 18/08/2015
Messages : 107
Dollars : 80
Crédits : Jude
Localisation : Suisse
élève à l'Académie
MessageSujet: Re: Quand remettre un devoir s'avère plus ardu que prévu (PV Garance)   Mer 5 Avr - 15:00

Shawn se sentait quelque peu irrité et cela ne faisait que l’agacer davantage. Supporter la présence de cette femme qu’il n’appréciait guère en plus de ne pas pouvoir rendre son devoir parfaitement exécuté n’arrangeait guère son humeur. Pourtant, il trouvait encore la force d’être poli en apparence. Qu’est-ce qu’il ne ferait pour cette dernière... Même si elle ne devait pas être dupe et sentir l’hypocrisie dans son ton et ses manières qui n’étaient pas très sincères pour le coup. Mais au moins il avait le mérite de se forcer un peu à la politesse. Les autres ne voyaient peut-être pas les choses ainsi, mais franchement cela lui était bien égal. Ses yeux bleus eurent le temps de voir le doigt d’honneur de la surveillante en direction de son collègue et il en fut amusé.

Allons, elle n’avait donc pas d’humour ? L’ironie et le sarcasme du professeur ou du surveillant qu’il ne connaissait pas lui plaisaient beaucoup à lui. Mais c’était peut-être uniquement parce qu’il était capable du même ton quand il en avait envie. Et qu’il pouvait se le permettre, ce qui n’arrivait malheureusement pas souvent à cause de la sauvegarde de la réputation familiale. Il salua d’ailleurs poliment l’autre adulte tout en attendant que la surveillante ait récupéré ce dont elle avait besoin. Ce qui ne tarda heureusement pas, sa patience étant déjà fortement usée. Un portable et un message tapé dans la parties notes qui devait être pratique pour une muette. Génial...

Shawn retint un soupir irrité, c’était quoi ces profs qui n’attendaient même pas leurs élèves. Même si Mr. Smith n’était pas au courant, il aurait dû rester à disposition de ses étudiants, c’était la moindre des choses, n’est-ce pas. Je vous avais dit que le blond n’était pas très patient en fin de journée, enfin il ne pouvait rien y faire. Il n’avait qu’à déposer ce fichu devoir dans son casier comme elle le disait, mais comment faire ? Avant qu’il n’ait pu y réfléchir davantage ou poser la question – même pas en rêve – il aperçut la ligne supplémentaire et faillit écarquiller les yeux. Hein ? Il avait bien lu ? Probablement, même si ça paraissait complètement improbable et même ridicule. Pourquoi cette femme qu’il n’aimait pas et qui lui rendait la pareille l’aiderait-elle donc ?

Elle n’était pas obligée, il n’y avait aucune règle qui l’y forçait. Et Shawn ne croyait pas forcément en la bonté de l’âme. Surtout venant de quelqu’un qui ne prenait pas la peine de vérifier si le coupable qu’il mettait dans le même panier que les autres en était vraiment un. Oui, il avait la rancune tenace, mais vous connaissez quelqu’un qui appréciait de se faire coller, honnêtement ? C’est bien ce qui me semblait. Se remettant tant bien que mal de sa surprise, il se retint de hausser un sourcil et reprit la parole.

- Merci.


Ah, il se passerait tellement volontiers de ses réflexes de courtoisie parfois. Tout autant qu’il oublierait volontiers cette réputation qu’il devait conserver. Mais pour une fois, il était un peu plus sincère que la normale. Il était sûr d’avoir moins d’ennuis en remettant aujourd’hui le devoir à son professeur même à travers d’un casier. Surtout qu’il n’avait pas oublié d’y ajouter une petite note d’excuses pour faire bonne impression. Mais il fallait d’abord trouver les clés et il ignorait où elles se trouvaient. De toute manière, il préférait laisser faire les adultes et rester à sa place de simple élève pour une fois.

- Vous savez où elles sont ?


Ah, il n’avait pas pu résister à ajouter cette très discrète touche de provocation dans sa voix. Rester à sa place éternellement, ce n’était pas du tout lui et les mauvaises habitudes reviennent toujours au galop comme on dit.
Parfois, les adultes ça craint. Mais les ados aussi.






Images:
 
Farfallina
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t466-mostly-void-partially-stars-garancehttp://astrophelcity.forumactif.org/t474-bulletproof-garance#4741http://astrophelcity.forumactif.org/t611-topic-rps-et-chronologies-meera-co#5976
Date d'inscription : 01/01/2017
Messages : 65
Dollars : 35
Crédits : Kingyō ♥︎
Localisation : Saten District
Farfallina
MessageSujet: Re: Quand remettre un devoir s'avère plus ardu que prévu (PV Garance)   Mar 6 Juin - 22:05



SORRY NOT SORRY

(( GARANCE X SHAWN ))


Je ricane en silence quand tes yeux manquent de s’écarquiller au bout de la dernière ligne. Qu’est-ce qu’il y a gamin, t’es pas habitué à ce qu’on te rende service ? Vu ton lignage, ça me surprendrait. Mais contrairement à ce que t’as l’air de croire je ne suis pas du genre à m’arrêter aux premiers ressentiments pour agir –et puis ok, je l’avoue, si on apprend encore que j’ai recalé le fils Anderson, on va venir me faire chier. Mais tout de même, j’ai passé l’âge d’être mesquine avec les gens comme toi ; être mesquin, ça ne rapporte rien, et la satisfaction qu’on peut éventuellement en tirer me fait l’effet d’une baise avec un puceau –bien trop rapide, on a à peine le temps de savourer sa méchanceté que le plaisir s’évapore déjà.

« Merci. »

Cache ta joie surtout.

« Vous savez où elles sont ? »

J’hausse les épaules, je ne relève même pas l’infime provocation dans ta voix. N’étant pas la dernière personne à s’être servie de ces clés, je ne sais pas où elles sont, en effet. Alors d’un geste vif, je sors un bout de papier et un stylo du tiroir de mon bureau pour écrire un mot dessus, le chiffonner en une boulette inégale et le lancer en direction de mon collègue plus loin –touché. Comme toujours il m’adresse un regard mauvais en gardant le silence et baisse les yeux vers le mot ; comme je pouvais m’y attendre, c’est un sourire narquois qui se dessine sur son visage.

« Ah, Garance, mais que ferais-tu si je n'étais là pas… »

Je lève les yeux au ciel –je serais certainement plus tranquille chez moi si je n’étais pas obligée de te supporter mon gars.

« Y’a moyen qu’elles aient encore été rangées par les agents d’entretien, vous devriez regarder dans leurs locaux. Bon courage, il ajoute avec son éternel sourire de requin. »

Je hoche la tête en ignorant ouvertement son sarcasme et te fait signe de me suivre jusqu’au local où sont habituellement rangées les affaires des agents d’entretien. C’est déjà arrivé que l’un d’entre eux garde les clés dans la poche de sa blouse de travail ou dans son chariot après avoir nettoyé la salle des professeurs, et oublie de la remettre à sa place par la suite. C’est pas bien gênant en soi, personnellement ce qui m’agace plus, c’est que l’administration de l’école n’a toujours pas fait la démarche de procurer assez de doubles des clés pour tous le personnel –ça éviterait tout autre ennui de ce genre pourtant…

Puisque rédiger quoique ce soit sur son portable en marchant n’est pas une bonne idée, je garde le silence (pour changer) jusqu’à ce que nous arrivions dans le fameux local. Un coup d’oeil au bazar qui y règne suffit à me faire grimacer –ce sont les cordonniers les plus mal chaussés il parait, et ici, l’ironie de la chose se reproduit quand on réalise que les locaux de l’école sont tous nickel à l’exception de ceux qui sont dédiés au personnel d’entretien. Amusant, oui, je rumine intérieurement en songeant à toutes les blouses accrochées aux cintres qu’il va falloir fouiller, et les seaux à retourner pour retrouver cette foutue paire de clé. Je pousse un soupir, me tourne vers toi, et commence à tapoter l’écran de mon portable pour t’expliquer ce qui va suivre.

« Je vais avoir besoin de toi, on va fouiller le local pour retrouver les clés. Tu t’occupes chercher dans les seaux des chariots et je me charge des poches des blouses, ok ? »

Je dis « ok ? » mais je ne te laisse pas vraiment le choix.
C’est de la réthorique de politesse on va dire.
Sans me soucier de ton avis, je te pousse donc doucement dans le local pour que tu te mettes au travail avant de m’y coller aussi.

J’arrive à la quatrième blouse –à raison de cinq poches par vêtement, ça prend un peu plus de temps que prévu– quand soudain la lumière qui passait par la porte s’éteint tout à coup, suivi par un bruit de porte qui claque et de clé que l’on tourne dans une serrure. J’entends enfin des pas qui s’éloignent.

Est-ce que je viens sérieusement de me faire enfermer par mégarde dans un putain de local d’entretien avec un morveux ou mes excès de la soirée d’hier soir au bar me jouent encore des tours ?

code - kuru




élève à l'Académie
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t489-mais-puisque-je-vous-dis-que-je-ne-suis-pas-un-elfe-uc?nid=782#4846http://astrophelcity.forumactif.org/t490-les-liens-d-un-elfehttp://astrophelcity.forumactif.org/t491-les-rps-de-saphir-shawn-et-co
Date d'inscription : 18/08/2015
Messages : 107
Dollars : 80
Crédits : Jude
Localisation : Suisse
élève à l'Académie
MessageSujet: Re: Quand remettre un devoir s'avère plus ardu que prévu (PV Garance)   Ven 9 Juin - 18:03

Shawn plissa les yeux en voyant la surveillante lancer une boulette de papier sur son collègue. Quelle maturité. Il plaignait presque l’homme de devoir subir ça. Mais apparemment, il l’embêtait autant qu’elle le faisait. Si cela se trouvait elle ne faisait que de se défendre à sa manière. De toute façon, cela ne regardait pas le jeune homme et il n’était pas assez stupide pour se mêler des affaires des grands. Autant rester loin de tout ça s’il ne voulait pas avoir d’ennuis. Et il n’en voulait pas, non merci. Mais on ne pouvait pas l’empêcher de penser. Pour lui, perdre son temps avec de telles gamineries était bien bas. Et c’était eux les adultes, on aura tout vu...

Le blond se contenta donc d’attendre avec le peu de patience qu’il avait aujourd’hui et se retint de lever les yeux au ciel devant le sourire narquois et les sarcasmes de l’homme. On était où, à la maternelle ? Il plaignait presque sa surveillante. Presque. Hum ? Lui aussi faisait preuve de sarcasme parfois ? C’est complètement différent voyons. Oh, ça va, je suis de mauvaise foi si je veux, hein. Et Shawn aussi d’ailleurs. En tout cas, le blond n’était pas ravi d’apprendre que les agents d’entretien avaient peut-être rangés les clés à la place des professeurs. Car cela voulait dire qu’il allait devoir les chercher et il aurait largement préféré ne pas traîner à l’Académie toute la soirée. Mais visiblement le destin était contre lui aujourd’hui. Comme toujours, d’ailleurs.

Un soupir discret sortit de sa bouche malgré lui. Il n’avait vraiment pas envie de jouer au chat. Surtout avec des clés ! L’étudiant adressa un signe de tête au professeur, autant pour le remercier que pour le saluer, politesse forcée oblige, avant de suivre la surveillante en dehors de la salle. Le silence s’éternisa pendant le trajet, mais cela ne dérangeait pas du tout Shawn. Au contraire, il appréciait beaucoup cette tranquillité bienvenue. Même si cela ne devait pas être drôle pour son aînée d’être muette, au moins elle ne parlait pas et cela le changeait agréablement du brouhaha ambiant habituel du lycée. De plus, ce n’était pas trop son genre d’avoir pitié des gens. Il estimait que c’était un manque de respect envers les personnes concernées. Enfin, il fallait aussi avouer qu’il se fichait un peu de leurs problèmes. Les siens lui occupaient bien assez la tête comme cela.

Shawn parcourut du regard le local des agents d’entretien et imita la jeune femme. Génial. Ils n’avaient pas fini. Comme s’il n’avait que ça à faire. En plus, il allait certainement se faire engueuler par sa sœur quand il rentrerait. Il n’avait pas intérêt à oublier de lui envoyer un texto sitôt sorti du bahut pour la prévenir des raisons de son retard s’il voulait éviter qu’elle lui prenne la tête. Sa jumelle était bien trop protectrice et maman poule à ses yeux. Mais il ne pouvait pas lui en vouloir, lui aussi essayait de remplacer leurs parents à sa manière. Il préféra sortir de ses pensées qui ne manqueraient pas de finir par le déprimer et fixa le téléphone de la surveillante pour lire le message qu’elle y avait tapé. A contrecœur, il acquiesça, en sachant qu’il n’avait pas le choix malgré les apparences.

Il était doué pour cerner les gens et il avait vite compris qu’avec elle il ne s’en sortirait pas aussi facilement qu’avec les autres adultes qui travaillaient ici. C’était tellement rare qu’on se fiche de son nom qu’il ne savait pas s’il devait en être soulagé ou vexé. Néanmoins, il ne dit rien, se contentant de froncer les sourcils quand elle le poussa en avant, même si elle le fit doucement. Comme il lui tournait le dos, la femme ne pouvait pas voir son expression. Il n’ajouta rien, ne voulant pas se prendre la tête encore plus avec elle, surtout qu’il fallait bien avouer qu’elle y était allée plus doucement que ce qu’il aurait cru. Il devait au moins lui reconnaître ça.

Le blond s’approcha des chariots au fond de la salle et commença à fouiller méthodiquement dans les sceaux et aux alentours tout en jetant un coup d’œil vers l’adulte de temps en temps pour s’assurer qu’il ne chercherait pas pour rien si jamais elle trouvait les clés à sa place. Alors qu’ils étaient en train de chercher, avec un certain agacement pour Shawn, ce dernier entendit un bruit de porte qui claque et la lumière disparut complètement, les plongeant dans le noir. Le jeune homme se redressa et fronça les sourcils. Sérieusement ? Ce n’était vraiment pas son jour. Heureusement qu’il n’était pas claustrophobe et qu’il n’avait pas peur du noir. Même s’il devait avouer que cela le rendait quelque peu nerveux d’être enfermé avec cette surveillante en particulier sans qu’il sache vraiment pourquoi. Peut-être parce qu’ils ne supportaient pas l’un l’autre ? Allons, Shawn, t’es censé être plus mature que ça derrière les apparences.

En tout cas, il fallait trouver un moyen pour rouvrir la porte. Et sans devoir appeler à l’aide si possible, sa fierté en prendrait un sacré coup s’il ne se sortait pas de là tout seul comme un grand. Enfin, il n’était pas le seul pris dans cette galère. Un soupir peu discret pour une fois sortit de ses lèvres et il leva les yeux au ciel. De toute manière, l’autre ne pouvait pas le voir. Cette fois, sa patience avait épuisé ses ressources, il en avait marre, marre ! Néanmoins, il resta tranquille, ce n’était pas son genre de taper du pied ou de se plaindre à voix haute comme un gosse. Non, il se débrouillait toujours tout seul et ne comptait jamais sur personne. A part peut-être sur sa fratrie, mais ni son frère ni sa sœur n’étaient pas là pour ouvrir cette fichue porte.

Il décida de s’en approcher à tâtons, prudemment, en priant pour ne pas se cogner contre la surveillante. Il ne voulait pas mourir. Heureusement, son vœu fut exaucé. Il ne se cogna pas contre elle, mais son pied rentra dans un objet non identifié et il grimaça de douleur en retenant tant bien que mal une plainte. Bon, ce n’était peut-être pas une bonne idée d’essayer de se repérer dans le noir...

- Fais chier
, grogna-t-il malgré lui.

Ah oui, là ses nerfs lâchaient vraiment s’il commençait à se permettre de jurer en public.
Parfois, les adultes ça craint. Mais les ados aussi.






Images:
 
Farfallina
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t466-mostly-void-partially-stars-garancehttp://astrophelcity.forumactif.org/t474-bulletproof-garance#4741http://astrophelcity.forumactif.org/t611-topic-rps-et-chronologies-meera-co#5976
Date d'inscription : 01/01/2017
Messages : 65
Dollars : 35
Crédits : Kingyō ♥︎
Localisation : Saten District
Farfallina
MessageSujet: Re: Quand remettre un devoir s'avère plus ardu que prévu (PV Garance)   Ven 9 Juin - 21:02



SORRY NOT SORRY

(( GARANCE X SHAWN ))


Il est vrai, je l’avoue, que j’ai rarement été confrontée au ridicule dans ma vie. Tout d’abord parce qu’elle n’a jamais vraiment été assez légère pour ça –n’importe qu’elle bonne âme charitable sait que chercher à ridiculiser une handicapée est une ignominie sans nom, bien entendu– mais aussi parce que j’ai rapidement su faire comprendre à mon entourage que s’ils essayaient, ils devraient alors s’attendre à en payer le prix.
J’en ai traumatisé au moins deux ou trois à l’époque des cours de récrée, ces gamins qui voulaient me rabaisser pour se sentir plus grands.
Je ne dirais jamais comment j’ai réussi à leur donner des cauchemars pendant trois semaines ceci dit.

De fait, je me retrouve un peu désemparée quand la porte du local se ferme sur nous en nous laissant dans le noir et dans notre stupeur. Je t’entends t’agiter, tu me frôles sans vraiment me toucher, et s’en suit un bruit un peu sourd et un juron qui sonne drôle dans ta jolie bouche de garçon parfait –il t’es jamais venu à l’idée de sortir ton téléphone pour t’éclairer avant d’essayer de jouer les nyctalopes, morveux ?
Je ris –mais tu ne peux bien sûr ni m’entendre ni me voir– avant de dégainer mon portable pour me servir de la fonction lampe de poche qui y est intégrée, et je braque le faisceau sur toi.

« Pas blessé ? » j’articule silencieusement en prenant garde ce que tu puisses lire convenablement sur mes lèvres.

C’est pas tellement que ça m’importe mais je voudrais pas perdre mon seul job complètement légal à cause de toi, tu comprends ?

Je balade ensuite le faisceau un peu partout dans la pièce pour voir si on pouvait en sortir autrement –en vain évidemment. Il allait falloir nous faire remarquer pour qu’on nous ouvre la porte, ou forcer la serrure pour sortir d’ici de nous même.
Je pense que pour une fois, on peut être sur la même longueur d’onde concernant la méthode pour laquelle opter, non ?
Pas question d’être vus dans une telle situation.

« Ça te branche d’apprendre à forcer une serrure ? je tape sur l’écran du téléphone avant de te le tendre avec un large sourire –peut-être un poil trop enthousiaste pour ce qu’on s’apprête à faire je l’avoue. »

Faut dire que c’est si amusant de pervertir les belles petites têtes blondes des bourgeois de cette putain de ville aussi.

code - kuru




élève à l'Académie
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t489-mais-puisque-je-vous-dis-que-je-ne-suis-pas-un-elfe-uc?nid=782#4846http://astrophelcity.forumactif.org/t490-les-liens-d-un-elfehttp://astrophelcity.forumactif.org/t491-les-rps-de-saphir-shawn-et-co
Date d'inscription : 18/08/2015
Messages : 107
Dollars : 80
Crédits : Jude
Localisation : Suisse
élève à l'Académie
MessageSujet: Re: Quand remettre un devoir s'avère plus ardu que prévu (PV Garance)   Mer 14 Juin - 16:25

Shawn détestait perdre le contrôle d’une situation quelle qu’elle soit. Il aimait avoir toujours la maîtrise sur les évènements et les choses pour ne jamais se perdre. Ainsi, se retrouver enfermer à son insu ne lui plaisait vraiment pas. Surtout qu’il n’était pas seul, quelqu’un était témoin de sa honte et cela ne le mettait que plus en colère. Que cette personne soit cette surveillante aggravait encore plus la situation. Qu’elle soit dans la même galère que lui aurait pu être amusant, si cela n’entamait pas encore plus sa fierté déjà bien tâchée. Et comme si tout cela ne suffisait pas, voilà qu’il avait été assez stupide pour se déplacer dans le noir et se faire mal ! Il perdit le contrôle de lui-même un court instant comme le prouva le juron qui sortit de sa bouche.

Une profonde colère émanait de lui, lui faisant serrer les dents et les poings. Il retourna l’objet non identifié à cause du noir dans le pied sans aucune douceur, causant un tintement sourd et métallique. Un seau égaré ? Peut-être. Le jeune homme n’eut pas le temps de se calmer qu’il fut dérangé par une lumière vive braquée sur lui. Son regard bleu se posa sur l’adulte piégé avec lui et son portable d’où provenait le faisceau lumineux. Le fait qu’elle puisse le voir eut pour effet de faire retomber d’un coup sa rage. Elle avait suffisamment été témoin de sa déchéance sans qu’il n’en rajoute en perdant davantage le contrôle. Il prit donc discrètement une profonde respiration et se força à se calmer, retrouvant avec satisfaction son sang-froid.

Cela ne lui ressemblait pas d’agir ainsi. A croire que même lui pouvait ressentir des émotions suffisamment violentes pour perdre le contrôle de lui-même. Il fut légèrement pris au dépourvu l’espace de quelques secondes. Il n’avait vraiment pas l’habitude de ressentir des choses avec une telle intensité. Du moins, depuis la mort de ses parents cela ne lui était plus arrivé. Néanmoins, son trouble ne se vit aucunement de l’extérieur vu qu’il avait repris suffisamment le contrôle de lui-même pour que son visage et son corps n’expriment plus rien. Illisible comme une page vierge. Il vit alors les lèvres de la femme bouger et il réussit à lire la question dessus.

- Non, ça va,
répondit-il en haussant les épaules avec indifférence.

Il bougea cependant son pied pour en être sûr, mais aussi par réflexe. Visiblement, il était indemne, même si ça faisait quand même mal, mais vu le choc c’était normal et ça passerait sans doute vite. Il confirma à nouveau que ça allait d’un signe de tête à l’adulte, mais cela pouvait aussi être interprété comme un remerciement muet. Ce qui était le cas en quelque sorte. Il jeta ensuite un regard vers le seau renversé à l’origine de sa douleur et le prit pour ensuite le déposer dans un coin. Il valait mieux éviter un nouveau accident et si le coupable restait à sa portée plus longtemps, il risquait d’avoir terriblement envie de le cogner à nouveau. Hors, pour son pied et sa fierté il valait mieux éviter que ça arrive. Heureusement que son bon sens prenait plus souvent le pas que ses instincts primaires.

Visiblement, sa compagne d’infortune semblait vérifier s’il n’y avait pas d’autre sortie qui les sauverait. Mais de ce que voyait Shawn, ce n’était pas le cas. Le jeune homme serra légèrement les dents, agacé. Il n’avait absolument envie de crier à l’aide et apparemment la femme était du même avis. Il haussa un sourcil en voyant son large sourire, de nouveau pris au dépourvu avant d’avoir très envie d’écarquiller les yeux en lisant le message sur son portable. Il se retint de justesse heureusement et se contentant de plisser ses yeux bleus.

Hum. D’un côté, sa partie garçon parfait était très tentée de refuser et de dissuader son aînée. Ce genre de choses ne se faisait pas, après tout. C’était même illégal suivant où on l’utilisait. Mais d’un autre côté... Ils ne le feraient cette fois que pour se sortir de là et préserver leur fierté. Ce que la femme faisait avec ce « talent » à d’autres moments ne le regardait pas. Et qu’elle sache forcer une serrure ne faisait pas d’elle une voleuse et une criminelle. En plus, la situation avait un petit quelque chose d’excitant. A force de se comporter comme un adolescent modèle qui n’avait absolument rien à se reprocher, si ce n’était son hypocrisie à certains moments, Shawn devait avouer qu’il s’ennuyait souvent. Et apprendre à crocheter une serrure ne voulait pas dire que l’Anderson allait s’en servir dans le futur et devenir un criminel.

- Pourquoi pas,
dit-il d’un ton qui se voulait détaché, mais où on pouvait percevoir une note d’enthousiasme tant bien que mal contenu.

Néanmoins, ses yeux presque avides parlaient pour lui. Il était très curieux de la chose et quelque chose remua en lui à la perspective de faire pour une fois quelque chose d’interdit. Il aurait probablement dû s’interroger sur le comment son aînée avait appris à faire une telle chose, mais cela ne lui traversa même pas l’esprit malgré sa curiosité. Il n’avait pas envie de s’ennuyer avec de tels détails, refusant son côté modèle pour la première fois depuis qu’il se chargeait de sauvegarder la bonne image familiale.

Ah, depuis le temps que son frère et sa sœur voulaient qu’il se libère un peu de son fardeau, ils en seraient sans doute ravis s’ils apprenaient qu’il se détendait enfin un peu. Ou pas vu la manière dont il le faisait... Mais pour ça, il faudrait déjà qu’ils l’apprennent et Shawn n’était pas stupide à ce point. Un sourire amusé apparut sur ses lèvres. Etre un mauvais garçon était décidément excitant, même pour l’espace d’un instant.
Parfois, les adultes ça craint. Mais les ados aussi.


Spoiler:
 






Images:
 
Farfallina
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t466-mostly-void-partially-stars-garancehttp://astrophelcity.forumactif.org/t474-bulletproof-garance#4741http://astrophelcity.forumactif.org/t611-topic-rps-et-chronologies-meera-co#5976
Date d'inscription : 01/01/2017
Messages : 65
Dollars : 35
Crédits : Kingyō ♥︎
Localisation : Saten District
Farfallina
MessageSujet: Re: Quand remettre un devoir s'avère plus ardu que prévu (PV Garance)   Jeu 15 Juin - 17:20



SORRY NOT SORRY

(( GARANCE X SHAWN ))


« Pourquoi pas ? »

Mon sourire s’élargit alors que je perçois l’once d’enthousiasme traître dans ta voix, malgré ton attitude détachée. Je le reconnais, t’es assez doué pour mentir et te contrôler devant les autres –pas assez pour l’être devant moi ceci dit. Mais ça reste quelque chose que je peux apprécier chez toi, éventuellement.
C’est tellement plus dur de tout retenir à l’intérieur que de se laisser aller il faut dire, ceux qui affirment le contraire n’ont jamais vraiment su ce que c’est de se contenir, de garder son self-control intact, sa maîtrise de soi inébranlée et ce sans jamais rien dire à personne.
Faut une volonté de fer pour ne jamais craquer, se prendre en pitié et se lâcher.
Tu m’as l’air d’être plus ou moins sur la bonne voie, Andersen.

Sans transition, je te lance mon portable –t’as intérêt à le rattraper, sinon tu m’en paieras un autre avec ton héritage– et te fais signe de braquer la lumière vers la serrure, et d’en faire de même avec ton regard. Une fois que je suis sûre que t’as bien les yeux sur la serrure, je défais de peu ma chemise pour accéder à mon décolleté –et plus précisément à l’intérieur de mon soutien-gorge. En un tour de main habile, j’arrache la mince doublure que j’y ai cousu ; il en tombe trois ou quatre épingles à cheveux, du genre fines mais robustes.
C’est Donovan qui m’a appris à crocheter une serrure. Mais c’est moi qui ai eu l’idée de se stratagème pour en avoir constamment sur moi –au cas où, sait-on jamais– sans que cela soit une gêne au quotidien.
J’attrape une épingle, reboutonne ma chemise, et me penche sur la serrure. Étant donné qu’elle est utilisée régulièrement, pas besoin de la huiler pour rendre le travail plus facile –et heureusement car je n’ai rien sous la main pour ça. Alors sans plus attendre, j’introduis l’épingle à l’intérieur, et commence à jouer sur les goupilles pour les déverrouiller. Au bout de quelques minutes, j’entends enfin le « clic » significatif, et j’actionne la poignée ; la porte s’ouvre enfin.
Un jeu d’enfant.

Une fois sortis, je me retourne vers toi et tends la main pour récupérer mon portable –et une fois que tu me le rends, je pousse la porte du local et tourne les talons en direction de la salle des profs, en faisant tournoyer nonchalamment les clés –que j’ai retrouvé dans la poche d’une des blouses au moment où tu t’es mangé ton seau dans le noir –autour de mon index.
Tu l’as pas vue venir celle-là hein ?

code - kuru




Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Quand remettre un devoir s'avère plus ardu que prévu (PV Garance)   

Quand remettre un devoir s'avère plus ardu que prévu (PV Garance)
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Astrophel City :: Astrophel Academy :: Bâtiment administratif :: Bureaux-