AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Premier event - Un automne agité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 




avatar
Date d'inscription : 08/02/2015
Messages : 28
Dollars : 44
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Premier event - Un automne agité   Sam 3 Sep - 17:23


Partie une

C’est l’été à Astrophel. La température avoisine les 34°C, la canicule n’est pas loin et le gouvernement recommande la prudence et beaucoup d’eau. Des touristes sont venus en masse pour coloniser les plages en compagnie des habitants, lorsque ceux-ci ne partent pas en vacance. La ville semble vivre au ralentit en pleine journée à cause des fortes chaleurs. Mais le soir, son rythme effréné revient. Les gens sortent de chez eux et prennent pleinement possession des rues dans un joyeux brouhaha. Les terrasses des restaurants sont pleines, les boutiques de souvenirs explosent leur chiffre d’affaire, et une longue file d’attente s’est formé devant la grande roue du centre ville.

Un cirque s’est installé sur la grande place, juste à côté. L’enclos des chèvres naines attirent tous les enfants, désireux de les caresser ou de leur offrir un morceau de pain. Deux clowns vendent ballons et barbe à papa non loin, et sous la tente s’élèvent éclats de rire et applaudissements. La place est bondée de promeneurs, de jeunes flânant avant de rentrer chez eux, et le bruit est un mélange de discussions et de cris incompréhensibles.

Et soudain, à 18h10 précisément, une violente explosion secoue la place. Les vitres volent en éclats, le sol se fissure, les cris fusent, la grande roue s’ébranle et oscille dangereusement. Les personnes présentent sur la place se mettent à courir dans tous les sens, sans savoir ce qu’il vient de se passer. Le cirque se vide à toute vitesse alors que certains dresseurs tentent de calmer les animaux afin qu’ils ne causent pas d’avantage de dégâts. L’acier de la grande roue grince sinistrement et se penche un peu plus. Va-t-elle s’effondrer ? Les minutes paraissent interminables jusqu’à l’arrivée des secours. Ambulanciers, policiers et pompiers se succèdent pour sécuriser la zone, éteindre les quelques flammes qui s’élèvent, prendre en charge les blessés et s’assurer de faire sortir les personnes présentes dans les nacelles avant que la grande roue ne s’effondre.

Les médias en font leur chou gras, et l’on en apprend plus au lendemain de l’évènement. Deux bombes auraient explosées simultanément sur la grande place : une au pied de la grande roue, l’autre à une dizaine de mètre de là, près d’une jardinière. Quatre personnes sont mortes, soixante-et-une personnes ont été blessés, dont douze sont dans un état critique. La grande-roue, bien que touchée par l’explosion, à tenue bon et ne s’est pas effondrée. Toute la grande place à été fermée au public par la police, et le restera jusqu’à la réparation de l’édifice. Une enquête a été lancée pour savoir qui a put poser ces bombes. Est-ce l’action d’un sponsor ? Ou bien un attentat commandité par des criminels isolés ?
Revenir en haut Aller en bas




avatar
Date d'inscription : 08/02/2015
Messages : 28
Dollars : 44
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Premier event - Un automne agité   Lun 12 Sep - 9:20


Partie deux

Le calme est revenu à Astrophel. Voici deux semaines que l’attaque de la grande place à eut lieu, et la seule chose qui témoigne encore de l’évènement est la grande roue toujours penchée sur un côté. L’explosion ne semble pas avoir beaucoup perturbé la ville. Il faut dire que ce genre d’évènement est fréquent pour les habitants. Bien qu’aucun sponsor n’est revendiqué l’attaque, nombreuses sont les personnes à avoir mit l’action sur leur dos. Nier une action pour mieux préparer un spectacle, ce ne serait pas la première fois qu’une telle chose à lieu. Les astropheliens ne sont plus beaucoup perturbés par de tel comportement.

La vie a reprit son cours normal. Les plages et les boutiques sont à nouveau envahies à longueur de journée. Mais il en est, hélas, qui ne sont pas en vacance et qui passe leur journée au travail, dans un bureau. C’est le cas de monsieur Abberline. Directeur des ressources humaines de cinquante quatre ans au sein d’une grande entreprise, il a décidé de ne pas prendre de congé cet été, préférant attendre l’hiver pour passer de longues vacances de noël au Canada. Monsieur Abberline a de la chance, son grand bureau est climatisé, il ne souffre pas de la chaleur qui règne dehors.

Il faut dire que tous les locaux de l’entreprise possèdent une climatisation, en plus de nombreuses autres installations. C’est l’avantage de bosser pour une boite tournée vers la technologie. Elle est riche et possède nombre d’équipements. Monsieur Abberline a toujours aimé travailler ici, chaque jour est différent et ce n’est pas les effectifs dont il a la charge qui le feront changer d’avis. Le point noir, s’il doit en définir un, serait l’administration. Remplir des papiers n’est pas sa grande passion, mais c’est à cela qu’il s’occupe en ce jour.

Penché au-dessus de son bureau, il lit, complète et signe des papiers depuis plus d’une heure maintenant. Il songe à aller se prendre un café lorsque soudain il sent le bâtiment s’ébranler un court instant alors qu’en même temps un bruit énorme parvient à ses oreilles. Un bruit court, semblable à une détonation ou une explosion. Un bruit qu’il entend souvent à Astrophel, et monsieur Abberline en aurait sans doute conclu à un combat se déroulant dehors, si le bâtiment n’avait pas semblé être touché, et si l’alarme incendie ne s’était pas soudainement déclenché.

Restant un instant immobile, hébété par ce qu’il se passe, il finit par reprendre ses esprits et quitter son fauteuil pour se précipiter vers la porte. En l’ouvrant, il peut voir dans le couloir d’autres employés aussi perdus que lui, certains paniquant même. Les imitant, il prend la direction de l’escalier et les descends alors que la sirène continue de hurler à ses oreilles. Alors qu’il se rapproche des premiers étages et du rez-de-chaussée, l’odeur de fumée commence à lui monter au nez et il craint de comprendre ce qu’il peut se passer. Alors que les alertes au feu ne cessent de se multiplier autour de lui, monsieur Abberline se dit qu’il vit l’un des pires jours de son existence, sans savoir pourquoi.

Il ne comprend pleinement ce qu’il s’est passé que le soir, alors que les pompiers l’ont ramené chez lui, que sa femme et son fils le serrent dans leur bras, et que la télévision du salon déverse son flot d’informations. Le siège de l’entreprise Persona, le lieu où il travaille, a subit une attaque à la bombe en pleine journée. Le hall d’entrée a été entièrement détruit, mais heureusement il n’y a eut aucun mort, seulement une dizaine de blessés léger et un blessé grave. D’après la police, arrivée peu de temps après sur les lieux, cette attaque semble au premier abord faire écho à celle ayant eut lieu sur la grande place, il y a de cela deux semaines. Fergus Driscoll, le PDG de Persona, devrait faire un discours le lendemain, dans la matinée.

La population d’Astrophel, elle, s’inquiète. Depuis les quelques décennies que les sponsors se sont installés dans la ville et ont assis leur empire, c’est bien la première fois que l’en d’entre eux est touché directement de cette façon. Habituellement, les combats ont lieux loin des sièges, une zone intouchable de part sa grande importance. Un sponsor a-t-il décidé de s’en prendre à un de ses rivaux ? Ou bien est-ce le résultat d’un indépendant ?
Revenir en haut Aller en bas




avatar
Date d'inscription : 08/02/2015
Messages : 28
Dollars : 44
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Premier event - Un automne agité   Dim 16 Oct - 10:58


Partie trois

Il est 19h45 dans l’immense ville américaine d’Astrophel. Bien que les rues soient encore très animées, beaucoup d’habitants se trouvent chez eux, occupés à préparer le repas ou sur le point de manger. Dans les salons ou les cuisines, le fond sonore est bien souvent celui des discussions et de la télévision. Dessins animés pour les plus petits, jeux télévisés, téléréalité ou journal d’informations pour les plus grands. C’est ainsi que l’on peut parfaire sa culture générale, être tenue en haleine quand au destin de Mary au sein de la Maison de l’Amour, ou encore s’enquérir des dernières nouvelles nationales et internationales.

Mais alors que le présentateur parfaitement coiffé et maquillé de CNN, tombeur de ces dames quinquagénaires, est occupé à donner les dernières nouvelles concernant l’impact de la canicule sur l’agriculture américaine, un puissant générique l’interrompt brutalement et les célèbres mots « Breaking News » s’inscrivent sur tous les écrans des téléviseurs allumé sur cette chaine. Aussitôt, le visage des habitants l’ayant entendu se tourne vers la télé. Certains cessent toute activité pour venir se visser sur le canapé, curieux, parfois inquiets, de savoir ce qu’il a put se passer. Derrière son comptoir, bien assis sur sa chaise, le présentateur semble un peu moins bien coiffé alors qu’il semble écouter ce qu’on lui dit à l’oreillette.

Puis, prenant un visage grave et les mains croisées devant lui, il fixe la caméra et le prompteur où défile sa nouvelle annonce alors qu’une grande partie des Etats-Unis est suspendue à ses lèvres parfaitement hydratées. « Mesdames et messieurs, l’on m’annonce ce soir une terrible nouvelle. En effet, il y a à peine une demi-heure, dans la célèbre ville d’Astrophel, plusieurs bombes auraient explosées au sein même de la non moins célèbre Astrophel Académie où étudient les jeunes personnes possédant un pouvoir. Fort heureusement, en dépit de la rentrée des classes ayant eut lieux il y a quelques jours, aucune victime n’est a déplorée. Les dégâts matériels en revanche semblent importants et nécessiteront sans doute de nombreuses réparations. Arrivés sur les lieux quelques minutes seulement après les explosions, les pompiers ont maîtrisés l’incendie et celui-ci sera très vite éteint. Tout de suite, quelques mots de M. Swift, le gardien de l’école, présent à ce moment-là et ayant prévenu les autorités. »

L’écran des télévisions devient noir un instant alors que le visage des habitants de la ville au courant de la nouvelle affiche une expression horrifiée. L’école est après tout, au même titre que les sièges des sponsors, un lieu où aucune action n’est jamais effectuée en raison de la présence des jeunes. Comment une chose pareille a-t-elle put se produire ? L’écran s’anime à nouveau de couleurs, le ciel du soir et quelques gratte-ciel apparaissent en arrière plan alors qu’au premier le visage encore choqué d’un quadragénaire caucasien et les mots qu’il prononce attire toute l’attention des téléspectateurs. « J’étais dans mon bureau quand c’est arrivé. Vous savez ici y a jamais rien qui se passe, à part quelques élèves qui s’amusent à vouloir passer la nuit dans les locaux parfois. Tout était calme, et puis soudain j’ai entendu un énorme boum et le bruit du verre qui se casse. Je suis sortit pour voir ce qu’il se passait et là y a eut une deuxième explosion et j’ai vu de la fumée qui commençait à monter dans le ciel. Je comprenais pas du tout ce qu’il se passait. Je suis rentré tout de suite à l’intérieur et j’ai appelé la police et les pompiers. Le temps qu’ils arrivent, y a eut encore deux explosions. J’comprends pas pourquoi c’est arrivé. C’est horrible. Horrible… »

Le témoin disparait à son tour, remplacé par le présentateur. Un instant, il range ses fiches avant de retourner son attention vers la caméra et tous ceux qui le regarde. « Merci beaucoup, c’était M. Swift, le gardien de l’Astrophel Académie, interviewé par notre journaliste Sarah Bakir. Nous en saurons bien évidemment plus demain, mais cette attaque provoque déjà de très nombreuses interrogations. En effet, c’est la deuxième fois en deux semaines qu’un lieu important d’Astrophel, habituellement protégé des attaques programmées qui s’y déroulent, est attaqué ainsi à l’aide de bombes. La sécurité avait pourtant été renforcée suite à l’attaque contre le siège de Persona la semaine dernière. Action des sponsors ou attaques étrangères ? La police est pour l’heure incapable de le dire, sans compter qu’absolument personne n’a revendiqué l’une ou l’autre des attaques alors qu’il apparait clairement que la première d’entre elle avait été minutieusement préparé et n’avait que très peu de chance d’être le fait d’une seule personne. Nous reviendrons plus tard sur cet évènement, dés que plus d’informations nous auront été fournis. Nous nous retrouvons tout de suite, après la pub. »
Revenir en haut Aller en bas




avatar
Date d'inscription : 08/02/2015
Messages : 28
Dollars : 44
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Premier event - Un automne agité   Mar 8 Nov - 19:44


Partie quatre

Viper est une super vilaine, comme il en existe facilement deux bonnes centaines au sein d’Astrophel, et travaille pour Farfallina. Bien sûr, dans la vie de tous les jours son nom n’est pas Viper et elle occupe un poste de fleuriste dans une grande surface. Mais pour l’heure, c’est pour Farfallina qu’elle travaille. Ou plutôt travaillait, car sa mission est dors et déjà terminée. X-Trem Factory les a semble-t-il doublé sur ce coup-ci, et ni elle ni son coéquipier n’ont hélas put faire grand-chose. Si l’on ajoute à cela que Carvel&Son est venu se mêler de ce qui ne les regardent pas et que ledit coéquipier a été blessé d’une balle dans la jambe, l’ordre de retrait a bien vite sonné.

Oh, pas que la situation soit désespérée. Loin de là. Simplement, Viper ne possède ni arme ni pouvoir lui permettant de se jeter dans la mêlée, et un coéquipier blessé doit avant tout être mit à l’abri. Alors elle se traine avec lui, son fusil de sniper sur le dos, un bras passé autour de sa taille pour le soutenir, dans quelques rues encore abritées de la ville. Astrophel regorge d’abri, ce n’est pas un problème. Le problème apparait sous la forme d’une personne entièrement vêtue de noir et masquée. Si la tenue ne l’étonne en rien, plutôt commune et répandu dans son milieu de travail, et ne l’inquiète pas plus que ça si ce n’est l’habituelle tension qu’une rencontre peut générer, ce n’est pas le cas de l’arme à feu rapidement pointée sur elle. Elle lève sa main de libre en signe de paix, elle annonce qu’ils se sont retirés de leur mission. Aucun super ne peut être attaqué s’il est retiré de mission ou en civil. A moins que cela ne soit spécifié dans une mission justement, mais ce genre de mission ne concerne généralement que les supers se fichant que leur identité soit connu. Ce n’est pas le cas de Viper, ni de son compagnon.

Pourtant, malgré ces indications qui auraient dû leur valoir la paix, le cran de sécurité de l’arme saute et Viper a tout juste le temps de se jeter derrière un morceau de mur en entrainant son coéquipier que le premier coup part. Elle ne comprend pas tout à fait ce qu’il se passe, si ce n’est qu’ils sont attaqués sans raison apparente, et avec les évènements étranges qui se sont passés précédemment elle ne perd pas de temps pour appeler du renfort et signaler sa situation. On lui répond que de l’aide ne tardera pas, mais en attendant, leur agresseur est toujours là, arme au poing et adepte de la gâchette. Viper n’est vraiment efficace qu’au corps à corps ou à grande distance. La situation actuelle n’a rien d’idéale pour elle, et elle ne peut même pas fuir correctement à cause de la blessure de son partenaire.

Elle se tourne vers lui. Il va rester planquer ici, à l’abri. Elle va faire diversion, attirer leur adversaire ailleurs, plus loin. Les autres ont leurs coordonnées, ils seront retrouvés assez facilement. Peut-être aurait-elle agit autrement si elle avait su qu’une paire d’heures plus tard, ils seraient tous les deux au service d’urgence dans un état grave, sans que personne ne puisse identifier leur agresseur.
Revenir en haut Aller en bas




avatar
Date d'inscription : 08/02/2015
Messages : 28
Dollars : 44
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Premier event - Un automne agité   Lun 5 Déc - 7:35


Partie cinq

Leandre est inquiet. L’appréhension lui tord les entrailles sous les sourires amusés de ses collègues. Ils lui disent, en rigolant, qu’il est trop anxieux de nature et qu’il devrait sérieusement penser à se détendre. Leandre aimerait bien se détendre, oui. Mais comment faire lorsque tous les évènements le poussent justement à s’inquiéter ? En trois mois, quatre grosses attaques apparemment non organisées par les sponsors, du moins officiellement, beaucoup d’habitants n’y croient pas et c’est la raison pour laquelle il se trouve ici, ont eut lieu.

L’attaque direct contre Persona et celle contre l’Académie sont les plus inquiétantes, touchant des lieux justement jusque là parfaitement intouchable. Seul Carvel&Son et XTrem Factory n’ont pas été touchées, pour l’heure, Farfallina ayant subit il y a peu et durant une semaine une véritable guérilla contre ses agents. Et tout ça inquiète Leandre. Parce que personne ne sait qui est responsable, aucune attaque n’ayant été revendiqué, et il est impossible de prévoir qui sera le prochain, si prochain il y a. Avoir organisé cette conférence de presse pour son patron lui semble de plus en plus une mauvaise idée, mais il est trop tard pour faire demi-tour. Tous les journalistes sont arrivés, les caméras tournent et les Astrophéliens réclament des explications. Il ne reste que Maxence, pas encore installé derrière son pupitre

Et ne reste à Leandre plus qu’à se ronger consciencieusement les ongles et les sangs. Les minutes s’égrènent, le présentateur termine son annonce, Leandre est enjoint à rejoindre son siège et le PDG d’XTrem Factory prend place sur l’estrade. Son discours commence, et au fur et à mesure, alors que tout se passe bien, Leandre se détend peu à peu. Tout se passe bien. Tout le  monde écoute, tout le monde est calme, il n’y a pas d’esclandre, pas de perturbations. Le but était de rassurer la population et de démontrer la non-implication du sponsor dans les attaques, et peu à peu ils y arrivent. Leandre peut reprendre son souffle, tout a bien été organisé.

Alors que Maxence s’apprête à terminer son discours d’introduction, et que Leandre se relève, prenant un micro pour anticiper la pluie de questions qui va bientôt s’abattre, un bruit assourdissant retentit. Brusquement, aux oreilles de Leandre il n’y a plus un son, seulement de la douleur et la surprise qui le fait se retourner. Les gens ont commencés à crier, mais il ne les entend pas. Les gens ont commencés à courir, mais il les perçoit à peine. Il aperçoit le début de l’évacuation, mais il regarde surtout les quelques flammes qui commencent à s’élever. Il faut qu’il parte, lui aussi. Que s’est-il passé ? Soudain, il se sent soulevé de terre, il se sent pousser, il se sent brûler, il se sent tomber. Leandre a le temps de ressentir un instant toute la souffrance qui est sienne, avant de perdre connaissance pour ne jamais se réveiller.
Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Premier event - Un automne agité   

Revenir en haut Aller en bas
 

Premier event - Un automne agité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Astrophel City :: HORS RP - PREMIÈRE PARTIE :: Vie sur le forum :: Nouveautés-