AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
avatars mangas ☆ rp libre ☆ mini-events réguliers ☆ combats au rendez-vous ☆ venez participer ! on est gentils (⦿ ‿ ⦿)
Le PDG de la X-TREM Factory entretiendrait une relation des plus intenses avec sa vice-présidente. On espère que ce n’est pas cette affaire qui a distrait l’ancien Phoenix de son travail et qui a entraîné un manque de sécurité lors de la dernière conférence de presse de l’entreprise où à eu lieu une explosion causant la mort d’un de ses haut-gradés...
Le mystérieux « Mist » dont l’apparition soudaine a récemment secoué la ville serait en fait une association de trolls désoeuvrés voulant profiter de la panique des récents attentats pour gagner plus de popularité sur les réseaux sociaux.
Il paraîtrait que le fondateur de la ville Edward Astrophel aurait été le descendant direct de Diogène, le philosophe grec qui vivait dans un tonneau. Incroyable !
les rumeurs



Partagez | 
you love it when i'm nasty. ❞ (maxelicya)
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
X-Trem Factory
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://sanctuary-of-heart.forumactif.orghttp://astrophelcity.forumactif.org/t125-let-him-burn-maxhttp://astrophelcity.forumactif.org/t174-we-are-the-warriors-that-built-this-town-max
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 92
Dollars : 42
Crédits : mérida (bunny) bae merci !
X-Trem Factory
MessageSujet: you love it when i'm nasty. ❞ (maxelicya)   Mar 26 Jan - 23:31


you love it when i'm nasty.


« Très chère madame la vice-présidente. J'espère que votre seul jour de congé dans la semaine se passe comme vous le voulez, parce que j'ai le regret de vous annoncer qu'il sera... comment dire ? Légèrement écourté. Voire carrément tombé à l'eau, tout dépend de vos plans pour aujourd'hui. Je vous laisse deviner le motif d'une telle convocation, mais essayez d'être à la Tour d'Eden pour, mettons, neuf heure tapantes ? En considérant qu'il est bientôt huit heure et demie, je vous laisse faire le calcul du temps qu'il vous reste pour vous préparer, sachant que vous devez être présentable, car on n'a pas tous les jours l'occasion de recevoir des invités. La circulation est plutôt fluide ce matin, vous avez de la chance. »

Il réécouta sa voix en mode haut-parleur, et ne put s'empêcher d'élargir le sourire amusé qui avait commencé à fleurir sur son visage au fur et à mesure qu'il débitait son message. Il appuya sur le bouton "envoyer" et se retourna son siège pour faire face à la baie vitrée qui longeait la façade nord de son bureau. Doucement mais sûrement, la lumière du soleil enveloppait Astrophel City tandis que le petit monde commençait à s'activer comme des petites fourmis au pied de la tour. Maxence resta un moment immobile, à observer les gens aller et venir, comme chaque matin depuis des années, puis après quelques minutes passées dans un silence presque religieux, le président directeur général se leva de son fauteuil et se dirigea vers la porte du dressing, cachée derrière une vitrine dans laquelle trônait majestueusement des souvenirs d'une ancienne vie qu'il n'était pas prêt de récupérer.

Maxence ôta son t-shirt qu'il troqua contre une chemise blanche. Il avait demandé la vice-présidente d'être présentable ; il était de son devoir de faire de même. Ce n'était pas tous les jours que la Tour d'Eden recevait des invités. Il se mit à rire. Il savait qu'elle détestait qu'on la prévienne à la dernière minute. Qu'elle ne supportait pas qu'il fasse de commentaire sur la tenue qu'elle portait. Qu'elle égorgerait quiconque ayant l'audace de mettre son bon travail sur le compte de la chance. Il était conscient de tous les petits détails qui mortifiaient madame la vice-présidente. Et c'était précisément pour cela qu'il continuait à appuyer dessus dès que l'occasion se présentait. Mais il ne pouvait pas s'en empêcher.
Il fallait bien qu'il trouve de quoi s'occuper pendant ses journées devenues trop monotones.

— X —

« Sky Doll est dans l'ascenseur et elle a l'air furax. »

Il n'eut pas l'occasion de remercier Andre –son partenaire de longue date étant donné qu'ils avaient fait leurs débuts ensemble, Maxence et tant que super-héros et Andre en tant que technicien– car il savait que ce n'était qu'une question de secondes avant que la tornade rose ne débarque dans son bureau. Il se leva à nouveau de son fauteuil dans lequel il s'était laissé tomber en attendant l'arrivée de la vice-présidente de X-Trem Factory et traversa son bureau pour finalement se retrouver nez à nez avec ladite demoiselle. Timing parfait, comme d'habitude.

« Bonjour mademoiselle Kamiya. Vous avez deux minutes de retard, ce qui ne vous laisse pas le temps de vous plaindre. Avez-vous le programme de ce matin ou dois-je vous le présenter  moi-même ? »

Il se donna même la peine de prendre le ton de celui qui n'a pas de temps à perdre.



Mérida baby thanks ♥♥


Merci les coupains:
 


KNEEL DOWN, C'EST MOI LE PATRON:
 
X-Trem Factory
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 22/08/2015
Messages : 34
Dollars : 10
Crédits : Ming cutie ♥
X-Trem Factory
MessageSujet: Re: you love it when i'm nasty. ❞ (maxelicya)   Mer 3 Fév - 12:56

Nicotine & Corbillard


« Très chère madame la vice-présidente. J'espère que votre seul jour de congé dans la semaine se passe comme vous le voulez, parce que j'ai le regret de vous annoncer qu'il sera... comment dire ? Légèrement écourté. Voire carrément tombé à l'eau, tout dépend de vos plans pour aujourd'hui. Je vous laisse deviner le motif d'une telle convocation, mais essayez d'être à la Tour d'Eden pour, mettons, neuf heure tapantes ? En considérant qu'il est bientôt huit heure et demie, je vous laisse faire le calcul du temps qu'il vous reste pour vous préparer, sachant que vous devez être présentable, car on n'a pas tous les jours l'occasion de recevoir des invités. La circulation est plutôt fluide ce matin, vous avez de la chance. »


La bouche grande ouverte et les yeux ronds, Aelicya refit passer le message comme pour se convaincre que non, il ne plaisantait pas, et que l’arrogance qui prônait d’avantage que le professionnalisme pur n’était pas vous uniquement pour la faire bouillir de rage. La deuxième répétition lancée, elle jeta le téléphone sur les draps dans un geste qui démontrait son agacement, et sauta hors de lit les yeux à peine ouverts pour se diriger tout droit vers la salle de bain. La vice-présidente se toisa dans le miroir encore embué par la chaleur trop élevée de la douche - elle adorait quand c’était brûlant - et entama les préparatifs qui allaient avoir pour but de la rendre parfaite.

Quand son escarpin noir claqua sur le trottoir, c’était l’ambition et la colère qui s’entremêlaient dans une danse macabre. Le taxi qu’elle avait appelé avant de descendre fut pile à l’heure, et le chauffeur descendit aussitôt lui ouvrir la portière tout en jetant un regard à la fois charmeur et rieur à celle qui allait d’ici peu taper un scandale dans sa propre entreprise. C’était dire si Mr Holmes lui faisait perdre son calme et balayait son manque de tact. Une fois assise sur la banquette, elle jeta un coup d’oeil à sa montre hors de prix pour vérifier que, évidemment, elle serait pile à l’heure. Et pour patienter, comme un revers de couteau qui revenait en pleine gueule, elle ne put s’empêcher de repenser au ton grave et crispant - mais ô combien érotique - de son supérieur qui lui sommait de venir travailler au premier jour de congé qu’elle avait posé depuis des mois. La mâchoire crispée et le talon qui tape sur le revêtement, Aelicya prenait soin d’insulter Maxence dans son fort intérieur. Elle le méprisait au plus au point.

xxxxxxx

« Bonjour mademoiselle Kamiya. Vous avez deux minutes de retard, ce qui ne vous laisse pas le temps de vous plaindre. Avez-vous le programme de ce matin ou dois-je vous le présenter  moi-même ? »


J’ai deux minutes d’avance, sale fils de tapin.
Aelicya se maîtrisa de justesse en inspirant un peu trop fort, et afficha son plus beau sourire devant le seul qu’elle ne pouvait pas rabaisser publiquement mais dont elle rêve intimement. Elle se permit tout de même de retirer un cheveu carmin tombé sur le coin de l’épaule de son supérieur, dans un rictus provocateur et ô combien agaçant.

« Vous me connaissez, Monsieur Holmes, je ne saurai faillir à mes obligations. »

Elle le contourna sans la moindre gêne après lui avoir souri de la plus hypocrite des façons, et déshabilla leur collègue respectif du regard, se demandant toujours pourquoi les sous-fifres n’étaient pas plus réactifs quand leur supérieure venait de poser pied dans la salle. Alors elle le fixa, et finit par tendre son manteau et ses affaires à Andre pour se débarrasser d’une part, et lui rappeler sa position hiérarchique d’autre part. Une fois seule avec Maxence, elle ne laissa aucunement exprimer son humeur et se contenta de le fixer tout en s’appuyant sur l’immense bureau du président.

« Puis-je savoir pour quelle raison je n’ai pas été mise au courant de cette interview ? Tu as de la chance que je sois professionnelle, moi, et que je ne fasse pas partager ce manque de communication à nos invités. Ce serait très mauvais pour l’image de l’entreprise. Et je sais à quelle point tu y tiens, à cette image. »

© 2981 12289 0
X-Trem Factory
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://sanctuary-of-heart.forumactif.orghttp://astrophelcity.forumactif.org/t125-let-him-burn-maxhttp://astrophelcity.forumactif.org/t174-we-are-the-warriors-that-built-this-town-max
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 92
Dollars : 42
Crédits : mérida (bunny) bae merci !
X-Trem Factory
MessageSujet: Re: you love it when i'm nasty. ❞ (maxelicya)   Mer 3 Fév - 18:11


you love it when i'm nasty.


Le sourire sur les lèvres de Maxence s'élargit tandis que la voix d'Aelicya lui parvenait aux oreilles. Elle le contourna, laissant Andre –qui se retrouva avec son manteau dans les mains– et Maxence sur le palier, et alors que son collègue et ami l'interrogeait du regard sur ce qu'il pouvait bien faire pour lui, Maxence le congédia d'une main sur l'épaule. Il n'était pas du genre à se vexer chaque fois que miss Kamiya le prenait pour son assistant ; il en fallait plus pour heurter l'ego de l'ex-technicien. « Ta secrétaire viendra vous chercher quand ils seront arrivés. » Ils n'allaient pas tarder, ce n'était plus qu'une question de minutes maintenant. Maxence referma la porte derrière lui et s'avança vers la vice-présidente qui l'attendait patiemment, élégamment appuyée sur le bureau, place à laquelle il avait pris l'habitude de la voir.

« Le weekend a été un peu chargé, ça m'était complètement sorti de la tête. » répondit-il en haussant les épaules.

Irriter Aelicya de bon matin –un lundi qui plus est– était devenu l'un des passe-temps favoris de Maxence depuis qu'ils avaient été amenés à travailler ensemble. En terminant d'attacher ses boutons de manchette, Maxence traversa le bureau à son tour et se retrouva devant Aelicya, dont le regard azur ne quittait pas le sien depuis qu'il avait fermé la porte. Il soutint son regard, avec cette lueur amusée qui avait la particularité d'allumer des flammes dans le regard de la jeune femme. Il s'arrêta à un pas devant elle et afficha à nouveau ce sourire provocateur qu'il arborait systématiquement lorsqu'ils se retrouvaient seuls.

« C'est ça que j'adore chez toi. »

Il avait appris à réagir rapidement en compagnie d'Aelicya, pour limiter le temps d'avance qu'elle avait sur lui à chacune de leurs entrevues, et sa capacité à ne jamais hésiter avant de faire ce qui lui passait par la tête lui était très utile dans ce genre de moments. Plus rapidement qu'il ne le devrait, il se pencha vers elle et posa ses paumes contre le bureau, de part et d'autre de la taille de guêpe de madame la vice-présidente.

« Toujours là pour assurer mes arrières. » Il marqua une pause et baissa la voix. « Qu'est ce que je ferais sans toi, Aelicya ? »

L'accord tacite qu'ils avaient passé entre eux quant au fait de ne jamais prononcer le prénom de l'autre prenait fin lorsqu'ils étaient seuls. Le professionnalisme d'Aelicya avait toujours été l'une de ses qualités les plus dignes d'admiration, surtout lorsqu'on voyait comme elle jonglait habilement entre les différentes facettes de son personnage. On frappa à la porte, et immédiatement Maxence fit un pas en arrière pour récupérer une distance convenable. La porte s'ouvrit après qu'il ait autorisé sa secrétaire à le faire, et alors la tension dans la pièce s'évapora.

« Dakota McFallen est arrivée. »

« Merci Kenzie. Fais-la entrer s'il te plaît. »

Elle acquiesça et fit volte-face avant de disparaître derrière la porte en verre. Maxence s'avança vers la seconde entrée du bureau –celle reliée directement à l'ascenseur– et jeta un dernier coup d'oeil à Aelicya.

« Je te l'avais dit : tu n'as pas le temps de te plaindre. »

Il lui fit un clin d'œil puéril et ouvrit la porte avant qu'elle n'ait l'occasion d'ouvrir la bouche. Devant lui se tenait cette jeune journaliste qu'il avait eu l'occasion de croiser à plusieurs reprises lorsqu'il exerçait encore sur le terrain. Elle avait fait du chemin, depuis, pour être aujourd'hui autorisée à interviewer la tête de la firme.

« Bonjour mademoiselle McFallen. C'est un plaisir de vous recevoir. » déclara-t-il en s'écartant du chemin pour la laisser entrer.



Mérida baby thanks ♥♥


Merci les coupains:
 


KNEEL DOWN, C'EST MOI LE PATRON:
 
X-Trem Factory
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 22/08/2015
Messages : 34
Dollars : 10
Crédits : Ming cutie ♥
X-Trem Factory
MessageSujet: Re: you love it when i'm nasty. ❞ (maxelicya)   Mer 3 Fév - 20:59

Nicotine & Corbillard


« C'est ça que j'adore chez toi. »


Habituellement, sûrement que la vice-présidente aurait été troublée de l'évidente sensualité qui se dégageait du ton suave de son supérieur hiérarchique. Et évidemment, ses joues auraient su rougir à mesure que son vis-à-vis réduisait innocemment la distance qui séparait leurs deux corps.
Mais Aelicya était d'une ténacité insolente, et ce n'était plus les mots flatteurs de Maxence qui allaient calmer ses nerfs à vif. Pourtant, elle sentit un frisson lui parcourir quand les mains masculines de Holmes vint frôler sa taille pour l'encadrer dans une signification de supériorité insidieuse.

« Tu ne serais pas à ma hauteur, sans aucun doute. »

Le rictus insolent et les jambes fragilisées, elle agrippa nerveusement le rebord du bureau, et ses doigts ne se décrispèrent que lorsque la secrétaire du PDG fit irruption et provoqua le recul anticipé de Maxence. Elle soupira silencieusement, de soulagement surtout. Elle leva les yeux au ciel à sa dernière remarque mais reprit immédiatement l'attitude de perfection quand Dakota McFallen arriva dans le bureau de Monsieur Holmes.

« Bonjour mademoiselle McFallen. C'est un plaisir de vous recevoir. »

« Mademoiselle McFallen, bienvenue au siège de X-Trem Factory. Vous connaissez sûrement Monsieur Holmes. Permettez-moi de me présenter, Aelicya Kamiya, vice-présidente du groupe. »

Bien qu'elle ait attendu le temps respectable pour suivre aux propos de Maxence, le naturel revenant toujours au galop, elle ne put s'empêcher de se mettre en premier plan avant toute autre chose. Elle prit l'initiative d'inviter la journaliste au coin salon du bureau de Maxence. Aelicya attendit que Dakota prenne place et s'installa tout en observant son supérieur, son attitude et la moindre de ses réactions, dans un objectif d'anticipation optimale, et deuxièmement par plaisir pur.

« C'est un honneur pour nous de recevoir une journaliste d'un hebdomadaire aussi renommée que le Times. Monsieur Holmes et moi en sommes très fiers. »

La flatterie était un art qu'Aelicya savait manier mieux que personne dans une délicatesse hypocrite cinglante, et le sourire charmé de Dakota la conforta dans sa suprématie. La journaliste posa son dictaphone sur la table basse et faisait face à Aelicya et Maxence, assis côte à côte.

« Merci Mademoiselle Kamiya. On dit que le prestige de l'entreprise X-Trem Factory tient en partie de votre couple professionnel. Que pensez-vous de cette observation ? »

La Kamiya tiqua légèrement aux termes utilisés par Dakota - particulièrement sur le mot couple sans équivoque - et prit la parole en premier quand elle sentit que Maxence ne sut répondre d'emblée.

« Je pense que la renommée de X-Trem Factory est majoritairement dû au travail fait par nos prédécesseurs. Malgré tout, Monsieur Holmes ayant été une légende incontestée en matière d'héroïsme, il est bien évidemment l'atout majeur de l'entreprise, je ne suis que son bras droit et sa seconde.  »

Sa phrase s'arrêta dans un souffle fier, et elle tourna le regard vers le Président pour écouter et boire chacune des paroles qu'il allait prononcer après sa propre déclaration. Bien sûr qu'il allait sentir l'exagération à peine effleurée de sa fierté de travailler à ses côtés. Mais il était du devoir d'une vice-présidente de mettre son supérieur en valeur, au nom de l'entreprise.
© 2981 12289 0
X-Trem Factory
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://sanctuary-of-heart.forumactif.orghttp://astrophelcity.forumactif.org/t125-let-him-burn-maxhttp://astrophelcity.forumactif.org/t174-we-are-the-warriors-that-built-this-town-max
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 92
Dollars : 42
Crédits : mérida (bunny) bae merci !
X-Trem Factory
MessageSujet: Re: you love it when i'm nasty. ❞ (maxelicya)   Jeu 11 Fév - 11:47


you love it when i'm nasty.


C'était plus fort qu'elle, de toujours vouloir imposer sa présence quand il occupait déjà tout l'espace. Il s'écarta pour laisser passer la journaliste qu'Aelicya escorta jusqu'au coin salon qui tournait le dos au bureau pour faire face à la baie vitrée qui donnait une vue imprenable sur les grattes-ciel, tous situés un peu en contrebas du sommet de la Tour d'Eden. Pendant que Dakota McFallen prenait place sur le fauteuil, Maxence prit place aux côtés d'Aelicya en prenant soin de laisser entre eux une distance qui ne sortait pas des convenances.

« On peut dire que X-Trem Factory a subi bien des changements depuis que vous avez pris les rênes de l'entreprise, à commencer par le renouvellement de l'équipe administrative qui n'a rien à voir avec la précédente. Pouvez-vous partager avec nous les raisons d'un tel changement ? »

Tu sais, quand tu as la possibilité de faire chier les vieux hypocrites qui attendent le moindre de faux mouvement de ta part pour te poignarder dans le dos, généralement tu n'y réfléchis pas à deux fois.
Il jeta un coup d'oeil en direction d'Aelicya, et ne fut pas surpris de déceler une once de crainte au fond de ses pupilles océan, derrière le sourire gentiment hypocrite qu'elle affichait. Allait-il dépasser les lignes du politiquement correct ou n'en ferait-il qu'à sa tête ? Maxence avait le côté imprévisible de celui qui ne prend jamais rien au sérieux, il était donc tout à fait légitime que mademoiselle Kamiya s'inquiète de ce qu'il était ou non capable de faire. Tranquillement, il se tourna pour faire face à la journaliste et se redressa dans le canapé.

« Je n'ai rien à ajouter de plus à ce qui a déjà été dit lors de la conférence que j'ai donnée au moment des faits. » Il ne vit pas Aelicya se détendre, il sentit ses muscles se décrisper et s'ils avaient été à l'abri des regards, il lui aurait fait un clin d’œil. « Le système imaginé par Frederick commençait à s'essouffler, et il a fallu revoir notre façon de procéder si l'on voulait créer une nouvelle génération de super-héros qui ne soit pas seulement l'ombre de la première. »

Il avait été le plus grand des héros parce qu'il avait été l'un des premiers. Certes il y en avait eu d'autres avant lui, mais il avait été le tremplin qui avait permis à X-Trem Factory de se développer pour arriver à ce qu'elle était aujourd'hui.

« [color:4efb=# 009900]Il est de notoriété publique que 80 % des membre du conseil administratif actuel ont été des super-héros -ou le sont encore- sponsorisés par la firme. Vous avez pris un risque en accordant votre confiance à des gens qui n'ont eu aucune formation en matière d'administration. »

Maxence comme Aelicya s'étaient préparés à cette question. La presse l'avait même accusé d'avoir fait un « coup d'état » le jour où il avait dissout l'ancien conseil pour en placer un nouveau. Il y avait dix sièges au conseil et aucun n'était occupé par la personne qu'avait placé Frederick à l'origine.

« J'ai un point de vue différent de celui de Frederick en ce qui concerne X-Trem Factory, car contrairement à lui j'ai d'abord pris la place des sponsorisés avant de prendre celle des sponsors. De ce fait, j'ai vu des choses qu'il n'a pas pu voir, et c'est ce qui m'a permis de prendre des mesures aussi drastiques il y a six ans. »

Et comme elle avait pu le voir en entrant dans les locaux, l'entreprise n'avait rien perdu de sa superbe.

« Certes, la majorité des membres actuels de notre équipe administrative n'ont aucune expérience dans le domaine, et c'est pour cela que nous comptons avec nous des éléments comme mademoiselle Kamiya, qui nous apportent tout ce dont nous manquons. »




Mérida baby thanks ♥♥


Merci les coupains:
 


KNEEL DOWN, C'EST MOI LE PATRON:
 
X-Trem Factory
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 22/08/2015
Messages : 34
Dollars : 10
Crédits : Ming cutie ♥
X-Trem Factory
MessageSujet: Re: you love it when i'm nasty. ❞ (maxelicya)   Ven 12 Fév - 14:01

Nicotine & Corbillard


« Je n'ai rien à ajouter de plus à ce qui a déjà été dit lors de la conférence que j'ai donnée au moment des faits. »


Elle se décrispe. Depuis qu'ils étaient tous les trois installés dans l'arène du bureau de Maxence, Aelicya affichait un sourire impassible mais les tics que seuls ses proches savaient resurgissaient sans détour dans cette situation plus qu'inconfortable. Elle était ambitieuse et sûre d'elle, mais craintive de toute réaction de son supérieur qu'elle était incapable de prévoir et donc, de contrôler. Alors elle continua de l'écouter, calmement, et scrutait le moindre de ses mouvements pour tenter d'imposer un semblant de maîtrise.


« Certes, la majorité des membres actuels de notre équipe administrative n'ont aucune expérience dans le domaine, et c'est pour cela que nous comptons avec nous des éléments comme mademoiselle Kamiya, qui nous apportent tout ce dont nous manquons. »


Jamais elle ne savait s'il était sincère ou simplement en devoir d'exemplarité de l'entreprise quand il prononçait ce genre de phrase. La jeune femme qu'elle était rougirait certainement, mais la vice-présidente se contenta d'appuyer ces dires d'un regard approbateur.

« Nous pensons également que pour profiter à l'entreprise, nous devons montrer l'exemple en ne recrutant pas seulement l'élite des super-héros. Nous voulons démontrer que chacun à sa place dans notre société, tant que les prétendants sont ambitieux et travailleurs. »

C'était là la différence fondamentale entre Aelicya et Maxence. Elle était arrivé aux postes décisionnels par un travail acharné qui frôlait la pathologie, et un désir ardent que de prôner une fierté par une ambition certaine. Maxence n'était arrivé là majoritairement parce qu'il était fils de, elle en était persuadé. Et à bien y chercher, on sentait cette jalousie poindre chaque fois qu'il était question de chemin à parcourir pour arriver à ce que l'on voulait.

« Nous ne pouvons, dans la société d'aujourd'hui, prétendre à collaborer avec gens qui n'ont que le terrain comme expérience, sans aucune connaissance théorique pour diriger une entreprise. C'est ce que je me suis engagée personnellement à fournir. »

C'était une attaque directe et frontale qui n'atteindrait que Maxence si elle ne s'était pas contenté de le regarder droit dans les yeux, pour appuyer son raisonnement selon la journaliste, pour diriger ses paroles selon Holmes. Il décèlerait sûrement le but officieux de son discours, et probablement qu'il s'en sentirait vexé. Mais il ne devait rien laisser transparaître.

« Toute cette politique réussie repose sur Mr Holmes, comme nous le savons tous. » Aelicya sourit de la stupidité affligeante de son interlocutrice. « Mais ne pensez-vous pas qu'à terme, cela mène au recrutement de personnes qui s'y connaissent trop peu dans le monde bien particulier des super-héros ?  »

« Mlle McFallen, nous vous l'avons dit. Nous menons avec ambition cette entreprise. Et nous perpétrons le travail d'excellence qui a mené X-Trem Factory là où elle est aujourd'hui.   »

Ni la journaliste ni Aelicya n'attendit que Maxence prenne la parole, l'une comme l'autre sentant que mettre en cause les décisions prises par les dirigeants de l'entreprise se montrait un terrain glissant. La tension se fit palpable, tout d'un coup, et personne ne sut dire si elle venait du couple dirigeant ou de la journaliste elle-même. Alors Dakota interrompit son enregistreur, et se leva avec un sourire aimable.

« Puis-je vous demander un service avant de continuer cette interview ? La rédaction souhaite placer cet article en couverture, pour le mois prochain. Dans cette optique, puis-je vous demander que nous improvisions une séance photo, de sorte à ce que vous soyez notre première page ? »

Aelicya se crispa. Après les déclarations qu'elle savait irritantes pour Maxence, elle se demanda comment ils pourraient faire bonne figure pour prôner l'image de marque de l'entreprise en photo sur papier glacé. Quand elle remarqua la réticence du PDG à se jeter dans ce genre de pratique après les déclarations faites à son bras droit, elle prit la parole, une nouvelle fois.

« Puis-je vous demander quelques instants, de sorte à ce que nous nous rendions impeccable pour optimiser ces photographies ? »

Dakota McFallen acquiesça, même si elle laissa paraître une pointe d'agacement face aux directives de la Kamiya. Elle tourna les talons et par delà la vitre, les deux présidents pouvaient l'observer patienter en échangeant avec Andre, qui attendait depuis tout ce temps devant le bureau.
Aelicya se tourna, en haussant un sourcil et faisait face à Maxence.

« Alors ? Je t'ai trouvé très professionnel, je suis fière de toi. »
© 2981 12289 0
X-Trem Factory
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://sanctuary-of-heart.forumactif.orghttp://astrophelcity.forumactif.org/t125-let-him-burn-maxhttp://astrophelcity.forumactif.org/t174-we-are-the-warriors-that-built-this-town-max
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 92
Dollars : 42
Crédits : mérida (bunny) bae merci !
X-Trem Factory
MessageSujet: Re: you love it when i'm nasty. ❞ (maxelicya)   Dim 14 Fév - 0:03


you love it when i'm nasty.


À partir de là, les deux femmes évincèrent presque Maxence de la conversation. S'il se sentait plus concerné par ce qui se disait, sans doute aurait-il tenté de reprendre la conversation en cour de route. Mais il savait qu'Aelicya prenait bien plus de plaisir que lui à parler de l'entreprise en tant que telle, alors pourquoi l'en priver ?

« Nous ne pouvons, dans la société d'aujourd'hui, prétendre à collaborer avec gens qui n'ont que le terrain comme expérience, sans aucune connaissance théorique pour diriger une entreprise. C'est ce que je me suis engagée personnellement à fournir. »

Il avait peut-être pensé un peu trop vite.
Maxence n'avait jamais été un grand penseur, mais il n'en avait pas besoin pour comprendre le sens cachés de ces mots soigneusement choisis par sa collaboratrice. Il fit tourner la chevalière qu'il portait à l'annulaire –rien de bien significatif, juste un cadeau de Rick pour son vingtième anniversaire au moment où il était le moteur de son entreprise, qu'il ne portait que pour faire plaisir à Ophelia– en se retenant de ne pas l'ouvrir et dire des bêtises qui finiraient par se répercuter sur la réputation de X-Trem Factory. Si Dakota McFallen s'apercevait du moindre détail qui prouverait que leur « couple » ne fonctionnait pas aussi bien qu'ils le faisaient croire, elle n'hésiterait pas à changer les directives et concentrer son article dessus.

Alors il la ferma. Il aurait une infinité d'occasions de lui faire comprendre qu'il ne laisserait personne l'attaquer de cette manière. Pas même elle.

« La rédaction souhaite placer cet article en couverture, pour le mois prochain. Dans cette optique, puis-je vous demander que nous improvisions une séance photo, de sorte à ce que vous soyez notre première page ? »

Et cette occasion-là tombait à point nommé.
En temps normal, ce genre de pratiques ne l'enchantaient guère. Pas qu'il ne soit pas photogénique ou quoi –il avait eu douze ans pour s'entraîner à l'être– mais il avait toujours jugé que tous ces artifices, qu'ils soient des séances photos ou des conférences de presse, n'avaient rien à voir avec le devoir d'un super-héros, et si une partie conséquente des fonds ne dépendait pas du soutien de la presse, il y aurait longtemps qu'il aurait supprimé la chose. Et puis c'était un concept que les nouveaux héros semblaient apprécier plus que lui, alors il était aujourd'hui difficile d'imaginer supprimer le culte de l'image tant il était ancré dans ce qu'ils pensaient être le travail d'un super-héros de la firme.
Mais aujourd'hui c'était différent.

Les portes se fermèrent sur Dakota McFallen, qu'Andre attendait déjà à l'extérieur du bureau, et Maxence fut encore une fois surpris de l'efficacité de l'ex-technicien. Il reporta son attention sur Aelicya dont les épaules s'étaient relâchées à vue d'œil, puis commença à déboutonner les premières attaches de sa chemise qui le gênaient plus qu'autre chose, quand bien même tous ses vêtements étaient aux jours d'aujourd'hui coupés sur mesure.

« Alors ? Je t'ai trouvé très professionnel, je suis fière de toi. »

Il leva un regard très froid vers elle, bien loin des habituelles lueurs joueuses qui teintaient ses iris émeraude. Cela sembla la déstabiliser, et il se retint de sourire en voyant que son petit jeu avait marché. Il s'avança vers elle et haussa les épaules d'un air indifférent.

« Ouais ? » Il marqua une pause et croisa les bras sur son torse. « On ne pourrait pas en dire autant pour toi. »

Il n'attendit pas qu'elle réplique pour la coincer contre la porte vitrée en posant sa paume sur la paroi vitrée, à travers laquelle eux pouvaient voir mais dont la réciproque n'était pas possible. Dans cette position, et malgré ses talons exceptionnellement hauts, Aelicya se retrouvait dominée par toute la hauteur de son supérieur hiérarchique et il réalisa qu'il ne se lasserait jamais de la façon dont elle levait les yeux pour le regarder.

« Auriez-vous quelque chose à me reprocher, madame la vice-présidente ? »

Il avait la capacité de, sans même réduire la distance entre leurs corps, instaurer une proximité inconfortable pour celle qui, comme lui, n'acceptait pas l'idée d'en profiter. Il voulait bien être gentil quand les gens le méritaient, mais d'un côté, elle l'avait provoqué. Elle ne s'attendait quand même pas à ce qu'il reste les bras croisés ?

« Parce que si tu as quelque chose à me dire, fais-le maintenant. Tu ne voudrais quand même pas que cette séance photo prenne une tournure à laquelle tu ne t'attends pas, juste parce qu'on peine à communiquer, si ? »

Un sourire provocateur se dessina sur les lèvres de Maxence tandis qu'il se penchait en direction de son oreille pour murmurer de la voix la plus suave qu'il pouvait prendre :

« Je te conseille de te relâcher un peu. Toute cette frustration, c'est mauvais pour toi. »

Et il faisait ça toujours sans poser la main sur elle.



Mérida baby thanks ♥♥


Merci les coupains:
 


KNEEL DOWN, C'EST MOI LE PATRON:
 
X-Trem Factory
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 22/08/2015
Messages : 34
Dollars : 10
Crédits : Ming cutie ♥
X-Trem Factory
MessageSujet: Re: you love it when i'm nasty. ❞ (maxelicya)   Dim 14 Fév - 15:26


you love it when i'm nasty
maxence & aelicya
« Et vient, le temps des remords, des regrets,
Taquinant l'esprit depuis tant d'années,
Tançant un coeur qui encore espérait
Emporter quelques passions effrénées. »

Bloquée entre la paroi de verre et le corps brûlant de son supérieur hiérarchique, la respiration de la vice-présidente se fait plus courte qu’elle ne l’aurait voulu, et il aurait fallu être stupide ou totalement désintéressé pour ne pas s’apercevoir que dans une telle position, et face à un homme comme lui, Aelicya retrouvait les réactions d’une jeune vierge pré-pubère qu’elle n’était plus depuis longtemps.

» Je te conseille de te relâcher un peu. Toute cette frustration, c'est mauvais pour toi. »

Elle déglutit, comme pour retrouver les moyens qu’elle s’était forgé en son absence, quand cet être qui la frôlait hantait des nuits brûlantes, mais devant lequel elle se devait d’être glaciale.

» Je ne pensais pas que mon bien-être te préoccupait autant. Merci de ta considération, tu ne peux pas savoir à quel point je suis touchée. »

Ses yeux se font plus agressif que jusqu’alors, et elle appuie un peu plus cette jouxte visuelle entre deux en approchant son visage du sien, bien plus par défi que par envie sensuelle.

» Pousse-toi. Tu m’étouffes. »

Sa main sur son torse le force à reculer, et elle aurait été une bien vilaine menteuse que de prétendre qu’elle n’avait pas profité de ce court échange physique. Elle se dirige élégamment jusqu’au dressing de Maxence, sans lui adresser le moindre regard.

» Je n’ai rien à te dire. Tout ce que je pense de ton ascension fulgurante, tu le sais déjà. »

Ses talons résonnent sur la moquette, et elle tire le tiroir servant à ranger les cravates que son supérieur réservait aux occasions qui le voulaient. Les quelques secondes qui servirent à choisir soigneusement celle qui lui irait le mieux finirent d’installer la tension palpable entre Aelicya et Maxence, et bien plus que le désir charnel, c’était l’ambition qui accélérait l’ambiance glaciale.
Elle revient doucement vers Maxence, avec une assurance insolente et pour laquelle elle-même se giflerait. Mais en aucun cas elle ne devait ployer devant l’adversaire.

» Tu n’es pas arrivé ici par hasard, toi et moi nous le savons. »

Débutant sa tirade cynique, Aelicya passe ses bras autour du cou du PDG pour y vêtir la cravate de soie qu’elle avait elle-même choisie. Et volontairement, les contacts entre sa peau et la sienne étaient aussi chastes que volontaires.

» Tu ne peux pas comparer le travail que j’ai fourni au tien. Et je pense qu’il est important que tu te rappelles, de temps en temps, que si je n’étais pas là, ce ne serait pas pareil. »

Ses doigts se pressent autour du noeud de la cravate, et elle passe une dernière fois sa main sur la chemise de Maxence pour effacer les poussières imaginaires qui auraient pu négliger leur image. Elle raccroche les boutons qu’il venait à peine de décrocher, et attrapa le noeud de cravate qu’elle venait de faire pour le resserrer une dernière fois, et s’arrêta sur son cou, maintenant l’accessoire fermement.

» Ne fais pas celui qui ne sait pas pourquoi je suis là. »


© basé sur un codage de one more time & silver lungs.
X-Trem Factory
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://sanctuary-of-heart.forumactif.orghttp://astrophelcity.forumactif.org/t125-let-him-burn-maxhttp://astrophelcity.forumactif.org/t174-we-are-the-warriors-that-built-this-town-max
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 92
Dollars : 42
Crédits : mérida (bunny) bae merci !
X-Trem Factory
MessageSujet: Re: you love it when i'm nasty. ❞ (maxelicya)   Mer 17 Fév - 1:03


you love it when i'm nasty.


Il ne lui donnait jamais d'autre choix que celui de prendre la fuite dans ce genre de moments. Elle était bien trop professionnelle, bien trop « Elle » pour se risquer à un affrontement direct avec Maxence. Il se mit à rire en l'observant traverser la pièce pour rejoindre son dressing personnel, qu'elle connaissait sûrement mieux que lui. Il s'appuya sur la vitrine qui contenait ses divers trophées et croisa les bras en attendant qu'elle ait fini de récupérer la contenance qu'il lui avait volée en essayant de l'étouffer. C'était toujours le même manège, il lui suffisait de disparaître quelques minutes pour reprendre son souffle.

Ses mots ne l'atteignaient pas plus que ceux que l'on avait craché dans son dos dans la période qui avait suivi l'obtention de son poste de président directeur général. Bien sûr que ce n'était pas dû qu'à son statut de superstar, cela se serait su si l'on pouvait offrir une compagnie entière à une célébrité. Mais ce que l'on avait tendance à oublier, c'était que sans lui X-Trem Factory n'aurait jamais tenu le coup de la perte de son fondateur. Il avait donné à la nouvelle génération de super-héros une raison de se battre, mais les plus rigides s'accordaient à penser qu'on l'avait choisi seulement parce que sa sœur s'était mariée au Blackberry.

Il baissa les yeux vers elle lorsqu'elle revint vers lui avec une élégante cravate noire dans la main, assortie à la veste qu'on avait soigneusement préparée pour lui –allons bon, qui seraient-ils s'ils ne s'étaient pas préparés à une séance photo ?– et qui était accrochée au présentoir depuis que Dakota McFallen avait quitté la salle escortée par Andre. Le contact ferme d'Aelicya autour de son cou lui donna envie de passer une main sur ses hanches pour lui rappeler qui était le boss, mais il se retint lorsqu'elle lui siffla encore une tirade cynique qui lui fit un peu plus d'effet qu'il ne l'aurait imaginé. Mais pas suffisamment pour le déstabiliser.

« Est-ce que tu veux que je t'énumère le nombre de choses qui seraient différentes si je n'étais pas là ? »

Il prit les mains d'Aelicya dans les siennes avant qu'elle ne puisse les retirer. Alors il se pencha légèrement vers elle –même avec des talons il la dépassait au moins d'une bonne tête– et eut un sourire qui ressemblait plutôt à un rictus moqueur.

« Sur quel empire tu régnerais si je n'avais pas été là pour l'empêcher de s'écrouler ? »

Car oui, elle était de ceux qui avaient tendance à oublier que c'était lui qui avait sacrifié sa carrière pour que d'autres puissent prendre sa place. Il n'était pas parti de rien, mais il avait réussi des exploits par lui-même et il aurait pu –il aurait voulu– continuer  si seulement les circonstances avaient été différentes. Maxence désigna la vitrine d'un geste de la tête, sans la quitter du regard.

« Tu as besoin que je te rappelle ce que j'ai dû abandonner pour me retrouver là. Les efforts que tu as fournis n'ont pas plus de mérite que les miens. Au fond tu le sais et c'est ça qui t'énerves. »

Il relâcha son étreinte autour de ses petites mains glacées et fit volte-face. Il était inutile d'ajouter plus de tension à celle qui régnait déjà constamment entre eux, alors il s'avança vers la porte et poussa le bouton qui l'ouvrit. Un assistant l'attendait, légèrement intimidé par la prestance de son directeur qui en plus d'être naturellement imposant par sa présence, dégageait dans l'immédiat une aura presque écrasante, comme chaque fois que son tempérament colérique tendait à prendre un ascendant sur son self-control.

« La salle du conseil a été réorganisée pour le programme d'aujourd'hui. Monsieur Rhodes vous y attend avec mademoiselle McFallen. »

« Très bien. » Il se tourna vers Aelicya et s'écarta du chemin pour la laisser sortir avant lui. « Madame la vice-présidente. »

Elle fit un pas hors du bureau et tous deux se dirigèrent vers les ascenseurs sans se jeter un seul regard. La tension perpétuelle qui régnait entre eux avait tendance à oppresser leur entourage, raison pour laquelle ils évitaient de se retrouver seuls dans de petits espaces. Alors quand les employés les voyaient entrer dans une cabine d'ascenseur, ils s'arrangeaient pour prendre la prochaine, quitte à attendre qu'il parcoure les soixante-dix étages de la tour.



Mérida baby thanks ♥♥


Merci les coupains:
 


KNEEL DOWN, C'EST MOI LE PATRON:
 
X-Trem Factory
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 22/08/2015
Messages : 34
Dollars : 10
Crédits : Ming cutie ♥
X-Trem Factory
MessageSujet: Re: you love it when i'm nasty. ❞ (maxelicya)   Mer 17 Fév - 13:23


you love it when i'm nasty
maxence & aelicya
« Et vient, le temps des remords, des regrets,
Taquinant l'esprit depuis tant d'années,
Tançant un coeur qui encore espérait
Emporter quelques passions effrénées. »
Spontanément, Aelicya ne se serait pas permise de toucher Maxence au-delà des convenances encore respectables, même loin de celles imposées par son statut hiérarchique. Le simple fait déjà de s’accrocher fugitivement autour de son cou en nouant sa cravate avait été un crève-coeur dans son arrogance autant que le désir montait en elle au contact de sa peau.
Alors quand le PDG lui avait saisit les mains fermement, un frisson lui traversa l’échine sensiblement bien qu’elle savait que le but était non moins de ramener les choses à leur juste place que réellement provoquer l’excitation. Tous deux savaient qu’au delà des échanges tendus et de la distance qu’ils s’imposaient, il y avait cette rancoeur amère qui ébouillantait chacun de leurs textes respectifs doublée d’un désir ardent, bien plus fort chez un parti que chez l’autre. Reprenant ses esprits fumants, la Kamiya défie un peu plus son supérieur de la mettre à nouveau à l’épreuve de la sorte, et se fraye un chemin tout tracé jusqu’à la cabine d’ascenseur qu’il prit soin d’appeler, avant de laisser avec une galanterie hypocrite la priorité à Aelicya d’entrer.
L’espace était trop petit, et la tension palpable réduisait sensiblement l’air respirable à l’intérieur de l’ascenseur, même si ils étaient juste tous les deux. Peut-être que c’était pire, en fait.

» Insinuerais-tu que mes sacrifices ne valent pas les tiens ? »

En fait, ça avait la phrase de trop que Maxence avait osé prononcer quelques minutes plus tôt alors qu’ils étaient dans le bureau, et si elle n’en avait pas ressenti les effets tout de suite, son désir ardent d’être supérieur avait été heurté dans son orgueil, et provoquait en elle une rage qui n’avait pas de limites.
Quand Aelicya brisa le silence, un autre s’en suivit, encore plus pesant que le premier. Et puisqu’il fallait faire bonne figure, autant crever l’abcès immédiatement. Ils étaient initialement l’un à côté de l’autre, droitement fixés vers la porte de l’ascenseur dont l’un et l’autre attendaient impatiemment l’ouverture. Mais c’était sans compter sur la tornade qu’il venait inconsciemment de déclencher chez la vice-présidente, qui lui fit face plus vite qu’elle ne l’aurait voulu, et qui le plaqua d’une main contre le torse contre la paroi de l’ascenseur.

»  Tu n’as aucune idée de ce que j’ai sacrifié pour être auprès de toi. »

On aurait pu croire à une maladresse, pourtant c’était à la fois la vice-présidente et la femme entichée qui venaient de s’exprimer dans un même corps avec une rage encore inconnue. Si jamais elle n’avait rien demandé, et bien que ce soit elle qui avait initié les échanges fâcheux au cours de l’interview, que Maxence ose bafouer ce qu’était Aelicya au plus profond de son être la rendait hystérique. La distance entre leurs deux visages encore amoindrie par rapport à la limite de tout à l’heure - se hisser sur des talons hauts et sur la pointe des pieds faisaient considérablement prendre de la hauteur - elle ne la réduisit pas et se contenta de le fixer intensément. Quand elle sentait le rouge monter à ses joues blanches, elle se remit droite dans ses chaussures et tourna le dos à son supérieur.

» En tant que vice-présidente, bien entendu. »

Le commentaire qu’elle fit n’eut pour but que d’appuyer l’accord tacite entre eux et sensiblement induite par elle-même de ne pas mélanger business et sentiments. Elle ne regrettait pas sa chute du piédestal glacé de son image, puisque lui seul était au courant de ce qui venait de se produire. La stature droite, elle replaça la veste de blaser noire dans une tenue impeccable, et replaça une mèche derrière ses cheveux qui paraissait trop négligée. Sans le regarder de nouveau, et peut-être pour la première fois depuis longtemps quand elle s’adressait à Maxence, elle tourna seulement la tête légèrement.

» Je crois que définitivement, nous n’avons pas la même vision des choses. »

Aelicya s’arrêta net dans son discours, et finalement, puisque le naturel revient systématiquement au galop, elle le regarda droit dans les yeux avant que les portes de l’ascenseur ne s’ouvrent sur eux.

» Sur beaucoup trop de sujets. »


© basé sur un codage de one more time & silver lungs.
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: you love it when i'm nasty. ❞ (maxelicya)   

you love it when i'm nasty. ❞ (maxelicya)
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Astrophel City :: Nahuel District :: Siège de X-Trem Factory-