AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
avatars manga ☆ rp libre ☆ combats au rendez-vous ☆ venez participer ! on est gentils (⦿ ‿ ⦿)
Le PDG de la X-TREM Factory entretiendrait une relation des plus intenses avec sa vice-présidente. On espère que ce n’est pas cette affaire qui a distrait l’ancien Phoenix de son travail et qui a entraîné un manque de sécurité lors de la dernière conférence de presse de l’entreprise où à eu lieu une explosion causant la mort d’un de ses haut-gradés...
Le mystérieux « Mist » dont l’apparition soudaine a récemment secoué la ville serait en fait une association de trolls désoeuvrés voulant profiter de la panique des récents attentats pour gagner plus de popularité sur les réseaux sociaux.
Il paraîtrait que le fondateur de la ville Edward Astrophel aurait été le descendant direct de Diogène, le philosophe grec qui vivait dans un tonneau. Incroyable !
les rumeurs


-38%
Le deal à ne pas rater :
PHILIPS SCD301/02- Lot de 4 biberons Natural + sucette, goupillon et ...
30.99 € 49.99 €
Voir le deal

Partagez
reflection × (romeo & ronan)
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
X-Trem Factory (super)
Ronan « C. » Darragh
Voir le profil de l'utilisateurhttps://astrophelcity.forumactif.org/t514-kiss-me-hard-before-you-go-x-ronan#5201https://astrophelcity.forumactif.org/t518-perhaps-fuck-off-might-be-to-kind-x-ronan#5218https://astrophelcity.forumactif.org/t611-topic-rps-et-chronologies-meera-co#5976
Date d'inscription : 15/06/2017
Messages : 84
Dollars : 88
Crédits : ange (avatar)
Localisation : Hiawatha principalement
X-Trem Factory (super)
MessageSujet: Re: reflection × (romeo & ronan)    reflection × (romeo & ronan)  - Page 4 EmptyVen 28 Sep - 18:22

MIRROR, MIRROR ON THE WALL
(ft. romeo) × tell me yours and i'll tell you mine
Des lumières dansent encore derrière tes paupières chaque fois que tu clignes des yeux –à croire que c’est toi qui manque d’air tout à coup
ou bien que tu deviens fou tout simplement.
Les tremblements ne cessent pas, les sueurs froides non plus. Des sensations fantômes évanescentes sur ton corps te donnent la nausée et tu sais pas ce que tu pourrais bien faire pour arrêter d’avoir aussi mal Ronan, à part t’éclater un cadavre de bouteille sur la tête et faire une sieste d’une semaine, mais ça te prends partout, dans tes tripes qui se tordent, dans ton sang qui bout, dans ton crâne qui te lance –tu veux juste que ça s’arrête.
Juste que ça s’arrête.

Romeo cependant semble en avoir décidé autrement et vient se glisser entre toi et la sortie, les bras croisés sur le torse, dans le regard une expression indéchiffrable qui te fait paniquer sous la surface.

« Deux choses… La première, excuse-toi encore une fois et j’te jure je… Je sais pas encore c’que je fais, mais j’le fais. »

Tu fronces les sourcils, encore abasourdi de ta crise, pas assez alerte pour comprendre tout ce qu’il te dit.

« Deuxio, tu bouges pas d’ici. Tu vas sagement dormir sur ce putain de canapé, j’te laisse pas le choix, tu feras ce que tu veux demain matin, mais dans cet état-là c’est hors de question que tu passes cette porte en sens inverse, pigé ? »

Les mots mettent un peu de temps à te parvenir mais quand tu as tout enregistré c’est une sorte de colère sourde qui s’agite en toi –t’aimes pas l’autorité, qu’on te dise quoi faire et qui écouter, et quand ça vient d’un mec que tu connais depuis moins de trois heures ça à le mérite de t’énerver ; qu’on te laisse te foutre en l’air en paix putain.

« Et j’sais j’avais dit deux, mais troisième chose… il hésite, et ça te mets mal à l’aise, t’as un mauvais pressentiment, tu sens la douille arriver. Pourquoi il a fallu qu’on en arrive là, genre, maintenant ? J’veux dire, au bar aussi, j’t’ai touché, tu m’en as même pas collé une. »

Pendant une seconde encore, tu le fixes dans les yeux avant de baisser le regard une nouvelle fois, un soupir perdu au bout des lèvres et un air soucieux au visage.
Comment
comment expliquer que
t’en sais rien.

Que tu sais foutrement pas pourquoi t’es foutu comme ça,
que ça a toujours été comme ça ; tes accès de violence, tes sautes d’humeurs, tes cauchemars et tes terreurs, ton besoin de chaleur et de réconfort et ta culpabilité qui te fait tout foirer après.

« Qu’est-ce que tu veux que j’te dise putain, tu souffle d’un ton rauque, éteint, presque menaçant. J’sais pas c’que j’ai, c’qui tourne pas rond chez moi, j’en ai pas la moindre idée, merde. »

Ton poing se crispe sur ta veste alors que les idées noires ne cessent de remonter, et c’est ta voix qui tremble de rage et de douleur alors que t’ouvres les vannes sans même t’en rendre compte.

« Tu crois que je sais pourquoi tout c’que j’ai dans ma vie j’le casse ? Pourquoi j’ai besoin de m’enfiler plus d’alcool que d’eau tous les jours et toutes les nuits pour que ça arrête d’être l’enfer dans ma tête ? Tu crois pas que si je le savais ça ferait longtemps que j’aurais fait quelque chose pour que ça cesse une putain de fois histoire d’être autre chose qu’un enculé dangereux ?! »

Tu t’arrêtes ; tu réalises finalement que ta colère n’est pas dirigée contre lui mais contre le monde entier, que t’es pas en état pour ce genre de choses –tu veux juste rentrer chez toi et dormir, dormir, et oublier.

« Laisse moi passer, tu veux pas de moi dans ton salon pour la nuit j’te promets, tu grondes, et t’es menaçant car l’instabilité te rends imprévisible –capable du pire. »

Tu serais capable d’en venir aux mains consciemment s’il t’empêche de sortir encore longtemps.




reflection × (romeo & ronan)  - Page 4 I6Smfge
Paris-Brest crémeux
Romeo R. Eastwood
Voir le profil de l'utilisateurhttps://astrophelcity.forumactif.org/t130-i-feel-so-absurd-in-this-life-o-romeohttps://astrophelcity.forumactif.org/t362-you-re-part-of-a-machine-romeohttps://astrophelcity.forumactif.org/t575-carnet-de-bord-romeo-co
Date d'inscription : 24/12/2015
Messages : 599
Dollars : 970
Crédits : bibi pour cette fois
Localisation : Hiawatha
Paris-Brest crémeux
MessageSujet: Re: reflection × (romeo & ronan)    reflection × (romeo & ronan)  - Page 4 EmptyJeu 6 Juin - 14:17

J'voudrais avoir la force de te retenir, tenir bon face à ton regard qui dégueule de rage, j'voudrais n'avoir pas la sensation persistante de tes paumes contre ma gorge, l'impression troublante qu't'as imprimé les marques de tes doigts à même ma peau, j'voudrais n'avoir pas peur de ce dont t'es capable — avoir les couilles de t'retenir vraiment, jurer que j'céderai pas de terrain quoiqu'il arrive, mais j'sais que ce s'rait mentir. J'frissonne déjà sous ton regard, quand ta voix porte dans la pièce feutrée, avec ce quelque chose de désagréable, de menaçant, qui m'fait flipper plus que tout c'que j'avouerai jamais à voix haute.

Y'a c'côté bestial dans tes yeux, bête déchaînée — fauve qu'on a acculé après l'avoir affamé, blessé, réduit à rien, et ça vrille un truc au dedans, putain, j'sais même pas pourquoi ça m'touche tellement, pourquoi ça m'brûle autant, j'sais même pas pourquoi j'essaie d'te retenir, pourquoi j'en ai quelque chose à foutre, pourquoi j'laisse pas juste couler, pourquoi j'peux pas juste la fermer, pourquoi, pourquoi, pourquoi faut qu'ce soit comme ça.

« Tu crois que je sais pourquoi tout c’que j’ai dans ma vie j’le casse ? »

Tu crois que je sais pourquoi tout c'que j'aime dans ma vie ça m'déchire ?

« Pourquoi j’ai besoin de m’enfiler plus d’alcool que d’eau tous les jours et toutes les nuits pour que ça arrête d’être l’enfer dans ma tête ? »

Pourquoi j'ai besoin de m'brûler les veines toutes les jours et toutes les nuits pour que ça arrête d'être l'enfer sur terre ?

« Tu crois pas que si je le savais ça ferait longtemps que j’aurais fait quelque chose pour que ça cesse une putain de fois histoire d’être autre chose qu’un enculé dangereux ?! »

Tu crois pas que si je le savais ça ferait longtemps que j'aurais fait quelque chose pour que ça cesse une putain de fois pour toutes histoire d'être autre chose qu'un salaud qu'un raté qu'une plaie au coeur de ceux qui comptent ?

J'ai envie d'gueuler, j'ai envie d'frapper dans un truc — le mur ou ta belle gueule, te secouer pour te réveiller, un crochet du droit pour te ranimer, une dose d'adrénaline pour t'faire vibrer ((mais c'est du toc, maintenant, tout ça, pas vrai ? Ça n'a plus de consistance, quand au dedans y'a plus d'éthanol que de sang à faire bouillir, hein ?)) — j'ai envie d'te cracher à la gueule, mon fiel, ma rage, tout ce qu'on m'a dit trop d'fois et qu'j'ai jamais écouté parce que j'y arrive pas, j'y arrive pas putain, dix mille insultes en espérant que dans l'lot y'en aura une qui cognera un peu plus fort que les autres ;

mais j'me fonds dans le silence
j'me dissous dans le vide qui m'étreint.

Un élan de lassitude, le glacial au dedans — je rends les armes, j'ai pas la force, j'l'ai plus ((l'écho de tes mots tourne au dedans ; ça ressemble trop aux pensées que j'ressasse habituellement et qu'je noie dans les substances pour tenter d'les assassiner en vain)). Si j'm'appuie contre la porte dans mon dos c'n'est plus pour te retenir — c'est pour n'pas flancher, c'est pour n'pas m'écrouler. Lentement, une inspiration après l'autre, j'me sens glisser hors d'emprise — la tourmente habituelle.

Je tente, une dernière fois — ultime sursaut au bord de l'agonie.

« Merde, tu… »

Le silence, encore — j'suis plus capable, j'suis plus capable d'essayer de jouer le jeu pour nous deux.

« Putain, mais qu'est-ce que j'en ai à foutre ? j'lâche — la voix part en vrille, c'est comme une supplique, et la question n'est pas tout à fait rhétorique. J'te connais pas, merde… Merde, va t'faire voir, casse-toi… »

Pourtant j'décolle pas de la porte — j'arrive pas à trouver mon propre élan pour conserver l'équilibre, d'ici au canapé y'a pourtant que trois pas, mais j'me sens trembler, j'me sens faillir, l'angoisse sourde qui enfle à mesure.
J'inspire et je me jette à corps perdu dans la distance à rompre, m'écroule sur le sofa usé, coude sur les genoux, mains sur le visage puis dans les cheveux — pardon, j'ai plus non plus la force d'affronter ton regard.

« Ronan, j't'interpelle avant qu'tu disparaisses — même si j'peux plus rien pour toi, j'essaie encore, avec la force du désespoir. J'sais que j'pourrais pas t'en empêcher si l'engrenage est lancé, mais, mec, si t'as un peu d'empathie et qu'tu veux pas que j'devienne complètement fou, prends pas la route dans ton état, s'teuplaît. »

Un soupir — j'attends plus que d'être seul, désormais ((la rédemption n'est pas pour ce soir)).

« Dégage, maintenant. »

Même pas un ordre — une supplique fébrile ((un tremblement)).

Dégage, parce que j'supporterai pas plus longtemps d'voir ta détresse qui m'ressemble trop.


He is always humming in #CAB484


Love & other strange things ♥:
 
X-Trem Factory (super)
Ronan « C. » Darragh
Voir le profil de l'utilisateurhttps://astrophelcity.forumactif.org/t514-kiss-me-hard-before-you-go-x-ronan#5201https://astrophelcity.forumactif.org/t518-perhaps-fuck-off-might-be-to-kind-x-ronan#5218https://astrophelcity.forumactif.org/t611-topic-rps-et-chronologies-meera-co#5976
Date d'inscription : 15/06/2017
Messages : 84
Dollars : 88
Crédits : ange (avatar)
Localisation : Hiawatha principalement
X-Trem Factory (super)
MessageSujet: Re: reflection × (romeo & ronan)    reflection × (romeo & ronan)  - Page 4 EmptyJeu 25 Juil - 19:11

MIRROR, MIRROR ON THE WALL
(ft. romeo) × tell me yours and i'll tell you mine
« Merde, tu… »

D’abord le silence, et puis la voix brisée –et ça n’était pas la faute de l’alcool cette fois.

« Putain, mais qu'est-ce que j'en ai à foutre ? J'te connais pas, merde… Merde, va t'faire voir, casse-toi… »

C’est ça ; fous-moi à la porte et cherche pas à me revoir. Je gâche toujours tout, et je veux plus être celui pour qui les autres vont à leur perte.
J’en peux plus de tout ce malheur, j’en peux plus.


Et pourtant, Romeo ne quittait pas la porte ; pas tout de suite. On aurait dit qu’il prenait son temps pour rassembler son courage ou ses forces pour s’en détacher, et quand enfin il fit le premier pas, on eut dit qu’il venait de se séparer d’un bout de lui-même avant de rejoindre le sofa d’un pas mal assuré pour s’y effondrer. Le regard de Ronan se posa à nouveau sur son cou, marqué de ses propres mains et la nausée lui revint.
Heureusement que le jeune homme en face de lui semblait ne plus vouloir le regarder dans les yeux car entre toutes les émotions qui s’agitaient en lui, il devait avoir l’air fou.

Le silence se fit encore un instant durant lequel Ronan ne savait plus quoi faire –s’excuser ? rester ? partir en courant ? l’insulter pour lui couper toute envie de le suivre ? Plus rien ne faisait sens, tout semblait irréel, absurde.
Depuis quand il en était arrivé là, déjà ?

« Ronan –l’interpellé s’immobilisa dans son geste et réalisa seulement maintenant qu’il avait déjà ouvert la porte d’entrée. J'sais que j'pourrais pas t'en empêcher si l'engrenage est lancé, mais, mec, si t'as un peu d'empathie et qu'tu veux pas que j'devienne complètement fou, prends pas la route dans ton état, s'teuplaît. »

Il entendit le soupir d’épuisement qui suivit la supplice, et fit durer le silence en ne répondant rien.
Par lâcheté, par peur de ne pas même réussir à sortir le moindre mot sensé.

« Dégage, maintenant. »

Sa main se crispa une seconde sur la poignée de la porte, avant de se détendre dans une lassitude résignée ; et sans un mot de plus, Ronan s’éclipsa en fermant derrière lui, tandis que des larmes de fureur confuse traçaient déjà des sillons sur ses joues livides.

×××

En se réveillant le lendemain, il avait oublié comment il était arrivé chez lui.




reflection × (romeo & ronan)  - Page 4 I6Smfge
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: reflection × (romeo & ronan)    reflection × (romeo & ronan)  - Page 4 Empty

reflection × (romeo & ronan)
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Astrophel City :: Hiawatha District :: Zone industrielle :: L'Échappatoire-