AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
avatars manga ☆ rp libre ☆ combats au rendez-vous ☆ venez participer ! on est gentils (⦿ ‿ ⦿)
Le PDG de la X-TREM Factory entretiendrait une relation des plus intenses avec sa vice-présidente. On espère que ce n’est pas cette affaire qui a distrait l’ancien Phoenix de son travail et qui a entraîné un manque de sécurité lors de la dernière conférence de presse de l’entreprise où à eu lieu une explosion causant la mort d’un de ses haut-gradés...
Le mystérieux « Mist » dont l’apparition soudaine a récemment secoué la ville serait en fait une association de trolls désoeuvrés voulant profiter de la panique des récents attentats pour gagner plus de popularité sur les réseaux sociaux.
Il paraîtrait que le fondateur de la ville Edward Astrophel aurait été le descendant direct de Diogène, le philosophe grec qui vivait dans un tonneau. Incroyable !
les rumeurs



Partagez | 
paint me like one of your french girls. ❞ (saulerise)
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Mist
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://sanctuary-of-heart.forumactif.org/http://astrophelcity.forumactif.org/t451-ain-t-got-no-time-to-be-weak-saulhttp://astrophelcity.forumactif.org/t728-let-s-make-the-most-of-the-night-like-we-re-gonna-die-young-saul
Date d'inscription : 02/07/2016
Messages : 172
Dollars : 186
Crédits : art by cookiecreation // noah mon amour merci
Mist
MessageSujet: paint me like one of your french girls. ❞ (saulerise)   Jeu 12 Juil - 16:30

Paint me like one of
your french girls

Comme chaque fois qu'arrivait son jour de congé, Saul s'était levé dès l'aube afin de faire un tour à la plage, et ainsi profiter des premières vagues en solitaire, accompagné seulement des plus courageux. C'était le seul moment, véritablement, où il pouvait se retrouver en tête à tête avec lui-même, ; le seul où il avait la possibilité d'exprimer ses doutes et ses peurs sans craindre de causer du soucis à son entourage.

Après la conversation qu'il avait eue la veille avec Cerise, le moment était plus que bienvenu.

D'une certaine manière, sa brève entrevue avec la jeune femme lui avait ouvert les yeux sur les interrogations qu'il avait refoulées jusqu'alors. Mais maintenant qu'il en avait pris conscience, elles ne cessaient de le hanter.

Il avait encore les cheveux collants de sel de mer lorsqu'il sortir de la douche, mais il était trop en retard pour s'accorder le luxe d'un énième shampoing. Le temps de rejoindre la voiture prêtée par son colocataire, Saul rédigea un message à l'adresse de son invitée pour lui indiquer qu'il était en route.

Votre carrosse, Madame, annonça-t-il une fois qu'elle apparut sur le palier de son immeuble.

Saul se pencha sur le siège côté passager pour lui ouvrir la portière depuis l'intérieur, et laissa le doux parfum de la jeune femme emplir le compartiment qui d'un coup lui sembla bien plus étroit qu'il l'était réellement.

Les conversations anodines furent entrecoupées par des moments de silence comblés par le son de l'autoradio, si bien que cela suffit à les occuper le temps du trajet. Bientôt, les docks firent apparition dans le décor et les paysages autoroutiers laissèrent place aux conteners marquant l'entrée dans le secteur portuaire de la ville.

Saul parqua sa voiture devant l'un des nombreux entrepôts qui bordaient les quais, puis invita Cerise à sortir du véhicule. Il en fit le tour pour sortir du coffre les sacs de sport remplis de matériel à dessin -bombes de peinture, tubes d'acrylique, chevalets de fortune qu'il faudrait certainement revisser et même des boîtes entières de peinture industrielle. Il tendit l'un des sacs à Cerise.

Tiens, rends-toi utile.

Il referma le coffre non sans oublier de lui adresser un clin d'oeil complice, avant de se diriger vers l'entrée latérale de l'entrepôt les bras chargés de tout ce qu'il avait prévu d'emporter jusque dans sa tombe.

Et c'est tout naturellement qu'en poussant la porte d'entrée du bâtiment, Saul laissa Cerise entrer dans son monde.

Pose ça dans le coin, j'rangerai plus tard.

Il posa ses propres sacs en vrac sur une des baches en plastique qui jonchaient le sol, et esquissa un sourire fier.

Alors, t'en penses quoi ? Ça claque hein !

L'endroit ressemblait à un squat d'artistes, en plus propre puisque rien n'avait encore été utilisé. Les gars avaient chacun laissé leur travaux en cours traîner dans les quatre coins de la pièce -entre peintures, fresques à la bombe et sculptures entamées mais pas terminés- ce qui donnait au lieu un certain charme malgré l'aspect industriel de la brique et du béton brut qui les entouraient.

HRP | ma couleur de dialogue c'est #94cdc6
made by miss amazing.


#YOUNGWILD&FREE
I LIKE ME BETTER
WHEN I'M WITH YOU
Mist
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t602-think-i-ll-miss-you-forever-cerisehttp://astrophelcity.forumactif.org/t656-summertime-sadness-cerise#6388http://astrophelcity.forumactif.org/t611-topic-rps-et-chronologies-meera-co#5976
Date d'inscription : 05/08/2017
Messages : 101
Dollars : 76
Crédits : Romeo (avatar)
Localisation : Haylen District
Mist
MessageSujet: Re: paint me like one of your french girls. ❞ (saulerise)   Mar 17 Juil - 2:04

paint me
❥ cerise & saul

like one of your french girls ❞

Cerise avait profité de sa matinée de congé –en tant que mannequin comme en tant que grande sœur puisqu’elle avait déposé Solis à la maternelle à neuf heures tapantes– pour faire un peu de ménage à la maison et s’offrir une sortie shopping en solitaire comme elle les appréciait. Elle ne cherchait pas spécialement à acheter quelque chose, le simple fait de flâner dans les allées des différents magasins de la ville suffisait à l’aider à faire le vide, à ne pas penser à ses petits tracas du quotidien –sarcastiquement, elle appelait ça ses séances de médiation active.
Elle revint néanmoins avec plusieurs sacs au creux de chaque bras –vêtements (pour femmes et pour enfants), livres, articles de maquillage ainsi qu’une nouvelle peluche pour Solis étaient principalement ce qu’elle avait acheté– et eu tout juste le temps de tout ranger avant de lire le message qui venait de s’afficher à l’écran de son téléphone.
Elle esquissa un sourire, et pris son temps pour retoucher légèrement son rouge à lèvres, récupérer son sac à main et sa veste, et descendre pour attendre l’arrivée de Saul en bas de l’immeuble.

« Votre carrosse, Madame. »

Cerise ricana, s’invita dans le véhicule lorsqu’il lui ouvrit galamment la portière de l’intérieur, et se pencha pour lui faire la bise en prenant gare de ne pas laisser sur sa joue la moindre trace de rouge à lèvres.

« Il va falloir travailler ta ponctualité pour la prochaine fois, fit-elle d’un ton railleur en bouclant sa ceinture ; elle remarqua ensuite ses cheveux et son haut apparemment humides et porta une main à ses mèches détrempées –réflexe maternel de grande sœur. Tu t’es pris une averse à l’autre bout de la ville ou quoi ? »

Le trajet jusqu’à la zone portuaire lui parut relativement bref, et rapidement elle foula du pied le sol légèrement poisseux du port d’Astrophel.
Quand elle fit le tour du véhicule pour aider Saul à décharger le coffre, elle haussa un sourcil, surprise par la quantité de matériel qui s’y trouvait. Un sac de peinture au creux du bras, elle suivit le jeune homme jusqu’à l’entrepôt que la troupe d’artiste avait élu comme leur atelier de prédilection.
Tout en posant le sac là où Saul le lui avait indiqué, elle émit un sifflement admiratif en levant les yeux pour apprécier la hauteur de plafond et la luminosité qui y régnait.

« Alors, t'en penses quoi ? Ça claque hein !
C’est…surprenant, avoua-t-elle en continuant de balayer l’endroit du regard, un léger sourire au coin des lèvres. Quand tu parlais d’un squat sur le port j’imaginais un truc humide qui sent le poisson et l’essence… »

Elle lui glissa une œillade espiègle en biais avant d’ajouter.

« Je suis impressionnée. »

Elle s’approcha du chevalet le plus à proximité et effleura le papier du bout des doigts sans vraiment y toucher afin d’éviter de laisser ses empreintes dans le tracé de la mine de plomb. C’était un portait au graphite des plus sobres, mais le dessin était délicat, et le sujet joli à regarder –une jeune fille à moitié endormie, les yeux mi-clôts et les bras croisés sur une table au creux desquels son visage reposait.

« C’est toi qui a fait ça ? Fit-elle en se retournant vers Saul avec une lueur admirative dans le regard. »

Elle savait que le jeune homme était un artiste dans l’âme, mais si elle l’avait vu gribouiller de nombreuse fois lors des réunion de MIST, elle n’avait encore jamais vraiment eu l’occasion d’apprécier toute l’étendue de son talent.

❥ hrp // ♥♥♥




Mist
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://sanctuary-of-heart.forumactif.org/http://astrophelcity.forumactif.org/t451-ain-t-got-no-time-to-be-weak-saulhttp://astrophelcity.forumactif.org/t728-let-s-make-the-most-of-the-night-like-we-re-gonna-die-young-saul
Date d'inscription : 02/07/2016
Messages : 172
Dollars : 186
Crédits : art by cookiecreation // noah mon amour merci
Mist
MessageSujet: Re: paint me like one of your french girls. ❞ (saulerise)   Mar 17 Juil - 11:21

Paint me like one of
your french girls

Ah, ça fait mal. Saul posa une main sur son coeur et prit un ton faussement douloureux. Je savais pas que tu avais une si petite opinion de nous...

Il ne put retenir le sourire fier d'un gosse qui vient de construire un château de sable devant la lueur admirative qui dansait dans les yeux de Cerise -autant devant le lieu en lui-même que l'esquisse de tableau qu'il avait laissée traîner lorsque le soleil s'était couché.

Ouais. C'est Meera, ma meilleure amie.

Elle était la première personne qu'il avait traînée jusqu'ici, quand le local venait d'être vidé et qu'il restait encore une tonne de travaux à faire. Ils avaient profité de la journée pour la passer seuls, loin de la ville, dans un petit moment privilégié comme ils n'en avaient plus eu depuis longtemps.

On était venus pour repeindre les murs en blanc, mais on en a fait qu'un seul finalement, pour le coin photos.

Ils avaient laissé le reste en briques et bétons apparents, d'abord parce que les huit mètres sous plafond étaient une véritable corvée à peindre, et ensuite parce que le béton et les briques apparentes donnaient du charme à l'endroit.

J'crois qu'on a passé plus de temps à faire une bataille de peinture qu'à réellement bosser mais c'était sympa. Après elle s'est endormie sur la table basse -on avait pas encore de canapé à ce moment là- du coup j'en ai profité vu qu'elle veut jamais poser.

Si l'on regardait bien sur le tableau, il avait fait attention à montrer les petites taches de peinture qu'elle avait sur les joues et dans les cheveux lorsqu'il avait capturé le moment.

Je voulais le continuer mais avec le recul je me dis qu'il est bien comme ça. T'en penses quoi ?
made by miss amazing.


#YOUNGWILD&FREE
I LIKE ME BETTER
WHEN I'M WITH YOU
Mist
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t602-think-i-ll-miss-you-forever-cerisehttp://astrophelcity.forumactif.org/t656-summertime-sadness-cerise#6388http://astrophelcity.forumactif.org/t611-topic-rps-et-chronologies-meera-co#5976
Date d'inscription : 05/08/2017
Messages : 101
Dollars : 76
Crédits : Romeo (avatar)
Localisation : Haylen District
Mist
MessageSujet: Re: paint me like one of your french girls. ❞ (saulerise)   Sam 25 Aoû - 0:00

paint me
❥ cerise & saul

like one of your french girls ❞

« Ouais. C'est Meera, ma meilleure amie. On était venus pour repeindre les murs en blanc, mais on en a fait qu'un seul finalement, pour le coin photos. »

Machinalement, Cerise leva le nez du chevalet un instant pour repérer le fameux coin photo avant de re-baisser le regard sur l’œuvre de graphite.
À la mention de la bataille de peinture, elle laissa échapper un ricanement clair –elle comprenait alors les drôles de tâches sur le dessin.

« Elle est timide ? fit-elle en rebondissant sur la dernière phrase de Saul. C’est pas évident de poser tu me diras, si c’est pas dans ta nature c’est laborieux de s’y faire. »

Elle se souvenait de ses débuts houleux dans le mannequinat, quand elle n’était plus à l’aise dans son propre corps et que devoir poser devant un appareil photo lui était des plus compliqué ; elle n’avait réussi à s’y habituer que parce que Hyacinthe était là, et qu’il en avait fait un jeu entre eux deux, comme ils avaient toujours fait.
Sans lui elle aurait abandonné depuis longtemps.

« Je voulais le continuer mais avec le recul je me dis qu'il est bien comme ça. T'en penses quoi ?
J’aime bien comme ça, répondit Cerise après un instant de réflexion. L’inachevé ça laisse une plus grande part à l’imagination, je trouve ça chouette de pouvoir laisser à chacun le loisir de mettre un peu du sien, non ? »

Elle détacha enfin son regard du chevalet pour jeter une oeillade en coin, puis un clin d’œil espiègle en direction de Saul.

« En revanche, reprit-elle d’un ton plus blagueur et assuré, moi je changerais bien deux, trois trucs dans cet atelier parce que même si c’est bien plus joli et propre que prévu c’est pas encore ça question déco les gars ! »

Elle balaya une nouvelle fois la grande pièce du regard en visualisant ce qui pourrait être amélioré, les mains sur les hanches comme si elle était en train d’imaginer la décoration de son propre salon.

« Ici c’est vide, il faut un meuble pour ranger votre matériel, vous ne pouvez pas tout laisser par terre. Peut-être un grand coffre ou une colonne de tiroirs ! Des rideaux aussi, ce serait pas mal pour habiller un peu les murs. Ou des plantes ! C’est super joli le contraste du vert avec la brique, tu trouves pas ? »

Réalisant qu’elle s’emballait un peu dans sa propre blague –elle était prête à décorer la pièce à elle toute seule si elle s’écoutait– Cerise ricana et se tourna vers Saul une nouvelle fois.

« Tu me le dis si j’t’emmerde hein, parce que je peux continuer comme ça toute la journée ! »

La décoration d’intérieur était un de ses hobbys préférés récemment –avec la pâtisserie, la lecture de romans policiers et le nail-art. C’était sa façon à elle de s’occuper l’esprit et ne plus penser à tout ce qui pouvait la préoccuper, et dieu sait s’il beaucoup de choses la préoccupaient dernièrement.

« Vous faites vraiment de tout dans cet atelier ? C’est chacun sa discipline ou vous êtes tous du genre polyvalents ? »

Jusqu’ici, elle n’avait vu Saul qu’avec un crayon et une feuille de papier à la main, mais elle savait pertinemment qu’un artiste n’est pas forcément habile dans un domaine unique et sa curiosité quant à la personne de Saul s’accroissait au fur et à mesure qu’elle découvrait son univers.

❥ hrp // ♥♥♥




Mist
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://sanctuary-of-heart.forumactif.org/http://astrophelcity.forumactif.org/t451-ain-t-got-no-time-to-be-weak-saulhttp://astrophelcity.forumactif.org/t728-let-s-make-the-most-of-the-night-like-we-re-gonna-die-young-saul
Date d'inscription : 02/07/2016
Messages : 172
Dollars : 186
Crédits : art by cookiecreation // noah mon amour merci
Mist
MessageSujet: Re: paint me like one of your french girls. ❞ (saulerise)   Mar 18 Sep - 17:19

Paint me like one of
your french girls

Ouais, tu m'emmerdes, Cherry.

Devant son expression surprise, Saul éclata d'un rire qui résonna dans tout le hall. Elle avait l'air de prendre tellement de plaisir à imaginer une nouvelle décoration qu'il s'en voulut de l'avoir coupée dans son élan -même si c'était une pure plaisanterie.

Fais moi une liste et je la ferai parvenir au Haut Conseil de la Coloc du Sale. Qui sait, peut-être que la prochaine fois que tu viendras on fera pousser de l'herbe dans le coin là-bas.

Il lui adressa un sourire complice, mais se promit de réellement prendre en considération ce qu'elle lui proposerait. Après tout, cela n'allait rien leur coûter, si ce n'était un peu de temps -et Dieu sait qu'ils en avaient, maintenant.

Je dirai qu'on est plutôt polyvalents. On apprend pas mal les uns des autres, depuis qu'on est tous petits.

Saul ouvrit l'un des sacs qu'il avait apportés et commença à rassembler les objets selon des catégories leur permettant de s'y retrouver, dans les grands caissons en bois récupérés sur le port.

Je les connais depuis que j'suis gamin, ajouta-t-il, anticipant la question qu'elle allait certainement lui poser. C'est eux qui m'ont appris à tenir correctement un crayon.

Le dessin était ce qu'il préférait. Saul avait essayé la poterie pour s'amuser, mais il manquait terriblement de patience et avait vite réalisé que ce n'était pas pour lui. La sculpture était le domaine d'un autre de ses colocataires ; mais cela ne lui empêchait pas de peindre les plus belles fresques qu'il n'ait jamais vues.

Après, on a tous des domaines qu'on préfère.

Il fouilla dans les cartons et sortit une multitudes de petites boîtes -dont une qui le fit sursauter de surprise.

Oh putain, j'croyais les avoir perdues celles-là !

Saul s'installa sur le canapé -malgré les multitudes de cartons qu'il restait à déballer- et s'empressa d'ouvrir la boîte scotchée à l'arrache. Il en oublia complètement la présence de Cerise dans l'atelier -comme un gamin le soir de Noël.

C'est de l'encre de Chine. Ça fait une éternité que j'en ai pas utilisé !

Il se pencha, ramassa une feuille de papier dans un des tiroirs de la commode et ouvrit l'un de ses pots -d'un noir profond- pour y tremper la pointe de l'un des pinceaux livrés avec.

Assieds-toi, s'teuplait. Il faut absolument que je fasse un test.
made by miss amazing.


#YOUNGWILD&FREE
I LIKE ME BETTER
WHEN I'M WITH YOU
Mist
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t602-think-i-ll-miss-you-forever-cerisehttp://astrophelcity.forumactif.org/t656-summertime-sadness-cerise#6388http://astrophelcity.forumactif.org/t611-topic-rps-et-chronologies-meera-co#5976
Date d'inscription : 05/08/2017
Messages : 101
Dollars : 76
Crédits : Romeo (avatar)
Localisation : Haylen District
Mist
MessageSujet: Re: paint me like one of your french girls. ❞ (saulerise)   Sam 6 Oct - 14:47

paint me
❥ cerise & saul

like one of your french girls ❞

« Ouais, tu m'emmerdes, Cherry. »

Cerise pris une expression outrée –exagérée à souhait– et se tourna vers un Saul hilare en feignant l’indignation quand elle-même devait faire des efforts pour se retenir de rire.

« J’te disais ça par politesse, tu devais pas le dire pour de vrai enfin ! Aucun sens des conventions sociales !
Fais moi une liste et je la ferai parvenir au Haut Conseil de la Coloc du Sale. Qui sait, peut-être que la prochaine fois que tu viendras on fera pousser de l'herbe dans le coin là-bas.
Je vais te prendre au mot, fais attention. »

Elle répondit à son sourire avec un clin d’œil espiègle, et continua de faire ses plans dans sa tête tout en l’écoutant lui raconter leur parcours d’artistes, à lui et ses amis. Cerise trouvait assez formidable les étroits liens d’amitié qui les liaient depuis l’enfance, en plus de leur passion commune pour l’art ; parce qu’elle n’avait presque pas gardé de lien avec les connaissances d’avant son agression, une légère pointe de jalousie naquit au sein de son esprit avant de flâner sitôt qu’elle décida de refouler envie et mauvais souvenirs au fond de son esprit.

« Oh putain, j'croyais les avoir perdues celles-là ! »

L’exclamation de Saul attira son attention et elle se tourna vers lui pour en connaître les raisons.

« C'est de l'encre de Chine, expliqua-t-il en désignant le contenu de la boîte qu’il venait d’ouvrir comme un sauvage. Ça fait une éternité que j'en ai pas utilisé ! Assieds-toi, s'teuplait. Il faut absolument que je fasse un test, il ajouta enfin après avoir pris place sur la petite table.
Pourquoi tu veux que je– ah ! –elle venait de comprendre qu’il lui demandait de poser pour lui le temps d’un essai– tu sais que j’ai pas l’habitude de taffer gratuitement pendant mes jours de congés, hein ? »

Elle pris place néanmoins sur le vieux sofa qui trônait devant la table et s’immobilisa rapidement dans une pose naturelle et élégante à la fois ; les jambes repliées sur le canapé et la tête penchée sur le côté, soutenue par une main accoudée au dossier.

« J’ai encore jamais posé pour autre chose qu’un photographe, c’est quoi le tarif moyen d’un modèle vivant selon toi ? »

Bien entendu, elle ne comptait pas le faire payer ; mais c’était comme ça entre eux : pousser la blague jusqu’aux limites de la réalité.

❥ hrp // ♥♥♥




Mist
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://sanctuary-of-heart.forumactif.org/http://astrophelcity.forumactif.org/t451-ain-t-got-no-time-to-be-weak-saulhttp://astrophelcity.forumactif.org/t728-let-s-make-the-most-of-the-night-like-we-re-gonna-die-young-saul
Date d'inscription : 02/07/2016
Messages : 172
Dollars : 186
Crédits : art by cookiecreation // noah mon amour merci
Mist
MessageSujet: Re: paint me like one of your french girls. ❞ (saulerise)   Mer 17 Oct - 23:18

Paint me like one of
your french girls

Pendant que Cerise s'installait, Saul plongea à nouveau la tête dans ses cartons, à la recherche des pinceaux tous neufs qui accompagnaient la fabuleuse encre qu'il avait découverte dans les méandres de leur chaos ordonné.

Il s'assit à-même le sol, conscient que son pantalon allait finir totalement blanchi par la poussière de plâtre qui jonchait le sol en béton. L'artiste étala son matériel à côté de lui -puis, enfin, leva les yeux vers son modèle.

Putain Cerise, t'es vraiment trop belle.

L'exclamation lui avait échappée dans un souffle -elle aurait pu ne pas l'entendre, s'il n'y avait pas eu que le silence pour leur tenir compagnie. Saul resta bien dix secondes à la fixer sans prononcer un mot, assis en tailleur comme un enfant à qui on fait découvrir quelque chose qu'il n'a jamais vu.

J'sais pas, ça dépend. Tu payes en nature ?

Ses lèvres s'étirèrent d'abord dans un sourire espiègle -juste avant de s'effacer pour laisser place à un élan de surprise, lorsqu'il réalisa la connotation de ses propos.

Quoi ? Non, c'est pas dans ce sens-là que je voulais dire !

Il rit aux éclats. Passer pour un gros beauf devant Cerise était la dernière chose qu'il désirait, mais visiblement le destin était contre lui aujourd'hui.

Je pensais à un truc, genre, un massage -il se tut en se faisant la réflexion que ce n'était pas mieux, en réalité- ou, je sais pas, un peu d'aide pour ranger ce bordel...

Voyant qu'il ne faisait que s'enfoncer, Saul se racla bruyamment la gorge et plongea le nez dans son carnet de feuilles.

C'est moins chiant que poser pour une photo. On essaye pas de capturer un instant précis, juste une attitude...

Il continua de parler, son regard passant de la feuille à son modèle. Tout en lui expliquant qu'elle n'était pas obligée de rester immobile, qu'elle pouvait même discuter avec lui si elle voulait.

... t'es pas obligée de faire attention à ce que je fais. Laisse moi juste te regarder, et je vais te montrer ce que je vois.

Il se pencha pour ramasser la télécommande permettant de mettre en route les enceintes dispersées partout dans l'atelier. Ça avait été la pire idée qu'ils aient jamais eue, parce que les playlists ne ressemblaient à rien s'ils voulaient contenter tout le monde. Il opta pour une des siennes -celle de rap/hip-hop qui passait toujours bien en bruit de fond.

Durant les deux premières chansons, personne ne dit un mot. C'est là que Saul réalisa que parfois les silences avaient leur vertu. La dernière fois qu'ils étaient restés aussi longtemps sans se parler, c'était dans des circonstances bien différentes sur lesquelles ils n'étaient jamais revenus depuis.

Tu vas comment depuis l'autre jour ?

L'autre jour, le fameux.
Celui où il avait été la chercher jusque dans les toilettes de la planque des révolutionnaires parce que les choses allaient trop mal et que personne ne semblait en avoir conscience.
made by miss amazing.


#YOUNGWILD&FREE
I LIKE ME BETTER
WHEN I'M WITH YOU
Mist
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t602-think-i-ll-miss-you-forever-cerisehttp://astrophelcity.forumactif.org/t656-summertime-sadness-cerise#6388http://astrophelcity.forumactif.org/t611-topic-rps-et-chronologies-meera-co#5976
Date d'inscription : 05/08/2017
Messages : 101
Dollars : 76
Crédits : Romeo (avatar)
Localisation : Haylen District
Mist
MessageSujet: Re: paint me like one of your french girls. ❞ (saulerise)   Jeu 18 Oct - 22:00

paint me
❥ cerise & saul

like one of your french girls ❞

« Putain Cerise, t'es vraiment trop belle. »

Il fallut un moment à la jeune femme pour réaliser les mots que Saul venait de souffler subitement en levant les yeux vers elle, et quand ce fut fait elle ne sut cacher son sourire un peu gêné et les légères rougeurs de ses joues. Cerise n’avait jamais vraiment eu de complexe physique et était régulièrement complimentée sur son apparence, que ce soit au travail ou dans la vie de tous les jours, elle était donc habituée aux éloges et savait recevoir un compliment en bonne et due forme. Mais la façon dont Saul avait prononcé ces mots, avec une simplicité déconcertante, l’avait déstabilisée.

« J'sais pas, ça dépend. Tu payes en nature ? »

Elle s’était apprêtée à le remercier pour le compliment mais sa nouvelle remarque la stoppa dans son élan, et à la tête qu’elle avait du faire, Saul avait compris la gaffe et s’empressa de s’expliquer tout en continuant de s’enfoncer de plus en plus. Passé la surprise, Cerise s’était jointe à lui dans son fou rire.

« J’allais dire que tu savais parler aux femmes mais je me suis trompée à priori ! fit-elle pour conclure l’échange sur un note d’humour pour le rassurer quant au fait qu’elle n’avait pas mal prit sa gaffe.
C'est moins chiant que poser pour une photo, fit Saul en changeant de sujet, les yeux faisant sans cesse l’aller-retour entre elle et son plan de travail. On essaye pas de capturer un instant précis, juste une attitude... »

Elle l’écouta attentivement lui expliquer les subtilité du dessin d’après modèle vivant, avec une véritable curiosité. Cerise n’avait rien contre le changement au contraire, et c’était peut-être le début d’une possible reconversion professionnelle si l’expérience lui plaisait.
Saul alluma les enceintes, se pencha sur sa feuille encore vierge, et s’attela à la tâche avec une concentration telle que Cerise garda le silence pour le simple plaisir de pouvoir observer un artiste à l’œuvre, plongé avec passion dans son travail. Elle ne regardait pas ce qu’il dessinait, et se contentait de l’observer lui, et détailler les plis que prenaient son visage sous la concentration.
Elle songea en le regardant que la passion rendait les gens infiniment plus beaux et eut une vague pensée pour Hyacinthe, et la flamme qui l’embrasait chaque fois qu’il sortait un appareil photo.
Avait-elle seulement jamais été transcendée de la même façon pour quoique ce soit dans la vie ?

« Tu vas comment depuis l'autre jour ? »

La question de Saul la sorti d’une étrange torpeur passagère et elle baissa vers lui un regard énigmatique accompagné d’un sourire résigné.

« Tu veux la version honnête ou l’autre ? »

Elle savait la réponse au regard qu’il lui lançait.

« J’y penses tout le temps, fit-elle dans un soupir fatigué. Quand je bosse, quand je m’occupe de Solis, quand je fais mes courses. Chaque fois que je croise quelqu’un je me demande s’il a perdu quelqu’un à cause de nous. »

Elle avait beau ne pas être celle qui avait déclenché les bombes, elle se sentait sale et coupable de savoir pourquoi tant de vies avaient été gâchée et de ne rien faire pour soulager la douleur des concernés.

« Je fais des cauchemars où je vois tous les gens que j’aime dans cette putain de tour et j’te raconte pas dans quel état ça me laisse au réveil. J’sais pas toi mais au QG quand j’les ai vu accepter les conséquences sans broncher voire même en se réjouissant ça m’a… dégoûtée. Viscéralement. J’ai du mal à regarder les autres en face quand je m’y rends. »

C’était la première fois qu’elle avouait tout ça à quelqu’un depuis les attentats. Cerise avait toujours fonctionné ainsi, en gardant pour elle tous ses troubles et ses douleurs et n’inquiéter personne en gardant le sourire. Elle se faisait le soutien de beaucoup mais peinait toujours quand il était question d’inverses les rôles.

« S’il était pas mort y’a cinq ans, mon frère aurait pu crever de cet attentat, fit-elle d’une voix moins assurée ; elle s’approchait lentement de la pente descendante de ses souvenirs douloureux et savait que la moindre chute serait fatale. Ah et j’ai appris que mon ex était dans la tour quand c’est arrivé, s’il lui était arrivé quelque chose je– »

Elle s’interrompit quand elle senti sa gorge se serrer un peu trop fort pour la laisser parler sans avoir la voix qui tremble. Parler d’Antigone la rendait à fleur de peau dans tous les cas car elle n’avait pas encore tout à fait tourné la page et digéré ses propres erreurs, mais s’imaginer les horreurs dont elle avait dû être témoin quand la tour d’Eden était en proie aux flammes lui donnait tout simplement la nausée et l’envie de tout plaquer.
Si MIST lui avait pris Antigone, elle n’aurait plus su vers qui se tourner.

« Désolée, fit Cerise dans un ricanement sans joie en baissant le regard vers Saul. Ça me travaille beaucoup et j’ai pas grand monde à qui en parler… »

À part Nedjma et lui, elle ne se sentait à l’aise de faire part de ses doutes à personne –pas même à Akainu ou Némésis dont elle se sentait pourtant proche.

« Et toi ? »

❥ hrp // ♥♥♥




Mist
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://sanctuary-of-heart.forumactif.org/http://astrophelcity.forumactif.org/t451-ain-t-got-no-time-to-be-weak-saulhttp://astrophelcity.forumactif.org/t728-let-s-make-the-most-of-the-night-like-we-re-gonna-die-young-saul
Date d'inscription : 02/07/2016
Messages : 172
Dollars : 186
Crédits : art by cookiecreation // noah mon amour merci
Mist
MessageSujet: Re: paint me like one of your french girls. ❞ (saulerise)   Sam 27 Oct - 21:06

Paint me like one of
your french girls

À mesure que les secondes s'écoulaient en même temps que sa tirade, il y eut quelque chose qui changea en Cerise. Et au lieu de rester simplement là, à l'écouter, Saul continua de dessiner, son pinceau manié avec une telle délicatesse qu'on aurait du mal à reconnaître le gros bourrin qu'il était dans la vie de tous les jours.

Il laissa l'encre courir sur le papier qui semblait boire les traits gracieux de Cerise pour les marquer de façon indélébile sur la surface immaculée. Et Saul, en dépeignant son modèle dans un moment de vulnérabilité, s'immisçait inconsciemment dans l'intimité de la jeune femme -d'une façon qu'il n'avait jamais expérimentée jusqu'alors.

Quand enfin il posa son pinceau, ce fut seulement pour balayer ses excuses d'un geste de la main -t'inquiète, c'est moi qui ai demandé. Il fit mine de réfléchir, mais connaissait déjà la réponse à la question « et toi ? »
Parce qu'il se la posait tous les jours, devant le miroir.

Moi ça va. Toujours.

Il partageait l'avis et les idéaux de Cerise -au fond, n'avaient-ils pas rejoint la cause pour les mêmes raisons ? C'était ce qui les avait rapprochés, et c'était ce qui les avait menés ici aujourd'hui.

Mais lui, il avait appris à relativiser. Pour sa santé mentale et pour ses proches, il avait refusé d'y penser autant qu'avait pu le faire Cerise. Il continua ses coups de pinceau, mais sans lever une seule fois les yeux vers elle, laissant son imagination faire le travail -rajouter un peu de lui dans son portrait à elle.

T'imagines tout ce qu'on pourrait faire avec des "et si" ?

Les choses marchaient dans les deux sens. Lui, il préférait ne penser ni à l'un ni à l'autre. Il avait la volonté de n'imaginer ni le pire ni le meilleur, pour rester ancré dans la réalité qu'il avait accepté chaque fois que les choses étaient devenues difficiles.
Quand son père était mort. Quand sa mère était partie. Quand Meera était revenue. Quand lui avait disparu.

C'est pas entièrement notre faute. Je dis pas qu'on est innocents, mais ça fait partie de quelque chose qui nous dépasse, Cherry.

Bien sûr qu'ils auraient pu s'y opposer, ou au moins faire entendre leurs voix pour hurler que c'était une mauvaise idée. Mais qui les aurait entendus ? Ils n'étaient qu'une infime part d'un système plus grand.

Ce qu'on peut faire maintenant, c'est éviter que ça ne se reproduise.

Il posa ses instruments, et se dirigea lentement vers elle. Saul posa une main dans le dos de son modèle pour qu'elle lui laisse une place et s'affala dans le fauteuil. Il lui tendit son oeuvre, comme un gamin qui allait montrer son dernier dessin à une institutrice -pour qu'elle lui dise que c'était bien.

Tiens, j'ai fini.
made by miss amazing.


#YOUNGWILD&FREE
I LIKE ME BETTER
WHEN I'M WITH YOU
Mist
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t602-think-i-ll-miss-you-forever-cerisehttp://astrophelcity.forumactif.org/t656-summertime-sadness-cerise#6388http://astrophelcity.forumactif.org/t611-topic-rps-et-chronologies-meera-co#5976
Date d'inscription : 05/08/2017
Messages : 101
Dollars : 76
Crédits : Romeo (avatar)
Localisation : Haylen District
Mist
MessageSujet: Re: paint me like one of your french girls. ❞ (saulerise)   Dim 28 Oct - 21:44

paint me
❥ cerise & saul

like one of your french girls ❞

Saul n’avait pas levé la tête une seule fois durant ses aveux et elle lui en était reconnaissante quelque part ; c’était plus facile de parler librement sans avoir de regard à soutenir ou d’émotions à dissimuler des yeux de l’autre. Et Cerise, elle s’était laissée aller aux confidences avec une aisance déconcertante à ses côtés car il avait le don de la mettre à l’aise, de se faire une place dans sa bulle sans jamais l’envahir de sa présence –juste ce qu’il fallait.

« Moi ça va. Toujours. T'imagines tout ce qu'on pourrait faire avec des "et si" ? »

Cerise eu un maigre sourire et soupira ; ça semblait si facile quand il le disait si simplement mais ils savaient pertinemment tous les deux que rien ne serait plus jamais facile –à vrai dire, rien ne l’avait vraiment été avant non plus.

« Je t’envie de pouvoir mettre ça dans un coin de ta tête et ne plus y toucher. J’ai jamais su faire ça moi.
C'est pas entièrement notre faute. Je dis pas qu'on est innocents, mais ça fait partie de quelque chose qui nous dépasse, Cherry. »

Elle ne sut quoi lui répondre sur le moment ; oui, il avait raison quelque part, qu’auraient-ils pu faire contre la colère qui faisait battre le cœur de MIST et qu’elle voulait tant pouvoir contrôler alors qu’elle peinait à gérer la sienne. Mais Cerise était dotée d’une empathie trop grande qui la dévorait chaque fois qu’elle songeait au fait que toutes les horreurs qui étaient arrivées dans sa vie pouvaient arriver tous les jours à n’importe qui ; s’en sentir en partie responsable la dégoûtait chaque fois que son regard croisait un miroir.

« Ce qu'on peut faire maintenant, c'est éviter que ça ne se reproduise. »

Il avait beau avoir un sa célèbre réputation d’imbécile un peu bourrin et simplet, Saul savait presque toujours les bons mots car il parlait avec son cœur, et elle le sentait ; aujourd’hui, elle avait envie de croire aux chimères qu’il lui racontait, juste un moment, juste le temps d’apaiser rien qu’un peu ses tourments.
Un sourire résigné se dessina sur ses lèvres ; t’es un peu trop doué Parrish.

Il posa son pinceau sur la table et se redressa enfin vers elle avec un sourire réconfortant. Le voyant venir pour s’asseoir à ses côtés, elle eut le réflexe de commencer à se décaler pour lui laisser la place mais il passa néanmoins une main dans son dos ; à son contact, Cerise se senti frissonner pour une raison qui lui échappait –où qu’elle n’avait pas envie de connaître tout de suite.

« Tiens, j'ai fini. »

Sans dire un mot, Cerise décrivit des yeux chaque courbe que l’encre avait dessiné sur le papier ; le portrait aurait pu être celui de n’importe qu’elle autre femme de son âge car l’attitude générale semblait être le point principal de l’œuvre, mais quelques détails infimes ici et là indiquaient qu’il s’agissait bel et bien d’elle, et de personne d’autres. À travers l’œil de Saul, elle avait l’impression de se découvrir sous un nouveau jour.

« T’as vraiment un talent de dingue, souffla-t-elle admirative en s’adossant contre le dossier du sofa, tournée de trois quart vers lui. »

Elle lui rendit le bout de papier avec un sourire plus léger sur les lèvres, et c’est quand elle leva les yeux vers lui qu’elle réalisa à quel point il s’était installé proche d’elle –suffisamment pour qu’elle sente la caresse de sa respiration sur son visage.
Pendant un instant, le temps semblait s’être arrêté ; Cerise ne savait quoi dire, n’avait pas spécialement envie de parler d’ailleurs, et se contentait de détailler le visage de Saul du regard dans une étrange contemplation, ignorant les battements de son cœur qui semblaient s’accélérer.

Une sonnerie retenti, brisant le silence qui s’était installé entre eux, et Cerise sursauta lorsque le bruit la tira de sa léthargie contemplative.

« Putain j’ai eu peur, souffla-t-elle en posant une main sur sa poitrine, les joues roses de surprise –ou bien était-ce dû à ce qu’il venait de se passer ? »

Elle réalisa qu’il s’agissait de son téléphone et se leva du sofa, les jambes un peu tremblantes, pour chercher son sac et mettre fin au vacarme en décrochant.

« Oui allô ? Oui ? Ah sérieux ? Merde… Oui non j’comprends t’inquiète pas, on reportera ça dès que possible. Haha pas de soucis, j’te dis ! Ok, passe une bonne journée Hector, rappelle-moi quand le nouveau rendez-vous sera fixé ! Bye ! »

Cerise raccrocha en soupirant et posa son téléphone sur la table basse avant de se tourner vers Saul.

« T’es libre ce soir ? À son expression, elle jugea nécessaire de préciser la situation. C’était mon producteur, on avait un dîner professionnel ce soir mais notre potentiel client a du annuler donc j’ai ma soirée de libre vu que j’ai déjà embauché quelqu’un pour garder Solis… »

Un sourire mince mais sincère se dessina sur ses lèvres.

« J’pense que j’ai besoin de me changer un peu les idées en ce moment. »

❥ hrp // ♥♥♥




Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: paint me like one of your french girls. ❞ (saulerise)   

paint me like one of your french girls. ❞ (saulerise)
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Astrophel City :: Hiawatha District :: Port industriel-