AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
avatars mangas ☆ rp libre ☆ mini-events réguliers ☆ combats au rendez-vous ☆ venez participer ! on est gentils (⦿ ‿ ⦿)
Le PDG de la X-TREM Factory entretiendrait une relation des plus intenses avec sa vice-présidente. On espère que ce n’est pas cette affaire qui a distrait l’ancien Phoenix de son travail et qui a entraîné un manque de sécurité lors de la dernière conférence de presse de l’entreprise où à eu lieu une explosion causant la mort d’un de ses haut-gradés...
Le mystérieux « Mist » dont l’apparition soudaine a récemment secoué la ville serait en fait une association de trolls désoeuvrés voulant profiter de la panique des récents attentats pour gagner plus de popularité sur les réseaux sociaux.
Il paraîtrait que le fondateur de la ville Edward Astrophel aurait été le descendant direct de Diogène, le philosophe grec qui vivait dans un tonneau. Incroyable !
les rumeurs



Partagez | 
「 D A H L I A 」 When I'm broken and I'm battle worn
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 18/11/2017
Messages : 48
Dollars : 77
Crédits : Baghera
Révolutionnaire indépendant
MessageSujet: 「 D A H L I A 」 When I'm broken and I'm battle worn   Jeu 24 Mai - 19:38

When I'm broken and I'm battle worn
Il y a la vie, il y a la mort. Et il y a aussi un état d’entre-deux, un état qui finalement indiffére la plupart des gens. Cet état ou on est en vie mais qu’il vaudrait peut-être mieux qu’on soit mort. Cet état dans lequel on se sent mal, dont on aimerait se défaire. Mais dont on n’arrive pas à se débarrasser. Alors on lutte, des jours durant. Parfois même des semaines, des mois, des années. Et un jour, le rayon du soleil se fait plus flagrant et on ne comprend pas pourquoi on a autant broyé du noir. Alors, c’est la libération.

Ezra est un homme bon. Il est gentil, il aide son prochain. Il est pas très doué avec les sentiments, les siens et ceux des autres, mais il fait en sorte que tout le monde soit heureux. C’est le devoir d’un fleuriste non ? Alors quand il se retrouve embringué dans une sale histoire de terrorisme, quand il se retrouve avec du sang sur les mains, il est loin d’aller bien. Ça le ronge de l’intérieur, peu importe qu’on ait tenter de lui faire comprendre qu’il n’y était pour rien dans toute cette histoire, qu’on ait essayé de le rassurer. Il sait qu’il a merdé.

D’habitude, dans ce genre de situation désagréable ou tout va mal, il irait dans une rue mal famée, trouverait son dealeur et tenterait de lui échanger quelques sous contre quelques temps de calme et de quiétude. Sauf que la dernière fois qu’il s’est laissé aller à ces désires d’évasion, il a aussi pris la vie de dizaines de personnes.
Sans compter la famille Lindbergh.

Il revoit le visage de Dahlia quand le blond à compris qu’il était à l’origine de toute cette merde. Il revoit la mine dévastée qu’il avait en arrivant à son appartement. Et il ne peut s’empêcher de s’en vouloir. Merde, il aime tellement le blond. Comment avait-il pu le détruire à ce point ? Aurait-il mieux fait de lui cacher son implication ? Il savait que non. Il savait que le blond aurait fini par savoir. Il en avait le droit.

Alors, faute de drogue pour étouffer sa peine et sa douleur, le brun avait échoué dans un bar non loin de son appartement. Il s’était installé au bar et avait commandé de l’alcool. Il avait commencé avec un cocktail et avait fini au whisky. Quand il avait commencé à parler tout seul, le barman avait servi deux verres de plus avant d’abandonner et de le mettre dehors. Déjà, ils étaient en train de fermer, et ensuite il avait assez bu.

Ezra se retrouva donc à la rue, incapable de savoir ou aller, comment rentrer. Il erra pendant de longues minutes dans les ruelles de la cité avant de littéralement tomber dans les bras de quelqu’un. Lorsqu’il leva les yeux, il reconnu le visage de son petit blond dans un seul souci.

« Daaaaaahliaaa. Qu’es’ce tu fais lààà ? »

Il était rond comme une barrique. Complètement saoul. Il essaya de se redresser sur ses jambes, observant son ancien amant.

« J’llais rentré chez moi mais j’sais plus ou j’suis ou aller tu sais bien. »

Il n’était plus très lucide non plus.
(c) K. 2017 - Copie prohibée.


I'm in love with the shape of you
We push and pull like a magnet do
Although my heart is falling too
I'm in love with your body
And last night you were in my room
And now my bed sheets smell like you
Every day discovering something brand new
I'm in love with your body
X-Trem Factory
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 20/02/2016
Messages : 120
Dollars : 88
Crédits : Mouahahahaha-gera
X-Trem Factory
MessageSujet: Re: 「 D A H L I A 」 When I'm broken and I'm battle worn   Dim 27 Mai - 1:49

Il avait sincèrement pensé qu’il irait mieux, après ce qu’il avait fait. Dans cette ruelle, sous le couvert du silence d’Astrophel rompu par ses hurlements. Mais, finalement, non. Il n’allait pas mieux. Pas vraiment. Dahlia réalisait à quel point il avait été stupide, présomptueux. Sa sœur lui manquait toujours. Atrocement. Les larmes d’Iris le brisaient toujours. Chaque fois un peu plus. L’air abattu de sa mère le faisait douter. Chaque seconde n’était que torture. Son père… Si seulement son père avait encore été là. Lui aurait su gérer, comme d’habitude. Car, même si entre lui et Dahlia, les choses n’avaient pas toujours été au beau fixe, il l’avait toujours admirer pour le stoïcisme et le sang-froid qu’il savait dégager, peu importe la situation. Une retenue dont Dahlia trouvait manquer cruellement. Surtout maintenant.

Il n’avait rien dit à personne d’extérieur à cette ruelle, au sujet de son meurtre. Le tout passait pour un accident, un moment d’absence de contrôle vis-à-vis de son pouvoir. Mais en réalité… Pas vraiment. Car Dahlia avait sciemment pensé de la sorte, Dahlia avait fait se joindre ses paumes pour envoyer un éclair, arc électrique. Dahlia avait… Donné libre cours à la plus sordide part de son être. Est-ce qu’il culpabilisait d’avoir abattu Blaze ? Paradoxalement, non. En réalité, ce qui le peinait le plus, c’était d’avoir fait subir à Ezra et la dénommé Heileen ce spectacle monstrueux de sa personne. Ce fait tournait encore et encore en boucle dans sa tête. Il n’arrivait pas à se l’ôter de l’esprit, de ses réflexions.

Alors, comme solution de dernier recours, il s’était noyé dans le travail. Le Lindbergh restait des heures au travail, alors même que les autres bureaux étaient éteints et fermés. Prétextant devoir rattraper tout le travail accumulé avec ses récentes absences du fait des funérailles et de tout le reste, il faisait son possible pour oublier, s’oublier.
Bien sûr que ce n’était que mensonge, il faisait largement son travail et avait déjà rattrapé depuis longtemps la paperasse accumulée en son absence. Mais c’était ainsi. Dahlia ne voyait pas comment faire autrement. Ce n’est que lorsque la fatigue commence à peser sur ses yeux qu’il se décide à quitter les lieux. Demain sera un jour de repos généralisé pour son service, tant pis, il trouverait autre chose pour s’occuper. Peut-être même faire bureau à la maison, pourquoi pas. Son grand appartement pouvait lui permettre une lubie pareille.

Ainsi, l’horloge indiquant minuit quarante-deux – sachant qu’il était là depuis sept heures tapantes -, le Lindbergh prit le chemin en direction de chez lui. Les rues étaient calmes et il n’y avait plus personne pour troubler la quiétude de son quartier. C’était tout du moins ce qu’il pensait jusqu’à apercevoir une silhouette titubante un peu plus loin devant lui. Une silhouette qu’il connaissait bien. « …Ezra ? »

Bien trop loin pour être entendu, cependant, Dahlia accéléra le pas jusqu’à se retrouver à hauteur de la personne qu’il avait reconnu, comme songé plus avant. D’ailleurs, le grand brun lui tomba littéralement dans les bras. Le Lindbergh dû faire attention afin de soutenir ce poids supplémentaire sur ses bras. « E-Ezra ?! »

Il l’écouta parler un instant, comprenant en même temps qu’il humait le parfum de l’alcool accrochée au fleuriste, ce qu’avait été la soirée de ce dernier. Probablement. Pourtant il se garda de soupirer, comme il aurait pu être tenté de le faire avant. Car il comprenait le cheminement qui avait conduit à ce résultat. Et il n’aurait pas tolérer de le voir voler en éclat sous des leçons de morales mal venues.

« Hum… Je vois. » Dahlia réfléchi un instant. Ils étaient beaucoup trop loin pour qu’il raccompagne le fleuriste jusqu’à chez lui. Vu l’état d’Ezra, cette mission était un échec avant même de débuter. Alors il décida qu’il passerait la nuit chez lui, dans son grand appartement. Il y avait largement la place et il serait bien plus tranquille de savoir Ezra entre ses murs que dehors. Sait-on jamais… « Bon, essaies de tenir debout, Ezra. Tu vas passer la nuit chez moi. » Au moins, ainsi, les choses étaient dites.



Merci Heileen ♥️

Ezra ♥️
#339966
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 18/11/2017
Messages : 48
Dollars : 77
Crédits : Baghera
Révolutionnaire indépendant
MessageSujet: Re: 「 D A H L I A 」 When I'm broken and I'm battle worn   Jeu 31 Mai - 19:08

When I'm broken and I'm battle worn
Putain c’que t’es beau Dahlia. Même par en dessous. J’ai envie d’t’embrasser et d’te faire tout un tas d’trucs. J’ai envie d’te protéger mais j’ai envie de t’attacher dans un coin aussi. J’suis pas net comme gars.

Accroché au blond, Ezra vient frotter doucement son nez dans son cou. Il hume sa peau, s’imprègne de son odeur. Il est tellement fou de lui. Mais, c’est aussi à cause de lui qu’il est là. Parce qu’après ce qui s’est passé entre eux… Ezra en a eu le cœur brisé. Plusieurs fois d’ailleurs. Il avait pensé qu’après les derniers événements survenus, Dahlia aurait pardonné ses échecs. Que le blond aurait voulu passer plus de temps avec lui. Mais, il n’avait pas tué sa famille lorsqu’ils s’étaient rencontrés. Et Dahlia avait déjà fuit une première fois. Et la suivante aussi. Alors, lorsqu’il s’était réveillé à ses côtés ce matin-là, il n’y avait pas vraiment cru. Pourtant, Dahlia avait pris le chemin de chez lui ensuite et il ne l’avait plus revu depuis.
Ni entendu.
Ni même lu.

Et Ezra avait compris qu’une fois de plus il s’était fait des idées. Qu’il avait cru qu’il pourrait avoir une vraie relation avec le blond alors qu’il n’en n’était rien. Que c’était impossible.
Une multitude de sentiment s’étaient bousculer dans sa tête toute la semaine. La colère, la frustration, la peur, l’amour. Il avait eu mal. Alors il s’était réfugié dans la seule chose qu’il savait être réconfortant pendant au moins quelques heures : l’alcool.

Pourtant, ce soir, Dahlia était là, devant lui. Ezra le sentait bien. Il essaya de se remettre sur ses pieds une fois qu’il fut à peu près stable. Il tendit les bras sur les côtés pour montrer qu’il était debout, la mine enjouée du gamin qui a réussi un exercice difficile.

« J’suis debout ! »

Il vacilla pourtant et reposa un de ses bras autour des épaules de son petit blond, histoire de ne pas finir par rencontrer le sol. Il l’avait déjà évité ce soir, il n’avait pas vraiment envie d’y revenir.

« T’m’emmène chez toi… faut mettre un pierre dans l’calendrier ! »

Il était surpris qu’il soit là, qu’il l’emmène chez lui. Mais il n’avait plus vraiment les mots dans le bon sens pour dire les phrases alors.

« En route comp’gnon ! »
(c) K. 2017 - Copie prohibée.


I'm in love with the shape of you
We push and pull like a magnet do
Although my heart is falling too
I'm in love with your body
And last night you were in my room
And now my bed sheets smell like you
Every day discovering something brand new
I'm in love with your body
X-Trem Factory
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 20/02/2016
Messages : 120
Dollars : 88
Crédits : Mouahahahaha-gera
X-Trem Factory
MessageSujet: Re: 「 D A H L I A 」 When I'm broken and I'm battle worn   Sam 2 Juin - 16:33

C’était étrange mais, pour une raison qui lui échappait totalement, Dahlia était tout de même amusé par la situation. Voir Ezra se comporter ainsi évoquait un nouveau panel de la personnalité du brun que le Lindbergh ne connaissait pas encore. Il mit cependant le reste sur le compte de la fatigue. Après tout, son corps avait lui aussi des limites, songea-t-il, alors qu’il ouvrit la marche vers son appartement, un bras d’Ezra passé autour de son cou – plus simple pour aider le plus âgé à tenir debout.

« Alors mon ami, qu’est-ce qui a bien pu justifier que tu te mettes dans un état pareil ? » Il avait laissé un rire léger lui échapper. En réalité, Dahlia n’espérait même pas de réponse concrète, c’était plus une constatation interrogée qu’il se faisait à lui-même qu’au Linwood. Il sentait bien les effluves d’alcool qui parait son homologue de ces réactions assez enfantines. Il n’avait rien à y redire, après tout, Ezra était un adulte responsable – sans doute bien plus que ne le serait Dahlia, certainement – et il savait ce qu’il faisait. Sauf peut-être rentrer chez lui par le bon chemin. Mais c’était une déviation de parcours tolérable. Voici pourquoi le blond ne rechigna pas à guider le fleuriste jusqu’à chez lui.

Ils marchèrent pendant quelques minutes avant de parvenir jusqu’au hall du grand immeuble où résidait le militaire. La montée jusqu’au dernier étage, via l’ascenseur, se fit rapide. Là, Dahlia n’eut qu’à passer la carte magnétique qui lui servait de clé dans le lecteur prévu à cet effet. La porte se déverrouilla alors, permettant aux deux hommes de pénétrer à l’intérieur du spacieux appartement laissé à Dahlia par son père. Son lieu de vie depuis plusieurs années, maintenant. Il restait sans doute un peu trop casanier pour son âge, mais cela lui convenait.

Effleurant le mur, Dahlia pu ajuster la lumière de son foyer pour qu’elle ne soit ni trop agressive ni trop peu efficace. Ceci fait, il se retira de l’emprise d’Ezra pour commencer à ôter son manteau. « Fais comme chez toi ! » Lui dit-il, avenant.

Puis, son veston posé sur le porte-manteau prévu à cet effet, Dahlia parti chercher un verre d’eau à dans la cuisine pour son camarade. Il était toujours bon de boire quelque chose de correct après autant d’alcool, après tout. Revenant vers le brun, il lui tendit le récipient transparent.

« Tiens, bois ça, ça ne pourra que te faire du bien après tout cet alcool ! » Encore une fois, il avait ri, un peu. Mais ce n’était guère par moquerie. Loin de là. Puis, lui adressant un sourire du coin des lèvres, Dahlia poursuivit sur la route de l’hospitalité. « Tu pourras dormir dans ma chambre, cette nuit. Je prendrais le canapé, il est largement assez confortable. » C’était la moindre des choses que de laisser à l’invité l’endroit le plus confortable pour qu’il puisse s’y reposer.



Merci Heileen ♥️

Ezra ♥️
#339966
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 18/11/2017
Messages : 48
Dollars : 77
Crédits : Baghera
Révolutionnaire indépendant
MessageSujet: Re: 「 D A H L I A 」 When I'm broken and I'm battle worn   Sam 9 Juin - 13:15

The vision of the one I see
Le bras passé autour des épaules du blond, Ezra a un soubresaut. Il est un peu perdu et doucement, avançant au travers des ruelles, sa bonne humeur causée par l’alcool s’évapora lentement pour laisser place à un nostalgie doucereuse, un état léthargique qui se transformait peu à peu en tristesse. Parce qu’au fond, c’était pour ça qu’Ezra avait bu. Parce qu’il était triste.

Alors, quand la question quitta les lèvres de Dahlia, Ezra ne répondit pas tout de suite. La question tourna et vira un moment dans son esprit embrumé, sans qu’il n’y donne de réponse immédiatement. Parce qu’il ne sait pas s’il peut. Parce qu’il ne sait pas où il en est.

L’alcool joyeux à finalement laissé place à un alcool triste, un alcool mélancolique.

Alors, quand ils arrivent à l’immeuble, quelques paroles quasiment inintelligibles quittent les lèvres du brun.

« C’parce que bleuh shhht c’ta faute hm tus sais hahaha. »

Parce que oui, la seule personne qui peut mettre Ezra dans un état pareil se trouve être celui-là même qui lui sert actuellement de béquille pour ne pas se vautrer littéralement sur le sol et dormir au coin d’une rue. Mais il se laisse emmener jusqu’à l’appartement qu’il n’a jamais vu jusque-là.

Mais il ne percute pas réellement ce qui se passe. Il laisse Dahlia allumer la lumière et grimace un peu, pour la forme. Lorsque le blond le lâcha, il se reposa contre le mur pour ne pas tomber, vacillant un peu. Il se débarrasse de sa veste qui tombe au sol lamentablement alors qu’il essaie de la poser sur le porte-manteau. Mais il ne s’en rend pas compte, s’asseyant sur la première surface venue.

Il accueil le verre d’eau avec plaisir et le vide d’une traite avant de grimacer.

« Plus fort ! »

Il s’attendait à de l’alcool, dans la lignée de ce qu’il a bu depuis quelques heures. La surprise l’éveille un peu et il fixe Dahlia, fixe son appartement, et ne s’en sent que plus minable.

« J’pas envie d’dormir dans ta chambre si t’y es pas. Et t’as aucune envie que j’y foute les pieds alors j’irais pas. »

C’était vrai. Ça n’avait aucun intérêt d’y dormir sans lui. Il se redressa et avança vers le canapé, se laissant tomber dedans, en position assise. Il observa alors l’endroit et soupira. Ils n’étaient clairement pas du même monde, comment pourrait-il s’intéresser réellement à lui.
(c) K. 2017 - Copie prohibée.


I'm in love with the shape of you
We push and pull like a magnet do
Although my heart is falling too
I'm in love with your body
And last night you were in my room
And now my bed sheets smell like you
Every day discovering something brand new
I'm in love with your body
X-Trem Factory
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 20/02/2016
Messages : 120
Dollars : 88
Crédits : Mouahahahaha-gera
X-Trem Factory
MessageSujet: Re: 「 D A H L I A 」 When I'm broken and I'm battle worn   Ven 15 Juin - 13:27

Dahlia avait bien senti un malaise stationné entre Ezra et lui ; entre lui et lui-même, aussi. Pourtant, il avait fait le choix de ne pas souligner ledit malaise, afin de ne pas le renforcer. C’était une logique somme toute idiote, mais le Lindbergh n’avait sû quoi faire d’autre sur l’instant. Maladroit dans les relations si cela n’était pas directement lié à quelque chose de plus ou moins organisé, il avait du mal à exprimer clairement ses pensées et à agir en conséquence. C’était son grand damne, sa grande faiblesse. Déglutissant, il réfléchit un instant à comment gérer cette situation.

Il tira sur sa cravate afin d’alléger un peu la pression imaginaire qui statuait alors sur sa gorge. Il savait bien que le tissu n’en était en rien la cause, mais la logique commençait elle aussi à s’estomper. De toute manière, dès lors que le fleuriste était dans les parages, le blond éprouvait quelques difficultés à amener des réflexions cohérentes jusqu’à son esprit. Particulièrement actuellement étant donné ce qu’il s’était passé entre eux. Même sans parler de l’attentat, il y avait eu la nuit qui avait suivie l’abattage du responsable. Ces quelques heures d’obscurité, démarrées seul et qui finalement s’étaient achevées dans le lit du plus âgé ; Dahlia n’ayant pu supporter de dormir seul, alors. Et au matin, il…

Le Lindbergh ferma les yeux quelques secondes, déglutissant au passage. Puis, constatant qu’il ne pouvait décemment pas laisser son invité dans une telle galère, Dahlia vint s’assoir à côté de lui ; suffisamment près pour que seuls quelques centimètres ne les séparent réellement mais également suffisamment loin pour que leurs mains ne se touchent pas, ne s’effleurent même pas. C’était une distance aussi salvatrice qu’elle était venimeuse. Car, lorsqu’il prit un instant pour observer les courbures d’Ezra, Dahlia réalisa qu’il aurait aimé sentir les mains de l’homme dans sa chevelure.
Tâchant d’organiser ses envies et ses réflexions, le militaire se fit violence pour ne pas paraître trop intrusif, trop… maladroit. Même s’il doutait de ses capacités à bien faire les choses, même maintenant. Surtout maintenant. Alors qu’il ne savait pas vraiment quoi dire pour s’alléger d’une faute qu’il ne comprenait plus vraiment.

« Ezra, je… » Assis sur le grand canapé, les avant-bras reposant sur ses genoux et son visage à demi-caché entre ses paumes liées, Dahlia tenta une approche, en mesurant ses mots. « A te voir, j’imagine bien que tu dois avoir beaucoup sur le cœur. C’est pour cela que j’aimerai pouvoir t’aider, n’importe comment, je… Si tu acceptais de me parler, peut-être que cela t’aiderait aussi ? » Au fond, il n’en savait rien, vraiment. « J’ai peur pour toi, Ezra… » Il se laissait juste aller à la liqueur de sa fatigue. Ses barrières, elles aussi, étaient en train de céder.



Merci Heileen ♥️

Ezra ♥️
#339966
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 「 D A H L I A 」 When I'm broken and I'm battle worn   

「 D A H L I A 」 When I'm broken and I'm battle worn
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Astrophel City :: Nahuel District :: Résidences-