AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
avatars mangas ☆ rp libre ☆ mini-events réguliers ☆ combats au rendez-vous ☆ venez participer ! on est gentils (⦿ ‿ ⦿)
Le PDG de la X-TREM Factory entretiendrait une relation des plus intenses avec sa vice-présidente. On espère que ce n’est pas cette affaire qui a distrait l’ancien Phoenix de son travail et qui a entraîné un manque de sécurité lors de la dernière conférence de presse de l’entreprise où à eu lieu une explosion causant la mort d’un de ses haut-gradés...
Le mystérieux « Mist » dont l’apparition soudaine a récemment secoué la ville serait en fait une association de trolls désoeuvrés voulant profiter de la panique des récents attentats pour gagner plus de popularité sur les réseaux sociaux.
Il paraîtrait que le fondateur de la ville Edward Astrophel aurait été le descendant direct de Diogène, le philosophe grec qui vivait dans un tonneau. Incroyable !
les rumeurs



Partagez | 
werewolf in the dark — Fae
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Farfallina
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 02/05/2018
Messages : 10
Dollars : 7
Crédits : lytharsis
Farfallina
MessageSujet: werewolf in the dark — Fae   Ven 11 Mai - 14:17

vingt heures cinquante-trois, chez Morpheus

Eeva ne savait pas ce qui l’avait poussée à accepter ce rencard, ou plutôt, cette rencontre. Elle traînait souvent sur les réseaux sociaux, et sur les sites censés permettre de trouver l’amour – ou tout autre plan plus ou moins foireux. En effet, ces sites et applications lui permettait de parler normalement, sans contraintes. Internet lui permettait de se sentir libre – ici, les mots n’avaient aucun effet, aucun pouvoir, aucun impact. Et ici, elle y avait rencontré un garçon – la vingtaine, brun, grand, drôle, jovial ; étrangement, cette personne paraissait presque trop banale. Eeva était nerveuse, elle ne lui avait pas parlé de son pouvoir, de son métier, de son passé. Elle s’était habillée avec un pantalon noir, des bottines à talons, un gros pull blanc, et avait mis de grosses boucles d’oreilles dorées – peut-être était-ce l’accessoire de trop . La blonde était assise au comptoir, avec une tasse de thé à la menthe ; mais le thé était froid désormais. Ils avaient rendez-vous à 19 heures, mais le temps était passé, et elle s’était résolue à penser qu’il ne viendrait pas – tant mieux, du stress en moins. Elle avait cherché ses mots toute la journée, elle y avait pensé et repensé – qu’est ce qu’elle lui dirait, comment, allait-elle lui avouer qu’elle était une super méchante qui se donnait en spectacle en ville, et tout un tas d’autres bizarreries a priori inutiles. Lilith avait été abordée une seule fois dans la soirée, par un type louche mais pas méchant, qui lui avait d’ailleurs offert ce thé – qu’elle n’avait pas bu, bien évidemment ; qui sait ce que le barman aurait pu versé dedans ? Ou même le type ? Ce quartier n’était pas le meilleur d’Astrophel, au contraire ! La demoiselle, après avoir regardé sa montre, prit son courage à deux mains pour sortir du bar – elle comptait au départ sur le jeune homme avec qui elle avait rendez-vous pour la raccompagner, mais elle dû se résoudre à rentrer seule.

Il était vingt-et-une heure, il faisait déjà nuit, et peut être était-ce le lieu ou l’éducation qu’elle avait eu, mais elle avait peur – une jeune femme, seule, de longs cheveux blonds, filiforme, dont le visage devait être connu de certains, dans la nuit d’Astrophel, cette grande ville des États Unis qui réunissait les humains et les Autres. Elle sortit par la porte principale, la tête basse, regardant ses pieds et marchant vite. Au bout de 50 mètres dans la direction par laquelle elle était arrivée, elle dut se rendre à l’évidence : marcher sans regarder où on va, c’est peut être le mieux pour éviter de croiser le regard de quelqu’un, mais pas le mieux pour se repérer dans la nuit et elle venait de se rappeler qu’en arrivant, elle avait dû passer par une ruelle avec cinq ou six sans abris – espérons qu’ils dorment. D’un pas pressé, elle prit à droite, et s’enfonça dans la ruelle non éclairée. Étonnamment, elle se mit à marcher plus lentement, écoutant attentivement le moindre bruit. La peur montait. Et lorsqu’un cri retenti a une quinzaine de mètres dans la ruelle, elle s’arrêta net, incapable de courir dans une quelconque direction. Elle distinguait au loin deux ou trois formes qui bougeaient dans la pénombre, donc un qui semblait faire de grands gestes en criant – et peut être un chien errant. Dans tous les cas, s’approcher trop près n’était pas une bonne idée – mais quelqu’un était sûrement en danger.

vingt-et-une heures quatorze, ruelle sombre en plein cœur de la zone de non droits

« Il va bien falloir que je prenne le métro et que je traverse cette rue... » murmura-t-elle à elle même, sûrement un peu trop fort.
Citoyens
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 29/04/2018
Messages : 9
Dollars : 11
Crédits : Jonas 8)
Citoyens
MessageSujet: Re: werewolf in the dark — Fae   Mar 15 Mai - 22:56

Le soleil est maintenant couché depuis plusieurs heures.
C’est ton heure, celle ou tu peux errer dans les rues sans avoir peur de croiser les gens normaux, qui sont terrer bien tranquillement chez eux. Tel le loup garou que tu es, tu vis la nuit, passant la journée à dormir comme tu peux. Le soir, tu préfères quitter le lieu abandonné où tu te caches, les squatteurs prenant ta place. Tu les crains tout autant, la drogue qu’ils s’injectent dans les veines pouvant les rendre hostiles.
Tu n’es pourtant pas si différent qu’eux, les piqures que tu peux prendre te rendant tout autant dans un état incontrôlable. Bien pire qu’eux…

Mais tu profites des rues désertes pour te trouver de quoi subsisté, ne te gênant pas pour fouiller les poubelles afin d’y trouver un trésor inestimable à tes yeux. Butin bien trop rare. Et ce soir, tu te retrouves de nouveau sans rien à te mettre sous la dent. Tu pourrais toujours quémander, mais t’es bien trop fière Fae, et demander ne fait pas parti de ton vocabulaire. Tu ne comptes de tout façon pas te reposer sur les humains, tu n’as encore confiance en eux et tu ne veux pas qu’ils aient pitié de toi. Comme tu n’as aucune pitié pour eux quand tu les laisses à moitié mort macadam, luttant pour ta survie.

Ça fait combien de temps que tu n’as pas émis un son de ta bouche, hormis des cris de rage ? Tu n’as même plus la notion du temps, ça pouvait faire une journée ou un siècle que tu avais été lâchement abandonné dans cette vie, ça n’avait aucune importance pour toi.
La seule chose que tu ressentais, c’est que ça faisait trop longtemps que tu n’avais rien ingérer, et la faim te tiraillait fortement. Au point de perdre momentanément conscience. Tu finis par te réveiller, la sensation désagréable d’un liquide froid sur ton visage te tirant de ton mini coma, tu ouvres un œil pour voir un homme pencher pour toi. Il n’avait pas l’air d’une menace, mais ton sang fit un tour et sans attendre, tu attrapes une de tes seringues et te l’injecte, ta forme bestiale prenant le dessus. Ce qui fait directement fuir l’homme, sans que tu ais eu le temps de l’attaquer. Tu as réussi à le faire fuir, au moins, mais la rage est toujours là. Il te fallait du sang maintenant pour l’apaiser. Alors quand tu aperçois une silhouette s’approcher, tu n’hésites pas et lui bondit, te retrouvant nez à nez face à une adolescente à la chevelure dorée, prête à l’attaquer d’un coup de griffes acérés.
werewolf in the dark — Fae
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Astrophel City :: Scitlali District :: Zone de non-droit-