AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
avatars mangas ☆ rp libre ☆ mini-events réguliers ☆ combats au rendez-vous ☆ venez participer ! on est gentils (⦿ ‿ ⦿)
Le PDG de la X-TREM Factory entretiendrait une relation des plus intenses avec sa vice-présidente. On espère que ce n’est pas cette affaire qui a distrait l’ancien Phoenix de son travail et qui a entraîné un manque de sécurité lors de la dernière conférence de presse de l’entreprise où à eu lieu une explosion causant la mort d’un de ses haut-gradés...
Le mystérieux « Mist » dont l’apparition soudaine a récemment secoué la ville serait en fait une association de trolls désoeuvrés voulant profiter de la panique des récents attentats pour gagner plus de popularité sur les réseaux sociaux.
Il paraîtrait que le fondateur de la ville Edward Astrophel aurait été le descendant direct de Diogène, le philosophe grec qui vivait dans un tonneau. Incroyable !
les rumeurs



Partagez | 
Thriller ♦ BAGARRE GANG
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Citoyens
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 20/12/2017
Messages : 9
Dollars : 8
Crédits : CCCrush
Citoyens
MessageSujet: Thriller ♦ BAGARRE GANG   Mer 18 Avr - 12:20

Ce soir encore, Jonathan ne travaillait pas. Chez lui, il silence de quasi-mort régnait, simplement déranger par la respiration régulière du chien qu’il avait gardé avec lui. Poupi, pour ne pas le nommer. Le fait est qu’il ne reconnaissait plus que ce nom-là maintenant, le clebs. Les yeux de Morgan vinrent fixer le plafond alors qu’il était étendu dans son canapé, désœuvré.

Même l’animal s’était comme désolidarisé de lui puisque ça faisait bien une heure qu’il pionçait sans demander son reste. La promenade ayant déjà eu lieu, c’était un peu rappé de prendre le sac à puces comme excuse pour aller prendre l’air. Un coup à l’horloge mural indiquait à l’homme qu’il venait de passer vingt heures. Bon. Ok. Magnifique. Sauf qu’il ne pouvait décemment pas aller se coucher maintenant, il ne trouverait pas le sommeil, il se connaissait assez pour savoir ça.

Bon, finalement, il se décida à bouger. Sorti de chez lui, ce n’est qu’en passant par sa boîte aux lettres qu’il vit qu’un flyer y avait fait son nid – puisqu’il avait ramené deux trois copains semblait-il. C’était un tract publicitaire pour un bar qui venait de rouvrir, apparemment. Curtis rassembla ses idées pendant quelques minutes. Aller, pourquoi ne pas donner sa chance à l’endroit après tout ? Il n’était plus réellement sorti depuis un bon moment et il était convaincu que cela lui ferait le plus grand bien. Un verre n’allait pas le rendre alcoolique non plus, il ne fallait pas déconner. Les années de prohibition américaines étaient loin derrière maintenant.

Il ne lui fallut guère plus de dix minutes pour se rendre à l’adresse indiquée. Effectivement, l’endroit paraissait… vivant. Au moins, c’était un bon point. L’ex-agent y entra et alla directement s’installer au bar, jetant à peine un coup d’œil distrait aux alentours. Lorsque le barman l’interpella, il ne réfléchit pas beaucoup à sa réponse avant de la donner. « Ce que vous avez de plus fort. »

Comme c’était occasionnel, autant agir de la sorte.
Citoyens
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t767-ben-turner-fini
Date d'inscription : 27/01/2018
Messages : 18
Dollars : 27
Crédits : Merci à Jonas o/
Citoyens
MessageSujet: Re: Thriller ♦ BAGARRE GANG   Ven 20 Avr - 14:49

Soirée plutôt mouvementée.
C’est assez rare qu’il y ait autant de monde dans le bar, l’arrivé du week end devant aider. Ça plus le fait que le patron ait voulu faire de la pub pour le bar à l’aide de tract. Ça ne plaît pas trop à Ben, qui apprécie l’idée que on découvre le bar en se promenant au hasard, mais bon.
Du coup Ben n’a quasiment aucun temps de répit depuis la fin d’après-midi. Pour accompagner cette animation, Ben met du rock en fond sonore de façon à ne pas gêner les conversations. Bien qu’il soit pris entre le service, la plonge et l’entretien du bar, il accorde du temps à ses clients assis au comptoir en discutant avec eux. Il aime être proche de sa clientèle et arrive aujourd’hui à se rappeler des nouvelles têtes. Cette convivialité à surement aider à établir une base solide de fidèle.

Il fait attention à tout ce qui se passe et est présent dans ce bar, c’est donc avec intérêt qu’il observe un tout nouveau client lui commandant « ce qu’il a de plus fort ». Sans hésiter, il attrape une de ses plus fortes bouteilles de whisky et lui en sert une bonne dose, glissant le verre jusqu’à lui

 
- Un whisky de dix ans d’âge, si vous aimez cette boisson celui-ci devrait vous plaire.

Il lui affiche un sourire de bienvenue puis reprend le travail, la soirée se déroulant tranquillement bien qu’il ressent que les esprits commencent à s’embrouiller par l’alcool.
Professeur de combat
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t659-kacey-creehttp://astrophelcity.forumactif.org/t683-sgt-kacey-cree-fiche-de-liens
Date d'inscription : 18/09/2017
Messages : 32
Dollars : 42
Crédits : ronik
Professeur de combat
MessageSujet: Re: Thriller ♦ BAGARRE GANG   Mer 25 Avr - 1:25

Le soir, à Astrophel, on ne peut qu'aller dans un bar.
J'étais là depuis un moment, ce qui m'avait permis de me réserver un tabouret près du comptoir. Une place de choix, surtout pour les personnes qui appréciaient se faire bousculer par les autres clients qui venaient se coller au plus près possible du comptoir, tout ça car ils pensent avoir une chance de se faire remarquer plus rapidement par le barmaid.
Si j'étais là, ce n'était pas pour boire. Je ne bois pas d'alcool de toute manière. Je n'étais pas venue pour assister à un match, pour peu qu'il y en avait un qui passait ce soir. Je n'étais pas non plus une habituée, je ne connaissais personne. Alors pourquoi étais-je venue ?
Pour l'ambiance. C'était la seule raison raisonnable restante. Peut être est ce que je m'attendais à ce que quelqu'un vienne m'adresser la parole. Peut être que j'aimais juste être entourée de gens qui ne prêtent pas attention à ce que je fais. Une face parmi tant d'autre. Un individu noyé dans la foule.

Je repris une gorgée du soda que je sirotai -à la paille. Bien que ca ne soit mon unique consommation depuis le départ, personne ne pouvait me reprocher de monopoliser une place sans consommer. Le barman finirait sans doute par se poser des questions si il n'était pas déjà débordé, et désormais occupé avec un client qui, lui aussi, avait réussi à s'incruster jusqu'au bar, profitant du départ de l'un des clients.

Ouais. Soirée plutôt mouvementée.
Tout ce que j'avais à faire, c'était d'éviter de picoler, et tout devrait se passer pour le mieux.
Mist
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 10/09/2016
Messages : 49
Dollars : 42
Crédits : Jude pour l'ava *w* & moi-même pour la signa .w.
Localisation : C'est pas tes oignons.
Mist
MessageSujet: Re: Thriller ♦ BAGARRE GANG   Ven 4 Mai - 16:44



Thriller - BAGARRE GANG
Your sight is insulting me

Encore une journée qui s’écoulait, d’une banalité indescriptible. Les jours se suivaient, tous plus semblables les uns que les autres. Du moins en apparence, pour quiconque ignorait tes « activités clandestines ». Et pourtant cette vie « banale » de surface te pesait toujours plus. Car il y avait ce fauteuil, ces roues, cet éclat logé tout près de ta moelle épinière. Cette douleur qui transformait chaque journée en véritable enfer, pour peu qu’une crise se déclenche. Et ça te rongeait. Et ça te corrompait. Ton esprit n’en était que plus déterminé pour accomplir son objectif ultime : l’apocalypse. La fin de ce monde tel que les sponsors l’avaient fait. Le début d’une nouvelle ère. Mais ce n’était pas aujourd’hui.

Non. Aujourd’hui, comme hier, tu te contentais de fulminer en silence, car le moindre écart, la moindre poussée de révolte pouvait attirer les regards indiscrets et pousser la curiosité dangereuse des autorités. Et tu ne pouvais pas te le permettre, non. Tu étais déjà si loin, et il te restait encore tant à accomplir… ce serait trop dommage de tout foutre en l’air. Alors tu fermais ta gueule. Tu serrais les poings. Tu crispais les mâchoires. Tu supportais ton calvaire dans un mutisme affligeant, où ton seul soutien provenait de l’alcool. Oui, lui te donnait l’énergie et la force pour renforcer ta ténacité.

C’est pourquoi aujourd’hui encore tu étais venue dans ce même bar, avec le même barman, les mêmes clients, les mêmes sièges, pour commander la même boisson après une journée de travail au salon. Pour écumer la colère sous-jacente, mais surtout, endormir la douleur qui irradiait dans ta colonne. Ce soir, elle était plus vorace, plus chronique. Ça te portait sur les nerfs et te donnait la migraine. Alors t’avais besoin de noyer cette souffrance dans l’alcool -quel meilleur compagnon après tout ? T’avais que dix-sept ans, mais ça faisait un bail qu’on te prenait pour plus âgée et personne te faisait chier avec ça.

T’étais là depuis, quoi, vingt, trente minutes ? Juste le temps de voir défiler un nouveau client et de s’enfiler quelques verres de whisky. T’avais l’habitude de boire, et des effets secondaires de l’alcool. Mais avec ton gabarit, un corps frêle et brisé fin comme une asperge, ton esprit s’embrumait vite. Et ce soir, la douleur n’aidait pas. Tu nageais dans du coton, agrémenté d’épines de ronces. C’est peut-être pour ça que tu ne l’avais pas vue tout de suite, installée au bar. Depuis ta position, t’avais pas une vue très dégagée sur la tête des clients. Notamment parce que tu préférais la solitude à une mauvaise compagnie -et Dieu sait à quel point les gens t’énervaient vite.

Mais il suffit que ton regard se levât au moment même où elle tournait la tête pour faire basculer la banalité de la journée dans l’oubli. Tu reconnus aussitôt ses traits ; comment oublier le visage d’une corrompue du système qui participait à l’absurdité des sponsors ? Elle n’en était pas une. Elle n’était même pas une super. Mais elle les entraînait à l’Académie ; tu l’avais découvert, lors d’un de tes piratages en règle. Et t’avais tout de suite rangé son identité dans la case « indésirable ». Et ce soir, t’avais mal. Ce soir, t’étais déjà bourrée. Et tu repensas à tout ce que t’avais pris ce système. Et tu vis rouge.

Tu l’invectivas. Mais soit elle ne t’entendit pas, soit elle t’ignora, certainement parce qu’elle n’avait rien à faire d’une pauvre handicapée, alors même que son travail avait participé à briser ta vie. Alors comme elle te répondait pas, comme elle feignait -ou pas- l’indifférence, les verrous de ta personnalité sautèrent, aidés par l’effet de l’alcool. Tu perdis ton sang-froid ; submergé par un soudain accès de violence, tu attrapas le premier truc qui te tomba sous la main : ton verre. Et tu le projetas dans la pièce en direction de la prof de combat.

Karen — Et là, j’existe toujours pas ?!

Ton regard d’acier, haineux et rebelle, la transperça. Si t’avais pu tuer d’un coup d’œil, elle serait morte foudroyée.


Stop ignoring my pain
(c) Etilya



Fans clubs:
 
Citoyens
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/03/2018
Messages : 8
Dollars : 9
Crédits : x
Citoyens
MessageSujet: Re: Thriller ♦ BAGARRE GANG   Sam 5 Mai - 15:24

Normalement, je doute avoir l'âge légal pour me retrouver dans ce genre d'endroit. Normalement, je ne devrais même pas être ici. Mais qu'importe, j'ai le droit de me détendre, moi aussi. Et puis, de toute façon, je n'étais pas seul, j'avais mes potes avec moi. Et même si je suis mineur aux yeux de la loi, j'avais quand même réussi à avoir droit à un peu d'alcool ; disons que certaines personnes étaient assez généreuses et suffisamment intelligentes pour tromper les serveurs lorsqu'ils commandaient.

Ce bar, c'était l'un de nos très nombreux coins où l'on venait quand on avait envie de débattre, de discuter, de ce retrouver. Ces murs avaient entendus nombreuses de nos conversations et de nos délires. Au moins, ils nous permettaient d'oublier un peu la journée, nos corvées, nos soucis, nos haines enfouies et nos rancœurs. Dans cet endroit, j'oubliais où j'étais et j'oubliais, le temps d'un instant, ce qu'il se passait... Les héros, les vilains, les accidents...

J'essayais d'y venir le plus souvent possible afin de m'y changer les idées -et d'y boire un peu aussi-, mais avec mes occupations extérieures, ce n'était pas toujours facile ; et je refusais de laisser ma mère seule trop longtemps, ou du moins pas avant de m'être assuré que tout allait bien, même si je savais qu'elle pouvais se débrouiller toute seule. Néanmoins, de temps à autres, je ne pouvais m'empêcher d'être inquiet...

Mais cette fois, j'avais un peu trop bu pour me soucier de quoi que ce soit. Mes idées n'étaient pas très claires, je riais pour un rien, j'avais chaud, et peut-être un peu la tête qui tourne ; mais peu importe, il semblerait que je n'étais pas le seul à être un peu ailleurs. Je ne réfléchissais pas forcément à ce que je disais, aussi. Le temps passait plutôt vite, l'endroit se remplissais de plus en plus et devenait bruyant.


Tout aurait pu continuer ainsi, de façon banale, mais un élément vint perturber cette relative routine. Au début, je n'y avais pas fait attention. Puis, je l'ai vue, cette fille. Elle aurait pu être banale, si je n'avais pas remarqué au dernier moment sur quoi elle été assise. Et visiblement, elle était pas mal remontée. Je vis le verre voler à travers la salle, direction une personne contre qui elle avait visiblement un problème.

A ce moment-là, je n'avais pas réellement compris de quoi il s'agissait -mes connexions neuronales étaient quelque peu étourdies par l'alcool. J'attire l'attention de mes potes sur la scène qui était en train de se dérouler. J'étais comme un spectateur au cinéma, attendant que le film commence, avec un verre d'alcool dans les pattes à la place du popcorn.
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Thriller ♦ BAGARRE GANG   

Thriller ♦ BAGARRE GANG
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Astrophel City :: Hiawatha District :: Zone industrielle-