AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
avatars manga ☆ rp libre ☆ combats au rendez-vous ☆ venez participer ! on est gentils (⦿ ‿ ⦿)
Le PDG de la X-TREM Factory entretiendrait une relation des plus intenses avec sa vice-présidente. On espère que ce n’est pas cette affaire qui a distrait l’ancien Phoenix de son travail et qui a entraîné un manque de sécurité lors de la dernière conférence de presse de l’entreprise où à eu lieu une explosion causant la mort d’un de ses haut-gradés...
Le mystérieux « Mist » dont l’apparition soudaine a récemment secoué la ville serait en fait une association de trolls désoeuvrés voulant profiter de la panique des récents attentats pour gagner plus de popularité sur les réseaux sociaux.
Il paraîtrait que le fondateur de la ville Edward Astrophel aurait été le descendant direct de Diogène, le philosophe grec qui vivait dans un tonneau. Incroyable !
les rumeurs



Partagez | 
nina { photograph.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Citoyens
Ian Jefferson
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 20/01/2018
Messages : 33
Dollars : 45
Crédits : bibi
Citoyens
MessageSujet: nina { photograph.   Lun 26 Mar - 14:57

photograph
// nina
« Marilyn, tu peux décaler le parapluie un peu plus à droite ? »

La jeune femme acquiesce et fait glisser le matériel sur le sol, lentement, jusqu’à ce qu’il lui adresse un signe et qu’elle ne touche plus à rien ; elle guette l’approbation d’Ian, qui lui adresse un sourire — bref et infime, mais au moins celui-là a-t-il quelque chose de sincère. C’est qu’il lui a toujours trouvé un petit quelque chose, à Marilyn ; peut-être n’est-ce que parce qu’elle est la fille de son patron, et qu’elle a la même passion de la photographie dans le sang, du daguerréotype au numérique, le même amour des chambres noires et des instantanés vintage — peut-être, mais qui se préoccupe encore des causes plus que des effets ?

« Le projecteur est opé’ ?
Et tous les décors aussi.
Vous m’avez déchargé de toute tâche ingrate ? il raille, sourcil haussé. Surprenant.
C’est juste parce que mon père n’est pas sur notre dos que tu peux te la couler douce. »

Il hausse les épaules puis, faute de réponse, avise d’un oeil distrait l’heure qui tourne au rythme de la trotteuse — plus qu’un quart d’heure, un quart d’heure pour se faire à l’idée. Il aurait pu refuser de poursuivre, écourter la durée du contrat, mais c’aurait été la jouer perso’, égoïste et sans professionnalisme — cette occasion, c’est de l’or pour son patron, qui dirait non à des célébrités ? C’est tout bénef’, il paraît — s’agit de faire les choses bien, les choses belles ; appâter le client.
Elles nous servent autant qu’on leur sert, les gamines ; sauf que nous, on est encore interchangeables, que le patron lui a lancé l’autre, au moment de la fermeture, lorsqu’il a lâché une remarque acerbe à l’égard de la Van der Rohe qui l’intoxique — remarque qui n’a, au grand dam d’Ian, pas échappé à l’oreille de son mentor. Joue la réglo, demi-portion, et peut-être qu’un jour t’auras le luxe de choisir tes stars selon tes caprices.

Pour s’occuper les mains et les pensées, il enclenche ses objectifs les uns après les autres, essuie avec mille précautions les verres qui ont besoin de l’être, s’amuse avec le focus et les effets de flou — il imagine déjà les poses et les plans, les décors, les lumières, les filtres, les éventuelles retouches qui viendront ensuite, les clairs obscurs et les jeux de couleurs.
Qu’importe qu’il méprise la gamine des plateaux de tout son être — il la sait belle, et sous le flash elle sera sublimée.

Il entend des voix qui viennent du couloir mitoyen, reconnaît sans l’ombre d’un doute celle de Marilyn, et celle de la gamine — Nina. Il jette un coup d’oeil en direction de la porte entrouverte, soupire et retourne à ses objectifs pour n’avoir pas à confronter tout de suite l’adolescente, qui entre dans la pièce, à la suite de l’assistante du studio.
Tous ces efforts pour avoir l’air de ne pas la remarquer — mais elle respire le même air que lui dans un espace aussi restreint, ses nerfs sont déjà à fleur de peau de la savoir si près.

« Bien, il lance tout à coup en se redressant pour se tourner vers les deux jeunes femmes — et vers elle ; leurs prunelles similaires en guerre silencieuse. Cela vous dérangerait-il que l’on commence ? Loin de moi l’idée d’offenser qui que ce soit, mais vous aurez tout loisir d’échanger vos dernières astuces peau douce à la pause café. »

Au regard d’avertissement presque sidéré que lui lance Marilyn, il se fend d’un rictus et s’approche de trois pas dans la direction de son modèle du jour ; il lui saisit la main, le geste léger, et s’incline, les manières plus qu’exagérées.

« J’en oublierais presque mes manières, il siffle, malice hostile dans la voix. Notre invitée d’honneur verrait-elle le moindre inconvénient à prendre place sous le feu des projecteurs ? »

Et que leurs faisceaux te magnifient
au nom de cette guerre qui nous plaît.


Citoyens
C.A.
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t560-normal-is-a-myth-ninahttp://astrophelcity.forumactif.org/t933-and-when-you-said-hi-i-forgot-my-damn-name-ninahttp://astrophelcity.forumactif.org/t851-history-has-its-eyes-on-you-rps
Date d'inscription : 29/07/2017
Messages : 96
Dollars : 113
Crédits : rom & mee mes bb
Citoyens
MessageSujet: Re: nina { photograph.   Lun 26 Mar - 20:15


PHOTOGRAPH
NINA X IAN

Elle regarde défiler les clichés que lui montre sa mère, ponctuant chaque photo d'un « hm » ou d'un simple hochement de tête, les sourcils froncés et les dents délicatement refermées sur ses lèvres, incapable de sortir le moindre compliment.
Mais n'empêche qu'il est vraiment doué, ce connard.
Peu de photographes ont eu, dans le passé, le mérite de photographier Nina en la sublimant sans la sexualiser. De nos jours, l'un va rarement sans l'autre et c'est ce qui tenait jusque maintenant la cadette Van der Rohe si éloignée des objectifs.


NINAOn est obligées de faire ça aujourd'hui ? Je sors d'un entraînement, je suis claquée...

Camila ne daigne même pas lui accorder un regard, trop absorbée par les échantillons qu'on vient de lui envoyer, et qui datent du dernier shooting photo avec une nouvelle équipe de photographes -puisque Madame jugeait que la dernière une de Nina pour Vanity Fair datait de beaucoup trop longtemps.

Nina s'enfonce dans le siège en cuir de la voiture, laisse tomber sa tête contre la fenêtre et regarde le paysage urbain défiler tandis qu'une boule imaginaire se forme dans son ventre à l'idée de devoir supporter pendant trois longues heures le pire individu qu'il lui ait été donné de rencontrer.


Ce n'est pas dans les habitude de Nina de détester les gens. Mais Ian, elle ne peut pas l'encadrer. Parce qu'il est désagréable, condescendant, machiste et arrogant, qu'il lui sort par les trous de nez et qu'elle est persuadée que même sans tout cela elle aurait pu détester le détester pour rien de plus que leur existence.
Ça arrive, parfois, de détester vicéralement quelqu'un.
Et ce quelqu'un s'avérait parfois être un photographe hors pair avec qui elle était obligée de travailler.

Quand elle le voit, elle ne peut s'empêcher de lever les yeux au ciel.
S'il croit qu'elle n'a pas vu qu'il faisait exprès de faire comme si elle n'était pas là, il se met le doigts dans l'oeil.
Et quand il l'ouvre, elle sent le rouge lui monter aux joues -mais c'est de la colère, pas de la gêne.

NINATu veux pas être un peu plus macho tant que tu y es ?

Nina marmonne, parce qu'elle a une image à conserver et que même si elle prétend n'en avoir rien à faire, elle n'a pas envie de passer pour une starlette capricieuse. Elle retire sa main de celle de Ian dès qu'elle en a l'occasion et se place au milieu du studio photo installé spécialement pour elle, dans la tenue qu'on lui a dit d'enfiler.

Le premier flash l'éblouit, et elle lance une petite exclamation.
Il l'a fait exprès, elle en est sûre.

NINAPréviens la prochaine fois ! J'étais pas prête.

Nina s’assoit sur le trône en velours et ajuste sa robe de soie et de tulle -aujourd'hui, Nina Van der Rohe est une princesse- tandis que sa tiare tient bien en place sur ses cheveux bouclés. Ça n'a rien à voir avec la série de portraits qu'ils ont fait la dernière fois, où elle était à peine maquillée et où Ian avait réussi à faire sortir tout ce qu'il y avait de plus beau dans ses imperfections.

Et au fond elle a hâte, Nina, de voir ce qu'il va bien pouvoir trouver de beau derrière tous les artifices dont elle était drapée.


NINA VAN DER ROHE you deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. you deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. holding your hand, not holding you back.
Citoyens
Ian Jefferson
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 20/01/2018
Messages : 33
Dollars : 45
Crédits : bibi
Citoyens
MessageSujet: Re: nina { photograph.   Dim 13 Mai - 21:07

photograph
// nina
« Tu veux pas être un peu plus macho tant que tu y es ? »

Il se tait — répondre, il n’y songe pas un instant.
Ian est ainsi fait, habitué à lâcher les mots qui agacent puis à se muer dans un silence qui irrite — le sarcasme et puis le mépris, il n’a que faire d’une princesse capricieuse et de ses états d’âme. Aujourd’hui, en toute ironie, elle porte les drapés et les dentelles de Votre Altesse. Ça lui arracherait presque un rictus, s’il n’était pas concentré sur les réglages de son appareil, d’ores et déjà agacé des pierreries qui ne manqueront pas l’envoyer retoucher sur son écran les éclats trop brillants qui gâchent le teint, les couleurs et la lumière.

Il retient un soupir et relève ses prunelles glaciales en direction de la gamine qui s’installe et, l’air de rien et sans même regarder l’écran de son appareil, il presse le déclencheur. Le flash illumine la pièce, le sifflement familier retentit — et lui ricane quand elle s’ébroue et proteste.

« Oups. »

Il l’observe quelques instants, tête légèrement inclinée sur le côté. Les poses et les prises sont décidées depuis longtemps, mais à l’état d’imaginaire. C’est une chose, et la réalité en est toujours une autre. Alors, il passe en revue les possibilités, toutes les captures qui mettront sa cliente en valeur, les audaces à ne surtout pas oser, celles à essayer. Il connaît les codes des journaux people et des magazines féminins et, quand bien même il déteste leur artifice, il n’a d’autre choix que d’en emprunter les conventions — et d’en briser une part tout à la fois.
Transposer son art au dégueulé des amateurs et paparazzis.

« Bon, comme la dernière fois, on va commencer par trois prises au naturel, visage de face puis chaque profil. Elles resteront dans la boîte, mais elles me serviront de référence pour le reste. »

Les réglages de l’appareil, la luminosité, les jeux de lumière et de reflets des bijoux, des paillettes du maquillage — toutes ces choses dont il veut garder une image la plus claire et nette possible.

« Ensuite, il reprend, bras croisés, et son regard s’égare du côté de sa collègue, brièvement. Trois quarts d’heure de poses pré-établies. À l’issue de cette série, je vous accorderai le droit à la pause potins tant attendue. »

Son rictus s’étire — son ton s’est fait presque mielleux.
Hors de question de vous obéir, Votre Altesse, car je craindrais trop que vous ne trouviez en moi quelque chose qui vous plaît.

« Nous reprendrons sur trois quarts d’heure supplémentaires, au cours desquelles tu pourras, Nina, laisser s’exprimer ton âme de vedette. J’ai cru voir que tu savais poser, alors ce sera le moment de me le prouver. »

C’était presque un compliment — ce qui s’en rapprochait le plus, du moins, de la part du Jefferson.
Mais il ne pouvait le nier, pour ce qu’il en avait vu : sous les flash, elle s’en tirait à merveilles.

« Et pour ce qu’il nous restera d’heure et quart, nous le passerons à regarder les rendus, choisir celles que l’on garde, débriefer et prévoir la prochaine séance. Le programme convient-il à Sa Majesté ? »

Il prolonge le regard qu’il porte sur elle — n’attend pas tout à fait d’approbation avant de se glisser de dans l’ombre de son appareil. Il cadre, pivote lentement l’ojectif pour centrer sur le visage de l’adolescente. Le doigt sur la détente, il ne relève pas les yeux de l’écran quand il s’adresse de nouveau à elle :

« Nous sommes d’accord, tu ne couines pas quand j’appuie, cette fois ? »


Citoyens
C.A.
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t560-normal-is-a-myth-ninahttp://astrophelcity.forumactif.org/t933-and-when-you-said-hi-i-forgot-my-damn-name-ninahttp://astrophelcity.forumactif.org/t851-history-has-its-eyes-on-you-rps
Date d'inscription : 29/07/2017
Messages : 96
Dollars : 113
Crédits : rom & mee mes bb
Citoyens
MessageSujet: Re: nina { photograph.   Mer 19 Sep - 1:31


PHOTOGRAPH
NINA X IAN

Elle s'exécute à contrecœur, et à mesure que la séance photo avance, la pièce se vide. Ça arrive souvent, que le photographe se retrouve seul avec le modèle ; parce qu'il arrive toujours un moment où tout ce qui se passe autour n'existe plus, que la symbiose se créée et que les clichés deviennent des œuvres.

Ça la tuerait de le dire, mais il y a quelque chose comme ça entre eux. Quand tous les deux la ferment, le moment est presque agréable.

Nina a toujours aimé poser -Nina a toujours aimé être sublimée.
Elle s'entraînait devant son miroir dès son plus jeune âge. Et un jour ce qui était un jeu avec ses sœurs était devenu une réalité -on l'appelait princesse Nina dans le royaume factice du divertissement américain, sans qu'elle ait besoin d'avoir une seule goutte de sang royal dans les veines.

Elle vivait dans un monde toxique où tout n'était que paraître. Mais elle avait appris à en tirer du bon, de temps en temps, et ils résidaient dans des espaces comme celui-là (trois quarts d'heure arrêtés dans le temps).

Une fois le dernier flash enclenché, Nina s'autorise enfin à détendre les traits de son visage. Elle descend du plateau, attrape une bouteille d'eau en se massant les joues, tout en réfléchissant à ce qu'elle pourrait bien faire maintenant qu'il lui accordait trois quarts d'heure d'expression libre.

Puis c'est la femme qui était là lorsqu'elle est arrivée -Marilyn, si elle se souvient bien- qui débarque depuis le fond de la salle. Elle s'approche de Ian, lui murmure quelque chose à l'oreille qui a l'air de le contrarier, ce qui rend Nina un peu sceptique. Ce n'est que lorsqu'elle vient vers Nina que cette dernière comprend.

MARILYNTa manager a changé le programme. Elle veut des clichés sous l'eau.

NINAQuoi ? Mais non, c'est pas ce qu'elle m'a dit...

MARILYNOrdre des patrons, c'est pas négociable. Filez vous préparer, on se retrouve dans une demi-heure !

Nina prend une grande inspiration, et reste immobile tandis que Marilyn quitte le studio. Elle détestait que sa mère prenne ce genre de décisions sans la concerter avant -parce qu'elle ne comprend pas, Maman, que les shootings photo sous l'eau sont les plus épuisants pour les photographes mais aussi pour elle.

La it-girl se retourne vers Ian -le seul qui demeure encore dans la pièce- et, pour une fois, il lui semble avoir trouvé un terrain d'entente avec lui.
Mais elle ne dit rien, et va rejoindre les loges où une nouvelle séance de préparation s'impose.

— X —

Peu de choses avaient changé entre le premier et le second shooting photo. Ses longs cheveux cascadaient dans son dos, retenus avec des barrettes invisibles à des endroits stratégiques qui les empêcheraient d'entraver son visage. Des perles avaient été ajoutées à son maquillage désormais irisé, et on avait troqué la belle robe contre un maillot de bain assorti au turquoise de ses écailles.

Nina ne plonge pas encore dans l'eau lorsqu'on lui présente le bassin dans lequel se déroulera la séance. Elle porte une serviette autour du buste, en attendant la venue de l'équipe de photographes, assise sagement sur le siège qu'on lui a apporté.

Et quand enfin Ian se pointe, son nouvel appareil à la main, Nina ne peut s'empêcher de lui lancer -avec une point de défi dans la voix.

NINAJ'espère pour toi que t'as pas peur de te mouiller.


NINA VAN DER ROHE you deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. you deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. holding your hand, not holding you back.
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: nina { photograph.   

nina { photograph.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Astrophel City :: Haylen District :: Commerces-