AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
avatars manga ☆ rp libre ☆ combats au rendez-vous ☆ venez participer ! on est gentils (⦿ ‿ ⦿)
Le PDG de la X-TREM Factory entretiendrait une relation des plus intenses avec sa vice-présidente. On espère que ce n’est pas cette affaire qui a distrait l’ancien Phoenix de son travail et qui a entraîné un manque de sécurité lors de la dernière conférence de presse de l’entreprise où à eu lieu une explosion causant la mort d’un de ses haut-gradés...
Le mystérieux « Mist » dont l’apparition soudaine a récemment secoué la ville serait en fait une association de trolls désoeuvrés voulant profiter de la panique des récents attentats pour gagner plus de popularité sur les réseaux sociaux.
Il paraîtrait que le fondateur de la ville Edward Astrophel aurait été le descendant direct de Diogène, le philosophe grec qui vivait dans un tonneau. Incroyable !
les rumeurs



Partagez | 
it's the few the proud and the emotional Ҩ ian
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Citoyens
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 20/01/2018
Messages : 33
Dollars : 45
Crédits : bibi
Citoyens
MessageSujet: it's the few the proud and the emotional Ҩ ian   Sam 20 Jan - 17:05

Ian Tyrell Jefferson
the imaginary emptiness of his soul will one day be filled.

ft. frey ((fisheye placebo))
Nom Jefferson.
Prénom(s) Ian Tyrell.
Âge 21 ans.
Surnoms Maddox.
Orientation sexuelle Non renseignée.
Groupe Civils.
Ce qu'il pense de la situation à Astrophel Quand certains se battent pour une si bonne cause qu’ils défendent pour la gloire, l’honneur ou la fortune, lui s’en fout, lui ignore ou presque ; il se tient loin des combats, il se rit de cette arène géante qu’est Astrophel. Du coin de l'oeil, parfois, sur un écran allumé, il suit les dernières prouesses des Supers, l'intérêt quasi-nul, un divertissement comme un autre — à croire que ça ne se déroule pas à la porte de chez lui, au dessus de leurs têtes. Il aime savoir qu'il n'est pas le seul différent et, au spectacle en lui-même, il préfère réfléchir aux moyens employés par les Sponsors pour transformer la ville en arène — au génie nécessaire pour engendrer pareille entreprise.
Métier Photographe ((apprentissage)) + Surveillant à l'Académie.
Nationalité Irlandaise.


Pouvoir Contrôle des émotions.
Description du pouvoir Si quelquefois ce sont ses propres émotions qui atteignent les autres — une colère, un chagrin mal étouffés, un don mal contrôlé — c’est le plus souvent sa propre volonté qui est là l’origine d’une rage épuisée, d’un calme dévasté ou d’une lassitude soudaine. Généralement utilisé à mauvais escient pour ses propres intérêts, il n’en abuse pas plus que de raison — sous peine de fatigue, maux de crâne et autres revers émotionnels, assez anodins quoique fort peu agréables pour un hyperémotif.

Taille le mètre quatre-vingt-cinq.
Cheveux châtain foncé à l’origine, décolorés depuis, couleur platine-argenté.
Yeux bleu glacial, tire vaguement sur le vert.
Particularités physiques asthme, allergie au pollen, vieilles cicatrices témoins des combats de rue, l'accent marqué de sa terre natale.

Gueule d’ange ; cheveux peroxydés à répétition, sourcils traîtres du brun clair ou châtain foncé d’antan, les prunelles comme deux parcelles ôtées à un ciel d’hiver ou à un lac couvert d’une fine pellicule de glace en plein mois de janvier, les traits fins, juvéniles, qui le rajeunissent toujours d’un peu trop, esquisse de rictus constamment accrochée au coin des lèvres ; Ian aurait encore l’air d’un lycéen s’il ne portait pas si bien le regard et le sarcasme de ceux qui se sont déjà heurtés contre les bords tranchants de ces éclats de vie qui se brisent et qu’on tente de rassembler tant bien que mal quand on a que des doigts de musicien et la carrure d’un skateur.

Le mètre quatre-vingt-cinq atteint depuis longtemps, l’ossature solide et les muscles nerveux dissimulés sous des vêtements sombres et des sweat amples qui lui donnent l’air d’un voyou, il voit souvent sa poigne et la menace de ses gestes discréditées par son asthme depuis longtemps décelée qui lui fait préférer les jeux d’esprits aux jeux de mains et de coups — quoique les multiples cicatrices discernables à intervalles irréguliers sur sa peau trahissent une violence dont il est capable d’user pour une cause qui saurait trouver grâce à ses yeux.

with the lights out it's less dangerous
Caractère
Gamin échec, gamin zèbre ; rêveur aux idéaux souvent fauchés, les sentiments derrière les murs barricadés. L’oeil vif et l’esprit inquiet, le coeur qui s’emballe pour un monde qui n’en vaut plus la peine — chamade au vide, le coeur souvent au bord des lèvres. A fleur de peau — gamin terreur, gamin douleur. Les êtres en teintes vives sur les rétines, gamin éponge qui sanglote sur les esplanades en fête — les émotions qui ne sont pas les siennes et qui l’imprègnent tout entier ; gamin s’est renfermé pour ne plus ressentir, gamin masque, mascarade.

Gamin révolte, claque les portes ; anarchiste, anti-conformiste — l’insolence, l’indolence, au bout des doigts poupées de ficelles et de papier, équilibriste mal branlé. L’injure aux lèvres, l’audace pour couvert ; impertinence, suffisance — gamin haineux, gamin haï, gamin fielleux. Faiblesse méprisée — la sienne en premier. Ses larmes depuis longtemps refoulées ; gamin fort, gamin fier — devenir lion, devenir loup pour n’être par la ville par la vie jamais englouti jamais dévoré ; sur les bords de route recraché.

Gamin passion, des polaroïds épris ; s’échapper, s’évader, les couleurs et les bords flous, les paysages filtrés dont on ne retient que le beau et des êtres le profil qui ne gâche pas — mauvais rôle, les traces de son père, n’en a jamais voulu ; gamin obstiné, gamin revanchard, contre l’autorité ne perdra plus jamais. Déterminé, réussir, parvenir, achever — et à tous, autour, leur prouver, que de ses propres ailes gamin sait voler ; que du cadre de l’objectif son monde gamin le fait tourner.

Gamin réussite, jamais comme il fallait ; la pensée en décalage et contre-temps, réfléchir différemment — gamin marginal, sous les regards s’éloigne, sous les insultes et les rires hystériques autour de lui disparaît ; n’être plus rien, rien qu'on puisse briser, rien qui soit fragile, rien qu’on puisse écorcher, rien qui soit faillible. De l’honneur qu’on a tenté de lui voler, les morceaux tranchants vers ses assaillants retournés — gamin cruel, gamin persécuteur ; et sous ses doigts larmes ceux qu’il a blessés, vengeance et plaisir vain, et rien qu’une fois gamin vainqueur.
Histoire
Ҩ 2 a n s . ((L i m e r i c k ; I r l a n d e))

Le gamin est silencieux ; aucun mot prononcé, peu de bruit. Les parents s’inquiètent, Ciaran les interroge en regards et questions innocents.

Le gamin est silencieux, longtemps ; un jour il ne parle pas. Le lendemain, il éclate en phrases complètes et complexes, il aligne les mots et les virgules, jauge les silences de façon trop mature pour son âge. Son vocabulaire ; décadence, contretemps des années qu’il n’a pas.

Le gamin parle.

Ҩ 5 a n s . ((L i m e r i c k ; I r l a n d e))

Il a le regard trop fixe, le regard profond ; le regard qui scrute et met à nu. Les yeux se plissent, sous la lumière ou les réflexions, la peau frissonne contre les vêtements qui frôlent de trop près l’épiderme. Lorsque Ciaran monte le volume sur son ordinateur, le visage du gamin imprime des grimaces, il cille, il s’éloigne.

Il s’amuse d’un rien ; l’autre jour, c’était un crayon abandonné là par papa, ce fut un cheval, puis une épée, une baguette magique puis une loupe. L’imagination en expansion, le monde distordu, modulable comme il l’entend — l’infini pour seule limite, le gamin n’en voit pas la fin.

Pour son anniversaire, c’est le cirque qui s’est installé en ville ; il s’amuse puis doute, vacille, se renferme.

« Maman, c’est triste un animal en cage ; maman, c’est triste un animal esclave. »

Pour lui changer les idées, maman veut lui offrir un souvenir, elle lui montre les porte-clefs, les balles de jonglage, les nez rouges ; le gamin s’obstine et s’enferme encore, s’enferme en lui-même, regard triste, regard vague.

« Maman, c’est triste les souvenirs, c’est triste parce que c’est passé, c’est terminé. »

On ferme les yeux, on ne voit pas ; Ciaran a bientôt dix ans, papa dit qu’il sera chirurgien comme lui, maman dit qu’il préfèrera peut-être la brigade comme elle. Il y a tant de projets, tant d’avenirs incompris dans ce petit corps de même pas dix ans, que le gamin n’existe pas vraiment — gamin bizarre, gamin sans amis, gamin bulle.

Gamin échec.

Ҩ 8 a n s . ((D u b l i n ; I r l a n d e))

Madame Weiss est la première à parler ; un jour elle dit précoce, un jour elle dit surdoué, peut-être, il faudrait voir, il faudrait savoir, vous savez, elle dit prise en charge, elle dit parcours adapté.
Le gamin ne comprend pas : il pense changer.

Batterie de tests ; du dialogue et de la logique, il prend le jeu au sérieux sans saisir ce que l’on attend de lui, vivacité d’esprit décalée, doué mais autrement, système de pensée à cheval sur deux métronomes. Les idées en toiles d’araignée, le verdict ne tarde pas à tomber.

Le gamin est un gamin-zèbre.

Ҩ 1 0 a n s . ((D u b l i n ; I r l a n d e))

L'assemblée d’un mariage — d’elle et de lui, n’a jamais entendu le nom — il disparaît, s’éloigne quand la foule l’oppresse, comme un poids sur la poitrine et trop d’intérêts qui lui tordent les tripes — les vagues d’émotions contradictoires explosent entre ses côtes, comme une grenade en plein cœur.
Cheveux grisonnants et rides au bord des yeux, il le fixe sans ciller, la main sur un appareil de la vieille école aux clichés sépia. Le gamin l’observe quand il travaille ; quand l’autre l’incite à déguerpir, il plonge son regard dans celui de l’adulte — le photographe éclate d’un rire mauvais.

« Cherche pas, tu devras user d’autres moyens pour m’attendrir que ton don de pacotille, demi-portion. »

Vaincu, il s’enfuit ; à demi-vainqueur, une carte de visite entre les mains.

Ҩ 1 2 a n s . ((D u b l i n ; I r l a n d e))

Le gamin fixe d’un oeil éteint ses parents qui se disputent au dessus de la table de la cuisine ; le dîner refroidit et personne n’y a touché. Les reproches fusent, c’est de ta faute s’il n’est pas là, c’est toi son père, montre-lui l’exemple, son père travaille, sa mère qui sait si bien parler et qui ne fait rien de ses journées pourrait au moins garder un oeil sur lui, c’est à moi maintenant de faire l’éducation seule, tu l’as voulu aussi, assume-le, et puis l’autre avec son appareil moisi qui se prend pour un futur photographe de renom, qu’est-ce que tu fous de tes fils bordel.
Ça bouillonne à l’intérieur, il sent la colère, la rage sourde, celle qui enfle, celle qui a tué l’amour à la maison ; il sent les larmes aussi, celles qui roulent sur ses joues sans plus qu’il ne les sente — celles qui se propagent et se diffusent chez ceux à qui elles n'appartiennent pas, parce qu'il perd le contrôle qu'il n'a jamais eu.
Le silence qui suit, il le connaît : les larmes de sa mère, le teint livide de son père. Tous les deux s’observent sans plus un son, puis l’observent lui, comme un coupable, perdus, désespérés ; brebis égarées.

« Moi, j’aurais réussi. »

Il balaie les larmes de ses joues d’un revers de la main, poing serré, il quitte la table et s’enferme dans sa chambre. Dans sa tête, envie, vide et jalousie, d’hier à aujourd’hui rien n’a changé. Il a sauté une classe, puis une deuxième, premier diplôme en main ; pourtant c’est le même refrain et pire encore : il se sent fils de sa psychologue et Ciaran celui de ses parents, il se sent digne des espoirs quand Ciaran les brise un à un.
Il crie, il hurle et frappe dans les murs quand il est là, laissez-moi faire ma vie, moyen en cours, moyen dans ses manières, moyen dans ses mots, moyen dans son existence ; le gamin frapperait volontiers, le gamin frapperait fort, une seconde le gamin imagine une vie sans son frère — une seconde, rien qu’une seconde, et la culpabilité l’envahit.

C’est en pleurant qu’il s’assoupit, aux alentours de minuit.

Ҩ 1 4 a n s . ((O c e a n s i d e ; U S A))

L’Irlande lui manque ; les plaines, les falaises et le calme, le vide, le ciel, les étoiles dans la nuit ; ici tout est trop vif, trop rapide, tout est trop lumineux et la ville ne s’éteint jamais — il observe les pellicules colorées en saturation négative, et chez soi lui paraît encore plus beau que dans ses plus frais souvenirs.
Reconstruire la famille, le gamin a le mal du pays.

Il loupe un semestre, retard rattrapé sans difficulté. Le niveau est différent, ici, la façon de faire diffère, il s’y fait au fil des semaines. Le gamin-zèbre explore et découvre, dans le monde des grands se fond, dans l’ombre de ses pairs évolue — de l’autre côté Ciaran fume entre deux cours, l’université déjà bâclée, les bourses dans les bouteilles d’alcool claquées. De mauvaises rencontres en mauvais échanges, il sombre, il s’enfonce — le gamin, lui, essaie de briller.

Un soir, encore ; un soir au milieu d’autres, Ciaran ne revient pas — on ne crie même plus, on s’efface, on disparaît. Son père s’est enfermé dans son bureau, et sa mère pleure dans la cuisine sans un bruit. Le gamin observe les heures qui filent et défilent — jamais, ce soir-là on ne l’appelle pour dîner —, les heures puis les jours — le soleil se meurt trois fois.

C’est un cliquetis dans la nuit, et les grincements du plancher, ceux du lit quand il s’asseoit au rebord, c’est la main pressante, et la voix haletante, les hoquets en travers de la gorge — deux prunelles identiques et perdues, l’esprit là où l’âme est morte et déjà froide.
Pour la première fois, Ciaran parle à coeur ouvert — dans l’obscurité de la chambre, dans le secret des parents ; c’est qu’il admire son frère, ce gamin plein de talent, c’est aussi qu’il a besoin d’une force qui n’est pas la sienne, ce soir.

Puis c’est un choix — se taire ou parler
changer la donne, s’en tirer à deux
s’en sortir seul et le condamner.
Le gamin se laisse avoir — au mauvais jeu de la rancoeur, des hostilités de toujours par l’esprit fabulées.
Le gamin se laisse berner — le gamin a parlé.

Au parloir, sa mère a hurlé.

Ҩ 1 5 a n s . ((O c e a n s i d e ; U S A))

C’est un hasard ; un livre qui tombe d’une étagère et le marque-page qui glisse — carton aux couleurs ternies, lettres difficilement lisible tant les contrastes se confondent. Le gamin déchiffre, les sourcils froncés ; bientôt, les souvenirs l’envahissent — il se souvient, le rire rauque et le regard perçant, l’immunité de l’homme, il se rappelle, il se souvient, une main sur son appareil déglingué.

Ces braises encore chaudes à l’instant soufflées
ce rêve avorté tout à coup ravivé
.

Ҩ 1 7 a n s . ((A s t r o p h e l C i t y ; U S A))

Les années passées, entre-deux cotonneux qu’il croit presque se dissiper — façon rêve troublé dont les restes fugaces s’attardent en souvenirs brefs que plus rien ne lie les uns aux autres.

Il se souvient le procès, les questions — trop de fois au tribunal, il ne se rappelle plus ; il y a eu Ciaran, et puis ses parents — peut-être était-ce en même temps. On a défendu l'homme qui avait admis la faute ; à quoi bon ? il s'était demandé en cillant.
Le dernier jour, la dernière fois, il y a eu le silence dans la salle, et le frisson ; le coup sec qu'on donne contre le bois déjà abîmé — ç'a résonné contre les murs et dans tout son être. Coupable. Sa mère s'est effondrée — Ciaran aussi ; il le revoit défaillir, plier, les jointures blanchies contre la barre quand il a posé le genou à terre.
Lui se tenait là, gamin éclopé, dressé au milieu des cendres d’une famille déchirée — il avait voulu la fierté, n’avait causé que le déclin ; la ruine de ce qu’il désirait préserver.

Les études au second plan — la dernière classe redoublée, le diplôme pourtant assuré, à seize ans finalement décroché.
De nouveau, changer d’endroit, se faire oublier ; une mère qui se sentait démunie, dépossédée de ses deux fils, et lui, gamin qu’on traînait contre son gré, gamin qui n’avait plus les mots, gamin honteux, gamin fielleux, gamin coupable, gamin colère.

Et c’est lui qui se perd, et c’est lui qui s’oublie — lui qui s’efface et s’effondre, gamin voulait briller ; gamin goûte à l’obscurité. Dans les rues les poings, dans les sous-sols le sang, l’argent sale, l’argent facile, Maddox, l’adrénaline et puis les coups, et puis les bleus, et puis les plaies — les cris quand il rentrait, et gamin dans les yeux de sa mère enfin existait. Dans les allées les mauvaises frappes, et la clope, et les dérives — celles que son frère a connues, celles qu’il n’a jamais approchées, du contraire auprès d’elle il s’est vanté.

Une lèvre fendue, l’université, entre deux cours de biologie et d’anatomie humaine s’évade, s’échappe, dans l’embrasure d’une porte vitrée se glisse, l’adresse inscrite le matin même sur son poignet.
Et le regard est familier, il se sait reconnu — les traits n’ont pas changé, rien qu’un peu vieilli.

Dans le regard du gamin, l’homme lit une détermination nouvelle, une force brute et sauvage, tamisée — il fait partie de ceux qui ont souffert et perdu, lui aussi.

« T’es en retard de six ans, demi-portion. »

Un rictus conclut l’accord silencieux
et à seize ans le Rêve devient Secret
à seize ans le Rêve devient Concret.

Ҩ 2 1 a n s . ((A s t r o p h e l C i t y ; U S A))

Depuis longtemps la porte claquée — ses bouquins, ses albums et ses appareils sous le bras, entassés dans des cartons qu’il transporte une nouvelle fois. Clefs rendues, résidence étudiante laissée dans son dos, ce sont d’autres au creux de sa main, home sweet home, son chez soi pour de bon au coeur de Saten ; un emploi à la rentrée, une colocataire dans la foulée — son rêve en apprentissage pour bonne mesure.
L’an passé diplômé — de quatre ans de médecine, prouver qu’il était capable. A sa mère dépassée, à son paternel absent. Il clôt son dossier d’étudiant — Keir l’a pris sous son aile, l’Ecossais émigré, le photographe renommé des coins anglophones ; croisé au détour du hasard, du destin et des synchronicités sur ses belles terres d’Irlande, puis dans les rues folles des Etats-Unis.

« T’as du talent, demi-portion. Manque plus qu'à t'endurcir les tripes ; j'entraîne pas les chialeuses. »

Les rires ténus — complicité à peine dissimulée.

Son salut — sa promesse.
La reconnaissance — d’exister enfin comme il l’entendait.


derrière son écran...
Vous commencez à me connaître, à force, non ? J'suis toujours Yuzetsuki, toujours Océane dite Océ, j'ai toujours dix-huit ans bientôt dix-neuf j'ai grandi depuis que j'ai écrit ça maintenant j'ai dix-neuf ans, j'suis toujours arrivée sur le forum grâce à Jude, j'en pense toujours autant que je l'aime d'amour et j'auto-nomnom mon code. ♥️ Pour ceux qui ne me connaîtraient pas, cf. Romeo R. Eastwood, Serah G. Ziegler et Roman Wright. ♥️



Citoyens
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 18/08/2016
Messages : 46
Dollars : 40
Crédits : Ange et Romy-chou
Citoyens
MessageSujet: Re: it's the few the proud and the emotional Ҩ ian   Sam 20 Jan - 17:06

Iansexy.




(enfin, presque owo)
Farfallina (super)
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t466-mostly-void-partially-stars-garancehttp://astrophelcity.forumactif.org/t474-bulletproof-garance#4741http://astrophelcity.forumactif.org/t611-topic-rps-et-chronologies-meera-co#5976
Date d'inscription : 01/01/2017
Messages : 103
Dollars : 62
Crédits : myself (kit)
Localisation : Saten District
Farfallina (super)
MessageSujet: Re: it's the few the proud and the emotional Ҩ ian   Sam 20 Jan - 17:13

Hey there sexy
cette fiche est à moi
du love
(j'fais dans le sobre pcq j'suis un bonhomme et que je suis sur Garance mais omg comment je kyatte rn Heart)




Farfallina (super)
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t851-history-has-its-eyes-on-you-rps
Date d'inscription : 10/10/2017
Messages : 50
Dollars : 49
Crédits : moi hihi.
Farfallina (super)
MessageSujet: Re: it's the few the proud and the emotional Ҩ ian   Sam 20 Jan - 17:15

Oh hello beau gosse.
Rebienvenue chez toi hihi



star·ry-eyed (adj.) naively enthusiastic or idealistic ;
failing to recognize the practical realities of a situation
Citoyens
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t389-lilium-don-t-let-me-be-gonehttp://astrophelcity.forumactif.org/t391-lilium-it-s-not-too-late-to-be-rescued-not-too-late-to-let-it-go#4047http://astrophelcity.forumactif.org/t319-ange-demandes-recap-des-rps
Date d'inscription : 30/08/2016
Messages : 73
Dollars : 66
Crédits : Meera (vava) & Peter Xiao (art)
Localisation : ton lit
Citoyens
MessageSujet: Re: it's the few the proud and the emotional Ҩ ian   Sam 20 Jan - 17:24

oh

salut bg
Fairly local ♥




1 rose d'Aelicya ♥️
Professeur de sport
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 24/12/2017
Messages : 37
Dollars : 30
Crédits : Ruru
Professeur de sport
MessageSujet: Re: it's the few the proud and the emotional Ҩ ian   Sam 20 Jan - 17:44

Rebienvenue toi ♥️

Encore un personnage cool mais tu es toi alors c'est pas étonnant ♥️

Bon courage pour finir ♥️

Ouais j'ai envie de te spammer de coeur ♥️

J'approuve les cheveux platine, la gueule d'ange, le pouvoir, le personnage quoi. Liens oblige.

♥️♥️♥️♥️♥️






Mini-BN
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t65-those-who-pretend-to-be-strong-never-really-are-heileenhttp://astrophelcity.forumactif.org/t95-kind-heart-brave-mind-fierce-spirit-heileen-rs
Date d'inscription : 17/08/2015
Messages : 573
Dollars : 291
Crédits : bunny
Mini-BN
MessageSujet: Re: it's the few the proud and the emotional Ҩ ian   Dim 21 Jan - 14:54

MDR honte à moi jsuis pas encore passée ici
REREREBIENVENUE MON PARIS-BREST ADORÉ JTM ♥♥♥
IAN IS FINALLY HERE AAAAAAH


- 5 Roses de Seth, Hikari, Romeo, Mikhaïl & July ♥ -

Lonely for you only :
 
BFF POWA :
 
Autres :
 


X-Trem Factory (formation)
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t50-jude-angel-with-a-shotgunhttp://astrophelcity.forumactif.org/t74-jude-rs-oo-smile-for-everyonehttp://astrophelcity.forumactif.org/t80-judeneal-oo-rp-d-une-patate
Date d'inscription : 08/02/2015
Messages : 213
Dollars : 76
Crédits : émile pour le vava ** ♥
X-Trem Factory (formation)
MessageSujet: Re: it's the few the proud and the emotional Ҩ ian   Mar 23 Jan - 17:47

...
j'poste tellement plus dans les pres faut je me corrige.
allez, j'me corrige dès maintenant.
OJFOIQDJFOQSIJFOQSIJFIOSJDF REBIENVENUE CUTIE
IAAAAAN *A* ce perso est tellement classe jpp *cries* j'veux un lien.
UN LIEEEEN./out
Heart


une rose de Heileen & une de Lionel ♥

fanclub & co ♥:
 
Citoyens
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 20/01/2018
Messages : 33
Dollars : 45
Crédits : bibi
Citoyens
MessageSujet: Re: it's the few the proud and the emotional Ҩ ian   Lun 19 Mar - 10:15

july ; here i am. 8)

garance ; toi&moi ça va être d'la bombe bae
krrkrr

lolla ; bjr belle gosse
thx bae

lilium ; ton kit c'est d'la bombe
fairy local oé krrkrr

tenshi ; ptn même pas validé déjà décédé sous le poids de l'amour jpp
tous les liens qu'tu veux 8)

heileen ; #shameonyou
YEAH ENFIN PTN MON BB pas si bb mais/out. krrkrr

jude ; tjrs à la bourre jtm
yes yes yes tous les liens qu'tu veux tu sais bien 8)

JVOUS AIME GUYS. Heart

Et now, Garance la prez est toute à toi puisque j'ai ENFIN vaincu ce ezhufrhuirh de caractère.
A toi d'jouer bae 8)


super-banana
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t283-quiet-is-violent-meerahttp://astrophelcity.forumactif.org/t290-we-re-broken-people-meerahttp://astrophelcity.forumactif.org/t611-topic-rps-et-chronologies-meera-co#5976
Date d'inscription : 27/01/2016
Messages : 388
Dollars : 205
Crédits : Saul (avatar) & Jude (signa) ♥
Localisation : Hiawatha District
super-banana
MessageSujet: Re: it's the few the proud and the emotional Ҩ ian   Lun 19 Mar - 11:00

J'ai rien a dire c'est parfait Heart


Tu es validé(e) !

Tu peux à présent rp sur Astrophel ! ♥️ Cependant, n'oublie pas de passer dans les recensements avant ! Il te faudra recenser ton avatar, ton pouvoir, ton pseudo si t'en as un, ton métier et/ou poste au sein d'un sponsor pareil. Ensuite, direction les demandes, fiches de liens et portraits. Après, éclate toi ! On est tous gentils (à peu près), alors n'ais pas peur ! Si tu es perdu(e), n'hésite pas à contacter un membre du staff~
Bon jeu ♥️




:♡♡♡:
 
Bans & Stuff:
 
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: it's the few the proud and the emotional Ҩ ian   

it's the few the proud and the emotional Ҩ ian
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Astrophel City :: HORS RP - PREMIÈRE PARTIE :: Présentations :: Fiches validées :: Civils-