AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
avatars mangas ☆ rp libre ☆ mini-events réguliers ☆ combats au rendez-vous ☆ venez participer ! on est gentils (⦿ ‿ ⦿)
Le PDG de la X-TREM Factory entretiendrait une relation des plus intenses avec sa vice-présidente. On espère que ce n’est pas cette affaire qui a distrait l’ancien Phoenix de son travail et qui a entraîné un manque de sécurité lors de la dernière conférence de presse de l’entreprise où à eu lieu une explosion causant la mort d’un de ses haut-gradés...
Le mystérieux « Mist » dont l’apparition soudaine a récemment secoué la ville serait en fait une association de trolls désoeuvrés voulant profiter de la panique des récents attentats pour gagner plus de popularité sur les réseaux sociaux.
Il paraîtrait que le fondateur de la ville Edward Astrophel aurait été le descendant direct de Diogène, le philosophe grec qui vivait dans un tonneau. Incroyable !
les rumeurs



Partagez | 
「 H E I L E E N 」 And in this packed out room swear she was singing to me
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 18/11/2017
Messages : 48
Dollars : 77
Crédits : Baghera
Révolutionnaire indépendant
MessageSujet: 「 H E I L E E N 」 And in this packed out room swear she was singing to me    Mer 6 Déc - 13:40

And in this packed out room swear she was singing to me
Douleur, peine, souffrance.
Mais il n’a pas le droit, pas le droit de souffrir. Pas alors qu’il a manqué de tuer Dahlia. Pas quand il a tué son père et sa sœur. Pas quand des dizaines d’autres familles souffrent par sa faute. Il envoie un message à son employée, ce n’est pas la peine qu’elle vienne aujourd’hui, il ferme la boutique. Elle ne pose pas de question, il l’en remercie.


Tu sens la colère monter en toi. Les mots du blond te donnent envie de lui décoller ton poing dans la figure. Il te connait, comment peut-il dire une chose pareille ? Comment peut-il simplement évoqué l’idée que tu te fiches des victimes ? Douloureusement, tu te retiens. Tu sais qu’il parle, lui aussi, sous le coup des émotions. Et tu n’as pas envie d’empirer votre cas.

Et puis, Dahlia s’en va, laissant Ezra seul au milieu de sa chambre. Seul au milieu du néant. L’univers n’existe plus autour de lui. Il finit par se retourner d’un coup, envoyant son poing au travers du mur. Un craquement retenti mais aucun hurlement ne lui échappe, il se mord la lèvre au sang pour ne pas hurler, Dahlia doit encore être dans l’immeuble.

Tu te traînes alors au salon et te laisse tomber de justesse dans le canapé, la tête partant doucement en arrière alors que ton regard scrute le plafond de la maison. Ça mériterait une peinture, avant que l’endroit ne devienne complétement décrépi. Et puis, un bruit se fait entendre. On frappe à la porte. Tu te redresse, surpris, plus léger, pour aller ouvrir.
Dahlia serait-il revenu ?
***
Mais non, c’est pas Dahlia d’vant ma porte. Elle n’a rien du grand blond, tout de la petite brune. J’sais que c’est moi qui l’ai appelé au secours hier soir mais… Merde quoi. Mes épaules s’affaissent, le sens le sang qui commence à sécher sur ma main et mes lèvres. Et j’pense que ma tête révèle à elle seule que j’ai croisé Dahlia.

- Hey… Merci d’être venue.

J’recule, j’laisse la porte ouverte et j’retourne m’affaler sur le canapé. J’passe ma main sauve dans mes cheveux, mon regard se posant de nouveau sur le plafond.

- J’ai fait une putain d’merde d’connerie, Heileen…

Dire que j’étais désespéré était un euphémisme. Je risque la taule, je risque de tout prendre dans la gueule, je risque de voir ma vie foutue en l’air.
A cause d’un mec qu’a pas voulu d’moi.
A cause de mes foutus sentiments.
A cause de la drogue.
J’suis pas un foutu camé, mais j’suis aussi con qu’eux.  
(c) K. 2017 - Copie prohibée.


I'm in love with the shape of you
We push and pull like a magnet do
Although my heart is falling too
I'm in love with your body
And last night you were in my room
And now my bed sheets smell like you
Every day discovering something brand new
I'm in love with your body
Mini-BN
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t65-those-who-pretend-to-be-strong-never-really-are-heileenhttp://astrophelcity.forumactif.org/t95-sociability-level-zero-heileen-s-rshttp://astrophelcity.forumactif.org/t96-rp-with-a-bunny
Date d'inscription : 17/08/2015
Messages : 504
Dollars : 266
Crédits : Ezrabestie pour l'ava, bb Jude pour la signa ♥
Mini-BN
MessageSujet: Re: 「 H E I L E E N 」 And in this packed out room swear she was singing to me    Mar 12 Déc - 2:10

In this packed out room


Y’a des sms qu’on aimerait ne jamais recevoir. Vous savez, ceux du genre “y’a plus de frites au réfectoire”, “J’crois qu’j’ai fait une connerie” ou encore “j’dois te causer.” C’est le genre de teasing que Heileen ne supportait pas.
Et quand elle lisait ces deux phrases dans un même texto, le tout expédié par son meilleur ami, c’était encore pire.

La jeune femme a longuement étudié l’écran de son téléphone, les sourcils froncés, en essayant de deviner ce qu’il avait de si important à lui dire. Qu’est-ce qu’il avait fait, au juste ? Non parce que vu le ton, ce n’était pas une blague de mauvais goût : il s’était vraiment foutu dans la merde. Or quand ses proches étaient dans la merde, elle n’était pas sereine - encore moins quand des tarés se baladaient en ville en posant des bombes partout. Non elle ne faisait pas du tout référence à ces Mist, ni à la récente explosion sur la Grande place. Et elle n’avait pas non plus envie de s’arracher les cheveux devant le bordel qui s’était accumulé au poste de police et la charge de travail dont ils avaient écopé.
Heileen est toujours parfaitement zen voyons.

Enfin là n’était pas la question. Heileen devait avant tout tirer les vers du nez haut perché d’Ezra. Et donc survivre à son service de nuit.
Autant dire que les heures de travail nocturne lui parurent encore plus longues que d’habitude. Elle a passé son temps à vérifier l’horloge toutes les dix secondes et à pester toutes les quinze minutes, jusqu’à ce qu’un collègue ne le lui fasse remarquer.

Quand sonnèrent enfin les coups de 5 heures, la brunette fila immédiatement dans les vestiaires et sortir affronter les dernières heures de la nuit armée de son manteau - ce qui étonna un peu ses camarades, en général elle prenait son temps puisqu’elle qu’elle n’avait rien de prévu derrière (sans doute que parfois, ils doutaient de l’existence de sa vie sociale)(mais au fond elle s’en fichait un peu).

Le temps de passer par l’une des rares commerces ouverts à cette heure-ci, et Heileen vola jusqu’au repère de son ami ; dans sa précipitation elle manqua de percuter un jeune homme à l’entrée de l’immeuble, mais finalement ils en sortirent indemnes et s’excusèrent tous les deux - ce qui la surprit agréablement, puisque plus les années passaient moins elle entendait les gens demander pardon dans ces situations. Ce devait être un type bien, avec une bonne éducation !
Euh wait elle avait pas vraiment le temps de s’attarder là-dessus.
Vite, les escaliers quatre par quatre.

Bien que sportive, la lieutenant était tout de même légèrement essoufflée quand elle toqua (oh et ses cheveux étaient en pagaille mais le jour où elle s’en soucierait…).
Quand elle vit le visage d’Ezra, plusieurs sentiments se mélangèrent. Le soulagement d’abord, de voir qu’il était entier, sain, debout sur ses deux jambes. Heileen craignait toujours d’arriver trop tard, comme pour Sarah.
Puis il y a eu la crainte, sourde, tambourinant sous ses tempes. Elle fronce les sourcils en croisant son regard, celui qui était généralement chaleureux et vivace, qui ne ressemblait plus qu’à deux sombres linceuls. Un examen rapide lui indique la présence de sang sur sa lèvre et sa main, mais rien de plus.
Rien qui ne soit visible, du moins.

La demoiselle lâche un “Hey.” avant de franchir le seuil puis referme la porte sans piper mot, se contentant tout d’abord d’écouter, d’observer et d’assimiler.
Une putain d’merde de connerie. Damn, le language d’Ezra n’avait jamais rien eu de fleuri, mais elle ne l’avait jamais entendu utiliser autant de superlatifs et d’adjectifs familiers dans une même phrase.

Heileen s’approcha, lui tendit un gobelet rempli de café noir, posa le paquet de viennoiseries et sa propre boisson sur la table pour retirer sa veste, la balancer sur le dossier, puis s’affaler à son tour sur le canapé en poussant un soupir.
Elle avait toujours été à l’aise, chez lui.
Parce que c’était son meilleur ami.
Parce qu’ils n’avaient quasiment plus de secret l’un pour l’autre
Mais cette matinée était différente ; lorsqu’elle but une gorgée de son café, il lui parut étrangement âcre.
Et elle ne put vraiment s’en empêcher : lorsque son regard tomba de nouveau sur lui, une lueur d’inquiétude y brilla. L’espace d’une seconde seulement, parce qu’elle savait bien Heileen. Aujourd’hui Ezra n’avait pas besoin qu’on se soucie de son état, il n’avait jamais apprécié cela.
Ezra, il préférait qu’on lui apporte de quoi boire et manger tout en lui assurant que tout n’avait pas changé, que tout n’était pas fini.

Alors elle se pare de moquerie, d'une boutade faussement contrariée, pour essayer de l’aider. “Qu’est-ce que t’as fait encore, hein ? Me dis pas que t’as mis une nana en cloque et qu’elle te demande compensation, par pitié, c’est pas mon domaine.” Tout en parlant elle s’était penchée pour attraper une tranche de brioche perdue. Ensuite, en se relevant, Heileen avait de nouveau plongé son regard dans celui du jeune homme - et les regards parlent, lorsqu’on se connaît depuis aussi longtemps qu’eux.

Celui d’Ezra était perdu.
Le sien disait je suis là.
Elle serait toujours là.

code by lizzou × gifs by tumblr


- 5 Roses de Seth, Hikari, Romeo, Mikhaïl & July ♥️ -



Lonely for you only :
 
BFF POWA :
 
Autres :
 


avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 18/11/2017
Messages : 48
Dollars : 77
Crédits : Baghera
Révolutionnaire indépendant
MessageSujet: Re: 「 H E I L E E N 」 And in this packed out room swear she was singing to me    Mar 12 Déc - 14:09

And in this packed out room swear she was singing to me
Il y a ces sms qu’on voudrait ne jamais avoir à envoyer. Ceux qui donnent de mauvaises nouvelles, qui vous donne l’impression que tout va exploser. Il y a ces moments de flottement pendant lesquels on se demande par quel miracle on est encore en vie. Comment on a fait pour en arriver là.

Tu n’es pas particulièrement du genre romantique, bavard ou autres conneries du genre. Mais tu crois au karma, aux coïncidences. Alors, entendre l’homme qui te hante depuis des semaines te dire que tu as tué ses parents, ça te tue. Alors peut-être que oui, tu aurais été moins touché si tu n’avais pas été lié à cette explosion. Que tu aurais été plus distant face à tout ça. Tu aurais eu de la peine pour Dahlia, évidemment. Pour les autres victimes. Mais à l’image d’un attentat qui ne nous touche pas, tu n’aurais pas agi.

Mais aujourd’hui, c’est Ezra qui les avait tués. Il avait posé cette foutue bombe.
L’information tournais en boucle dans sa tête, ne pouvant réellement le laisser en paix. Il aurait pu avoir quelques minutes de répits mais, non, c’était impossible.
Heileen cogna. Son visage disait qu’elle appréhendait. Si seulement elle savait. Si seulement elle avait la moindre idée de la merde dans laquelle il s’était foutu.


Mais non, elle ne pouvait pas savoir. Parce que c’est quelque chose que tu te refusais à annoncer par téléphone. Parce que ça pouvait compter comme des aveux. Parce que ça pouvait lui porter préjudice. Parce que c’était la grosse merde et qu’aucune des solutions ne conviendrait. Aucune
***
Je laissais Hei faire comme chez elle. Elle connaissait l’appartement aussi bien que moi, après tout. Le nombre d’heures qu’on avait passé dans cet endroit entre notre enfance et notre adolescence. Le nombre de nuit qu’elle avait passée dans la chambre d’amis. Le nombre de soirée ou elle était venue me soutenir.

J’vous jure, c’est la meilleure amie qu’on puisse avoir.
Et j’réussi seulement à la mettre dans une merde noire.

Parce que j’me fais pas d’illusion. Heileen est une fille droite et fière. Elle me fera pas d’cadeau. Et j’en veux pas. Mais, elle risque d’entacher son nom. Parce que malgré tout, elle défendra la vérité. Et la vérité, c’est que j’ai jamais voulu faire exploser cette foutu place.

Essayer de détendre l’atmosphère n’aurait pas été une mauvaise idée, mais pas aujourd’hui. Aujourd’hui, j’ai juste envie de fondre en larme. Comme ce gosse que j’étais à l’époque, pleurnicheur et faible. Mais j’suis plus ce gamin. Alors j’me redresse, j’pose mes coudes sur mes genoux et mes mains se croisent sous mon menton.

- J’ai vu Dahlia, hier.

Ce qui coupe un peu court à sa plaisanterie. Ouais, elle connait Dahlia. ‘fin, de nom. Elle connait c’que j’lui en ai dit : qu’c’est un type qui m’a laissé sur le carreau en s’barrant comme un mal propre. J’sais bien qu’elle le porte pas bien haut dans son estime. Mais j’sais plus par où commencer.

- C’pas l’début en fait. J’ai…

J’vais m’faire défoncer. Alors j'prends une inspiration.

- J’ai cherché un dealeur, y’a quelques mois. Ça allait pas fort fort. J’ai juste voulu m’évader un peu, quelques heures par semaine. J’ai intervertis les drogues, j’ai pas garder une seul. De l’herbe, de l’extasy, de la coke. Bref, j’me pique pas, mais j’suis pas mieux.

Elle sait, Heileen, que l’addiction n’a aucune prise sur moi. Que je peux arrêter quand je veux. C’est pas pour ça qu’elle accepte.

- Bref, j’ai zappé la thune une fois, le type m’a fait crédit. Ouais j’suis un demeuré, j’aurais pas dû penser qu’il allait m’faire ça gracieusement. J’ai voulu le payer mais la somme était devenue… Astronomique. J’ai les moyens mais, ça aurait sérieusement entaché mes économies.

J’me passe une main dans les cheveux. J’ai pas touché au café, aux viennoiseries. Parce que j’ai pas faim, que j’pourrais rien avaler.

- Bref, il voulait que je le paie ou que je lui rende un petit service. Sachant qu’il a rajouté un… élément en jeu. Il a mentionné quelqu’un à qui il ferait du mal si j’obéissais pas.

Elle me connait, elle sait que j’cause d’elle, elle est pas idiote. Et puis, elle sait aussi à quel point j’me mettrais en quatre pour elle, même si elle est capable de se mettre elle-même en sécurité.

- J’ai fait son truc. J’suis tranquille depuis. Et hier, j’ai Dahlia qu’a débarqué. En larmes. J’allais pas l’foutre dehors. Bref il est resté là, il s’est calmé, on a dormi. Sauf qu’il a dit quelque chose qui m’a mis la puce à l’oreille.

Là aussi, j’vais me faire défoncer.

- Son père et sa sœur sont mort pendant un attentat, sur la Grand Place. Le service que j’ai dû rendre à mon dealeur, c’est déposer un sac à dos sur la Grand Place. J’ai pas regardé ce qu’il y avait dedans Hei, j’ai cru que c’était de la dope.

J’entends ma voix se briser. Non, j’ai pas le droit de pleurer.

- J’ai tué ces gens. J'suis un putain d'assassin, Heileen...
(c) K. 2017 - Copie prohibée.


I'm in love with the shape of you
We push and pull like a magnet do
Although my heart is falling too
I'm in love with your body
And last night you were in my room
And now my bed sheets smell like you
Every day discovering something brand new
I'm in love with your body
Mini-BN
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t65-those-who-pretend-to-be-strong-never-really-are-heileenhttp://astrophelcity.forumactif.org/t95-sociability-level-zero-heileen-s-rshttp://astrophelcity.forumactif.org/t96-rp-with-a-bunny
Date d'inscription : 17/08/2015
Messages : 504
Dollars : 266
Crédits : Ezrabestie pour l'ava, bb Jude pour la signa ♥
Mini-BN
MessageSujet: Re: 「 H E I L E E N 」 And in this packed out room swear she was singing to me    Mer 24 Jan - 1:30

In this packed out room

Combien de fois s’étaient-ils retrouvés sur ce même canapé, à ces mêmes places, à déconner ou à débattre ? Heileen n'essaierait même pas de les compter.
Elle avait tant de souvenirs avec Ezra.

Bien sûr ils n’étaient pas tous joyeux, le prénom qu’il prononça lui crispa d’ailleurs la mâchoire. Elle éloigna lentement sa tranche de brioche perdue de ses lèvres et fixa son vis à vis avec un air plus sérieux. Dahlia. A.k.a l’abruti qui avait brisé le cœur d’Ez. A.k.a l’une des personnes qu’elle rêvait de frapper dans ce bas-monde. A.k.a quelqu’un dont elle ne voulait pas entendre parler, surtout par son meilleur ami. Parce que ça voulait dire que ce type était réapparu dans sa vie et que ce soit pour une minute, une nuit ou bien une semaine, Heileen n’aimait pas ça.
Inconsciemment, elle avait associé Dahlia à mauvaise nouvelle. A blessure pour quelqu’un qui méritait mieux.

Alors soudainement, la jeune femme n’a plus envie de sourire.
Et la suite ne fait que lui donner raison.

Heileen ne dit rien, au début. Elle l’entendit avouer qu’il s’était drogué pour oublier une peine de cœur mais était déjà prête à lui pardonner, si cela avait pu changer quoi que ce soit. Elle hocha la tête lorsqu’il expliqua comment il avait contracté une dette, parce qu’elle savait que ce n’était pas le plus important - ce n’est jamais la dette en elle-même qui importe. Plutôt l’identité du créancier, les deals qu’il peut proposer pour effacer une ardoise et les intérêts qui s’y ajoutent.

Notre lieutenant l’écouta le plus calmement possible en se disant que pour l’instant, certes Ezra avait fait le con, mais c’était encore gérable.
Elle tint bon jusqu’à cette allusion qui la jetait soudainement dans le tableau, en tant que faiblesse. Là Heileen oublia un instant de se contenir et serra son gobelet un peu trop fort, répandant un peu de café sur le canapé. Puis elle bondit sur ses pieds et se mit à arpenter la pièce en se prenant la tête entre les mains. Cerveau en ébullition, cœur affolé ; elle tente dans un dernier espoir de tout nier.

Merde, merde merde ! Dites-lui que c’est pas vrai !
Malheureusement ça l’était.
Pire, ce n’était que le début.

Quand le jeune homme continue son récit, Heileen lui lance un regard suppliant. Elle aurait préféré qu’il se taise, qu’il n’y ait pas de suite, pas de chute. Elle aurait aimé qu’il lui épargne le bouquet final, parce que son instinct lui hurlait qu’il n’avait rien de beau. Mais si Ezra se l’était fermé, si la demoiselle n’avait jamais su la suite, elle l’aurait regretté toute sa vie ; ce n’aurait pas été lui prouver son amitié.
Alors Il a eu raison de continuer.

La brunette se força à s’immobiliser alors que le fleuriste terminait son récit, les mains devant le bas du visage, la respiration mesurée pour retrouver un semblant de maîtrise.
Un assassin. Quand cette conclusion la heurta, elle sentit son corps entier se mettre à trembler.
Ezra, son meilleur ami, ce mec génialissime, avait tué quelqu’un ? Impossible.

Il lui fallut plusieurs secondes pour remettre ses idées en place et contrôler ses tremblements. Cela fait Heileen ferma les yeux, prit une grande inspiration et baissa les bras.
Avant d’approcher Ezra jusqu’à le surplomber, lui étant toujours assis, et de le saisir par le col.
Il s’y attendait sans doute.

Tu t'fous de moi ?” Sa voix vibrait de rage. “Qu’est-ce que t'as dans le crâne, bordel ? La drogue a dézingué tes neurones ? L’autre con t’a fait tellement de peine que t’arrives plus à réfléchir ? Dis-moi, comment t’as pu penser ne serait-ce qu’une seconde que ce deal serait profitable ?!” Au fur et à mesure qu’Heileen parlait ses sentiments prenaient le dessus, rendant sa voix de plus en plus forte. Finalement, elle poussa Ezra de toutes ses forces contre le dossier du canapé et recula de deux pas.
Merde, ça faisait des années qu’elle n’avait pas été aussi furieuse. Pas seulement contre lui mais aussi contre sa propre personne.
Elle n’avait été qu’un poids mort.

T’aurais jamais dû accepter.” L’officière croisa les bras. “Même s’ils m’ont menacée, t’aurais jamais dû. Regarde où ça t’a mené.” Une légère fêlure apparut dans sa voix, sur cette dernière phrase. Elle passe le visage sur sa main avant de continuer. “Tu crois que j’vais te remercier ? Que Dahlia va te remercier ?" Non, elle aurait préféré crever plutôt que de le voir comme ça. "Putain Ezra, tout ce que j’ai envie de faire là, c’est te coller mon poing dans la gueule.

Sur ces mots Heileen retourna s’asseoir, un peu plus loin qu’avant. Elle resta immobile et silencieuse quelques instants, avant de lâcher un râle de j’en ai marre en posant les coudes sur les genoux et la tête dans ses paumes. “C’est la merde, Ezra. La grosse merde.” L’officière se redressa pour lui faire face. “A part nous et les enfoirés qui t'ont fait faire ça, qui est au courant ?

D'abord, se renseigner.
Il serait encore temps de le frapper après.

code by lizzou × gifs by tumblr


- 5 Roses de Seth, Hikari, Romeo, Mikhaïl & July ♥️ -



Lonely for you only :
 
BFF POWA :
 
Autres :
 


avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 18/11/2017
Messages : 48
Dollars : 77
Crédits : Baghera
Révolutionnaire indépendant
MessageSujet: Re: 「 H E I L E E N 」 And in this packed out room swear she was singing to me    Jeu 25 Jan - 20:17

And I want something just like this.
Le poids sur le cœur est tel qu’Ezra peine à respirer. Il s’était dit que, peut-être, en parler à Heileen apaiserait sa peine comme ça avait toujours été le cas avec elle. Mais il avait vu la frayeur, le dégoût, la panique dans le fond des yeux de son amie. Il y avait vu tout ce qu’il ne voulait pas voir chez elle, la déception au premier rang. Il avait eu envie de vomir. Comme à cette époque-là.

Tu la vois, tourner en rond alors que tes paroles quittent tes lippes, tu la vois faire mille et un aller-venues entre la droite et la gauche, s’arrêtant parfois devant toi. Tu la fois se figer, se défaire au fur et à mesure que tes mots atteignent son cerveau. Et tu ne sais pas t’arrêter. Tu aurais pu, ne rien lui dire, lui mentir, te débrouiller.
Mais tu en étais incapable. Tu avais besoin d’elle.

Pas en tant que flic, non, sur ce point-là Ezra avait assez de couilles pour assumer ses propres conneries. Mais, il avait besoin de son amie. D’une fille géniale à qui parler. Il avait besoin de savoir qu’il n’était pas une pourriture, qu’il n’était qu’une victime. Il avait besoin qu’on lui dise qu’il était un abruti, qu’on s’était joué de lui. Parce que, c’est ce qui était arrivé. Évidemment.
Mais ça, personne ne le croirait. Il n’avait jamais trompé personne, avec ses allusions avant-gardiste, avec son opposition claire aux histoires de sponsors et de super-héros. Personne de ta connaissance ne saurait dire l’inverse de toi. Heileen en première ligne.


Alors tu attends le jugement, comme on attend la sentence. Tu sais déjà qu’elle est blessée, qu’elle est déçue. Tu sais aussi qu’elle est en colère. Et tu attends qu’elle réagisse pour te dire à quel point tu es  un débile profond. Et tout viens à point à qui sait attendre.
***
Elle agrippe violemment mon col. Je m’en étais douté lorsque je l’avais vue approcher du canapé. Hei c’est pas tellement le genre de meilleure amie à te faire un câlin quand tu vas mal. Enfin si, si t’es pas en tort. Et encore.

Je refuse que mon regard croise le sien, j’y ai lu assez pour ce soir. J’ai pas envie d’y découvrir pire. Je suis un assassin. Et elle le sait. Et je sais que ça va changer des choses entre nous, ça me rend malade, à tel point que j’en ai la nausée.

Je l’écoute me balancer ses mots à la tronche, je l’écoute m’envoyer dans la gueule des phrases que je me suis répété moi-même toute la nuit. Mais j’ai rien à lui répondre. Parce qu’elle a entièrement raison. J’aurais jamais dû accepté, j’aurais du l’appeler tout de suite. Mais j’avais honte. Honte qu’elle me voit au fond d’un gouffre que j’assumais pas.

Mais elle me relâche, elle fini par s’échouer sur le canapé et moi je fixe devant moi.
Ca ne va pas.
J’me sens mal.
Comme si la nausée s’était intensifiée.

Je me lève précipitamment, fonce vers les toilettes.
De justesse.

Le contenu de mon estomac – c’est-à-dire seul la bile puisque je n’ai rien avalé depuis la veille – se retrouve dans la cuvette.

Je suis minable.
Je ne suis qu’un putain de minable.

Après quelques minutes, je me relève. Les larmes ont roulés sur mes genoux, de douleur et de dégoût. Je passe dans la salle de bain, me passe de l’eau sur le visage et me lave les dents. Deux fois. Je reviens au salon et me laisse tomber à même le sol, en face d’Heileen.

- Toi. Moi. Et Dahlia.

Ça aussi, elle allait lui reprocher.
Mais il n’avait pas pu ne pas lui dire.

- Je suis désolé, Heileen. Tu devrais m’embarquer, ça t’évitera bien des soucis.
(c) K. 2017 - Copie prohibée.


I'm in love with the shape of you
We push and pull like a magnet do
Although my heart is falling too
I'm in love with your body
And last night you were in my room
And now my bed sheets smell like you
Every day discovering something brand new
I'm in love with your body
Mini-BN
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t65-those-who-pretend-to-be-strong-never-really-are-heileenhttp://astrophelcity.forumactif.org/t95-sociability-level-zero-heileen-s-rshttp://astrophelcity.forumactif.org/t96-rp-with-a-bunny
Date d'inscription : 17/08/2015
Messages : 504
Dollars : 266
Crédits : Ezrabestie pour l'ava, bb Jude pour la signa ♥
Mini-BN
MessageSujet: Re: 「 H E I L E E N 」 And in this packed out room swear she was singing to me    Dim 15 Avr - 12:13

In this packed out room

Des crétins qui se laissent manipuler pour un rail de coke, quelques secondes de lâcher-prise, Heileen en a vu des dizaines. En général elle les appelle des camés et ne leur porte pas une grande estime. Mais Ezra étant ce qu’il est pour elle - son meilleur ami -, et puisqu’elle le connait presque par coeur, la brunette refuse de le mettre dans le même sac que ces bêtes à l’esprit brouillé par les merdes qui les consument et aux mains rendues tremblantes par le manque.
Ezra est un peu con, certes, mais ce n’est pas un putain de junkie. Ni un assassin. Elle pourrait le jurer sur son honneur.

Sauf que cette certitude rend la situation d’autant plus douloureuse ; comment ne pas lui en vouloir malgré tout ? Dans quel état Dahlia l’a-t-il foutu pour qu’il en arrive là ? Pourquoi n’a-t-elle rien vu venir ?
Elle aurait dû se douter de quelque chose. Elle est flic, bordel, pas aveugle. Mais peut-être qu’Heileen n’a pas voulu voir ; peut-être qu’elle a relâché son attention parce que c’est Ezra ; peut-être qu’elle s’en veut.
Son sang commence à bouillir et elle a l’impression de devenir folle.

Toutes ces pensées tournent sans relâche dans son esprit, un maelstrom impétueux qui ne fait que s’amplifier quand le brun se lève pour rendre le contenu de son estomac. La jeune femme respire un grand coup et réalise que ses mains tremblent toujours ; elle les fixe un instant, les crispe en poings aux jointures blanches, puis les serre finalement l’une contre l’autre en fermant les yeux. Sans grand succès. Elle n’a jamais été très douée pour rester calme, Heileen.

Elle soulève finalement les paupières en entendant le jeune homme revenir et l’observe prendre place face à elle, au sol. Un tic lui agite le nez. Dans un autre contexte cela ne l’aurait pas fait réagir, après tout il fait ce qu’il veut chez lui, mais le voir par terre actuellement ne fait que le rendre plus vulnérable à ses yeux. Alors elle scrute son visage à la recherche du grand dadet à la force tranquille, seulement pour trouver une épave au bord de la chute.
Depuis quand ne l’avait-elle pas vu aussi fragile, aussi meurtri ?
La mort de son grand-père, sans doute.

Toi. Moi. Et Dahlia. L’officière claque la langue contre son palet en entendant sa réponse. Pourquoi en parler à Dahlia ? Il s’est pas dit qu’en parler d’abord à sa pote flic serait une bonne idée ? Ou bien est-il maso ? Oh, au fond, Heileen sait bien : Dahlia avait le droit de savoir. Ce sont ses proches qui ont perdu la vie dans cette explosion. Elle-même aurait préféré qu’il soit honnête, plutôt que de le découvrir plus tard par un tiers. Mais c’est plus fort qu’elle, la demoiselle ne peut que s’énerver de plus belle. Tout ce qu’il pourra dire se retournera contre lui actuellement. D’ailleurs, quand son ami s’excuse en lui suggérant de l’embarquer, elle répond sèchement “La ferme Ez, t’as pas de conseil à me donner.
Très honnêtement, il l’a bien cherché celle-là. Il devrait savoir qu’elle n’embarquerait personne sous le coup de la colère.

On peut dire ce qu’on veut, Heileen fait bien son boulot.

Elle dévie le regard, croise les bras en se laissant aller vers le dossier du canapé et s’efforce de faire le tri, de réfléchir de manière rationnelle. Pour s’y aider, la Blauereiss s’imagine assise au poste. Se plonger dans le travail a toujours été une manière pour elle de refroidir ses nerfs. Finalement sa technique fonctionne et elle parvient à fixer Ezra sans avoir envie de lui en décoller une immédiatement.
Il devait se sentir assez mal sans qu’elle en rajoute encore une couche. Et puis, peu importe à quel point Heileen peut lui en vouloir actuellement, ça ne veut pas dire qu’elle oublie leur amitié ; elle est d’une nature loyale.
C’est pour ça qu’elle fera de son mieux pour l’aider.

Ses idées étant désormais assez claires à son goût, elle reprend la parole. “J’vais pas t’embarquer, Ez. C’est pas toi le coupable, mais ce connard de mes deux qui t’a filé une bombe en plus de sa came.” Heileen se penche en avant, les coudes sur les genoux. “Mais tu vas me dire tout ce que tu sais. Et j’te jure que j’vais le choper. Il va passer le reste de sa vie au trou.” Son regard ne vacille plus, au contraire ; il brille d’une détermination sans faille.
Et Ezra la connaît assez bien pour savoir qu’elle pense tout ce qu’elle vient de dire. Elle fera des nuits blanches s’il le faut, mais c’était hors de question de laisser un enfoiré qui a bousillé les vies d’innocents et celle de son meilleur ami courir en liberté.


code by lizzou × gifs by tumblr


- 5 Roses de Seth, Hikari, Romeo, Mikhaïl & July ♥️ -



Lonely for you only :
 
BFF POWA :
 
Autres :
 


avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 18/11/2017
Messages : 48
Dollars : 77
Crédits : Baghera
Révolutionnaire indépendant
MessageSujet: Re: 「 H E I L E E N 」 And in this packed out room swear she was singing to me    Sam 28 Avr - 0:17

And I want something just like this.
Il est misérable. Il se sent misérable. Mais au fond, Ezra est quelqu’un de bien. Il n’est pas très fûté, on se l’accorde. Mais c’est quelqu’un de foncièrement bon. Il est du genre à aider son prochain et à user de tout ce qu’il peut pour faciliter les choses aux autres. Alors cette histoire lui mine le moral.

T’es heureux qu’elle soit là malgré tout. Malgré le ras de marrée qui officie dans ton crâne et dans ton estomac, t’es content de pas être seul maintenant. Et même si tu sais qu’elle te le rappellera toute ta vie, t’aurais échangé ta meilleure amie pour rien au monde.
Rien.
***
J’attends le verdict comme un enfant pris en faute sur le fait. J’attends le verdict de la maîtresse d’école qui doit m’punir. Y’a certains contextes ou jouer le maître me déplairait pas mais, actuellement, c’est un peu ma dernière préoccupation.

Je sais qu’elle désapprouve que j’ai dis ce que je savais à Dahlia. Mais si elle m’avait simplement demandé pourquoi, je lui aurais dis qu’elle aurait préféré que je lui dise si c’était moi qui avait posé la bombe qui avait tué son père. Parce qu’elle est la mieux placée pour comprendre Dahlia. Parce qu’ils se ressemblent un peu là-dessus tous les deux : ils lâcheront rien tant que les pourris qu’on fait du mal à leurs proches seront pas en taule.

J’en suis malade de l’avoir déçue. J’en suis malade de la mettre dans cette position. Et j’aimerais tellement pouvoir revenir en arrière. Mais non, faut qu’j’assume. Alors c’est c’que j’vais faire. Et peu importe c’qu’elle me dira, j’ferais exactement c’qu’elle me dira.

C’est-à-dire rien.

J’vais rien faire et la laisser coffrer cette crevure.
Bon je déteste ça mais j’vais pas envenimer un peu plus la situation alors j’vais estimer qu’on va rester correct et la laisser faire le job pour lequel elle a tout donner.

Et j’ai toute confiance en elle. Si elle me dit qu’elle le pendre par les couilles sur la place publique, elle le fera.

- J’vais t’dire comme j’lui ai dis à lui. Un mètre quatre-vingt environ, brun, yeux marron, peau blanche, jean, basket, veste en cuir. Le mec lambda qui se fait appeler John Smith.

J’suis désespérant. J’m’en rend compte à chaque fois que je redonne ces informations.

- J’suis tellement désolée Hei.

J’passe une main dans mes cheveux. J’ai vraiment l’air misérable.
(c) K. 2017 - Copie prohibée.


I'm in love with the shape of you
We push and pull like a magnet do
Although my heart is falling too
I'm in love with your body
And last night you were in my room
And now my bed sheets smell like you
Every day discovering something brand new
I'm in love with your body
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 「 H E I L E E N 」 And in this packed out room swear she was singing to me    

「 H E I L E E N 」 And in this packed out room swear she was singing to me
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Astrophel City :: Hiawatha District :: Zone résidentielle :: Boutique & appartement d'Ezra-