AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
avatars manga ☆ rp libre ☆ combats au rendez-vous ☆ venez participer ! on est gentils (⦿ ‿ ⦿)
Le PDG de la X-TREM Factory entretiendrait une relation des plus intenses avec sa vice-présidente. On espère que ce n’est pas cette affaire qui a distrait l’ancien Phoenix de son travail et qui a entraîné un manque de sécurité lors de la dernière conférence de presse de l’entreprise où à eu lieu une explosion causant la mort d’un de ses haut-gradés...
Le mystérieux « Mist » dont l’apparition soudaine a récemment secoué la ville serait en fait une association de trolls désoeuvrés voulant profiter de la panique des récents attentats pour gagner plus de popularité sur les réseaux sociaux.
Il paraîtrait que le fondateur de la ville Edward Astrophel aurait été le descendant direct de Diogène, le philosophe grec qui vivait dans un tonneau. Incroyable !
les rumeurs



Partagez | 
Tell me how does it feel, when your heart grows cold, grows cold, cold (E Z R A)
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
X-Trem Factory
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 20/02/2016
Messages : 127
Dollars : 98
Crédits : Mouahahahaha-gera
X-Trem Factory
MessageSujet: Re: Tell me how does it feel, when your heart grows cold, grows cold, cold (E Z R A)   Ven 1 Déc - 8:36

Il avait eut raison dés le départ avec sa comparaison en mettant Ezra sur un pied d’égalité avec un prédateur. Car c’était ce qu’était le brun, ni plus, ni moins. Tout du moins, au sens strict du terme puisque Dahlia réalisait que pour lui, Ezra était également bien plus que tout cela. Mais il ne savait pas encore comment se l’admettre. Comment le mettre en mot. C’était la première fois qu’il ne parvenait pas à maîtriser comme il le désirait un sujet d’expression oral et cela contribuait fortement à le mettre dans tous ses états. Son cœur battait encore plus vite que des tambours de guerre.

Lorsqu’Ezra lui déroba un baiser, Dahlia fut surprit mais ne chercha pas à s’enfuir. C’était… Indescriptiblement bon. C’était ce qu’il recherchait, un palliatif à sa souffrance, que les lèvres du brun lui accordaient si bien. Il se noya sans retenue dans cet échange, appréciant plus qu’un peu l’instant. Son corps tout entier se réchauffait brusquement, au don de ce ‘simple baiser’. Mais pour la défense du Lindbergh, jamais encore de sa vie il n’avait été embrassé de la sorte et inversement. C’était une infinie répétition de première fois que lui offrait Ezra et il se rendit compte seulement à cet instant à quel point c’était là une chose des plus précieuse.

Mais lorsque leurs lèvres se séparèrent – à regrets de Dahlia qui cessa par la même occasion de laisser s’échapper quelques gémissement du tréfonds de sa gorge -, le blond se su définitivement perdu pour la nuit. Il avait bien trop baissé sa garde, invitant même le chasseur qu’était le fleuriste à venir cueillir ses instants de faiblesses. Il ne faisait pas vraiment une proie digne d’intérêt ou de surprise… Mais c’était plus fort que lui ; il ne parvenait pas à agir autrement. Surtout pas maintenant que son cœur et son âme demandait un répit ; surtout pas en sa présence.

« Ah ! » La main chaude d’Ezra maintenant sur le derme de son dos le rendit fébrile, accéléré de nouveau sa respiration. Il se sentait ridicule, en plus de sentir des pressions qu’il commençait à connaître en direction de son bas-ventre. « A-Arrêtes de jouer... Gnh… » Mais quoi qu’il dise, Dahlia savait pertinemment que tant qu’Ezra n’aurait pas eu ce qu’il voulait, il ne serait pas laissé hors de ses –appréciables – contacts et autre caresses. Alors, déglutissant de manière audible, le blond, de ses lèvres tremblantes, essaya de formuler – non sans difficultés – une réponse adaptée autant aux attentes du fleuriste qu’à son envie de l’instant. Indéfinissable envie, d’ailleurs.

« T’es vraiment pas croyable ! Hum… » Soupire d’aise, il reprend « Je… Quand je suis près de toi je… Je n’ai plus envie d’être moi-même, je crois. C’est bizarre, dit comme ça… Je. Je n’ai plus envie de réfléchir à rien, d’obéir à rien, juste profiter du temps que je peux passer avec toi. C’est dérangeant ! » Non mais oh ! Il avait bien le droit d’appuyer son point de vue, non ? En attendant, il ne put retenir un énième gémissement de remonter le long de sa gorge.

Mais il y avait aussi la fatigue, pesante. Relevé de toute sa pression, Dahlia se sentit doucement sombrer dans les draps de Morphée. Alors, étouffant un bâillement, le blond se lova contre Ezra et commença doucement à s'endormir. "Je vais devoir retourner à la grand place, demain..." Il râlait. Il n'avait pas envie d'être de nouveau confronter à sa terreur. Et puis, il ne savait pas encore sous quel jour il devrait y aller. Dahlia Lindbergh ou Thunderseed? Il ne le saurait probablement qu'en se réveillant.



Merci Heileen ♥️

Ezra ♥️
#339966
Citoyens
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 18/11/2017
Messages : 55
Dollars : 89
Crédits : Baghera
Citoyens
MessageSujet: Re: Tell me how does it feel, when your heart grows cold, grows cold, cold (E Z R A)   Ven 1 Déc - 14:02

So you can keep me
inside the pocket of your ripped jeans
Etait-il réellement le prédateur qu’on lui attribuait ? Pas vraiment. Ezra était un ours. Un ourson en peluche, du genre qu’on serre fort dans ses bras quand on est triste et qu’on abandonne dès que le sourire revient. Mais, généralement, ça lui va. Il ne dit rien. Il accepte ce statut. Il peut aussi se transformer en ours dangereux lorsqu’on touche à ses proches, quand on leur fait du mal. Oui, il sait se montrer cruel quand il le faut. Sans aucun doute possible. Mais en a-t-il réellement envie ? Non, pas tant que ça.

Parce que ton envie principale à l’heure actuelle, c’est qu’il aille bien, qu’il retrouve le sourire. Et si au passage, il pouvait se rendre compte qu’il est incapable de vivre sans toi, qu’il voudrait que tu sois là, avec lui, toute sa vie. Mais il ne dira pas ce genre de chose, tu le sais. Tu le connais. Si tu arrives à tirer un peu partie de sa faiblesse, ce sera uniquement dans un moment ponctuel. Dans une évidence à toute épreuve.

Pourtant, Ezra sait que Dahlia ne craquera pas si facilement, qu’il faudra user de tous ses charmes et sa patience pour lui ôter les mots de la bouche. Et c’est ce qu’il fit, ses doigts tentateurs effleurant son derme avec délicatesse alors que le blond s’agaçait gentiment.
Et finalement, il eut sa réponse. Et il devait bien avouer qu’elle ne lui plaisait qu’à moitié.


- Et si c’était plutôt l’inverse, Dahlia… Que tu peux être toi-même avec moi, sans prendre le rôle que ta famille t’a toujours obligé à portée.

Tu sais que ça va probablement bouleverser une partie de ses croyances et de ses volontés, une partie de ce à quoi il savait s’exposer. Mais au fond, toi, c’est ainsi que tu le vois. Tu penses bien que sinon, il n’agirait pas ainsi avec toi, qu’il s’abandonnerait moins dans tes bras. Qu’il n’aimerait pas ce que tu lui fais. Or, ce n’est pas le cas.
***
J’arrête d’le torturer un peu et je pose simplement ma main sur sa hanche, l’autre étant occupée à caresser ses cheveux tout doucement. Je le sens qui vacille un peu, il va s’endormir. En même temps, la journée a été rude, c’est normal qu’il se retrouve à s’endormir. Il commence aussi à se faire tard. Bien que j’ai littéralement aucune fichue idée de l’heure qu’il peut bien être.

Et puis, un murmure attire mon attention. La grand place. J’étais là-bas c’matin, pour déposer ce foutu sac de merde. J’me tends un peu mais, Dahlia ne peut rien voir, il dort déjà.

J’attrape mon smartphone dans l’fond d’ma poche et, par-dessus l’épaule du blond, je tape quelques recherches sur notre ami gogole. « Grand place, Astrophel, mort »

Premier article
« Une explosion sur la Grand Place d’Astrophel, six morts, vingt blessés.
Selon les premières analyses de l’enquête, un sac aurait été déposé à proximité du café, c’est ce sac qui aurait explosé. »

Mon cœur vient d’exploser et je sens qu’il s’accélère. Alors, immédiatement, j’envoie un SMS à Heileen.
« Hei… J’crois qu’j’ai fait une connerie. Faut que tu passes à la maison dès que tu peux demain stp. J’dois te causer. »

J’ai tué le père et la sœur de Dahlia. Mon regard se porte sur le blond. J’lui dirais. Demain. Ou après, mais j’lui dirais. Il voudra plus jamais m’voir après ça, ça l’aidera peut-être de me haïr.

Et merde.
Quelle vie de chiotte.

J’fini quand même par m’endormir, plusieurs heures après Dahlia. J’ai éteins mon téléphone, j’ai serré Dahlia un peu plus dans mes bras. Et j’ai fini par me réveiller aux premières lueurs de l’aube, comme d’habitude.
(c) K. 2017 - Copie prohibée.


I'm in love with the shape of you
We push and pull like a magnet do
Although my heart is falling too
I'm in love with your body
And last night you were in my room
And now my bed sheets smell like you
Every day discovering something brand new
I'm in love with your body
X-Trem Factory
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 20/02/2016
Messages : 127
Dollars : 98
Crédits : Mouahahahaha-gera
X-Trem Factory
MessageSujet: Re: Tell me how does it feel, when your heart grows cold, grows cold, cold (E Z R A)   Ven 1 Déc - 14:50

La nuit avait été vraiment très réparatrice. Pour la première fois en cinq jours, Dahlia avait dormi. Il avait presque oublié ce que cela faisait, que de laisser son corps se délasser à ce point, se laisser glisser et oublier toutes les sombres pensés qui l’avaient alors assaillies. Il n’en oubliait pas ses obligations, venues le revoir avec les premiers rayons de soleil – et lui rappelant par la même occasion de la cruauté de la réalité – mais il songeait avoir encore quelques heures de répit avant de devoir retourner à son rôle de l’ordre du commun. Pour l’heure, ayant un peu attendu avant d’ouvrir les paupières, il se mouva un peu pour délier ses muscles, en une serpentine façon.

Puis, son regard céruléen se planta sur un Ezra également endormi. À cette vision, il ne put que sourire, se sentant odieusement niais, tout à coup. Le rouge déjà aux joues, pourtant Dahlia ne chercha pas à s’extirper de cette situation de réveil, si agréable, si appréciable. Il avait l’impression d’être dans une bulle de coton, un bain de délicatesse. La large main d’Ezra sur sa hanche lui fit avoir des papillons dans le ventre. Il secoua un peu la tête ; qu’il se sentait stupide !

Et pourtant… Pourtant… Il déglutit en essayant de décoder les impressions, les sensations qui l’envahissaient alors. L’une d’entre elles se fit plus forte et plus puissante que les autres, l’obligeant donc à prendre ses réflexions au sérieux. Il avait envie d’Ezra. C’était impossible pour lui de définir clairement d’où venait ce désir, ce besoin. Dahlia savait juste déchiffrer partiellement ce qu’il ressentait. Oserait-il, cependant ? Évidemment. Il voulait à tout prix continuer de recevoir cette douceur de la part du grand brun. Et puis, ses larmes étaient calmées – pour le moment. Le blond voulait profiter de son apaisement pour laisser libre cours aux besoins de son corps – qui le faisaient rougir mais là n’était pas le cœur du problème.

Doucement, donc, l’une de ses mains s’extirpa de son armure de laine, sortant du pull pour venir doucement caresser le cou d’Ezra. Déglutissant encore, peu sûr de lui, Dahlia fit pourtant de son mieux pour ne pas reculer, pour ne pas régresser. Pas encore. Alors, ses lèvres vinrent se presser, doucement, contre celles du géant. Ce n’était pas un baiser approfondi, cette fois, simplement chaste, à l’image de son propre désir qu’il essayait de comprendre et d’apprivoiser.

D’une voix qui se voulait douce et invitante, il énonça quelques mots. « Bonjour Ezra… » Sourire. Se redressant dans le lit, désormais à genoux sur le matelas, Dahlia laissa ensuite l’une de ses mains aller se perdre dans la chevelure du fleuriste. Son cœur battait si vite… « Ezra, je… Hum… Je crois que… Je crois que j’ai… » Il hésite, prends une inspiration ; continues « Je crois que j’ai envie de toi… vraiment. » Et ainsi les vœux étaient prononcés.



Merci Heileen ♥️

Ezra ♥️
#339966
Citoyens
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 18/11/2017
Messages : 55
Dollars : 89
Crédits : Baghera
Citoyens
MessageSujet: Re: Tell me how does it feel, when your heart grows cold, grows cold, cold (E Z R A)   Sam 2 Déc - 2:49

So you can keep me
inside the pocket of your ripped jeans
Nuit agité, les soubresauts de ce corps niché au creux des draps ne passe pas inaperçu. On pourrait même croire qu’il va s’éveiller. Mais non, le corps se repose auprès du second, il glisse contre sa peau. Un cauchemar, une  ombre dans ce tableau qui aurait pu sembler idyllique. Ezra s’éveille finalement, au moment où les premières lueurs de l’aube s’immiscent dans la chambre au travers des persiennes. Il souffle un peu, s’étire, se rallonge auprès de Dahlia. Et il referme les yeux. Pas longtemps. Juste le temps de grappiller quelques minutes de sommeil en plus. Quelques minutes de sérénité.

Et puis, tu sens finalement le corps près de toi bouger à son tour. Il se réveille doucement, et tu sens ton cœur se serrer. Comment vas-tu pouvoir le regarder en face tout en sachant ce que tu sais. Tu te refuses à lui mentir, tu ne peux pas le faire plus longtemps. Tu sais que tu finiras en prison et, en même temps, tu le mérites. Tu as tué quelqu’un. Tu vas pour ouvrir les yeux quand tu sens les lippes tendre du blond contre les tiennes. Tu réponds au baiser avec tendresse ; tu es persuadé qu’il s’agit là du dernier.

- Bonjour…

Et puis, les yeux grands ouverts cette fois, le brun fixe l’océan. Il observe le regard du plus jeune. Il va mieux, pas pour longtemps se prend-t-il à penser. Mais il sait ce qu’il voit dans son regard. Et dans toute autre circonstance, Ezra aurait cédé. Après tout, il était là. Il l’avait réveillé. Il le voulait, lui. Pas une autre. Pas un autre. Lui. Sauf que ce matin, le brun n’aurait jamais pu lui donner ce qu’il voulait. Parce que, alors que le blond s’était enfuit dans les bras chaleureux de Morphée, lui avait relié les points dans sa tête.

Et tu avais compris à quel point tout allait changer. A quel point tu avais merdé. Le karma, c’est quelque chose auquel tu as toujours cru. La route tourne, ceux qui font les choses biens, sont récompensés, les autres sont punis. A force de jouer avec le feu, tu t’es brûlé les ailes. Ses mots ne t’arrachent même pas un frisson, tu te redresses et t’assied en tailleur en face de lui.
***
J’ai mal au cœur. J’ai envie d’vomir. Une putain d’boule dans la gorge. J’sais même pas expliqué à quel point j’me sens mal. A quel point j’suis une ordure. A quel point j’ai peur d’le perdre. Mais, j’refuse tout bonnement de lui mentir, de baser une quelconque relation sur un putain d’mensonge de merde. Sur un mensonge qui change une vie. La sienne.

J’ai toujours voulu retrouvé les connards qu’on fait sauter le paternel d’Hei. J’ai toujours eu un foutu sens de la justice. Quand j’ai appris la vérité concernant sa mort, j’savais que j’devais faire quelque chose. J’savais pas quoi, j’ai jamais su au final. Et Hei est devenue flic. Mais au fond, j’allais les butter. Parce que j’ai l’sang chaud au fond, j’m’énerve super facilement. Et elle, elle est ma tempérance.

- J’dois t’parler, Dahlia.

L’ton qu’j’avais employé annonçait rien d’bon. J’me passe une main dans les ch’veux et j’pose mes deux coudes sur mes g’noux. J’le fixe doucement, un soupir quittant mes lèvres.
Mon ventre s’est noué, mes mains tremblent un peu. Alors j’serre les poings, j’évite son r’gard. J’peux pas y voir la haine qu’il éprouvera pour moi.

- Y’a quelques années d’ça, j’ai vécu une relation assez… intense. Bref. Quand on a rompu, j’me suis mal remis d’la chose. J’ai déconné, j’ai pris d’la drogue. J’suis pas addict à cette merde, hein. Mais ça m’fait parfois m’sentir mieux quelques heures. Bref, peu importe. J’peux… Facilement r’tomber dans ces vices. D’autant que le côté addictologie m’touche pas du tout. Vraiment. Alors, y’a quelques mois, j’étais malheureux comme un pou.

J’allais pas lui dire que c’t’était d’sa faute, j’voulais pas r’mettre la faute sur quelqu’un d’autre. J’devais assumer mes conneries moi-même. Mes poings se serrent un peu plus et j’continue d’fixer l’drap.

- Bref, j’ai r’trouvé un dealeur et j’ai fini par me fournir chez lui. Régulièrement. Et y’a quelques semaines, j’avais plus mon fric et il m’a fait crédit. Sauf que, tu t’doutes bien qu’un crédit chez un dealeur hein. Bah ça d’mande forcément que’que chose derrière. J’me suis fait entubé, bien comme il faut. J’avais une dette astronomique pour quelques grammes d’herbe. Et le mec m’a proposé un deal. ‘Fin… Il m’a menacé. Soit j’faisais un truc pour lui et il effaçait ma dette, soit j’payais et en plus il s’en prenait à ma meilleure pote. J’pouvais… Non. J’aurais pu, j’pense. Mais j’ai pas pris l’temps d’y réfléchir en vrai. J’ai fait dans la précipitation et j’ai accepté son deal.

J’inspire longuement, j’sens que ma voix tremble. C’pas des larmes, c’est de la peur. De l’angoisse. Mais j’dois aller jusqu’au bout. Alors je reprends, sans bouger un cil.

- Alors, y’a cinq jours, il m’a appelé. Pour que je fasse c’qu’il voulait. J’suis allé l’voir. Il m’a donné un sac et une adresse. Fallait juste que j’dépose le sac. Et si j’l’ouvrais, j’me f’sais démonter. Et Heileen aussi par la même occasion. Alors j’ai pas cherché, j’ai pris son paquet et j’l’ai déposé là où il fallait.

Je dégluti, inspire une dernière fois.

- J’ai déposé un sac à dos sur la Grand Place y’a cinq jours. Dans lequel j’savais pas c’qu’il y avait. Dahlia… j’crois qu’c’est moi qui aie tué ton père et ta sœur.

Y’a un truc que j’venais d’percuter aussi. C’est lui, que j’ai failli tuer. Et Dieu que j’avais envie d’le serrer contre moi là maintenant. Mais j’avais pas l’droit d’faire ça. Par contre, j’devais me forcer à affronter son regard. J’lui dois bien ça. Alors j’ai l’vé la tête, plongeant un regard remplit de peine, de regret et de douleur dans le sien.

Alea Jacta Est.
(c) K. 2017 - Copie prohibée.


I'm in love with the shape of you
We push and pull like a magnet do
Although my heart is falling too
I'm in love with your body
And last night you were in my room
And now my bed sheets smell like you
Every day discovering something brand new
I'm in love with your body
X-Trem Factory
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 20/02/2016
Messages : 127
Dollars : 98
Crédits : Mouahahahaha-gera
X-Trem Factory
MessageSujet: Re: Tell me how does it feel, when your heart grows cold, grows cold, cold (E Z R A)   Sam 2 Déc - 16:25

Dahlia, jamais, ne se serait attendu à un tel retournement de situation. Lorsqu’il avait déclamé ses envies de l’instant à son homologue, dans ce lit – où il était tout près à se laisser conquérir par ce dernier -, il avait pensé que les choses pourraient s’imbriquer d’une douce façon, pour le maintenir dans une zone de rêves et d’espoirs incohérents mais nécessaire à son bien-être mental. Juste un peu plus avant de retourner se confronter à la réalité des choses, tout simplement. Seulement, il n’en fut rien. Il n’y eut aucun ajustement de la sorte et Dahlia, au départ, se crut être en tort.

Il pensa qu’Ezra voulait discuter encore un peu avec lui, au sujet du comportement – lamentable, il le reconnaissait – qu’il avait eu avec lui. Immédiatement, le Lindbergh avait eu le réflexe de serrer les poings d’appréhension. Il savait qu’il devrait sans doute se repentir en une myriade d’excuses mais il assumait également ses torts. Et si Ezra estimait qu’il s’agissait du meilleur moment pour passer aux aveux, soit. Dahlia ne cherchait en aucun cas à fuir ses responsabilités. Pas cette fois. Pas encore.
Un frisson remonta le long de son échine aux simples échos du « Faut que j’te parle ». Il avait la chair de poule. Mais il était paré à encaisser les reproches qui pourraient lui être fait – car ils devaient sans aucun doute être très nombreux, selon lui.

Seulement, non.

Dahlia écouta attentivement chaque mot prononcé par le brun. Et chacune des syllabes semblait être en mesure de lui griffer les tympans, de lui faire du mal rien qu’à l’écoute. Ses yeux bleus où jusque-là baignait une lueur apaisée, parurent tout à coup asséchés comme ils ne l’avaient jamais été. Paradoxalement, une larme unique roula sur la joue du blond. Sans aucun doute la dernière qu’il restait au jeune homme depuis les grandes eaux évacuées de ses yeux, la veille.

Ses lèvres lui donnent l’impression de le brûler, il se sent comme piégé dans un cauchemar qui aurait dévoré les volutes du songe dans lequel il était si bien jusqu’alors. Mais non, ce n’est pas une imagerie artificielle de son esprit ; c’est bel et bien la véritable vie. Et Ezra lui avoues alors ce qu’il a fait ; le crime commis.

Il voudrait hurler mais sa gorge est serrée. Il voudrait frapper mais ses muscles ne bougent plus. Il voudrait le haïr, mais son cœur est en berne lui aussi. Alors, lentement, Dahlia sort de ce lit, contournant Ezra sans lui accorder le moindre mot. Il a envie de vomir. Son estomac lui fait mal. Il n’a rien à vomir. Et si jusqu’à présent cette sensation de manque lui était restée étrangère, Dahlia se surprend à la ressentir de plein fouet. Il ne sait pas quoi dire, quoi faire ; il marche automatiquement, exactement comme au début de son Enfer, cinq jours auparavant.

« Tu vas me donner tout ce que tu sais à propos de ton dealeur. Son nom, à quoi il ressemble. Tout. Je veux tout savoir. Je fournirais ces informations à la police et aux héros. » Il tremble un peu. « Thunderseed m’a dit qu’il m’aiderait si j’avais une piste au sujet de l’attentat. » Il ment, un peu. Personne n’est obligé de savoir ce qu’il en est réellement de son alter-égo. En attendant, toujours dans les gestes amenés de façon très automatique, Dahlia part à la recherche de ses vêtements lesquels ont profité de la nuit pour sécher. Il retire donc ceux qu’Ezra lui a prêtés, les pli soigneusement avant de les poser quelque part où il ne gêneront pas. Enfin il glisse de nouveau dans ses habits, que sa peau reconnait bien.

Retournant ensuite voir le fleuriste, c’est un regard glacial, létal, qu’il lui offre. Dahlia n’y peut rien. Ses cernes ont presque disparues mais sa peine, elle, est toujours bien présente. « Alors ? J’attends. » Inspiration, expiration. « Je partirais une fois que j’aurais ce que je veux savoir. Et je déciderais plus tard de ce qu’il en est à ton sujet. » Chaque chose en son temps.



Merci Heileen ♥️

Ezra ♥️
#339966
Citoyens
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 18/11/2017
Messages : 55
Dollars : 89
Crédits : Baghera
Citoyens
MessageSujet: Re: Tell me how does it feel, when your heart grows cold, grows cold, cold (E Z R A)   Dim 3 Déc - 23:59

So you can keep me
inside the pocket of your ripped jeans
Il y a des moments dans la vie ou il faut savoir assumer. Assumer ce qu’on a fait, les bêtises qu’on a commis comme les grandes réussites. Ces moments  qui marquent un Homme jusque dans le fond de sa chair. Et bien, c’était l’un de ces moments qu’Ezra était en train de vivre. Un moment comme nul autre n’aurait jamais pu l’appréhendé. Parce que, il n’était clairement pas positif. Il était clairement négatif.
Il avait tué Anthyllide.
Il avait tué Monsieur Lindbergh.
Il avait failli tuer Dahlia.

Rien que cette vérité te lacérait le cœur. La boule qui s’était logée dans ta gorge, juste à la jonction entre le coup et les clavicules, ne partait pas. Parce que tu savais. Tu savais à quel point tu avais merdé, à quel point tu avais été un abruti fini. Tu ne t’étais pas demandé ce qu’il y avait dans ce sac. On t’a dit de pas l’ouvrir, de le poser, de te barrer. Alors tu t’es exécuté, pensant bêtement qu’il s’agissait d’une transaction. D’une livraison de drogue.
Ça n’était visiblement pas le cas.

Ezra avait beau vouloir que cette nuit ne s’arrête pas, qu’il puisse garder Ezra dans ses bras indéfiniment, il savait à quel point tout était fini. Et ça ne faisait que rajouter un peu plus à la douleur qui lui vrillait l’estomac. Il ne connaissait pas la famille de Dahlia mais, il partageait la peine du blond. Empathique de nature, il avait su gérer avec le temps son envie d’aider et de supporter la peine du monde.
Ça ne l’empêchait pas de vouloir absorber toute celle de ses proches. Pour qu’ils n’aient plus jamais à souffrir. Surtout par sa faute.


Tu le vois se lever mécaniquement. Tu sais que tu vas morfler. Que ce soit moralement ou physiquement. Mais tu ne broncheras pas, tu ne diras rien. Tu encaisseras. Parce que tu estimes que c’est tout ce que tu mérites, que c’est tout ce à quoi tu peux prétendre à présent. Tu ne le sens pas pourtant, tu sais qu’il est là. Tu sens sa présence.
Tu lèves les yeux. Et tu te figes.
***
J’sais exactement à quoi j’ai le droit, à présent.
La forteresse.
J’y avais déjà eu le droit le jour il était parti de chez moi comme un voleur, ce masque de froideur intense. Ce masque qu’il avait dû porter toute la semaine pour ne pas s’effondrer devant sa famille.

J’le mérite. Mais putain ça fait mal. Il était là, il aurait pu rester. Pourquoi la vie doit être une foutue salope jusqu’à ce qu’elle nous ait baisé entièrement. J’suis dégoûté. Par moi, par ma connerie, par c’connard de dealeur de mes deux, par la vie.

Il se rhabille, j’dis rien de plus. J’ai rien à dire. Je baisse les yeux, j’attends le verdict. Je sais pas comment je vais me sortir de c’bourbier, mais j’le f’rais. J’laisserais pas Dahlia s’battre tout seul pour ça. Pas à cause de moi. Alors j’me lève, j’lui fais face et j’plante mon regard dans les yeux.
L’feu contre la glace, ça nous r’présente bien à c’moment là.

- John Smith. Un mètre quatre-vingt environ, brun, yeux marron, peau blanche, jean, basket, veste en cuir. Le mec lambda. J’peux rien te dire de plus, j’tape pas la causette avec mon dealeur plus que d’raison. J’aurais p’t’être mais j’étais pas en position d’négocier.

J’le touche pas mais j’suis proche. J’peux sentir son parfum, si particulier. J’pourrais l’toucher si j’voulais mais, j’sais que c’pas l’moment. J’ai pas envie d’envenimer les choses. J’ai pas envie qu’il me haïsse plus que ça.

- Laisse-moi t’aider, Dahlia. J’vais r’trouver c’pourri et j’ferais en sorte qu’il paie. Mais laisse-moi t’aider.
(c) K. 2017 - Copie prohibée.


I'm in love with the shape of you
We push and pull like a magnet do
Although my heart is falling too
I'm in love with your body
And last night you were in my room
And now my bed sheets smell like you
Every day discovering something brand new
I'm in love with your body
X-Trem Factory
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 20/02/2016
Messages : 127
Dollars : 98
Crédits : Mouahahahaha-gera
X-Trem Factory
MessageSujet: Re: Tell me how does it feel, when your heart grows cold, grows cold, cold (E Z R A)   Lun 4 Déc - 11:42

Boom. Boom. Boom. Les battements du cœur de Dahlia se suivaient, se ressemblaient, s’imitaient. Mais ils ne véhiculaient rien. Rien si ce n’était l’absence de réaction, le plein endormissement ; l’anesthésie des sens pleinement de retour dans les charnelles contrées qu’elle avait pourtant quitté pour un temps, il n’y a guère si longtemps. Les espoirs vaincus du blond eurent raison de sa douceur, de sa joie. Les deux consœurs étaient maintenant prisonnières de son esprit, derrière un épais mur dont seul lui avait connaissance. Il n’avait plus mal. Plus pour l’instant. Et ce n’était pas forcément une bonne nouvelle que celle-ci. Son cœur était toujours une épave mais les eaux glacées qui l’entouraient alors le gardaient à l’écart de ce qu’il aurait pu ressentir à cause de cette nouvelle épiphanie de trahison.

Dahlia n’est plus qu’un pantin bien éduqué, un être vivant gelé jusqu’à l’âme par des révélations dont il se serait volontiers passé.

Ezra est devant lui, grand, comme d’habitude. D’ordinaire, Dahlia aurait déglutit, détourné le regard, rougit… Voir même les trois à la fois, peut-être. Mais pas cette fois. Car ses ressentis ont été mis aux fers et punis pour lui avoir fait croire qu’il avait pu baisser sa garde en compagnie du brun. Et dire qu’il l’avait désiré. Ce constat aurait peut-être pu le rendre malade, dans d’autres circonstances. Mais présentement, Dahlia avait bien d’autres choses auxquelles il devait penser. Comme retrouver le véritable auteur de cette atrocité. Comme se venger. Peut-être. Il n’avait donc pas de temps à perdre avec un intermédiaire.

Mais cela ne l’empêcherait pas de montrer les crocs, à sa manière. Et s’il n’avait prévu aucun éclat de voix, cette fois, ses mots en béton armés, eux, étaient toujours là. Et il allait les employer sciemment, pour une fois. « Pourquoi tu dis ça ? Parce que tu culpabilises vraiment ? Ou parce que c’est moi qui ai été touché par cette catastrophe ? » Il acheva de fermer la manchette de sa chemise sur ses poignets et reprit. « Le doute me sera permis, je pense, de ne pas savoir si tu aurais réagi pareillement avec n’importe qui ou simplement parce que tu me voulais moi dans ton lit. » Le venin était en train d’être délivré ; et Dahlia ne se sentait pas d’en arrêter la coulée, la dispersion. « N’oublies pas que je ne suis pas le seul à avoir perdu une partie de ma vie à cet instant. » Six morts. Bien sûr qu’il y avait d’autres que lui, en deuil. Sauf que Lindbergh allait agir ; encore plus motivé maintenant qu’il savait que c’était un acte prémédité. Il allait les retrouver.

Mais pour cela il devait partir d’ici. Alors, reprenant ses affaires, son manteau plié sur son bras, Dahlia fit volte-face, n’offrant au fleuriste aucun autre regard si ce n’était celui qu’il arborait déjà. « Tout ça pour dire que tu en as déjà assez fait, Linwood. » Linwood. La barrière ultime. « Merci quand même pour cette nuit. Et pour les informations. Je repasserai si j’en ai besoin. Dans le cas contraire, je dois toujours avoir ton numéro pour te joindre. »

Et il quitta les lieux, comme il l’avait déjà fait il y a presque un an de cela, maintenant. Son masque de froideur sur ses traits fins lui faisait mal. Mais il ne savait quoi faire d’autre. En descendant les escaliers et en ouvrant la porte qui donnait sur la rue, Dahlia manqua de percuter une jeune femme. Il s’excusa, lui céda le passage et reprit le court de sa vie. Le train en marche vers sa vengeance. La traque ne faisait que commencer.



Merci Heileen ♥️

Ezra ♥️
#339966
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Tell me how does it feel, when your heart grows cold, grows cold, cold (E Z R A)   

Tell me how does it feel, when your heart grows cold, grows cold, cold (E Z R A)
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Astrophel City :: Hiawatha District :: Zone résidentielle :: Boutique & appartement d'Ezra-