AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
avatars mangas ☆ rp libre ☆ mini-events réguliers ☆ combats au rendez-vous ☆ venez participer ! on est gentils (⦿ ‿ ⦿)
Le PDG de la X-TREM Factory entretiendrait une relation des plus intenses avec sa vice-présidente. On espère que ce n’est pas cette affaire qui a distrait l’ancien Phoenix de son travail et qui a entraîné un manque de sécurité lors de la dernière conférence de presse de l’entreprise où à eu lieu une explosion causant la mort d’un de ses haut-gradés...
Le mystérieux « Mist » dont l’apparition soudaine a récemment secoué la ville serait en fait une association de trolls désoeuvrés voulant profiter de la panique des récents attentats pour gagner plus de popularité sur les réseaux sociaux.
Il paraîtrait que le fondateur de la ville Edward Astrophel aurait été le descendant direct de Diogène, le philosophe grec qui vivait dans un tonneau. Incroyable !
les rumeurs



Partagez | 
The day after [Ft. Garance]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Professeur de combat
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t659-kacey-creehttp://astrophelcity.forumactif.org/t683-sgt-kacey-cree-fiche-de-liens
Date d'inscription : 18/09/2017
Messages : 26
Dollars : 34
Crédits : ronik
Professeur de combat
MessageSujet: The day after [Ft. Garance]   Dim 12 Nov - 14:12

The day after [Ft. Garance]


.
.
.
...
Les rayons de soleil m'arrachèrent d'un énième sommeil sans rêve. Ayant gardé l'habitude de me lever tôt, il était rare pour moi de me réveiller bien après que le soleil ne soit levé, ou uniquement lorsque j'étais vraiment crevée et que je voulais me sentir complètement reposée.

Et là, je ne me sentais pas reposée du tout.

Cassée. Brulante. Collante. Assomée. Voilà les adjectifs que j'utiliserais pour décrire ce début de journée. A cela s'ajoutait un mal de crâne atroce, le genre où la douleur résonnait pas accoups et me rendait nauséeuse. J'avais bue hier soir, cela ne laissait planer aucun doute, et c'était la raison pour laquelle je me refusais normalement tout verre d'alcool.
Soudainement, un frisson parcoura le long de mon dos. Non, ce n'était pas cette impression que j'allais vomir si jamais je me levais qui me préoccupait, ni cette impression de n'avoir pas pris de douche depuis un mois. Tout ça, c'était le cadet de mes soucis. Non, c'était les rayons du soleil qui me voilait le visage.

Mon lit n'est pas censé être à coté d'une quelconque fenêtre.

J'ouvris les yeux.

Devant moi, il n'y avait pas une seule chose que je reconnaissais : Un mur que je ne reconnaissais pas. Une fenêtre que je ne reconnaissais pas. Le dos nu d'une personne dont la longue chevelure se diffusait sur la partie du matelas qui nous séparait que je ne reconnaissais pas. Des meubles que je ne rec...
Oui, ca ne vaut pas la peine de continuer plus longtemps.

Je me relevai brusquement du lit -peut être un peu trop brusquement pour quelqu'un qui n'a pas interêt à reveiller sa partenaire d'un soir dormant à coté d'elle-, ce qui me permit de confirmer par la même occasion qu'elle n'était pas le seul individu au dos nu. Où est ce qu'étaient foutus mes vêtements ?! Regardant le sol autour du lit, je remarquai un petit tas d'habits qui m'étaient familier et, me levant du lit par la même occasion, j'y attrappai tout d'abord le nécessaire vital et, une fois respectivement enfilé et ragrafé, me penchai pour récupérer le reste. Une remontée acide me fit comprendre que ce n'était pas une bonne idée de me tordre dans tous les sens dans mon état, surtout si ca venait à appuyer sur mon estomac.

Ignorant du mieux que je pouvais, je réfléchissai; Qu'est ce que je devais faire ? Partir en douce avant que l'inconnue ne se reveille ? Je n'avais pas vu son visage, j'allais pouvoir faire comme si rien ne s'était passé, peut être même oublier tout ce qui s'était passé... Une nouvelle remontée acide surgit, et me fit comprendre qu'elle ne s'arrêterait pas en si bon chemin.
- Putain de..

Tout ce que je pus me murmurer avant de réaliser que dont j'avais besoin maintenant, c'était d'une poubelle, d'un seau ou d'une cuvette de toilettes. C'est dingue comment l'être humain devient tout de suite plus réactif quand il n'a plus d'autre choix.
Les dix minutes qui suivirent, où je trouvais sans difficulté la porte des toilettes ne fut pas des plus plaisantes. J'ai de la chance de savoir comment vomir sans faire trop de bruit. C'était comme recracher quelque chose, mais dans la durée... En fait, je pourrais rajouter une description plus complète, mais il y a des chances que vous mangiez. Je me relevais et tirai la chasse, encore groggy. Un tour à l'évier pour me retirer cet affreux gout dans la bouche, et je rejoignis la chambre, là où trainait le reste de mes affaires que j'avais intêret à récupérer au plus vite.

Farfallina
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t466-mostly-void-partially-stars-garancehttp://astrophelcity.forumactif.org/t474-bulletproof-garance#4741http://astrophelcity.forumactif.org/t611-topic-rps-et-chronologies-meera-co#5976
Date d'inscription : 01/01/2017
Messages : 74
Dollars : 44
Crédits : myself (kit)
Localisation : Saten District
Farfallina
MessageSujet: Re: The day after [Ft. Garance]   Dim 12 Nov - 21:12



THE DAY AFTER

(( GARANCE X KACEY ))


J’ouvre péniblement les yeux lorsqu’un rayon de soleil intrusif me donne la sensation de me brûler la rétine au travers du rideau de mes paupières. Un mal de crâne sourd embrume mon cerveau et j’ai la bouche pâteuse ; gueule de bois, assurément.
Je me souviens de la soirée d’hier soir, une soirée entre collègues de l’Académie qui a finit par s’éparpiller dans les différents bars de la ville. Un visage me revient souvent en tête, et je crois me rappeler d’avoir passé la nuit avec quelqu’un, mais le nom m’échappe, j’ai oublié ce détail.
En me redressant je constate que les draps sont défaits à côté de moi et il n’y a pas de vêtements au sol ; j’ose espérer qu’il ou elle s’est déjà barré de chez moi comme ça je n’aurais pas à endurer la présence de quelqu’un pendant que je décuve –Ian rentre à la coloc’ en fin d’après-midi d’un de ses week-ends photos, déjà que je vais devoir supporter sa gueule qui ne m’avait pas manquée j’aimerais autant profiter de mes dernières heures de solitude et de tranquillité.

Enfin, c’était ce que je me disais avant d’entendre des sons peu ragoûtants venant de l’extérieur de la chambre suivi par celui d’une chasse de toilette que l’on tire –adieu solitude et tranquillité.
Je roule sur le dos et m’étire avant de sortir du lit. Je renfile mes sous-vêtements ainsi qu’un kimono de soie noire puisqu’il n’est pas d’usage d’être à poil devant des inconnus (même ceux avec qui ont a passé la nuit il parait) et je m’avance dans le couloir à pas mesurés pour éviter de trop malmener mon sens de l’équilibre que l’alcool a un peu amoché.
Crochet par la salle de bain, j’en sors une boîte d’aspirine que j’emmène avec moi dans la cuisine par la suite pour préparer deux verres dans lesquels je verse les cachets salvateurs qui ne tardent pas à se dissoudre dans un bouillonnement de petites bulles. Je bois le mien d’une traite, laisse l’autre sur le comptoir. Je me fais ensuite un thé brûlant que je sirote installée sur le sofa, Whisper sur les genoux occupé à ronronner tandis que je caresse machinalement sa tête.

Je perçoit du mouvement à l’entrée de la pièce, et je dirige mon regard vers ma conquête de la veille –elle était obligée de passer par le salon pour sortir de l’appartement.
En temps normal, j’aurais esquissé un sourire narquois et fait un commentaire sur sa mauvaise résistance à l’alcool. Mais quand je réalise que j'ai en face de moi Mme Cree, professeure de combat à l’Académie, mon sourire s’évanouit avant même d’avoir été esquissé.
Merde.

code - kuru




Professeur de combat
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t659-kacey-creehttp://astrophelcity.forumactif.org/t683-sgt-kacey-cree-fiche-de-liens
Date d'inscription : 18/09/2017
Messages : 26
Dollars : 34
Crédits : ronik
Professeur de combat
MessageSujet: Re: The day after [Ft. Garance]   Mar 14 Nov - 23:13

On Your Own [Ft. Hélà]


Merde.

*Merde*

- Merde. Ce simple mot sorti de ma bouche comme un murmure à moi-même. Il n'y avait même pas besoin qu'elle l'entende, nous avions certainement pensé la même chose pratiquement au même moment.

Forcément, les cheveux noirs aux mèches plus claires auraient dù me mettre la puce à l'oreille. Des souvenirs vagues me revenaient en tête : J'avais été invitée à une soirée entre collègues, pour fêter je-ne savais-quoi. J'avais accepté. Nous nous étions rendus dans un bar où je refusai poliment les requêtes de mes compères pour que je me prenne un verre, prétextant un manque d'argent.. Une idée de merde étant donnée que l'un d'entre eux paya sa tournée sans demander son reste. La prochaine fois, je prétexterais que je suis enceinte, ou que l'alcool est mon point faible mortel. Quelque chose de plus logique pour cette ville.
C'est à partir de là que je ne me rappelle plus que de vagues sensations mélangée à des moments d'euphorie et de malaise.

"Un verre ne peut pas me faire de mal". Un verre, voilà où ca te mène, Kacey. En face d'une collègue de travail, en sous vêtements et avec des restes de souvenirs qui, bien que brouillés par l'excès de vodka soda, nous laissaient à toutes les deux un ressenti suffisamment clair pour savoir ce qui s'était passé entre nous deux cette nuit.

- Est-ce qu'on a vraiment...

Un ange passa. Ca ne servait à rien de demander de toute manière.

- Okay. Ce qui s'est passé ici, ne sort pas d'ici. D'accord ? Je rajoutai, ma passant une main sur le visage, comme si j'avais la possibilité de retirer une gueule de bois d'un seul balayement de la main.

Farfallina
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t466-mostly-void-partially-stars-garancehttp://astrophelcity.forumactif.org/t474-bulletproof-garance#4741http://astrophelcity.forumactif.org/t611-topic-rps-et-chronologies-meera-co#5976
Date d'inscription : 01/01/2017
Messages : 74
Dollars : 44
Crédits : myself (kit)
Localisation : Saten District
Farfallina
MessageSujet: Re: The day after [Ft. Garance]   Sam 23 Déc - 22:42



THE DAY AFTER

(( GARANCE X KACEY ))


« Merde. »

On est d’accord.
Pour être honnête je suis assez en colère contre moi-même ; généralement je tiens assez bien l’alcool pour déterminer toute seule si je baise avec la personne adéquat et si elle est assez digne de confiance pour que je la ramène chez moi –qu’est-ce que j’ai branlé hier soir putain ?

« Est-ce qu'on a vraiment… »

Tu sembles complètement abasourdi –vu ce que tu viens de rendre en même temps, ça ne m’étonne qu’à moitié. Ceci dit je me contente d’un haussement de sourcil en guise d’affirmation et t’indique le comptoir avec le verre d’aspirine par la même occasion, avant de me renfoncer dans mon sofa, pas des plus à l’aise.

« Okay. Ce qui s'est passé ici, ne sort pas d'ici. D'accord ? »

Un ricanement nerveux secoue mes épaules et mon sourire narquois reprend ses droits sur mon visage. D’une main je fais mine de souder mes lèvres entre elles comme on referme une fermeture éclair –mon mutisme est loin d’être inconnu à l’Académie alors j’ose espérer que tu comprendras l’ironie de la chose.
Soudain, une idée me vient en tête, suivie d’un frisson désagréable –j’ai comme un mauvais pressentiment, et généralement ces intuitions se révèlent exactes chez moi. Je vide mon thé encore brûlant et me lève du canapé en sursaut pour aller chercher mon ordinateur portable que j’allume une fois revenue dans le salon.
Si t’es chez moi, c’est qu’on s’est forcément bécotées au bar avant de rentrer pour passer aux choses sérieuses.
Et ça veut dire qu’au bar, y’a de grandes chances qu’il y ait eu des témoins.
Qu’est-ce que j’fous moi à m’taper des profs putain ?

Je tapote nerveusement mes ongles contre le bois du comptoir sans vraiment t’accorder d’attention pendant que je m’en vais vérifier les réseaux sociaux en quête d’une photo ou de n’importe quoi d’autre qui puisse ébruiter notre erreur. Facebook m’a l’air clean, tout comme twitter –je me sers des réseaux sociaux pour observer ce qu’il se passe mais je n’y poste jamais rien car je n’en vois pas l’intérêt. Mais c’est quand je m’apprête à souffler de soulagement qu’un post instagram attire mon regard et que mon sang commence à battre à mes oreilles.

Un selfie de collègue surveillante avec d’autres invités en premier plan.
Et dans le fond on peut discerner deux silhouettes trop proches pour être honnêtes ; l’une brune, l’autre blonde.

Je peste intérieurement, et te montre la photo, un air clairement agacé imprimé sur le visage.
Dans quel merdier j’me suis fourrée encore ?

code - kuru




Professeur de combat
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t659-kacey-creehttp://astrophelcity.forumactif.org/t683-sgt-kacey-cree-fiche-de-liens
Date d'inscription : 18/09/2017
Messages : 26
Dollars : 34
Crédits : ronik
Professeur de combat
MessageSujet: Re: The day after [Ft. Garance]   Dim 31 Déc - 2:59

Un verre d'aspirine m'attendait sur le comptoir. Quelle délicate attention.

Je quittai la pièce un instant et atteignis la cuisine. J'espérais que le mal de tête puisse disparaitre avant que je ne me fasse virer d'ici, mais le meilleur moyen serait actuellement d'essayer de ne plus y faire attention maintenant qu'on avait une plus grosse préoccupation sur les bras. Garance semblait pourtant avoir déjà tourné la page : du coin de l'oeil, je la voyais les yeux rivés sur l'écran d'un ordinateur portable.

Ces jeunes et leurs technologie. Pensait Kacey, un oeil électronique systématiquement allumé et littéralement greffé à son cerveau.
Parlant de celui-ci, je venais de remarquer que le voyant m'indiquant un manque de batterie clignotait de façon répetée. Je soupirai intérieurement; j'avais appris à ignorer ce truc qui s'activait chaque fois que j'oubliais de me recharger pendant la nuit et qui me donnait l'impression d'être un caméscope familial. Encore heureux que ca ne faisait pas de bruit, mais il allait falloir que je fasse un saut chez moi. Peut être faire un saut dans une douche, aussi.

Je me redirigeais en direction du salon, là où j'avais entendu les pianotements sur le clavier.

- Hé. Merci pour l'aspirine. Est ce que je pourrais emprunter ta dou...
Le regard qu'elle me lança, accompagné de l'écran d'ordinateur qu'elle tourna vers moi m'interrompit brutalement. Sur l'image, je reconnaissais tout d'abord le lieu. C'était le bar où nous étions hier soir. Je me rappelais avoir vu les personnes en premier plan, dont le type qui avait décidé de payer une pleine caisse de boissons. Je continuai de survoler l'image sans comprendre ce qu'il y avait de si crucial à me montrer et, avant d'avoir eu le temps de lui poser verbalement la question, mon regard se bloqua sur deux silhouettes du fond.
Une silhouette blonde, tenant dans une une bouteille d'alcool qu'elle n'aurait ostensiblement pas dû boire, et tenait par la taille une autre silhouette qu'il n'était vraiment pas difficile de reconnaitre, malgré le manque de luminosité et de talent du photographe pour tenir un appareil photo sans bouger. Pas de doute, c'était nous bien après avoir dépassé une limite que l'on aurait dù se poser dès le début de la soirée.
Je me rapprochai de l'écran; Il y avait un détail que je n'avais pas décelé jusque là et qui n'avait pas grande importance pour quiconque à part moi : Sur cette photo, on pouvait discerner les fossettes que me faisait le grand sourire naif que j'exposais, cachée derrière mes joues partiellement rouges. Cela me faisait me compte qu'il est rare de me surprendre en train de réellement m'amuser.

Et je n'étais même pas capable de m'en rappeler.

Je lachai un soupir de frustration, la photo en était pour quelque chose. Mon regard croisa celui de la surveillante.

- C'est... Préoccupant, mais ca n'en dit pas plus que ça. Tu connais mieux ce type que moi, tu devrais l'appeler, savoir si il en sait plus que nous sur ce qu'il s'est passé.

Silence. Bien sûr que non tu ne peux pas. Je suis conne. Impossible de réfléchir clairement dans mon état.

- Mmh, oublie ce que je viens de dire en fait. Cela me faisait me questionner sur qui avait dragué qui en premier. Certainement, j'avais encore des notions de morse et nous aurions peut être pu tenir une discussion comme ça, ou par messages sur le bloc note du téléphone... Le.. La gueule de bois ne me fait pas avoir les plus brillantes idées du monde. Le mieux à faire, c'est de faire comme si il ne s'était rien passé de plus ici. Je suis certaine que personne ne nous dira quoi que ce soit.

Je disais tout cela en terminant d'enfiler ce qui me restait à enfiler. Après ma bourde, je ne comptais plus trop sur la douche que je désirais tant et préférai retrouver mon chez-moi au plus vite.

- Et on le verra bien assez tôt. On est bien lundi, demain ?
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: The day after [Ft. Garance]   

The day after [Ft. Garance]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Astrophel City :: Saten District :: Quartier résidentiel-