AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
avatars manga ☆ rp libre ☆ combats au rendez-vous ☆ venez participer ! on est gentils (⦿ ‿ ⦿)
Le PDG de la X-TREM Factory entretiendrait une relation des plus intenses avec sa vice-présidente. On espère que ce n’est pas cette affaire qui a distrait l’ancien Phoenix de son travail et qui a entraîné un manque de sécurité lors de la dernière conférence de presse de l’entreprise où à eu lieu une explosion causant la mort d’un de ses haut-gradés...
Le mystérieux « Mist » dont l’apparition soudaine a récemment secoué la ville serait en fait une association de trolls désoeuvrés voulant profiter de la panique des récents attentats pour gagner plus de popularité sur les réseaux sociaux.
Il paraîtrait que le fondateur de la ville Edward Astrophel aurait été le descendant direct de Diogène, le philosophe grec qui vivait dans un tonneau. Incroyable !
les rumeurs



Partagez | 
I got 99 problems, but you ain't one. ❞ (ninallen)
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Citoyens
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t560-normal-is-a-myth-ninahttp://astrophelcity.forumactif.org/t574-be-careful-with-that-one-love-ninahttp://astrophelcity.forumactif.org/t851-history-has-its-eyes-on-you-rps
Date d'inscription : 29/07/2017
Messages : 91
Dollars : 105
Crédits : rom bb my love jtm
Citoyens
MessageSujet: I got 99 problems, but you ain't one. ❞ (ninallen)   Mar 10 Oct - 1:06


• • • 99 problems
NINA X ALLEN

Nina ne tenait plus en place. C'était toujours le cas quand on lui réservait des surprises, mais cette fois-ci plus que d'habitude.

C'était surtout qu'elle avait passé une après-midi entière à répéter les mêmes pas de danse, à se faire hurler dessus pour les mêmes erreurs, à ne recevoir aucun encouragement si ce n'était le très sec « tu as intérêt à mettre plus de coeur à l'ouvrage demain » qui voulait dire « on en trouvera une meilleure que toi si tu continues à faire de la merde ».
Autant dire que Nina était au bout de sa vie, pleine de colère et de haine contre le monde qui semblait se retourner contre elle depuis qu'elle avait quitté sa précieuse ville des anges.

Alors quand elle avait trouvé cette jolie enveloppe cacheté des initiales « C.W. » sur le meuble de l'entrée, toute trace de déception occasionnée par les événements qui étaient survenus s'effaça. Elle poussa un petit cri qui dut certainement s'entendre dans toute la villa, et se dépêcha de déchirer le papier pour découvrir une invitation à un gala dont elle ne daigna même pas regarder le nom, accompagné d'une petite note écrite à la main par Claude Weilbourg elle-même.

« Chère Christiana,
Je serai en ville ce soir. Accepte s'il te plaît cette invitation, je serais très heureuse de t'avoir à mes côtés ce soir.
C.W. »

Elle se mordit la lèvre pour éviter de se mettre à hurler et s'empressa de sortir son iPhone pour appeler sa belle-mère, qui eut sa réaction en direct.

CLAUDEBonjour Christiana, as-tu reçu ma lettre ? Excuse-moi de te l'avoir envoyée aussi tard mais j'avais complètement omis cet événement et-

NINAOui oui oui ! S'il te plaît, emmène-moi avec toi ce soir !

Elle entendit le rire clair de la luxembourgeoise pendant qu'elle montait les escaliers quatre à quatre, et commença à lui raconter une partie de son après-midi (omettant volontairement celle où elle avait manqué de pleurer dans les toilettes avant de se ressaisir) tout en fouillant dans sa penderie à la recherche d'une robe appropriée pour l'occasion.
Mais en vérité elle s'en fichait de quelle occasion il pouvait s'agir.
Elle avait juste besoin de sortir de sa nouvelle vie, le temps d'une soirée. Et redevenir une petite fille qui mettait des robes de princesses.

NINAPapa sera là ?

CLAUDEJe suis désolée ma chérie. Il devait, mais il est sur une affaire qui lui prend tout son temps.

Ses épaules s'affaissèrent, mais elle garda la face. Ce n'était pas comme si elle espérait l'y voir de toute manière.

NINATu viens me chercher à huit heures ?

CLAUDEHuit heures précises. À ce soir.

─ X ─


Claude avait passé le trajet à lui montrer ses photos de vacances, suscitant chez sa belle-fille une envie irrépressible de revenir en Europe peut-être faire une croisière cette fois, avec comme seule compagnie la nouvelle femme de son père. Elles avaient beau ne se voir que quelques jours par an, Nina s'était toujours sentie très proche de Claude, ce qui était étonnant vu l'affection qu'elle portait à son père, et son tempérament quelque peu possessif lorsque l'on s'approchait des êtres qui lui étaient chers.

La villa dans laquelle elles avaient été conviées n'était pas bien différent de ce qu'elle avait déjà eu l'occasion de voir. C'était même moins impressionnant, étant donné qu'elle avait déjà connu le beau monde qui donnait des réceptions dans les châteaux du Pays-de-Galle. Ca n'en restait pas moins splendide, surtout pour Nina qui avait toujours été fascinée par ce monde qu'était la noblesse européenne.
Ce n'était pas quelque chose qu'ils connaissaient, les américains.

Et il y avait tellement de gens déconnectés de ce qu'il se passait en dehors de leur cercle, qu'elle avait fini par se faire à l'idée qu'ici personne ne la connaissait. Pour ceux qui connaissaient déjà Claude, elle n'était rien d'autre que « la fille du riche avocat qui avait épousé la Weilbourg » et cela s'arrêtait là. Elle adorait n'être qu'une jeune fille parmi d'autres, dans une toilette impeccable et tirée par quatre épingles, mais juste le temps d'une soirée. Ce n'était pas un monde qui l'attirait, elle était simplement fascinée.

Elle passa la première partie de la soirée à suivre Claude, qui insistait pour lui présenter les membres de sa famille qui avaient fait tout le chemin depuis les quatre coins des Etats-Unis pour l'anniversaire de leur hôte -un oncle éloigné, qui n'était pas plus vieux que Nina, ce qui était bien étrange à ses yeux mais elle avait appris avec les années que l'arbre généalogique de sa belle-mère défiait les fondements de la logique- et finit par se séparer d'elle au moment où elle s'arrêta pour prendre un verre.

On lui servit du champagne sans se soucier de son âge, et elle supposa donc qu'il s'agissait d'une soirée privée et qu'elle n'était par conséquent pas hors-la-loi. Elle demanda une seconde coupe qu'elle voulut tendre à Claude, mais elle était déjà loin lorsqu'elle se retourna, absorbée dans une conversation avec une cousine lointaine dont les longs cheveux roses disaient vaguement quelque chose à la Van der Rohe. Elle haussa les épaules et déambula entre les invités, à la recherche de quelqu'un à qui parler.

Elle croisa plusieurs filles et garçons d'à peu près son âge, avec qui elle n'eut aucun mal à engager la conversation. Plusieurs fois pendant ses entrevues, elle croisa le regard d'un garçon, un peu plus loin dans la pièce, qui n'aurait pas autant attiré son attention si elle n'avait pas cette étrange sensation de déjà-vu. Elle chercha au fin fond de sa mémoire, et au bout de trois, quatre éhanges de regards plus insistants que les autres, les souvenirs lui revinrent.

Nina s'excusa auprès de ses interlocuteurs et prit congé, accélérant le pas pour ne pas perdre la trace du mystérieux garçon ausx yeux bleus qu'elle associait aux souvenirs d'une vie qui lui semblait maintenant si loin. Ses deux coupes de champagne à la main, elle finit par se retrouver devant lui.
Au lieu de faire celle qui était surprise -alors qu'elle l'était défintivement- elle préféra se la « jouer Roxane », comme elle aimait le dire.

NINAAllen Blackburn… si j'avais su que tu me suivrais jusqu'en Amérique je serais restée en Europe.

Elle n'osait pas compter le nombre d'années qui les séparaient de leur dernière rencontre, mais une chose était sûre ; ça faisait longtemps.


NINA VAN DER ROHE you deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. you deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. holding your hand, not holding you back.
Persona
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 10/09/2017
Messages : 48
Dollars : 33
Crédits : moi-même
Persona
MessageSujet: Re: I got 99 problems, but you ain't one. ❞ (ninallen)   Jeu 11 Jan - 13:47

I got 99 problems
but you ain't one
et ces moments où l'on s'évadait, le sourire aux lèvres ; ces moments où l'on était encore pleinement enfants, un peu comme maintenant
ALLEN&NINA
T'étouffes.
C'est fou ce que ce genre de soirées peuvent te faire chier ; et encore, ce serait un euphémisme – et ne saisirait pas l'essence-même de ce que tu ressens, là, maintenant, tout de suite. Plus que t'ennuyer, tu étouffes ; tu ressens la nécessité de prendre tes jambes à ton cou, de bouger, tellement. Tu n'arrives toujours pas à comprendre ce qui passe par l'esprit de ta mère quand elle t'emmène avec elle à ce genre de galas ; elle qui est une femme si réfléchie, pour qui tout est calculé, qui ne laisse rien au hasard, elle qui connaît sans doute le dossier médical de son fils par cœur mais qui trouve tout de même judicieux de l'emmener dans un endroit où tenue correcte et calme sont exigés.
Pour un hyperactif.
Incapable de se concentrer plus de cinq minutes.
Tu ne sais pas bien si elle est stupide, cruelle, têtue ou juste naïve. Pour être honnête, tu penches pour son obsession à vouloir faire de toi le fils parfait, et peut-être un peu aussi, sa cruauté passive. Qui le devient un peu moins pour s'exprimer clairement quand tu enchaînes beaucoup trop de conneries en une seule semaine.
C'est ça ; cette sortie, c'est une sanction. Nécessairement.
Et malgré tout ce que tu peux dire ou même penser, tu es incapable de lui causer du tort intentionnellement. Lui casser les pieds, titiller ses nerfs, oui ; mais foutre en l'air son apparence de parfaite femme d'affaire, classe et respectée, pendant une soirée réunissant un taux hallucinant de milliardaires au mètre carré ? Jamais. Alors tu essaies, sincèrement ; tu luttes pour ne pas bouger dans tous les sens, te racler la gorge et écouter ce qui se dit autour de toi – quand on ne te parle pas directement, et ce de choses dont tu n'as strictement rien à faire. Alors, les études ? Mon fils, ici présent, est major de sa promo le saviez-vous ? Oui, nous sommes si fier de lui...
Tu t'en branles.
Simplifions les choses ainsi.
Et puis, il y a ce petit arrière goût désagréable que tu tentes d'ignorer, déjà assez accablé de sentiments négatifs que tu es ; la culpabilité. Parce que tu pourras faire tous les efforts du monde, toi, tu ne seras jamais excellent à l'école, tu n'occuperas jamais de fonctions importantes, tu ne seras jamais la fierté de ta mère. Et de ton père, n'en parlons même pas ; il faudrait qu'il commence par se souvenir de ton existence. Tu te protèges comme tu peux, sans doute, en camouflant ce désamour de soi et cette culpabilité en la renvoyant sur les visages de tes géniteurs ; c'est de leur faute, ils devraient te donner plus, te montrer que tu as de l'importance pour eux. Ils devraient chercher autre chose que de la simple fierté ; et regardez, après tout, n'es-tu pas là, continuellement, à chercher à les énerver, à les décevoir ?
Pourquoi t'es incapable de trancher ? De saisir cette occasion pour affirmer une bonne fois pour toutes que t'es qu'un petit con et qu'elle devrait te laisser à la maison, cette mère qui te zappe au bout de cinq minutes ?
Parce qu'elle a pris la peine de t'amener avec toi ? Pour voir son sourire quand elle te présente à des inconnus dont tu te moques complètement ?
Mais ça compense pas l'ennui, l'accablement que tu ressens à être enfermé ici, telle un animal sauvage dans une petite boîte. Ça t'empêche juste de t'enfuir, de faire une connerie. Ce genre de choses.
Et encore ; pour combien de temps ? T'en sais trop rien.
Tu passes de visages en visages, sans réussir à accrocher ton attention nulle part, te mets à taper du pied pour te reprendre, lances des regards criant de désespoir à ta mère – parce que tu es un vrai livre ouvert – qui est trop occupée pour t'accorder l'intérêt que tu espères. Mais ce n'est pas comme si cela changeait réellement ; l'inverse relève quasiment de l'exception, dernièrement.

T'étouffes.
On en revient toujours au même point. Alors tu laisses ton regard dériver quand finalement, tu n'arrives juste plus à te forcer ; tu tapes des doigts des rythmes lents et mortels qui reflètent bien ce que cette soirée a comme effet sur ta personne. Et puis au milieu de la foule incertaine et inintéressante, entre les sourires faux et les tentatives de communication avec toi qui échouent, tu aperçois un visage étrangement familier. Sans douce cela contribue-t-il à te requinquer quelque peu, cherchant à situer ce visage-là ; mais l'on peut dire aussi que cela contribue à ce que tu ignores définitivement les autres.
Tu ne t'es jamais vraiment senti à l'aise avec les gens de ta classe sociale, tout bêtement.
Sans compter que, par le passé, certaines personnes de ce milieu aux sourires hypocrites ont apprécié se jouer de ta naïveté, et que tu pardonnes difficilement ; mais ce n'est pas vraiment ce qui joue le plus, honnêtement.
Mais c'est sans importance ; non, il y a quelque chose de plus intéressant à portée de main, ce visage que tu sembles si bien connaître mais que tu n'arrives pas à...
Ah.
T'as ce sentiment de plaisir immense à ce souvenir de cette petite fille rousse aux sourires éclatants, qui semblait éloigner les nuages mornes de l'ennui qui constituaient un véritable supplice, plus encore qu'à présent, à l'époque. Cette époque où ta vie se partageait encore plus qu'à présent avec le pays natal de ta mère, dans les grands manoirs familiaux aux peintures du siècle dernier et aux visages trop austères pour réellement t'attirer. Cette époque où une petite fille t'avait donné des rires et avec qui le temps semblait moins horriblement long et quasiment douloureux.
Nina.
Elle avait suffisamment marqué ton esprit pour que tu te souviennes assez vite d'elle, et surtout, pour que tu ressentes le désir ardent d'aller lui parler, comme si aujourd'hui encore, elle pourrait te sauver de cet enfer avec quelques jeux enfantins que vous partagiez. Alors tu lui lances des regards, observes qu'elle a remarqué ton existence ; tu attends. Chose incroyable s'il en est venant de toi, certes ; mais t'as du mal à venir vers elle, subitement saisi d'un doute. Parce que elle, contrairement à toi, semble parfaitement à l'aise dans ce décor, comme s'il avait été monté pour qu'elle puisse y évoluer. Alors que toi, tu veux juste courir super loin. Pour autant, tu te décides à ce que, si elle ne réagit pas d'ici cinq minutes montre en main – pourquoi t'as décidé ça déjà tu vas jamais survivre à cinq minutes – tu iras lui taper la discute, quitte à ce qu'elle soit occupée.
Y a des fois, t'as aucun respect.
Surtout quand t'es au bout de ta vie.
Et puis soudain, son regard plongé dans le tien semble changer, et tu la vois s'adresser à ses comparses pour s'en éloigner. Un sourire vient poindre sur tes lèvres et tu poses le verre dont tu t'étais saisi quelques minutes plus tôt pour meubler, faire quelque chose, n'importe quoi, et dans lequel tu as à peine trempé les lèvres. Tu cherches rapidement ta mère des yeux pour l'observer plus loin et fais mine de t'en rapprocher quand, du coin de l'œil tu aperçois la silhouette de la rouquine. Elle finit par se placer bien devant toi avec ses deux coupes et te regardas fièrement, ce à quoi tu te contentas de répondre en haussant un sourcil. « Allen Blackburn… si j'avais su que tu me suivrais jusqu'en Amérique je serais restée en Europe. » Tu écarquillas les yeux avant de te mettre à rire, parce que c'était incongru, et aussi et surtout, sans nul doute, parce que le bol d'air frais qu'elle t'apportait par son apparition te faisait un peu péter un câble. Globalement. « Je pourrai dire la même chose de toi, attends ton prénom entier c'est quoi... Bah. Nina. Je suis originaire d'Astrophel, tu sais, rien d'étonnant à ce que tu me croises dans ma ville natale. » Un sourire malicieux dans lequel brillait une lueur de moquerie, de jeu ; t'avais trouvé de quoi passer un peu le temps, sans souffrir de son passage. « Du coup, on peut dire que c'est toi qui m'a suivie, non ? » Tu ne pouvais pas te départir de ton sourire ; t'avais envie de lui poser mille et unes questions pour être honnête, mais tu savais pas bien par où commencer. Ça va ? Tu fais quoi de ta vie ? Tu fais quoi ici ? Tu connais l'organisateur de la soirée ? Ça va ??? Et ta famille ? Et tes amis ? Et tout le reste ? Et vraiment, comment ça va ??? On va dire que « comment ça va » étant récurent dans ta tête t'allais sans doute commencer par là. « Comment ça va depuis le temps ? » T'as envie de l'assommer de questions, vraiment. Mais t'as trouvé un bon début, disons.




randomly saying:
 
Citoyens
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t560-normal-is-a-myth-ninahttp://astrophelcity.forumactif.org/t574-be-careful-with-that-one-love-ninahttp://astrophelcity.forumactif.org/t851-history-has-its-eyes-on-you-rps
Date d'inscription : 29/07/2017
Messages : 91
Dollars : 105
Crédits : rom bb my love jtm
Citoyens
MessageSujet: Re: I got 99 problems, but you ain't one. ❞ (ninallen)   Mer 17 Jan - 19:52


• • • 99 problems
NINA X ALLEN

C'était compliqué de la jouer Roxane trop longtemps, alors Nina abandonna bien vite. Ses yeux se plissèrent, légèrement, comme chaque fois qu'elle était profondément excitée, et les commissures de ses lèvres se relevèrent dans un sourire qui en disait bien plus que tous les mots du monde.
Et il devrait se contenter de ça, parce qu'elle ne comptait pas le lui dire, Nina.

NINAChristiana. Ah, ça fait bizarre de le dire, ça m'était jamais arrivé ! Et non, parce que contrairement au mien, ton nom n'est pas marqué sur le programme télé.

Qu'est ce qu'elle en savait ? Pas grand chose, elle ne lisait pas le programme télé. Elle n'était même pas sûre de ce qu'elle avançait, mais ça non plus il n'avait pas besoin de le savoir. Sans se départir de son sourire, elle le détailla du regard, à la recherche de ce qui avait changé. Et puis elle préféra le faire dans l'autre sens, parce qu'elle s'en fichait bien de savoir combien de centimètres il avait pris, de combien de grammes avait augmenté sa masse musculaire, et de comment la puberté avait modifié sa voix. Elle préférait de loin constater que la lueur taquine dans son regard demeurait la même que dans son souvenir, qu'il ne tenait toujours pas en place et qu'elle était toujours aussi heureuse de le voir.

NINAC'est vrai que ça commence à faire longtemps, tu sais que j'ai failli pas te reconnaître ?

Elle avait délibérément omis la réponse à sa question, car elle manquait un peu de force pour lui mentir. Même si elle l'aurait fait naturellement devant quelqu'un d'autre, elle avait le sentiment que cette fois ce serait différent.
Peut-être parce que pour une fois, il se souciait vraiment si elle allait bien ou pas.
Nina tendit à son interlocuteur sa deuxième coupe de champagne, bien qu'elle ignorait si sa mère l'autorisait à le faire. Elle savait que la sienne n'en avait rien à faire tant qu'aucun appareil n'était tourné sur elle. Manquerait plus que Camila passe pour une mère indigne.

NINAÀ nos retrouvailles ! ❞ Elle le leva pour trinquer. ❝ Qu'est ce que tu deviens, toi ? Il paraît que les gens bien deviennent des super-héros... mais vu que c'est pas ton cas, suis-je en présence d'un futur super-villain ?

La it-girl porta son verre à ses lèvres et dissimula son sourire derrière les bulles. Puis, voyant la mine perplexe de son compagnon, haussa les épaules dramatiquement.

NINAOn va pas se mentir, t'es quand même celui qui m'a appris à fuguer alors que je savais à peine marcher !

Bon, elle exagérait peut-être. Ce n'était pas si loin que ça, ils devaient bien avoir pas loin de dix ans, la première fois qu'ils avaient joué ensemble. Mais il n'empêche qu'elle lui devait une fière chandelle, au petit Allen de ses séjours annuels, pour lui avoir appris à faire le mur sans se faire attraper par son père et sa belle-mère.


NINA VAN DER ROHE you deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. you deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. holding your hand, not holding you back.
Persona
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 10/09/2017
Messages : 48
Dollars : 33
Crédits : moi-même
Persona
MessageSujet: Re: I got 99 problems, but you ain't one. ❞ (ninallen)   Jeu 14 Juin - 17:25

I got 99 problems
but you ain't one
et ces moments où l'on s'évadait, le sourire aux lèvres ; ces moments où l'on était encore pleinement enfants, un peu comme maintenant
ALLEN&NINA
Nina. Nina et son regard pétillant, sa chevelure rousse et ses rires aisés. Nina. Nina et les escapades, les souvenirs d'enfants, les bouffées d'air frais. Ca te fait tout drôle de la revoir, en vrai. T'es extatique, surexcité, plus encore que d'habitude ; en même temps, t'as l'impression d'un trou dans la réalité. Comme si les souvenirs s'étaient faufilés jusqu'à toi pour creuser la membrane du réel et te montrer son visage, là, au milieu de ce décor que tu trouves morne. C'est bizarre, mais pas dans une appréciation négative du terme. Juste… Etrange. Parce qu'en fait, t'as jamais ressenti un truc comme de la nostalgie, et là, c'est typiquement ce que tu ressens. Ca et la joie de la revoir, évidemment.
Alors ce sourire qui ne te quitte - presque - jamais n'en est que plus éclatant. Tu la détailles, parce que t'es incapable de rester inactif une seconde ; pour autant tu réfléchis même pas aux différences ni aux ressemblances ni - à rien. Tout ce qui te traverse l'esprit, c'est qu'elle a l'air d'aller bien ; ça, et le fait qu'elle semblait parfaitement à l'aise. Mais ce songe-là, tu l'as déjà formulé, donc ça sert à rien.  « Christiana. Ah, ça fait bizarre de le dire, ça m'était jamais arrivé ! Et non, parce que contrairement au mien, ton nom n'est pas marqué sur le programme télé. » Ton sourire ne te quitte pas tandis que tu hausses un sourcil. « Sur un programme télé ? » Depuis combien de temps t'as pas regardé ces trucs… Bon, après, t'as bien envie d'arguer un truc ultra puéril du genre "ouais mais mon nom à moi il est écrit en gros en ville", mais déjà ce n'est que partiellement vrai, et en suite cela reviendrait à affirmer fièrement ta filiation.
Or c'est mauvais pour ton image de crise adolescente.
En plus t'es même pas fier de ta filiation. En fait t'as aucun avis sur elle. Il est juste con ton paternel, voilà.
Oh puis merde.
« C'est vrai que ça commence à faire longtemps, tu sais que j'ai failli pas te reconnaître ? » Oh que oui, ça fait longtemps. Raison qui te pousse encore plus à vouloir savoir comment elle va, tout ça tout ça ; pour autant tu attends toujours une réponse. Mais honnêtement ? Tu t'appesantis pas (tout de suite) sur ça, même si un truc te dis que cette phrase a quelque chose de maladroit. Mais t'as une concentration merveilleusement aiguë alors évidemment, tu captes pas son évitement de dernière seconde. Tu plisses juste les yeux, puis laisses s'échapper un rire ; « ouais, j'imagine. Par contre toi t'es facile à reconnaître, à part que, euh... » Tu la désignes vaguement de la main, cherchant tes mots. « Qu'il est évident que t'as plus sept ans. » Tu lui lances un regard amusé ; honnêtement, faut pas s'attendre à ce que tu la complimentes longuement sur son apparence. T'es sans doute un peu trop à l'ouest pour ça, et ensuite, même si c'était pas le cas, t'es trop motivé à la charrier. Puis elle te tend une coupe de champagne - qu'elle tenait à la main depuis un moment, non ? - et tu arques un sourcil avant de t'en saisir. « Thanks' » La vérité, c'est que ta mère t'interdit formellement de voir tout ce qui contient de l'alcool. Elle doit penser qu'avec ton hyperactivité, ce serait à peu près comme balancer une bombe nucléaire mais - oh, un jour elle comprendra que t'as plus cinq ans. En fait, t'as même déjà bu, donc fuck it. « À nos retrouvailles ! » Tu trinques de bonne grâce, une lueur clairement amusée - et absorbé, que tu es - dans le regard. « Qu'est ce que tu deviens, toi ? Il paraît que les gens bien deviennent des super-héros... mais vu que c'est pas ton cas, suis-je en présence d'un futur super-villain ? » Pendant une seconde, le karma te remercie pour ton éducation ; si tu avais bu à cet instant, t'aurais, genre, tout recraché.
Violemment.
A la place t'as un hoquet de surprise puis un rire t'échappe, mais celui-ci est clairement nerveux. C'est insupportable, parce que tu devrais pouvoir faire abstraction de ce détail, mais t'en est incapable de façon spontanée. « Je suis à Persona en fait. Mauvaise pioche. » Ce qui n'explique pas ta réaction un peu étrange mais qu'importe. « Il se trouve que je suis quelqu'un de très bien, très chère. Et toi ? Cette histoire de programme télé, c'est genre… Sérieux ? » Répétons-le, mais tu ne regardes pas souvent la télévision.




randomly saying:
 
Citoyens
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t560-normal-is-a-myth-ninahttp://astrophelcity.forumactif.org/t574-be-careful-with-that-one-love-ninahttp://astrophelcity.forumactif.org/t851-history-has-its-eyes-on-you-rps
Date d'inscription : 29/07/2017
Messages : 91
Dollars : 105
Crédits : rom bb my love jtm
Citoyens
MessageSujet: Re: I got 99 problems, but you ain't one. ❞ (ninallen)   Lun 18 Juin - 9:54


• • • 99 problems
NINA X ALLEN

Nina eut un léger mouvement de froncement de sourcils, au moment où elle reçut la réponse d'Allen, et ne put s'empêcher de lâcher une remarque un peu sarcastique. Elle qui pensait avoir fait une blague marrante.

NINAExcuse-nous, Superboy...

Elle n'y connaissait pas grand chose à ce qu'il se passait ici, seulement que quatre sponsors se faisaient la guerre -deux agences de super-héros et deux de super-villains- et s'était contentée d'apprendre dans quelle catégorie se rangeait chacun d'eux. La différence entre Persona et X-Trem Factory, ou celle entre Carvel&Son et Farfallina, elle n'en avait aucune idée.

Toutefois, Allen rebondit sur sa remarque et Nina retrouva le sourire en constatant qu'il avait bien compris sa petite plaisanterie.

NINAVa falloir sortir un peu de ta grotte, toi !

Elle se permit d'éclater de rire, non pas parce qu'elle se trouvait exceptionnellement drôle mais pour montrer que non, elle n'était pas prétentieuse comme ça.

NINAÇa fait des années que je suis payée pour exposer ma vie aux yeux de... bah toute la planète, pour peu qu'ils s'abonnent aux bonnes chaînes.

Nina se mit à réfléchir, en essayant de retrouver lesquelles diffusaient son programme, mais réalisa qu'elle n'en avait aucune idée puisqu'elle n'allumait jamais la télé.

NINAQu'est-ce que tu deviens, depuis le temps ?

Et puisqu'elle avait compris que son vieux copain était toujours aussi long à la détente, elle précisa.

NINALa famille, les amis, les amours ?

Oui parce que c'était un peut tout ce qui intéressait Nina dans l'immédiat, et elle n'allait pas vraiment s'en cacher -ce n'était pas son genre.


NINA VAN DER ROHE you deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. you deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. holding your hand, not holding you back.
Persona
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 10/09/2017
Messages : 48
Dollars : 33
Crédits : moi-même
Persona
MessageSujet: Re: I got 99 problems, but you ain't one. ❞ (ninallen)   Jeu 19 Juil - 18:29

I got 99 problems
but you ain't one
et ces moments où l'on s'évadait, le sourire aux lèvres ; ces moments où l'on était encore pleinement enfants, un peu comme maintenant
ALLEN&NINA
Est-ce qu'elle boude ? Tu penses ça une seconde ; juste une seconde avant que ce songe s'évapore (tout s'évapore super vite aussi, dans ta tête). Pourtant ses paroles semblent converger vers une interprétation pareille ; elle boude, ou une connerie comme ça. Pas que t'en prennes nécessairement note ; tu préfères poursuivre sur ta lancée et oh, honnêtement, en savoir plus sur Nina est sans doute bien plus passionnant que d'expliquer ton comportement ou le sien. Vous êtes tellement nuls. Son sourire de retour sur son faciès tu fronces les sourcils ; elle semble s'amuser de tes propos, et c'est pas que ça te vexe, mais tu comprends pas bien ce qu'il y a d'amusant. « Va falloir sortir un peu de ta grotte, toi ! » Tu comprends toujours pas. Ta tête se penche légèrement et tes sourcils se froncent un peu plus, alors tu lui jettes un regard interrogatif. Elle rit et tu captes bien que c'est pas méchant, mais tu comprends juste pas, et tu te sens bien con (tu l'es). T'as bien hâte d'une plus ample explication, comme ça tu pourras rire de sa blagounette également. « Ça fait des années que je suis payée pour exposer ma vie aux yeux de... bah toute la planète, pour peu qu'ils s'abonnent aux bonnes chaînes. »

Quoi ?
Tes yeux s'écarquillent et la fixent avec encore moins de compréhension que précédemment si c'est possible ; un milliard de questions à peu près t'explosent à la tête et tout ce qui t'échappe est un vague « quoi ? » d'une éloquence hors du commun. En même temps, ça te semble surréaliste, pendant une seconde ; qui paierait pour voir le quotidien d'autres gens ? Ils ont déjà le leur non ? Alors, vaguement, tu te souviens de l'existence de ces programmes appelés télé-réalités auxquels tu n'as jamais porté la moindre importance, et ta bouche finit par s'ouvrir tel un poisson hors de l'eau en manque d'oxygène.
Là, c'est en manque d'explications, ou de logique (la tienne), ou d'intérêt au minimum.
« Qu'est-ce que tu deviens, depuis le temps ? La famille, les amis, les amours ? »
Ah merde, elle parle. Tu te reconcentres (à peu près) sur ses propos, toujours en quête d'explication dans un recoin de ta tête - e qui reste d'à peu près cohérent et logique - sur son mode de vie. « Euuuh ouais ça va, maman est chiante au possible depuis l'accident, j'ai des potes, ma meilleure amie pète le feu, papa est con et j'ai jamais été amoureux de ma vie. » As-tu seulement fait attention à tes propos ? « Mais attends, ton programme là, c'est quoi l'intérêt ? Je veux dire, le prends pas mal ou quoi mais… Tu fais quoi ? Tu vis juste ? Et les gens, ça les passionnent ? » T'es pas méchant juste un peu con ; tu piges pas bien le kiffe que les gens peuvent bien y prendre, voilà tout. Mais si ça marche, c'est que ça doit plaire non ? Et elle, dans tout ça ? « Et toi t'aimes ça ? » Après tout, c'est tout ce qui compte dans le fond ; toi, t'y arriverais pas, devoir être filmé en permanence et laisser les autres voir ton intimité (tes blessures exposées), t'aurais horreur de ça.




randomly saying:
 
Citoyens
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t560-normal-is-a-myth-ninahttp://astrophelcity.forumactif.org/t574-be-careful-with-that-one-love-ninahttp://astrophelcity.forumactif.org/t851-history-has-its-eyes-on-you-rps
Date d'inscription : 29/07/2017
Messages : 91
Dollars : 105
Crédits : rom bb my love jtm
Citoyens
MessageSujet: Re: I got 99 problems, but you ain't one. ❞ (ninallen)   Dim 22 Juil - 10:38


• • • 99 problems
NINA X ALLEN

Nina leva les yeux au ciel mais eut un sourire amusé.
Il avait toujours été un peu bête Allen mais au fond c'était ça qu'elle aimait bien chez lui.
Nina lui expliqua en quoi consistait son programme -une télé-réalité où elle était payée pour juste exposer son mode de vie en exagérant ce qui était susceptible d'attirer de l'auditoire. Comme des disputes, de l'argent dépensé pour rien.
Ce genre de choses.

Et elle ne sut pas bien si c'était la faute de l'alcool à jeun, ou si c'était seulement Allen qui faisait ça ; mais Nina parla sans filtre, et elle ne s'en voulut même pas après, de s'exposer comme elle venait de le faire.

NINANon, j'aime pas ça.

Elle se tourna vers Allen, et pendant un instant une lueur de tristesse passa dans ses yeux bleus. Celle qui arrivait toujours quand elle en venait à penser qu'une partie de sa vie dépendait de quelque chose qu'elle ne supportait plus.
Mais elle n'avait pas le choix, Nina -parce que pour réaliser ses rêves elle a appris qu'il était nécessaire de faire quelques sacrifices.

NINAMais chez moi aussi momma est chiante au possible alors bon, on fait avec.

Nina posa son verre sur un plateau qui passait par là -décidant que cela suffisait comme ça les bêtises- et désigna la porte latérale qui menait au jardin.

NINAOn va dehors ? C'est un peu étouffant par ici.

Sans attendre de réelle réponse d'Allen -c'était comme ça également quand ils étaient petits- la it-girl enroula son bras autour du sien et le poussa jusqu'à la sortie. En passant, elle adressa un signe peu discret à sa belle-mère qui hocha élégamment la tête, pour lui faire comprendre qu'elle avait compris que la Van der Rohe ne s'était pas sauvée en cours de soirée.

NINAT'as toujours pas réglé tes daddy issues, Allen ?

Puis elle se mit à rire, Nina, loin de la foule et des lumières. Il n'y avait rien pour les éclairer à part de petits lampadaires et la lune. Mais cela suffisait à Nina qui commençait à saturer des projecteurs inutiles.

NINAJ'plaisante. Enfin, juste à moitié, tu sais bien. Elle fit une pause. Et puis c'est normal, on en a tous.

C'était quelque chose qui allait souvent de pair avec la célébrité et ils pouvaient être plusieurs à en témoigner.


NINA VAN DER ROHE you deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. you deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. holding your hand, not holding you back.
Persona
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 10/09/2017
Messages : 48
Dollars : 33
Crédits : moi-même
Persona
MessageSujet: Re: I got 99 problems, but you ain't one. ❞ (ninallen)   Mer 8 Aoû - 22:09

I got 99 problems
but you ain't one
et ces moments où l'on s'évadait, le sourire aux lèvres ; ces moments où l'on était encore pleinement enfants, un peu comme maintenant
ALLEN&NINA
Peut-être qu'en fait, tu regardes juste plus suffisamment la télévision pour avoir le moindre avis. Et pour être à jour sur ce qui est à la mode dans les petits écrans. Alors ce que fait Nina comme boulot, nécessairement, tu le comprends pas. Mais tu sais, Nina, elle te connaît ; elle t'accepte comme ça, aussi. Nina elle est beaucoup trop bien pour ce monde. Les souvenirs d'enfants guident un peu tes pensées - t'es pas objectif quand t'aimes les gens - et t'as pas besoin de l'avoir retrouvée depuis des mois pour ressentir cette bouffée de gratitude.
Nina, elle te juge pas.
Peut-être parce qu'elle ne voit pas encore ce qu'il y a à juger ?
Elle est patiente, t'explique l'intérêt de ce genre de programmes - tu comprends toujours pas, mais chacun son trip - et semble s'amuser de ta candeur. Tu t'en offusques pas vraiment, c'est sûr que tu dois avoir l'air passablement con, surtout pour elle qui évolue dedans. « Non, j'aime pas ça » Et là, le drame. T'y voyais pas d'intérêt sincèrement, mais ça n'avait pas pour autant une connotation négative dans ton esprit ; pourtant ces simples petits mots, cette phrase si courte, si innocente - ces paroles ravagent un instant ta capacité d'acceptation. Tu comprends pas, bien plus intensément que précédemment ; pourquoi devrait-elle se soumettre à un truc qu'elle aime pas ? T'es un gamin né avec une cuillère en platine dans la bouche - toi, les boulots alimentaires, les obligations de la vie, tu connais pas. T'es déconnecté de cette réalité-là, bien plus habitué que tu ne le réalises à obtenir tout ce que tu souhaites. Tes impératifs à toi, ils sont liés à ta santé - à la vie chargée de parents quasiment inexistants. On t'impose rien - la vie t'interdit.
Alors tu comprends pas. Tu comprends pas son regard si triste, et ça te déchire un instant les entrailles. Tu comprends pas pourquoi elle semble soudain si lasse, si fatiguée - comme si les sanglots restaient tout au fond de son regard azuré. Le bleu de ses yeux les noie, ses sanglots, ses silences, et tout ce qu'elle devait garder pour elle - tout ce qu'elle cache derrière un j'aime pas ça.
Tu t'y attendais pas - mais ça te fait terriblement mal.
Parce que quand les gens que tu aimes ont mal, toi aussi.
« Mais chez moi aussi momma est chiante au possible alors bon, on fait avec » Et d'un battement de cil tout est dissipé, comme si elle n'était pas si triste un instant avant. Ton cœur à toi suit difficilement son masque, et t'arrives juste à te mordre la lèvre ; en fait, après réflexion, t'as même un petit rire. Il est pas vraiment amusé ce rire, pas vraiment joyeux, pas vraiment vif non plus. Il est un peu perdu ce rire, compatissant. « On s'comprend. » Tu crois ? T'espère. Tous les ado ont des problèmes avec leurs parents, pas vrai ? Il faut juste voir à quel point ils diffèrent. La tienne t'étouffe quand tu voudrais juste qu'elle soit présente ; et Nina ? Est-ce que c'est vraiment prudent d'aborder ce sujet…? Et si ça la blessait ?
Comme pour confirmer tes craintes, tu vois très vite qu'elle semble avoir perdu de son énergie, et t'as une pointe de culpabilité. Tu penses pas non plus en être la cause, mais finalement, elle était peut-être bien plus joyeuse avec les autres - les gens comme elle, plus que comme toi. Tu détestes penser comme ça. « On va dehors ? C'est un peu étouffant par ici. » Tu lances un regard à la porte qu'elle t'indique, et avant même que tu réagisses, tu sens ton bras pris en otage. Un léger rire t'échappe, nouvelle réminiscence de vos souvenirs d'enfants. On perd pas les habitudes, malgré les années, pas vrai ? « Tu m'enlèves les mots de la bouche. » Presque un soupire, un murmure ; elle l'a sans doute entendu, auquel cas tu pourras le tourner en dérision. Ouais, t'étouffes. Et elle est ton grand bol d'air, en cet instant. Quand sur le passage, elle fait un geste, tu ne peux t'empêcher de jeter un coup d'œil ; tu ne reconnais personne, mais tu imagines bien qu'elle donnait une indication à quelqu'un qui l'accompagnait. Ou quelqu'un qui l'attendrait. (et toi, tu fais quoi avec ta mère ? Tu vas te contenter de l'ignorer ?)
ah, l'adolescence.
« T'as toujours pas réglé tes daddy issues, Allen ? » AH. CASH. Elle est comme ça Nina ah ouais. Là, d'habitude, tu enverrais ton interlocuteur sur les roses. Pourtant, en cet instant, t'as pas envie. T'as pas envie d'esquiver le sujet et t'as pas envie de te fermer. Peut-être parce que c'est elle, ou parce qu'elle t'a parlé, parce qu'elle t'a offert ce regard - et tu doutes sincèrement qu'elle le porte souvent - et - tu sais pas. T'as juste un rire nerveux, un peu forcé et plutôt équivoque. « Ouaah direct les sujets sensibles, tu fais pas semblant toi. » Mais elle s'en offusque pas, elle rit et le tien nerveux devient sincère, se joint à elle. T'es à l'aise. Comme deux enfants. « J'plaisante. Enfin, juste à moitié, tu sais bien. Et puis c'est normal, on en a tous » On en a tous. Triste constat. Ton regard se baisse et les reflets de la lune dessinent de jolis motifs sur le sol, à travers les buissons non loin de vous. On en a tous. « C'est con hein ? » T'as un soupire, un haussement d'épaule ; un rire. « J'imagine que y a des problèmes partout. T'as envie d'en parler ? » Coup d'œil, question tacite. Des tiens ? Tu te racles la gorge ; voilà la jeune dorée, celle oubliée dans un coin, qui prend la poussière et se fige dans de faux sourires de circonstance. « J'arrive pas à me sortir de mes daddy issues perso, j'avoue. Mais comment tu veux faire hein ? Quand, enfin… » Quand c'est ton père. « Quand il est pas là au pire moment. » Ta voix se brise et tu réalises - ça, tu l'as jamais dit à personne. Pas même à Charly.
(C'que t'es déprimant pauvre enfant.)




randomly saying:
 
Citoyens
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t560-normal-is-a-myth-ninahttp://astrophelcity.forumactif.org/t574-be-careful-with-that-one-love-ninahttp://astrophelcity.forumactif.org/t851-history-has-its-eyes-on-you-rps
Date d'inscription : 29/07/2017
Messages : 91
Dollars : 105
Crédits : rom bb my love jtm
Citoyens
MessageSujet: Re: I got 99 problems, but you ain't one. ❞ (ninallen)   Mer 15 Aoû - 20:51


• • • 99 problems
NINA X ALLEN

Nina vit la panique envahir l'océan des yeux d'Allen et ne put s'empêcher de sourire un peu plus à sa petite plaisanterie - qui n'en était pas vraiment une.
Elle ne se rendait pas bien compte, Nina, des problèmes que les gens comme Allen - les bienheureux, les optimistes, les enthousiastes - pouvaient bien avoir dans leur vie. C'est pourquoi elle ne fut pas affectée par la peine sous-jacente qui s'installa tout autour de son ami.

NINANon, ça va.

Elle allait toujours bien, Nina. Même quand elle clamait haut et fort que ça n'allait pas - ses problèmes à elle, c'en était jamais des vrais.
Qu'est-ce que c'était qu'un cœur brisé, quand il y avait des gens qui n'avaient même pas de cœur ?
Elle avait lu ça sur Twitter un jour, après que sa rupture avec un de ses copains ait été rendue publique. On se remet d'un cœur brisé - par contre une transplantation qui foire ça c'est autre chose.

NINAOu le meilleur aussi ?

Elle leva enfin les yeux vers Allen. Ça aussi, ça compte ?
Mais ça question lui parut bien futile quand elle vit dans ses yeux ce qu'il ne lui disait pas. Nina s'arrêta, tira sur le bras qu'elle tenait avec le sien, pour attirer son attention.

NINAAllen.

Un long silence s'installa, pendant lequel elle sentit bien qu'il pesait le pour et le contre - vas-tu me le dire, ou pas ?

NINAQu'est-ce que tu veux dire ?

Elle réalisa alors qu'il y avait bien des choses sur lui qu'elle ne connaissait pas. Son Allen, c'était le rayon de soleil des contrées pluvieuses d'outre-Atlantique. La petite boule d'énergie qui ne tenait pas en place - toujours pas, visiblement. Ça n'avait jamais été ce garçon avec ce quelque chose de douloureux au fond des yeux.

Elle ne pensait pas que la conversation prendrait une telle tournure, elle qui n'avait jamais réellement fait face aux problèmes qu'elle évoquait. Elle qui avait toujours pris ça à la légère - pour éviter d'avoir à afficher ce visage-là devant les gens.

NINAC'est quoi le "pire", Allen ?

C'est quoi ton pire à toi ?

Elle lui tapota l'avant-bras et désigna le banc en pierre à quelques mètres d'eux, un peu dans la pénombre qui leur permettait d'être tranquilles. Elle le tira avec elle, le força à s'asseoir en premier et resta debout devant lui.

NINAOn est plus des enfants.

Si tu savais, Nina.

Les "conversations de grands" qu'ils écoutaient à peine dans le passé avait du sens maintenant ; et même si elle n'était pas sûre de vouloir les comprendre, c'était le cas et il n'y avait rien qu'elle puisse y faire.

NINATu peux m'en parler. Je comprendrai.


NINA VAN DER ROHE you deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. you deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. holding your hand, not holding you back.
Persona
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 10/09/2017
Messages : 48
Dollars : 33
Crédits : moi-même
Persona
MessageSujet: Re: I got 99 problems, but you ain't one. ❞ (ninallen)   Lun 20 Aoû - 11:05

I got 99 problems
but you ain't one
et ces moments où l'on s'évadait, le sourire aux lèvres ; ces moments où l'on était encore pleinement enfants, un peu comme maintenant
ALLEN&NINA
Quel imbécile. Tu savais bien que la soirée ne serait pas tip-top - tu as horreur de ce genre de soirées - mais revoir Nina avait considérablement égaillé un programme morose. Et pourtant… tu trouves le moyen de rendre vos retrouvailles déprimantes.
Vraiment, Allen ?
Quel imbécile.
Tu te sens con - et douloureux -, à ne pas retenir les paroles, les regards. Mais t’es comme ça, pas vrai ? Un vrai livre ouvert (un coeur exposé). Nina, elle a le sourire, la moquerie, le regard amusé ; toi soleil maladroit, tu vacilles bien trop. Pourquoi ? Tu peux pas juste redevenir ce mioche trop insouciant ?
Pourquoi avec elle t’y arrives pas ? (parce que tu t’es laissé aller à l’honnêteté, peut-être)
Ca déborde ; de tous les côtés ton coeur sature, et tous les silences (les cris que personne n’entend) t’étouffent. C’est bizarre ; tu les as jamais vraiment retenus, mais aujourd’hui… aujourd’hui, on te demande de parler.
Nina te demande de parler.
« C’est quoi le “pire”, Allen ? »
Bordel, ça fait mal ; ça te brûle la gorge, les lèvres, mais aucun son ne sort. Tu veux pas parler, au fond ; t’étais bien là, avec Nina, insouciants tous les deux. T’étais bien, et voilà que tu fous tout ça en l’air. Ton regard se baisse - t’as honte, tu caches comme tu peux - et croise sa main sur ton bras. Alors, par réflexe, tu suis son mouvement et te laisses faire - mais tu te laisse toujours faire, si c’est par Nina.
« On est plus des enfants. »
Toi, tu l’es toujours. Tu sais pas grandir, tu veux pas ; pourquoi on veut que tu sois grand ?
Pourquoi vous les avez, ces discussions de grandes personnes ? Vous pouvez pas retourner à cette époque, dis ?
« Tu peux m’en parler. Je comprendrai. »
T’aimerais bien comprendre toi-même, pour commencer. Tu la regardes, hésitant et peut-être un peu craintif. Elle comprendra ? Oui bien sûr, t’as confiance en elle - une confiance absolue, aussi bien due à ta nature naïve qu’à l’attachement (déjà déraisonné) que tu voues à la concernée. C’est pas elle qui te fait te mordre la lèvre - c’est ton coeur qui fait mal. « C’est pas vraiment... » important. Bien sûr que si, c’est important. Un soupire passe le seuil de tes lèvres ; c’est pourtant pas si difficile, si ? « Un accident. » Un malheureux accident. « Un type ivre qui m’a renversé et… enfin… On s’en fout. Mais mes parents… papa n’est pas venu me voir une seule fois. Même si j’ai failli crever - j’dois pas vraiment compter. » Haussement d’épaule faussement désinvolte - parce que ça fait excessivement mal, en vrai. Et ton regard, lui, ne ment pas. « Enfin, j’parle aux fours micro-ondes depuis. » Rire, dire n’importe quoi, c’est subitement vital ; parce que t’as mal, tu flippes, te noies. Quand bien même derrière un propos absurde se cache un crâne brisé.




randomly saying:
 
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: I got 99 problems, but you ain't one. ❞ (ninallen)   

I got 99 problems, but you ain't one. ❞ (ninallen)
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Astrophel City :: Nahuel District :: Résidences-