AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
avatars manga ☆ rp libre ☆ combats au rendez-vous ☆ venez participer ! on est gentils (⦿ ‿ ⦿)
Le PDG de la X-TREM Factory entretiendrait une relation des plus intenses avec sa vice-présidente. On espère que ce n’est pas cette affaire qui a distrait l’ancien Phoenix de son travail et qui a entraîné un manque de sécurité lors de la dernière conférence de presse de l’entreprise où à eu lieu une explosion causant la mort d’un de ses haut-gradés...
Le mystérieux « Mist » dont l’apparition soudaine a récemment secoué la ville serait en fait une association de trolls désoeuvrés voulant profiter de la panique des récents attentats pour gagner plus de popularité sur les réseaux sociaux.
Il paraîtrait que le fondateur de la ville Edward Astrophel aurait été le descendant direct de Diogène, le philosophe grec qui vivait dans un tonneau. Incroyable !
les rumeurs



Partagez | 
beginning of your real life // leo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Persona (formation)
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 10/09/2017
Messages : 55
Dollars : 39
Crédits : moi-même
Persona (formation)
MessageSujet: beginning of your real life // leo   Mer 27 Sep - 13:35

beginning of your real life
There's a moment in your bones when the fire takes over ; blood is running, heart is pumping, as the battle gets closer. Ooh, they can say what they want now. Ooh, 'cause we'll be screaming out.
ALLEN&LEO
Adam pousse un soupire de ravissement et tu lui lances un regard moqueur. Tu pourrais faire l'effort de te montrer compatissant – après tout, vous êtes dans le même bateau – mais ce serait particulièrement hypocrite dans la mesure où tu ne « compatis » justement pas. Contrairement à lui, qui a particulièrement hâte de finir le boulot, tu pourrais tout lâcher pour aller faire un marathon. Mais en même temps, tu es rarement assez épuisé, pendant tes heures de travail, pour ne pas être en forme pour faire un marathon. Pour dire vrai, tu songes même à demander plus d'heures, puisque tu as et le temps et l'énergie suffisante. Faudrait juste que ta mère n'y voit pas d'inconvénient... et c'est là que les choses deviennent compliquées.

Le Oz Coffee est bien calme, dans ce moment d'accalmie, alors qu'une vague de client quitte les lieux pour retourner à leur derniers achats de la journée. Les samedis sont souvent agités et blindés de monde, et c'est précisément la raison pour laquelle tu les aimes particulièrement. Dans ces moments-là, tu n'es pas obligé de te concentrer, de réfléchir posément, tu peux juste agir, bouger. Ce dont tu as besoin. Alors non, tu ne peux pas « compatir » à Adam, puisque tu n'es pas tant là pour gagner ta vie – ta mère s'en occupe – que pour te défouler, te vider l'esprit, et ce utilement. C'est la seule activité qui te permette de le faire sans risquer ta peau – ça et la batterie. Quoiqu'elle comportait, fut un temps, des cours avec un professeur, ce qui rendait moitié moins bien l'intérêt d'une telle pratique au niveau de sa capacité d'échappatoire. Dur d'oublier qu'on a des problèmes de concentration quand même chez soi, les difficultés d'apprentissage nous poursuivent...

Alors ouais, t'es de bonne humeur. Adam va faire sa pause après que tu l'y ais gentiment invité, et tu retournes à ta tâche. Tu débarrasses quelques tables, prends une, deux nouvelles commandes, un sourire toujours accroché à tes lèvres. C'est au bout d'une dizaine de minutes qu'Adam revient, une odeur de tabac très légère qui te fait plisser les yeux. Alors, quand vous arrivez au comptoir au même instant, tu te racles la gorge et lui lance un regard en coin. « J'croyais que t'essayais d'arrêter ? Ta copine va pas être conteeente. » Le sourire qui vient poindre sur tes lèvres illustre le ton moqueur et non réprobateur de ta voix, et il pousse un nouveau soupire après un vague sourire hésitant. « J'y arrive pas. J'ai pourtant multiplié les patchs mais... enfin, si on a pas la volonté, rien ne marche, pas vrai ? » La volonté. Tu penches la tête, prends une petite seconde à songer à la question, hausses les épaules. « Ouais sans doute ». Peut-être que la volonté peut tout changer... chez toi, elle a su se montrer efficace – parfois. Tu tournes les talons, retournes à ton job.

La porte s'ouvre une énième fois, alors que ton regard se porte à ta montre. Dans un quart d'heure, t'as fini. Il n'est pas satisfait, le soupire qui franchit tes lèvres – ni la grimace qui tire tes traits. Si seulement ta mère te faisait un peu plus confiance... à défaut de te donner un peu plus d'attention. T'as pas envie de rentrer, parce que tu le sais, chez toi, rien ne t'attend. La télévision, la batterie, et peut-être même ton téléphone si Charlie est disponible – mais c'est tout ? La solitude y est écrasante, alors non, tu n'as pas envie de rentrer. Il faudrait que tu trouves une idée... n'importe quoi...

C'est sans le voir réellement que tu salues le visage familier qui s'approche. Tu lui indiques une table, un sourire plus vague aux lèvres, et tu t'apprêtes à tourner les talons. Sauf que c'est en te retournant que cela fait tilte, et tu te retrouves à faire une superbe pirouette pour relever la tête et cligner violemment des yeux. « Leo ? » Ce n'est pourtant pas le type qui passe le plus inaperçu au monde.
Mais t'étais concentré OK. Enfin non, vu que t'es incapable de te concentrer – ou presque. Disons que tu étais dans la lune et que tu pensais à trop de choses à la fois, ce qui n'est jamais bon afin de prêter attention à ce qui nous entoure. Cela comprend les grands types mâtes à l'air légèrement patibulaire. Pas que tu ressens la moindre crainte en réalisant qui te fait face ; la preuve en est que ton sourire s'accentue et que t'es de nouveau de bonne humeur. « Salut ! T'es tout seul ? Tu veux une table ? » C'est un peu con comme question ; non non, il vient prendre en photo les plantes en décoration. C'est sa grande passion dans la vie. « J'ai fini dans un quart d'heure, tu veux que je te rejoigne après ? » T'en sais rien, s'il est tout seul et qu'il est – par un heureux hasard – venu pour te voir, c'est toujours bien de proposer.




randomly saying:
 
Mist
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t555-namaste-bitches-leohttp://astrophelcity.forumactif.org/t581-too-late-to-die-young-leo-rs
Date d'inscription : 25/05/2016
Messages : 84
Dollars : 110
Crédits : Meeramour pour l'ava ♥
Mist
MessageSujet: Re: beginning of your real life // leo   Mer 30 Mai - 9:57

Leo hésita.

Il était déterminé, pourtant - prêt à tout pour envoyer les enfoirés qui avaient causé la mort de ses parents adoptifs pourrir entre quatre murs, ou à défaut quatre planches. Tout pour les ruiner comme eux l’avaient ruiné. Oh et, Leo pourrait faire n’importe quoi pour les Devils - sa nouvelle famille - ou pour sauver un chaton. Ouais, finalement, ce mec cachait bien son jeu ; derrière sa mine désintéressée h24 brûlait quelque chose de sacré. Comment appeler cette flamme autour de laquelle il s’était recroquevillé ? Une chose est sûre :
Quand il avait décidé quelque chose, c’était pas son style de s’arrêter.
Quelque part, heureusement qu’il se laissait flotter en règle générale.

Pourtant, c’est ce même Leo qui marqua un temps d’arrêt devant ce café on ne peut plus banal. Il leva un regard morne vers l’insigne en se demandant, à sa propre surprise, s’il faisait bien. Mais c’était trop tard. Les badauds ne savaient pas, mais lui si ; lui avait vu le lancer de dés.
Il baissa la tête et affaissa les épaules en soupirant, se frotta l’arrière de la tête d’un geste nonchalant en gardant l’autre main dans la poche de sa veste.
Quelle plaie, bordel. Il aurait dû rester chez lui avec son chat.

Finalement, le musicien se décida à franchir le pas. Il ne lui faut pas longtemps pour repérer sa cible : un gamin coiffé à la dynamite qui s’agite partout comme un feu follet, ça ne passe pas inaperçu. Surtout quand ledit gamin vogue de table en table en tenue de serveur. Leo approcha de sa démarche lascive sans quitter Allen des yeux, en se demandant tout de même si celui-ci allait le remarquer. Il avait l’air particulièrement absorbé par son travail.
Bientôt, le plus jeune lui donna raison en le saluant machinalement et en le guidant en mode automatique. Leo laissa faire sans relever ; il serait beaucoup plus marrant de chronométrer combien de temps Allen mettrait à tilter.

L’adolescent ne mit pas si longtemps, Leo n’était même pas encore assis lorsqu’il fit volte-face en l'appelant par son prénom. “Pas trop tôt” répliqua le brun avec sa flegme habituelle tout en s’installant. Le sourire qu’Allen lui adressa aurait presque pu le faire culpabiliser. Presque ? Allez savoir ; parfois Leo n’était pas sûr de ses propres émotions. Parfois il aimerait être un chien pour ne plus avoir à se poser de questions.

Le garçon l’assomme de questions et d’informations, ce qui amuse intérieurement Leo. C’était toujours le bordel, avec cet énergumène. Il s’éparpillait partout dans une explosion d’énergie. Parfois cela fatiguait le vieil ours qu’il était, cependant il commençait à s’habituer.
N’empêche, Allen se dépensait inutilement parfois. Leo serait accompagné s’il n’était pas seul. Il ne se serait pas assis s’il ne désirait pas une table. Et surtout, il savait déjà à quel heure son ami terminait - mais ça, Allen ne devait jamais l’apprendre.
Le tatoueur hocha la tête en signe d’assentiment, puis ajouta “Apporte du gâteau avec toi, tu me dois bien ça pour m’avoir ignoré.” C’était pour le taquiner plus qu’autre chose, Allen le devinerait sans doute ; il était toujours comme ça, Leo.

Un bon quart d’heure plus tard, le Blackburn s’installa en face de lui. Leo, qui était posé menton dans la paume à observer la ville par la baie vitrée, tourna le regard vers lui. “Le service s’est bien passé ?” demanda-t-il sans avoir l’air d’y toucher. Autant commencer par prendre des nouvelles.




Fan clubs & autres :
 
Persona (formation)
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 10/09/2017
Messages : 55
Dollars : 39
Crédits : moi-même
Persona (formation)
MessageSujet: Re: beginning of your real life // leo   Jeu 14 Juin - 18:06

beginning of your real life
There's a moment in your bones when the fire takes over ; blood is running, heart is pumping, as the battle gets closer. Ooh, they can say what they want now. Ooh, 'cause we'll be screaming out.
ALLEN&LEO
« Pas trop tôt. » Oopsie. T'es un peu con. Ou plutôt, tu ne prends pas assez le temps de réfléchir ; ce qui est parfaitement logique par ailleurs. Dans l'absolu, tu es difficilement capable de prendre le temps de réfléchir. Par chance, ton ami ne semble pas s'en offenser - en même temps il sait que t'es co- pas capable de réfléchir -, ni être particulièrement étonné par ailleurs. Tu lui jettes un sourire d'excuse et te frottes l'arrière du crâne. Au vu de la réaction de ton acolyte, tu te dis que tu devrais te calmer sur les questions ; puis que tu devrais comprendre les choses par toi-même, aussi. Difficile pour quelqu'un d'aussi peu subtile que toi, qui aime qu'on dise les choses clairement par ailleurs. Leo se contente de hocher la tête et un nouveau sourire vient illuminer ton visage ; oh hell yes, tu vas peut-être pas vivre cette fin de service comme un supplice. « Apporte du gâteau avec toi, tu me dois bien ça pour m’avoir ignoré. » Tu recules un peu et lances un  « chef oui chef ! encore désolé chef ! » et pars d'un rire vers les cuisines. Il n'y a pas grand monde heureusement, donc tu ne te fais même pas gronder par le manager. Trop bien.

Et wow ce que le temps passe vite quand on a un TDAH. T'étais à peine en train de saluer Leo que t'as déjà fini le boulot. Et vu le monde qu'il y a, le boss ne te demande même pas de faire d'heures sup' - en même temps tu sais pas si t'aurais accepté, s'il l'avait fait. T'aimes pas spécialement faire attendre les gens, toi qui sait combien l'attente peut être un calvaire. Tu te changes rapidement dans les vestiaires, lances des salutations et tapes le dos de Adam au passage, lui qui te lances un regard envieux. « Courage mec, ça va l'faire. » Lui pousse un énième soupire et quelques chamailleries plus tard, tu rejoins enfin ton ami, armé d'une boîte pleine de mille-feuilles à l'intérieur. Tu t'installes plus ou moins correctement - moins que plus, mais c'est du détail - avant d'ouvrir la boîte et la pousser vers le centre de la table. « J'espère que t'aimes ça, j'ai pas pu récup' autre chose. » Toi t'aimes bien les mille-feuilles, en tout cas. Tu t'en prends même un, le tout en poussant un peu la boîte vers Leo, avant de l'écouter s'adresser à nouveau à toi. « Le service s’est bien passé ? » Les politesses. Tu croques dans ton gâteau avant de lui répondre - pas la bouche pleine évidemment, c'est étonnant mais t'as un minimum d'éducation. « Ouaip. On a pas eu de clients casse-pied aujourd'hui. En fait, c'était plutôt calme quand j'ai pris mon service, et j'ai pas forcément trouvé ça très éreintant. » Rien de spécialement étonnant, quand bien même beaucoup de monde était passé un peu plus tôt. « Après il en faut beaucoup pour m'épuiser... » Tu l'admets. « Et toi, comment ça va ? Que me vaut ce plaisir ? » Tu lui lances un regard amusé, un sourire lumineux ; ouais t'es content qu'il soit là.




randomly saying:
 
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: beginning of your real life // leo   

beginning of your real life // leo
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Astrophel City :: Haylen District :: Commerces-