AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
avatars mangas ☆ rp libre ☆ mini-events réguliers ☆ combats au rendez-vous ☆ venez participer ! on est gentils (⦿ ‿ ⦿)
Le PDG de la X-TREM Factory entretiendrait une relation des plus intenses avec sa vice-présidente. On espère que ce n’est pas cette affaire qui a distrait l’ancien Phoenix de son travail et qui a entraîné un manque de sécurité lors de la dernière conférence de presse de l’entreprise où à eu lieu une explosion causant la mort d’un de ses haut-gradés...
Le mystérieux « Mist » dont l’apparition soudaine a récemment secoué la ville serait en fait une association de trolls désoeuvrés voulant profiter de la panique des récents attentats pour gagner plus de popularité sur les réseaux sociaux.
Il paraîtrait que le fondateur de la ville Edward Astrophel aurait été le descendant direct de Diogène, le philosophe grec qui vivait dans un tonneau. Incroyable !
les rumeurs



Partagez | 
beginning of your real life // leo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Persona
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 10/09/2017
Messages : 10
Dollars : 10
Crédits : moi-même
Persona
MessageSujet: beginning of your real life // leo   Mer 27 Sep - 13:35

beginning of your real life
There's a moment in your bones when the fire takes over ; blood is running, heart is pumping, as the battle gets closer. Ooh, they can say what they want now. Ooh, 'cause we'll be screaming out.
ALLEN&LEO
Adam pousse un soupire de ravissement et tu lui lances un regard moqueur. Tu pourrais faire l'effort de te montrer compatissant – après tout, vous êtes dans le même bateau – mais ce serait particulièrement hypocrite dans la mesure où tu ne « compatis » justement pas. Contrairement à lui, qui a particulièrement hâte de finir le boulot, tu pourrais tout lâcher pour aller faire un marathon. Mais en même temps, tu es rarement assez épuisé, pendant tes heures de travail, pour ne pas être en forme pour faire un marathon. Pour dire vrai, tu songes même à demander plus d'heures, puisque tu as et le temps et l'énergie suffisante. Faudrait juste que ta mère n'y voit pas d'inconvénient... et c'est là que les choses deviennent compliquées.

Le Oz Coffee est bien calme, dans ce moment d'accalmie, alors qu'une vague de client quitte les lieux pour retourner à leur derniers achats de la journée. Les samedis sont souvent agités et blindés de monde, et c'est précisément la raison pour laquelle tu les aimes particulièrement. Dans ces moments-là, tu n'es pas obligé de te concentrer, de réfléchir posément, tu peux juste agir, bouger. Ce dont tu as besoin. Alors non, tu ne peux pas « compatir » à Adam, puisque tu n'es pas tant là pour gagner ta vie – ta mère s'en occupe – que pour te défouler, te vider l'esprit, et ce utilement. C'est la seule activité qui te permette de le faire sans risquer ta peau – ça et la batterie. Quoiqu'elle comportait, fut un temps, des cours avec un professeur, ce qui rendait moitié moins bien l'intérêt d'une telle pratique au niveau de sa capacité d'échappatoire. Dur d'oublier qu'on a des problèmes de concentration quand même chez soi, les difficultés d'apprentissage nous poursuivent...

Alors ouais, t'es de bonne humeur. Adam va faire sa pause après que tu l'y ais gentiment invité, et tu retournes à ta tâche. Tu débarrasses quelques tables, prends une, deux nouvelles commandes, un sourire toujours accroché à tes lèvres. C'est au bout d'une dizaine de minutes qu'Adam revient, une odeur de tabac très légère qui te fait plisser les yeux. Alors, quand vous arrivez au comptoir au même instant, tu te racles la gorge et lui lance un regard en coin. « J'croyais que t'essayais d'arrêter ? Ta copine va pas être conteeente. » Le sourire qui vient poindre sur tes lèvres illustre le ton moqueur et non réprobateur de ta voix, et il pousse un nouveau soupire après un vague sourire hésitant. « J'y arrive pas. J'ai pourtant multiplié les patchs mais... enfin, si on a pas la volonté, rien ne marche, pas vrai ? » La volonté. Tu penches la tête, prends une petite seconde à songer à la question, hausses les épaules. « Ouais sans doute ». Peut-être que la volonté peut tout changer... chez toi, elle a su se montrer efficace – parfois. Tu tournes les talons, retournes à ton job.

La porte s'ouvre une énième fois, alors que ton regard se porte à ta montre. Dans un quart d'heure, t'as fini. Il n'est pas satisfait, le soupire qui franchit tes lèvres – ni la grimace qui tire tes traits. Si seulement ta mère te faisait un peu plus confiance... à défaut de te donner un peu plus d'attention. T'as pas envie de rentrer, parce que tu le sais, chez toi, rien ne t'attend. La télévision, la batterie, et peut-être même ton téléphone si Charlie est disponible – mais c'est tout ? La solitude y est écrasante, alors non, tu n'as pas envie de rentrer. Il faudrait que tu trouves une idée... n'importe quoi...

C'est sans le voir réellement que tu salues le visage familier qui s'approche. Tu lui indiques une table, un sourire plus vague aux lèvres, et tu t'apprêtes à tourner les talons. Sauf que c'est en te retournant que cela fait tilte, et tu te retrouves à faire une superbe pirouette pour relever la tête et cligner violemment des yeux. « Leo ? » Ce n'est pourtant pas le type qui passe le plus inaperçu au monde.
Mais t'étais concentré OK. Enfin non, vu que t'es incapable de te concentrer – ou presque. Disons que tu étais dans la lune et que tu pensais à trop de choses à la fois, ce qui n'est jamais bon afin de prêter attention à ce qui nous entoure. Cela comprend les grands types mâtes à l'air légèrement patibulaire. Pas que tu ressens la moindre crainte en réalisant qui te fait face ; la preuve en est que ton sourire s'accentue et que t'es de nouveau de bonne humeur. « Salut ! T'es tout seul ? Tu veux une table ? » C'est un peu con comme question ; non non, il vient prendre en photo les plantes en décoration. C'est sa grande passion dans la vie. « J'ai fini dans un quart d'heure, tu veux que je te rejoigne après ? » T'en sais rien, s'il est tout seul et qu'il est – par un heureux hasard – venu pour te voir, c'est toujours bien de proposer.




randomly saying:
 
beginning of your real life // leo
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Astrophel City :: Haylen District :: Commerces-