AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
avatars manga ☆ rp libre ☆ combats au rendez-vous ☆ venez participer ! on est gentils (⦿ ‿ ⦿)
Le PDG de la X-TREM Factory entretiendrait une relation des plus intenses avec sa vice-présidente. On espère que ce n’est pas cette affaire qui a distrait l’ancien Phoenix de son travail et qui a entraîné un manque de sécurité lors de la dernière conférence de presse de l’entreprise où à eu lieu une explosion causant la mort d’un de ses haut-gradés...
Le mystérieux « Mist » dont l’apparition soudaine a récemment secoué la ville serait en fait une association de trolls désoeuvrés voulant profiter de la panique des récents attentats pour gagner plus de popularité sur les réseaux sociaux.
Il paraîtrait que le fondateur de la ville Edward Astrophel aurait été le descendant direct de Diogène, le philosophe grec qui vivait dans un tonneau. Incroyable !
les rumeurs



Partagez | 
Those who pretend to be strong, never really are » Heileen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Mini-BN
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t65-those-who-pretend-to-be-strong-never-really-are-heileenhttp://astrophelcity.forumactif.org/t95-kind-heart-brave-mind-fierce-spirit-heileen-rs
Date d'inscription : 17/08/2015
Messages : 549
Dollars : 291
Crédits : bunny
Mini-BN
MessageSujet: Those who pretend to be strong, never really are » Heileen   Mar 18 Aoû - 0:34

Heileen Sylvia Blauereiss
Her walk is like a shot of whisky.
Neat and strong, and full of purpose.

ft. Makise Kurisu ((Steins;Gate))
Nom Blauereiss
Prénom(s) Heileen, Sylvia
Âge 27 ans
Surnoms Hei, Heily, lieutenant
Orientation sexuelle hétéro
Groupe civils
Ce qu'il pense de la situation à Astrophel ne s'intéresse pas vraiment aux histoires de super-héros et super-vilains, mais aimerait que la ville soit plus calme.
Métier lieutenant de police (Nahuel district)
Nationalité américaine



Taille 1m69
Poids 57 kg
Cheveux bruns auburn
Yeux bleus
Particularités physiques //

And so many underestimate her punch.
Caractère

La première chose que vous apprendrez d'elle, c'est sa force.


Heileen n'a pas peur, n'a jamais eu peur. Quand elle était gosse elle se baladait sans souci la nuit, s'imaginait vaincre les créatures de l'ombre, et injuriait les orages parce qu'ils l'empêchaient de dormir. Aujourd'hui ? C'est à peu près la même, en moins théâtral sans doute. Le mot impossible ne fait toujours pas partie de son vocabulaire, elle est d'une bravoure à faire pâlir le plus preux des chevaliers et n'hésite pas à frapper ou à engueuler ceux qui lui cassent les pieds ou manquent de respect à quiconque. Son courage semble sans faille. C'est tout à son honneur, me direz-vous. Seulement il arrive que ce culot propre à la jeune femme ne se transforme en témérité, notamment quand elle s'en prend à des types pesant deux fois son poids. Pour sa défense, elle est tellement impulsive que ses réactions surviennent avant qu'elle n'ait le temps de réfléchir à leurs conséquences. De plus elle n'est pas du genre à prendre en compte le danger qu'ils peuvent représenter, car une fois lancée dans quelque chose elle a du mal à s'arrêter. La brune est pleine de détermination, ce qui la rend parfois très insistante. La faire démordre d'une idée n'est pas facile : il faut être doué en argumentation, car c'est la seule manière de la faire changer d'avis. Lorsqu'on y parvient, elle sait admettre ses fautes et s'excuser lorsque c'est nécessaire – à contre-cœur, certes, mais c'est mieux que rien.

Heileen a donc un côté vilain barbare, qui explose son poing sur la table en gueulant dès que quelque chose ne lui convient pas. Et si ça ne suffit pas à calmer ses nerfs, elle n'hésitera pas à frapper directement la personne qui l'irrite le plus sur le coup. Vous l'aurez compris, c'est une râleuse confirmée avec des penchants pour la violence. Elle s’agace de tout et de rien : d’un objet qui tombe sans son accord aux gens trop paresseux, en passant par la météo. Il ne se passe pas une journée sans qu’on ne l’entende prononcer un juron. C’est devenu si naturel que ses collègues ont décidé d’instaurer une taxe, dont chaque membre de l’équipe doit s’affranchir quand il commet un écart de langage. Certes ils y laissent aussi de la monnaie, mais le jeu en vaut la chandelle car à elle seule, la Blauereiss leur permet de se payer un petit déjeuner régulièrement. Cela dit, le quart du temps, elle ne râle que pour la forme. La jeune femme a pris cette habitude, bien qu'elle passe du coup pour une ronchonne. Je vous assure que la différence se ressent pourtant, disons qu'il faut apprendre à la connaître pour s'en rendre compte.
Ce qu'il faut aussi savoir à son compte, c'est que Sylvia n'est jamais à la page. Elle lit ou regarde le journal régulièrement, mais à côté de ça, ne suit aucunement les tendances et n'y connaît rien en célébrités. Même les super-héros et super-vilains de la ville ne l'intéressent pas.

En bonne tête de mule qu'elle est, notre lieutenant est du genre à ne pas accepter l'aide des autres. Elle est, comme ces enfants qui veulent être traités comme les grands, trop fière pour admettre lorsqu'elle a besoin d'un coup de main. Quitte à se retrouver dans une situation critique. Cela est dû à son désir d'indépendance, qu'elle pousse beaucoup trop loin.
Elle n'est pas féminine. Pour en avoir la preuve demandez-lui donc de faire plusieurs choses à la fois en-dehors du travail, c'est la meilleure manière de l'embrouiller. Ayant grandi dans un milieu très masculin son degré d'élégance frôle le zéro absolu, autant dans ses manières que dans son parler. Mais si ce n'était que ça, ce ne serait pas bien grave ; le véritable souci, c'est qu'elle n'a pas non plus de délicatesse. Heileen n'a jamais eu beaucoup d'amis, ce manque d'expérience doublé à sa manière de trancher dans le lard font qu'elle est assez maladroite. Elle a un don pour les formulations qui portent à confusion, pour les réactions totalement HS, et donne souvent l'impression que les gens la blasent ou l'irritent plus qu'autre chose. En outre, fréquenter exclusivement des hommes l'a menée à oublier instinctivement ce qu'il peut se passer de plus que l'amitié entre les deux gentes, car elle ne l'a jamais réellement vécu. Ce n'est pas rare qu'elle fasse un câlin à un homme ou lui donne une tape amicale en oubliant que les hommes et les femmes sont différents.

Garçon manqué avec une tendance à l'obstination, il n'en fallait pas plus pour qu'Heileen soit autoritaire. Ou du moins, qu'elle se veuille comme tel. Parce que soyons réalistes, quand bien même la jeune femme sait se faire respecter, il y a toujours des gens pour y être insensibles. Ceux-là ont étrangement un don pour lui taper sur les nerfs. Mais au moins, avec ce caractère de cochon, ses camarades du poste de police – et surtout ses subordonnés – ont très rapidement appris à l'écouter. Le milieu policier est principalement composé d'hommes, au grand dam des femmes, cependant on ne peut pas dire qu'elle fasse tâche quand on la voit donner des instructions.
D'autre part, au boulot, la jeune femme ne fait pas partie de ceux qui se tuent à trimer – loin de là, car elle tient à avoir une vie – mais sait tout de même être sérieuse. Elle ne prend pas son poste avec légèreté, surtout qu'elle compte bien gravir les échelons dans l'avenir. À vrai dire, elle aurait tenté de devenir procureur si elle en avait eu les moyens, or ce n'est pas le cas. Elle se console en pensant qu'un lieutenant est plus souvent sur le terrain, dans le feu de l'action, ce qui lui convient mieux que de rester assise derrière un bureau. L'inactivité et l'ennui horrifient cette boule d'énergie, c'est en partie pour cela qu'elle aime les sports extrêmes et autres activités riches en sensations.

La dernière, sa faiblesse.



Heileen n'a jamais eu peur du noir, des fantômes ou des orages ? Ce n'est pas exact. Seulement, elle n'admettra jamais la vérité. La vérité, c'est que durant sa tendre enfance, elle a plus d'une fois étouffé ses pleurs et ses cris d'effroi dans son oreiller. Seulement elle a appris à surmonter ces terreurs très jeune par la force de sa volonté : son père rentrait tard à la maison éreinté par sa journée de labeur, alors elle ne voulait pas le réveiller en pleurant ou en le rejoignant dans son lit. Pour se faire, la brunette n'a pas eu d'autre choix que de s'endurcir. Pour pouvoir le matin venu saluer son père sans qu'il ne s'inquiète, et qu'il parte au travail l'esprit tranquille, elle n'a pas eu d'autre choix que de s'endurcir. Elle a toujours tout fait pour prouver, non seulement aux autres mais aussi à elle-même, qu'elle est capable de se débrouiller seule. Pour ne pas devenir un fardeau en s’appuyant sur quelqu'un. L'ironie là-dedans, c'est qu'elle n'hésite pas à aider les autres lorsqu'ils en ont besoin. Et sans forcément leur demander leur avis, car comme vous l'avez sans doute compris elle est du genre à s'imposer.

Heileen veut être forte, confiante, brave. Elle s'est habituée à vivre ainsi. Si c'est effectivement ainsi qu'on la perçoit, c'est parce qu'elle s'est bâti cette carapace au prix de grands efforts et de sacrifices. Grâce à eux, elle est capable de serrer les dents sans pleurer lorsqu'on lui balance des horreurs à la figure. Cependant s'interdire toute faiblesse ne suffit pas à les faire disparaître, alors elle les cache. Cela ne lui a jamais permis de réprimer sa phobie des araignées, malheureusement. Ni d'effacer ce sentiment d'instabilité qu'elle éprouve malgré elle à l'idée de toujours devoir se défendre et s'en sortir seule, sentiment qu'elle nie de toute son âme.
Aux premiers abords la demoiselle paraît irascible, mais c'est au fond une personne généreuse qui répond toujours présente lorsqu'on a besoin de soutien et amusante de par sa maladresse et sa répartie. Vous pouvez lui faire confiance, car elle est dotée d'un étonnant sens des responsabilités et d'une grande droiture d'esprit. Je vous l'assure, ne vous arrêtez pas à la mauvaise foi dont elle fait preuve quand elle a tort ou aux méthodes violentes qu'elle emploie parfois pour s'exprimer. Elle n'est pas devenue lieutenant pour faire ce qu'elle veut sous la couverture de ce titre, mais bien parce qu'elle aime l'ordre et la justice et ne supporte pas l'idée que des moins que rien puissent s'en sortir après les avoir troublés.
Histoire

• •


« Papa, tu ne m'as jamais parlé de maman. »

La petite fille était allongée sur son lit, prête à passer une bonne nuit de sommeil. Son père était venu lui souhaiter bonne nuit avant de rejoindre ses propres draps.
En entendant sa demande implicite, Ruben se figea. Il dirigea vers elle un regard très calme, mais qui lui fit regretter d'avoir ouvert la bouche, et finit de la border. Heileen avait alors huit ans, et une curiosité dévorante à l'esprit. Elle voyait ses camarades avec leurs mamans, les observait d'un air rêveur, s'interrogeait. N'avait jusqu'ici jamais eu le courage d'en parler avec son géniteur.

Sa mère était morte en la mettant au monde. Elle était physiquement très fragile, mais avait choisi de porter un enfant malgré les risques. La chance n'avait malheureusement pas été de leur côté sur ce point, en revanche l'enfant s'avéra robuste et plein d'énergie.
Le père, quant à lui, fut obligé de porter le deuil tout en élevant sa fille au mieux. Cela impliquait de travailler assez pour leur assurer un minimum de confort ; en tant que simple employé d'usine du district Hiawatha, il était pour cela obligé de partir tôt le matin et rentrer tard le soir. Heileen s'était donc souvent retrouvée seule à manger un plat instantané, ou chez un voisin lorsqu'on lui proposait. Mais la plupart du temps, quand elle ne voulait pas rester seule dans le petit appartement, elle se rendait au dojo de taekwondo que tenait son seul oncle. Il était tout proche, et Ruben avait plus d'une fois demandé à son beau-frère de récupérer la petite après l'école, s'y rendre était donc devenu un réflexe. C'est ainsi qu'elle s'est mise très jeune à apprendre cet art d'origine sud-coréenne.

L'homme lui sourit gentiment, puis se pencha pour déposer un baiser sur son front. « Je t'en parlerai, promis. Mais pour l'instant c'est l'heure de dormir ma puce. » Il faisait toujours comme si de rien n'était, pour ne pas l'inquiéter. À cette époque elle ne s'en était pas encore rendu compte.
Ils se dirent bonne nuit, puis la brunette le regarda quitter la pièce avec un pincement au cœur en le voyant traîner des pieds sous le poids de la fatigue. Elle était tout de même impatiente d'entendre des histoires sur ses parents – surtout sa maman, qu'elle ne connaissait pas.




Leur petite vie continua paisiblement, après que Ruben n'ait satisfait sa curiosité. Heileen grandit sans encombre, et devint inexorablement consciente des difficultés de son père. De là elle fournit un maximum d'efforts pour ne pas être une charge supplémentaire, pour cet homme qui faisait tout pour l'élever. Elle avait des notes respectables à l'école, se démenait seule à la maison, et tentait d'avoir une bonne conduite. Mais c'était plus facile à dire qu'à faire, car si dans le foyer tout se passait bien, le paternel a plus d'une fois vu les professeurs car son enfant était bagarreuse ou avait tendance à répondre.
Un jour, l'usine où travaillait son père fut rachetée par une autre entreprise. La première décision de celle-ci fut de modifier la structure, en plaçant une nouvelle personne à sa direction. Quelqu'un qui leur serait loyale, mais aussi moins scrupuleuse : très rapidement il suggéra à ses employés qu'ignorer quelques normes n'était pas grave, si cela leur permettait un meilleur bénéfice. En parallèle, il licencia quelques-uns de ses subordonnés et revit les salaires ainsi que quelques closes de contrats à la baisse. Les conditions de travail au sein de l'usine en furent affectées, l'ambiance se détériora et la sécurité des travailleurs ne fut plus aussi bien assurée.

Au bout de quelques mois passés dans ces conditions, le père d'Heileen se lança avec la majeure partie de ses collègues dans une grève, et manifestaient tous les jours en dénonçant les nouvelles conditions et les incitations frauduleuses. Avec autant de salariés absents de l'usine celle-ci ne pouvait pas tourner correctement, ils pensaient donc que le patron serait obligé de les écouter. Ils avaient même réussi à obtenir une assemblée entre les principaux membres de la manifestation et les supérieurs.

« Je suis contente que tu soies plus souvent à la maison, mais on s'en sortira financièrement ? »

Demanda Heileen sur un ton sérieux, avec des miettes de chips autour de la bouche. Ils étaient en train de s'adonner à l'un de leurs passe-temps favoris, regarder la télé tard le soir en mangeant tout ce qu'ils voulaient assis sur le canapé. Son père était plus présent depuis environ une semaine, autant en profiter.
Il ne fut pas surpris de l'entendre poser cette question : à seize ans elle avait déjà pris l'habitude de se comporter autant que possible en adulte. Il avait remarqué qu'elle faisait des efforts ces dernières années pour grandir vite. Cela ne le réjouissait pas forcément, cela dit.
Le papa sourit largement, avant de répondre. « Tout ira bien, va. Tu ferais mieux de te concentrer sur le film, sinon tu vas encore perdre le fil. » cette réflexion tira une moue boudeuse à la demoiselle, qui ne put cependant rester mécontente bien longtemps en entendant son père éclater de rire. Ne vivant que tous les deux ils étaient très proches, elle avait donc compris qu'il ne voulait pas qu'elle s'intéresse à des choses qui n'étaient selon lui pas de son âge.

Leur détente en famille fut interrompue lorsque le portable de Ruben vibra ; il se pencha vers la table basse, intrigué, et lut rapidement le sms. Tout aussi rapidement, son expression changea complètement. Heileen, surprise de le voir fixer l'écran lumineux avec un air effrayant, osa un regard indiscret. Mais tout ce qu'elle eut le temps de voir fut que le numéro était inconnu et qu'il s'agissait d'une invitation à le rejoindre à l'usine ; ensuite, l'écran se verrouilla automatiquement. Elle se sentit soudainement angoissée. Ce n'était rien de bien précis, mais justement, c'était suspect.
« Il se passe quoi ? »
Demanda-t-elle timidement. En entendant l'inquiétude dans sa voix, son géniteur s'empressa de lui adresser un sourire. Pour la rassurer, sans doute, or cela eut l'effet inverse : elle savait parfaitement déceler sa nervosité.

« Ce n'est rien, un ami qui me propose de le rejoindre. » il rangea son téléphone dans une poche de son jean, puis se leva. « Je vais m'absenter un moment. Tu as intérêt à te coucher tôt, sinon je vais te priver de dessert. » Cette fausse menace lui fit froncer les sourcils.
« Je suis plus une enfant, papa ! Si tu t'occupais de toi, plutôt ? Ne rentres pas trop tard, tu vas ressembler à un zombie demain. » Ce qui aurait été dommage, puisqu'il devait participer à la discussion avec les patrons, le lendemain.  
En adulte aussi mature qu'une adolescente, il répondit par une grimace (ça c'était au cas où vous vous demandez de qui Hei tient). « Ne t'en fais pas, je suis raisonnable moi. » La brunette pouffa ironiquement, mais fit mine de s'étouffer quand son père la fusilla du regard.
« Allez, je file. À tout à l'heure ma puce. » Il déposa un baiser sur le sommet de son crâne avant de s'éloigner. Elle l'entendit mettre ses chaussures et sa veste avant de sortir.

Durant ce laps de temps elle aurait pu l'arrêter. Lui parler de cette boule au ventre qui menaçait de lui gâcher la soirée. Heileen avait un bon instinct, et cette fois-ci il lui hurlait de ne pas laisser son père partir. Mais cette fois-ci uniquement, elle ne l'écouta pas.
Et cette fois-ci, son père ne rentra jamais.

Il s'était bel et bien rendu à l'usine, ce soir-là. Mais pour une raison étrange une partie très ciblée avait explosé, comme si c'était lui qui l'avait provoqué. Ou qu'on avait prévu qu'il serait présent à cet endroit et cet instant, précisément.
Sa fille, étant loin d'être idiote, comprit ce qu'il s'était passé : on avait mené le membre N°1 des manifestants à sa mort. Sans doute parce que toute cette commotion ne plaisait pas.
Quand elle se rendit compte que cette histoire passait inaperçue dans les médias, qu'à chaque fois ils insistaient sur la culpabilité de son géniteur, que la police semblait pressée de se débarrasser de cette affaire, et que tous les camarades de grève avaient subitement décidé de se remettre docilement au travail, ce fut encore plus clair. Le texto était de la part du directeur. Quelqu'un avec la capacité de tirer les ficelles dans l'ombre ; résultat, les rares personnes parlant du décédé ne faisaient que lui cracher sur le dos, car les médias leur avait retourné la cervelle et qu'il était incapable de se défendre. Et elle, une simple gamine, n'avait aucun moyen de rendre justice pour son père. Elle crut devenir folle de rage.

L'adolescente fut confiée à son oncle, dont le dojo lui servit à évacuer sa frustration et sa colère. Les années passant elle continua ses études normalement, tout en nourrissant des plans précis pour son avenir.
A ses dix-huit ans, Heileen sortit du lycée avec son diplôme en poche et entra dans un établissement d'enseignement professionnel destiné aux futurs agents de police. Elle suivit une formation en deux ans, puis entra au commissariat de son district.
La première grosse affaire sur laquelle on la déploya fut l'enlèvement de Neal Eden Strösser. Ou plutôt le meurtre de ses ravisseurs par son frère, Erwan Isaac Strösser. Notre Blauereiss n'était en poste que depuis quelques mois, alors. Elle n'oubliera jamais ce gosse couvert de blessures, qui jouait au plus malin pour cacher maladroitement son mal-être. En vérité il voulait juste rentrer avec son frère et reprendre une vie paisible. Le voir garder la tête haute malgré tout avait touché sa corde sensible, elle s'était donc efforcé de le rassurer et le mettre à l'aise. À sa manière de bourrin maladroit, cela dit.


• •


Heileen établit un record : elle fut la plus jeune officière de l'histoire du district à qui les supérieurs offrirent un poste hiérarchique. Malheureusement cela ne plût pas à tout le monde. Non pas qu'elle s'en souciait, la demoiselle n'a jamais été du genre à se soucier de ce qu'on pouvait penser d'elle. Tout ce qui l'intéressait, c'était faire son boulot correctement.

L'année de ses vingt-deux ans, alors qu'elle travaillait tranquillement à son poste, elle reçut un coup de fil sur son portable. C'était Sarah, une amie d'enfance, Sylvia ignora donc l'appel en se disant qu'elles pourraient se parler plus tard. Pareil pour le second appel. Mais quand son téléphone sonna pour la troisième fois elle se dit que c'était peut-être urgent, et se dirigea donc vers la salle de repos. Mais quand l'officière tenta de la joindre, son appel n'aboutit pas.
Encore une fois, son instinct la prévint que quelque chose s'était passé. Elle choisit de l'écouter en partant à la recherche de Sarah après avoir prévenu son supérieur d'une affaire urgente, mais ne la trouva qu'une demi-heure plus tard chez elle.
Attachée par le cou, les pieds ballottant dans le vide.
L'enquête prouva que Sarah s'était suicidée suite à un viol multiple avec violence. Heileen employa toutes ses forces pour retrouver les coupables et les mettre derrière les barreaux, non seulement parce que c'était l'une de ses amies les plus proches, mais aussi parce qu'elle s'en voulait d'être arrivée trop tard. La vision de visage tuméfié encore humidifié par les larmes, de ce corps brutalement marqué sur lequel seuls des pans de robe pendaient encore, l'a choquée à vie.


C'est à ses vingt-trois ans qu'on lui proposa une mutation au commissariat du district Nahuel, avec à la clé un passage au grade de lieutenant si ses six premiers mois se passaient bien. L'américano-allemande accepta immédiatement, déménagea peu après dans un petit appartement, et obtint avec succès la promotion.
Désormais âgée de vingt-quatre ans, elle continue de travailler à ce poste. Heileen fait de son mieux, en attendant patiemment de voir si on lui propose une nouvelle promotion. Un jour elle sera en position d'empêcher les affaires de corruption, espère-t-elle ; un jour elle sera assez forte pour sauver ses proches, s'est-elle promis.



derrière son écran...
Pseudo Bunny, Dimée
Âge 21 ans
Disponibilités A voir :'D mais je passerai le plus souvent possible sur le fo ♥️
Comment t'es arrivé sur le fo ? je me suis pas du tout faite kidnappée par le staff. Pas du tout. et ils ne m'ont pas payée pour dire ça non plus.
T'en pense quoi ? C'EST BEAU *^* J'aime beaucoup le mélange de couleurs et l'aspect et le contexte inspiré de T&B et... Tout ? ♥️ -vlan-
Code du règlement Le code a été mangé Ce code est ma mort. XDDDD ♥️

Citoyens
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t445-duncan-make-it-feel-like-the-first-timehttp://astrophelcity.forumactif.org/t495-duncan-rs-control-your-emotions
Date d'inscription : 17/08/2015
Messages : 114
Dollars : 39
Citoyens
MessageSujet: Re: Those who pretend to be strong, never really are » Heileen   Mar 18 Aoû - 1:23

...bon ok je craque.
LES GENS JE RESERVE CETTE FICHE.
JOTEEEEEEEEEEEEEEEM BIENVENUUUUUE **
lovlovlovlov Heileen est...** ♥️
Bonne chance/continuation yaaay ♥️ 14 Heart


bann&co:
 

lonely for you only:
 
Citoyens
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 17/08/2015
Messages : 153
Dollars : 434
Crédits : Ben >w<
Citoyens
MessageSujet: Re: Those who pretend to be strong, never really are » Heileen   Mar 18 Aoû - 13:36

BIENVENUUUUUUUUE!! ♥
Bon j'ai pas grand chose à dire, en fait owo.... Bon courage pour ta fiche =D




nyx votre crédibilité
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t454-nyx-oo-quel-jour-merveilleux-pour-braver-lenferhttp://astrophelcity.forumactif.org/t520-n-y-x-o-je-peine-a-respirer-cette-magie-me-consumehttp://astrophelcity.forumactif.org/t522-inserez-un-titre-ici
Date d'inscription : 08/02/2015
Messages : 142
Dollars : 21
Crédits : fanart @char ; avatar @moi
nyx votre crédibilité
MessageSujet: Re: Those who pretend to be strong, never really are » Heileen   Mar 18 Aoû - 23:15

BIENVENUUUUUE ♥♥♥
KURISU, bon choix.
Bon courage pour la suite **
Mini-BN
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t65-those-who-pretend-to-be-strong-never-really-are-heileenhttp://astrophelcity.forumactif.org/t95-kind-heart-brave-mind-fierce-spirit-heileen-rs
Date d'inscription : 17/08/2015
Messages : 549
Dollars : 291
Crédits : bunny
Mini-BN
MessageSujet: Re: Those who pretend to be strong, never really are » Heileen   Lun 24 Aoû - 21:01

Yufei : haha t'as vu elle est géniale cette icône :'D
MERCIIIII ♥ -hug & lui donne un cookie- >w<

Neal : MERCIIIII ♥ Love u too >w< -hugs-
Haha, Heileen est.... Heileen :'D /bus/

Allister : MERCI ♥ :3 (viiii Kurisu **)

Edit par suppression & re-postage : fiche terminée >w< (c'est court et pourri, désolée ;o; ) (mais au moins j'ai tenu ma promesse Jude-Neal /bus/) (love sur toi tout plein ♥)


- 5 Roses de Seth, Hikari, Romeo, Mikhaïl & July ♥ -

Lonely for you only :
 
BFF POWA :
 
Autres :
 


je suis une patate
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t50-jude-angel-with-a-shotgunhttp://astrophelcity.forumactif.org/t74-jude-rs-oo-smile-for-everyonehttp://astrophelcity.forumactif.org/t80-judeneal-oo-rp-d-une-patate
Date d'inscription : 08/02/2015
Messages : 187
Dollars : 70
Crédits : émile pour le vava ** ♥
je suis une patate
MessageSujet: Re: Those who pretend to be strong, never really are » Heileen   Lun 24 Aoû - 22:00

j'ai. adoré. cette. fiche. QWWWWWWWQ
(enfin après tu sais tout /pan/)

et doooonc...

Tu es validé(e) !
par jude
Félicitations, tu es validé(e) !

Tu peux à présent rp sur Astrophel ! ♥ Cependant, n'oublie pas de passer dans les recensements avant ! Il te faudra recenser ton avatar, ton pouvoir, ta couleur de dialogue, ton pseudo si t'en as un, ton métier et/ou poste au sein d'un sponsor pareil. Ensuite, direction les demandes et fiches de liens. Après, éclate toi ! On est tous gentils (à peu près), alors n'ais pas peur ! Si tu es perdu(e), n'hésite pas à contacter un membre du staff~
Bon jeu ♥




♥♥♥♥


une rose de Heileen & une de Lionel ♥

fanclub & co ♥:
 
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Those who pretend to be strong, never really are » Heileen   

Those who pretend to be strong, never really are » Heileen
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Astrophel City :: HORS RP - PREMIÈRE PARTIE :: Présentations-