AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
avatars mangas ☆ rp libre ☆ mini-events réguliers ☆ combats au rendez-vous ☆ venez participer ! on est gentils (⦿ ‿ ⦿)
Le PDG de la X-TREM Factory entretiendrait une relation des plus intenses avec sa vice-présidente. On espère que ce n’est pas cette affaire qui a distrait l’ancien Phoenix de son travail et qui a entraîné un manque de sécurité lors de la dernière conférence de presse de l’entreprise où à eu lieu une explosion causant la mort d’un de ses haut-gradés...
Le mystérieux « Mist » dont l’apparition soudaine a récemment secoué la ville serait en fait une association de trolls désoeuvrés voulant profiter de la panique des récents attentats pour gagner plus de popularité sur les réseaux sociaux.
Il paraîtrait que le fondateur de la ville Edward Astrophel aurait été le descendant direct de Diogène, le philosophe grec qui vivait dans un tonneau. Incroyable !
les rumeurs



Partagez | 
don't lie to me ••• Denis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Citoyens
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t534-i-hurt-myself-again-today-autumn
Date d'inscription : 14/07/2017
Messages : 15
Dollars : 27
Crédits : kk sur ton doigt
Citoyens
MessageSujet: don't lie to me ••• Denis   Mer 30 Aoû - 17:35


Don't lie to me
Ce jour-là, Autumn était sortie, au milieu du monde immonde et du boucan infernal, de la foule inattentive et pressée, tous ces gens incomplets et stressés. Les hommes étaient toujours plus méprisants quand ils étaient présentés de manière aussi impersonnelle et Autumn, elle n'avait pas souvent l'occasion de les voir autrement qu'ainsi – comme des insectes qui grouillent dans une fourmilière mal organisée.

Elle était rentrée dix minutes plus tard, avec un plat emporté dans un emballage en papier carton. Elle avait songé à se faire livrer, mais dans ces moments-là, elle se sentait encore plus handicapée que d'ordinaire, et espérait alors se prouver à elle-même qu'elle était capable de le faire. L'homme qui l'avait servi lui avait même fait la remarque maladroitement, quelque chose transpirant de tendresse, d'une gentillesse naïve qui assaillait les nerfs de la demoiselle - nous avons un service de livraison, vous savez qu'il avait énoncé timidement, de plus en plus gêné chaque seconde, le regard de sa cliente devenant chaque fois plus sombre.

Au moins, elle avait eu à manger, et la certitude qu'elle était pathétique.

Elle avait laissé l'emballage sur la table après avoir mangé ainsi que la fourchette en plastique qui était servie avec et la serviette usagée, froissée à côté. Elle avait roulé jusque devant la télé et s'était laissée pourrir devant une émission stupide dont elle ne saisissait jamais le but. Elle pouvait poser son esprit et penser à autre chose – laisser tomber son cerveau quelque part et s'hypnotiser en silence.

Sauf que ça n'avait pas souvent l'effet escompté, elle était plus souvent agacée et allait alors se réfugier dans des bouquins qui avaient au moins pour eux qu'ils étaient silencieux – et moins attractifs, pas moins distrayants. Sauf que cette fois, elle était restée devant son émission à la con, passant de la cuisine aux vidéos prétendument humoristiques. Et lorsque la porte d'entrée claqua dans un bruit sourd, elle était toujours devant son écran.

« Salu- »

Elle se stoppa net en tournant la tête, fronça les sourcils. Denis était rentré, dans un état pitoyable, qui eut l'effet immédiat d'effacer la moindre trace de sourire du faciès de sa soeur. Elle éteignit la télévision et se dirigea vers lui, attrapant fermement son poignet pour qu'il ne fuie pas.

« T'as gagné? »

Son regard se fit insistant et ses doigts exercèrent une pression plus intense sur sa peau. Il était hors de question qu'il se défile cette fois encore. Elle voulait savoir, elle avait besoin de savoir. Elle n'avait pas envie de le perdre lui aussi.

« Tu t'es battu contre qui ? »
Persona
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 14/07/2017
Messages : 6
Dollars : 7
Crédits : je vais pas me créditer moi même c chelou
Persona
MessageSujet: Re: don't lie to me ••• Denis   Mer 30 Aoû - 20:32


Les rues ne ressemblaient plus à rien : on y trouvait des décombres, des débris, des morceaux de verre. Si l'état des lieux n'était pas une priorité, la vie humaine elle, l'était. Bien sûr tu avais conscience qu'ils perdaient leur travail par ta faute - mais surtout de la sienne. Mais un taff, ça se retrouve, en revanche une vie ? tu ne penses pas. Ton père lui, n'avait eu droit à cette deuxième chance. Tu repenses à cet homme qui n'avait pas voulu quitter son maudit bar. C'est toute ma vie, je n'ai que ça, ça fait 20 ans que je travaille ici. Quel abruti. Et dire que tu as dû le menacer de mort pour le forcer à quitter les lieux - qu'est-ce qu'il ne faut pas faire pour ces gogoles bornés..., tu penses et tu commences vraiment à en avoir marre de ces suicidaires, parce que le temps de les convaincre, tu risquais ta vie toi aussi. Ont-ils seulement conscience que les vilains n'attendent pas sagement qu'ils prennent leur décision ? Quoiqu'il en soit, l'enfoiré a pris cher, mais il t'a bien rendu la pareille, pas de quoi en être fier non plus. Regarde-toi, tu es en piteux état : des bouts de verres dans les bras, le visage sanglant, un oeil au beurre noire mais tu tiens malgré tout debout. Tu avais connu pire comme tu avais connu mieux. Il était tout juste de ton niveau sauf que contrairement à toi, il a décidé d'abandonner pour une prochaine fois - tu n'es pas sur de vouloir remettre ça. Il n'était certes pas puissant mais plutôt du genre à t'avoir à l'usure.

Un nouveau problème se pose. Un autre type de problème : ta sœur. Tu espères la retrouver dans enfermée dans sa chambre. Il fallait à tout prix éviter de la croiser. Tu t'aides de ton manche pour t'essuyer le visage et entre alors comme si rien ne s'était passé : inutile de se la jouer discret, ça rendrait la chose d'autant plus suspect au moindre bruit. Sauf qu'elle tourne la tête au moment même où tu poses les pieds au salon. Merde. Tu paniques. Elle s'avance et te saisit par le poignet pour t'empêcher de filer. Tu grimaces légèrement. Si tu as gagné ? Non tu n'as pas gagné comme tu n'as pas perdu. Encore plus frustrant. « Il s'est barré, j'ai pas pu y mettre un terme. » ça sonne comme un échec. Difficile à dire. Tu ne l'affrontes toujours pas du regard. Tu aurais préféré mentir et dire que tu as remporté la bataille : mais tu préférais éviter les secrets pour cette fois. Autumn te connaissait beaucoup trop bien et ton état risquait de te trahir dans tous les cas. Sans oublier que les mensonges étaient facilement source de crises : et il y avait eu suffisamment de drame pour en rajouter. Autant calmer les chevaux dès le départ. Tu te frottes la nuque sans oser la regarder. « Mais je lui ai mis une bonne raclée et je ne m'en sors pas trop mal, donc ça va. Je tiens debout, je respire, je suis conscient : tout va bien. » un rictus se dessine sur tes lèvres. J'ai l'habitude maintenant Autumn, t'es pas obligée de me faire un interrogatoire à chaque fois que je franchis cette porte. tu retires sa main de ton poignet pour venir poser les tiennes sur ses épaules, l'air de vouloir la rassurer. Ton pouce vient lui caresser sa joue. Regarde moi bien dans les yeux... Enfin, l'oeil gauche. J'arrive pas trop à voir avec l'autre mais... euh. Bref. Regarde-moi bien Autumn, tu peux me faire confiance. Ok certes, les premières fois j'ai fini à l’hôpital mais je n'étais qu'un débutant. J'ai un niveau différent maintenant, je ne suis plus le même. La preuve, je reviens toujours en forme malgré les blessures. Il m'en faut beaucoup plus pour me mettre à terre. » Tu quittes ses épaules et te redresse fièrement, bombant le torse. Bon, il faut quand même retirer ces bouts de verre et se foutre un beau sachet de glaçon dans la figure, tu ne veux pas vraiment ressembler à un début-de-quasimodo plus de deux jours.

Mais il fallait principalement la rassurer : tu détestais la savoir inquiète. S'il fallait la rassurer chaque jour, alors tu le ferais. Tu lui prouverais que tu es plus fort, que tu ne crains plus rien et que rien n'est plus jouissif que leur mettre la raclée. Car c'est bien le seul moyen que tu as trouvé pour avoir la conscience tranquille vis-à-vis de ton père et de ta petite sœur. Le sentiment d'accomplissement qu'il te manquait. Tu retires un bout de verre d'un coup sec et te mords la lèvre pour éviter de gémir. « Tu vois ? Ca pique un peu mais c'est tout. A mon tour de te poser des questions maintenant. La journée a été tranquille ? Tu es sortie aujourd'hui ? Tu as vu quelqu'un ? » tu plisses les yeux. Si quelqu'un il y a, tu espères qu'il s'agit d'une fille ou d'un chien ou même d'une tortue et pas d'une chose de sexe masculin, tu n'aimes pas vraiment les savoir traîner avec ta soeur.


Citoyens
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t534-i-hurt-myself-again-today-autumn
Date d'inscription : 14/07/2017
Messages : 15
Dollars : 27
Crédits : kk sur ton doigt
Citoyens
MessageSujet: Re: don't lie to me ••• Denis   Mer 30 Aoû - 23:22


Don't lie to me
Il s'était enfui, l'enfoiré qui l'avait mis dans cet état-là. Il s'était enfuit, et Autumn fronça les sourcils, étouffa un grognement sourd qui traduisait toute sa frustration – de ne rien pouvoir faire de plus. Elle aurait aimé enfilé un costume et partir se battre, elle aussi. Elle aurait aimé être utile. Il se justifiait, bien sûr. Et il ne mentait pas, c'était certain – Autumn avait appris à reconnaître lorsqu'il le faisait, et il avait appris à ne plus le faire – ou alors avait-il développé son jeu d'acteur. Son laïus lui arracha un maigre sourire, teinté d'une tristesse qu'elle s'exerçait encore à masquer.

Tu peux me faire confiance qu'il disait – prétendait. Comment pouvait-elle avoir confiance alors que même leur père n'avait pas été à la hauteur de la cruauté qui s'ébattait au dehors de ces murs ? Elle haussa les épaules, insatisfaite par sa réponse, mais n'ajouta rien de plus et détourna le regard une fois qu'il eut fini. Qui pouvait savoir dans quel état elle le retrouverait demain et le jour d'après ?

Elle grimaça lorsqu'il extirpa de sa peau un bout de verre et s'apprêtait à aller chercher de quoi le soigner dans la pharmacie de la salle de bains mais il poursuivit immédiatement sur ses inquiétudes à lui. Elle pencha la tête. Ça n'avait pas d'importance de demander si Autumn avait vu des gens, sûrement parce qu'il savait qu'elle ne s'approchait que peu des autres de manière générale. Alors pourquoi posait-il encore la question ?

« Si j'ai vu quelqu'un ? Est-ce que j'ai encore le droit d'exercer la nature première de l'être humain, à savoir le social, ou c'est trop demandé ? »

Elle n'avait pas voulu être agressive, et s'en est rendue compte trop tard. Elle soupira, haussa les épaules et tenta, peut-être vainement, de le rassurer. Elle n'avait vu personne sinon le traiteur qui lui avait vendu son repas de midi. Aujourd'hui en tous cas, elle n'avait vu personne. Et il n'avait pas besoin de savoir pour les autres jours. Alors comme tous les jours, elle lui avait répondu quelque chose d'imprécis mais qui avait au moins la délicatesse de répondre à ses interrogations.

« Je suis allée me chercher à manger au traiteur chinois au coin c'est tout. »

Elle passa ses mains sur les roues de son fauteuil et avança vers la salle de bains, allumant la lumière en entrant, décidée à se sentir un peu moins impuissante que d'ordinaire. Elle ouvrir un tiroir dont elle sorti une pince à épiler, des cotons, du désinfectant et des compresses.

« Va chercher des glaçons et ne discute pas c'est moi qui m'en charge. Tu serais capable de te blesser une seconde fois. »

Elle se retourna sur lui, les sourcils haussé, et un maigre sourire niché au bord de ses lèvres. Elle avait déposé le matériel sur ses genoux et s'était mordu l'intérieur de la joue, persuadée qu'il allait refuser son aide – pour la protéger, comme toujours. Mais de quoi ça la protégeait, qu'il se soigne tout seul ?

« J'aime pas quand tu m'écartes de tes histoires, j'ai l'impression d'être un poids. Laisse-moi au moins faire ça. »
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: don't lie to me ••• Denis   

don't lie to me ••• Denis
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Astrophel City :: Saten District :: Quartier résidentiel-