AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
avatars mangas ☆ rp libre ☆ mini-events réguliers ☆ combats au rendez-vous ☆ venez participer ! on est gentils (⦿ ‿ ⦿)
Le PDG de la X-TREM Factory entretiendrait une relation des plus intenses avec sa vice-présidente. On espère que ce n’est pas cette affaire qui a distrait l’ancien Phoenix de son travail et qui a entraîné un manque de sécurité lors de la dernière conférence de presse de l’entreprise où à eu lieu une explosion causant la mort d’un de ses haut-gradés...
Le mystérieux « Mist » dont l’apparition soudaine a récemment secoué la ville serait en fait une association de trolls désoeuvrés voulant profiter de la panique des récents attentats pour gagner plus de popularité sur les réseaux sociaux.
Il paraîtrait que le fondateur de la ville Edward Astrophel aurait été le descendant direct de Diogène, le philosophe grec qui vivait dans un tonneau. Incroyable !
les rumeurs



Partagez | 
PAIN {pv Nyx}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Mist
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 10/09/2016
Messages : 46
Dollars : 36
Crédits : Jude pour l'ava *w* & moi-même pour la signa .w.
Localisation : C'est pas tes oignons.
Mist
MessageSujet: PAIN {pv Nyx}   Mar 15 Aoû - 1:43



Pain

You're just broken

Tu jubilais. La dernière action de Mist était un véritable coup de maître qui avait plongé la ville entière en émoi. Toi et l’autre hackeur du groupe extrémiste de révolutionnaire –un certain– vous aviez travaillé d’arrache-pied en équipe pour récupérer toutes les adresses mails d’Astrophel. Ce qui représentait des dizaines d’heures de piratage de bases de données, d’infiltration dans les serveurs internes de grands groupes, d’invasion dans les ordinateurs personnels, à travers des virus, chevaux de Troie & autres malwares confectionnés par vos soins. Et vous aviez envoyé à tous les citoyens d’Astrophel disposant d’un mail, ce message explicite.

"L’heure est venue.
Dimanche XX/XX, 22:00. Place centrale.
Signé : Mist."

Loin de vous en arrêtez là, vous aviez pris le contrôle du système d’éclairage de la place centrale, ainsi que de tous les écrans géants de la ville, afin de communiquer votre ultimatum. C’était l’attaque de la plus grande envergure depuis les attentats fomentés quelques temps auparavant, un peu partout dans la cité. C’était une déclaration de guerre officielle contre tes pires ennemis, les sponsors. Ceux qui t’avaient tout pris ; ta famille, tes jambes, ta liberté. Tu étais là, sur cette place. Tu avais constaté avec une intense satisfaction la stupeur, le doute, voire même, l’approbation sur certains visages. Et t’avais tourné vers le plus haut gratte-ciel de la ville un regard déterminé, ombrageux, menaçant. Ce grand coup d’éclat sonnait l’aube de la révolution à grande échelle. Dès maintenant, les révolutionnaires ne jouaient plus.

Ça t’avait été difficile de contenir ta joie morbide devant ce spectacle terrifiant pour la grande majorité. Comme ça l’était aujourd’hui de conserver une expression neutre au travail. Néanmoins ça te mettait presque de bonne humeur, ce que ton patron n’espérait plus depuis qu’il t’avait récupérée dans la rue. Il n’avait posé aucune question, sans doute trop content de te voir arriver avec cette étincelle dans le regard. Trop content, aussi, de n’avoir entendu aucune insulte dans le dos de ses clients depuis le début de la journée.

Karen — Je peux voir votre carte de fidélité ? tu demandais au jeune homme à l’accueil.

Tu pris la carte qu’il te tendait pour la marquer d’un nouveau tampon ; plus que quelques-uns avant de bénéficier d’une heure gratuite avec le jeu de son choix. Tu relevas les yeux –haut, vu que t’étais dans ton vieil ami le fauteuil roulant- pour la lui rendre. Nyx Anikanov. Un habitué ; il avait déjà participé à un event que t’avais animé. Tu participais souvent aux jeux d’ailleurs, en tant que MJ ou parfois même en joueuse.

Karen — Allez-y, choisissez la bête que vous voulez.

Les bêtes. C’est comme ça que t’appelait les ordinateurs pro-gamings du salon de jeu. Car c’était des championnes en matière de performance multimédia. Puissantes, réactives et rapides comme des bêtes sauvages. D’un geste désinvolte tu désignas la rangée de tours installées soigneusement dans la pièce adjacente à l’accueil. Il devait avoir l’habitude, mais ton patron exigeait toujours que tu respectes la ligne de conduite. Tu trouvais ça chiant, m’enfin t’allais pas protester pour si peu. T’avais un fond d’ingrate, mais pas à ce point. Sans lui, tu ne serais sans doute pas en vie, trop conne pour se jeter sur le premier super et se faire tuer bêtement.

Karen — Si vous avez besoin j’suis là, comme d’hab.

T’étais pas très bavarde. Tu l’avais jamais été. Et tu simulais la serviabilité juste pour convenir à l’image d’hôtesse que ton job demandait. Mais au moins, tu ne faisais pas ta porte de prison, et tu n’insultais personne entre ces murs. Les clients, c’étaient des privilégiés. Une fois le client installé, ton attention revint sur le programme d’animation sur lequel tu travaillais avant qu’il t’interrompt. Tu fronças les sourcils en relisant une ligne. Merde, fallait que tu vérifies quelque chose dans les stocks… Ta main gauche actionna le bouton marche-arrière de ton fauteuil pour t’écarter du bureau, avant de faire demi-tour pour accéder au stockage du matériel, des jeux, et toutes sortes d’autres trucs. Ton pass Personnel actionna l’ouverture de la porte. La lumière s’alluma automatiquement -la joie des détecteurs de mouvement- et tu te mis aussitôt à parcourir les rayons, veillant à ne pas buter avec les roues de ton fauteuil. Et finalement tu aperçus l’objet de ta convoitise. Un mètre cinquante plus haut.

Tu poussais un juron. Pourquoi fallait que ce soit aussi haut ? Avant ça t’aurais posé aucun problème, mais maintenant, ça te paraissait tellement loin… Tu t’arrêtas devant l’étagère et actionna le frein des roues, sait-on jamais. Puis tu te hissas sur un bras, prenant appui sur l’accoudoir de ton siège, et tendis l’autre main. T’avais trop de fierté pour demander de l’aide. Tu ne voulais l’aide de personne. Alors tu poussais sur ton bras. Haletante, tu pestais contre ton incapacité. Contre ton statut d’éclopée. Et contre le monde entier également. Soudain ta main dérapa. Tu glissas vers l’avant, te retenant de justesse à l’accoudoir en étouffant un cri. Malheureusement, tes doigts heurtèrent le verrouillage du frein, qui se leva, et par la même occasion, la marche avant du fauteuil. Celui-ci avança et heurta de plein fouet l’étagère avec un « clong » métallique. Quelque chose percuta ta colonne avec une force qui te coupa le souffle. Tu venais de faire tomber la boîte contenant les casques de réalité virtuelle que tu souhaitais vérifier.

Tu pris une inspiration étouffée, un cri bloqué au fond de la gorge. Tu juras intérieurement ; c’était toujours comme ça. Maladroite, incapable de te débrouiller seule sans accrochage, alors que tu ne demandais que ça. Lentement tu te redressas sur ton siège, virant l’objet de ton malheur d’un geste rageur. Tu pris le temps d’inspirer et d’expirer calmement, mais tu la sentais. La douleur se réveillait. Cette vieille ennemie qui te rongeait depuis un an. Tu récupéras la boîte et la positionnas sur tes genoux avant de sortir, histoire d’éviter de faire d’autres conneries. Mais à peine la porte du stockage fut-elle refermée qu’une décharge électrique irradia dans ta colonne. T’agrippas le meuble le plus proche en poussant un cri.

Karen — Pas maintenant…

La douleur s’intensifia et tu te figeas. La souffrance déformait tes traits. Des larmes traîtresses glissèrent lentement sur tes joues. C’était ça ton quotidien depuis deux ans.

And your body is P A I N
(c) Etilya



Fans clubs:
 
PAIN {pv Nyx}
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Astrophel City :: Haylen District :: Commerces-