AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
avatars mangas ☆ rp libre ☆ mini-events réguliers ☆ combats au rendez-vous ☆ venez participer ! on est gentils (⦿ ‿ ⦿)
Le PDG de la X-TREM Factory entretiendrait une relation des plus intenses avec sa vice-présidente. On espère que ce n’est pas cette affaire qui a distrait l’ancien Phoenix de son travail et qui a entraîné un manque de sécurité lors de la dernière conférence de presse de l’entreprise où à eu lieu une explosion causant la mort d’un de ses haut-gradés...
Le mystérieux « Mist » dont l’apparition soudaine a récemment secoué la ville serait en fait une association de trolls désoeuvrés voulant profiter de la panique des récents attentats pour gagner plus de popularité sur les réseaux sociaux.
Il paraîtrait que le fondateur de la ville Edward Astrophel aurait été le descendant direct de Diogène, le philosophe grec qui vivait dans un tonneau. Incroyable !
les rumeurs



Partagez | 
((roxane)) ; niceties and other useless things.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Citoyens
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t307-dance-with-the-devil-serahhttp://astrophelcity.forumactif.org/t365-going-down-in-flames-x-serahhttp://astrophelcity.forumactif.org/t146-tell-me-your-stories
Date d'inscription : 27/06/2016
Messages : 77
Dollars : 116
Crédits : Iekazu bae ♥
Citoyens
MessageSujet: ((roxane)) ; niceties and other useless things.   Ven 4 Aoû - 17:59

niceties and other useless things
your world shines so brighter than mine ❞ ft. roxane
C’était l’une de ces soirées qui n’avaient rien à voir avec celles qu’elle fréquentait le plus souvent, quand bien même elle y avait été très tôt habituée. Fille d’un homme puissant à la richesse immense — qui avait su cacher l’origine des avantages pécuniaires non négligeables derrière le masque d’un haut placé de l’une des grosses entreprises de la ville —, elle avait été traînée de cocktails en mondanités sans broncher, gamine aux boucles rousses qui avait tôt fait trouvé à se divertir lorsque les adultes se perdaient au milieu de ces conversations auxquelles elle ne pouvait se mêler parce qu’elles n’étaient pas de son âge. Elle s’était mise à observer, d’une attention sans faille ; le monde qui l’entourait et ceux qui y évoluaient. Elle avait appris à lire sur les lèvres les sourires faux, ceux de politesse, de circonstances, et s’était amusée à les reproduire face au miroir ; elle avait appris les formules toutes faites, celles que l’on dit pour conclure un marché, clore une conversation ou en entamer une, hostilité savamment dissimulée sous les couches d’un vernis luisant goût amer.

Avec le temps, c’était devenu monnaie courante, et en grandissant elle s’était peu à peu mêlée aux vivants tout de toc, d’or et d’argent liquide, costards italiens et robes en velours et satin, escarpins louboutins, coupes de champagne à plusieurs centaines de dollars. Elle y avait fait sa place avec un naturel déconcertant, tant qu’on avait bien vite oublié que la charmante jeune femme aux courbes généreuses relevées par quelque robe légère et cintrée avait été une enfant dont la présence s’ignorait, voire se méprisait. Aujourd’hui, dans bien des évènements qui concernaient la ville, elle était de celles que l’on attendait — souvent parce qu’elle entretenait des rumeurs, et qu’il fallait sa présence ou son absence approuvée pour en faire un sujet de conversation d’un instant parmi les sceptiques.

Dans ces soirées-là et, quelque part, pour sa plus grande déception lorsqu’elle devinait la richesse de ceux qui l’entouraient, songeant souvent qu’elle aurait volontiers falsifié ses prix rien que pour eux; elle n’entretenait pas son commerce. Elle ne vendait pas, ne marchandait rien. Ces cocktails n’étaient qu’une façon de s’afficher, d’une manière ou d’une autre, une histoire d’image, de façade, des relations à entretenir pour être bien vue — fausse amitié sans aucune part pour être dupe. Il s’agissait de présenter bien et d’entretenir son réseau, de lever son verre chaque fois que le thème de la soirée était relevé et répété, par automatisme mécanique.

C’est après l’un de ces énièmes toasts portés en l’honneur de la nouvelle saison de Keeping up with the Van der Rohe qu’elle te remarque enfin ; beauté faussement sage et maquillée — était-ce toi, cette fois, que l’on avait laissé choisir sa robe du soir, son fard et son khôl, ou bien t’en étais-tu remise au savoir-faire des maquilleurs en coulisses ?
Elle s’avance dans ta direction, le claquement de ses talons contre le sol à peine étouffé par le bruit ambiant de la foule ; elle a ce sourire au bord des lèvres, un rien provoquant, si assuré, elle évolue comme en terrain conquis alors qu’il est tien. Ton arène de jeu, elle en fait son échiquier ; et pour toi, la Reine, elle sera le cavalier.

« Bonsoir, Roxane, elle insiste sur ton nom, la voix sirupeuse, lève son verre de rosé, reprend après en avoir bu une gorgée fraîche. Belle soirée, n’est-ce pas ? Aucun doute que les moyens y ont été mis. »

Et c’est superficiel, c’est surfait, son regard glisse sur la foule sans l’accrocher, se fige de nouveau dans ta direction ; ce soir, son attention n’appartient plus qu’à toi.

« Beaucoup de paillettes pour pas grand chose, finalement, tu ne trouves pas ? »


Serah les charme en #B24767

"you're playing with a heart that's fireproof"
((roxane)) ; niceties and other useless things.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Astrophel City :: Nahuel District :: Résidences-