AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
avatars manga ☆ rp libre ☆ combats au rendez-vous ☆ venez participer ! on est gentils (⦿ ‿ ⦿)
Le PDG de la X-TREM Factory entretiendrait une relation des plus intenses avec sa vice-présidente. On espère que ce n’est pas cette affaire qui a distrait l’ancien Phoenix de son travail et qui a entraîné un manque de sécurité lors de la dernière conférence de presse de l’entreprise où à eu lieu une explosion causant la mort d’un de ses haut-gradés...
Le mystérieux « Mist » dont l’apparition soudaine a récemment secoué la ville serait en fait une association de trolls désoeuvrés voulant profiter de la panique des récents attentats pour gagner plus de popularité sur les réseaux sociaux.
Il paraîtrait que le fondateur de la ville Edward Astrophel aurait été le descendant direct de Diogène, le philosophe grec qui vivait dans un tonneau. Incroyable !
les rumeurs



Partagez | 
Danse Joli squelette - Biggi
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Citoyens
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 29/07/2017
Messages : 18
Dollars : 15
Crédits : Baby, la plus bel <3
Citoyens
MessageSujet: Danse Joli squelette - Biggi   Sam 29 Juil - 23:26

Biggi Steiner
L'être humain est composé d'un tas de choses, certaines sont nommables, d'autres non.

ft. Kisaragi Momo ((Kagerou project))
Nom Steiner
Prénom(s) Biggi Rakel
Âge 16 ans
Surnoms Snow Whithe ou la bizarre
Orientation sexuelle Bisexuelle
Groupe Civil
Ce qu'il pense de la situation à Astrophel Elle pense surtout à ses amis, elle ne veut pas qui leur arrive du mal.
Métier Membre d'un groupe de chanteuses/danseuses sinon comédienne principalement pour le théâtre
Nationalité Allemande



Taille Biggi n'est pas bien grande. Ce n'est pas non plus une naine. On va dire qu'elle mesure un mètre soixante quatre
Poids Elle pèse environ le bon poids. Mais si elle ne porterait pas un drôle d'objet on saurait plus précieusement (Bon j'ai la flemme XD) Mais environs cinquante six kilosCheveux Ils sont noirs d'origine, mais elle a les as roux grâce à des colorations. Puis elle aime cette couleur, au diable les préjugés.
Yeux Bruns
Particularités physiques Elle possède une tâche de naissance au creux des reins. Sa forme est connu d'une personne avec son père, Shizu. par ce que décidément, elle est trop curieuse

De l'os pariétal au tibias, rien ne m'arrêtera
Caractère
La jeune fille à deux face, une publique et une plus privée. Ils sont rares à connaître la seconde.

La face publique

Biggi est une fille rayonnante, on peut dire beaucoup d'elle, mais elle ne perds presque pas son sourire. On aura beau lui dire des choses méchantes, elle n'est pas du genre à se laisser déstabiliser. La jeune femme, est un peu timide. Bien qu'elle aime beaucoup parler à des étrangers. Il n'est pas rare qu'elle discute avec les gens dans la rue. Ou plutôt qu'elle les écoute. Elle aime leurs histoires. Elle ne juge pas. Elle connaît peu de choses de la vie. Elle n'est pas la plus apte à juger. Elle adore la danse, ce n'est un secret pour personne, y compris ceux qui la connaissent peu. Bien qu'elle ne soit pas naturellement douée pour cet art. Elle se débrouille assez bien. Elle marchera sans doute encore sur les pauvres pieds de ses partenaires. Mais on peut lui pardonner. Elle déteste les préjugés, elle défend souvent une cause. Elle a ses périodes humanitaires. Pour elle, il n'y a que le genre humain. Pas question de race ou de religion, ni même de sexe. Juste le genre humain. Son côté déterminé fait d'elle une personne assez appréciée. Bien qu'elle aime peu parler d'elle. Elle est très secrète sur sa vie privée. Il faut faire partie du cercle assez fermé de ceux qu'elle considère comme les siens pour connaître la Biggi, celle de la vie privée. Elle est d'ailleurs assez protectrice de ces derniers, pouvant se montrer très effrayante quand on menace l'une de personne qu'elle aime.

La face privée

La jeune fille derrière son joli sourire cache un certain manque de confiance en elle. Ses nombreux échecs la blesse bien plus qu'elle le montre. Les bons sont souvent nécessaires pour elle. Elle n'aime pas être au centre de l'attention. Elle se plaît être simplement l'amie à laquelle on peut tout dire. Biggi a aussi une passion, que ceux qui ont été chez elle doivent se douter. Elle aime beaucoup la biologie, elle possède une étrange collection, en tête. Oscar le squelette, Franck, le tronc anatomique, mais aussi de nombreux animaux empaillés, tous ayant une particularité, bicéphale, plus de pattes que prévu. Quand ils ne sont empaillés, ils sont parfois enfermés dans un bocal rempli de liquide qui le garde en état. Elle a beaucoup de reste humains dans son chez elle. Chaque chose qu'elle possède porte un nom, si elle vous a donné un de ces trésors, c'est qu'elle vous apprécie vraiment beaucoup. Elle vous en voudra sûrement un peu si vous le jeter. Cette passion pour ce côté de la science n’entache rien pour sa passion pour la danse. Elle ne mélange pas trop les deux. Biggi croit un peu à la sorcellerie, elle vous maudira si elle sent que vous êtes sur le point d’embêter ceux qu'elle aime. Même si son côté scientifique, hérité de son éducation réfute un peu cette croyance, d'ailleurs, impossible de la suivre quand elle parle de biologie. Saviez-vous qu'elle a une chanson pour les os du corps ? Il en est de même pour d'autres choses, elle chante cette chanson quand elle fat le ménage chez elle. La menace qu'elle lance, est à prendre au sérieux. Fille de médecin, elle peut empoisonner les gens si elle le désire. Elle ne le fera jamais. À moins que les choses aillent vraiment trop loin.

Bien sûr, elle a ses défauts, elle est du genre à foncer, à parler parfois trop vite, mais jamais elle ne s'emporte. Sa façon de tout garder pour elle est quelque chose avec laquelle il faudra composer. Elle ne dira jamais quand elle va mal. Elle gardera son sourire à toute épreuve. Ces choses qui font de Biggi une jeune fille un peu étrange, mais charmante.
Histoire
Les gens se serrent dans une petite pièce, un toussotement gras coupe le silence presque mortel. Les regards se font haineux pour cette personne, alors que le médecin se présente à la sortie. Il sait que sa femme a donné naissance à sa fille. Mais s'absenter aujourd'hui aurait été une erreur. Bien qu'il aurait aimé être là pour sa moitié. Il avait été séduit par la demoiselle, dès le premier regard. Par contre elle, ça avait été une autre histoire. Elle s'était tordu la cheville stupidement. Si la demoiselle avait des pouvoirs, lui en était totalement dépourvu. L'homme finissaient ses consultation à l'heure prévue, bien qu'elle dépassé de plus de six heures. Il rejoignait sa moitié à l'hôpital. Cette dernière reniflait bruyamment.

« C'est seulement maintenant que tu reviens ?
-Pardon chérie, les patients attendaient je ne me voyais pas les laisser tomber.
-Un jour tu vas te tuer au travail... »

Le médecin se mettait à rire nerveusement. Il savait à quel point sa femme avait raison. Ces deux immigrés de par leur familles respectives, s'étaient retrouvés et s'aimaient follement. Il y avait des hauts et des bas. Et ce jour-là c'était sans conteste un beau haut. La petite fille souriait à ces adultes. Déjà à l'époque elle avait une énorme sourire. Ce qui avait failli la priver d'un rituel des sages-femmes, c'est-à-dire, la fessée douce sur la fesse pour vérifier qu'elle respirait. Ce qu'elle faisait toujours actuellement, dans les bras de sa maman, la demoiselle savait que c'était elle. Car c'était la voix qu'elle avait le plus entendu alors qu'elle était encore dans le ventre. Les fiers parents se retrouvent quelques après dans le domicile, après une autre journée de travail. La petite pleurait avec force. Il fallait dire que rester dans une couche sale ce n'était pas plaisant. Par contre, elle avait trouvé un doudou, qui n'était autre que un des essuies blanc dont se servait habituellement le médecin quand il avait chaud. La petite avait pourtant quelques peluches, rien de trop, en tant qu'homme de science, le père avait refusé que sa maison se transforme en magasin de jouets. Parce que ce n'était pas son genre. Mais aussi pour les allergènes, oui, il y pensait beaucoup. Il ne voulait pas imposer ça à sa petite fille. Il caressait sa joue alors qu'elle tenait avec sa force de bébé son essuie.

Les premières années de sa vie ressemblaient à celle de beaucoup d'autres, pas mal d'amour autour d'elle. Sauf que le matériel médical du père de la demoiselle arrivait par moment entre ses mains. C'était devenu pire depuis qu'elle savait ramper sur le sol. La petite riait beaucoup, elle jouait avec ce monsieur que sa maman disait être son papa. La jeune demoiselle avait comme ça l'attention de cet homme, bien que c'était rare qu'il soit là. Sa maman lui disait souvent que son père avait besoin de repos. Elle devait être sage alors elle pourrait jouer avec lui. La petite ne voyait pas où était le mal. Difficile pour un jeune enfant comme elle de savoir où était les limites. On devait lui imposer. Ce qui étonnait souvent son papa, c'était son attrait pour son matériel. Il se demandait si elle garderait cette curiosité en grandissant. Il savait pertinemment qu'un enfant mettait tout dans sa bouche. Biggi ne faisait pas exception.

Les mois passèrent, la petite finissait par se dresser sur ses jambes. Un peu perturbée par cette hauteur. Elle tombait plus d'une fois. Heureusement, qu'à cette époque, la jeune fille portait encore des couches. Elle avait un an. Pour son premier anniversaire. La demoiselle avait pour elle ses deux parents. Ravie, la petite jouait indifféremment avec sa mère et son père. Alors qu'en se tenant, elle pliait les genoux au rythme de la musique. Ça faisait beaucoup rire les deux adultes. Bien trop contente de les avoir pour elle. Pourquoi se priver. Les voir si heureux encourageait la gamine a en faire toujours plus. Ce sont les petites jambes fatiguées qu'elle s'endormait ce soir-là. La marche rendait les choses plus accessibles, d'autres vachement plus dangereuse. Heureusement, sa maman en tant que héroïne l'avait sauvé plus d'une fois. Se demandant un jour si sa fille était munie de pouvoir. Malheureusement, pour elle, les médecins étaient clairs. Elle était ordinaire. La mère suite à cette révélation tombait dans une profonde déprime. La petite voulait rendre le sourire à sa maman. Elle aimait beaucoup sa maman. Comme tous les enfants de son âge. Mais les semaines ont passé et les méthodes de la petite pour rendre son sourire se faisaient de plus en plus régulière. Et le père finissait par remarquer l'état de sa belle. Il fallait dire que quand il était là. Sa maman était heureuse.

« Ma chérie ?
-Pas de pouvoir, notre fille sera une civile. Jamais elle suivra ma voie, mais vu comment elle prend tes affaires, je parie que c'est ton chemin qu'elle suivra... Je te déteste ! »

L'homme ramassait la petite fille, elle tendait les bras à sa mère qui tournait. La petite ne se laissait pas démonter. Elle voulait sentir à nouveau la tendresse de sa mère. Mais elle n'avait pas droit à ça, plus depuis cette nouvelle. À la place, son père la serrait contre lui.

« [color-maron]Ce n'est pas sa faute, ni la mienne. La génétique est une sorte de loterie.[/color]
-J'ai encore une chance d'avoir un enfant avec des pouvoirs ?
-Oui et non, il ne faut pas que tu en demandes trop ma chérie...
-Dans ce cas, je n'ai plus rien à faire avec toi et cette gamine, je te la laisse ! »

Sa mère faisait sa valise rapidement. Dans les bras de son père, la petite tentait avec cet homme de la faire rester. Ses babillages ne ressemblaient pas à grande chose. Bien entendu, elle connaissait les mots basiques tout enfant de son âge savait, elle répétait « mama » sans cesse. Mais la dame partait laissant l'homme pris au dépourvu. L'amour de sa vie était parti. Il ne savait s'il pourrait retrouver cette sensation, il aimait sa fille, mais ce n'était pareil qu'une femme. Il caressait ses petits cheveux et la posait dans son berceau.

« Maintenant petite puce, on est juste toi et moi. Qu'importe ce que tu deviendras, je t'aimerai et te soutiendrai. Mais avant il ne serait pas l'heure de ton repas ?
-Miam-miam.
-Je fais ça, reste sage, sinon Oscar se fâchera tout rouge. »

Oscar n'était autre qu'un squelette, pourquoi le médecin avait ce genre de choses chez lui. Il aimait beaucoup son boulot. D'ailleurs, malgré que le départ de sa femme laisserait sa trace. Il retrouverait sa bonne humeur. Puis il n'était plus seul. Sa petite fille illuminait sa vie. Il ne laisserait pas sa lumière s'éteindre. Bien sûr, il aurait le mauvais rôle. Mais il devait rester ferme et aimant pour le meilleur et le pire.

À ses deux ans, la demoiselle parlait un peu mieux, certains termes de médecines déformés s'étaient ajoutés aux mots de la petite. Elle courait toujours partout quand son père était là. Quand la baby-sitter était là. La petite était souvent sage. Elle n'aimait pas cette fille. Elle faisait peur à la petite. Sa façon de lui parler, sa manière de faire les choses. Elle était petite, certes, mais se comporter comme un enfant pour la demoiselle n'avait aucun sens. Alors la petite restait tranquille, jouant bien entendu parfois avec elle. Elle aimait les peluches, cette fille, elle préférait Oscar. Oui, le même squelette qui servait de menace à la jeune fille. Elle n'en avait jamais eu vraiment peur. Mais elle ne voulait pas rendre son papa triste, elle obéissait, malgré que son côté innocent l'avait mené dans des ennuis plus grand qu'elle. Cette année se ferait entre eux, son père et Oscar. Un petit gâteau facile à manger pour une enfant de deux ans. Son père lui offrait un objet en bois. Rien de très alarmant, sauf qu'il avait la forme d'une oreille humaine. L'homme trouvait amusant de voir sa gamine mordre cet objet.

À ses trois ans, vint le moment où l'homme confiait son enfant à des savants que l'on nomme enseignants. Ils en existent pour les civils. Mais au départ, le médecin ne voulait pas que sa fille soit cataloguée. Il n'aimait pas cette discrimination qu'avaient les jeunes comme sa princesse. Car, n'en déplaise à son côté rigoureux, l'homme aimait tellement sa fille qu'il était assez compliqué de lui refuser quelque chose. Quand bien même elle s'était accroché des heures durant aux phalanges osseuses d'oscar pour ne pas aller à l'école. Mais dès que le père parlait de la baby-sitter. Biggi changeait d'avis. Elle ne voulait pas rester trop lentement avec cette drôle de demoiselle. La demoiselle était celle qui correspondait plus aux critères de son père. Il ne voulait pas d'une attardée mentale pour garder sa fille. Les gens les plus intelligents ne sont pas les plus malins devant un enfant. Un jour, il finira par savoir ça. Pour le moment, l'homme était trop occupé pour ça. Les premiers jours d’écoles étaient pénibles. Mais la jeune fille y prenait progressivement goût. Elle était toujours triste de dire au revoir à son papa. Mais les jours d'école étaient marrants. Elle pouvait dessiner. Son papa avait même mis ses œuvres sur le frigo en la félicitant. Rendant la gamine assez fière de son coup.

Il ne se passait rien de particulier à ses quatre ans. La gamine était une élève parfois tête en l'air. Mais assez studieuse. Elle apprenait à écrire, d'abord son prénom, puis d'autres choses. Elle aimait beaucoup écrire qu'elle aimait son papa. Quand on lui demandait pourquoi elle n'avait pas de maman. Elle répondait seulement qu'elle était partie avant de jouer toute seule. Progressivement, elle s'était un peu isolée du reste de ses camarades. Ça avait un peu choqué son père, sa fille était gentille. Elle partageait, comme il lui avait appris, mais ses petits gâteaux en forme de crâne n'était pas du goût des autres. Elle les aimait beaucoup, car c'était son papa qui prenait le temps de les faire. Par moment, elle l'aidait. Mais elle ne devait pas s'approcher de la machine qui avalait sa pâte pour en faire des gâteaux. Cela avait surpris la jeune fille plus d'une fois.

À ses cinq ans, elle demandait à son papa si elle pouvait faire un sport, bien entendu, la danse était directement à ses lèvres. Elle avait toujours aimé se bouger au rythme de la musique. Alors après un cours d'essai, la petite commençait pour son plus grand plaisir cet art. Mais on ne pouvait pas dire de l'enseignante de cette discipline soit très tendre avec ces élèves. Elle criait beaucoup. Mais Biggi ne se démontait pas pour ça. Ce qui empirait bien entendu les choses. La dame criait plus fort. Finalement, elle invitait la jeune fille à prendre ses affaires et de plus revenir. Biggi a pleuré ce jour-là. Autant que peut le faire une petite fille de cinq ans au cœur brisé. Surtout voir ses espoirs envolés. C'étaient ses pas de danse qui avait déjà fait sourire son père. Elle ne pourrait plus danser avec Oscar. Etait-elle nulle à ce point ? Le médecin faisait de son mieux pour soigner la blessure de l'âme de sa fille. Lui expliquant que les adultes ne sont pas tous gentils. Et qu'elle trouverait un autre passe-temps après les cours. Il en était sûr.  
Et effectivement, elle le trouvait, dans le théâtre et étrangement le chant. Même si elle n'aimait que moyennement. Elle trouvait toujours le moyen de placer une chorégraphie toute pétée. Ça l'amusait de voir le sourire des autres. Sauf qu'ils rigolaient d'elle pas avec elle. Innocente qu'elle est. Elle ne remarquait pas trop.

Elle continuait ses activités. Bien entendus. Ce n'était pas en une année qu'elle pourrait faire ce qu'elle désirait à nouveau. Elle a présent six ans. Presque sept. Elle sait présent que la science est une matière où elle est douée. Pour elle, c'est facile de retenir les noms des os. Il fallait dire qu'elle avait au moins entendu une fois le nom de ces derniers. Bon, ces cours sont fort basiques. Ils sont souvent ennuyeux pour la jeune fille. Alors elle demande à son père de lui dire comment certains os se nommaient en montrant des parties de Oscar, le squelette. Encore et toujours présent. La jeune fille, à l'aube de ses sept ans avait vu sa maman sauver des gens. C'est son papa qui avait dit qu'elle était une héroïne. Mais sans préciser laquelle, naturellement la petite était attiré par une autre que celle qui l'avait abandonnée. Plus vive. Plus souriante. Elle lui ressemblaient plus à ses yeux. Le père était fier de sa petite princesse.

La jeune fille de presque huit ans pouvait voir autour d’elle les héros, mais aussi les vilains. Pour chaque chose positive, il avait son penchant négatif. La demoiselle se mettait naturellement du côté du bien. Qui serait assez bête pour se placer du côté du mal ? Sûrement des gens pas très nets. Ils devaient avoir leurs raisons comme le disait son père. Comme elle ne pouvait apprendre la pratique de la danse, elle se concentrait sur la théorie. Ce n’était pas simple, elle avait le théâtre pour se défouler et le chant qu’elle continuait sans grande conviction. Ces activités permettaient à son père d’avoir du temps pour lui. Bien qu’elle était jeune, elle pouvait voir que ce dernier souffrait parfois de la présence d’une autre maman. Chaque dame qu’elle rencontrait était à ses yeux une candidate idéale. Sauf qu’au fond, être la seule femme dans la vie de son père avait un côté tentant. C’était sûrement son Oedipe qui parlait. Son père étant médecin savait que sa petite fille traversait cette période avec beaucoup de maturité. Bien qu’elle l’aidait de temps en temps avec les patients. Timide, elle ne disait rien. Préférant donner ce qu’il faut à son papa.

C’est vers dix ans qu’elle abandonnait de trouver une femme pour son père. Il était assez grand pour en trouver une. Puis elle était là pour lui, même si elle l’évitait un peu ces derniers temps. Elle aimait toujours son père, mais les élèves de son âge se débrouillaient pour rentrer chez eux et pour venir. Elle aimait pourtant ce chemin en voiture en compagnie de son père. Elle se résignait à faire une croix dessus. Elle prenait un vélo et allait à son école avec ce véhicule. Amenant parfois des courses dans son panier en fer pour combler les besoins de son père. Elle avait bien remarqué qu’il avait tendance à s’oublier quand elle travaillait. Elle lui envoyait toujours des sms aux heures des repas quand elle n’était pas là. Pour être sûr qu’il mange, exigeant parfois une photo avec lui dessus. Elle avait vite repéré les montages photos maladroits de son paternel. Il fallait qu’elle le menace de lui priver de son stéthoscope pour qu’il daigne plier à sa menace. Le père et la fille étaient un duo que peu pouvaient séparer. Veillant l'un sur l'autre.

Quand la jeune fille entrait dans l’adolescence, elle se rebellait comme toutes les jeunes femmes de son âge. Sans parler de ses règles que son père expliquait de manière médicale avant de lui donner un anti-douleur adapté à cette jeune femme qu’elle était devenue. Elle avait entre-temps arrêté de prendre des cours de chant, gardant le théâtre, car elle pouvait y danser. Sa maladresse dans cet art qu’elle aimait avait fermé pas mal de porte d’académies qui l’ enseignait. C’est à cette période qu’elle sortait souvent, régulièrement seule. Pour beaucoup, c’était juste une fille ordinaire, pas populaire. En plus d'être devenue rousse. Sa manière de batailler pour des causes ridicules avait éloigné ceux qui se faisaient appeler amis. Elle ne pleurait pas longtemps cette perte. Car elle voyait une affiche, une audition de chant et danse. Elle devait y aller. Elle prenait ‘affiche en photo, histoire ne pas l’oublier. Elle devait se préparer à cette dernière. Elle chantait souvent en pleine rue, ce qui attirait les regards malgré elle. Biggi rougissait furieusement avant de se mettre à courir à toute vitesse. Qu’est qu’elle pouvait avoir honte. Elle se cachait longtemps, c’est son père qui la retrouvait. Il lui donnait une tasse de chocolat chaud avec un sourire tendre. Malgré les cernes dus à son travail fatiguant, il avait un charme certain.

« Je savais que je te retrouverai ici, ma fille.
-J’ai chanté dans la rue papa, j’ai honte.
-Dans ce cas, deviens une autre.
-Comment ?
-Porte des lentilles. Mais pourquoi chantais-tu ? Je ne pense pas que tu l’as fait depuis que tu as arrêté tes cours de chant. »

Biggi sortait son téléphone et lui montrait la photo de l’affiche, les joues toujours rouge. Sa fille avait beaucoup étudié pour danser sans succès, cette audition était très audacieuse. Il était content que sa fille sorte de sa zone de confort qu’était devenue sa troupe de théâtre. Pour oser penser à participer à cette audition.

« Tu y vas, c’est non négociable, jeune fille.
-Mais…
-Il n’y a pas de mais qui tiennent. Je t’accompagnerai si tu veux.
-Je veux bien. »

L’adulte frottait les cheveux roux de sa fille, bien qu’il ne comprenne pas toujours cette dernière. Elle restait infiniment précieuse à ses yeux. Puis s’il pouvait la mettre à l’abri des gens mal intentionné, il ne disait pas non. Il confiait son travail à un médecin de garde. Déjà, qu’il prenait pe congé, qu’il se faisait crier dessus pour ça. On ne pouvait pas lui refuser cette pause tant méritée.  

L’adulte frottait les cheveux roux de sa fille, bien qu’il ne comprenne pas toujours cette dernière. Elle restait infiniment précieuse à ses yeux. Puis s’il pouvait la mettre à l’abri des gens mal intentionné, il ne disait pas non. Il confiait son travail à un médecin de garde. Déjà, qu’il prenait pe congé, qu’il se faisait crier dessus pour ça. On ne pouvait pas lui refuser cette pause tant méritée.

Le médecin arrivait à l’endroit de l’audition, il n’était pas surpris de voir des gens plus vieux que sa fille, mais aussi plus jeune. Il souriait, elle n’était pas la seule à venir accompagner. Elle serait la main de son père. Elle était nerveuse. Biggi se dandinait, l’adulte avait un sourire. Il savait que même si elle ratait, il serait fier d’elle. Quand c’était le tour de sa fille. Il lâchait sa main doucement et embrassait sa joue et lui souhaitait bon courage. Elle soufflait. Un peu nerveuse, elle se prenait les pieds dans le micro. Offrant par la même occasion une belle gamelle au jury qui avait du mal à retenir son hilarité. Elle rougissait, elle était toujours très timide. Devenir une autre. Elle portait des lentilles rouges. Couleur du sang. Elle souriait, elle commençait à chanter très juste, avec ces cours, il serait triste qu’elle chante faux. Elle avait beaucoup d’innocence, mais ce qui pêchait, c’était sa dance. Bien qu’elle faisait, de gros efforts, la jeune femme avait une chorégraphie pas très élégante. Ces efforts, son sourire. Elle donnait tout dans cette audition. Elle saluait le jury et se jetait dans les bras réconfortant de son père. Elle avait eu si peur. La jeune femme retirait doucement ses lentilles.

« Je suis certain que tu as été géniale, ma fille.
-Papa ! »

La jeune fille attendait patiemment avec les autres candidates, sonnant plusieurs d’entre elles à rentrer chez elles. Pas Biggi, elle était choisie. Elle savait qu’elle devait s’améliorer dans la danse. Mais elle remerciait les jurés de croire en elle avec un sourire solaire. Pour fêter ça, son père et elle allèrent au cinéma. Elle était contente qu’il avait été là pour lui. Elle participait à cette émission, elle porterait ses lentilles, vu qu’elles avaient le don de faire oublier le reste, son stress immense, sa peur de décevoir et ses pas de danse mal faits. Une émission, quelle drôle d’idée.

Les caméras avaient filmé son chez elle, un peu de sa vie, mettant sur les épaules de son père les mannequins et autre chose en rapport avec la médecine. Ils ne devaient pas être au courant que la plupart des choses qu’il attribuait au père si professionnel était en fait à elle. Elle avait bien vu les commentaires désobligeants sur cette collection. Même si on soulignait la passion qu’avait son papa pour son travail.

Ce n’était la seule chose qu’il avait filmé d’elle, durant ces moments, elle devenait cet autre, celle qu’elle endossait sans grande difficulté. Elle jouait un rôle, celui de cette jeune femme bien déterminée à gagner. Sauf qu’elle voulait simplement en apprendre le plus possible, sa façon candide de faire mieux plaisait au public. Elle avait des cours de danse, elle était enchantée, ses profs moins. Vu son habileté toute relative. Durant l'émission, elle s’habituait à porter ses lentilles de couleurs. Les retirant que le soir venu.

Durant les semaines qui suivaient, elle faisait progressivement face à sa popularité grimpante. Sa voix, bien que moche à ses yeux, était appréciée. Surtout sa façon de transmettre les émotions, qui n’avait presque aucun secret pour elle, elle avait vécues certaines d’entre elles et d’autres lui avait été racontées avec beaucoup de détails par les nombreux patients de son père. Biggi appréciait que moyennement cette mise en avant. Elle voulait rester simple. Aimer ce qu’elle aimait. Elle soupirait. L'émission serait longue. Très longue.

C’est avec grande surprise qu’elle gagnait l’émission, elle s’était beaucoup amélioré en danse, compte tenu de son niveau plus que nul, son niveau actuel acceptable, bien que douloureux pour les pieds de ceux qui sont proches d’elle suffirait pour sa carrière débutante. Elle pouvait rêver à être danseuse à présent. Elle était heureuse. Le chant ce n’était que du bonus pour Biggi.

La jeune femme regardait les passant avec un sourire. C’était un plaisir pour elle de venir ici. Même si c’était sous les conseils d’un homme qu’elle trouvait digne de confiance. Elle le sentait bien, ce gars. Son instinct le disait de lui faire confiance. Alors elle était là à regarder les gens, et à être un peu elle-même. Sans ces lentilles, sans artifice. Aujourd’hui elle n’était que Biggi, plus Snow White.

C’est qu’après s’être tournée qu’elle remarque une jolie blondinette. Elle rougissement promptement. Mais elle avait pris l’habitude de parler plus librement. Alors pas gênée pour un sou de l’intrusion de cette jeune femme. Elle entamait la discussion avec elle, parlant de tout et de rien, pas mal de la science, elle ne pouvait s’en empêcher. si elle n’aimait pas tant la danse, elle aurait sûrement fait le même métier que son père. Comme elle ne pouvait pas parler de ça aux gens du monde lequel elle était rentrée, elle ne se gênait pas d’en dire le plus à cette étrangère. Naïve, car elle tombée dans le piège tendu par ce gars en qui elle avait confiance.

C’est quelques jours plus tard qu’elle découvrait qu’en fait la blonde du café serait la leader d’un groupe et qu’à partir de maintenant, Biggi en faisait partie. La demoiselle était plus que ravie, elle pouvait briller seule si elle le désirait, mais elle ne le voulait pas, préférant danser. Alors elle acceptait, au moins dans un groupe, elle pourrait apprendre des choses. Comme elle avait eu peu d’amis dans sa vie. Ça serait l’occasion d’en développer avec les autres filles.

Elle n’avait pas eu tord, car Shizu, la leader, était une personne infiniment précieuse pour elle. La jeune femme avait vite compris le secret de la fausse rousse. Il était difficile de cacher quelque chose à cette jeune femme. Pourquoi chercherait-elle à le cacher plus longtemps à cette fille qui devenait son amie. Timidement, L’allemande lui donnait un de ses trésors, rien de trop glauque, du moins à son goût, pas sûr qu’un chat à cinq pattes empaillé, surnommé par cette dernière Alfred soit du meilleur goût. Mais elle donnait ce dernier avec tout son cœur.

Elle avait eu plus du mal à faire confiance à Alvaro, cet homme avait un drôle de look. Mais finalement, il lui plaisait bien. Même si elle ne voit en lui qu’un second père, ou un grand frère avec lequel elle peut être ce qu’elle est réellement. Puisque lui aussi est au courant. Lui aussi à un cadeau spécial. Un bébé animal dans un bocal. Biggi était contente de compter ces deux-là comme des amis. Son monde était à présent plus grand par ces deux présences.

Alors beaucoup de choses à apprendre, sur la vie, sur les humains, sur elle-même. C'est ça qui est beau.


derrière son écran...
Pseudo Ruru
Âge Ne me rapelle pas mon âge stp
Disponibilités Devines XD
Comment t'es arrivé sur le fo ? Je suis un ninja de konoha, j'ai appris le mult-clonage
T'en pense quoi ? Je vous aimes
Code du règlement

Citoyens
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 19/08/2016
Messages : 45
Dollars : 39
Crédits : ambroise (avatar) et romeo (signature) ces dieux sur terre *sob*
Citoyens
MessageSujet: Re: Danse Joli squelette - Biggi   Sam 29 Juil - 23:27

je t'aime ma blanche neige.
rebienvenue.
tu sais comment j'avais hâte qu'elle pope. dfjdsfq.
je t'aime rlly. FIGHTO POUR LA SUITE.
SHOOTING*STARS EN FOOORCE/out
(elle est so cute je l'aime blblbl)

AH ET.
JE RESERVE CETTE FICHE. AMOUR. ♥




Spoiler:
 
Citoyens
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 18/08/2016
Messages : 46
Dollars : 40
Crédits : Ange et Romy-chou
Citoyens
MessageSujet: Re: Danse Joli squelette - Biggi   Sam 29 Juil - 23:37

MOMOOOOOOOOOOOOOOOOO ♥ ♥ ♥ J'aime tellement cette base mon dieu TwT *sort*

Re-bienvenue ♥ et bon courage pour ta fiche




(enfin, presque owo)
Mini-BN
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t65-those-who-pretend-to-be-strong-never-really-are-heileenhttp://astrophelcity.forumactif.org/t95-kind-heart-brave-mind-fierce-spirit-heileen-rs
Date d'inscription : 17/08/2015
Messages : 573
Dollars : 291
Crédits : bunny
Mini-BN
MessageSujet: Re: Danse Joli squelette - Biggi   Sam 29 Juil - 23:38

REBIENVENUE RURU I HOPE U WILL HAVE FUN AVEC BIGGI ♥
Amour sur toi ! >w<


- 5 Roses de Seth, Hikari, Romeo, Mikhaïl & July ♥ -

Lonely for you only :
 
BFF POWA :
 
Autres :
 


super-banana
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t283-quiet-is-violent-meerahttp://astrophelcity.forumactif.org/t290-we-re-broken-people-meerahttp://astrophelcity.forumactif.org/t611-topic-rps-et-chronologies-meera-co#5976
Date d'inscription : 27/01/2016
Messages : 388
Dollars : 205
Crédits : Saul (avatar) & Jude (signa) ♥
Localisation : Hiawatha District
super-banana
MessageSujet: Re: Danse Joli squelette - Biggi   Dim 30 Juil - 2:55

BIGGI Heart
Rebienvenue ma belle !




:♡♡♡:
 
Bans & Stuff:
 
Citoyens
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t307-dance-with-the-devil-serahhttp://astrophelcity.forumactif.org/t365-going-down-in-flames-x-serahhttp://astrophelcity.forumactif.org/t146-tell-me-your-stories
Date d'inscription : 27/06/2016
Messages : 109
Dollars : 158
Crédits : jude ♡ ben ♡ ((vavas)) & iekazu ♡ & moi ((kits))
Citoyens
MessageSujet: Re: Danse Joli squelette - Biggi   Dim 30 Juil - 6:29

GNGNGNGN LA FAMEUSE LA GLAUQUE LA CREEPY LA CHARMANTE BIGGI.
((ptn si vous déboulez toutes la j'vais trop vouloir Alvaro help qwq))

Bon courage pour la présentation gngngn j'ai hâte de lire la miss ejgrhugirhegiurghuierh de l'amour ♥




"you're playing with a heart that's fireproof"
♡:
 
Citoyens
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t560-normal-is-a-myth-ninahttp://astrophelcity.forumactif.org/t574-be-careful-with-that-one-love-ninahttp://astrophelcity.forumactif.org/t851-history-has-its-eyes-on-you-rps
Date d'inscription : 29/07/2017
Messages : 96
Dollars : 113
Crédits : rom & mee mes bb
Citoyens
MessageSujet: Re: Danse Joli squelette - Biggi   Dim 30 Juil - 11:57

HAAAAN UNE AUTRE DANSEUUUUUSE.
REBIENVENUE.
Amuse toi bien avec ce perso !


NINA VAN DER ROHE you deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. you deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. holding your hand, not holding you back.
Citoyens
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 29/07/2017
Messages : 18
Dollars : 15
Crédits : Baby, la plus bel <3
Citoyens
MessageSujet: Re: Danse Joli squelette - Biggi   Dim 30 Juil - 16:03

Shizu> j'espère qu'elle te plaira autant qu'espéré
July> merci owo cette base envoie du feu
Heileen> merci choupette
Meera> Merci Lov
Serah> ahaha désolé, mais elle était dans ma tête depuis un long, très long moment XD (viens avec Alvaro Lov )
Nina> oui j'espère bien m'amuser avec

Du coup, j'ai fini, je vais mettre les dialogues en couleur XD
nyx votre crédibilité
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t454-nyx-oo-quel-jour-merveilleux-pour-braver-lenferhttp://astrophelcity.forumactif.org/t520-n-y-x-o-je-peine-a-respirer-cette-magie-me-consumehttp://astrophelcity.forumactif.org/t522-inserez-un-titre-ici
Date d'inscription : 08/02/2015
Messages : 144
Dollars : 21
Crédits : fanart @char ; avatar @moi
nyx votre crédibilité
MessageSujet: Re: Danse Joli squelette - Biggi   Dim 30 Juil - 16:26

BIGGI EST ENFIN LÀÀÀ
REBIENVENUE
je l'adore ♥♥♥♥♥
Citoyens
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 29/07/2017
Messages : 18
Dollars : 15
Crédits : Baby, la plus bel <3
Citoyens
MessageSujet: Re: Danse Joli squelette - Biggi   Dim 30 Juil - 17:57

Contente qu'elle te plaise <3
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Danse Joli squelette - Biggi   

Danse Joli squelette - Biggi
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Astrophel City :: HORS RP - PREMIÈRE PARTIE :: Présentations :: Fiches validées :: Civils-