AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 GARANCE // same black souls (flashback)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 




Citoyens
avatar

Super Fiche
Super-pseudo:
Pouvoir:
Inventaire:
Citoyens
Date d'inscription : 17/08/2015
Messages : 109
Dollars : 34
Crédits : l'ava de l'amur est de pride. je t'aime tu sais.
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t445-duncan-make-it-feel-like-the-first-timehttp://astrophelcity.forumactif.org/t495-duncan-rs-control-your-emotions

MessageSujet: GARANCE // same black souls (flashback)   Lun 27 Mar - 20:01

same black souls ❞
La nuit était tombée depuis un moment maintenant, tandis que l’ombre avançait d’un pas décidé. La lueur crue des néons perçaient l’obscurité d’un coin mal fréquenté qu’il connaissait pourtant trop bien, et les sourires se bousculaient aussi bien que les tissus se réduisaient. Duncan connaissait ce coin que l’on aurait difficilement imaginé exister dans un tel endroit de la ville ; la nuit tombée, si la grande place restait un endroit - plus ou moins - sûre, ces rues là étaient à prohiber. Pas sans disposer d’un esprit de conservation fort peu efficace. C’était le quartier fêtard, en plus fêlé ; en plus sale, aussi.
Duncan ne s’était plus aventuré en telles terres depuis quelques temps maintenant - cela ne se comptait qu’en mois, mais les choses pouvaient changer fort vite. Il n’avait suffi que de quelques mois pour que les choses changent drastiquement, ouais. Il lui avait fallu une grosse claque, une putain de décharge qui avait relancé son coeur - à deux reprises.
« Ils l’ont tué. »
Première claque ; premier réveil un peu trop violent.
La seconde avait été moins cruelle ; comme une lueur d’espoir dans cette vie qui le noyait, qui ne cherchait plus qu’à le submerger dans le chagrin pour qu’il y crève. Une p’tite lueur, toute douce et qui était pourtant devenu brasier dans son poitrail glacé. Cette p’tite lueur qui le faisait marcher un peu plus vite alors que milles scénarios et images défilaient dans son esprit.
Il ressentait peut être un peu de crainte.
Duncan l’indifférence froissée, Duncan le calme factice - plus que jamais en cet instant.

La nuit ne lui manquait guère - il ne l’avait jamais quittée. Ce qui s’y cachait ne pouvait faire naître une quelconque nostalgie - cela faisait partie de lui, aussi. Il ne ressentait ni plaisir ni affliction, rien qu’une indifférence agacée ; il était là par intérêt. Comme tous ceux qui se perdaient ici bas, sous les regards lubriques et les billets. S’arrêtant face à une enseigne aussi criarde que les autres, il leva un regard pour vérifier qu’il serait au bon endroit. Aucun doute ; Sugar club indiquaient les néons. Alors il s’approcha et pénétra les lieux, qu’il survola du regard. L’heure avancée n’avait pas fait fuire les clients qui s’amassaient autour des silhouettes dansantes, volcaniques. Mais Duncan n’en avait rien à foutre, de leur plastique ; c’est les visages qu’il scrutait, à la recherche d’une brune qu’il espérait - sans doute naïvement - reconnaître. Seulement la luminosité n’étant pas des plus propices à tel jeu du destin, il se contenta d’avancer pour s’approcher de la barman. Cela faisait un moment qu’il n’avait pas été de ce côté du bar, et il leva les yeux pour scruter la jeune femme comme l’on devait le faire pour lui. Un fin sourire étira ses lèvres ; ouais, ça semblait si loin. « Un whisky », et il déposait un billet tandis que son regard retournait balayer les environs. La boisson atterri à côté de sa main, la femme se pencha, un sourire dans le regard. « C’est une première ici, pas vrai ? J’vous ai jamais vu. » Se tournant un peu vers elle, il se saisit de son verre pour le porter aux lèvres avant de s’installer plus correctement sur une chaise. « Vous êtes physionomiste », rien de bien surprenant en soi, il était pareil, « c’est bien ma première fois ici. Je cherche quelqu’un. »
En général, ce genre de réplique attirait la méfiance - et cela ne manqua pas vu le regard aussi intrigué que sur ses gardes de sa vis-à-vis. Alors il reprit une gorgée, avant de plonger son regard dans le sien. « Je suis pas là pour des emmerdes. Je cherche une fille. » Et alors il sortit son téléphone, chercha dans ses dossiers avant d’appuyer sur une photographie qui n’était plus si récente. S’il n’avait pas pris en patience et n’avait pas changé comme il l’avait fait, Duncan aurait sans doute grimacé. « Une fille qui lui ressemblerait, ça vous dit quelque chose ? ». La jeune femme était sans doute très bonne comédienne, être confronté à une situation surprenante avait tendance à trahir - le spontané relevait du réel. « Pourquoi ? J’y gagne quoi, déjà ? » Classique. Il se contenta de sortir une liasse de billets et de la fixer. Elle s’en saisit, lança un regard rapide pour calculer combien devait se tenir entre ses doigts. « derrière, à gauche », elle indiquait une direction d’un coup de menton, « Pandora ».
Pandora.
Il se doutait qu’il ne s’agissait que d’un nom d’emprunt, un nom de scène, mais cela rendait la situation - ses espoirs - tangibles. Après tout, elle l’avait désignée à partir d’une photo de sa génitrice. Cela voulait-il donc dire qu’elle lui ressemblait tellement…? Soufflant un remerciement qui s’était sans doute déjà perdu dans les basses, Duncan s’éloigna vers la direction indiquée. A chaque pas, son pouls s’accélérait, et il lui semblait que le suivant était plus difficile à exécuter. Et en même temps, en même temps il bouillonnait de l’intérieur, sans savoir s’il était juste d’agir ainsi, et que même si elle était bien sa soeur, elle ne voudrait peut être pas le rencontrer - après tout, leur seul lien était une femme qui les avaient abandonnées, elle et sa jumelle, encore bébés. Alors il trouverait parfaitement légitime qu’elle l’envoie paître, voire qu’elle lui en veuille. Mais s’il était là, au fond, c’était pour lui, pas pour elle. Il avait besoin de la voir, juste une fois.

Et il la vit.
La ressemblance avec cette femme qu’il avait fini par mépriser lui sauta au visage. Pas qu’elle avait les mêmes traits, elle était même loin de la copie conforme ; pourtant, elle n’aurait décemment pu nier leur lien de parenté. Il en fut si surpris qu’il s’immobilisa un instant, le souffle court, avant de continuer sa progression. Et même s’il songeait avoir besoin de la voir, maintenant que c’était chose faite, il désirait ardemment lui parler. Il avait néanmoins conscience que ce ne serait pas chose aisée tant qu’elle serait occupée ; alors il se décida à s’éloigner de nouveau pour le moment - il ressentait un malaise certain à reluquer sa soeur dans une tenue aussi peu… habillée, dirons-nous. Il n’était pas spécialement prude ni même ancré dans les concepts de normalité, mais il n’avait pas vraiment envie de profiter du spectacle. C’est quand elle sembla descendre pour une pause qu’il se décida à l’aborder. « Pandora ? » Son regard était froid, froid d’une âme qu’il devinait aussi glacée ; aussi noire que la sienne. Et alors, alors qu’il sentait ses tripes se tordre, une lueur d’intérêt brilla dans son regard, autre qu’avidité et crainte habilement dissimulée qui s’y logeait jusqu’alors. « Ca fait un sacré moment que j’te cherche. » Ouais, quelque chose comme ça. « Je peux te payer à boire ? » Il doutait que commencer directement par “salut, je suis ton frère” soit réellement efficace.

Take a look in the mirror and what do you see
Do you see it clearer or are you deceived in what you believe


bann&co:
 

lonely for you only:
 
Revenir en haut Aller en bas




Farfallina
avatar

Super Fiche
Super-pseudo: Crystal Clear
Pouvoir: Invisibilité
Inventaire:
Farfallina
Date d'inscription : 01/01/2017
Messages : 49
Dollars : 18
Crédits : Kingyō ♥︎
Localisation : Saten District
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t466-mostly-void-partially-stars-garancehttp://astrophelcity.forumactif.org/t474-bulletproof-garance#4741http://astrophelcity.forumactif.org/t478-topic-rps-et-chronologies-meera-co#4768

MessageSujet: Re: GARANCE // same black souls (flashback)   Mar 28 Mar - 20:52



SAME BLACK SOULS

(( GARANCE X DUNCAN ))



—2 years before ; haylen district—


Il fait chaud à en suffoquer dans le club ; l’odeur de l’alcool et les effluves parfumées ne suffisent pas pour entièrement dissimuler la flagrance acide des sueurs mélangées –il y a bien trop de monde dans un espace si confiné, en cas d’accident ce serait la panique, pense-t-elle avec un sourire narquois aux lèvres en imaginant tous ces vieux cons qui la reluquaient avec le vice au fond de l’oeil se faire piétiner par un mouvement de foule ; en tout cas, du haut de son estrade elle serait à l’abri elle.

« Hey Pandora ! Tu veux bien v’nir nous régaler les yeux de c’côté-ci, ma belle ? » fait une voix d’homme éméché un peu plus loin.

Pandora sourit. Garance rit à gorge déployé de voir ces types prêts à débourser des fortunes juste pour reluquer quelques fesses –et dommage pour eux, les siennes, il ne les verront jamais puisque son contrat se limitait aux sous-vêtements ; pas qu’elle soit excessivement pudique, à vrai dire elle s’en fout carrément, mais juste pour le plaisir de ne pas leur accorder entière satisfaction.
Encore vêtue d’une chemise à moitié déboutonnée, elle s’approche du client, s’assied sur la table juste sous son nez et fait mine de lui proposer d’achever sa tâche ; il s’exécute aussitôt ce porc. Et pendant qu’elle le laisse se débattre avec ses doigts maladroits d’homme saoul, Garance, elle scrute. Le moindre mouvement, la moindre rumeur –elle a presque réussi à découvrir l’identité de sa cible, et il ne lui manque plus qu’un nom, une adresse à mettre sur le visage qui ne cesse de tourner en boucle derrière ses paupières pour mettre sa vengeance à exécution.
Sa vengeance.
Comme si c’était elle qui ne pouvait plus voler.
Mais heurter Dahlia, c’était heurter sa moitié, donc c’était un peu s’en prendre à elle par la même occasion, pas vrai ?

La chemise lui glisse des épaules et des mains moites et baladeuses viennent effleurer la peau découverte ; elle laisse couler une seconde, puis deux, mais rien n’y fait : ce soir il y a trop de monde, trop de chaleur, trop de tout, et son homme elle n’aura pas sa tête comme ça. Frustrée, elle grince des dents et écarte du pied sans ménagement le client qui venait de glisser trois billets verts dans son soutien-gorge, faisant abstraction totale de ses protestations.
Elle a beau savoir que la vengeance est un plat qui se mange froid, elle commence sérieusement à avoir les crocs depuis le temps qu’elle traîne dans ce club pourri en quête des pièces manquantes du puzzle –c’est d’autant plus frustrant qu’elle est plus proche du but que jamais.

Garance est dépitée. Elle capitule pour le moment, s’accorde une pause –autant concernant la traque que l’effeuillage– et descend de l’estrade après avoir vaguement réajusté la chemise sur ses épaules, sans la refermer –bien trop chaud pour ça.

« Pandora ? »

On peut dire que t’avais de la chance d’avoir des yeux assez noirs pour attiser sa curiosité, sinon elle t’aurais envoyé balader.

« Ca fait un sacré moment que j’te cherche. Elle hausse un sourcil, intransigeante. Je peux te payer à boire ? »

Elle te scrute, plonge ses yeux gris dans les obsidiennes sans fond que sont tes yeux dans l’idée de te sonder jusqu’au coeur –elle fait toujours ça Garance quand elle rencontre quelqu’un, et quand on ne détourne pas le regard du sien, elle aime ça.
Il faut croire que tu lui plaît bien car elle t’offre son éternel sourire –narquois, mystérieux, indéchiffrable.

Rapidement elle balaye ta silhouette du regard et note un petit renflement au niveau d’une de tes poches ; sans gêne, elle y plonge la main pour récupérer ton paquet de clope –elle a grillé l’odeur de cigarette qui te colle à la peau dès que tu t’es approché– et en sort une du paquet pour la glisser entre ses lèvres avec un petit sourire avant de te rendre l’objet de carton et de t’indiquer d’un mouvement de la tête de la suivre dans le fumoir.
Ça veut dire « oui » des fois que t’ai pas tout suivi.

code - kuru




Revenir en haut Aller en bas
 

GARANCE // same black souls (flashback)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Astrophel City :: Haylen District :: Commerces-