AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Il y avait tout à reconstruire. Nos sourires par dessus tout, ensemble. (PV Sacha)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 




élève à l'Académie
avatar

Super Fiche
Super-pseudo:
Pouvoir: transfert de douleur
Inventaire:
élève à l'Académie
Date d'inscription : 24/02/2016
Messages : 49
Dollars : 18
Crédits : Meera pour l'avatar et Jude pour la signa! ♥
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Il y avait tout à reconstruire. Nos sourires par dessus tout, ensemble. (PV Sacha)   Mer 16 Nov - 21:57


IL Y AVAIT TOUT A RECONSTRUIRE. NOS SOURIRES PAR DESSUS TOUT, ENSEMBLE

Feat Sacha "Rapunzel" Xerxes



Tu attends, bercé par le mouvement du bus en train de démarrer. Dans trois arrêts. Tu as la musique en route dans ton mp3, le son dans ton casque sur lequel tu te concentre fermant les yeux le temps que le bus roule, jusqu’à s'arrêter. Tu les rouvres, les refermes pour constater qu’il est face à un feu rouge, alors tu attends. Tu ne peux faire que ça il faut dire, d’attendre que le bus se déplace. Tu le sens redémarrer, et l’impatience qui te vient se fait de plus en plus présente au fur et à mesure que tu te rapproches de ta destination. Tu entends du bruit dans le bus, celui qui indique qu’une personne demande son arrêt. Alors tu rouvres les yeux, pour être sur. Mais non, c’est à l'arrêt juste après celui d’avant où le bus se stoppe, et ca te rassure un peu.

Deux arrêts. Tu te saisis de ton portable, dans lequel est indiqué l’itinéraire que tu dois prendre. Pourtant tu l’a déjà suffisamment mémorisé depuis un bon moment, mais le stress t’empêches d’en être sur. Que tu es bête, à paniquer autant. Tu soupires, agacé de toi même au fond. Au moins tu as la musique pour te détendre, il y aurait bien ta console que tu as toujours sur toi quand tu sors, encore plus quand tu prends le bus. Mais tu flippes bien trop de louper ton arrêt que tu n’oses même pas y jouer. Alors tu relis une dernière fois le nom de ton arrêt, et c’est en entendant une fois de plus le bruit dans le bus que tu coupes le mémo de ton téléphone, le regard en direction de la porte pour vérifier une fois de plus. Toujours pas.

Le prochain arrêt. Tu rejettes un coup d’oeil sur ton portable, et tu appuies sur le bouton sms. Ton regard en direction de tes dernières conversations, tu appuies sur l’une d’entre elles. Et tu hésites, à lui envoyer un sms, un « Ca y est, aujourd’hui j’y vais », en te demandant quelle serait sa réaction, si il y aurait de la fierté à ton égard… Si cela pouvait t’empêcher de fuir, parce que tu en as envie. Alors tu commences  à taper ces mots sur ton écran, mais tu t’arrêtes dans ton élan, et tu y effaces en soupirant, il faut ne pas compter que la dessus pour te donner du courage n’est-ce-pas ?. Tu as cette angoisse qui te tient les tripes Iekazu, depuis que tu es monté dans ce bus. Depuis que tu es là, à fixer ce bout de papier, cette adresse que tu as pu apprendre par coeur depuis des mois. Des mois à regarder ce ridicule bout de papier, sans même te rendre à sa destination, par lâcheté et par peur. Mais cette fois-ci, c’est toi qui appuie sur le bouton, pour demander au bus de s’arrêter, rangeant ton portable en te levant au moment où il se stop, et tu descends.

Dans quelques minutes, tu y seras. Tu as mémorisé le chemin à prendre par coeur, alors que tu te refusais d’y aller. Et même aujourd’hui, c’est à reculons que tu y vas. Pourtant, tu as eu maintes occasion de t’approcher, de loin. Tu as eu maintes occasion de lui parler, quand tu te décidais à cacher de ton mieux ton apparence pour ne pas qu’elle te reconnaisse. Bon sang que c’est stupide, combien de fois tu lui as demandé un autographe en donnant un prénom qui n’est pas le tient ? Tout ça pourquoi, parce que tu n’oses pas savoir sa réaction, en t’ayant en face. Mais tu as peur de quoi, qu’elle t’ai vraiment rayé de son esprit, pour vivre son vie de star bien tranquillement ? Ou c’est de toi que tu as peur, de cette jalousie qui t’as bousillé alors que tu aurais pu la retrouver. Tu aurais pu bon sang, et alors beaucoup de chose aurait été différents. Cependant, quand tu y réfléchis bien, tu n'es pas sur que cela soit totalement .

Mais tu y es, devant cet immeuble. Et tu n’as plus l’occasion de faire marche arrière, enfin si tu l'avais, mais tu te refuses d’y songer. D’habitude tu n’en fais qu’à ta tête sans penser aux conséquences vraiment, pourquoi pas aujourd’hui ? Et puis zut, ça t’as coûté d’obtenir son adresse, penses à ça au moins au lieu de vouloir jeter par la fenêtre l’argent que tu as dû dépenser pour cette information. Non, c’est juste une excuse ça, parce que dans le fond tu veux juste la revoir. Mais tu as peur.

Et tu as pas songé un instant que tu ne pourrais pas rentrer comme ça, qu’il te faudrait passer par l’interphone et que tu devrais lui parler avant de pouvoir rentrer. Une chance ? Tu vois la porte s’ouvrir, quelqu’un qui en sort, alors tu te dépêche d’entrer dans l’immeuble. Alors tu monte l'étage, et tu y arrives, devant cette porte. C’est ici, tu as mémorisé le numéro d’appartement par cœur, tu n’as même pas besoin de vérifier. Mais bon sang, que tu stress. Alors tu restes ici, à fixer la sonnette que tu n’oses pas toucher, tu as même l’impression que plusieurs minutes passent ainsi. Allez bon sang… Tu soupires un coup, et pour te donner du courage tu te décides à prendre ton portable pour l’envoyer ce sms, même si le contenu en est différent.

« Je suis devant chez elle, je bloque devant la sonnette ca craint »

Et tu envois, une « preuve »du courage que ça te demande, d’être ici. Preuve que tu ne parles pas en vain, aussi, par respect . Allez, respire. Tu rejettes un coup d’oeil en direction de la porte, rangeant ton portable dans ta poche. Mais celui ci se met à sonner, alors tu le ressors aussitôt pour lire le sms qui vient d’arriver, sa réponse, qui te fais lâcher un sourire.

« Te dégonfle pas maintenant, t'aurais l'air trop con. Sonne ! »
« Héhé rassures toi, je ne te ferais le plaisir de passer pour un con ! »


Ça t’as suffis, tu avais juste eu besoin d’un élan de courage, de sa part. Alors ne réfléchis plus, et ton doigt s’appuie sur le bouton, enfin. Tu entends la sonnerie venant de l’intérieur, et d’un coup tu te retrouves à avoir peur qu’elle ne soit pas là. Il ne manquerait plus que ça, n’est-ce pas ? Mince, arrête de flipper du moindre truc car là ca te donnerais bien plus une excuse de t’enfuir qu’autre chose. Tu attends, un peu, un peu trop patiemment peut être. Et puis, tu l’entend cette porte en train de s’ouvrir, et tu recules un peu pour ne pas te retrouver trop nez à nez face à elle. Il y a ce visage qui apparaît devant toi, bien présente, bien elle. Elle est là ça y est, bien réelle et vivante face à toi.

- Sacha ?

Évidemment que c’est elle. Mais tu ne pouvais pas faire autre chose, que de l'appeler de ta voix un peu tremblante, hésitante surtout, parce que tu ne sais toujours pas si elle a pu te reconnaître, juste comme ca. Mince, tu es juste idiot devant elle, pourquoi tu n’as pas fais ça plutôt déjà ? Peut être parce que justement tu ne sais pas réagir, et qu’avant tu n’aurais pas pu savoir te comporter mieux. Au contraire, en y songeant. Tu es là devant elle, mais tu ne sais même pas quoi dire. Alors ta voix tremble encore, pendant que tu reprends sans réfléchir totalement à ce que tu dis. Non, tu y réfléchis même pas du tout.

- C’est…. C’est moi, Iekazu. Sacha, c’est moi….

Et tu ne sais même pas si elle peut te croire, aussi facilement. Mais bon sang, que ca te fais du bien d’être ici face à elle.

(c) by me




Une rose de Romeo! Merci merci ♥
Revenir en haut Aller en bas




Citoyens
avatar

Super Fiche
Super-pseudo: Rapunzel
Pouvoir: Pousse de cheveux
Inventaire:
Citoyens
Date d'inscription : 21/10/2016
Messages : 18
Dollars : 15
Crédits : Moi-même
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t433-pity-party-sacha#4341http://astrophelcity.forumactif.org/t459-titre-de-demande-rp-ici

MessageSujet: Re: Il y avait tout à reconstruire. Nos sourires par dessus tout, ensemble. (PV Sacha)   Ven 10 Mar - 0:35


   
Il y avait tout à reconstruire

   
Une vengeance est un plat qui se mange beaucoup trop froid, comme la glace que tu es entrain de manger devant toi film. Chaque fois que tu en mange cela te refroidit un peu trop, pourquoi manger des trucs pareils quand il ne fait pas trop chaud ? L’envie du moment, en plus tu as mis trop de caramel et de noix de pécan, la prochaine fois faudra faire attention au dosage c’est sûr. Plantant ta cuillère dans ton bol, tu entends le crie qui vient de la télé, cela était presque raccord sur le coup. Tu as tué ta glace, bravo. Regardant le meurtre se faire par sac de couchage, tu trouves que cela n’a pas de mérite de figurer dans le panel de meurtre de Vendredi 13, bah ouais, il n’utilise pas sa machette ! Blasphème. Tu regardes alors l’heure, rien de prévus pour aujourd’hui, c’est parfait.

Bien que le silence de ton appartement, à part la télé semble un peu lourds, peut être que tu devrais penser à mettre un peu de musique ? Peut être est-ce une sensation plutôt énervante ? Non, au fond tu adores cette sensation, le silence, le noir de tes fenêtres courants la lumière, c’est parfait. Rien ne te déplait dans cette situation, la solitude, le noir, personne pour ne te voir, personne pour te planter…

Au fond, c’est plus qu’une dépression que tu suis, plus qu’une peur du toucher. Est-ce la peur du monde que tu ressens ? Le monde est méchant. Le monde est beaucoup trop cruel, surtout pour un ange cassé. Au fond, tu es beaucoup mieux dans ton trou à regarder le monde derrière un écran, il ne te fera rien lui, il n’est pas dangereux. Sauf peut être une indigestion ? Sûrement. Bien que tu fais attention, trop mangé vide le frigo, trop mangé va te faire sortir dehors pour aller faire des courses ? Non, il y a internet. Mais, il faut ouvrir la porte, il faut parler… Ce n’est pourtant pas compliqué non ? Pour toi, c’est beaucoup trop. Affronter un publique ne te fais pas peur, car la lumière des projecteurs t’aveugle heureusement.

Bien que tu ne sais pas vraiment si tu es heureuse. Pourquoi ce poser la question sérieusement.

Puis un bruit retentis dans ton silence si agréable. Avançant doucement, tu te poses trop de question, personne ne doit pourtant pouvoir taper à ta porte. Ta main tremble, reste calme, ce n’est qu’une porte, il y a une chaine qui te protège. Ouvrant tout doucement, tu vois un homme trop noir, est-ce la mort ?

« Sacha ? »

Tu clignais des yeux, ne comprenant pas le délire de cet homme. Tu n’arrives pas du tout à lui mettre un nom dessus, est-ce un fan ? Tu as cette impression de déjà vu déjà. Mais pourquoi ? Qui est cette personne ? Pourquoi cette nostalgie, pourquoi tu as mal ? Ta main se lève doucement vers l’appel de la sécurité, tu trembles comme une feuille.

« C’est…. C’est moi, Iekazu. Sacha, c’est moi…. »

Tes yeux se sont grossis tout d’un coup, tu as claqué la porte. Pourquoi cette réaction aussi violente ? Tu avances rapidement, tout caché, tout faire remplir de lumière. Ouvrant tous les rideaux, mettant tout les papiers qui traînent à la poubelle, mettant juste cette impression que tout va bien, cachant le DVD dans le tiroir secret du canapé, tu mets un truc de pop culture, que tu regardes que rarement. Tu regardes si tout va bien, tu regardes le miroir… Et si c’était une blague ? Ta mémoire se trouble, et si c’était un fan trop fan ? Sur le coup, tu ne savais même plus.

Tu te rapproche de cette porte, cherchant quoi dire, au fond tu ne sais même plus si croire t’es permis. Restant contre celle-ci, tu l’as rouvre tout doucement, prête à appuyer sur ce maudit bouton trop utilisé.

« Vraiment…. ? Je veux dire. Comment…Pu-puis je vous croire ? »

Vouvoiement tellement mal placé dans le fond. Mais tu ne sais plus, tu ne sais rien d’autre qu’avoir peur.


©gotheim pour epicode




Sacha vous ment en Olive
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
 

Il y avait tout à reconstruire. Nos sourires par dessus tout, ensemble. (PV Sacha)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Astrophel City :: Nahuel District :: Résidences-