AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 • Guardian Angel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 




Citoyens
avatar

Super Fiche
Super-pseudo: Rapunzel
Pouvoir: Pousse de cheveux
Inventaire:
Citoyens
Date d'inscription : 21/10/2016
Messages : 18
Dollars : 15
Crédits : Moi-même
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t433-pity-party-sacha#4341http://astrophelcity.forumactif.org/t459-titre-de-demande-rp-ici

MessageSujet: • Guardian Angel   Mer 16 Nov - 0:50


   
Guardian
Angel
Feat Valentino
Le bruit de la porte qui résonne dans cet appartement sombre. Aucun volet n’a jamais ouvert, la lumière n’est pas appréciée dans ce lieu dominé par les ténèbres. Bien que ce bruit étrange releva la tête de la seule personne vivant ici. Ce qui intrigua tout de suite l’habitante qui se lève doucement de son petit nid douillet pour atteindre cette porte. Bien sûr la peur d’ouvrir est tout de suite présente. Posant doucement la main sur la poignée de porte, tu ouvre l’œil du judas pour regarder dedans, voir si c’est une tête connu ou non, c’est le cas, tu connais.

Donc la porte  s’ouvre tout doucement pour laisser juste un tout petit écart, pas trop de lumière d’un coup. Le visage d’une femme bien habillé, enfin pas comme la femme de ménage modeste, non celle-là c’est pas n’importe qui. Clignant plusieurs fois des yeux, tu regardes cette femme, qui affiche un petit sourire, bien que ce n’est sûrement pas pour vendre des cookies que celle-ci se trouve là.

« Excusez moi, mais les cries qu’on entend chez vous est clairement perturbant voyez vous, je dois rendre un écrit dans peu de temps vous savez…
-…Oh ! Désolé, je ne pensais pas que cela dérangerais, désolé madame, je baisse tout de suite ! »

Un hochement de tête pour dire merci, et aussi tôt tu fermes la porte à plusieurs verrou. La sécurité c’est important pour toi. Alors tu retournes dans ton salon avec ta grande télé haute définition et baisse le son de ton film. Saw, ta collection préféré de film, il faut dire que là y a pas vraiment d’espoir, que des morts et des pleures… Un truc qui te va bien c’est sûr. Reprenant alors ton occupation, le trempage de brioche grillé avec du beurre salé dans un chocolat chaud. Il parait que cela est très français ce truc, tu n’as jamais demandé à Mélu’ si c’était le cas… Et tu n’oseras pas bien sûr, trop discrète et timide pour cela. Tout en faisant ton déjeuner qui est plus un petit déjeuner. Tu continues de faire tes petites magouilles, cette fois cela sera un bracelet, mais c’est beaucoup de travail avant.

Tu as décidé de faire des cupcakes, il y en aura 8, avec un petit visage différent amusant. Tu as déjà fait les visages et les formes, et avec une pince à épilé, tu places les micro-perles pour faire le sucre coloré, un travail minutieux et très long, cela peut occuper tes journées et tes semaines aussi… Après que tu es terminée la décoration, direction le four pour les faires cuire. C’est presqu’à cela que te sers ce four. Tu retires délicatement ton premier plateaux déjà cuit pour retourner devant ta télé, tu connais tellement ton film par cœur que seul le son te suffit. Posant les tout chaud, tu retournes à la construction de plusieurs petites étoiles, futur pendentif sûrement. Tout en regardant ton petit dessin pour voir comment cela va se dégoupiller. Bien qu’un moment, ta pince tape plusieurs fois dans le vide. Levant ton bout de nez, tu remarques que tu commences clairement à être en manque de plein de petits éléments important. C’est vrai que pas beaucoup sortir, et ne sortir que pour le boulot ne va pas aider… Tu regardes les petites lumières qui passent des rideaux, oui il faut sortir.

Après avoir terminé ta préparation pour sortir, on se répète 20 fois que tout ira bien, on se répète 20 fois que le tout c’est de ne pas s’arrêter et encore 20 fois tu es fortes.  Une psychologie peut être faible et stupide mais qui peut aider un peu. Tu as enfilé une robe en laine, des collants noire, bien que tu enfiles après tout ça, un manteau noir pour être discrète, un bonnet oreille de chat et surtout une écharpe pour te cacher un peu le visage, le plaisir d’être connu n’est-ce pas ? Serrant ta petite liste, tu respires et te dis encore 20 fois une dernière fois : cela va bien se passer.

Et c’est la main tremblante que tu ouvres la porte de ton appartement pour le quitter.

Tu avances rapidement, essayant de passer les rues les moins fréquenté, en regardant le plus souvent tes pieds, tu essaies de rester calme, mais au fond tu es paniqué, le moindre regard te stress. Tu aurais du appeler une voiture ? Shizu ? Non, tu ne veux pas déranger, donc tu te débrouilles comme une idiote. La boutique n’est pas loin, en plus tu dois faire quelques courses pour manger ce soir, bref plein de petite chose qui allonge ton séjour dehors. Un regard de gauche à droite, et on avance rapidement pour atteindre enfin cette boutique, tu donnes rapidement la liste pour les fournitures. Tu regardais partout, en attendant que la femme te réunis tout ce que tu as demandé, bien sûr tu regardes faire en regardant la vendeuse mettre tout dans ton sac, chaque petit élément coloré qui feront de merveilleuse petite chose. Tu te saisies du sac pour avancer rapidement et sortir après avoir payé bien sûr, tu n’es pas une voleuse quand même. Donc tu reprends vite ton chemin en te dépêchant pour fuir et aller chercher la nourriture. En passant encore par les rues peu fréquenté, afin de pouvoir ne croiser personne. Bien que tu te stoppes pour retirer un peu ton écharpe pour souffler. Ce n’est pas évident de respirer avec cela. Prenant une petite pause pour prendre l’air frais, la jeune femme que tu es, tente juste de respirer, comme elle peut.

Bien que tu entendes d’un coup un bruit qui t’alerte rapidement. Tu es peut être trop paniqué, alors tu avance rapidement, ne sachant pas trop quoi faire, bien que tu sentis une main se poser sur ton épaule, ce qui t’a fait lâcher ton sac et pousser un hurlement, tous tes achats étalé sur le sol, dont la boite de perles qui c’est cassé. Tu t’es retournée terrifiée, tu ne voyais qu’un homme…. Un homme, ton regard était terrifié.

« Tu es Rapunzel ?! »

Un fan… Tu recules, il approche, tu as peur, tu trembles, tu n’arrives pas à parler, tu n’arrives pas à te contrôler, il t’a touché… il… Tu viens de tomber en enfer.
Je ne suis qu'une faible personne qui ne sait rien faire

   

   




Sacha vous ment en Olive
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas




élève à l'Académie
avatar

Super Fiche
Super-pseudo: Riptide
Pouvoir: Maîtrise de l'eau
Inventaire:
élève à l'Académie
Date d'inscription : 30/08/2016
Messages : 64
Dollars : 19
Crédits : myself ♥︎
Localisation : Saten District (& Académie).
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t388-the-kids-arent-alright-valentinohttp://astrophelcity.forumactif.org/t413-you-re-gonna-go-far-kid-valentinohttp://astrophelcity.forumactif.org/t478-topic-rps-et-chronologies-meera-co

MessageSujet: Re: • Guardian Angel   Mer 16 Nov - 18:37

❝ even a punk can wear a shiny armor ❞

» sacha & valentino

—one year earlier —

Samedi après-midi, temps plutôt clément, quoiqu’un peu frisquet. La journée idéale pour sortir avec ses amis, profiter de son temps libre, penser à autre chose que les tracas du quotidien et se détendre. Enfin, pour la plupart. Pas pour Valentino.
Il était un des rares étudiants de sa classe à travailler en dehors des cours à seulement seize ans. Trois soirs par semaine après les cours, et le samedi après-midi, il les passaient à suer dans une petite brasserie familiale dont la notoriété était montée en flèche depuis quelque temps, si bien que les lieux étaient souvent bondés, et le travail harassant. Si on lui avait dit qu’il passerait les deux-tiers de son temps libre à faire la bonniche et servir des clients souvent insupportables avec un sourire forcé digne des plus grands suceurs du monde sur la gueule, il se serait empressé de le nier pour défendre son honneur le pauvre garçon.
Et pourtant.
Quand l’argent manquait, fallait bien le chercher quelque part hein ?
Oh pour sûr, il avait tenté sa chance partout ailleurs avant, mais son jeune âge et ses airs de causeur de trouble lui avaient porté malchance jusque là. La brasserie de Miss Suzie avait été le premier établissement à l’accepter, et conscient que lorsqu’on était né dans la même classe sociale que lui, il savait qu’on ne crachait jamais sur un travail offert.
Et puis bon, si l’on omettait le fait que Miss Suzie avait la fâcheuse tendance de le fixer des yeux avec un peu trop d’insistance parfois –surtout lorsqu’il était de dos et qu’il devait se pencher pour servir un client– elle pouvait être sympa cette vieille pie.
N’empêche, il préférerait quand même largement passer son temps à la salle ou avec ses amis, clairement.

▬ Valentino ! fit une voix féminine derrière lui alors que pendant un moment d’absence, il s’était posé sur une chaise vide, l’oeil hagard —cela eu le don de le faire sursauter et froncer les sourcils en direction de la jeune fille qui venait d’interrompre sa courte pause improvisée. J’suis désolée d’être aussi en retard, mon vélo a crevé et—

▬ T’as toujours des soucis avec ton vélo Zoé, fit-il laconiquement, sans s’énerver –pourtant avec Zoé, la retardataire éternelle, il aurait eu de quoi.

▬ Oui euh…Disons que j’ai pas de chance ? –à d’autres.

▬ Vrai que t’as vraiment la gueule d’une poissarde, il lança à mi-voix avec un sourire cynique en l’avisant de pieds à la tête –c’était le genre de fille aimée et chouchoutée par sa famille, et qui ne travaillait ici que pour se faire un peu d’argent de poche ; une vraie poissarde, c’est clair. Bon j’me casse, t’iras prendre la commande de la table quatre, j’viens de leur filer le menu. À plus.

▬ Euh, ouais, rentre bien Val’.

Elle avait l’air mal à l’aise la pauvre.
Il en ricana dans sa barbe.

_________________________________

Dehors, l’air était frais et lui faisait du bien après étuve du restaurant où l’agitation mêlée à la chaleur des cuisines lui donnaient toujours des suées dont il se passerait bien au travail. Débarrassé de son uniforme débile, il prit la route jusque chez lui d’un pas tranquille –pas vraiment pressé de rentrer– les mains dans les poches et un casque sur les oreilles balançant du bon son comme il les aimait.
Il n’aurait pas entendu le cri qu’on poussa dans une ruelle un peu plus vide liant le coeur des quartiers alentours à l’artère principale de la rue s’il n’avait pas été émis pile entre deux chansons. Il s’immobilisa, balaya du regard l’endroit où il se trouvait pour s’assurer de ne pas avoir rêvé et écarquilla les yeux en reconnaissant un visage familier dans une allée.
Un homme lui faisait face et lui avait agrippé l’épaule.
Pas de doute alors, c’était bien elle qui avait crié.
Alors évidemment, il s’était approché.
Ça faisait un moment que le sale gosse des rues n’avait pas revêtit son armure de preux chevalier pour aider la demoiselle en détresse.

▬ Eh, lança-t-il à l’attention du jeune homme une fois arrivé à leur hauteur, t’es gentil mais tu la lâches vieux, tu vois pas qu’elle a pas envie qu’tu la touches ?

Depuis son arrivée à Astrophel, il travaillait un peu sur lui-même pour aborder les gens de manière moins agressive, même dans ce genre de situation.
Ceci dit il pouvait vite abandonner ses bonnes résolutions si son interlocuteur avait la bêtise d’ignorer son avertissement.

electric bird.




:a bit of sweetness in this mad world:
 


Revenir en haut Aller en bas




Citoyens
avatar

Super Fiche
Super-pseudo: Rapunzel
Pouvoir: Pousse de cheveux
Inventaire:
Citoyens
Date d'inscription : 21/10/2016
Messages : 18
Dollars : 15
Crédits : Moi-même
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t433-pity-party-sacha#4341http://astrophelcity.forumactif.org/t459-titre-de-demande-rp-ici

MessageSujet: Re: • Guardian Angel   Mer 30 Nov - 18:05


   
Guardian
Angel
Feat Valentino
Le monde fait peur, le monde est beaucoup trop violent pour toi. Tu détestes ce monde dans lequel tu vis, même si parfois la douceur te caresse la peau, c’est juste un mensonge, comme toi. Cette fois encore le monde revient à la charge pour te rappeler O combien il est immonde. Tu voulais juste sortir acheter du matériel, de la nourriture, juste sortir quelques minutes, aller une heure ? Mais voilà, le malheur revient toujours à la charge pour t’enfoncer la tête dans l’eau.

Peut être qu’il ne te veut pas de mal ? Peut être qu’il voulait juste te dire merci pour tout ? Peut être que c’est ce genre de personne qui ne veut pas être méchant avec toi ? Tu es la pire star du monde qui ne peut rendre l’amour de ses fans. Au fond, pourquoi les gens voit en toi une personne à regarder et admirer ? Il n’y a rien à aimer chez toi. Tu es seule devant un homme qui approche un peu trop, tu ne peux pas lutter, tu es terrifiée.

Tu es figé sur place, tes jambes sont devenu des racines planté dans le bêton, tu ne peux plus fuir, tu le vois avec un sourire tout content. Son portable qu’il fouille pour prendre des photos, c’est ça le métier d’idole, des photos volées, des fans ? Non ? Ce n’est pas un fan, vu qu’il semble en même temps saisir un calepin, c’est bien pire que cela. Tes mains tremblent, il t’a touché l’épaule, il t’a juste effleuré, mais c’est déjà beaucoup trop pour toi.

C’est alors que cette voix résonne dans la cour.

«  Eh, t’es gentil mais tu la lâches vieux, tu vois pas qu’elle a pas envie qu’tu la touches ? »

Quand tu as tourné la tête, tu as revus cette scène il y a pas tant d’année que ça, mais c’était l’équivalente, une sorte de nouvelle version remasterisé. Il est grand, il est imposant pour toi. Ton chevalier est arrivé sans cheval blanc, sans épée et armure luisante, un chevalier ne laissera jamais la princesse pousser un hurlement, c’est la coutume. Il se rapproche, bien sûr toi tu es totalement figé devant cette apparition venu de loin, toi qui a disparut du jour au lendemain comme ça, le revoilà comme ci de rien n’était. N’oublions pas, que peu importe le comporte de la princesse, le chevalier sera toujours là, malgré l’égoïsme de celle-là ; c’est la même chose pour toi Sacha ?

« Aller c’est juste l’affaire de quelques questions ! Ce n’est pas tous les jours qu’on peut tomber sur une star ! Juste quelques questions. »

Malgré les dires de l’homme, ton instinct t’a fait marcher, t’as fait te diriger mécaniquement derrière Valentino, tu te cache derrière sa carrure, derrière son armure fictive, ne pouvant toucher cet homme trop bon, tu te saisiras juste d’un bout de tissu qui n’est pas contre son corps en tremblant. Trop faible et trop stupide, essayant de calmer tes tremblements, en vain.  Prend tes mots et ton courage, ravale ta tristesse et parle comme une adulte, tu ne peux pas éternellement te cacher.

« S’il vous plait… pouvez vous partir. Juste s’il vous plait… »

Tu cherches les mots, ils sont beaucoup trop maladroit, ils sont trop faible pour imposer quelque chose. Te pinçant un peu la lèvre, tu ne sais pas du tout comment parler aux gens que tu ne connais pas, c’est toujours stupidement que tu envois des mots fragiles qui se brisent avant même d’atteindre son destinataire. Bien que tu affiches un petit sourire, comme pour te rassurer toi meêm que tout va bien, tu fais comme tu peux oui.

« Serait-ce un rendez vous secret ?! Qui êtes vous pour Rapunzel ?! Répondez moi ! Cela vous fait quoi de connaitre un membre des Shooting Star ?! Comment vous vous êtes connus ?! »

Il avance, par réflexe tu recules de peur qu’il ne refasse un geste brusque. Tu recules. Tu marches sur tes affaires. Tu finis le derrière par terre. Tu es si pathétique Sacha, tu as beau essayer de te montrer forte, la peur te fait faire n’importe quoi. Comme d’habitude, c’est en victime que tu te place. Comme d’habitude.

Je ne suis qu'une faible personne qui ne sait rien faire

   

   




Sacha vous ment en Olive
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas




élève à l'Académie
avatar

Super Fiche
Super-pseudo: Riptide
Pouvoir: Maîtrise de l'eau
Inventaire:
élève à l'Académie
Date d'inscription : 30/08/2016
Messages : 64
Dollars : 19
Crédits : myself ♥︎
Localisation : Saten District (& Académie).
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t388-the-kids-arent-alright-valentinohttp://astrophelcity.forumactif.org/t413-you-re-gonna-go-far-kid-valentinohttp://astrophelcity.forumactif.org/t478-topic-rps-et-chronologies-meera-co

MessageSujet: Re: • Guardian Angel   Mer 30 Nov - 19:26

❝ even a punk can wear a shiny armor ❞

» sacha & valentino

▬ Allez c’est juste l’affaire de quelques questions ! Ce n’est pas tous les jours qu’on peut tomber sur une star ! Juste quelques questions.

Un tic nerveux agita sa paupière alors que les mots dégoulinants d’intérêt du type face à lui commençaient d’entamer sa patience déjà limitée. C’était ça le problème aussi quand on voulait avoir l’air à peu près poli ; les gens comprennent jamais du premier coup.
C’était vrai qu’aujourd’hui, politesse voulait dire faiblesse dans la bouche d’un homme, et d’aussi loin qu’il se souvienne, il avait plus souvent eu ce qu’il voulait à renfort de coups plutôt qu’avec des « s’il vous plaît ».
Mais il savait que Sacha n’aimait pas la violence –pas celle là, réelle et frappante parfois– alors tant qu’il le pouvait, il n’en ferait pas usage devant elle, même s’il ne savait pas bien les tenants et aboutissants de cette répulsion. Elle était peut-être juste sensible, mais Valentino était bien placé pour savoir qu’on ne devine pas toujours les traumatismes des autres derrière leurs visages, et qui sait, elle avait peut-être de douloureux souvenirs qui s’agitaient derrière ses jolis yeux verts.
En fait, ça ne l’étonnerait pas que ce soit le cas.
Mais ce n’étaient pas ses affaires, et si quelqu’un devait lui tirer les vers du nez pour en savoir plus, ce ne serait certainement pas lui, et encore moins maintenant, alors qu’il venait à peine de retrouver la jeune fille qui avait disparu de sa vu quelques mois auparavant ; il s’était fait du mouron pendant un temps, et puis s’était rassuré un jour où ses soeurs l’avaient forcé à regarder l’une de ces émissions musicales niaises dont les gamines de treize ans raffolent, et il l’avait reconnue, Sacha, avec ces autres filles sur scène –auréolées par les projecteurs qui lui avaient donné l’impression qu’elle était bien loin de lui désormais.
Pourtant quand elle vint se réfugier derrière lui et que sa petite main tremblante s’agrippa à son sweat, il voyait surtout la petite fille tétanisée par ses camarades de classe, et pas la radieuse Rapunzel –qu’elle lui pardonne, mais il avait trouvé cette idée de surnoms de princesses assez ridicule.

▬ S’il vous plait… pouvez vous partir. Juste s’il vous plait…

Valentino –qui avait baissé la tête vers la jeune fille lorsqu’elle s’était accrochée à lui et avait faiblement haussé la voix– se retourna vers le type en face –paparazzi probablement– et se contenta de lui lancer un regard appuyé et menaçant, en espérant que cela suffirait pour qu’il s’en aille sans demander son reste.
Apparemment non.

▬ Serait-ce un rendez vous secret ?! Qui êtes vous pour Rapunzel ?! Répondez moi ! Cela vous fait quoi de connaitre un membre des Shooting Star ?! Comment vous vous êtes connus ?!

L’enfilade de question le déstabilisa une seconde soudainement, car elles lui étaient destinées plus qu’à Sacha, et il écarquilla les yeux une seconde avant qu’un rictus cynique n’étire le coin de ses lèvres au point d’en révéler l’éclat blanc de ses canines. Pourriture de charognard.

▬ C’est ça ouais, rendez-vous secret, il ricana d’un ton suintant d’ironie –s’il était assez bête pour le prendre au pied de la lettre, il avait toute sa pitié car sa vie ne devait pas être très facile dans ce cas là– maintenant j’te le dis une dernière fois, tire-toi de là avant que je m’énerve, t’aimerais pas que j’aille harceler ta mère comme ça, non ?

Peut-être était-ce son regard implacable qui signifiait qu’il n’hésiterait pas à se montrer plus brusque s’il le fallait, ou encore l’allusion à sa génitrice qui l’avait ébranlé –peu importe– mais le reporter se raidit, comme intimidé et outré à la fois, et après de longues secondes pendant lesquelles son regard fit l’aller-retour entre Sacha et lui, sa mâchoire se crispa dans un sourire poli mais clairement pas sincère, puis il griffonna quelques notes dans son carnet avant de leur adresser de brèves salutations et s’éclipser, non sans leur lancer de nouveaux regards insistants et inquisiteurs. L’idée de paraître dans les tabloïds en tant qu’un quelconque proche de la célèbre Rapunzel se fit alors sa place dans un coin de son esprit, et il grimaça –pas que ça le gênait qu’on le sache plus ou moins proche d’elle, mais ça le ferait chier si la chose devait être exposée au grand public ; Valentino était le genre de garçon qui mettait un point d’honneur à ce que sa vie privée reste privée, justement, et il portait un mépris certains pour ceux qui ne respectait pas ça.
Et puis si on le décrivait comme petit ami d’une jeune idole et que ça devait remonter aux oreilles de ses frangines –pire, à celles d’Ariana– il allait en prendre pour son grade.

Il se retourna alors vers Sacha, et constata avec surprise qu’elle était assise par terre –peut-être avait-elle trébuché sans qu’il ne l’entende, trop occupé à assassiner l’autre connard des yeux ?

▬ Eh ben alors, suffit que j’arrive pour que tu défailles, princesse ? fit-il dans un ricanement qui cette fois, s’il était toujours ironique et un chouïa moqueur, n’était certainement pas méchant ; c’était plus une marque d’affection car il parlait comme ça à beaucoup de filles de son entourage.

Valentino s’empara de son sac qu’il plaça en équilibre sur une de ses épaules et l’ouvrit pour un sortir un parapluie rétractable que Lilium ou Fiona avaient fourré dedans sans qu’il ne le sache quelques jours plus tôt et qui ne l’avait pas quitté depuis –il pouvait pleuvoir des cordes, jamais il n’avait le réflexe d’ouvrir un parapluie au-dessus de sa tête et finissait systématiquement trempé. Puis il fit s’allonger la tige d’aluminium de l’objet et, dans un geste lent pour ne pas la surprendre, il tendit l’extrémité vers Sacha pour qu’elle s’en serve pour se relever.

▬ Tu noteras que c’est au moins la troisième fois que j’te tire du pétrin, ça mérite au moins un grec payé de ta poche si tu veux mon avis, il ajouta sans se départir de son sourire en coin.

Ariana pouvait témoigner ; il n'avait jamais été le gentleman qui paye systématiquement pour les filles au restaurant.

electric bird.




:a bit of sweetness in this mad world:
 


Revenir en haut Aller en bas




Citoyens
avatar

Super Fiche
Super-pseudo: Rapunzel
Pouvoir: Pousse de cheveux
Inventaire:
Citoyens
Date d'inscription : 21/10/2016
Messages : 18
Dollars : 15
Crédits : Moi-même
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t433-pity-party-sacha#4341http://astrophelcity.forumactif.org/t459-titre-de-demande-rp-ici

MessageSujet: Re: • Guardian Angel   Ven 10 Mar - 0:38


   
Guardian
Angel
Feat Valentino
Quelle piètre princesse tu es. Chaque fois qu’un chevalier arrive, tu es toujours dans ton coin pleurant comme un pauvre Chaton ayant perdu sa mère. Tu es cette personne qui ne sait rien faire d’autre que pousser des gémissements ridiculement irritant pour appeler à l’aide. Et le pire c’est que cela marche parfaitement, les chevaliers, les anges accourent pour sauver la pauvre demoiselle en détresse que tu es.  Restant stupidement sur le sol comme si c’était ta place, tu regardes le héro faire fuir le grand méchant de cette journée pour laisser place à la délivrance. Tu respires un peu, le voyant partir, malgré le fait qu’il est embêté par ta faute Valentino, pourquoi c’est toujours toi la fautive ? Pourquoi tu te rejettes toujours la faute ?  C’est juste une stupide habitude.

« Eh ben alors, suffit que j’arrive pour que tu défailles, princesse ? »

Car tu es stupide et fragile comme un enfant ? Il est vrai qu’il a toujours était le saveur de cette demoiselle en détresse, c’est sûrement son métier dans le fond. Peut être que c’est le destin ? C’est comme dans les films ? Non, ce n’est pas un film ça, c’est juste un coup de chance comme un autre. Tu baisses un peu la tête, te sentant totalement coupable de tout cela, tu as du le déranger, tu as du l’ennuyer comme d’habitude ? Tu te dénigres tellement qu’on croirait que tu ne sais faire que cela…

Tu entendais un petit bruit bien étrange, voyant alors un parapluie fermé mais tendu vers toi. D’un geste lent pour ne pas t’effrayer, tu regardes un instant, comprenant alors pourquoi il vient de faire ce geste. Tendant un peu la main pour saisir celui-ci.

« Tu noteras que c’est au moins la troisième fois que j’te tire du pétrin, ça mérite au moins un grec payé de ta poche si tu veux mon avis, »

Tu clignas un peu des yeux, essayant de comprendre de quoi il voulait parler sur le coup.  Cherchant un moment tu ne savais pas trop comment lui expliquer ta situation. Tapotant sur tes vêtements pour enlever poussière et remettre un peu tout correctement, tu cherchais un instant à comprendre. Bien que tu remarques toutes les perles par terres.

« Mes achats…. » Tu serrais un peu ton vêtement en te pinçant les lèvres. « J-Je euh.. »

Comment lui dire sans passer pour une idiote ?

« C’est quoi un Grec ? Enfin, je ne vois pas du tout ce que c’est…. Pardon… désolé… »

Trop de pardon d’un coup, tu te trouves tellement ridicule, mais tu continues toujours de dire ces mots que tu sembles dire automatiquement, c’est stupide, mais c’est une protection. Bien que tu ne quittes pas du regard tout ce que tu viens d’acheter, au moins la pâte fimo est sauvé, c’est déjà ça.  Même si c’était plus pour les perles toute microscopiques que tu étais sortie. Mais, retrouver Valentino, n’est-ce pas un plus beau cadeau ?

Oui au fond, ton cœur se réchauffe de retrouver un ami. Tes joues reprennent un peu de couleur, juste en le regardant.

Je ne suis qu'une faible personne qui ne sait rien faire

   

   




Sacha vous ment en Olive
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas




élève à l'Académie
avatar

Super Fiche
Super-pseudo: Riptide
Pouvoir: Maîtrise de l'eau
Inventaire:
élève à l'Académie
Date d'inscription : 30/08/2016
Messages : 64
Dollars : 19
Crédits : myself ♥︎
Localisation : Saten District (& Académie).
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t388-the-kids-arent-alright-valentinohttp://astrophelcity.forumactif.org/t413-you-re-gonna-go-far-kid-valentinohttp://astrophelcity.forumactif.org/t478-topic-rps-et-chronologies-meera-co

MessageSujet: Re: • Guardian Angel   Jeu 27 Avr - 14:58

❝ even a punk can wear a shiny armor ❞

» sacha & valentino

D’un regard amusé mais néanmoins bienveillant, il observa la jeune fille se relever à l’aide de son parapluie –qu’il rangea dans son sac aussitôt– et épousseter ses vêtements tout en les réajustant. Il ne manqua pas de remarquer son regard qui fixait le sol, et il avait beau savoir que c’était assez commun chez elle de garder le nez baissé, son regard suivit par mimétisme la même trajectoire que le sien malgré tout ; il nota alors enfin les perles minuscules qui s’étaient répandues sur les pavés –et elle avait l’air d’y tenir vu l’air consterné qui peignait son visage.

▬ Mes achats… J-Je euh…

Valentino roula des yeux, un sourire narquois aux lèvres.

▬ C’est quoi un Grec ? Enfin, je ne vois pas du tout ce que c’est…. Pardon… désolé…

Et d’un coup son sourire fana sous la surprise.
Avant de se changer en un éclat de rire franc.

▬ Putain, me dis pas qu’ils connaissent pas ça au pays des paillettes et des projecteurs, quand même !

Il voulait bien admettre que ses kebabs à cinq dollar, c’était un peu la bouffe du pauvre, mais quand même, si être célèbre voulait dire rater ce genre de délices, est-ce que ce style de vie valait vraiment la peine d’être vécu ?
En tout cas, Sacha ne semblait pas plus avancée.

▬ Bon regarde ce qu’on va faire, il ajouta alors une fois calmé, mais toujours avec un soupçon d’hilarité dans la voix, je t’aide à ramasser tes perles, on va tout poser chez toi, et quand c’est fait j’t’emmène au meilleur grec du quartier et tu me paie le déjeuner, ça marche ?

Il n’attendit pas vraiment qu’elle lui réponde pour s’accroupir et commencer à récolter les petites perles nacrées dans le creux de sa paume –même si elle lui répondait qu’elle ne voulait pas y aller, il l’aiderait à tout ramasser de toute façon.

▬ C’est pour quoi faire tout tes trucs là, au fait ? lança-t-il machinalement en levant le regard vers elle pour poursuivre la conversation.

C’est qu’il devenait étrangement bavard à ses côtés, allez savoir pourquoi.

electric bird.




:a bit of sweetness in this mad world:
 


Revenir en haut Aller en bas




Citoyens
avatar

Super Fiche
Super-pseudo: Rapunzel
Pouvoir: Pousse de cheveux
Inventaire:
Citoyens
Date d'inscription : 21/10/2016
Messages : 18
Dollars : 15
Crédits : Moi-même
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t433-pity-party-sacha#4341http://astrophelcity.forumactif.org/t459-titre-de-demande-rp-ici

MessageSujet: Re: • Guardian Angel   Dim 7 Mai - 14:16


   
Guardian
Angel
Feat Valentino
Aucun contact, pas le moindre geste que les gentilesse physique. Dans ton cas, une tapotte sur la tête, un geste de réconfort serait le bienvenu pour toute perosnne normal, mais toi tu refuse le moindre contact, tu ne veux pas la moindre sortie illuminé. Quelle victime pitoyable qui fait tout pour se tirer sa propre balle de fin. Et le pire de tout cela, tu es encore là, devant Valentino vivante, toi qui est si mal dans ta peau, pourquoi tu es toujours là ? Ah oui, on t'empêche toujours d'en terminé, les responsabilités ? L'espoir ? Tout ça existe vraiment alors. C'est beau ? C'est énervant. Ou alors t'es qu'une pauvre fille faible incapable de tenir devant ses choix ?  Au moins, tu le prouves bien car tu gardes toujours le nez baissé, jamais tu n'oserais regarder les gens en face, ni de haut, tu es si pathétiques que cela serait du n'importe quoi de devenir comme les gens hautain ou qui se prennent trop la tête pour être les meilleurs, non toi tu te contente de rester bien bas, comme ça c'est une place qui te convient le mieux.

Et pour la peine, passe pour une idiote devant le jeune homme. Tu ne t'intéresse que peu au monde, une autre preuve que tu ne veux pas continuer de vivre ici bas sur terre. Il parle d'un "Grec", il se moque de toi de ne pas savoir ce mot sûrement connu de tous sauf de toi. Encore tu connais un "italien", un "français", un "Chinois, un "Japonnais" mais alors un "Grec", c'est un pokémon sauvage  ça.

"Putain, me dis pas qu’ils connaissent pas ça au pays des paillettes et des projecteurs, quand même !"

Tu reprends cet air triste sur ton visage, il est tellement habitué que cela en devient presque ta tête habituelle en dehors de ce monde de Paillettes et de Projecteurs. Non, tu ne connais pas cela, car sortir dans la rue c'est si dur pour toi, déjà pour ta popularité, déjà pour ta peur... En vrai, tu le fais tellement exprès pour ne pas sortir, toutes les excuses sont bonnes n'est-ce pas ?  Mais, malgré la parole du jeune homme, tu ne peux pas dire que tu es bien avancé sur le "Grec" a force tu vas croire qu'il parle d'une personne.  Le cannibalisme est très mal vu, donc c'est pas d'une personne, peut être chez une personne ? Espérons que non tout de même.

"Bon regarde ce qu’on va faire,  je t’aide à ramasser tes perles, on va tout poser chez toi, et quand c’est fait j’t’emmène au meilleur grec du quartier et tu me paie le déjeuner, ça marche ?"

....C'est un prostitué ? Affichant cette tête totalement désabusé, ne comprenant pas du tout ce que c'est... Il veut manger et... Tu deviens toute rouge devant le propose de Valentino, sachant que cela ne doit pas être du tout cela, mais tout de même tu as l'esprit très vicieux Sacha. Tu clignes tellement fois des yeux, que tu viens juste de remarquer ton ami entrain de ramasser les perles qui sont tombé sur le sol. Agis un peu plus vite Sacha. N'ayant pas le temps même de te baissé pour aider, tu entends sa voix résonner dans tes oreilles, ne parlant pas de ce maudit Grec cette fois.

" C’est pour quoi faire tout tes trucs là, au fait ? "

Tu devrais pouvoir répondre à une question aussi banal, c'est pas compliqué, il faut juste aligner des mots pour faire une phrase, aller tu peux le faire Sacha, le monde te regarde... Non ça va te stresser, le chat qui sort de la poubelle te regarde, ça te va ? Okay.

"J-Je... C-C'est pour de l'art Créatif. Enfin, depuis que j'étais chez maman, je m'occupais les journées dans ce genre de chose. Et j'ai découvert la mode du "Kawaii" venant du Japon.... Enfin, cela n'aide pas à comprendre..." tu baisses les yeux et fouille dans ton sac à main pour sortir un élément "C'est ç-ça!"

Tu sortie un porte clef en forme de Donuts, avec un visage : >w<, le glaçage recouvert de perle, les couleur féminine faite en pâtes fimo, tu avais eu pas mal de mal à faire cet effet brillant sur le dessous de la création, il est accroché à ton portable, tu l'aimes beaucoup car il est le plus réussi de tous. Bien que tu te reprends vite pour ramasser ce qu'il y a par terre, mais tu ne pourras pas tout récupérer, ce n'est pas trop grave, tu en as déjà une bonne partie.

Après avoir tout réunis, tu regardes rapidement le jeune homme, avant de percuter longtemps que tu dois aller chez toi, tu vois le bordel monstre qui s'y trouve. Enfin, surtout tout ce qui ne doit pas être vu qui est visible. Tu te prends trop vite le chou Sacha.

"O-On doit passer chez moi ? En-Enfin, si on te voit avec moi.... Tu vas avoir des pr-problèmes ?"

Oui déjà ça, il est vrai que ton statut d'idole n'offre pas beaucoup de liberté pour tes contactes, tu ne veux pas qu'il est encore de problèmes, il n'a pas à subir tes soucis, lui qui semble si bien aller. Mais, il faut bien que tu poses tes achats de tout ton matériel, tu ne veux pas encore une fois en perdre, même si cela n'est qu'une broutille en achat, faut pas non plus jeter ton argent par les fenêtres. Donc direction ton grand bâtiment riche et surprotégé, vivant un peu trop haut pour ne pas voir le monde. Tu serres les lanières de ton sac, tu stresses, tu as peur de quoi dans le fond ? Qu'une personne rentre dans ta bulle? La blague.

Approchant le grand bâtiment beaucoup trop riche pour certain, ou tu sais très bien que les fans attendent souvent pour des raisons obscure, tu ne prendras comme d'habitude la grande porte si riche, ce n'est qu'un piège bien ridicule. Tu tournes pour aller derrière,  voyant un des gorilles qui surveille se lever pour s'incliner légèrement envers ta personne, bien qu'il hausse un sourcil en voyant la personne qui t'accompagne, il est vrai que tu n'as JAMAIS ramener de personne, donc des questions se posent.

"A-A-Ami....
-Oh, bien, madame Xerxes, faites tout de même attention à ce qu'il reste dans votre étage.
-O-oui."

Un regard sérieux, l'homme tends une sorte de passe à Valentino, une sécurité, tellement de sécurité pour les habitants de ce bâtiment, certain fan arrive à passer donc il faut bien faire attention n'est-ce pas ? Bon, il y a du relâchement, cela arrive, mais la sécurité à toujours bien agis rapidement. Tu prends l'ascenseur, tu montes les étages, ne sachant pas vraiment quoi dire. Tu es trop stressé, tu ne trouves pas les mots, alors que c'est un ami ? C'est compliqué ta façon de penser. Te voilà maintenant devant ta grande porte, ne sachant pas du tout l'état de ton appartement, tu te souviens avoir tout laissé en plan, ça craint..

Te voilà dans le doute, enfonçant la clef, tu ne sais plus du tout si tu dois ouvrir la porte ou non. Vous allez pas rester là comme des lampadaires dans le couloir, déglutissant, tu pousses la porte, faites qu'au moins tu es balancé le carton de pizza d'hier soir et que les DVD ne trainent pas partout.

Quand tu ouvres la porte qui donne sur le grand salon, tu vois ces fameux carton à pizza qui traine, la bouteille de thé glacé à la framboise en mode cadavre sur le sol avec sa jumelle entamé, les paquet de gâteau qui attendent gentiment sur le canapé qui vaut une fortune... La cuisine va bien, elle est propre avec toute tes créations qui sèchent, bon par contre tu remarques les buns fourré qui décongelé depuis trop longtemps, y a aussi des reste de boite de donuts à moitié attaqué....

Tu deviens toute rouge et cache ton visage, quel manque de rangement. Un toute petite cri de gêne sort de ta bouche, si tu avais su, tu aurais rangé, en plus les rideaux sont tous fermé, heureusement que la lumière est automatique...

Quoique, c'est une malchance aussi.

Je ne suis qu'une faible personne qui ne sait rien faire

   

   




Sacha vous ment en Olive
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas




élève à l'Académie
avatar

Super Fiche
Super-pseudo: Riptide
Pouvoir: Maîtrise de l'eau
Inventaire:
élève à l'Académie
Date d'inscription : 30/08/2016
Messages : 64
Dollars : 19
Crédits : myself ♥︎
Localisation : Saten District (& Académie).
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t388-the-kids-arent-alright-valentinohttp://astrophelcity.forumactif.org/t413-you-re-gonna-go-far-kid-valentinohttp://astrophelcity.forumactif.org/t478-topic-rps-et-chronologies-meera-co

MessageSujet: Re: • Guardian Angel   Dim 4 Juin - 22:41

❝ even a punk can wear a shiny armor ❞

» sacha & valentino

C’était chose assez comique que d’observer les différentes réactions et expressions qui pouvaient animer la jeune fille en face de lui. Si elle avait régulièrement un air apeuré ou attristé peint sur ses traits, il arrivait parfois que son visage prenne un pli différent, inhabituel –un haussement de sourcil par-ci, quelques rougeurs par-là, le bout du nez qui se fronce ou encore les joues qui se gonflent légèrement… Valentino avait appris à décrypter les visages et observer les attitudes (à Mexico, il s’était servi de ce don d’observation pour commettre bien des choses répréhensible) et il était assez doué pour deviner ce qu’il se trame sous le crâne d’autrui.
Mais Sacha, c’était un peu différent ; il ne parvenait jamais tout à fait à deviner ses pensées lorsque son visage changeait –soit parce que c’était parfois trop ponctuel, pas assez récurrent, soit pour la simple et bonne raison qu’avec elle il n’essayait pas forcément de gratter la surface pour voir ce qui se cache sous le vernis.
Tout le monde n’a pas forcément envie d’être vu sous le masque après tout.
Lui le premier.
Alors il se contentait d’observer sans déduire, de s’amuser de ses pommettes qui prirent soudainement une teinte écarlate sans qu’il n’en sache les raisons.
Parfois c’était agréable de ne pas trop se poser de questions.

▬ J-Je... C-C'est pour de l'art Créatif. Enfin, depuis que j'étais chez maman, je m'occupais les journées dans ce genre de chose. Et j'ai découvert la mode du "Kawaii" venant du Japon.... Enfin, cela n'aide pas à comprendre…

Il hocha la tête, un peu perdu dans un premier temps, puis, lorsqu’elle lui montra le petit porte clefs coloré, il se rappela que le mot « kawaii » lui sonnait familier, que Fiona lui avait déjà parlé de cette tendance dont il ne se souciait guère d’ordinaire.

▬ Tu t’entendrais bien avec ma frangine, il lança d’un ton amusé, elle aime bien tous les trucs mignons comme ça. Elle aime bien ton groupe aussi d’ailleurs, il ajouta l’air pensif –lui ne s’intéressait pas aux Shooting☆Stars ; qu’elle lui pardonne de préférer le hip-hop et le rap à la pop acidulée qu’aimaient tant les adolescentes de treize ans.

Réunir toutes les perles éparpillées –ou du moins une bonne partie d’entre elles– ne leur prit pas trop de temps, et quelques minutes plus tard, Valentino versait la dernière poignée dans la petite boîte en plastique qui devait les contenir avant la chute. Satisfait, il leva le nez vers sa camarade qui, à nouveau, affichait un air curieux. Il fronça les sourcils, mais eu la réponse à son interrogation silencieuse presque aussitôt.

▬ O-On doit passer chez moi ? En-Enfin, si on te voit avec moi.... Tu vas avoir des pr-problèmes ?

▬ J’m’en fous, fit-il alors du tac au tac en haussant les épaules. J’ai l’habitude d’en avoir des problèmes.

Entre sa réputation de racaille, son passé pour le moins sulfureux qui revenait le hanter, les soucis récurrents que lui causaient ses frères et soeurs –Lilium en particulier– et parfois même le racisme latent de certains (tous les américains n’aiment pas que des mexicains pure souche s’installent près de chez eux il faut croire) en effet : il avait l’habitude des problèmes.

▬ Et toi t’as pas peur d’en avoir des problèmes en traînant avec une mauvaise graine comme moi ? il rétorqua, à moitié sérieux, mais un peu quand même, car s’il se foutait bien de l’opinion de la majorité à son sujet, celle de Sacha lui importait déjà plus, et au fond ça piquerait s’il s’avérait qu’elle ne le voyait que comme la racaille de bas-étage qu’il était probablement. Enfin ceci dit, je sais être sage quand il faut, t'inquiète pas, il ajouta malgré tout en lui adressant un clin d’oeil complice, comme pour la rassurer si jamais elle n’avait pas saisi la vanne –et aussi un peu pour se redonner contenance.

Valentino n’ayant jamais été un grand bavard, le trajet jusqu’à l’immeuble luxueux de la demoiselle se déroula plutôt dans le silence –le genre de silence qu’il ne trouvait pas vraiment dérangeant, qui perturbe un peu pendant les premières minutes et dont on arrête de se soucier après.
Il ne se posa pas plus de questions quand elle les fit entrer par l’arrière du bâtiment, ni quand le vigile qui gardait la porte se leva pour s’incliner devant Sacha et la laisser passer –il s’autorisa malgré tout un hausse de sourcil et un regard de défi envers l’homme qui avait posé sur lui le genre de regard qu’il n’aimait pas trop ; un peu suspicieux, un peu hostile, un peu jugeur aussi. La routine quoi.
Il prit néanmoins garde à tenir sa langue, préférant son amie s’en occuper.
Et ce fut avec une certaine satisfaction mesquine qu’il se vit offrir un de ces passes VIP pour lui permettre d’entrer sans se faire arrêter par les autres vigiles qui surveillaient probablement l’intérieur. Une vraie prison cette baraque, il songea aussitôt.

Quelques minutes plus tard, Sacha enfonçait la clé dans la serrure de sa porte, et pour la toute première fois, Valentino eut l’occasion de mettre un pied dans le monde de son amie.
Il ne s’était jamais imaginé grand choses concernant ses habitudes, sa chambre, ses goûts ; imaginer, c’est avoir des attentes en quelques sortes, et c’est le meilleur moyen pour être déçu de l’autre après coup (c’était Ariana qui le lui avait dit, et il y croyait dur comme fer désormais). Pourtant, il fut quand même surpris pendant une seconde à la vue du bazar qui régnait dans la pièce –les emballages de nourriture lui tirèrent même un sourire amusé.

En fin de compte, c’était jamais qu’une fille, Sacha.
Une fille normale qui grignote entre les repas, qui ne sait pas vraiment ranger ses affaires et qui aime les passe-temps créatifs et les trucs mignons.
Et pourtant cette fille normale, il la préférait probablement cent fois à la pop-star dont le sourire lui avait souvent paru de toc les fois où il avait eu l’occasion de l’observer sur l’écran de sa télévision.
Sacha, elle était vraie à ses yeux. Pas Rapunzel. Celle-là, il ne la connaissait pas.

▬ Ben putain, fit-il après avoir lâché un sifflement admiratif en balayant la pièce des yeux, t’es logée comme une reine ici –c’était un peu la princesse dans sa tour, et les vigiles servaient de dragons gardiens ; il ricana intérieurement à cette analogie. Tu vis là toute seule ?

Il avait du mal à imaginer qu’une fille comme elle puisse s’en sortir par ses propres moyens.
Pourtant, force lui était de reconnaître que depuis qu’il la connaissait, c’était ainsi qu’elle avait toujours été sous ses yeux,
toute seule.

electric bird.




:a bit of sweetness in this mad world:
 


Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: • Guardian Angel   

Revenir en haut Aller en bas
 

• Guardian Angel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Astrophel City :: Haylen District :: Place Centrale-