AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 what the night does to the day — (serah)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 




élève à l'Académie
avatar

Super Fiche
Super-pseudo: Riptide
Pouvoir: Maîtrise de l'eau
Inventaire:
élève à l'Académie
Date d'inscription : 30/08/2016
Messages : 64
Dollars : 19
Crédits : myself ♥︎
Localisation : Saten District (& Académie).
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t388-the-kids-arent-alright-valentinohttp://astrophelcity.forumactif.org/t413-you-re-gonna-go-far-kid-valentinohttp://astrophelcity.forumactif.org/t478-topic-rps-et-chronologies-meera-co

MessageSujet: what the night does to the day — (serah)   Dim 13 Nov - 15:14

❝ she does what the night does to the day. ❞

» serah & valentino

Depuis un moment déjà, l’idée lui trottait en tête.
Depuis que ses petites soeurs grandissaient et avaient besoin d’un peu plus d’argent de poche pour s’intégrer, pour sortir avec leurs amis, et profiter un peu plus des joies de l’adolescence dans laquelle elles venaient tout juste d’entrer. Depuis que son petit frère avait désormais cinq ans, et que lui aussi coûtait un peu plus d’argent à la famille que ce n’était le cas auparavant.
Il avait essayé de refouler l’idée Valentino ; il était déjà passé par là, il l’avait déjà fait, et ça lui avait coûté un peu trop cher pour qu’il ne s’en morde pas les doigts.
Mais il avait grandit aussi Valentino. Il savait désormais, les erreurs à ne plus reproduire, les limites à ne plus dépasser –les combines pour ne pas se faire attraper aussi.
Et puis il avait entendu parler d’Elle, son nom s’était fait son chemin à ses oreilles, au détour d’un couloir de l’Académie –là où se rejoignaient les élèves à problèmes, ceux à ne pas fréquenter– chaque fois murmuré, prononcé sur le ton de la confidence, des non-dits.
Et l’idée s’était concrétisée dans sa tête.

Chercher des infos sur elle n’avait pas été si compliqué au final, il suffisait de savoir où chercher, et à qui demander. Se renseigner auprès de ces gens lui avait tiré des grimaces de dégoût car il ne comprenait pas comment on pouvait à se point se perdre et détruire tout une vie de construite au profit de quelques heures passées dans un paradis artificiel. Il honnissait les artifices, Valentino. Il ne jurait que par le concret, la réalité –il pouvait rêver autant qu’il le voulait que sa famille était milliardaire et qu’Ariana vivait avec lui dans leur villa colorée, c’était pas ça qui allait rendre le phantasme tangible pour autant.
Il ne croyait ni aux rêves, ni aux étoiles filantes, ni à la poudre de fée.
Le labeur, la sueur et le sang, le risque et le sacrifice ; c’était tout ce qui comptait.
Et ça faisait longtemps qu’il était prêt à risquer ses plumes, si c’était pour les siens qu’il le faisait.
Alors il avait fait fi de son dégoût, et il était allé demander ; et ça avait porté ses fruits.
Prochaine soirée étudiante, elle sera là.

Valentino ne fréquentait pas tant les soirées lycéennes et autres fêtes du genre. Premièrement parce qu’il effrayait la moitié de ses camarades de classe et que ceux-ci ne l’invitaient jamais –pas que ça le chagrine particulièrement ceci dit. Deuxièmement parce que c’était pas vraiment son truc non plus. Rester confiné plusieurs heures de suite dans une pièce bondée, avec la musique à fond, les gens qui se dandinent en rythmes et font monter en flèche la température ambiante –et l’odeur qui vient avec– très peu pour lui ; il préférait mille fois passer ses soirées sur un banc ou à même le sol dans les rues d’Astrophel, avec ses quelques bon potes pour seule compagnie, généralement un ballon au pied pour passer le temps et les étoiles et le haut des grattes-ciel pour seul plafond.
Mais si c’était pour une cause qu’il considérait valable, alors il pouvait faire un effort.
_________________________________

La musique se faisait assourdissante, les corps se bousculaient déjà maladroitement sur la piste et la chaleur qui ne faisait qu’augmenter avait déjà fait tomber sa chemise qu’il portait à présent nouée sur la taille, avec un débardeur noir pour seul haut restant. On lui avait proposé à boire, et il avait refusé parce qu’il devait avoir l’esprit lucide ce soir, on lui avait proposé à manger, et il avait encore refusé –pour s’être déjà fait avoir une fois avec un de ces space-cakes, il avait retenu la leçon et refusait systématiquement. Enfin on lui avait proposé quelques danses ; plusieurs filles, au moins deux ou trois, avec sur le visage l’air de ceux qui ont déjà un petit coup dans l’aile, et encore une fois, il avait refusé. Parce qu’il ne s’abaisserait jamais à profiter d’une fille pas tout à fait lucide, même si c’est elle qui fait les avances, et parce que malgré les hormones qui le travaillaient à cause de l’adolescence, si c’était pas Ariana, alors il ne pouvait pas.
On aurait pu croire que c’était un enfant sage et innocent qui venait de s’incruster à la fête.
Mais son innocence il l’avait perdue autrement que la plupart de ces gens –un peu plus à la dure, très certainement.

La lumière tamisée et la musique si forte qu’elle lui déstabilisait les sens n’aidaient pas vraiment au repérage, mais finalement au bout d’une vingtaine de minutes, il la vit enfin. On ne lui avait jamais montré de photo, seulement des descriptions, mais le doute n’était pas vraiment permis parce qu’il savait l’aura de ces gens là, et qu’elle avait beau avoir l’apparence d’une petite bourgeoise propre sur elle comme on peut en voir partout dans les rues d’Haylen, il n’était pas dupe –le venin lui suait par tous les pores de la peau, invisible, inodore, indétectables, sauf pour ceux qui en connaissaient déjà les effets.
Il avait déjà pensé à comment l’aborder –imiter tous les autres paraissait moins suspect au début– et dès qu’il l’eut en ligne de mire il s’avança vers elle, en empruntant l’air nerveux et quémandeur de tous ces drogués, ceux qui viennent de s’enfoncer dans les sables mouvants comme ceux qui sont déjà au fond du trou.
Il esquissa un sourire poli mais nerveux en arrivant à sa hauteur.

▬ Salut hum…Serah, il lâcha d’un ton fébrile, un peu empressé, j’suis nouveau dans l’coin et euh…j’ai cru comprendre que c’est à toi qu’il faut s’adresser pour…avoir de quoi…s’intégrer, il ajouta dans un ricanement ironique et bancal à la fois.

Bon comédien, il jetait des regard soucieux à tous ceux qui le bousculaient ou passaient un peu trop près d’eux, et se tordait les doigts nerveusement –elles lui avaient quand même bien servies sur ce plan là, ces deux années passées aux côtés de cette raclure de Dante.

▬ On peut euh…s’éloigner un peu par contre ?

Qu’on puisse vraiment jouer cartes sur table, toi et moi.
electric bird.




:a bit of sweetness in this mad world:
 


Revenir en haut Aller en bas




Citoyens
avatar

Super Fiche
Super-pseudo:
Pouvoir: Faire souffrir autrui par sa simple volonté.
Inventaire:
Citoyens
Date d'inscription : 27/06/2016
Messages : 46
Dollars : 38
Crédits : bibi o/
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t307-dance-with-the-devil-serah

MessageSujet: Re: what the night does to the day — (serah)   Sam 25 Mar - 15:24



What the night does to the day
Jeudi soir ; celui de tous les excès, que les lendemains n’assumeront pas. On envoie les dernières heures de cours au panier — parce qu’il y aura le weekend pour rattraper — et on noie leur souvenir dans des flots d’alcool et de corps entremêlés. Qui sait, peut-être qu’on ne passera pas la nuit seul. Toujours la même histoire ; jeudi soir ce sont les mondes qui entrent en collision — les bien nés sans retorts, les premiers de la classe, les blousons noirs des temps modernes, jogging et casquettes, et tous les autres encore. Surtout les autres. Les allumés, les intoxiqués, les veines brûlées. Ceux qui, souvent, ne prennent même pas la peine de danser ; seule celle de consommer. Ils ne sont pas là pour la musique, pas là pour le buffet, pas là pour rencontrer — mais c’est pour eux qu’elle est là.
Quand on l’avait invitée — l’initiative venait certainement de l’un ou l’autre de ses camarades d’amphi, lorsque le groupe qu’elle fréquentait régulièrement s’était retrouvée sur la terrasse d’un quelconque café à deux pas de l’université, pour échanger entre deux cours — elle n’avait que peu hésité. On savait qu’elle répondait souvent par l’affirmative, ça n’était plus une surprise ; on n’ignorait pas non plus tout à fait ce qu’elle faisait, seulement, parmi ceux qui se considéraient comme ses proches, aucun ne savait qu’elle n’était pas qu’une petite joueuse qui ne refilait que de l’herbe en douce. C’était que son plus gros marché ne se tenait pas en place publique, et qu’elle était trop propre sur elle — et puis, une étudiante en criminologie, après tout… — pour qu’on la soupçonne de pire, pour qu’on ne s’amuse pas des rumeurs qui pouvaient courir sur elle, lorsque l’on n’était pas de ceux dont elle profitait des désirs d’artifices.

Une fois de plus, et pour ceux-là, Serah serait de la partie.
C’est toutefois ce qu’elle s’était dit, avant que le grand jour n’arrive et, qu’à la sortie des cours, rentrée chez elle et occupée à griffonner sur les notes qu’elle avait prises pendant que le professeur parlait dans le micro grésillant de l’amphithéâtre, elle ne se sente tout à coup plus l’envie de se mêler à la foule. La chaleur de son appartement et la légère effluve de fruits et de bois brûlé qui flottait dans l’air lui plaisaient mieux que le bruit et les relents de sueur, le confort de son sofa et la brûlure douce du thé sur ses lèvres la comblaient mieux qu’un accoudoir éraflé et qu’un Paradisio sans glaçons.
Aussi vit-elle le soir tomber sans avoir quitté le plaid qu’elle avait passé sur ses épaules ; ses feuilles de cours depuis longtemps abandonnées et remplacées par un roman entamé l’avant-veille et dont elle était au point culminant de suspens. Entamant un nouveau chapitre, elle fit défiler les pages jusqu’au prochain pour les compter, glissant le marque-page là où s’achevait celui dont elle dévorait déjà les premiers mots.

Il ne lui restait qu’un chapitre, peut-être deux, sur la dizaine qu’elle avait gardés pour aujourd’hui, lorsqu’elle entendit le bruit familier de la clef qui tourne dans la serrure, de la poignée qu’on baisse, puis des talons qui heurtent le lino de l’entrée, et enfin des pieds nus qui glissent sur le plancher du salon, libérés de leur carcan douloureux.
« Tiens, tu ne devais pas sortir ? s’étonna la nouvelle venue en constatant la présence de sa colocataire dans l’appartement.
Bonsoir Meredith, souffla l’intéressée, un brin de raillerie dans la voix. Je vais bien, et toi ? Tu as passé une bonne journée ?
Oh, oui. Juste un peu fatigante, j’espérais pouvoir, comment dire, investir seule le canapé pour tout t’avouer, tu me prends un peu au dépourvu. »
Elle se glissa près de la rousse qui lui accorda un léger coup d’épaule, avant que la brune ne vienne s’y appuyer, réduisant à néant le minimum d’espace vital auquel la cadette pouvait jusque là aspirer.
« Alors ? Tu lâches tes petits copains ? ricana l’ancienne domestique.
Flemmingite aiguë… Le concept te dit quelque chose ? rétorqua la dealeuse, sans lever les yeux de son bouquin dans lequel elle venait de replonger.
Il va y avoir des déçus… souffla l’autre d’un air faussement attristé. »
Pour toute réponse, un haussement d’épaules.
« T’es sûre de ne pas avoir envie de prendre l’air ? J’ai bien envie de t’accompagner, seule ça craint.
Meredith… »
Elle croisa le regard de la brune, et soupira. Son roman attendrait ; elle savait d’avance qu’il était vain de s’opposer à son amie, lorsque celle-ci avait une idée en tête. Elle s’était longtemps cru bornée à en mourir, et puis, elle avait trouvé apte à rivaliser ; c’aurait pu être la guerre entre elles, mais leur alliance était peut-être bien pire encore.
« C’est bon, t’as gagné. Vire de là, que j’aille me préparer. »

_________________________________


Il n’avait pas fallu longtemps pour que le bruit de son arrivée tardive ne se répande comme une traînée de poudre dans l’assemblée des habitués. Une poignée de minutes après qu’elle ait abandonné son manteau dans l’entrée, on l’avait déjà entourée, prise d’assaut pour répondre aux demandes des uns et des autres. Elle avait, sur elle, de quoi fumer et quelques cachets ; elle n’en apportait jamais trop, tout juste ce dont elle était certaine qu’il ne resterait plus rien, plus aucune preuve sur elle lorsqu’elle quitterait la soirée.
Près d’elle, Meredith veillait. Les types douteux, insistants, les mains aventureuses, tous ceux qui se sentaient le droit d’outrepasser des limites pourtant claires. Elle avait les regards durs, la poigne ferme, les mots tranchants ; elle avait dans son sang-froid quelque chose d’impressionnant qui forçait au respect, d’un autre genre que celui que l’on accordait à Serah. Leur charisme différait, et la peur qu’elles inspiraient ne se devait pas aux mêmes causes — d’un côté le sens du devoir, l’honneur et la loyauté sans faille ; de l’autre, le danger, le risque, un petit quelque chose d’adrénaline, aussi peut-être.

Et puis, bientôt, la vague s’essouffle ; les corps se détendent et l’esprit s’échappe. Serah les observe vaguement, perchée sur son accoudoir, un martini pamplemousse réchauffé par l’air ambiant à la main. L’ennui la gagne, Meredith la bouscule et elles échangent un regard, un sourire un peu las. Leurs verres s’entrechoquent, elles en boivent une gorgée distraite, les yeux posés sur la masse grouillante de monde qui s’agite sur la piste de danse improvisée.
Une seconde, elle est tentée ; se lever, tirer son amie par la main et se fondre dans la foule, danser jusqu’à en avoir mal aux pieds, perchée sur ses talons de dix centimètres — parce qu’elle aime ça, dans le fond ; jeune femme banale à quelques détails près, avec son goût pour les regards que l’on pose sur elle lorsqu’elle offre quelques déhanchés à la vue des hommes. Mais avant d’avoir eu le temps de se décider, elle devine celui qui s’approche d’elle, parce que leurs regards se croisent un instant de trop.

Alors, elle reste immobile.
Elle attend, ses prunelles obstinément posées sur le gosse.
Le gosse.
Elle éprouve toujours quelque chose d’un peu dérangeant quand ce sont des enfants qui l’abordent, des gamins qui n’ont pas encore vingt ans, même pas dix-huit. Ceux-là ne jouent pas de leur charme, c’est réservé aux plus âgés — eux sont là pour d’autre chose, c’est à cet âge-là qu’on est le plus fragile. A cet âge-là que la plupart de ses clients sont tombés dans les drogues, se sont perdus dans les Paradis Artificiels de ses produits, pour des raisons qu’elle n’a jamais cherché à connaître, qu’ils lui ont quelquefois révélées.
Il est là, trois pas devant elle ; un sourire maladroit aux lèvres, à lancer des oeillades de tous les côtés. Elle a les paupières plissées par une once de soupçon qu’elle sent poindre quelque part en elle.
« Salut hum…Serah, il entame, et elle hausse un sourcil, faussement intriguée — juste ce qu’il faut pour avoir l’air intéressée, question de principe. J’suis nouveau dans l’coin et euh…j’ai cru comprendre que c’est à toi qu’il faut s’adresser pour…avoir de quoi…s’intégrer »
Elle ne peut retenir le rictus léger qui s’invite sur ses lèvres à l’entente du dernier mot, ironie étrange ici. S’intégrer. Sans doute l’un des arguments les plus stupides qu’elle ait déjà entendu, qui revient pourtant souvent. Comme si la drogue rassemblait ; au contraire elle sépare, isole, détruit — on n’est jamais plus seule que lorsqu’on laisse la poudreuse entrer dans sa vie.
« Il faut croire que tu as de bonne sources d’information, elle rétorque, le ton léger, un rien amusé — factice.
On peut euh…s’éloigner un peu par contre ? »
Elle arque les sourcils, à peine surprise en vérité. C’est une demande assez commune des nouveaux venus, ceux qui ne désirent pas se mêler tout de suite à la masse, qui se croient encore différents de ces autres, ces épaves qui n’ont plus d’humains que la silhouette, de vivants que le palpitant encore à son oeuvre.

Haussement d’épaules ; elle se lève après une gorgée de son Paradisio, balaie les inquiétudes du regard de Meredith qu’elle sent peser sur elle d’un simple mouvement de main et, d’un autre, elle indique au gosse de la suivre à l’étage. Elle n’est pas certaine que l’accès soit autorisé ; elle n’en a rien à faire. Le rez-de-chaussée est investi de toute part, les basses couvrent les voix jusqu’à ne plus s’entendre parler, ne même plus s’entendre penser ; il n’y a qu’une fois enfermés dans l’une des pièces — un bureau, visiblement — en haut des escaliers qu’un semblant de calme s’invite.
Peu regardante des notions de propriété et de bien d’autrui, elle allume la petite lampe posée sur le recoin du meuble en bois sombre où reposent piles de paperasse, trombones et stylos à bille et s’installe dans le fauteuil de cuir usé, jambes croisées, un bras nonchalamment reposé sur l’accoudoir quand l’autre porte son verre à ses lèvres.
Et puis, le silence ; de la pointe de son pied posé au sol elle fait tourner le fauteuil, lentement, à droite, à gauche, de quelques centimètres à peine et sans jamais lâcher du regard l’adolescent en face d’elle. Quelque chose la trouble, la dérange, elle ne met pas le doigt dessus et ça l’agace, la frustre — quelque chose sonne faux dans les discours qu’il lui tenait et l’air qu’il affichait, elle le réalise maintenant qu’il est en face d’elle, qu’ils sont seul à seule et que les masques tombent.

Elle ricane, soupire, s’amuse avec l’une des boucles rousses qui lui tombe sur l’épaule ; il y a dans son regard comme une pointe de malice non dissimulée, un intérêt vaguement éveillé.
« Hm… Pas mal, pour un mioche, elle souffle, résignée. T’as quoi, seize, dix-sept ans à tout casser ? Tu ne devrais pas étudier, au lieu de venir jouer sur le terrain des grandes personnes ? »
Il y a du mépris dans sa voix ; contenue, à peine audible, pas complètement indiscernable. Les gosses sont les pires. Et pourtant, elle se souvient sa propre curiosité, sa présence envahissante — quoique souvent silencieuse — auprès de son père et de ses clients.
Elle ferme les yeux, une seconde ; lui laisse le bénéfice du doute — celle d’après, elle le fixe de nouveau, impassible.
« Qu’est-ce que tu veux ? »

j'ai vu la guerre dans les yeux des enfants, j'ai vu le bonheur qu'on essaie d'étreindre, éteint, le bonheur parti, j'ai entendu la douleur dans leurs rires et les larmes qu'on étrangle comme on étrangle ses démons ; et pour ça, tout ça, je leur ai offert une paix dérangée, d'autres guerres, d'autres démons qui les tueront : à leurs supplices, j'ai trouvé la solution ✘ ft. Valentino


Serah les charme en #B24767

"you're playing with a heart that's fireproof"
Revenir en haut Aller en bas




élève à l'Académie
avatar

Super Fiche
Super-pseudo: Riptide
Pouvoir: Maîtrise de l'eau
Inventaire:
élève à l'Académie
Date d'inscription : 30/08/2016
Messages : 64
Dollars : 19
Crédits : myself ♥︎
Localisation : Saten District (& Académie).
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t388-the-kids-arent-alright-valentinohttp://astrophelcity.forumactif.org/t413-you-re-gonna-go-far-kid-valentinohttp://astrophelcity.forumactif.org/t478-topic-rps-et-chronologies-meera-co

MessageSujet: Re: what the night does to the day — (serah)   Lun 27 Mar - 19:21

❝ she does what the night does to the day. ❞

» serah & valentino

▬ Il faut croire que tu as de bonne sources d’information.

Suffit de savoir où chercher, beauté, pensa-t-il un instant en son for intérieur sans que son visage ne quitte l’air nerveux, vaguement tremblant, qu’il avait emprunté à ces gens –ces chiens plutôt– qui se laissaient tomber aux pieds de personnes comme elle.
Y’a pas à dire, quitte à se choisir un camp, il préférait mille fois être du côté des maîtres.
Il lui suffisait de voir les traits tirés de Lilium après une soirée trop excessive pour renforcer d’autant plus les fondations de sa confiance.

Indifférente –habituée ?– elle haussa les épaules, bu une gorgée de sa boisson et se leva de son siège en lui indiquant de la suivre ; ce qu’il fit non sans noter la présence de l’autre jeune femme assise à ses côtés et dont le regard en disait assez long pour qu’il saisisse plus ou moins les raisons de sa présence. Elle n’était pas seule ici, et il pouvait y avoir d’autres de ses chiens de garde non loin –la prudence était requise donc.
Aussi il suivit la chevelure de feu qui le précédait et le guidait comme un phare dans le noir de la foule grouillante et ne pipa mot jusqu’à ce qu’ils se retrouvent seuls, tous les deux, dans un bureau à l’étage. Silencieusement, il l’observa prendre ses aises dans la pièce, comme si elle en était la propriétaire, comme si elle y avait tous les droits –Dante lui aurait dit que les plus forts avaient effectivement tous les droits, et qu’il fallait connaître sa place et s’y tenir si on ne voulait pas s’attirer d’ennuis.
Mais Valentino n’avait jamais aimé écouter les ordres et les conseils de Dante.

Alors quand elle laissa échapper un rire léger et un commentaire piquant sur son âge –plus jeune il aurait tiqué, mais la crise d’adolescence, il l’avait déjà passée et ça ne lui faisait plus rien d’être moqué sur ce genre de sujet ; tant qu’il savait sa valeur, il n’y avait pas de remarque acerbe qui puisse le faire douter– il laissa tomber le masque de l’ado mal à l’aise et laissa un grand sourire narquois étirer les commissures de ses lèvres.

▬ J’ai jamais eu besoin d’étudier pour m’en sortir mieux que les autres, mais merci de t’en inquiéter, fit-il en accentuant l’ironie de sa voix en terminant sa phrase.

Les mains dans les poches de son jean, il appuya son dos contre la porte encore entrouverte pour la fermer pour de bon avant de s’avancer d’un pas confiant vers le bureau ; et sans jamais ciller ou la quitter des yeux, il se hissa d’une main sur le petit meuble afin de s’y asseoir.
Un coude sur le genou, la main sous le menton, il se pencha légèrement vers la demoiselle pour qu’elle puisse voir de ses propres yeux la lueur de détermination qui dansait dans ses iris brunes.

▬ J’veux travailler pour toi Serah. Voilà ce que je veux.
electric bird.




:a bit of sweetness in this mad world:
 


Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: what the night does to the day — (serah)   

Revenir en haut Aller en bas
 

what the night does to the day — (serah)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Astrophel City :: Haylen District :: Habitations-