AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Karma's a bitch ❀ (Joshua)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 




super-banana
avatar

Super Fiche
Super-pseudo:
Pouvoir: Vision d'Outre-tombe
Inventaire:
super-banana
Date d'inscription : 27/01/2016
Messages : 188
Dollars : 92
Crédits : moi-même je sais (kit)
Localisation : Hiawatha District
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t283-quiet-is-violent-meerahttp://astrophelcity.forumactif.org/t290-we-re-broken-people-meerahttp://astrophelcity.forumactif.org/t478-demande-recap-et-chronologie-meera-co#4768

MessageSujet: Karma's a bitch ❀ (Joshua)   Sam 29 Oct - 17:04

REMEMBER : KARMA'S A REAL BITCH
I've been trying hard not to get into trouble, but I've got a war in my mind ✘ JOSHUA
Elle tremblait comme rarement elle avait tremblé, assise au bord du lit aux draperies dont elle ne voulait même pas savoir le prix tant le nombre de zéro risquait de lui donner la nausée –et elle n’avait pas besoin de ça, elle se sentait déjà bien assez mal. Les jambes fermement serrées l’une contre l’autre et agitées de tressautements nerveux ; les mains reposant sur les genoux, si bien crispées l’une contre l’autre qu’elle sentait la douleur de ses ongles rouges creusant la peau ; le coeur cognant lourd et fort dans sa poitrine, et la gorge nouée. Elle avait beau se trouver dans la plus belle suite du troisième étage, elle pouvait encore entendre la mélodie guillerette qui se jouait dans la salle de réception de l’hôtel au rez-de-chaussée et les éclats de rire dehors sous la fenêtre de la chambre. Pour certains, la fête avait certainement été des plus agréables, elle pouvait bien se l’imaginer.
Mais pas pour Meera.
Parce que ce genre de soirées ne rimaient jamais avec plaisir et bon temps pour elle, mais plutôt avec dégoût, humiliation, destruction. C’était un peu ça au fond, non ? La destruction progressive de sa dignité, de son amour-propre, de sa volonté et de sa foi en l’homme –tout ce qu’elle aurait voulu sauvegarder en somme. Chaque seconde qu’elle passait en compagnie de ces hommes qui payaient pour profiter de son temps et de son corps, elle les redoutait avant de les vivre, les détestaient au présent, et en faisait des cauchemars une fois que c’était passé ; au final, c’était comme si elle ne se débarrassait jamais vraiment de la sensation de leurs mains sur sa peau –elle les comptait sur les doigts de la main ces moments où elle n’avait pas de frissons fantômes lui courant le long de la colonne vertébrale.
Et elle avait beau essayer de se convaincre qu’elle faisait ça pour une bonne cause et que c’était honorable de savoir autant se sacrifier pour quelqu’un, elle n’arrivait pas vraiment à se mentir à elle-même : elle se répugnait toute seule.
C’était peut-être pas uniquement ces vieux friqués vicieux qui lui filaient la gerbe au fond.

D’un coup, elle se raidit sur le lit et se fit violence pour ne plus trembler comme une feuille. Dans la salle de bain, l’eau de la douche ne coulait plus, ce qui voulait dire qu’il allait la rejoindre d’ici quelques instants et que bientôt on n’en parlerait plus –bientôt, elle aura son fric, bientôt elle sera chez elle, et alors elle aura tout le loisir de se retourner le cerveau et les tripes une bonne fois pour toute à coup d’alcools forts pour purger tout ça. C’était pathétique, putain.
La porte de la salle de bain s’ouvrit et en sortit un homme d’une quarantaine d’année, serviette nouée sur les hanches et lueur lubrique au fond des yeux. Un frisson de malaise l’ébranla de toutes parts mais elle n’en fit rien et se contenta de se concentrer sur sa respiration qu’il fallait maîtriser. Respire, vu tout ce qu’il a bu ça sera pas très long et ce sera vite fini ; ferme ta gueule et prend sur toi. Avec un peu de chance, il était de ces types qui ne prenaient même pas le temps de la déshabiller entièrement pour faire leur affaire et qui prenaient leur pied en moins de cinq minutes –si dans le cadre du privé ça ne devait pas faire plaisir à leurs femmes, ce genre de comportement, elle ça l’arrangeait.

Mais il n’eut pas même le temps de l’allonger totalement sur les draps de soie que de violents coups furent donnés contre la porte de la suite, accompagnés d’une voix masculine qui criait « police, ouvrez ! ».
Et rien qu’au regard affolé de son client qui se redressa d’un bond pour récupérer de quoi cacher sa nudité avant que la porte d’entrée ne soit défoncée, Meera comprit qu’elle était dans la merde comme elle l’avait rarement été.







♥♥♥:
 
Bans & Stuff:
 
Revenir en haut Aller en bas




Citoyens
avatar
Citoyens
Date d'inscription : 20/10/2016
Messages : 30
Dollars : 23
Crédits : No one...
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t432-joshua-scotthttp://astrophelcity.forumactif.org/t434-once-upon-a-time-there-was-a-cop-who-loved-cats-and-disney-movies-joshua

MessageSujet: Re: Karma's a bitch ❀ (Joshua)   Lun 14 Nov - 3:55

A priori, c'était une journée banale au poste. L'une de ces journées ordinaires pendant lesquelles il ne se passait pas grand chose si on oubliait la machine à café qui semblait tomber régulièrement en panne ces derniers jours. Oui, c'était un gros problème, notamment pour les agents qui travaillaient plus que de raison. Comme Joshua en ce moment. Cela faisait quelques semaines qu'ils étaient sur un gros dossier et ledit dossier causait bien du souci au lieutenant. Il ne comptait même plus les heures supplémentaires, les nuits blanches, les tasses de café et les paquets de clopes. Il ne rêvait que d'une chose à cet instant précis: rentrer chez lui et prendre une bonne douche bien méritée avant de se poser dans son canapé, son chat sur les genoux et un dessin animé à la télé. Le rêve. Toutefois, ce ne serait pas encore pour tout de suite. Il devait d'abord boucler ce maudit dossier !

Assis derrière son bureau, des cernes monstrueuses sous les yeux, il n'était pourtant pas loin de craquer. Il poussa un gros soupir désespéré tandis qu'il était sur le point de littéralement s'arracher les cheveux. Le travail administratif, il détestait ça. Son truc à lui, c'était le terrain, là où il pouvait faire une vraie différence. Il n'aiderait personne derrière un bureau en désordre. Alors qu'il était sur le point d'aller fumer une énième clope, son partenaire lui proposa de rentrer se reposer quelques heures. Bien entendu, Joshua était réticent. Il détestait partir alors que le boulot n'était pas terminé. Mais il était vraiment à bout et il n'arriverait sans doute à rien comme ça. Il accepta donc la proposition de son collègue et rentra chez lui. Son pauvre chat l'accueillit en miaulant fortement et en se frottant à ses jambes en ronronnant. Le jeune homme esquissa un petit sourire et gratifia le petit félin d'une caresse, remplit rapidement son bol de ses croquettes préférées, puis il disparut dans la salle de bain où il resta un bon moment sous la douche. Bon sang, ça faisait du bien...

Il ignorait combien de temps il était resté sous l'eau agréablement chaude, mais qu'importe. Il s'habilla rapidement et se prépara un bol de nouilles instantanées. La cuisine, ce n'était définitivement pas son truc. Néanmoins, le répit, ce ne serait encore pas pour cette fois... A peine installé dans son canapé, son bol de nouilles entre les mains, que son portable se mit à sonner. Il pesta intérieurement et émit un gros soupir avant de dérocher. Le boulot. Forcément. Oh, ne vous y méprenez pas, Joshua adorait son travail. Mais parfois, même lui saturait. Fort heureusement pour lui - et malheureusement pour le type qu'il allait bientôt coincer - on lui demandait d'aller sur le terrain pour effectuer une arrestation. Rien à voir avec le dossier sur lequel il bossait depuis tout ce temps, mais il s'agissait là d'une autre affaire dont il s'occupait également. Ils avaient enfin retrouvé un type qu'ils essayaient de coincer depuis quelques semaines déjà.

Le jeune homme troqua donc son superbe t-shirt à tête de chat pour son costume/cravate. Il jeta un rapide coup d'oeil au miroir et tenta vainement de discipliner ses cheveux. Au niveau des cernes, il ne pouvait pas faire grand chose à part dormir et encore dormir. Plus tard. Il dit au revoir à son chat adoré, puis repartit au poste où son équipe l'attendait déjà. Quelques instants plus tard, les voilà en route pour un hôtel dans Nahuel District. Ils s'apprêtaient à capturer un assez gros poisson. Finalement, cette journée se terminerait sur une note positive. En plus, c'était le genre d'homme que Joshua détestait. Un gars plein aux as qui devait sans doute sa fortune à des affaires pas très nettes et qui n'avait sans doute jamais gagné honnêtement sa vie. Il était poursuivi pour trafic en tout genre, mais également - comme c'était souvent le cas pour les types dans son genre - pour blanchiment d'argent.

Quoiqu'il en soit, quelques instants plus tard, Joshua frappa à la porte de la chambre indiquée par la réceptionniste.

"Police ! Ouvrez !"

Il n'attendait pas de réponse ni même de coopération de la part du type derrière cette porte. La réception lui avait confié un passe-partout pour ouvrir la porte. Cela éviterait des dégâts matériels inutiles. Dommage, Joshua aimait bien défoncer les portes, mais chut, faut pas le dire ! Bref, il ouvrit donc la porte de la façon la plus normale qui soit et se retrouva nez-à-nez avec un type presque à poil. Sérieusement ? Son regard se posa alors sur une jeune fille sur le lit. Elle avait l'air tout sauf heureuse d'être là. Le lieutenant se doutait parfaitement de ce qui se passait ici, même s'il n'était sûr de rien. Le type avait-il payé cette fille pour ses services ou l'avait-il plus ou moins forcée ? Peu importe. Elle était peut-être un témoin important. Tandis que ses collègues s'occupèrent du suspect, Joshua s'approcha de l'inconnue et s'adressa à elle d'une voix rassurante.

"Vous ne craignez plus rien..."

Il se doutait que la jeune femme avait probablement envie de partir de là au plus vite, mais elle allait devoir attendre un peu. Il devait l'emmener au poste pour l'interroger et déterminer si elle était une complice ou si elle s'était retrouvée là après un concours de circonstances malheureux.

"Je vais devoir vous demander de me suivre au poste. Tout se passera bien si vous coopérez..."


Revenir en haut Aller en bas




super-banana
avatar

Super Fiche
Super-pseudo:
Pouvoir: Vision d'Outre-tombe
Inventaire:
super-banana
Date d'inscription : 27/01/2016
Messages : 188
Dollars : 92
Crédits : moi-même je sais (kit)
Localisation : Hiawatha District
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t283-quiet-is-violent-meerahttp://astrophelcity.forumactif.org/t290-we-re-broken-people-meerahttp://astrophelcity.forumactif.org/t478-demande-recap-et-chronologie-meera-co#4768

MessageSujet: Re: Karma's a bitch ❀ (Joshua)   Sam 3 Déc - 15:56

REMEMBER : KARMA'S A REAL BITCH
I've been trying hard not to get into trouble, but I've got a war in my mind ✘ JOSHUA
Elle avait bien souvent imaginé tout un tas de scénarios dans lesquels elle se faisait systématiquement prendre la main dans le sac, dans lesquels on comprenait pourquoi certains soirs elle rentrait très tard et ne répondait pas au téléphone les lendemains car elle cuvait les cuites qu’elle se mettait pour oublier.
Une fois elle avait bien failli se faire démasquer ; et par les dieux, elle n’a jamais aimé l’idée qu’il soit alcoolique, mais pour une fois elle fut bien heureuse que Romeo eut été complètement fait ce soir là. L’éthanol avait troublé sa perception des choses, et elle était persuadée qu’il n’avait pas tout saisi, ou qu’il ne se rappelait plus clairement de ce qu’il avait vu –elle, dans les bras d’un type au sortant d’une limousine si rutilante que son éclat lui avait brûlé la rétine– là où sobre, il aurait certainement tout compris.
C’était sa hantise ; que ça se sache.
Là d’où elle venait, on avait jamais été particulièrement tendre avec les prostituées.
C’était le cas nulle part d’ailleurs, à bien y penser.

Malgré tout, parmi tous ces scénarios imaginés par son esprit parano, il n’y en avait pas un seul où elle s’était vue se faire embarquer par les flics à cause d’un client –c’était les racoleuses sur les trottoirs qu’on foutait en cellule, pas les filles comme elle.
Poissarde un jour, poissarde toujours, fallait-il croire…

Tétanisée, à moitié allongée sur les draps, Meera ne bougea pas d’un cil tandis que les policiers entrèrent dans la chambre et s’approchèrent de l’homme suspect avant de l’appréhender. Elle observait la scène, figée, comme si elle espérait qu’en se retenant même de respirer, on ne la remarquerait pas, et qu’elle s’en tirerait sans plus de problèmes –cet espoir se tua dans l’oeuf à la seconde où son regard croisa celui d’acier d’un des policiers qui laissa ses collègues se charger du client pour s’approcher d’elle. Et quand bien même elle ne décela pas une once de menace dans ses yeux gris, un frisson de peur ébranla son échine et elle se recula sur le matelas dès qu’il fut trop près à son goût.

▬ Vous ne craignez plus rien…

Elle aurait ricané si elle n’était pas si terrifiée –les flics et leurs belles paroles…
Elle ne les avait jamais vraiment aimé, les forces de l’ordre comme on les appelait. Elle avait eu affaire à eux à quelques rares reprises plus jeune, et pas une seule fois elle en avait gardé un bon souvenir –il y avait eu quelques fois où elle s’était retrouvé coincée devant eux pour avoir été là au mauvais endroit au mauvais moment, quand une de ses connaissances de l’orphelinat avait décidé de jouer les caïds et brûler une voiture pour amuser la galerie par exemple ; une autre fois encore, vers ses seize ans, elle avait voulu porter plainte pour harcèlement contre un homme qui l’avait touchée sans permission dans les transports, et on lui avait ri au nez. Elle ne savait pas comment étaient les flics des beaux quartiers, mais pour ce qu’elle savait, à Hiawatha, ils étaient rares ceux qui accordaient de la valeur à la parole d’une gosse des rues sans famille ni diplômes comme elle.
Alors désolée, mais elle n’arrivait pas à croire qu’elle ne « craignait plus rien »…


▬ Je vais devoir vous demander de me suivre au poste.

Ses yeux s’écarquillèrent et elle secoua véhément la tête alors qu’il parlait. Elle était confuse, ne comprenait pas dans quoi on l’embarquait, et une seule chose l’obnubilait : les suivre, c’était devoir se plier à un interrogatoire par la suite, et les questions, elle savait très bien sur quoi elles allaient porter –elle avait envie de fuir, de hurler, de se cacher.

▬ Tout se passera bien si vous coopérez…

Coopérer. Si elle coopérait, elle était dans la merde. Mais si elle ne le faisait pas, ils avaient tous les droits pour l’y forcer, et ce serait pire encore –avait-elle vraiment le choix ?

Son regard se fit hésitant et alla se poser un instant sur l’homme avec qui elle avait passé le début de la soirée –désormais menotté et en train de se faire sortir de la pièce par les autres policiers– et elle eut un nouveau frisson.

▬ P-Pourquoi ? parvint-elle à articuler faiblement en reportant son attention vers l’homme face à elle. Qu’est-ce que vous voulez ?

Ça se voit pas que je sais rien et que je veux rien savoir ?
Où est-ce que ma propre culpabilité est assez flagrante pour me rendre aussi suspecte ?








♥♥♥:
 
Bans & Stuff:
 
Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Karma's a bitch ❀ (Joshua)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Karma's a bitch ❀ (Joshua)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Astrophel City :: Nahuel District :: Résidences-