AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
avatars mangas ☆ rp libre ☆ mini-events réguliers ☆ combats au rendez-vous ☆ venez participer ! on est gentils (⦿ ‿ ⦿)
Le PDG de la X-TREM Factory entretiendrait une relation des plus intenses avec sa vice-présidente. On espère que ce n’est pas cette affaire qui a distrait l’ancien Phoenix de son travail et qui a entraîné un manque de sécurité lors de la dernière conférence de presse de l’entreprise où à eu lieu une explosion causant la mort d’un de ses haut-gradés...
Le mystérieux « Mist » dont l’apparition soudaine a récemment secoué la ville serait en fait une association de trolls désoeuvrés voulant profiter de la panique des récents attentats pour gagner plus de popularité sur les réseaux sociaux.
Il paraîtrait que le fondateur de la ville Edward Astrophel aurait été le descendant direct de Diogène, le philosophe grec qui vivait dans un tonneau. Incroyable !
les rumeurs



Partagez | 
Tel Pongo, il les réunit de nouveau {Seiren}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Farfallina
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t239-he-s-a-good-bad-guy-acting-like-a-superstar-and-he-wanna-touch-the-sky-like-a-shooting-star-termineehttp://astrophelcity.forumactif.org/t241-each-star-shines-only-at-night-mikhail#1881http://astrophelcity.forumactif.org/t324-ceci-n-est-pas-un-journal-rp
Date d'inscription : 28/04/2016
Messages : 264
Dollars : 187
Crédits : Heileen
Localisation : Quelque part '-'
Farfallina
MessageSujet: Tel Pongo, il les réunit de nouveau {Seiren}   Sam 10 Sep - 11:04


Sacré Fenris
Dogs...
#dog meeting
#feat Seiren
« Tel Pongo, il les réunit de nouveau »Allongé sur son lit, la tête reposant sur ses mains croisées, Mike fixait le plafond, sans toutefois vraiment le voir. Il n’était que neuf heure, en cette matinée de week-end. Il ne travaillait que l’après-midi à la bibliothèque et il n’avait pas été missionné pour son autre job. Pourtant il s’était réveillé tôt, comme à son habitude. C’était son quotidien ; depuis la mort de son beau-père, il ne faisait pas souvent des nuits complètes. Et sa dernière grasse-matinée remontait à… il ne s’en souvenait pas en fait. Alors il se perdait dans son esprit hyperactif dès le matin. Il pensait à ses sœurs, à sa mère… et à elle aussi. Cela faisait plusieurs qu’il l’avait revue. Quand il y repensait, jamais il n’aurait pu imaginer leurs retrouvailles dans de telles circonstances. En même temps, on ne pouvait pas dire qu’ils avaient des vies banales, tous les deux. C’était ça d’être un super ; d’être un humain hors du commun, tout simplement. Parfois il s’en serait bien passé, mais… son sponsor lui permettait de gagner assez d’argent pour subvenir aux besoins de ses sœurs, alors il n’allait pas se plaindre.

▬ Mikiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ! appela une petite voix fluette derrière sa porte. Je sais que tu ne dors pas !

Mikhaïl sourit en secouant la tête. Sa petite Lana… La benjamine et son chouchou. Elle n’avait pas eu le temps de connaître son père, mort quand elle n’avait que quatre ans, alors Mike était bien plus qu’un grand frère pour elle. Lana s’entêta à toquer doucement à sa porte jusqu’à ce qu’elle l’entendît se lever. Lorsque son aîné apparut sur le seuil, elle lui sauta littéralement au cou.

▬ Bonjour Miki ! Bien dormi ?
▬ Oui et toi petite souris ? répondit-il en la reposant par terre.
▬ Oui ! confirma-t-elle en hochant vigoureusement la tête. Tu viens faire le petit-déjeuner ?
▬ Tu sais très bien le faire toute seule. Je croyais que t’étais une grande fille ?
▬ Oui mais j’aime bien quand c’est toi qui le fait…

Le regard de sa sœur, cruelle machine de guerre sans scrupule, suffit à faire céder ses dernières résistances. Il soupira en souriant avant de la suivre dans la cuisine, croisant au passage les jumelles qui s’éveillaient difficilement dans la salle de bain. Il les salua en ébouriffant sa chevelure, indisciplinée comme tous les matins –et comme toujours tout court d’ailleurs. Lena s’assit sagement à table et le regarda tout préparer, avec son petit air angélique. Mike sortit les bols de chacune, prépara les céréales pour les unes, les tartines pour les autres, et sortit finalement sa réserve personnelle de donuts –n’oublions pas qu’il devait ingurgiter une grande quantité de nourriture à chaque repas. La touche finale : les verres de jus-de-fruits. Il se mit à table en même temps que Lana commençait à manger.

▬ B’jour, salua Marya en arrivant, déjà douchée et habillée.
▬ Bonjour Marya, bien dorm…

Mike faillit s’étrangler avec son donut en voyant la tenue de sa sœur. Un mini-short. Argh. Il toussa un bon coup, but une gorgée de jus, puis désigna le vêtement.

▬ C’est quoi ça Marya ? Tu rigoles j’espère ? Il est hors de question que tu mettes un pied hors de la maison dans cette tenue ! Et puis où tu l’as eu d’abord ?
▬ C’est Kris et Kat qui me l’ont offert. Et puis ça va j’ai le droit de m’habiller comme je veux !
▬ … KRIIIIIIIIIIS !

Bienvenue dans le quotidien des Hopkins-Saïanski. Bien évidemment, Kris et Kat ne daignèrent pas descendre tout de suite, sentant l’orage approcher. Quand elles arrivèrent, elles ignorèrent le regard lourd de reproche de leur frère. Roxana se contenta de s’asseoir, absolument pas réveillée. Elles allaient le rendre fou. Mettre des idées pareilles dans la tête de Marya alors qu’ils habitaient à Scitlali… Il soupira avant d’insister auprès de la concernée ; lui vivant, elle ne porterait pas une telle tenue. Elle était trop jeune, bordel ! Sa mère descendit sur ses entrefaits, les yeux cernés et la mine endormie, mais le sourire aux lèvres.

▬ Bonjour les enfants. Tu es très jolie Marya.
▬ … Maman, tu n’aides pas beaucoup tu sais…


Une fois le déjeuner terminé, il demanda à ses sœurs de débarrasser la table. Elles protestèrent bien entendu, car il faisait les choses plus rapidement, après tout. Il leva les yeux au ciel avant de sortir l’argument irréfutable : à chacun ses corvées car c’est lui qui décidait. Ce n’était pas facile tous les jours avec six filles à la maison. Et un chien qui ne l’aidait pas beaucoup. Fenris était plus souvent du côté de ses sœurs –qui le soudoyaient avec des friandises, au grand malheur de Mike qui s’inquiétait pour son embonpoint – et le super-vilain se sentait parfois un peu seul dans cette maison. Enfin… il monta prendre sa douche, l’esprit encombré de pensées contradictoires – il adorait ses sœurs mais des fois, il ne savait pas ce qui le retenait de se barrer en courant. Il s’habilla ensuite d’un jean et de sa veste noire préférée, attrapa son Ipod et son casque et redescendit.

▬ Je vais promener le chien.

Fenris se leva brusquement en jappant comme un fou. Il était décidément bien plus intelligent qu’il n’en avait l’air. Le jeune homme se chaussa de ses converses, mit la laisse à l’animal puis sortit. Après avoir installé son casque sur ses oreilles et déclenché sa playlist favorite, il prit la direction du parc, avec un Fenris qui batifolait gaiement, aux anges. Mikhaïl pouvait enfin profiter d’un peu de tranquillité.

Sur le chemin, il repensa aux événements qui s’étaient déroulés quelques semaines auparavant. A Seiren et le secret qu’elle lui avait confié. Il n’avait pas cessé d’y songer depuis. Il avait consulté quelques documents sur le sujet à la bibliothèque où il travaillait, mais les sources étaient rares. Il voulait vraiment pouvoir l’aider, mais… Le pouvait-il ? Il n’avait pas pu aider Natasha –paix à son âme – qui souffrait pourtant d’un mal plus… simple à traiter. Quand les secours étaient arrivés, ils avaient dû reprendre chacun leur rôle et ne s’étaient pas recroisés depuis. Ce regard qu’elle lui avait jeté avant de partir… il avait beau savoir que c’était pour sauver les apparences, il le perturbait. Le mépris parfaitement feint plus exactement. C’était sans doute parce qu’elle ne l’avait jamais regardé ainsi avant… et… Un coup sec sur la laisse le surprit et celle-ci lui échappa des mains.

▬ Fenris !

Mais l’animal courait à toute vitesse. L’arrivée dans le parc le rendait fou ou bien ? Mike déplaça son casque autour de son cou et commença à lui courir après.

▬ Fenris, aux pieds ! J’ai dit aux pieds ! Non mais j’hallucine !

Le chien n’en faisait qu’à sa tête et continuait sa course folle. Puis il s’arrêta, oreilles et queue dressées. Mike en profita pour le rattraper, un peu essoufflé –c’était dur de contenir son pouvoir en vrai.

▬ Je peux savoir ce qui te pr…

Il n’avait pas saisi la laisse que Fenris bondit à nouveau, cette fois-ci vers une cible bien définie. Et les appels de son maître n’y firent rien. Zéro autorité. Exaspéré, Mikhaïl reprit la poursuite et se mordit la lèvre inférieur quand son chien fit la fête à une silhouette. Qui ne résista pas et tomba à la renverse. Manquait plus que ça.

▬ Pardon, je suis désolé ! s’excusa-t-il en arrivant à la hauteur de la jeune femme. Je ne sais pas ce qui lui a pris, d’habitude il est…

Il s’interrompit en reconnaissant la pauvre victime de Fenris. S’il s’y attendait ! Il cligna un instant des yeux avant de se reprendre.

▬ Bonté divine, Seiren ! Ça va ? Rien de cassé ?

Il lui tendit une main pour l’aider à se relever, puis il invectiva son chien, qui lui renvoya un regard malheureux, l’air penaud. Il devait tenir ça de ses sœurs… Il reporta son attention sur son amie.

▬ Qu’est-ce que tu fais ici ? Je veux dire, je ne t’ai jamais croisée au district Scitlali.

De mémoire, elle n’habitait pas dans le même district que lui. Donc sa question était légitime. Et puis, il ne s’attendait réellement pas à la recroiser. Enfin pas comme ça. En fait le sort semblait prendre plaisir à les conduire sur des routes inattendues. Mike passa une main dans ses cheveux décoiffés.

▬ Ça va depuis la dernière fois ?

Il parlait autant de sa santé que de son moral. Et bien sûr, de son secret…
© 2981 12289 0




Cadeaux ♥:
 

2 roses de Setsuna et Seiren, merci ♥
Carvel & Son
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t152-de-la-passion-ou-de-la-folie-laquelle-est-la-plus-devorante-seirenhttp://astrophelcity.forumactif.org/t173-do-not-leave-me-alone-seirenhttp://astrophelcity.forumactif.org/t96-rp-with-a-bunny
Date d'inscription : 02/01/2016
Messages : 202
Dollars : 111
Crédits : Ange bae pour le kit jehrfkuerhe ** ♥
Carvel & Son
MessageSujet: Re: Tel Pongo, il les réunit de nouveau {Seiren}   Mer 15 Fév - 21:36






Dear Pongo
SeiKhail n°2
« You make my day even brighter »

Le jour se levait à peine, sur Astrophel. Les gratte-ciels étaient couronnés de lumière, tandis que les étages inférieurs baignaient dans les ombres immenses projetées par les immeubles voisins. Dans cette mégalopole qui ne dormait jamais, certains s’en allaient confier leurs rêves brisés aux brumes de l’alcool ; d’autres se levaient avec la mort au coeur, émoussés par la routine mais trop prudents pour tenter l’aventure. Ames perdues ou coeurs endurcis, lorsque le règne changeait, ils étaient aussi nombreux à fermer les yeux pour s’évader qu’à les ouvrir pour espérer encore.
Et puis il y avait toi. Jeune femme blonde, guettant les passants depuis sa fenêtre avec un regard curieux. Grande enfant désireuse d’en finir avec sa longue nuit - heureuse d’enfin être libre. Victime d’insomnie encore, ce mal qui te bouffait la santé depuis trop longtemps.

T’avais passé plusieurs heures à contempler la lune en te demandant pourquoi. Pourquoi n’était-elle pas plus proche, pourquoi les étoiles ne brillaient pas ce soir, pourquoi ce tic-tac incessant que le vide faisait résonner. T’étais une habituée des nuits éveillées mais y’en avait des plus froides que les autres, des nuits où tu te sentais à la fois seule et perdue entre les ténèbres et ton lit. T’avais pas osé rejoindre ton frère : il dormait à poings fermés, exténué par le rythme effréné que son sponsor lui imposait en ce moment. Alors t’étais là, accroupie sur ta couverture froissée, appuyée contre le rebord de ta fenêtre, à attendre tu ne savais trop quoi.

Maintenant le soleil était levé, comme toi.

Sans changer de place, tu entreprends de t’étirer en tendant les bras vers l’arrière. Mauvais calcul : la posture n’est pas viable, d’une part tes jambes sont repliées et de l’autre tu arques trop le dos. Résultat, tes abdominaux finissent par flancher et tu tombes à la renverse, à fixer le plafond avec de grands yeux surpris. Heureusement que ton matelas est là pour t’éviter toute blessure grave.

C'est sur cette maladresse - typique chez toi - que tu entreprends de sortir de ta chambre, le pyjama tombant négligemment sur ton épaule et les cheveux en bataille. Tu bailles longuement en te dirigeant vers la porte voisine, derrière laquelle Syrian dormait encore, hésite un instant ; n'ayant finalement pas le coeur de le réveiller tu entreprends de prendre ton petit déjeuner sagement.
Le repas est frugal : un peu de lait froid versé sur des céréales, et te voilà dans le salon. Une, deux cuillères, tu mâches distraitement. Quelque chose te dérange, sans que t’arrives à savoir quoi. Arbitrairement tu décides qu’il s’agit du silence, contre lequel tu luttes en allumant la télé sur les programmes “jeunesse”. Malgré ton âge, ton goût pour les dessins animés n’avait jamais disparu.

Cependant tu commences à faire la moue en zappant les chaînes, ne trouvant pas ton bonheur. Finalement tu optes pour le DVD d’un célèbre film d’animation, l’un de ces classiques devant lesquels tu t’extasies à chaque fois. On pourrait bien remettre en cause ce film, le critiquer en commençant par dire que les animaux étaient incapables de telles choses - un chien n’est pas un Cupidon, après tout. Toi, tu te laisses bercer ; qu’importe si l’histoire n’est en rien réaliste, tu ne cesserais jamais de croire aux contes de fée. Parce qu’au fil des années, ces histoires extraordinaires t’ont appris une chose essentielle : ils t’ont appris ce qu’est un rêve, et à ne jamais l’abandonner.
Pour toi, dont les nuits ne sont hantées que de cauchemars, c’est un message d’espoir.

Quand le film se termine enfin tu applaudis avec bonne humeur, jambes croisées sur le canapé et bol vide sur la table basse. Regarder des films d’animation t’avait toujours fait cet effet, ils te redonnaient immédiatement le sourire et tes manies enfantines. C’est donc l’esprit léger que tu débarasses ta table. Tu te contentes de faire couler un peu d’eau dans ton bol : étant donné ton talent pour briser tout ce que tu essaies de laver, ton frère et toi vous étiez mis d’accord pour que ce soit lui qui se charge de la vaisselle.
Cela fait, tu retournes devant la chambre de Syrian et colle ton oreille contre la porte, dans l’espoir qu’il soit réveillé. Une pointe de culpabilité te submerge en entendant qu’il dormait encore : c’était en partie de ta faute, s’il était obligé de travailler autant en ce moment. Tu chasses ces idées noires par des mouvements secs de la tête et décide de t’occuper pour ne pas y penser. Mais que faire de ton temps libre ?
Il n’y avait pas trois mille réponses à cette question.
T’enfiles un jean, un top blanc, ton cardigan à grosses mailles par-dessus, et tu sors en attrapant ta petite sacoche au vol.

L’air était vivifiant, dehors. T’inspires à plein poumons, les lèvres étirées jusqu’aux oreilles. C’que tu devais avoir l’air bizarre, pour les rares passants du coin - mais tu t’en fichais bien, en fait. Tu préférais te dire que parmi ces ronchons, il devait bien y en avoir un que ton sourire béat avait égayé.
Peut-être était-ce dû à la météo clémente, mais tu ne réfléchis même pas à la destination : ce sera le parc de Scitlali.
On t’avait plus d’une fois déconseillé de te rendre dans ce quartier, mais toi, tu ne voyais jamais le mal ; pour toi c’était un quartier comme les autres, à la seule différence que les gens y avaient un peu plus de mal à se nourrir - ton frère et toi-même aviez tout juste assez, alors que vous viviez à Hiawatha.
En plus, selon toi, y’a une richesse qu’on ne pourrait jamais retirer à Scitlali :
C’est là qu’on pouvait déguster les meilleurs hot dogs de la ville.

D’ailleurs, comme à chaque fois que tu faisais le déplacement, tu te retrouvas rapidement avec l’un desdits hot dogs en main pour arpenter les allées du parc. A croire que c’était ton estomac, et non le temps, qui t’avait guidée.
Tu savoures donc tranquillement ton encas, l’esprit tranquille et la démarche paisible pour profiter au maximum du calme ambiant. T’en profitais tellement que t’avais même un peu de ketchup sur le coin des lèvres - juste assez pour passer pour une maladroite naturelle et non une fille qui n’a pas mangé depuis trois jours.

Bref, tu te promenais tranquillement sans rien demander à personne.
Et c’est là que survint le drame : sans que tu n’aies le temps de comprendre quoi que ce soit, voilà qu’un boulet de canon à quatre pattes se jetait sur toi pour te renverser.

A ton avis, ce chien avait aussi fait son enquête de marché : il avait déjà attaqué plusieurs passants, leur volant leur pitance à chaque fois afin d’y goûter. Du coup, lui aussi savait que tu tenais dans ta main un trésor inestimable pour les estomacs sur patte comme lui. Et il ne comptait pas laisser filer sa chance.
Le pire, c’est que son plan machiavélique fit des merveilles : emporté par l’élan, le Précieux t’échappa des mains en direction de l’herbe - qu’il n’eut évidemment pas le temps d’atteindre, puisque l’animal s’était déjà jeté dessus.
De ton côté tu restai à terre quelques secondes, un peu secouée par le choc. En général t’avais pas besoin d’aide pour perdre l’équilibre, alors quand on se jetait sur toi évidemment…

Tu retrouves cependant bien vite tes esprits, en reconnaissant la voix qui prononça des excuses précipitées. Tu restes immobile une seconde ou deux, quelque peu incrédule, puis relève brusquement la tête afin de confirmer tes soupçons.
Les deux billes d’améthyste que ton regard rencontra n’y trompaient pas. Tu sens ta mâchoire inférieure se décoller sous l’effet de la surprise - et peut-être quelque chose d’autre, quelque chose de trop profond pour que t’arrives à le sonder.

Mi.. Mikhaïl ?” Arrives-tu finalement à articuler, avant de te rendre compte qu’il était en train de te tendre la main, au sens propre du terme. Tu acceptes timidement son offre, glissant sans trop oser ta paume contre la tienne, et bande tes muscles de manière à pouvoir te relever. Puis tu baisses de nouveau le visage, gênée sans même comprendre le pourquoi du comment - mais tu fis au moins mine d’épousseter tes vêtements.
Mike lança la conversation tout naturellement, en te posant une question légitime. Vous n’étiez pas voisins, après tout. Tu te décides finalement à le regarder dans les yeux - sans tout à fait redresser l’échine pour autant, mais c’était tout de même plus poli.

Je vais bien, merci.” T’esquisses un sourire pour appuyer tes propos, afin de les rendre plus convaincants. A vrai dire, depuis cette fameuse journée qui avait bien failli vous coûter la vie à tous les deux, tu te portais effectivement bien ; enfin, mieux serait plus précis. Faut dire que Junko et Syrian avaient pris les mesures pour, et ils ne rigolaient pas. Mais bref ; il ne t’avait pas posé qu’une seule question. “Je voulais me promener un peu, et comme c’est ici que….” Tu te retournes brusquement vers le dénommé Fenris, qui était en train de se lécher les babines, et pousse “Mon hot dog !” rempli de désespoir. Ton sens des priorités était toujours aussi logique. Revenant vers Mike, tu indiques vaguement le voleur de repas d’un geste de la main en continuant : “on trouve les meilleurs hot dog de toute la ville ici, mais il vient de me voler le mien….
A ton ton et ton expression, on pourrait croire que c’était la fin du monde - un peu dans le style bambin qui vient de perdre son doudou favori.
Une, deux secondes s’écoulent. Te rendant compte de la puérilité de ta réaction, tu te racles la gorge et change rapidement de sujet. “Enfin voilà. Et toi, tu vas bien ?” Demandes-tu en croisant les mains derrière ton dos tout en le gratifiant d’une expression rayonnante.

Passée la surprise des premières minutes de vos retrouvailles, tu te rendais compte que t’étais quand même vachement heureuse de le voir ; étrangement, le soleil te paraissait encore plus radieux maintenant qu'il était là.


© 2981 12289 0


- 5 roses de Pepper, Romeo, Mikhaïl, Yuugi & Ambroise ♥ -



SeiKhaïl :
 
EQUINOX&RUBY :
 
Fan clubs :
 
Farfallina
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t239-he-s-a-good-bad-guy-acting-like-a-superstar-and-he-wanna-touch-the-sky-like-a-shooting-star-termineehttp://astrophelcity.forumactif.org/t241-each-star-shines-only-at-night-mikhail#1881http://astrophelcity.forumactif.org/t324-ceci-n-est-pas-un-journal-rp
Date d'inscription : 28/04/2016
Messages : 264
Dollars : 187
Crédits : Heileen
Localisation : Quelque part '-'
Farfallina
MessageSujet: Re: Tel Pongo, il les réunit de nouveau {Seiren}   Mar 21 Mar - 20:50


Sacré Fenris
Dogs...
#dog meeting
#feat Seiren
« Tel Pongo, il les réunit de nouveau »Mikhaïl contemplait avec consternation le triste spectacle : la frêle Seiren étalée sur les fesses, dans la poussière et la saleté, son sandwich de fortune déjà entre les dents de Fenris. Il ne comprenait pas ; quelle mouche l’avait piqué ? Il ne l’avait pourtant pas dressé ainsi ! D’habitude il était tout doux et tout calme. Est-ce qu’il avait ses sautes d’humeur comme une femme qui avait ses règles ? Et croyez-moi, pour avoir 6 sœurs à la maison, en plus de sa mère, question problèmes de fille, il en connaissait un rayon –trop à son goût d’ailleurs m’enfin bon. La pauvre jeune femme ne semblait pas comprendre ce qui lui arrivait ; l’air étourdi, elle paraissait un peu en état de choc. Et quand elle le reconnut, elle ouvrit la bouche, visiblement surprise. Ce fut plus fort que lui.

▬ Ferme la bouche, ou tu vas gober une mouche !

Le voilà qui repartait sur son humour plus ou moins subtile. Tout sourire, il l’aida à se relever. Elle semblait embarrassée ; sans doute par le fait de se retrouver sur le derrière devant un ami, ce même ami face à qui elle avait éclaté en sanglot un peu plus tôt. Elle évita même son regard, à tel point qu’il faillit demander s’il n’avait pas une énormité collée sur le visage, mais il s’abstint, pour une fois. Elle lui répondit qu’elle allait bien, appuyant ses paroles d’un sourire timide et hésitant. Ce à quoi il rétorqua par un sourire radieux, rassuré, notamment à cause de sa chute provoquée par son incorrigible chien. Seiren enchaîna vite sur la raison de sa présence ici… avant de se retourner brusquement vers son agresseur. Qui tourna sa gueule en mode « innocent », comme s’il n’était responsable de rien. Puis Fenris se lécha de nouveau les babines en lorgnant sur son larcin. Le désespoir dans la voix de son amie lui avait secoué les esprits. C’était une sensation très désagréable. Il n’aimait pas ce ton. Ni cette mine dévastée d’enfant déçue. Il posa sur son chien un regard courroucé. Celui-ci laissa échapper un gémissement étouffé, l’air de dire « mais je n’ai rien fait de mal ! ». Puis Seiren s’enquéra à son tour de sa santé, les mains derrière le dos, et la mine de nouveau rayonnante. Mikhaïl cligna deux fois des yeux avant de trouver quoi répondre.

▬ Euh, oui ça roule. Mes sœurs me rendent la vie impossible, mais bon c’est le quotidien ça donc rien de nouveau. Si seulement Fenris ne s’y mettait pas lui aussi… ajouta-t-il en fusillant l’animal du regard.

Le jeune russe contempla d’un air désolé le sandwich enduit de bave, qui avait accroché poussière et brins d’herbe dans sa chute. Il s’approcha de lui ; à chaque pas, la bête baissait un peu plus la tête, l’air penaud.

▬ Vilain ! Vilain, vilain chien ! le disputa-t-il une main sur la hanche, un index tendu. C’est pas gentil ce que tu as fait ! Ce n’était pas ton sandwich mais le chien ! ... Je veux dire, le sien !

Ce maudit lapsus ruinait son autorité et surtout sa crédibilité. Malgré tout, Fenris rentra la queue entre les jambes et adopta son air de chien battu. Il baissa la tête et les oreilles et jeta un regard suppliant à son maître. Puis voyant que ça ne fonctionnait pas, il s’allongea par terre pour finir ventre à l’air en signe de soumission.

▬ Ah, ce n’est pas la peine de me faire du charme ! Avec les filles je suis rodé. D’ailleurs elles te gâtent trop, conclut-il en croisant les bras. Maintenant tu vas t’excuser. Aller !

Sur un signe autoritaire de son maître, il se releva, et la tête au ras du sol, il s’approcha de Seiren, l’air penaud. Il leva la tête pour lui adresser son regard de chien battu, puis poussa un petit aboiement piteux et s’allongea à ses pieds, la tête entre les pattes. Mike rejoignit la super-vilaine en toisant son animal de compagnie.

▬ Bon. Je préfère ça. Mais tu seras tout de même privé de manger ce soir. (il s’adressa ensuite à son amie) Je suis vraiment désolé pour ton sandwich, ça ne lui ressemble pas de sauter sur les gens comme ça. D’habitude c’est une vraie crème, malgré son côté malinois. On va dire que sa moitié Golden Retriever prend toujours le dessus.

Mike avait beau être fâché contre Fenris, il aimait beaucoup ce chien. En plus d’être très intelligent, il était adorable, et il se sentait rassuré de le savoir avec ses sœurs quand elles se baladaient dans le district. Mike dressa subitement un index, une lumière dans les yeux.

▬ Je sais ! Je vais t’en acheter un autre ! Je m’entends bien avec le meilleur vendeur du coin, je suis sûr qu’il voudra bien nous faire une ristourne. Et on pourra le déguster tranquillement dans le parc.

Tandis qu’il parlait, le russe vérifia qu’il avait suffisamment de monnaie sur lui. Ce serait con de lui offrir à manger sans avoir de quoi payer. Heureusement, comme il le pensait, il avait laissé quelques dollars dans la poche de son jean.

▬ Qu’est-ce que tu en penses ? Ça te consolerait ?

Il lui offrit son habituel sourire malicieux. Avant de réaliser un truc… il ne venait pas, à l’instant, de lui proposer de manger un bout ensemble ? Genre, comme un rendez-vous ? … Cette idée le perturba tellement qu’il détourna le regard pour le poser sur Fenris. Il trouva subitement la vie de chien plus cool.
© 2981 12289 0




Cadeaux ♥:
 

2 roses de Setsuna et Seiren, merci ♥
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Tel Pongo, il les réunit de nouveau {Seiren}   

Tel Pongo, il les réunit de nouveau {Seiren}
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Astrophel City :: Scitlali District :: Quartier résidentiel-