AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 (romeo & ange) just carry me home tonight

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 




avatar

Super Fiche
Super-pseudo: climber
Pouvoir: adhérence
Inventaire:
Révolutionnaire indépendant
Date d'inscription : 29/06/2016
Messages : 91
Dollars : 64
Crédits : solosland (signa) ; meera-chou (ava)
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t310-champagne-cocaine-gasolinehttp://astrophelcity.forumactif.org/t315-i-write-sins-not-tragedies

MessageSujet: (romeo & ange) just carry me home tonight   Mar 12 Juil - 21:24



PETER  x  ROMEO  x  ANGE
On a déjà du mal à s'entendre. La musique est à fond, on la sent dans la poitrine. L'endroit est clos et sombre puisque le soleil est couché depuis longtemps, mais il y a des lumières colorées et des tâches rouges. Beaucoup de tâches rouges. Il y a ces fameux gobelets rouges partout, sur les tables, par terre, dans les mains, dans les airs. On voit les gens danser ou juste se trémousser les uns contre les autres. On en voit tenter de discuter à l'écart ou juste rire aux éclats sans aucune raison, rien qu'un bon coup dans le nez. L'odeur est particulière, on ne sait pas si c'est à cause de la beuh, des pizzas coupées comme on peut parce qu'on a perdu les couteaux, du vomi, ou des trois en même temps. Les gens sont bien habillés ou à moitié nus. Il y en a qui s'embrassent déjà – si on peut vraiment appeler cet échange buccal un "baiser" – et d'autres qui se regardent simplement dans le blanc des yeux ou qui échangent leurs verres. Il y a ceux qui sont déjà bien bourrés qui gueulent et qui font rire tout le monde ; et il y a Peter.

Il vient d'arriver, de poser sa veste dans un coin et de se trouver un verre de... c'est quoi déjà cet alcool ? Aucune idée, il a pris le premier gobelet qui traînait sans prendre aucune précaution. La plupart des étudiants ici sont majeurs et ont l'âge de boire. D'autres, comme Peter, sont encore censés rester au jus d'orange. Mais Peter, il est de ceux qui pensent qu'une bonne soirée est une soirée arrosée et enfumée. Une soirée comme celle-ci. Pour lui, on peut s'amuser sans alcool, mais il s'éclate tellement quand il y a plus que de l'eau dans son verre. Il progresse doucement dans la pièce bondée, longeant les murs le plus possible. Parfois, il salue des gens qu'il connait vaguement ou des gens déjà bien éméchés qui le confondent sans doute avec un autre. Ça l'amuse. Dès qu'il a passé la porte, un immense sourire s'est collé au visage de Peter. Il chante parfois, quand la musique lui plait, et il bouge la tête en rythme avec une petite moue concentrée. Ringard, mais sans aucune importance. Il regarde la piste improvisée où les gens se tortillent et avance de quelques pas... « Ah, 'scuse » Son pied a heurté un fauteuil, auquel il a présenté ses excuses en pensant avoir donné un coup à quelqu'un. Comme il met un instant à réaliser sa bêtise, il ne voit pas tout de suite que sa maladresse l'a mené près d'une tête connue : « Romeo ? »

Peter plisse les yeux, pas sûr de bien voir à la faible lumière. En même temps, on n'a pas idée de se mettre dans un coin si sombre ! Romeo, c'est un gars qu'il croise souvent aux soirées du genre. C'est un peu le mec type qui aime s'éclater, dans tous les sens du terme. Mais avant de le croiser en soirées, Peter le voit chez lui très souvent. Régulièrement, même. Une petite habitude qui s'est formée entre les deux. En parfait professionnel, Peter n'est pourtant jamais allé plus loin que le pallier de sa piaule, puisqu'il n'est que celui qui livre les pizzas. « J'peux pas aller à une seule soirée sans qu'tu sois là. Tu m'suis, avoue ? » Au moins, il est assuré de passer une bonne soirée – quitte à finir avec ceux qui rampent déjà dans leurs rires et leur vomi.



(hrp: waw j'suis désolée pour l'énorme retard, j'ai grave merdé ahaha)



I feel like I'm the worst
so I always act like I'm the best:
 
Revenir en haut Aller en bas




Paris-Brest crémeux
avatar

Super Fiche
Super-pseudo: Creep
Pouvoir: Baiser Télépathe
Inventaire:
Paris-Brest crémeux
Date d'inscription : 24/12/2015
Messages : 379
Dollars : 714
Crédits : Ange ♥
Localisation : Hiawatha
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t130-i-feel-so-absurd-in-this-life-o-romeohttp://astrophelcity.forumactif.org/t362-you-re-part-of-a-machine-romeohttp://astrophelcity.forumactif.org/t146-tell-me-your-stories

MessageSujet: Re: (romeo & ange) just carry me home tonight   Mer 13 Juil - 20:11

just carry me home tonight
××× Being drunk and high ; past ten o'clock
Soirée étudiante, bien avancée, c’est toujours le même refrain. T’arrives, passée la première heure, les esprits déjà échauffés, la musique qui bat son plein, Ange à tes côtés pour cette fois-ci — envie de sortir, juste besoin, tu ne sais pas trop. T’as une clope à la main — ça n’est pas du tabac —, bientôt un gobelet rouge dans l’autre — manzana, puis passoa, tu tapes dans les alcools légers pour l’instant mais ton verre ne reste jamais vide bien longtemps. Tu te fonds dans la masse, on te remarque à peine parce que l’éclairage est faible, vacillant, ça clignote — projecteurs bons marchés achetés avec les tunes des parents. Il fait chaud, parce que l’appartement est étroit, et qu’il y a beaucoup trop de monde pour un espace si réduit, mais t’as l’habitude au fond ; ça se bouscule, ça s’enlace, il ne faut pas bien longtemps avant que tu ne t’égares sur la piste, et qu’un corps inconnu ne vienne effleurer le tien — une peau tiède, déjà humide de sueur sous des vêtements légers, un vague parfum épicé, une haleine alcoolisée, deux bras qui t’enlacent et te retiennent, tes mains qui glissent et dérapent sous les tissus, dans le dos, sur les hanches, les lèvres qui se rapprochent sans qu’un seul baiser ne soit entamé. Tu t’éclipses avant de regretter.

Tu retrouves Ange, dans un coin de la pièce, à l’écart du monde, là où l’on chahute moins, là où l’on essaie de discuter, de parler plus fort que hurle la musique, plus fort que cognent les basses, plus fort que rient les jeunes ébréchés par l’ivresse. Encore un verre — tu ne sais pas tout à fait ce dont il s’agit, mais le contenu aux nuances mers du sud témoigne de la présence de curaçao ; tu t’en fous, tu bois. Tu t’effaces encore quelquefois, tu retrouves des têtes connues qui te refilent une petite boîte au quart remplie de comprimés colorés — ce sont tes tunes qui partent en fumée, tu t’en fous de ça aussi. Quand tu reviens, t’avales l’un des taz d’une gorgée d’alcool, puis tu tends la main, paume ouverte en direction d’Ange. Au milieu, une pilule, bleue, à l’apparence grise sous les éclairages douteux. En son centre, le symbole familier du communisme, faucille paysanne et marteau prolétaire. Comme du foutage de gueule ; mets-toi high avec la politique des dérangés. « Ça t’dit ? Dans trente minutes tu planes. » Tu ris, doucement, un peu. « C’la dit dans six heures t’as la tête en vrac et tu dis qu’plus jamais t’y touches. » Les débuts dans la drogue, maintenant t’encaisses mieux, parce que tu te mets trop minable pour vraiment sentir les descentes. T’as l’héroïne qui t’attends, t’as l’alcool, tu n’es plus jamais sans rien.
Ce sont des questions innocentes, puis un refus, t’es comme désabusé en face de lui — t’éclates de rire. « J’t’adore, t’es kiffant mec change pas. » Tu remets le cachet de plomb dans sa boîte, la boite dans ta poche, tu bois, tu trinques avec du carton.

Et puis, c’est une voix près de toi — familière. « Romeo ? » Tu lèves les yeux — il te dépasse d’une demi-tête, tu complexerais presque si t’en avais quelque chose à foutre — et te heurtes à deux prunelles sombres, à un sourire habituel que tu finiras par connaître par coeur. « Peter ! J’me demandais si on t’verrait, ce soir. » En vérité, tu ne t’es pas posé la question bien longtemps — tu sais que tu finiras toujours par le recroiser dans une de ces réceptions dépravées, un soir ou l’autre. Tu ne l’attends même plus, ça arrive forcément. « J'peux pas aller à une seule soirée sans qu'tu sois là. Tu m'suis, avoue ? » Tu te marres — t’es déjà bien alcoolisé, les effets de la MDMA commencent à te monter à la tête, tu ne te sens plus capable d’être simplement sage et silencieux. « J’te suivrai au bout du monde Pety, j’ai même foutu des micros et des puces sur tes fringues pour t’surveiller, histoire que tu m’fasses pas d’infidélités. » Tu tiques, tu poses ton coude sur l'épaule d’Ange à tes côtés, et tes ambres passent de l’un à l’autre ; t’as ce rictus aux lèvres, celui qui dit que t’es perdu pour le restant de la nuit. « D'ailleurs en parlant d’infidélités, j’te présente c’lui qui partage mes nuits quand t’es pas là. Peter, Ange ; Ange, Peter. Pety, Angy pour les intimes, ‘fin soyez pas trop intimes non plus s’vous plaît, j'risque d'être jaloux. »

Et tu ris, tu ris à n'en plus finir, tu ris à en tousser parce que tes poumons ne sont plus ce qu'ils étaient. Tu ris à en crever — tu fais presque pitié, Romeo.
code encrine


He is always humming in #C18F67


Love & other strange things ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas




Mist
avatar

Super Fiche
Super-pseudo: forget_me_not
Pouvoir: Gravité mais le fait passer pour contrôle du poid
Inventaire:
Mist
Date d'inscription : 28/06/2016
Messages : 95
Dollars : 37
Crédits : viria (art) & ohprcr (art)
Localisation : Hiawatha District
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t308-ange-nothing-is-true-everything-is-permittedhttp://astrophelcity.forumactif.org/t312-ange-we-hear-no-voice-when-we-pray-at-nighthttp://astrophelcity.forumactif.org/t319-ange-demandes-recap-des-rps

MessageSujet: Re: (romeo & ange) just carry me home tonight   Mar 19 Juil - 19:42



ange & peter & romeo
just carry me home tonight




Le regard fermé, tu tires le tissu de ton débardeur du bout des doigts en reculant contre le mur. Tu n’es pas spécialement effrayé par le monde qui se bousculait dans l’appartement de la résidence universitaire, se collant les uns contre les autres dans la fureur de la nuit -quelle heure était-il, déjà? depuis que vous étiez arrivé tu n’avais pas vu le temps passer- ; c’était plus de l’intimidation et de la fascination, ce mélange qui bouillonnait au creux de ton estomac. Ce mélange qui se cachait sans arrêt entre tes os, la peur couplé à l’attirance de l’inconnu. Depuis que tu connaissais Romeo, tu ne comptais plus le nombre de soirées à laquelle il t’avait emmené, mais c’était toujours comme la première fois, et ça paraissait distant, déconnecté, comme si t’étais pas vraiment là.
Tu cherches du regard un visage connu -il y en avait certains que t’avais aperçu à l’académie mais presque personne ne te connaissais, puisque même au seins du personnel on t’oubliait-, une tête blonde, une présence rassurante. Celui qui t’avais tiré avec lui et que tu suivais parce que ta confiance envers lui était infinie, depuis cette nuit à le tenir dans tes bras, cette nuit dans cette chambre pâle où ta vie à commencé à reprendre des couleurs. T’inspires, t’expires, tu lâches le tissu et souffles un discret soupire de soulagement quand tu le vois se faufiler jusqu’à toi, attrapant un verre au passage qui s’accordait avec ton cosmopilitan -tu ne raffolais pas de l’alcool, sachant qu’en plus d’être mineur tu ne le tenais pas bien, mais une fois de temps à autres, tu savais supporter. Quand il arrive à ton niveau, tu baisses les yeux vers sa paume ouverte, où trônait une pilule -tu ne saurais pas dire la couleur.
Tu penches la tête en relevant les yeux vers lui, l’air inquisiteur;  même si au fond tu sais ce que c’est, tu l’connais depuis le temps, mais tu peux toujours te tromper. « Ça t’dit ? Dans trente minutes tu planes. C’la dit dans six heures t’as la tête en vrac et tu dis qu’plus jamais t’y touches. » T’as les sourcils qui se froncent en clignant des yeux, l’air un peu perdu -cet air d’enfant que tu portes souvent parce que le monde a avancé en t’laissant derrière, et quand t’as rouvert les yeux rien n’était plus pareil. Tu comprenais pas comment t’étais censé planer, si c’était une quelconque magie ou si, encore une fois, tu comprenais pas. C’était frustrant d’être mis derrière, mais tu savais que Romeo aurait toujours la main tendue derrière son dos. Pourtant tu passes une main derrière ta nuque, les yeux rivés sur la drogue. « Ca fait..planer? genre pfiouu, -tu fais voler ta main en diagonale en disant ça- tu voles? » Tu t’rends compte peut-être un peu tard que c’était un peu débile, comme question, et tes joues prennent des couleurs. « Je, euh, plane déjà avec mon pouvoir et mon estomac aime pas trop ça donc..non merci. Mais c’est gentil de proposer..je suppose? » Tes sourcils filent vers le haut quand il éclate de rire avant de ranger le petit objet dans sa boite. « J’t’adore, t’es kiffant mec change pas. » Tu rougis un peu plus, certain d’avoir dit quelque chose de bizarre -encore.
« Romeo ? » Tu lèves la tête en même temps que le concerné tourne la sienne, tes yeux tombant sur un mec que tu connaissais pas, ou qu’t’avais oublié -ta mémoire avait toujours été très bonne, sauf quand il s’agissait des visages- dont l’attention était focalisée sur le blond. Tu restes figé contre le mur, les observant avec un air attentif, celui qui se concentre pour apprendre, pour retenir. « Peter ! J’me demandais si on t’verrait, ce soir. » tu penches doucement la tête, te demandant ce qui pouvait les unir; t’es pas du genre jaloux, loin de là, juste possessif, juste trop curieux, juste trop désireux d’avoir, d’savoir. « J'peux pas aller à une seule soirée sans qu'tu sois là. Tu m'suis, avoue ? » Ils rient et tu croises les bras en descendant la fin de ton verre, avant de le poser sur la table à côté de toi; quand tu retournes la tête vers les deux garçons, t’entend Romeo reprendre la parole. « J’te suivrai au bout du monde Pety, j’ai même foutu des micros et des puces sur tes fringues pour t’surveiller, histoire que tu m’fasses pas d’infidélités. »
Oh.
Tu clignes des yeux en te disant qu’ils avaient peut-être une relation, tu savais pas trop; t’étais au courant que Romeo était du genre à se réveiller dans un lit inconnu assez souvent et ce n’était pas quelque chose que tu te permettrais de juger. Il pose le coude sur ton épaule- t’es pas beaucoup plus grand que lui, mais appuyé comme tu l’étais contre le mur, t’imagines qu’il ne se retourne pas le bras- et t’adresses un petit sourire poli au dénommé Peter. « D'ailleurs en parlant d’infidélités, j’te présente c’lui qui partage mes nuits quand t’es pas là. Peter, Ange ; Ange, Peter. Pety, Angy pour les intimes, ‘fin soyez pas trop intimes non plus s’vous plaît, j'risque d'être jaloux. » « huh? » Tu clignes brusquement tes paupières en sentant tes joues s’enflammer sous le rire tonique du camé, et baisses les yeux vers lui, perdu. « Mais la nuit on- enfin- mais jaloux mais- » T’as les sourcils qui se froncent et les yeux qui s’agrandissent, le regard de l’autre sur toi n’arrangeant pas grand chose à ta situation. T’aimais pas quand le sujet divaguais dans ce sens-là, en terrain inconnu, parce que tu ne savais jamais comment réagir, toi, l’innocence et l'ignorance.

code - kuru
icons - tumblr




♥♥♥:
 
Revenir en haut Aller en bas




avatar

Super Fiche
Super-pseudo: climber
Pouvoir: adhérence
Inventaire:
Révolutionnaire indépendant
Date d'inscription : 29/06/2016
Messages : 91
Dollars : 64
Crédits : solosland (signa) ; meera-chou (ava)
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t310-champagne-cocaine-gasolinehttp://astrophelcity.forumactif.org/t315-i-write-sins-not-tragedies

MessageSujet: Re: (romeo & ange) just carry me home tonight   Jeu 21 Juil - 13:49



PETER  x  ROMEO  x  ANGE
« J’te suivrai au bout du monde Pety, j’ai même foutu des micros et des puces sur tes fringues pour t’surveiller, histoire que tu m’fasses pas d’infidélités. » C'est ça précisément que Peter aime chez le blond : il entre dans ses délires. Au lieu de répondre un "bah euh non" ou même d'ignorer la remarque comme beaucoup le font, Romeo joue le jeu et réplique quelque chose de plus gros encore. Alors Peter ça l'amuse, même s'il se doute bien que l'autre est déjà bien entamé ; il pose son bras sur l'épaule d'un gars qu'il n'avait même pas vu. « D'ailleurs en parlant d’infidélités, j’te présente c’lui qui partage mes nuits quand t’es pas là. Peter, Ange ; Ange, Peter. Pety, Angy pour les intimes, ‘fin soyez pas trop intimes non plus s’vous plaît, j'risque d'être jaloux. » « huh? » Peter sourit comme un abruti. Ce genre de rencontre, ça marque. Aussi bien pour lui que pour le pauvre Ange, visiblement. Une chance que l'obscurité et les quelques lumières douteuses ne permettent pas à Peter de voir les rougeurs d'Angy, il n'aurait que plus souffert. En tout cas, maintenant que l'amant lui a été présenté, Peter le regarde. Il le dévisage, en fait. Mais gentiment, sans aucune mauvaise arrière-pensée. Peter il aime observer, mais l'appartement sombre ne le lui permet pas vraiment, alors il force un peu. Il est plutôt sensible au toucher aussi, mais pas sûr que l'un ou l'autre le laisse tripoter. Il n'oserait pas, de toute façon.

« Mais la nuit on- enfin- mais jaloux mais- » Tiens. Il est gêné. Quelle mauvaise idée de le montrer à Peter. « T'inquiète, j'ai pas besoin d'ces détails-là. » Sa voix trahit tant son amusement que ç'en est presque effrayant. Il pose son cul sur l'accoudoir du fauteuil sur lequel il a trébuché juste avant et boit quelques gorgées de son verre. Et à chaque gorgées, il se demande encore ce qu'il est en train d'avaler. « Tu m'avais jamais parlé d'Ange, limite j'suis déçu qu'tu m'ais jamais présenté mon remplaçant. » Il regarde toujours celui-ci et lui sourit alors qu'il s'adresse à Romeo. Plus qu'il n'est intrigué par les apparences du personnage, Peter ne veut surtout rater aucune de ses réactions. « Vous êtes ensemble depuis longtemps ? » La question est posée d'une voix moins désagréable, même si le fond est sans doute beaucoup trop franc pour une personne sobre. Même s'il s'amuse à tester les limites de cette nouvelle tête, Peter se pose vraiment la question. Parce que Romeo aurait pu jouer une relation imaginaire avec Ange comme il le fait avec lui, mais les réactions de l'autre sont particulières. Il a l'air gêné, mais il ne nie pas. Forcément, ça titille Peter. Et puisqu'il n'est pas du genre à taire sa curiosité...



I feel like I'm the worst
so I always act like I'm the best:
 
Revenir en haut Aller en bas




Paris-Brest crémeux
avatar

Super Fiche
Super-pseudo: Creep
Pouvoir: Baiser Télépathe
Inventaire:
Paris-Brest crémeux
Date d'inscription : 24/12/2015
Messages : 379
Dollars : 714
Crédits : Ange ♥
Localisation : Hiawatha
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t130-i-feel-so-absurd-in-this-life-o-romeohttp://astrophelcity.forumactif.org/t362-you-re-part-of-a-machine-romeohttp://astrophelcity.forumactif.org/t146-tell-me-your-stories

MessageSujet: Re: (romeo & ange) just carry me home tonight   Ven 22 Juil - 18:35

just carry me home tonight
××× Being drunk and high ; past ten o'clock
Il est perdu, Ange, il est déphasé, il cligne des yeux et il rougit, il vire à l’écrevisse, au même écarlate que ta guitare électrique qui passe les années sans perdre de sa couleur ; il est mal à l’aise et pourtant, plutôt que de compatir à son désarroi, tu t’en amuses — et ce serait certainement pire encore si l’éclairage en était vraiment un, et qu’il te permettait de deviner les nuances cramoisies qui s’emparent de son épiderme. C’est sa voix, plutôt, ses mots, ses phrases qui n’en sont pas vraiment, qui n’ont ni début ni fin et à quoi il manque l’essentiel — sujet, verbe, complément — qui trahissent son embarras et entretiennent ton fou rire — ce n’est que ta toux persistante qui en vient à bout, après de longues secondes suspendues dans l’air où l’oxygène te manquait. Tes déclarations sans queue ni tête, et surtout sans fondements d’aucune sorte ont eu leur petit effet, et tu n’en es pas peu fier — qu’Ange te pardonne d’aimer rire de ce qu’il ne peut pas très bien saisir.

« Tu m'avais jamais parlé d'Ange, limite j'suis déçu qu'tu m'ais jamais présenté mon remplaçant. » Les derniers mots manquent t’arracher un nouveau rire, que tu réprimes à grand peine — tu n’es pas certain d’y survivre, si tu t’y abandonnes encore. Alors, pour reprendre contenance, tu t’écartes quelque peu, juste de quoi saisir une chaise laissée là contre un mur, et tu la ramènes dans ta direction pour t’y asseoir dans le sens contraire que celui réclamé par les conventions ; bras croisés sur le dossier, menton posé sur le coussin de tissu — tes manches — aussi rudimentaire qu’improvisé. « Vous êtes ensemble depuis longtemps ? » Ton rictus s’élargit — et c’est presque carnassier. Si tu n’avais pas autant bu, si tu n’avais pas avalé la dragée d’un peu plus tôt, peut-être, ô, peut-être que tu aurais saisi le ton différent, moins plaisantin, plus sérieux ; peut-être que tu aurais compris qu’il t’avait pris au pied de la lettre, et que pour lui, tu ne déconnais plus, qu’il avait dépassé la simple boutade pour quelque chose d’un peu plus raisonnable.

Peut-être, oui, peut-être que tu aurais compris, et que tu te serais contenté de rire en mettant un terme au moindre des malentendus — mais tu ne le fais pas, parce que toi, tu badines encore. Et tu crois qu’en face, c’est la même chose, la même babiole, la même comédie — celle de l’habitude et des amitiés un peu arrosées. « La première fois qu’il est passé dans mon lit, j’avais dix-sept piges. A toi les maths, chéri. » Tu termines ton verre d’une seule traite — il en restait pourtant une bonne moitié — avant de reprendre, après t’être éclairci la voix, sans grand succès toutefois. « Pardon d’pas t’en avoir parlé, j’avais peur t’sais, j’vous voulais tous les deux rien qu’pour moi. » Et, comme pour ponctuer ta phrase, tu lèves les yeux en direction d’Ange, menton dans la paume de ta main, coude au bord du dossier — ton bras s’engourdit déjà. Ton bras libre s’étire dans sa direction, tes doigts agrippent un morceau de tissu pour l’attirer vers toi. « Alleeez Angy sois pas timide, raconte-lui, il est curieux comme tout Pety, c’fou tu trouves pas ? Et viens par lààà, bon sang Angyyy » et ta voix déraille, et tu ris, et bordel, ce que tu ne comprends vraiment rien.
code encrine


He is always humming in #C18F67


Love & other strange things ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas




Mist
avatar

Super Fiche
Super-pseudo: forget_me_not
Pouvoir: Gravité mais le fait passer pour contrôle du poid
Inventaire:
Mist
Date d'inscription : 28/06/2016
Messages : 95
Dollars : 37
Crédits : viria (art) & ohprcr (art)
Localisation : Hiawatha District
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t308-ange-nothing-is-true-everything-is-permittedhttp://astrophelcity.forumactif.org/t312-ange-we-hear-no-voice-when-we-pray-at-nighthttp://astrophelcity.forumactif.org/t319-ange-demandes-recap-des-rps

MessageSujet: Re: (romeo & ange) just carry me home tonight   Sam 27 Aoû - 3:01



ange & peter & romeo
just carry me home tonight




Tu finis par baisser la tête en te mordant la langue, en concluant que tu ferais mieux de ne rien dire histoire de ne pas aggraver ton cas; parce que d’après le regard amusé que Peter te lançais, t’en avais pas fini d’en entendre parler. « T'inquiète, j'ai pas besoin d'ces détails-là. » Tu sens tes joues se réchauffer dangereusement sans pour autant relever la tête vers lui; au son sourd qui résonne, tu devines que le brun s’est assis quelque part, probablement sur un fauteuil. « Tu m'avais jamais parlé d'Ange, limite j'suis déçu qu'tu m'ais jamais présenté mon remplaçant » « J’suis l’remplaçant de rien du tout. » Tu grommelles, surtout pour toi-même, en croisant les bras. Inspires, expires, calme-toi. « Vous êtes ensemble depuis longtemps ? » L’air exaspéré, tu relèves la tête en levant les yeux au ciel, lâchant un « Mais on est pas ensemble.. » en même temps que renchérissait Romeo. « La première fois qu’il est passé dans mon lit, j’avais dix-sept piges. A toi les maths, chéri. » Tu penches la tête en la tournant vers lui, tout ton corps exprimant un sérieux? . Mais il ne semble pas vouloir s’arrêter puisqu’après qu’il ait fini cul-sec son verre -tu tenais mal l’alcool alors tu ressens une pointe de jalousie, que tu balaies rapidement- il continue. « Pardon d’pas t’en avoir parlé, j’avais peur t’sais, j’vous voulais tous les deux rien qu’pour moi. »
Tu peux pas t’empêcher de rougir légèrement en retournant le regard -t’as toujours été sensible aux compliments depuis tout petit, puisque ton self-esteem est souvent au plus bas, et ça marchait aussi avec ce genre de phrase. Tu te râcles doucement la gorge en te demandant si çaparaitrait suspect que tu t’eclipse aux toilettes maintenant, et tu commençais sérieusement à te demander s’il y avait une fenêtre par laquelle tu pouvais t’enfuir, quand Romeo atrappe ton t-shirt et tire du bout des doigt l’extrémité au niveau de ta hanche. Tu retiens un grognement mais t’approche tout de même, plus par réflexe que parce qu’il te l’obligeait. « Alleeez Angy sois pas timide, raconte-lui, il est curieux comme tout Pety, c’fou tu trouves pas ? Et viens par lààà, bon sang Angyyy » Tu t’immobilies en le faisant lâcher le tissu, le visage empourpré et tes pupilles incapable de se poser sur quelque chose. « Il s’est rien passé, t’es mort Rom. Il est mort il sait plus ce qu’il dit. » Ton ton était un mélange de sec et d’hésitation; t’avais pas envie de te mettre ton blond à dos. T’en étais même effrayé -[i]c’était le seul à savoir la vérité[i]- mais le malaise s’installait et prenait l’avantage sur la raison. « On a partagé une chambre dans un..internat. C’est tout. Nada. Hiç. » Tu passes une main sur ton front puis dans tes cheveux, essuyant les gouttes de sueurs qui perlaient sur ton front à cause de la foule trop dense; puis tu te tournes à nouveau vers Romeo en prenant une lourde réspiration, tâchant de reprendre ton calme. « Si tu comptes continuer de boire, donne-moi tes clefs avant que je te ramène chez toi. »Tu tends la main, paume ouverte vers le plafond, sans vraiment faire attention au sens de ta phrase; la possibilité du double-sens n’effleure même pas ton esprit, t’étais pas programmé pour ça.

code - kuru
icons - tumblr




♥♥♥:
 
Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (romeo & ange) just carry me home tonight   

Revenir en haut Aller en bas
 

(romeo & ange) just carry me home tonight

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Astrophel City :: Saten District :: Résidence scolaire-