AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 la Nuit, les Souris dansent [pv Artorias & Lyzel] - [/!\ scène de bagare & violence, soft]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2




Citoyens
avatar
Citoyens
Date d'inscription : 04/05/2016
Messages : 96
Dollars : 327
Crédits : Trouvé sur Zerochan.net et modifié à ma sauce
Localisation : La cuisine est un lieu sûr. C'est ma copine~
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: la Nuit, les Souris dansent [pv Artorias & Lyzel] - [/!\ scène de bagare & violence, soft]   Ven 13 Mai - 16:29


 

                


La lame du sabre japonais venait tout juste de s'abattre sur les doigts qui maintenaient l'arme à feu. Artorias s'était figé en comprenant qu'il n'aurait pas affaire à une banale petite histoire de vol. Les yeux rivés sur cette scène monstrueuse, l'albinos ne parvenait plus à décoller ses jambes du sol. Elles étaient soudainement devenues plus lourde que du plomb. Son cœur ratait un battement, puis deux. Il était incapable de trembler, encore sous le choc. La lame de l'héroïne nocturne venait se planter dans l'épaule du second malfrat. Une voix intérieur lui hurlait de bouger, se déplacer, les arrêter, appeler à l'aide! Seulement... ça ne restait qu'une voix étouffé par une peur démesurée et incontrôlée. Le gérant de la modeste boutique de confiserie, après le massacre, pu enfin faire un pas en avant. Il allait prévenir Halborn de l'arrivée indésirable d'un troisième mécréant, mais elle venait percuter le comptoir avant qu'il n'ait le temps de prononcer un mot. Un peu sonnée, elle ne pourrait pas éviter le second coup. Artorias ne réfléchi pas une seconde de plus, il se jetais dans sa direction, un rouleau de papier cadeau qu'il venait de ramasser, à la main. Il le jetais au visage du géant. Ca le distrairait pendant une fraction de seconde seulement, mais ce serait suffisant pour permettre à l'albinos, d'atteindre la position de la jeune femme.
Puis... le visage du grand homme lui revint à l'esprit. Horrifié par une révélation soudaine, les seuls mots qu'il parvint à souffler, n'apaiserait pas la colère du titan, mais... au moins, concentreraient son attention sur sa pauvre personne;

"Vous..? Un.. un Godzilla venu tabasser un maladif parce qu'il est incapable de trouver adversaire à sa mesure. N..n'est ce pas pitoyable..?"

Au fil des mots, les idées lui venaient à l'esprit. Occuper le bonhomme le temps que la jeune femme puisse agir de nouveau. Il serrait les poings à s'en faire blanchir les jointures. Tétanisé par le colosse qui se trouvait devant lui, il eut de plus en plus de mal à articuler. Artorias dégluti quand une poigne de fer vint se refermer sur son cou, écrasé par la pression. Lentement, ses pieds quittaient le sol. A cet instant, il ne songeait plus à rien hormis sa vie, qui risquait d'être écourté sous peu. L'albinos se mit à se débattre comme il pouvait, balançait son pied en espérant atteindre l'affreux qui était en train de l'étrangler. Ses tentatives étaient veine. Le souffle commençait déjà à lui manquer.

Pourquoi? Pourquoi a t il fallut qu'il prononce cette phrase? Il aurait pu l'éviter. Artorias regrettait fortement le geste de ce jour là... Si il n'avait pas eut cet hélant de courage il n'en serait pas là. Il aurait mieux fait de ne pas renier sa nature de trouillard.

Ethan. Ethan Von Klark. Allemand tout droit revenu d'Espagne, il reprenait l'entreprise de son père, et l'étendait jusqu'à Astrophel. Sa réunion avec ses collaborateurs, venait de se terminer. Il s'était arrêté à un bar avec trois de ses hommes, et s'était amusé pour se détendre un peu. Dans la soirée, à sa sortie de l'établissement, il percutait Artorias, qui demandait à être remboursé pour le paquet que l'un des bonhomme venait d'écraser.

"Ca t'a échappé, c'est con. Fallait mieux le tenir."

Les trois chiens de ce gros naze venaient de rire bêtement. Fâché, le gérant de la pâtisserie avait ramassé le paquet après avoir formulé quelques propos désobligeant à l'égare de la brute et ses copains.

"Qu'est-ce que t'a dit, morveux?
- Que des gorilles comme vous feraient mieux de retourner dans un zoo!"

Bien sûr, après une remarque comme celle ci, il s'était mit à courir. Il leur avait échappé de justesse et jamais il n'aurait imaginé recroiser ces vendeurs de.. drogues. Le plus balèze des trois était venu récupérer son fils. L'un de ces amis l'avait prévenu qu'il était ici et il n'avait pas hésité à causer des dégâts.



Revenir en haut Aller en bas




Citoyens
avatar

Super Fiche
Super-pseudo: Vigilante
Pouvoir: Spadassin
Inventaire:
Citoyens
Date d'inscription : 20/04/2016
Messages : 55
Dollars : 50
Crédits : Moi-même ~
Localisation : Partout ! o/
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t231-les-rues-ont-besoin-de-vrais-heros-pas-de-panneaux-publicitaires-x-lyzel-halbornhttp://astrophelcity.forumactif.org/t249-bienvenue-sur-ma-toile

MessageSujet: Re: la Nuit, les Souris dansent [pv Artorias & Lyzel] - [/!\ scène de bagare & violence, soft]   Ven 13 Mai - 17:17

« Pv. Arti'. | Des bonbons ou un sort ! »
La Nuit, les Souris dansent
Vigilante.
«Relève ta tête et bat-toi, grognasse ! Montre ce que t'as dans le ventre !»

Lyzel tremblait de tous ses membres. Son visage dégoulinait de sueur et ses yeux papillonnaient de sommeil. C'était sa deuxième semaine d'entraînement auprès du premier Vigilant. Le vieil homme avait encore de l'énergie à revendre et, malgré son âge, il mettait encore de sacrées patates. Les grossièretés qu'il lui sortait, elle allait apprendre par la suite à les encaisser, tout comme les coups qu'il donnait. Ses bras et ses jambes, déjà couverts de bleus, étaient tellement lourds qu'ils semblaient être fait de plomb. Son maître s'avança et, sans la moindre hésitation, il lui asséna un énième crochet. La jeune adulte tomba en arrière, s'effondrant sur les divers effets de musculation. Une douleur fulgurante traversa son dos, elle grimaça, surprise.

«Montre moi que tu en vaux la peine. Lève toi ! »

Et il l'insulta. Elle, l'héritière Halborn. La fille de bienséance, élevée dans l'amour et le respect. Il lui donna des noms de toutes signification, et même certains mots qu'elle n'avait presque jamais entendu. Ce fut comme un électrochoc dans son cerveau. Elle rassembla ses dernières forces pour se relever et rendre à cet homme, son maître, son idole, un coup digne des siens. Il en cracha du sang. Mais Lyzel n'éprouva aucun remord, car la fierté se lisait dans ses-


**
*

Sans trop savoir comment, la jeune femme s'était relevée. Son souvenir, peut-être. Mais s'il avait eu le temps de se former dans son esprit, il s'en était aussitôt extrait à l'instant où elle avait rouvert les yeux. Pendant quelques secondes, elle se demanda où elle était. Le coup qu'elle avait reçu, plus le choc à la tête, l'avaient vraiment sonnée. Des images, comme des flash-backs, passèrent devant ses yeux. Elle revit sa dégringolade avec le dealer. Son emportement sur le maître des lieux. Maître des lieux qu'elle connaissait. C'était... Willem. Quelque chose Willem. Elle ne savait pas dire s'il lui avait donné son prénom un jour. Mais ce n'était pas lui qui l'avait assommée. Il y avait eu un bruit. Deux hommes. Non. Trois. Oui. Trois.

Des bruits de suffocation attirèrent son attention, la forçant à sortir de sa torpeur. Elle tourna la tête, non sans douleur, et vit un géant tenir haut et fermement un homme aux cheveux blanc. Le propriétaire de Cand'isord. Reprenant ses esprits, la justicière bondit en avant et envoya son pied dans le bassin de la montagne humaine. L'homme ne devait pas s'attendre à ce qu'elle se réveille aussi vite car il relâcha son étreinte autour du coup de l'innocent. Il ne l'avait cependant pas laissé tomber, il le retenait encore par le col de son t-shirt. Au moins, il pouvait respirer, c'était déjà ça.

«C'est toi qui a poursuivi mon gamin ? Sale traînée. Je vais t'apprendre à vouloir jouer les super-zéros.»

Lyzel n'avait pas la force de se moquer de se terrible jeu de mots, mais elle se serait bien permis de le faire. Si seulement un civil n'était pas à ce point en danger. Elle se releva sa garde, réfléchissant à une tactique, un coup qui pourrait déstabiliser ce troglodyte.

«Mais c'est mon jour de chance. Tes espoirs de gloire, je vais les briser, comme les jambes de ce maigrichon. Ça lui apprendra le respe-»

Le genou de la jeune femme l'atteignit en plein menton. Elle avait sauté sur lui, le déséquilibrant suffisamment pour les faire tomber tous les trois au sol. Le macaque était étalé sur le dos et Lyzel, à moitié assise sur son torse, enchaîna quelques coups de poings dans sa figure. Il arrêta cependant le dernier et resserra ses doigts sur la main de la demoiselle. Elle réprima un petit couinement de douleur en serrant les dents, mais face à la force de cette brute, elle ne faisait pas le poids au corps-à-corps. Gardant le poing de la jeune femme dans le sien, il lui frappa le visage. Il profita qu'elle recule légèrement pour se redresser et lui asséner un coup de boule. Lyzel ne put retenir un petit cri. Le sang vint teinter ses cheveux de rouge et humidifier son visage. Sa tête lui tournait. Elle jeta un petit regard au vendeur de sucreries. Au moins, l'autre débile l'avait lâché et sans doute oublié pour le moment.

Le colosse se mit debout, sans relâcher son étreinte sur la demoiselle. Il la saisit par la gorge et lui envoya un coup de genou dans le ventre. Un goût âcre envahit sa bouche et elle recracha le sang qui avait empli sa gorge. Sa respiration était saccadée. Mais ses yeux brillaient toujours du désir de démolir cet homme. Brusquement, elle sorti un poignard de sous sa jupe et le planta dans la jambe de l'homme. Elle eut le temps de s'éloigner de quelques pas et, lui jetant un regard de défi, elle attendit qu'il se rue dans sa direction pour courir hors de la boutique. Elle vérifia qu'il était bien sur ses talons et essaya de garder l'allure. Tous deux avaient cependant du mal à courir, lui à cause de sa récente plaie, elle pour tous les coups qu'elle s'était mangé. On aurait presque dit qu'ils couraient au ralentis. Mais ils ne pouvaient pas s'arrêter, aussi idiote la situation était.

Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia


Trois de la part de Yuugi, Milk et Seiren, merci ! o/
Fan Clubs:
 

Derp Derp:
 
Revenir en haut Aller en bas




Citoyens
avatar
Citoyens
Date d'inscription : 04/05/2016
Messages : 96
Dollars : 327
Crédits : Trouvé sur Zerochan.net et modifié à ma sauce
Localisation : La cuisine est un lieu sûr. C'est ma copine~
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: la Nuit, les Souris dansent [pv Artorias & Lyzel] - [/!\ scène de bagare & violence, soft]   Ven 13 Mai - 18:02


 

              

  Ah, pourtant tout avait si bien commencé.

Artorias avait entamé la journée avec un large sourire, une détermination sans faille... et quelques plaisanteries idiotes de son répertoire rallongé chaque dimanche. Le blanco déjeunait tranquillement après s'être préparé, il descendait ensuite retourner la pancarte accrochée à la porte vitrée de sa boutique. Le temps que les clients commencent à affluer il faisait un brin de rangement. Il retournait derrière son comptoir pour fouiller dans ses quelques tiroirs, à la recherche de son crayon qu'il triturait nerveusement, impatient. C'était l'aube d'un lundi, comme un autre. Et pourtant chaque début de semaine se déroulait différemment. C'est le jour qui prédisait si la semaine allait être bonne ou non car, croyants ou non, les gens le savaient. Si cette journée se déroulait sans encombre c'était bon signe. Mais... l'entamer avec quelques petits incidents signifiait devoir supporter les prochains malheurs qui s'abattraient sur nous. Cette fois ci donc, Artorias s'était imaginé clore la semaine avec un week end paisible. Quelques livraisons à effectuer le samedi, de la paperasse qui l'occuperait tout autant... et enfin, son dimanche.

Quelle erreur, que d'avoir pensé que tout irait bien.

Relâché soudainement par la brute, il profitait de quelques secondes de répit pour reprendre son souffle. Le temps que l'héroïne soit sortie, sa main se ruait sur le portable qui était tombé précédemment. Il se relevait tant bien que mal, allait attraper un objet dans l'arrière boutique, au hasard, et courrait rattraper les gigolos en appelant les forces de l'ordre.

"Oui, dans le nord de cette avenue! Faites vite!"

Sil s'était donné le choix il serait resté à la boutique. Cependant.. il ne se le donnait pas. Il avait peur, certes, mais il serait incapable d'abandonner Halborn. Il ne l'appréciait pas forcément en tant qu'héroïne, mais en temps normale elle était quelqu'un d'agréable et... et puis elle avait déjà fait affaire lui. Comment ferait il pour la charrier sur ses réceptions qu'elle organisait, si il lui arrivait quelque chose? Le titan ne la quittait pas, elle tournait dans une rue mais se trouvait face à une impasse. Adulée, elle avait, l'espace d'un instant, donné l'impression de rapetisser, face au colosse. Artorias avançait discrètement, levait son arme improvisée, et, au moment de l'abattre, une main attrapait le manche du grand maillet. Le bras et la tête levé, il comprit bien vite que jamais il ne pourrait rivaliser avec le monstre. Ce dernier le rejetais d'ailleurs en arrière, et balançait l'objet plus loin d'un geste vif, énervé. Le grand Ethan Von Klark reportait son attention sur la jeune femme.

"J.. j'ai appelé le commissariat, ils arrivent. A..abandonnez!"

Artorias s'était redressé, il avait jeté cette annonce a l'individu, dans l'espoir de le faire abandonner. Tentative veine, une fois de plus. Le maître de gang se rapprochait à nouveau de lui et le faisait se relever en lui broyant l'avant-bras. Artorias n'avait plus qu'à espérer que ses blessures finissent par avoir raison de lui, ou.. que les policiers arrivent.



Revenir en haut Aller en bas




Citoyens
avatar

Super Fiche
Super-pseudo: Vigilante
Pouvoir: Spadassin
Inventaire:
Citoyens
Date d'inscription : 20/04/2016
Messages : 55
Dollars : 50
Crédits : Moi-même ~
Localisation : Partout ! o/
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t231-les-rues-ont-besoin-de-vrais-heros-pas-de-panneaux-publicitaires-x-lyzel-halbornhttp://astrophelcity.forumactif.org/t249-bienvenue-sur-ma-toile

MessageSujet: Re: la Nuit, les Souris dansent [pv Artorias & Lyzel] - [/!\ scène de bagare & violence, soft]   Mer 18 Mai - 16:38

« Pv. Arti'. | Des bonbons ou un sort ! »
La Nuit, les Souris dansent
Vigilante.
Ses paupières, alourdies par le sang qui leur coulait dessus, avaient du mal à rester ouvertes. La douleur gagnait son corps entier et, bien vite, ses membres furent assaillis par des tremblements. La jeune femme s'y était prise comme un manche cette nuit. Elle s'était laissé déconcentrer par un civil, elle s'était trop attardée et elle avait trop réagi à l'instinct. En deux ans de carrière, c'était bien la première fois qu'elle faisait tant d'erreurs, si son maître l'apprenait, elle était bonne à se prendre une sacrée rouste. Elle l'entendait déjà se plaindre qu'elle salissait le nom de Vigilant avec ce genre de conneries.

«Fais chier...»

Une impasse. Voilà qui n'arrangeait pas les choses. Elle s'arrêta tout au fond de la voie, réfléchissant à ce qu'elle pourrait faire. Même si elle l'attaquait de face, il avait l'avantage de la taille et de la force, et ce même si elle utilisait son pouvoir. Elle était trop blessée pour pouvoir l'atteindre de sa lame, elle n'aurait pas la force d'esquiver et de contre-attaquer dans la foulée. Le géant se tint immobile à l'orée de la voie sans-issue. Lyzel se tourna vers lui et frémit en voyant le sourire meurtrier qui ornait ses lèvres. Il allait l'étrangler. De ses grandes et puissantes mains, il avait envie d'ôter la vie à la justicière idiote qu'elle était. Tout ça parce qu'elle avait écouté le gérant de la confiserie. Tout ça, parce qu'il avait deviné son identité. Elle serra le poing. Comme si elle allait se laisser faire bien gentiment !

Soudain, elle vit Artorias se glisser dans l'ombre du colosse. Il tenait quelque chose à la main. Elle plissa les yeux pour mieux voir. Un maillet ? Mais avant qu'il ne put asséner le moindre coup, le géant s'était retourné et lui avait choppé le bras. Il le fit voler contre un mur et la demoiselle fit un pas, mais elle ne pouvait intervenir. Le regard fou du colosse revint sur elle. Au moins, il ne se concentrait pas sur le civil. Il vaudrait mieux que l'albinos garde son caquet fermé, pour sa propre sécuri-

"J.. j'ai appelé le commissariat, ils arrivent. A..abandonnez!"

Oh le con. Le mafieux se retourna immédiatement sur lui, pauvre crevette impuissante, et l'obligea à se relever. Lyzel profité de cette diversion pour enfin agir. Elle se jeta en avant et, dégainant son épée enchaînée, elle planta sa lame profondément dans l'arrière du genou du colosse. Le cri qu'il poussa semblait inhumain. Il rejeta violemment le confiseur contre le mur et il voulut se tourner vers Vigilante. Celle-ci retira aussitôt sa lame en un mouvent semi-circulaire. Le géant tourna son torse, une jambe suivit, pas l'autre. L'épée avait tranché plus ou moins nettement tout ce qui retenait le mollet à la cuisse, et la partie basse de la jambe s'effondra sur le sol en une gerbe de sang ignoble. L'homme s'effondra sur le sol en tenant son moignon. Il maudissait la demoiselle dans ce qui semblait être un mélange d'allemand et d'espagnol, mais elle n'y prêta pas attention. Au loin, on pouvait percevoir les sirènes de police.

Lyzel s'accroupit près du vendeur de bonbons et l'aida à se mettre sur pieds. Elle l'emmena à l'écart du géant, de peur qu'il ne parvienne à lui faire du mal malgré son état. Là, en sécurité, elle l'adossa à une maison.

«Attendez la police, bougez le moins possible et faites vous examiner. Je reviendrai vous aider.»

La jeune femme posa sa main sur son épaule, prit une profonde inspiration et finit par se détourner de lui. Il était hors de question qu'elle reste à proximité de la police, certains étaient des chiens véreux prêts à vendre son identité à la presse. Elle activa ses Turbo Boots et fila dans le sens inverse du son de la sirène. Sa nuit était finie, elle n'allait pas pouvoir aider d'avantage dans l'état où elle se trouvait. Elle fila jusqu'à sa planque, non sans mal, mais bien décidé à soigner ses plaies afin de rendosser son maque de Lyzel Halborn.

Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia


Trois de la part de Yuugi, Milk et Seiren, merci ! o/
Fan Clubs:
 

Derp Derp:
 
Revenir en haut Aller en bas




Citoyens
avatar
Citoyens
Date d'inscription : 04/05/2016
Messages : 96
Dollars : 327
Crédits : Trouvé sur Zerochan.net et modifié à ma sauce
Localisation : La cuisine est un lieu sûr. C'est ma copine~
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: la Nuit, les Souris dansent [pv Artorias & Lyzel] - [/!\ scène de bagare & violence, soft]   Mer 18 Mai - 18:16


 

                 

          I'm not super man


Bras cassé, dos en compote, boutique en foutoir, vitre brisée, toit à réparer... se dire que ça aurait pu être pire. Artorias arrivait pourtant encore à plaisanter là dessus.

"Puisque je vous dis que c'est batman qui à fait ça!"

Bien sûr, les policiers avaient parfaitement conscience que les super héros agissaient de nuit comme de jour, mais rester pour être applaudis avant de partir de manière spectaculaire faisait parti de leurs principes. Le fait que l'inconnu qui a blessé tout le gang de ce Ethan et ce soit enfui comme un voleur, prouvait qu'il ne s'agissait pas d'un super comme les autres. Ca leur rappelait même la personne qu'ils recherchent. L'enquête serait menée. Comme promis, l'albinos n'avait pas dit un mot à propos de Halborn. Il avait expliqué toute la situation avant d'être amené directement à l'hôpital. Pas très emballé à l'idée d'y aller, il avait fallut insister pour le convaincre d'y aller. Le matin même, a peine rentré chez lui, le propriétaire de la confiserie avait dû appeler l'assurance. Si celle ci n'agissait pas dans la journée, à ce train là le pauvre homme dormirait à la belle étoile avec pour repas, son paquet de mi-choco encore intact.

Un bras enveloppé dans des bandages, maintenu par une écharpe, il se débrouillait pour ranger un peu le temps de trouver de l'aide. Pour cette fois, il ne refuserait certainement pas des bras en plus! Les dégâts lui serait remboursés sous peu, mais pour les deux prochains jours il allait devoir se démerder avec les moyens du bord. En ramassant le verre brisé éparpillé au sol il se rappelait une fois de plus la veille. Cette.. Halborn. Pour une justicière elle faisait de gros dégât. Artorias eut la nausée rien qu'en se remémorant les doigts tranchés sous ses yeux. Sans parler de la montagne, dont l'épaule et la jambe avaient bien étés découpés. L'albinos secouait doucement la tête pour chasser ces mauvaises pensées. Il avait autre chose à faire et il ne tenait pas à se rendre malade pour ça. Il avait déjà vu bien pire. Ce n'est pas quelques tâches qui allaient le traumatiser.

♫ ♪ Son portable lui échappait de la main pour la troisième fois. Epuisé au vu de ce qui était arrivé ces dernières heures, il ne faisait pas très attention à ce qu'il faisait et se révélait être plus maladroit qu'à l'accoutumée. Il laissait le ballait de côté et s'accroupi pour attraper l'appareil, qu'il laissait retomber sur le comptoir en sale état. Exaspéré, Artorias plongeait sa main dans le sachet de bonbons tout juste ouvert à l'aide de ses dents. Avec un bras en moins pour s'aider, il allait devoir se montrer inventif. Déjà pour passer la serpillière, il avait dû traîner des pieds. Sous chacune de ses semelles avait été fixé des lingettes. Pour la vitre brisée en revanche, ça avait été une autre paire de manche. L'albinos avait utilisé le rouleau de scotch et une vieille vitre qui prenait la poussière dans l'arrière boutique. Elle était fêlée au niveau du coin, mais bon... pas le choix. Ca collerait bien en attendant. peut être..?

Ainsi donc, l'énergumène avait improvisé quelques réparations sans s'accorder de pause. C'est seulement en début d'après midi qu'il se laissait tomber sur une chaise, dans un coin de la boutique en vrac, à l'ombre. L'ampoule de la lampe fixée au plafond, devait forcément tomber au même moment. Quel hasard. Quelle chance. Mais comme dit, rien entamerait sa bonne humeur! Enfin, Artorias réprimandait une grimace et un geignement.

Au même moment, quelque chose vint frapper contre la porte de la confiserie. Le propriétaire des lieux, bien qu'intrigué, n'avait pas eut le courage de se lever. Quand il comprenait qu'il s'agissait de la super héroïne de la veille, il laissait retomber sa tête contre le meuble face à lui en maugréant un "nooon, pas elle...". Pourtant, il l'avait invité à entrer. Pourquoi, déjà? Elle était tombée sur sa terrasse en cassant des tuiles, elle avait fait un massacre, et la faute à qui si sa conscience l'avait poussé à les rattraper, hein? Il passera aussi sur le fait de ne pas retrouver le bouton de sa chemise, qui avait dû sauter à force de se faire attraper par le col, et étrangler.

"Ecoutez... ce n'est pas le moment."

L'albinos attrapait un tabouret sans bouger de sa place, et le poussait en direction d'Halborn avec son pied.

"Je suis désolé mais j'ai pas mal de choses à faire, donc... si vous avez quelque chose à dire, soyez brève. Ne croyez pas que je vous chasse d'ici, mais je doute que vous attarder dans un lieu dans cet état déplorable soit une bonne idée."

Bon, c'est vrai. Il ne la chassait pas, seulement il ne sentait pas capable de faire la causette. Même en restant souriant, il ne serait pas crédible. La fatigue le rattrapait, son bras endolori n'était pas d'avis de lui foutre la paix... deux agents étaient censés venir le lendemain pour l'interroger un peu plus, le médecin lui avait pourri la vie avant de lui rendre sa liberté, et il ne pourrait pas rouvrir Cand'isord avant une semaine minimum.




Revenir en haut Aller en bas




Citoyens
avatar

Super Fiche
Super-pseudo: Vigilante
Pouvoir: Spadassin
Inventaire:
Citoyens
Date d'inscription : 20/04/2016
Messages : 55
Dollars : 50
Crédits : Moi-même ~
Localisation : Partout ! o/
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t231-les-rues-ont-besoin-de-vrais-heros-pas-de-panneaux-publicitaires-x-lyzel-halbornhttp://astrophelcity.forumactif.org/t249-bienvenue-sur-ma-toile

MessageSujet: Re: la Nuit, les Souris dansent [pv Artorias & Lyzel] - [/!\ scène de bagare & violence, soft]   Ven 20 Mai - 14:58

« Pv. Arti'. | Des bonbons ou un sort ! »
La Nuit, les Souris dansent
Le reste de la nuit avait été catastrophique. Dès son arrivée dans sa planque, la jeune femme avait jeté son costume à terre, offrant son corps nu aux crocs glacés d'une pièce non chauffée. Elle avait observé l'étendu des dégâts dans un miroir. Résultat des courses, de nombreux bleus allaient apparaître sur ses bras, ses jambes et son ventre. La plaie à sa tête avait cessé de saigner mais elle laisserait une vilaine croûte pour quelques semaines. Sa lèvre inférieure était fendue mais, par chance, elle n'avait pas d’ecchymose sur la joue. Pourtant elle les avait senti passer les coups. Tremblante, elle se traîna jusqu'à la douche. Le jet rinça le sang, mais n'éloigna pas la fatigue qui parcourait chaque centimètre carré de son corps. Elle sortit de la salle de bains, enveloppée d'une serviette, et alla s'asseoir dans l'unique fauteuil de la pièce. Elle rabattit une couverture sur elle et tenta désespérément de trouver le sommeil.

Rien ne venait. Elle était las et avait le sentiment de pouvoir s'évanouir à tout instant, mais Morphée refusait avec son force un accès à ses bras. Son esprit lui projetait chaque scène de la soirée : sa course-poursuite avec le dealer, la présence de Willem, l'arrivée des deux macaques et, enfin, l'affrontement avec M.Muscle. Elle lui avait laissé porter trop de coups. Normalement, face à un tel adversaire, elle devait reculer, esquiver et profiter d'un moment d'inattention pour contre-attaquer. Dans les faits, l'espace ne s'était pas prêté à un tel plan et puis il y avait eu le facteur Civil. Le géant semblait en avoir après l'albinos, et elle n'avait pas pu le détourner immédiatement. Elle passa les heures suivantes à réfléchir à ce qu'elle aurait dû faire.

Au petit matin, elle en était arrivé à la conclusion qu'elle était idiote et que son maître allait lui envoyer un sacré crochet la prochaine fois qu'elle le verrait.

S'étirant, Lyzel quitta le fauteuil et se servit dans les habits de rechange qu'elle gardait ici. Malgré le grand soleil annoncé, elle choisit des manches longues et un jean. Pour la lèvre, elle expliquera plus tard à sa secrétaire qu'elle s'était prise une porte. Sa maladresse étant connue au sein d'Halborn Corp., personne ne remis en cause cette excuse. Le meeting du matin s'était quelque peu éternisé, ou en tout cas, il lui avait semblé durer des siècles. Un nouveau contrat était arrivé, et il était pris très au sérieux : une crèche allait ouvrir à Astrophel, et leur équipe était chargée de la cérémonie d'ouverture qui se déroulerait en après-midi, mais aussi de la soirée de charité qui se tiendra au même endroit. La ville voulait rentabiliser la journée et promouvoir, en même temps, les lieux auprès des familles aisées. Ah oui, c'était une crèche huppée. Cela allait être difficile, mais le résultat était plus que juteux.

La jeune femme quitta le café avec deux gobelets de chocolat chaud et, s'arrêtant un instant, elle avala un médicament pour le mal de crâne qui commençait à pointer le bout de son nez. Elle avança ensuite d'un pas décidé en direction de Cand'isord. Elle avait promis de venir aider, et son après-midi était libre. Lors du meeting, elle avait pu lire sur sa tablette les news : "Une pseudo-justicière ravage une boutique". A peine quelques lignes avaient été consacrées à leur agresseur. Mais au moins il était en prison.

La femme frappa à la porte et attendit que le propriétaire vienne lui ouvrir. Il finit par la laisser entrer, mais elle nota la petite lueur de panique qui luisait dans ses yeux. Elle ne s'en offensa toutefois pas, comment pourrait-elle ? Les journaux avaient beau être des torchons, c'était en parti sa faute si les lieux étaient ainsi. A la lueur du jour, Lyzel prit pleinement conscience des dégâts. On semblait avoir balayé un peu, le sang avait été vivement épongé mais il restait quelques tâches et l'odeur âcre planait encore un peu. Et si le vendeur restait avec le bras en écharpe, ce n'était pas une semaine qu'il allait devoir attendre avant de rouvrir mais trois.

Sans rien dire, elle s'assit sur le tabouret qu'il avait poussé dans sa direction, et elle l'écouta sagement. Une fois qu'il eut fini, elle prit son téléphone et tapota rapidement un message. Puis, elle releva la tête et lui adressa un sourire sincère.

«Bien. Je comprends tout à fait M. Willem. Mais soyons réaliste une seconde. Les assurances ne vont pas vous couvrir entièrement, elles ne le font qu'en cas de dégâts causés par un super-héros, ce que Vigilante n'est pas. Vous allez avez avoir besoin de moi, et j'ai besoin de vous.»

Elle marqua une pause, un peu gênée par sa dernière phrase qui était le summum du kitsch. Sans geste brusque, elle tendit l'un des chocolats chaud à l'albinos, l'invitant à s'en saisir. Puis, elle reprit calmement la parole, mais un ton plus bas.

«Avec ce qui s'est passé hier, croyez bien que je ne peux pas vous laisser agir sans vous garder à l’œil. Vous en savez trop, comme on dirait dans n'importe quel nanar. Je ne doute pas que vous êtes une personne intègre, mais comprenez que je ne peux vous faire confiance sur simple parole. Alors, je vais vous proposer un deal.»

Le sourire de Lyzel s'intensifia légèrement alors qu'elle prenait une gorgée de cacao. Vraiment, ce café était l'un des meilleurs du quartier. Mais elle n'avait pas le temps de trop s'attarder sur ce détail, elle avait une personne à renseigner, parce que c'est bien beau de lancer des grandes phrases, mais encore faut-il terminer son monologue.

«Je viens d'obtenir un contrat pour une crèche, à Nahuel. Une cérémonie d'ouverture doit avoir lieu, et de nombreux enfants sont attendus. Vos bonbons et autres sucreries seront essentiels pour convaincre les bouches affamées.»

Son téléphone vibra dans sa main, elle y jeta un rapide coup d'oeil et fut ravie en lisant la réponse. Elle avait une demi-heure pour convaincre le gérant de la boutique. Ce qui était largement suffisant, elle n'en doutait pas.

Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia


Trois de la part de Yuugi, Milk et Seiren, merci ! o/
Fan Clubs:
 

Derp Derp:
 
Revenir en haut Aller en bas




Citoyens
avatar
Citoyens
Date d'inscription : 04/05/2016
Messages : 96
Dollars : 327
Crédits : Trouvé sur Zerochan.net et modifié à ma sauce
Localisation : La cuisine est un lieu sûr. C'est ma copine~
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: la Nuit, les Souris dansent [pv Artorias & Lyzel] - [/!\ scène de bagare & violence, soft]   Ven 20 Mai - 17:23


 

                 

♪ ♫  Artorias avait accepté la boisson, bien que pas spécialement motivé pour quoique ce soit. Bien appuyé sur son siège, il l'écoutait attentivement. La demoiselle n'avait pas tort. Tout les dégâts n'allaient pas être remboursés dans la totalité, et même en ayant les moyen ça lui prendrait beaucoup de temps. Pas spécialement convaincu par la proposition, il se dit que refuser serait un acte stupide, surtout venant de lui. Refuser une telle offre?
Que la demoiselle le surveille, il s'en moquait bien. L'albinos n'avait rien à cacher et tant qu'elle ne s'imposait pas trop dans sa vie il ne s'en préoccuperait pas. En revanche, faire affaire avec sa société était une autre histoire. L'affaire avait l'air importante, certes. Mais étant un peu méfiant après ce qui était arrivé la veille, il hésitait. C'est dans un soupire qu'il lui demandait de détailler un peu;

"Dites m'en plus, nous verrons bien."

Le gérant de la boutique de confiserie reportais son attention sur sa boisson pendant un instant. Il resserrait son étreinte dessus, un peu contrarié, mais reprit bien vite sa légendaire zen attitude après avoir bu quelques gorgées du chocolat.

"Excusez moi, habituellement je ne suis pas aussi.. las. C'est seulement que je ne pensais pas qu'une chose pareille me tomberait dessus. J'aurais dû être plus précautionneux."

Comme dans l'espoir de se faire pardonner, ou simplement apaiser un peu les esprit, il lui tendait son paquet de chocolat. Il restait encore quelques bonbons emballés et malgré son envie de tous les dévorer en une fois, il en proposait à la jeune femme. Avec un léger sourire bête, il cachait une légère culpabilité. Accueillir quelqu'un comme il l'avait fait... était loin d'être dans ses habitudes. Il regrettait réellement.
Artorias n'était pas un grincheux avare, ni un râleur. C'était l'inverse. Le cliché même du type un peu con et naïf, le pitre des écoles, celui qui positive et ce, dans n'importe quelle situation. Malheureusement, il est toujours difficile de se remettre quand une chose importante à ses yeux, se fait démolir par une ninja au katana et un gang de gros bras peu futé. Imaginé de cette manière, il se mit à rire un peu. Puis il repensait à la tenue de Halborn, noire et qui avait l'air de lui coller un peu à la peau.. digne du genre s.m. Cette idée saugrenue l'avait amusé encore plus. Il fit son possible pour rester calme et réprimandait un autre rire.

"Hrm.. j'ai presque l'impression de me faire arnaquer, mais bon... soit."




Revenir en haut Aller en bas




Citoyens
avatar

Super Fiche
Super-pseudo: Vigilante
Pouvoir: Spadassin
Inventaire:
Citoyens
Date d'inscription : 20/04/2016
Messages : 55
Dollars : 50
Crédits : Moi-même ~
Localisation : Partout ! o/
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t231-les-rues-ont-besoin-de-vrais-heros-pas-de-panneaux-publicitaires-x-lyzel-halbornhttp://astrophelcity.forumactif.org/t249-bienvenue-sur-ma-toile

MessageSujet: Re: la Nuit, les Souris dansent [pv Artorias & Lyzel] - [/!\ scène de bagare & violence, soft]   Dim 22 Mai - 20:47

« Pv. Arti'. | Des bonbons ou un sort ! »
La Nuit, les Souris dansent
Lyzel croisa les jambes, mais regretta aussitôt : son ventre lui rappela douloureusement la veille et elle dû reprendre bien vite sa position initiale. Elle n'avait rien laissé transparaître, ce qui lui demandait un terrible effort de concentration puisque d'ordinaire elle était aussi transparente qu'une vitre neuve. Mais elle avait déjà passé sa matinée à faire semblant d'aller bien, alors que son corps ne voulait qu'une chose : rester allongé à rien faire. Ce n'était pas quelque chose qu'elle pouvait se permettre, mais il était clair que cette nuit elle ne serait pas de patrouille. Malheureusement, elle allait avoir besoin de repos, au minimum une soirée, si elle voulait revêtir son costume le plus rapidement possible.
Secouant légèrement la tête, elle reporta son attention sur son interlocuteur. M. Willem semblait légèrement méfiant et il était évident qu'il était loin d'être à l'aise. Pourtant il avait d'avantage vu Lyzel que Vigilante au final, mais il devait sans doute garder une mauvaise image de la justicière et il la reportait peut-être sur elle aujourd'hui. Pourtant, elle lui avait sauvé la vie. Certes, il y avait eu beaucoup de casse et des coups avaient eu le temps d'être portés. Mais en même temps, c'est lui qui était parti au devant des "cambrioleurs". Elle avait juste essayé de rattraper la situation au mieux. Enfin, c'était trop tard pour faire des reproches, et ce n'était pas du tout le but de sa venue.

La demoiselle déclina les chocolats d'un hochement négatif de la tête.

«Merci, mais je ne peux rien manger aujourd'hui.»

Son estomac avait pris un sacré coup et elle avait trop souffert après le beignet qu'elle avait mangé au meeting plus tôt. Elle espérait que la douleur se calme rapidement, ne pas manger était dangereux, elle risquait de trop faiblir et de perdre en masse musculaire. Elle esquissa un petit sourire à l'albinos, comme si elle voulait le rassurer un peu. Elle n'était pas à l'agonie non plus, il ne fallait pas exagérer, mais ce n'était pas non plus la grande forme. Malgré tout, elle se tenait très droite sur son tabouret et elle savourait son chocolat chaud. Elle profitait que seuls les liquides passaient pour se requinquer avec un peu de sucre.

«Vous faire arnaquer ?» Elle éclata en un petit rire cristallin. «Vous êtes un indépendant, n'est-ce pas ? Hakborn Corp. privilégie les contrats avec les indépendants en les payant plus grassement que s'ils étaient des gros commerces. Permettez que je m'explique.»

Lyzel prit alors le temps de lui indiquer que la cérémonie d'ouverture de la crèche aurait lieu un mercredi, donc un jour de travail pour Cand'isord. De ce fait, il serait payé deux fois ce qu'il devrait normalement gagné en une journée de travail et, d'autre part, il pourrait tenir un stand dans le hall de la crèche et garder le pécule qu'il aurait amassé pour les achats effectués.

«Enfin, nous prélevons seulement 5% des bénéfices effectués, mais nous pouvons faire une exception. D'autre part, le nom de votre boutique gagnerait à se faire connaître par des sphères différentes.»

Elle prit une autre gorgée, tout en plongeant son regard dans celui flamboyant du gérant. C'était une affaire en or, cela, il n'allait pas pouvoir le nier. Ni refuser. La jeune femme ne se voyait pas offrir aux enfants d'autres bonbons que ceux qu'offrait cette petite boutique. Elle s'était montré très sérieuse et rigoureuse, si bien qu'elle n'avait même pas tenu compte du sourire réprimé de son vis-à-vis.

Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia


Trois de la part de Yuugi, Milk et Seiren, merci ! o/
Fan Clubs:
 

Derp Derp:
 
Revenir en haut Aller en bas




Citoyens
avatar
Citoyens
Date d'inscription : 04/05/2016
Messages : 96
Dollars : 327
Crédits : Trouvé sur Zerochan.net et modifié à ma sauce
Localisation : La cuisine est un lieu sûr. C'est ma copine~
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: la Nuit, les Souris dansent [pv Artorias & Lyzel] - [/!\ scène de bagare & violence, soft]   Dim 5 Juin - 13:46


 

                 

♫ ♪  Ca avait l'air intéressant, c'est certain. Refuser ne relèverais même plus de la simple stupidité. Artorias n'avait pas la phobie des billets et il allait avoir besoin de ça pour réparer tout les dégâts. Finalement, il n'avait pas perdu sa journée! Le seul hic était le fait qu'Halborn lui ai proposé une affaire de cette envergure. Elle aurait pu faire avec quelqu'un d'autre, l'éviter après l'incident de la veille. Non seulement elle n'avait pas fuit mais... chercherait elle en quelque sorte, à se faire pardonner? Là encore, l'idée amusait l'albinos. Il était le seul véritable confiseur de la ville, pas étonnant qu'elle se soit adressé à lui. Le jeune homme se levait et lui tendait la main, comme pour conclure;

"Suis je vraiment du genre à refuser ce genre d'offre?"

Si pendant l'espace d'un instant, Artorias avait perdu son sourire, ça ne restait qu'un coup de blues passager. A peine avait il serré la main de la demoiselle qu'il songeait déjà à ce qu'il pourrait faire dans l'après midi. Préparer quelques paquets de dragée,  bidouiller, décorer des boîtes qu'il remplirait de bonbons en tout genre, un petit socle sur lequel les gamins -plus ou moins grands- pourraient décrocher des sucettes... Le gérant de la boutique plongeait de nouveau sa main dans son paquet de chocolat et en attrapait un. Des chocolats, ça à toujours du succès. Il pourrait en emmener plusieurs boîtes de différentes sortes.

Halborn avait parlé de gagner à se faire connaître un peu mais l'albinos ne s'était pas attardé sur ce fait. Il n'avait jamais recherché à obtenir du succès. Il aimait sa petite vie tranquille et banale. Se retrouver avec des centaines de clients du jour au lendemain l'embarrasserait plus qu'autre chose. Trop de monde troublerait le coin paisible qu'est Cand'isord. Les quelques personnes qui viennent le voir, achètent régulièrement et parfois, la boutique attire de nouvelles têtes. Les gens passent assez aléatoirement et c'est toujours plein de vie. Des gosses au regard lumineux, des plus grands qui s'extasient devant les nouveauté, ou les sucreries qui existent encore et datent de l'époque ou ce sont leur parents qui leur en offraient... Dans un endroit comme celui ci on entendait toujours quelques rires; provoqués par le propriétaire des lieu ou un petit qui à cru bon d'informer sa mère qu'un jour, il se ferait une piscine de gelée-crocodile. Rien que ça suffisait à égayer la journée des habitants des environs.

"Au fait... ne comptez pas sur moi pour mettre un.. un costume, ou un de ces trucs à la serious business. Je serais présentable, mais n'en attendez pas trop."

Il venait tout juste d'y penser. La demoiselle était à la tête d'une entreprise imposante. Cependant, ça n'était pas une raison pour sortir Artorias de ses habitudes. Il ne manquerait plus qu'elle lui impose une tenue. Vestimentaire ou non. Il s'agissait de l'ouverture d'une crèche, pas d'une chambre mortuaire. Halborn allait devoir assumer et surtout... supporter, le zigoto qui ferait assurément l'andouille dès qu'elle aurait le dos tourné, elle et ses collaborateurs. Une grimace ou deux, une pitrerie, rien de plus. Ca ne ferait de mal à personne. Et puis, les gamins adorent quand les adultes sont moins sérieux. Ca les amuses.

Quand on est petit on à une image toute faite du monde qui nous entoure; les grands ont toujours raison, savent tout, ordonnent, sont sérieux, grondent, nous privent parfois de ce qu'on aime faire. L'albinos changeait cette vision qu'ils avaient, en faisant l'andouille. Un adulte est loin d'être parfait parce qu'il à atteint un certain age. Inutile de trop en faire. Juste le nécessaire pour amuser la galerie. On aurait beau le pointer du doigt en répétant qu'il n'est pas un exemple à suivre, il n'arrêtera pas pour autant. Grandir est trop ennuyeux!

"Un instant. Mercredi, avez vous dis?"

L'andouille venait de percuter. Et calculer. Vu son intellect, ça avait prit quelques minutes.

"Mais... c'est dans deux jours?! Je fais comment, moi, hein? Je ne pourrais jamais ranger tout ça, préparer et faire le nécessaire pour le jour de l'ouverture! Je vous rappel que j'ai un bras indisponible, je n'ai pas encore dormi, et.. et.. et merde."

Artorias se laissait retomber sur sa chaise, presque dépité. Il allait devoir s'activer mais soudainement, une immense flemme l'envahi.


Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: la Nuit, les Souris dansent [pv Artorias & Lyzel] - [/!\ scène de bagare & violence, soft]   

Revenir en haut Aller en bas
 

la Nuit, les Souris dansent [pv Artorias & Lyzel] - [/!\ scène de bagare & violence, soft]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Astrophel City :: Haylen District :: Commerces :: Cand'isord-