AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
avatars mangas ☆ rp libre ☆ mini-events réguliers ☆ combats au rendez-vous ☆ venez participer ! on est gentils (⦿ ‿ ⦿)
Le PDG de la X-TREM Factory entretiendrait une relation des plus intenses avec sa vice-présidente. On espère que ce n’est pas cette affaire qui a distrait l’ancien Phoenix de son travail et qui a entraîné un manque de sécurité lors de la dernière conférence de presse de l’entreprise où à eu lieu une explosion causant la mort d’un de ses haut-gradés...
Le mystérieux « Mist » dont l’apparition soudaine a récemment secoué la ville serait en fait une association de trolls désoeuvrés voulant profiter de la panique des récents attentats pour gagner plus de popularité sur les réseaux sociaux.
Il paraîtrait que le fondateur de la ville Edward Astrophel aurait été le descendant direct de Diogène, le philosophe grec qui vivait dans un tonneau. Incroyable !
les rumeurs



Partagez | 
FALLEN ღ Mikhaïl // TERMINÉ
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Carvel & Son
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t152-de-la-passion-ou-de-la-folie-laquelle-est-la-plus-devorante-seirenhttp://astrophelcity.forumactif.org/t173-do-not-leave-me-alone-seirenhttp://astrophelcity.forumactif.org/t96-rp-with-a-bunny
Date d'inscription : 02/01/2016
Messages : 202
Dollars : 111
Crédits : Ange bae pour le kit jehrfkuerhe ** ♥
Carvel & Son
MessageSujet: FALLEN ღ Mikhaïl // TERMINÉ   Jeu 5 Mai - 20:48






Truth
Mikhaïl & Seiren
« No one will listen and no one will understand, 'coz I'm crying as much as I speak and no one likes me when I shriek »

Essoufflée. A bout de forces. Tu commences à avoir du mal à respirer, sous ta carapace ; elle avait beau être spécialement conçue pour ne pas opprimer ta carrure délicate, lorsque la mission s'éternisait, elle te semblait peser des tonnes. Comment ils faisaient, au Moyen-Age ? Cette question revenait à chaque fois que tu frôlais tes limites physiques.
Un cri d'alerte retentit dont tu reconnais l'origine. Sans prendre le temps de réfléchir tu te jettes sur ta droite, esquivant tout juste le coup qui devait t’assommer. Cependant tes jambes ne sont plus assez solides pour vous soutenir, toi et ton armure. Tu trébuches sur ton talon, perds l'équilibre, et ne peux que regarder avec impuissance le sol se rapprocher dangereusement. Ta chute te semble durer une éternité, dont tes muscles tétanisés ne te permettent pas de triompher.

Une mission facile, hein... On vous a arnaquées sur la marchandise, apparemment. Dire que Junko et toi aviez longuement étudié les différentes offres avant de vous lancer : vous aviez décidé de lever un peu le pied, pour éviter qu'un nouvel incident ne se produise. Une peine perdue lorsque la malchance s'en est mêlé. Maintenant vous étiez rendues à vous battre contre quelques super-héros particulièrement motivés, et pour ne rien arranger, d'autres super-vilains participaient à la mêlée. Un vrai bordel.
Tu n'avais rien contre ça, en général. Au contraire, c'était dans ces combats plus que chaotiques que ton binôme et toi vous distinguiez réellement – grâce à votre travail d'équipe et votre complémentarité, sans doute. Mais cette fois-ci, t'avais peur ; cette fois-ci, la personne que Ruby effrayait le plus, c'était toi Seiren.

La chute est douloureuse. Tu sens ta tête buter violemment contre le bitume et durant quelques secondes, ta respiration se bloque. Suffoque, panique. Une jauge en toi commence à s'affoler, t'indiquant que la situation risque de dégénérer. Tu t'acharnes à garder la tête froide, mais à l'intérieur sa présence se fait de plus en plus oppressante. Cette voix qui se faufile jusqu'à tes entrailles, qui fait désormais partie de toi. Surtout, ne pas l'écouter. Tu ne voulais pas mettre les autres en danger une nouvelle fois. Tu ne voulais pas non plus décevoir Junko – et encore moins l'inquiéter.
Quand tes poumons arrivèrent à bout, ils chassèrent d'un seul coup l'air bloqué dans tes branchies. Celui-ci se propagea sous ton couvre-chef, en un souffle aussi désagréable que ta position. Sa température trop élevée te fait presque tourner de l’œil ; il te laisse avec la sensation quasi-mystique que ta tête a soudainement perdu du poids. Et alors que le titane recouvrant ta tête retrouve une température normale contre ta peau collante de sueur, tes pensées t'échappent.

Tu connais par cœur les picotements, le goût de cendre sur tes papilles, la vague de haine qui te submerge à son passage. La frontière entre rêve et réalité est bien mince, dans ton monde – ta maison de poupée hantée. Et avant même que tu aies pu monter la garde te voilà de l'autre côté, devenue spectatrice d'un cauchemar éveillé. De ton corps qui se soulève avec des gestes de pantin désarticulé, comme si tu avais oublié comment te mouvoir. Parce que ce n'est plus tout à fait toi qui le dirige.
Lorsque tu relèves le visage, on peut voir à travers l'orifice de ton œil droit un iris rouge, luisant d'une furie à peine contrôlée. L'une de tes lentilles est tombée lors de ta chute, mais c'est là le cadet de tes soucis. Le vrai souci, c'est ce qui suivit. Le menton brandi tel un étendard de guerre, tu pousses un violent râle avant de libérer ton pouvoir.

Les éclairs que tu fais apparaître manquent de peu les supers qui t'entourent, mais cela ne t'arrête pas : tout ce qui importe, c'est de détruire. Ton propre corps n'est pas une exception. Et bientôt, le bâtiment qui vous serait de scène devient à son tour sa victime.
Puis soudain, alors que tu vises l'un de tes rivaux cloué au sol par une blessure à la jambe, un autre éclair surgit. Un éclair argenté. Il sauve ta cible, et ça te tape sur les nerfs. De quel droit te mettait-il des bâtons dans les roues ? Tu allais enfin te débarrasser d'un de ces humains – oubliant ta propre humanité en chemin. Mais cet homme, cet éclair, avait osé s'interposer. Il voulait faire obstacle ? Alors tu allais le faire disparaître. Il ne pourra plus grand chose contre toi, une fois réduit à l'état de poussière.

C'est ce que tu tentas de faire, les secondes qui suivirent. Mais à chaque fois il s'évade, alimentant un peu plus ta hargne à son égard. De plus, tu sens qu'il ne te reste plus beaucoup de réserve. Tu décides donc de tenter le tout pour le tout dans un dernier assaut.
Mauvais calcul. Les murs s’effondrent autour de toi, le sol se dérobe sous tes pieds. Mais tu ne réalises pas tout de suite ; sur le coup, tu ne comprends pas que tu as finalement réussi. Bravo Ruby, tu as détruit tout ce qui t'entourait.

Des secondes, des minutes, des heures. Tu ne sais pas comment compter le temps qui s'est écoulé depuis qu'une portion de l'entrepôt avait cédé. Tout ce qui est certain, c'est que tu as perdu connaissance.
Lorsque tu rouvris les yeux, tu étais face contre terre. Mais où ? Impossible à savoir de cette position. Tu te mis donc lentement à quatre pattes, en te frottant la tête avant d'observer les alentours. C'est là que tu le vois, l'homme qui t'a fait obstacle ; tu reconnais son costume. Tu te relèves d'un coup, tout ton être soudainement passé en état d'alerte maximale.
« Toi ! Pourquoi es-tu encore vivant ? »
Ta voix n'est plus qu'un grondement rageur, tandis que tu pointes ton épée vers lui. Puis tu te figes. Tu le regardes avec de grands yeux interloqués. Parce que tu as aperçu un autre éclat argenté ; parce que tu reconnais cette personne.
« Mikhaïl.... ? »

Sans le quitter des yeux, tu abaisses lentement ton arme. Contre toute attente, le voir ici t'as assez choquée pour que tu retrouves tes esprits. Enfin, était-ce vraiment le choc ? Tu n'en savais rien. Et t'étais trop occupée à le dévisager comme une attardée mentale pour y réfléchir. D'autant plus – tu ne t'en rends compte que maintenant – que tu ne portais plus ton casque. Il n'aurait donc aucun mal à te reconnaître.
« Qu'est-ce que tu... » Commences-tu, mais avant que tu n'aies fini ta phrase, tes jambes flanchent. Tu te sens basculer vers l'arrière, et tu n'es absolument pas en état de te réceptionner.
Voilà, tu allais encore tomber. Décidément, tu ne faisais que cela aujourd'hui.

© 2981 12289 0


- 5 roses de Pepper, Romeo, Mikhaïl, Yuugi & Ambroise ♥ -



SeiKhaïl :
 
EQUINOX&RUBY :
 
Fan clubs :
 
Farfallina
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t239-he-s-a-good-bad-guy-acting-like-a-superstar-and-he-wanna-touch-the-sky-like-a-shooting-star-termineehttp://astrophelcity.forumactif.org/t241-each-star-shines-only-at-night-mikhail#1881http://astrophelcity.forumactif.org/t324-ceci-n-est-pas-un-journal-rp
Date d'inscription : 28/04/2016
Messages : 259
Dollars : 184
Crédits : Heileen
Localisation : Quelque part '-'
Farfallina
MessageSujet: Re: FALLEN ღ Mikhaïl // TERMINÉ   Sam 7 Mai - 0:19


Apocalyptica
Path
#unexepected reunion
#feat Seiren
« FALLEN »C’était une mission de routine, comme il les aimait bien : simple, rapide et discrète. Enfin ils lui avaient vendue ainsi tout du moins. Et comme il s’ennuyait, il n’aurait pas pu refuser l’opportunité de se dégourdir les jambes. Et puis il serait bien payé pour ce que c’était. Il devait juste récupérer un objet de valeur, voire la personne qui le détenait si c’était nécessaire. On ne peut plus simple pour quelqu'un comme lui, habitué à “débarrasser” les gens à leur insu d’un objet ou d’un portefeuille trop pesant. Sauf que, parce qu’il y a un mais, on lui avait demandé de travailler avec d’autres vilains de Farfallina. D’habitude il travaillait plutôt en solo -parce que les autres le ralentissaient of course- mais ça ne le dérangeait pas vraiment de temps en temps de partager une mission avec des camarades. Non, ce qui l’ennuyait, c’était la logique : d’où une mission de routine, simple, rapide et discrète, nécessitait d’envoyer une équipe ? Malgré son air sceptique on ne lui avait fourni aucune réponse, dans le style “à prendre ou à laisser”. Donc bon, il l’avait tout de même prise. Et ils s’y étaient rendus -il avait beaucoup pesté intérieurement contre leur lenteur. Sauf que voilà. Ils n’étaient pas les seuls en mission de routine, visiblement.

Mikhaïl était arrivé le premier sur les lieux et avait ainsi constaté que, soit Farfallina ne savait plus apporter des informations exactes et complètes, soit ils les avaient un peu entubés. Car des supers se trouvaient déjà sur place, avec un ordre de mission sans doute similaire qui consistait soit à s’occuper de la cible soit… à la protéger. Oui parce des super-héros se trouvaient là, juste pour lui faire plaisir -ironiquement bien sûr. Quoique… il pourrait au moins se future un peu de leur gueule. Ils rageaient toujours de pas arriver à le toucher. Bon, il ne devrait pas s’éterniser là-dessus car à force son hyper vitesse lui donnait faim. Ses équipiers arrivèrent.

▬ Ah bah c'est pas trop. Je commençais à m’endormir ! lança-t-il pour les embêter.

Ce à quoi on rétorqua qu’ils n’avaient pas tous la même vitesse. Pff, aucune répartie.  Bon Mikhaïl se reconcentra sur la scène. Des supers-héros sur place, devant l’entrepôt, la cible….

▬ Hey mais c’est ma cible ! S’exclama-t-il en apercevant un super-héros la mettre à l’abri.

Il allait s’élancer à leur poursuite lorsque deux autres héros se ruèrent sur eux, devinant certainement leurs intentions. Et c’est ainsi que le combat commença. Au début Mike resta à l’écart, analysant la stratégie des adversaires, mais il fut pris pour cible et malgré sa super vitesse, qui lui permettait s’esquiver les coups sans difficulté, il fut finalement contraint d’engager le corps à corps. Il soupira avec lassitude et sortit son taser. Il se rua à une extrême vitesse sur le premier venu et le neutralisa. Simple mais efficace. Puis sachant que cette technique ne fonctionnerait plus, il dégaina ses dagues accrochées à sa ceinture. Des adversaires tentèrent de l’atteindre à distance ; il esquiva sans difficulté. Il se rua ensuite sur sa gauche, puis sur sa droite, pour se rapprocher de l’entrepôt tout en évitant les projectiles. Il pénétra dans le bâtiment et repéra alors seulement les deux autres protagonistes. Deux femmes, dont l’une en armure dorée -trop classe ! - se battaient également contre d’autres héros. Un camarade de Mike le rejoignit pour l’épauler et observa le duo, qui devait être affilié à un sponsor de vilains concurrents.  Probablement Carvel&Son. Sérieusement ? Une équipe, des héros, et maintenant des concurrentes ? Il soupira, blasé. Son équipier se rua dans la mêlée avant que Quicksilver ne put dire un mot. Il secoua la tête. Ces gens qui fonçaient tête baissée… Et c’était lui la tête brûlée après ?

Soudain la femme en armure chancela et rencontra le sol dans un tintement mécanique, après avoir porté un coup à la jambe de son partenaire. Sérieux quel boulet celui-là. Bah il s’en sortirait bien tout seul. Mais l’ambiance changea rapidement. L’atmosphère lui sembla soudain… électrique. La femme se releva au bout de quelques instants tel un pantin. Mike plissa les yeux. Quelque chose clochait. Dagues aux poings,  il se rapprocha, sentant que la situation tournait au vinaigre pour son camarade. Puis la vilaine poussa un râle, et un déluge de foudre s'abattit.

Les yeux écarquillés, surpris par cette soudaine et violente démonstration de pouvoir, Quicksilver n’évita que de justesse un arc électrique. Il fixa un instant la marque sombre au sol à 50 cm de lui. Ce n’était pas passé loin. Mais d’où lui venait cette soudaine agressivité à cette femme ? Et pourquoi les attaquer eux aussi ? Puis il avisa son camarade au sol. Elle le visait. L’argenté n’hésita pas une seconde ; il usa de son extrême vitesse pour se propulser et attraper son camarade pour l’éloigner, juste avant que la foudre ne l’atteigne. Il le laissa à l’abri derrière un large poteau qui soutenait le bâtiment, et se tourna vers son adversaire. Qui ne semblait pas très ravie. Un éclair fusa et il l’évita de justesse. Ok elle était furieuse.

▬ Oh ça va pas ?!  Il esquiva. J’ai la tête d'un héros ? Nouvelle évasion. Je t’ai pas attaquée que je sache ! Il se déplaça d’un mètre en une fraction de seconde. Eh on n’est pas dans “Tape la taupe” là ! Nouvelle esquive. Encore loupé !

Elle avait carrément pété une durite celle-là. C’était de l’acharnement -bon okay il était un peu agaçant. Pourtant il ne s’était pas montré agressif envers elle. Il ne se jetait jamais tête baissée dans un affrontement. Mais elle n’en tenait visiblement pas compte. Soudain elle tenta le tout pour le tout et des éclairs jaillirent de tous les côtés. Et les murs s’ébranlèrent. Il émit un”oh-oh” avant de se mettre à l’abri. Heureusement ses lunettes le protégèrent de la poussière et des petites particules projetées par l’effondrement des murs. Cependant, telle une réaction en chaîne, les murs et les poteaux centraux s’écrasaient par la force de leur propre poids, déstabilisés par l’énergie des éclairs. Tout vola soudainement en éclat. Mike tenta de s’enfuir, mais soudainement il sentit sa vitesse décroître. Il jura intérieurement. Ce n’était pas le moment de le lâcher ! il réussit à éviter des morceaux de mur qui tombaient, mais chaque nouvelle utilisation de son pouvoir puisait dans ses forces. Et finalement, il ne put esquiver le dernier bloc de béton, pas plus gros qu’une balle de tennis certes, mais cela suffit à le sonner. Et ça mêlé à sa surutilisation de son pouvoir, ainsi qu’au début d’hypoglycémie, le monde tourna autour de lui. Bah c’était bien le moment de faire un malaise, tiens.

Quand il reprit ses esprits, le calme régnait. Il se redressa en se massant le crâne, se demandant combien de temps il était resté là allongé par terre. Puis il se souvint de la mission. Il se redressa trop vite et chancela, pris d’une grosse migraine. Ah, bordel… Il se rassit et regarda autour de lui. C’était un vrai champ de ruines. Il ne vit son camarade nulle part ; celui-ci avait dû fuir, ou les autres l’avaient aidé. Et lui, bah… Bonne question. L’autre en armure là, elle ne faisait pas les choses à moitié… Se souvenant soudain de son existence, il se retourna et se ramassa derrière son abri -un amas de gravats. ll aventura la tête au-dessus de son rempart improvisé. La femme était étendue au sol, immobile. Il attendit un moment. Une minute. Deux minutes. Trois minutes. Elle ne bougeait toujours pas. Il se redressa, et s'approcha prudemment du corps étendu sur les gravats. Heureusement qu’elle avait son armure…. Sans quoi elle aurait subi des dommages. Tiens, d’ailleurs elle n’avait plus son casque. Sans doute l’avait-elle perdu en chutant.

Il s’accroupit à côté d’elle et avisa l’épée à lame sombre à côté.  Il l’avait vue se battre avec un peu plus tôt. Ça lui donnait un peu une allure de valkyrie cette tenue. Il retira sa cagoule qui lui collait à la peau ; Dieu que c’était désagréable. Il remonta ensuite ses lunettes sur son front et observa l’ennemie inconsciente avec un air chagriné. Celui d’un jeune homme qui ne savait pas trop quoi faire. Elle les avait attaqués certes, mais elle n’avait pas l’air d’être dans son état normal sur le moment, et la voir là maintenant, dans les pommes…

▬ Bon, je fais quoi moi maintenant ?

Ce fut son ventre qui répondit à sa place. Ah, bah c’était bien le moment d’avoir faim ! Il leva les yeux au ciel et sortit une barre énergétique de sa poche intérieure -très pratique. Puis il commença à manger, histoire de récupérer un peu de sucre et de ne pas retomber dans les pommes. Ce serait ballot. Il avait besoin de récupérer un peu d’énergie avant de se mettre à chercher ses camarades, voire leur cible, dans cet environnement post-apocalyptique. Soudain, il y eut du mouvement. Il baissa les yeux sur la super-vilaine, qui se trouvait encore face contre terre. Il ne bougea pas, mais resta sur ses gardes, juste au cas où elle voudrait reprendre les choses là où elle les avait laissées. Elle se mit à quatre pattes, encore sonnée. Mikhaïl ne la quittait pas des yeux. Enfin, il ne voyait pas son visage, car elle était de profil et ses cheveux masquait ses traits. Et puis leurs regards se croisèrent enfin. Quicksilver fronça les sourcils. Impossible. C’était... ? Elle interrompit sa réflexion par un geste brusque. Aussitôt, le jeune homme se releva, bien plus vite qu’elle, et leva les mains, paumes vers elle.

▬ Oh là, du calme, je vais rien te faire.

C’était totalement vrai ; il n’avait pas encore assez récupéré pour entamer un nouveau combat. Il faudrait encore un peu de temps à son organisme pour utiliser le sucre. Il dévisagea la jeune femme. C’était elle, n’est-ce pas, il ne se trompait pas ? Seiren Ashfield. Elle l’invectiva, surprise de le voir toujours indemne. Et forcément, il ne put s’empêcher d’agir ainsi : il lui fit un grand sourire espiègle.

▬ J’avoue, c’est une bonne question ! Moi-même je suis surpris… il fit mine de se tâter les membres. Ça se trouve, on est morts, tous les deux, et on est au Par… enfin, en Enfer. Ou alors… je peux semer la mort elle-même. Oui, je préfère cette option je crois.

Un peu de plaisanterie ne faisait pas de mal n’est-ce pas ? Son épée pointée sur lui, il se demanda un instant s’il ne se trompait pas ; si elle ne lui ressemblait pas, tout simplement. Elle avait l’air de vouloir le voir mort. Et puis, une lumière traversa ses prunelles -rouges ? Et finalement elle prononça son prénom. Les épaules de Mikhaïl se relâchèrent sensiblement. Il expira doucement avec soulagement.

▬ Salut Seiren, ça fait un bail ! la salua-t-il avec un geste de la main, comme si elle n’avait pas essayé de le tuer un peu plus tôt.

Elle commença à lui poser une question, mais n’alla pas au bout. Quicksilver la vit basculer vers l’arrière. Avant que son corps n’ait pu parcourir la moitié de la distance qui la séparait du sol, Mikhaïl la rattrapait déjà sous les bras. Bien sûr sa tête protesta, car son corps n’avait pas totalement récupéré. Mais, il avait agi par réflexe. Il aida son ancienne collègue à s’assoir. C’est fou qu’ils se retrouvent ainsi… il n’aurait jamais pensé la revoir dans de telles conditions.

▬ Hey, assis-toi ça vaut mieux. T’as l’air d’avoir trop forcé sur ce coup. Tiens, mange ça, ça devrait aller mieux.

Il lui tendit une barre énergétique de sa réserve personnelle. Ça devrait lui redonner un peu de force. Il s’assit ensuite face à elle, les coudes appuyés sur ses genoux. Il se passa une main dans sa chevelure déjà ébouriffée.

▬ J’imagine que tu voulais me demander ce que je fais ici ? Comme toi j’imagine. Le devoir… Mais dis-moi, j’aurais jamais imaginé la douce et charmante Seiren en super-vilaine. Surtout avec… ce pouvoir.

Mike la dévisagea. Elle n’avait pas changé, si ce n’était ses yeux qu’il n’avait jamais vu rouges. Ça lui faisait drôle de la voir hors d’une bibliothèque, vêtu comme une femme chevalier, et dans un rôle de super-vilaine destructrice. Il finit par perdre sa mine extravertie, et d’espiègle, son sourire se fit amical, presque doux.

▬ Ça fait plaisir de te revoir. Même si t’as essayé de me tuer une demi-douzaine de fois !

Sur ces mots il ajouta un clin d’œil, pour lui montrer qu’il ne lui en voulait pas. Elle avait sans doute de bonnes raisons, et les explications viendraient. Chaque chose en son temps.

© 2981 12289 0




Cadeaux ♥:
 

2 roses de Setsuna et Seiren, merci ♥
Carvel & Son
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t152-de-la-passion-ou-de-la-folie-laquelle-est-la-plus-devorante-seirenhttp://astrophelcity.forumactif.org/t173-do-not-leave-me-alone-seirenhttp://astrophelcity.forumactif.org/t96-rp-with-a-bunny
Date d'inscription : 02/01/2016
Messages : 202
Dollars : 111
Crédits : Ange bae pour le kit jehrfkuerhe ** ♥
Carvel & Son
MessageSujet: Re: FALLEN ღ Mikhaïl // TERMINÉ   Lun 9 Mai - 18:36






Fallen
Mikhaïl & Seiren
« There's heaven above you
and hell over me. »


Ça ne faisait aucun doute. Même avec une lentille en moins, tu ne pouvais pas le confondre avec qui que ce soit. Tu te souvenais l'argent de ses cheveux et l'améthyste de ses yeux, ces deux couleurs si uniques ; tu te souvenais aussi de son éternel petit sourire et du calme dormant au creux de son baryton. Tout, jusqu'à son humour frisant l'insouciance, était resté inchangé. Tu le revoyais un an auparavant, alors que tu travaillais en tant que bibliothécaire pour que ton frère n'ait pas à se tuer à la tâche. Syrian exerçait un métier dangereux, alors hors de question qu'il enchaîne les missions parce que t'étais rien de plus qu'une bouche à nourrir. Tu t'étais toujours considérée comme un fardeau pour lui, c'est pour ça que tu faisais de ton mieux pour peser de moins en moins lourd – avec un succès mitigé.

Quant à Mikhaïl, tu avais retenu de lui beaucoup de positif. Amical, attentionné et dynamique, bien que très espiègle. Combien de fois avait-il réussi à te faire tourner en bourrique ? Il t'avait fait bouder à plusieurs reprises, c'est sûr. Mais même cela ne le rendait pas moins sympathique à tes yeux, car il taquinait toujours dans une ambiance bon enfant. À y repenser, le jeune homme avait sans doute été la clé de ton intégration rapide dans l'équipe de la bibliothèque : il t'avait aidée à te détendre, toi qui n'étais pas à l'aise avec les inconnus.
Et c'était ce même Mikhaïl qui se trouvait maintenant en face de toi, dans son costume de Quicksilver. Pourquoi ? Tu te sentais perdue. Il était là,juste devant toi, pourtant une partie de toi te disait que ce n'était pas possible. Qu'il devait sûrement être en train d'aider une dame âgée à attraper un livre. Ta vision se brouilla. Tes doigts desserrèrent leur prise autour de ton arme, la laissant tomber au sol avec un bruit sourd. Puis l'instant suivant, c'est toi qui tombas.

Heureusement, Mike te rattrapa à temps pour t'éviter une blessure grave. Tu pus t'asseoir sans encombre grâce à son aide mais gardas la tête baissée jusqu'à ce que ton ancien collègue te tende quelque chose. Là tu la levas pour regarder l'emballage, puis son visage, avant de redescendre encore. Enfin tu saisis la barre énergétique en lui adressant un timide « Merci », et attendit qu'il soit installé en face de toi avant de l'ouvrir. C'est en portant le casse-croûte à ta bouche que tu prends conscience de ta faim ; tu savoures la première bouchée en mâchant lentement, les paupières closes, ne les rouvrant que lorsque ton vis à vis prit parole. Il était surpris bien sûr, et avait tout le droit de l'être. Le changement de caractère était plutôt extrême. M'enfin de ton côté aussi c'était une révélation choc, vous étiez donc à égalité disons. Par contre, pourquoi parlait-il de ton pouvoir ? Il l'avait tant marqué que ça ? Tu ne te voyais pas trop lui poser la question, ainsi décidas-tu de faire l'impasse.

« Je t'imaginais pas en super-vilain non plus, pour moi tu ressembles plus à un super-héros. » Répliquas-tu avec ton innocence habituelle, celle-là même qui te rendait si honnête.

Cela dit Mikhaïl se mit à te scruter, une attention qui te mit mal à l'aise. T'aimais pas qu'on te fixe comme ça, ça te rappelait l'époque où tous les gamins tournaient vers toi une mine soit curieuse, soit moqueuse. Non pas qu'il arborait le même dédain qu'eux, mais depuis tu préférais largement passer inaperçue. Finalement, lorsque tu manquas te t'étouffer en avalant ta bouchée, tu toussas un peu et te mit à contempler les débris autour de vous pour ne plus avoir à soutenir son regard. C'est alors que tu réalisas que l'entrepôt s'était effondré. L'incompréhension se peignit sur ton visage ; que s'était-il passé ? Tu savais que plusieurs supers étaient en train de se battre. Junko t'avait hurlé d'esquiver, tu étais tombée... Et ensuite ? A partir de là, ta mémoire était floue. Tu t'efforças malgré tout de te souvenir.

Mais avant que tu y parviennes, le jeune homme prononça une phrase qui te fit brusquement tourner la tête vers lui avec un « Hein ? » étonné.
T'avais été un peu trop vite, sans doute ; à cause de ton mouvement, le monde se mit à tanguer. Les traits déformés par la douleur, tu fermas les yeux en portant une main à ta tempe. Et là, parmi les sifflements stridents de tes tympans, tu te revis en train de lancer des décharges dans toutes les directions. Puis tu vis une silhouette, bien trop rapide pour que tu puisses la détailler. Cependant tu compris que c'était ta cible. Et ce costume...
Tes paupières se relevèrent brusquement, révélant à tes pupilles le costume de ton ami. Le désespoir t'envahit.

Affligée par un poids invisible tu voûtas le dos et ramenas tes genoux aussi près que le permettait ton armure. Les épaules rentrées et les coudes collés à tes flancs, les mains crispées autour de la barre énergétique. Ton corps entier s'était mis à trembler.

« Non, c'est... » Ce n'est pas, tu voulais dire.
Ce n'est pas vrai.
Ce n'est pas possible.
Ce n'est pas moi.
Tu voulais pas y croire. Tu refusais d'y croire, parce que tu t'étais promis. Mais les bonnes intentions ne suffisent pas toujours, voilà la triste réalité.
Quel goût amer elle avait, la réalité. Elle t'en fit ravaler tes mots.

Tu relevas vers Mike un regard dérouté, les yeux désormais humides. « Désolée je voulais pas... Désolée, désolée... » Plus tu t'excusais, plus ta voix faiblissait. Quand tu sentis le liquide lacrymal déborder tu rentras la tête dans tes genoux, incapable de lui faire face plus longtemps. Tu murmuras un dernier « Désolée » avant que ta gorge ne soit complètement obstruée.

T'avais du mal à respirer maintenant. Ce n'était pas très agréable. Bah, de toute façon, tu ne savais pas quoi dire d'autre. Et avec un peu de chance, comme ça, t'allais t'étouffer. Ce serait pas plus mal, n'est-ce pas ? Tout irait pour le mieux si t'existais pas, non ? Regardes, t'avais encore blessé quelqu'un et failli tuer Mikhaïl alors qu'il ne t'avait jamais rien fait. Au contraire, c'était l'une des personnes les plus gentilles qu'il t'ait été donné de rencontrer. Belle manière de le remercier pour toute l'aide qu'il a pu t'apporter, tiens.
Nuire aux autres, voilà ce que tu faisais de mieux - la seule chose que tu savais faire.
La caresse délicate de tes larmes sur tes joues ne suffisait pas à te consoler.
T'étais effondrée.

© 2981 12289 0


- 5 roses de Pepper, Romeo, Mikhaïl, Yuugi & Ambroise ♥ -



SeiKhaïl :
 
EQUINOX&RUBY :
 
Fan clubs :
 
Farfallina
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t239-he-s-a-good-bad-guy-acting-like-a-superstar-and-he-wanna-touch-the-sky-like-a-shooting-star-termineehttp://astrophelcity.forumactif.org/t241-each-star-shines-only-at-night-mikhail#1881http://astrophelcity.forumactif.org/t324-ceci-n-est-pas-un-journal-rp
Date d'inscription : 28/04/2016
Messages : 259
Dollars : 184
Crédits : Heileen
Localisation : Quelque part '-'
Farfallina
MessageSujet: Re: FALLEN ღ Mikhaïl // TERMINÉ   Mar 10 Mai - 23:41


Apocalyptica
Path
#unexepected reunion
#feat Seiren
« FALLEN »Qui aurait pu croire que les deux anciens collègues se retrouveraient ici, sur la scène de méfaits, déjoués par des super-héros -et un peu par eux-mêmes- ? Certainement pas Mikhaïl en tout cas. C’était certainement le dernier endroit auquel il aurait pensé pour revoir sa camarade de bibliothèque, dans la dernière situation imaginable. Elle, vouloir le tuer ? Si vous le lui auriez prédis, il vous aurait ris au nez avant de passer son chemin sans plus s’attarder sur votre sort. Parce qu’il préférait rire des idioties, plutôt que de s’énerver, mais il avait également ses limites, en ce cas il préférait s’éclipser plutôt que de faire une bêtise lui-même. Non, en un an, elle n’avait pas changé. Il avait gardé un souvenir d’elle souriante, naïve, charmante. Alors, comment aurait-il pu la draper dans son esprit d’une armure dorée et de la volonté de tuer ? Jamais. Et pourtant, ils étaient là, assis l’un en face de l’autre dans les vestiges de ce qui fut un entrepôt, détruit par la colère de la jeune femme. Bien qu’il avait le sentiment qu’elle n’était pas totalement responsable de ce qui venait de se produire…

Après un moment d’hésitation à observer Mikhaïl, puis la nourriture qu’il lui tendait, elle finit par accepter en le remerciant. Il se contenta d’un geste de la main vers l’arrière, l’air de dire que ce n’était rien. Il termina sa propre barre énergétique, et loin d’être rassasié, en entama une nouvelle. A force d’avoir besoin de manger très régulièrement de manger, le russe avait pris la mauvaise habitude de grignoter sans arrêt, y compris en pleine conversation, ce qui avait le don d’énerver certains. Lui il s’en foutait, comme pour beaucoup de choses ; il ne laissait jamais l’opinion de simples connaissances influer ses actes. Il était ainsi, Mikhaïl ; c’est vrai qu’il était gentil, mais contrairement à ce qu’on pourrait croire, il ne se jetterait pas au secours du premier venu, d’un parfait inconnu. Sauf s’il évaluait le pourcentage bénéfices risques en sa faveur. Sans quoi, vous pouviez vous marier avec un gorille que ça ne lui ferait ni chaud ni froid -à part peut-être provoquer son espièglerie. Le monde ne comptait que s’il lui apportait des bénéfices. A lui, et à ses soeurs.

La réplique de Seiren lui arracha un ricanement. Sourire en coin, il fixa le sol à ses pieds. Elle lui renvoyait sa propre remarque, et il n’en était pas tellement surpris. Lana, sa soeur cadette, lui avait déjà fait la remarque. Il est vrai qu’il aurait pu terminer chez Persona, après tout l’entreprise lui avait déjà fait des propositions. Mais, comment dire… Travailler pour des gens qui voulaient profiter de ses capacités pour montrer à quel point ils étaient bienveillants ? Si c’était vraiment le cas, ce genre d’entreprise n’existerait même pas. Tandis que Carvel&Son ou Farfallina recrutaient les super-vilains pour utiliser leur pouvoir dans un but tout autre ; un but qu’ils ne cachaient pas. Alors voilà, Mike préférait travailler pour des gens qui assumaient plutôt que pour d’autres qui jouaient une comédie tout en prétendant détenir le meilleur rôle, le bon rôle aux yeux de la communauté. Quicksilver leva les yeux, la tête à moitié baissé, l’air rieur.

▬ Tu sais ce qu’on dit, faut se méfier des apparences. J’ai pas l’air comme ça, mais je suis un vrai dur ! Il lui fit un clin d’oeil avant de secouer la tête. C’est un peu surfait comme vision de la société actuel… Mais, ça me donne un certain style non ?

Son air espiègle ne le quittait plus, décidément. Il se souvenait de toutes les fois, à la bibliothèque, où il en avait presque abusé avec la pauvre albinos. Comme le jour où elle sautillait pour ranger un livre. Il l’avait surnomme Poucellina, comme dans le compte. Alors qu’en fait, il ne faisait que quelques centimètres de plus qu’elle. C’était plutôt lui le Petit Poucet dans l’histoire, mais lui en riait de bon coeur. Et la fois où elle avait fait tomber des livres par maladresse, en voulant en ranger un autre. Il l’avait charriée pendant un moment, mais au final il l’avait aidée à tout remettre en ordre. Il l’avait fait bouder à plusieurs reprises oui… Enfin, c’était toujours resté bon enfant. Et comme il n'oubliait pas les bonnes vieilles habitudes, il lui lança une gentille pique sur leur situation. Cependant il obtint un effet inattendu. Elle le regarda, consternée, se provoquant une migraine.

▬ Oh, doucement Seiren ! Ça va ? demanda-t-il l’air soudain inquiet.

Question un peu stupide, car ça n’avait pas du tout l’air d’aller. Elle se tenait la tempe avec une main, les yeux fermés, une grimace peinte sur le visage. Il se sentait impuissant, et il n’aimait pas ça. Puis elle le fixa, les yeux écarquillés, comme si elle venait de réaliser quelque chose. Et alors son attitude changea. Elle voûta le dos et se recroquevilla autant qu’elle le pouvait. Elle tremblait. Dérouté par son état soudain, Mikhaïl ne savait pas quoi faire ni quoi dire. Pourtant c’était lui qui s’occupait de sa mère lors de ses crises d’angoisses ou de paranoïa. C’était lui qui consolait ses sœurs quand elles avaient un gros chagrin. C’était encore lui qui rassurait les filles lorsqu’elles se réveillaient en sursaut après un cauchemar. Il avait l’habitude. Mais… là c’était différent. Il ne s’agissait pas d’un membre de sa famille.

Seiren s'excusa d'une voix étranglée, ses yeux humides plantés dans les prunelles de notre vilain. Et cette vision lui serra le coeur. Il n’aimait pas voir une femme pleurer. Ça lui rappelait trop le chagrin de sa mère. La tristesse de ses soeurs. Et par extension sa propre détresse de voir son monde s’écrouler, impuissant. Le fait est qu'il ne savait pas s’il pouvait se permettre de rassurer Seiren de la même façon il s’y prenait avec ses soeurs et sa mère. La mine chagrinée, il finit par glisser à côté de la super-vilaine.

▬ Ce n’est pas grave Seiren, ce n’est pas grave. Je plaisantais, excuse-moi… Je ne pensais pas que ça te ferait cet effet.

Son espièglerie n’avait plus sa place désormais. Il savait toujours s’arrêter au bon moment, et faire preuve de sérieux quand la situation l’exigeait. Il leva lentement une main, hésitant, avant de la poser sur son épaule.

▬ Tu ne pouvais pas savoir qui je suis, et moi non plus je ne pouvais pas savoir qui tu es. Chacun de nous a gardé son pouvoir pour soi, c’est normal. Dans ton esprit je n’étais que Quicksilver, et en aidant mon camarade blessé à terre, tu as dû te sentir agressée. Dans un combat, avec la précipitation ce n’est pas étonnant.

A dire vrai, il aurait très bien pu l’attaquer lui aussi. Il l’aurait probablement fait si elle n’avait pas pété les plombs -ok jeu de mots pourri. Le corps de son ancienne collègue s’agitait de sanglots. Il expira en inclinant la tête. La jeune femme ne semblait pas vouloir sortir du refuge que lui procuraient ses genoux. Il posa alors son autre main sur son avant-bras et exerça une très légère pression avec ses doigts. Puis il se pencha un peu en avant pour se mettre au niveau de son visage, qu’elle cachait toujours entre ses bras. Seuls ses sanglots couvraient le silence étouffant qui s’était établi après la chute de l’entrepôt. L’endroit était désert, pour l’instant, et ça valait mieux pour eux. Mikhaïl laissa s’écouler quelques instants comme ça.

▬ Hey, Seiren, regarde-moi. L’important c’est que j’aille bien, tu ne crois pas ? Je vais bien, tu n'as rien à part une affreuse migraine, tu es exténuée et moi aussi. Ça aurait pu être pire. Alors regarde-moi et arrête de pleurer, s'il-te-plaît.

Si elle avait été une de ses soeurs, il l’aurait prise dans ses bras et l’aurait bercée contre son coeur en la laissant évacuer toutes ces larmes amères. Ça marchait toujours, y compris avec sa mère. Il leur parlait dans ses moments là. D’une voix douce il évoquait leurs meilleurs souvenirs. Mais là il ne la connaissait pas assez, et surtout il ne savait pas si elle apprécierait le geste. Puis il se souvint des enseignements de son beau-père sur la psychologie. Pleurer était un bon moyen d’évacuer ce qu’on portait sur le coeur. Ce n’était pas une bonne chose, ça créait un conflit intérieur.

▬ Ok, pleure autant que tu en as besoin. Vide ton sac, ne prête pas attention au reste. Je te propose même d’être ton fervent mouchoir, ajouta-t-il avec une pointe d’humour qu’il n’espérait pas déplacé.

© 2981 12289 0




Cadeaux ♥:
 

2 roses de Setsuna et Seiren, merci ♥
Carvel & Son
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t152-de-la-passion-ou-de-la-folie-laquelle-est-la-plus-devorante-seirenhttp://astrophelcity.forumactif.org/t173-do-not-leave-me-alone-seirenhttp://astrophelcity.forumactif.org/t96-rp-with-a-bunny
Date d'inscription : 02/01/2016
Messages : 202
Dollars : 111
Crédits : Ange bae pour le kit jehrfkuerhe ** ♥
Carvel & Son
MessageSujet: Re: FALLEN ღ Mikhaïl // TERMINÉ   Sam 14 Mai - 14:08






Fallen
Mikhaïl & Seiren
« Feel so lonely and ragged. »

T'aurais pu t'excuser un milliers de fois encore, user tes cordes vocales contre ces remords qui te donnaient des hauts-le-cœur. T'aurais pu, mais le souffle te manqua trop vite. Comment pourrait-il te pardonner avec si peu ? Pourquoi chercher son pardon là où tu ne pensais pas le mériter ? Pourtant tu espérais, au fond, qu'il serait assez généreux pour te l'accorder. Parce que quand tu l'imaginais te jeter un regard froid avant de te tourner le dos, une angoisse monstrueuse venait te bouffer de l'intérieur. Il allait sûrement s'éloigner, maintenant qu'il avait vu ta facette la plus sinistre. S'éloigner sans le moindre remords, comme d'autres avant lui l'ont fait. Et que pourrais-tu faire pour le retenir – plus encore, de quel droit le retiendrais-tu ? Mikhaïl aurait pu perdre tellement par ta faute.
Alors tu ne savais pas te défendre ; alors tu te retrouvais à t'excuser pour deux. À part te mettre à genoux et poser le front contre le sol, tu ne voyais pas que faire d'autre – et cette option te séduisait à vrai dire, mais tu te sens tellement vide, ton corps ne répond plus. C'était la fatigue mêlée au contre-coup de ton pouvoir qui frappaient, le moindre mouvement te semblait l'égal d'une séance de sport. Et ces larmes qui te brûlaient les yeux n’arrangeaient pas les choses.

Pourtant Mikhaïl ne montrait aucun signe de rancune. Il semblait plutôt s'inquiéter de ton état, tu ne t'en rendais simplement pas compte. Tu t'étais réfugiée derrière ton armure, et même quand il posa une main réconfortante sur ton épaule, tu ne sentis rien. Mais sa voix elle t'atteignait toujours, et tu ne pouvais t'empêcher de l'écouter.
Tu ne pouvais pas savoir ; que saviez-vous, l'un comme l'autre ? Toi, tu savais au moins que continuer à prendre des missions était dangereux. T'espérais qu'en levant le pied quelques temps, ta situation allait s'arranger. Pourtant tu avais eu la preuve du contraire aujourd'hui – oh, soyons honnêtes, en fait t'avais eu la confirmation que tes craintes étaient fondées. T'avais eu cette intuition, en regardant les missions avec Junko, que tu ferais mieux de prendre des vacances à la place. Mais cette voix-là tu pouvais l'étouffer, cette voix-là tu l'as étouffée. T'as pris des risques, voulu jouer avec le feu. Eh bien tu as perdu, et tu n'es pas la seule à avoir souffert du retour de flammes. Par caprice, parce que tu voulais continuer à faire équipe avec Junko, que tu voulais pas devenir inutile pour la boîte et risquer qu'on te jette comme une vieille chaussette, t'étais venue sur le terrain.

Tu secoues la tête négativement sans pour autant la relever. Tu ne pouvais pas savoir que c'était Mikhaïl, c'est vrai, mais t'aurais quand même pu éviter cette catastrophe. Il t'aurait suffi d'être raisonnable pour une fois. Pauvre folle. Ton ami te cherchait des excuses or il ne savait pas à quel point tu te blâmais, ne savait rien de ta condition mentale. Et l'entendre tenter de te rassurer malgré tout te fit mal ; il était décidément trop gentil, tu ne méritais pas son amitié ni sa compassion. Un hoquet étranglé t'échappa tandis que les torrents sur ton visage enflaient. T'étais vraiment dans un état pitoyable.
Cependant, même dans cette condition, tu restais toi. Seiren, la fille qui restait sagement à l'écoute des autres, prête à assouvir le moindre de leurs désirs tant qu'ils te manifestent de l'affection. Alors quand il usa d'un ton si doux pour te demander de sortir de ta cachette, tu peux pas t'en empêcher : tu ravales tes larmes, respires profondément durant quelques secondes, et t'efforces de lever juste assez la tête pour que vos regards se croisent.

Mikhaïl était bien plus proche que tu ne le pensais. Prise au dépourvu tu le regardes un instant dans les yeux, bégayes quelques voyelles et retournes rapidement te cacher. Sauf que cette fois-ci, quand tes larmes se remettent à couler, tu sens en plus tes joues te chauffer. Qu'est-ce qui te prenait ? T'en avais strictement aucune idée. Cela dit, au moins tu pleurais un peu moins maintenant.
Sa réplique suivante te touche. Tu te sens un peu rassurée, juste assez pour redresser une nouvelle fois le menton timidement et arracher de tes lèvres la question qui les brûlait.

« Tu m'en veux pas de t'avoir presque tué.... ? » Le ton est si mal assuré, ton hésitation est palpable. Tu te redresses encore un peu, poses ta barre énergétique à terre et continues tout en tendant lentement les mains vers lui. « Mais je pourrais recommencer tu sais. Si on se croise encore sur une mission, je... » Je pourrais encore perdre le contrôle. Plus que jamais la réalité de ces mots te pèse, te terrifie. Sans le quitter des yeux, ton regard exprimant mieux que n'importe quel mot le flot violent de sentiments – peur, tristesse, regrets, désespoir – en toi, tu entoures son cou de tes bras. Le silence flotte un instant entre vous, avant que tu ne le brises de ta voix faible, éraillée. « Qu'est-ce que je suis censée faire, Mike... ? » Les larmes se remettent à couler. Tout est sombre devant toi. Tu te sens perdue.

© 2981 12289 0


- 5 roses de Pepper, Romeo, Mikhaïl, Yuugi & Ambroise ♥ -



SeiKhaïl :
 
EQUINOX&RUBY :
 
Fan clubs :
 
Farfallina
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t239-he-s-a-good-bad-guy-acting-like-a-superstar-and-he-wanna-touch-the-sky-like-a-shooting-star-termineehttp://astrophelcity.forumactif.org/t241-each-star-shines-only-at-night-mikhail#1881http://astrophelcity.forumactif.org/t324-ceci-n-est-pas-un-journal-rp
Date d'inscription : 28/04/2016
Messages : 259
Dollars : 184
Crédits : Heileen
Localisation : Quelque part '-'
Farfallina
MessageSujet: Re: FALLEN ღ Mikhaïl // TERMINÉ   Jeu 19 Mai - 23:19


Apocalyptica
Path
#unexepected reunion
#feat Seiren
« FALLEN »Vivre en compagnie de six filles, soit ses 5 petites soeurs et sa mère, avait conféré à Mikhaïl une certaine sensibilité et surtout une bonne compréhension de la psychologie féminine. Toutefois il n'avait jamais mis en pratique ce qu’il avait appris, tant au contact de ses soeurs qu’en lisant les livres de son beau-père voire même de leurs discussions passées sur le sujet. Ça lui manquait, et il regrettait toujours autant de ne lui avoir jamais dit au moins une fois qu’il l’appréciait et qu’il comptait pour lui. Mais aujourd'hui rien de ce qu’il ferait ne pourrait y changer. Personne ne pouvait changer le passé. Il fallait vivre l’instant présent et construire son futur. Mais nous nous éloignons du sujet. Ainsi notre super-vilain n’avait jamais usé de ses connaissances en dehors de son cercle familial. Tout simplement parce que les autres filles ne l’intéressaient pas. Il était dévoué à ses sœurs et uniquement à elles. Le reste du monde lui importait.  C’est sans doute pour toutes ces raisons que l’abattement de Seiren l’avait tant pris au dépourvu. Ça, et parce qu’il ne savait pas toute l’histoire.

Les hoquets de son amie et ses sanglots étouffés témoignaient des larmes impossible à distinguer sous la barrière formée par les bras de la jeune femme. Et elle ne pouvait pas sentir les mains réconfortantes de Mikhaïl à cause de son armure. Alors il lui parlait, de cette voix douce et rassurante qui consolait ses soeurs. Et finalement elle avait relevé la tête pour le regarder. Bon, pour une étrange raison elle s’était aussitôt replongée dans sa protection de fortune. Sa timidité naturelle, la culpabilité ou la honte sans doute, voire tout cela à la fois. Ses bégaiements l’avaient amusé mais il n’en avait rien montré, car l’attitude de Seiren le préoccupait trop pour faire preuve d’une telle légèreté. Toutefois, ses derniers mots eurent enfin l’effet escompté. Elle releva la tête, et il put constater son visage baigné de larmes, les yeux rougis, le menton tremblant, et ce regard abattu dans lequel brillait toutefois une lueur d’espoir. Elle répéta ses dernières paroles d’une petite voix, avec hésitation. Il hocha la tête pour confirmer et ouvrit la bouche afin d’en rajouter une couche, mais la jeune fille se mouva, interrompant son élan.

▬ Mais je pourrais recommencer tu sais. Si on se croise encore sur une mission, je…

Mikhaïl ouvrit davantage la bouche, mais le regard perdu de Seiren l’en empêcha. Il pouvait sentir sa terreur dans le ton qu’elle prenait. Il pouvait observer l’horreur que lui inspirait une telle éventualité. Recommencer. Recommencer quoi ? A tenter de le tuer ? il lui manquait encore trop d’informations pour pouvoir associer ses paroles de façon cohérente. Il n’arrivait définitivement pas à superposer l’image d’une Seiren adorable à celle d’une femme sanguinaire qui voulait l’éliminer. Leurs yeux ne se quittaient plus, et chaque soupçon d’émotion qu’il apercevait dans ses prunelles rubis lui serrait davantage le coeur. Angoisse, peur, honte, culpabilité, chagrin. Il n’y avait jamais vu tout ça, à l’époque. Ses souvenirs lui montraient le visage d’une jeune femme timide et réservée, mais souriante. A l’instant présent, il ne retrouvait plus cette joie innocente et naïve qui l’animait à la bibliothèque. Et ça le peinait. Elle avait peur de perdre le contrôle. Le contrôle de… de son pouvoir, sans doute. Mais il avait le sentiment que la situation était bien plus complexe que ça. A garder ses prunelles rivées dans les siennes, il s’était à peine rendu compte qu’elle s’était rapprochée jusqu’à pouvoir enserrer son cou. D’abord surpris, il resta quelques secondes les bras ballants. Puis sa poitrine s’abaissa en même temps qu’il expirait, et il posa l’une de ses mains sur le crâne de la super-vilaine. Elle lui murmura une dernière phrase, d’un ton suppliant, désespéré. Il était son dernier recours.

▬ Là, ça va aller Seiren…

Sa voix douce coulait comme une source le long de son lit ; fluide, limpide, sans hésitation ni impureté, tant par l’habitude de calmer et consoler, que par nature, tout simplement. Telle était sa voix lorsqu’il ne montait pas volontairement dans l’aigu pour agacer. Il se laissa glisser sur le sol pour s’asseoir et caler son amie contre lui. Il passa son autre bras autour de la taille de la jeune femme, se retrouvant dans la même position que lorsqu’il consolait ses soeurs. Il sentit rapidement dans le creux de son cou un liquide tiède couler à flot. Les larmes de son ancienne collègue ne se tariraient pas si facilement.

▬ Calme-toi. Je vais bien, tu ne m’as as blessé. Et quand tu m’as reconnu, tu as immédiatement baissé ton arme, tu te souviens ? Alors, si on se revoit un jour prochain sur une mission, tu sauras que c’est moi. Tu ne m’attaqueras pas. Tu ne voudras pas plus me tuer.

Il ne pouvait guère la serrer dans ses bras avec son armure, et quand bien même, cela n’aurait aucun effet. Il se contentait donc de la garder et de la bercer légèrement, comme il le faisait avec sa mère. Il espérait ne pas se tromper ; il n’en savait pas assez pour appréhender clairement la situation. En tout cas, il choisissait précautionneusement ses mots, quitte parfois à manquer d’exactitude. Car, si elle ne l’avait pas blessée directement, elle avait fait s’écrouler l’entrepôt et il s’était bris un débris en pleine tête, cause de son évanouissement. Mais ça ne comptait pas pour lui. Il relativisait. ça aurait pu être tellement bien pire.

▬ Si tu commençais par me raconter ce qu’il s’est passé tout à l’heure, hein ?

Il lui fallait détourner son attention sur l’épisode où elle avait tenté de lui nuire. En même temps il avait besoin de plus de détail s’il voulait l’aider. Car oui, il voulait la rassurer, la calmer, et peut-être l’aider, oui.

▬ Quand je suis arrivé avec mon acolyte, tu te battais aux côtés d’une camarade. Et puis tu t’es écroulée soudainement, tu te souviens ? Pourquoi ?

Il revoyait distinctement la scène, même si tout ce précipitait sur le moment. Il avait vu la masse dorée de son armure rencontrer le sol dans un bruit sourd et métallique. Il s’était écoulé cinq secondes, ou peut-être cinq minutes, avant qu’elle ne se relève.

▬ Tu t’es relevée bizarrement, comme si tu ne maîtrisais pas bien tes mouvements. Que t’es-t-il arrivé ? Raconte-moi Seiren, et je pourrai t’aider.

Du moins, il le souhaitait de tout son coeur.

© 2981 12289 0




Cadeaux ♥:
 

2 roses de Setsuna et Seiren, merci ♥
Carvel & Son
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t152-de-la-passion-ou-de-la-folie-laquelle-est-la-plus-devorante-seirenhttp://astrophelcity.forumactif.org/t173-do-not-leave-me-alone-seirenhttp://astrophelcity.forumactif.org/t96-rp-with-a-bunny
Date d'inscription : 02/01/2016
Messages : 202
Dollars : 111
Crédits : Ange bae pour le kit jehrfkuerhe ** ♥
Carvel & Son
MessageSujet: Re: FALLEN ღ Mikhaïl // TERMINÉ   Dim 22 Mai - 22:16






Fallen
Mikhaïl & Seiren
« Tell me that you will listen
Coz I'm tired of trying to fight this. »


T'étais faible, Seiren. Fragilisée jusqu'à la moelle par ce démon en toi, par la lutte intestine que tu menais chaque fois que tu fermais les yeux la nuit, chaque fois qu'elle s'approchait de la surface. Combien de fois t'étais-tu réveillée en sursaut parce que tu te sentais retomber dans tes cauchemars, dans ses souvenirs ? Combien de fois avais-tu glissé hors de tes draps pour te réfugier dans ceux de ton frère ? Combien de larmes avais-tu versées ? Il te semblait que tu pourrais t'y noyer.
T'étais tellement faible, Seiren, que tu ne tenais presque plus debout. Pauvre petit bout de femme dépassé par ses vies. Arriverais-tu déjà au crépuscule, où l'être humain marche sur trois jambes ? Oh, ce n'était pas d'une canne dont tu avais besoin. Ce qu'il te fallait, c'était un soutien. Des personnes qui t'aideraient, au lieu de te fuir. T'avais besoin de te sentir acceptée, besoin qu'on t'apporte une aide désintéressée.

Bien sûr t'avais ton frère et Junko, les deux personnes qui comptaient le plus pour toi. Mais actuellement ils n'étaient pas là avec toi pour te rattraper, alors que tu éclatais en sanglots. Que faire, sans eux ? Tu ne savais pas, et t'espérais que l'un d'entre eux apparaîtrait par magie pour pouvoir te reposer sur eux. Pour récupérer les restes de ton être pathétique et les recoller ensemble. T'étais vraiment rien, sans ton jumeau et ta meilleure amie.
Oh, t'étais pas seule pour autant. Y'avait Mikhaïl en face de toi, qui te regardait comme s'il était prêt à te rattraper avant que tu ne sautes dans le vide. En y repensant, il était toujours venu t'aider lorsque tu en avais besoin lorsque où vous travailliez ensemble. Les circonstances étaient si différentes à l'époque, pourtant il restait le même. Sa gentillesse, son empathie, la douceur à travers les reflets byzantins de ses iris. La chaleur de sa peau, quand il posa une main sur tes épis de blé. Tout était inchangé et cette délicatesse te touchait tellement que tu te surpris à vouloir déposer ta tête sur son épaule. Mais tu t'étais arrêtée à temps, ne te sentant pas le droit d'aller plus loin.

Puis il y eut ce flot rassurant de paroles, cette douce mélodie qui te berça au même rythme que ses bras. Ça va aller. Tu veux tellement y croire que tu te laisses enchanter par cette sonorité plaisante tandis qu'elle fissure les murs de cendre qui te cernaient. T'as toujours été très sensible aux sons qui t'entouraient, et le silence qui vous enveloppait faisait d'autant plus ressortir la voix de Mikhaïl. Chaque accent qui la ponctuait, chaque note qui telle l'onde cristalline t'apaise et emporte avec elle les impuretés. Il avait cette capacité fascinante insuffler un peu de vérité à chacun de ses mots pour les rendre plus rassurants encore, une capacité qui te persuade de le croire. Et tu te laisses aller, en fermant les yeux, à te reposer auprès de ce réconfort que le jeune homme t'offrait. La garde entièrement baissée tu bascules la tête vers son épaule sans t'en rendre compte, en fermant les yeux. Tu voulais profiter de sa présence en te focalisant sur le sens que tu affectionnais le plus. Alors pour une fois tu accueilles la pénombre, oublies le sel sur tes papilles et ton nez à moitié bouché, pour te concentrer sur sa voix.
Juste sur sa voix. Juste profiter.

Le flot sur ton visage ralentit progressivement à mesure que ton ancien collègue parlait, sans tout à fait disparaître pour autant. T'étais pleurnicheuse après tout, cependant t'avais appris à faire le moins de bruit possible. Il ne fallait pas déranger qui que ce soit surtout, sinon on allait s'énerver contre toi. Ce jour-ci était d'ailleurs une entorse à tes habitudes : en règle générale t'aurais jamais osé souiller les vêtements de quelqu'un en lui pleurant dessus, ni lui pleurer dessus tout court en fait. T'étais simplement bien trop perturbée et Mikhaïl avait un don pour te mettre à l'aise.
Quand il eut fini d'exposer ses arguments, tu lâchas un « Mmmmh » en opinant lentement du chef. Il avait sans doute raison, après tout. Et tu avais besoin qu'il ne se trompe pas, de te raccrocher à un fil d'espoir – aussi mince soit-il.

Le super-vilain sonna ensuite l'heure des explications. Il voulait savoir, et c'était naturel, comment vous en étiez arrivés là. Pourquoi tu avais essayé de le tuer, allant jusqu'à détruire l'entrepôt dans cette quête.
Un frisson court le long de ton échine, tes paupières se relèvent à moitié. Tu te recroquevilles un peu plus, cherchant à te défendre contre un ennemi invisible. Une pensée t'échappe pour rejoindre Junko : tu espères qu'elle va bien, si jamais il lui était arrivé quoi que ce soit tu ne saurais plus comment lui faire face.
Ton hésitation dure quelques secondes, le temps d'un souffle mesuré et d'une déglutition douloureuse. Puis tu lèves une main entre vous deux, à hauteur de ton visage, et refermes les doigts d'un geste lent.

« Elle ne m'appartient plus, parfois. »

Tu te redresses de manière à le fixer ; cette fois-ci t'avais besoin de te fier à tous tes sens. Tu plantes ton regard dans le sien, avec un calme étrange et une mélancolie omniprésente. Une tristesse si ancienne qu'elle s'était fossilisée en toi, devenant un éclat douloureux dans tes rubis. Pourtant, tes larmes ne coulent plus. Et tu te forces à étirer les lèvres, en une triste parodie de ce sourire qui illuminait si souvent ton visage.

« Si tu tiens vraiment à tout savoir, j'aurais tellement de choses à te raconter. Mais elles pourraient te paraître bizarres. » Tu prends une inspiration profonde avant de continuer. « Alors ma question à moi est : me croiras-tu quoi que je dise ? »

Ce n'était pas la question que tu souhaitais réellement poser, n'est-ce pas ? Celle-ci était cachée sous tes paroles. Es-tu prêt à me faire confiance, et est-ce que je peux te faire confiance en retour ? Voilà ce que tu voulais demander. Mais t'osais jamais le faire à haute voix, parce que tu savais à quel point ton histoire était rocambolesque. Tu ne pouvais forcer personne à te croire, tout comme t'avais compris à tes dépens que toutes les personnes auxquelles tu te confiais ne méritaient pas cette confiance. Sauf que t'étais naïve, ma pauvre.
Cela dit, à  l'heure actuelle, t'avais besoin d'une personne de confiance. T'avais besoin de parler. Et t'avais besoin de pouvoir t'appuyer encore sur l'épaule de Mikhaïl. Au fond, t'avais toujours été nécessiteuse de la force des autres – de la part qu'ils étaient prêts à t'accorder.


© 2981 12289 0


- 5 roses de Pepper, Romeo, Mikhaïl, Yuugi & Ambroise ♥ -



SeiKhaïl :
 
EQUINOX&RUBY :
 
Fan clubs :
 
Farfallina
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t239-he-s-a-good-bad-guy-acting-like-a-superstar-and-he-wanna-touch-the-sky-like-a-shooting-star-termineehttp://astrophelcity.forumactif.org/t241-each-star-shines-only-at-night-mikhail#1881http://astrophelcity.forumactif.org/t324-ceci-n-est-pas-un-journal-rp
Date d'inscription : 28/04/2016
Messages : 259
Dollars : 184
Crédits : Heileen
Localisation : Quelque part '-'
Farfallina
MessageSujet: Re: FALLEN ღ Mikhaïl // TERMINÉ   Mar 24 Mai - 19:51


Count
on me
Trust me
FALLEN
#feat Seiren
« You have nothing to fear, just be honnest with you and I'll listen to you »C’était une première pour Mikhaïl, lui qui ne se préoccupait pas du monde extérieur. Ses soeurs étaient toujours passées devant, même avant lui. Le reste monde avait peu d’importance à ses yeux. Il n’y avait que le cercle d’amis et autres personnes qu’il appréciait qui pouvait prétendre compter un minimum pour lui. Il est vrai qu’il avait très vite apprécié Seiren, dès son arrivée à la bibliothèque deux ans plus tôt. Peut-être parce qu’elle avait un côté qui lui rappelait Natasha. Mais jamais il ne s’était montré aussi, disons, prévenant envers quelqu’un, en dehors de ses soeurs. Mais il ça lui faisait tant de peine de voir son ancienne collègue aussi abattue qu’il n'avait pu agir autrement. Naturellement, son instinct consolateur avait pris le dessus, et il la berçait.

Il la sentit finalement se relâcher. Il sentit même sa tête reposer sur son épaule. Il ne cessa pas pour autant de parler, il continua jusqu'à ce qu’il ne trouve plus d’argument. Ne jamais lâcher l’affaire. Alors seulement le silence commença à s’installer, après que la jeune fille eut émis son accord. Du moins comprit-il ainsi son mouvement de tête ponctué d’un “Mmh”. Puis, quand le flot de larmes de la super-vilaine se fut suffisamment tari, il l’interrogea sur ce qui s’était passé. Car ça ne lui ressemblait pas de vouloir tuer des gens, surtout lorsqu’ils ne lui avaient rien fait. Cette rage qu’il avait cru discerner dans son regard, derrière son casque, ça ne lui ressemblait pas. Ça n’était pas elle. Seiren frissonna. Il la libéra quand elle commença à bouger. Il loucha presque sur cette main qu’elle dressa entre leurs visages respectifs. Il fronça les sourcils en l’entendant.

▬ Comment ça ?

C’était étrange comme formulation. Comment son corps pouvait ne plus lui appartenir ? Elle ne répondit pas et se redressa pour le fixer droit dans les yeux. À la fois calme et triste, son regard lui laissait un goût amer dans la bouche. Ce n’était tellement pas elle… Elle esquissa un pâle sourire, une réplique grossière de ce sourire qu’elle affichait à la bibliothèque lorsqu'il l’amusait par ses nombreuses pitreries. Il passa une langue sur ses lèvres mais soutint son regard. La voix de Seiren chassa le silence, plus calme, sans interruption. Il haussa un sourcil en entendant sa seconde phrase.

▬ Bizarres ? Il chercha une nouvelle barre énergétique dans sa poche. Plus bizarres qu'un mec qui est aussi rapide qu’un train ou qu’une fille qui lance des éclairs ? Plus bizarres que tous ces “supers” ?  

Il mordit dans son en-cas. Son ton pouvait laisser croire qu’il prenait ça à la légère, mais son regard indiquait le contraire. C’était juste pour lui faire comprendre qu’aujourd’hui il était difficile de qualifier quelque chose de bizarre sans entacher l’idée qu’on se faisait de la réalité. Oui, courir aussi vite ou lancer des éclairs n’était pas normal, pour le commun des mortels. Lui il demandait à voir quelque chose de vraiment bizarre. Et avec tous ces pouvoirs qui se développaient d’années en années, ça lui paraissait de plus en plus compromis. Il termina de macher avant de continuer.

▬ Franchement Seiren, pourquoi je ne te croirais pas ?  

Il doutait qu'elle soit du genre à inventer une excuse rocambolesque pour justifier son comportement et ainsi se faire passer pour une illuminée. Peut-être qu'il ne la connaissait pas assez, mais en un an de travail il ne l’avait jamais trouvé du style à mentir ou raconter des histoires. Elle était même plutôt discrète et parlait très peu d’elle-même. Donc pour lui il n’y avait pas de raison de douter de ce qu’elle allait expliquer.

▬ En un an tu ne m’as jamais donné l’impression d’être une menteuse. Je ne t’ai jamais entendu raconter des histoires sans queue ni tête, autrement que pour s’amuser. Alors, vraiment, je ne vois de raison pour te prendre comme telle. Tu peux me dire tout ce que tu veux, ça ne sortira pas d’ici. Promis.

Il lui offrit un sourire en coin. C’était une manière de dire qu'il l’écouterait sans l’interrompre, qu’il pouvait tout entendre, et que jamais il n’en répéterait un seul mot. Il ne donnait jamais sa parole à la légère, et lorsqu’il la donnait, il la tenait, quoi qu’il en coûte. Il tenait toujours ses promesses. Sa loyauté à cet égard était indéniable. Il n’était pas aisé de l’acquérir, mais une fois acquise, on la gardait. Surtout qu’il n’était pas rancunier pour un sou et ne tenait pas rigueur des erreurs de ses proches à son encontre. Il lui adressa un regard encourageant, en inclinant légèrement la tête.

▬ Tu peux vider ton sac sans crainte. Allez, dis tout à Tonton Mike !

Il lui adressa un clin d’oeil. Derrière son air espiègle, on pouvait distinguer un réel soutien dans son regard. Non, elle n’avait rien à craindre. Il ne la jugerait pas. Il ne la traiterait ni de folle, ni de mythomane, quoi qu’elle lui dirait. Il lui faisait confiance, et elle pouvait lui faire confiance.
© 2981 12289 0




Cadeaux ♥:
 

2 roses de Setsuna et Seiren, merci ♥
Carvel & Son
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t152-de-la-passion-ou-de-la-folie-laquelle-est-la-plus-devorante-seirenhttp://astrophelcity.forumactif.org/t173-do-not-leave-me-alone-seirenhttp://astrophelcity.forumactif.org/t96-rp-with-a-bunny
Date d'inscription : 02/01/2016
Messages : 202
Dollars : 111
Crédits : Ange bae pour le kit jehrfkuerhe ** ♥
Carvel & Son
MessageSujet: Re: FALLEN ღ Mikhaïl // TERMINÉ   Mer 1 Juin - 0:46






Fallen
Mikhaïl & Seiren
« When you feel my heat, look into my eyes
It's where my demons hide. »


Tes joues commencent déjà à sécher ; tu sens contre leur peau fine le contact froid des sillons laissés par l'encre de tes yeux. Par réflexe tu lèves une main vers ton visage, puis te ravise en te souvenant que tu portais toujours tes gantelets de métal. Tu te sens pas la foi de les retirer. Tant pis, t'attendras pour éponger un peu cette eau. Ton bras retombe mollement sur le sol et tu reportes le regard vers Mikhaïl.
Il marque un point, en soulignant que le mot bizarre a changé de sens ce dernières décennies. Mais au final même le fait d'avoir une capacité spéciale n'était plus si étrange en soi. Du moins la société s'était assez adaptée pour qu'une école et un business clairement destinés aux personnes à don fleurissent. Chaque jour les citoyens avaient droit à d'impressionnantes démonstrations de ces phénomènes qui, de fait, devenaient de plus en plus naturels. Et avec le temps les pouvoirs deviendront une nouvelle norme sociétale ; la tendance s'inversera pour que les personnes n'en possédant pas soient mis à l'écart, dédaignés. Parce qu'en toute ère et dans toutes les civilisations, la normalité est définie par le plus grand nombre.

Mais toi, tu ne réfléchissais pas à ces concepts sur le coup. Ton esprit était quelque peu engourdi, y'avait toujours cette fatigue qui freinait tes mouvements et étouffait ta voix. Pour toute réponse tu prononces un « Bizarre différemment » qui au final ne veut pas dire grand chose, mais ça ne change pas beaucoup des habitudes. T'avais la fâcheuse tendance de t'emmêler les pinceaux, surtout lorsque t'essayais de t'exprimer de manière logique et structurée. À croire que c'était vraiment pas toi – ce qui ne t'avait pas empêchée de mettre le doigt sur les différences entre les pouvoirs et ton statut d'enfant réincarné. T'avais eu des années pour ça.
Cela dit tu te souviens en voyant ton ami croquer dans une nouvelle barre que t'avais laissé la tienne en plan sur les gravats. Un rapide coup d’œil suffit à t'assurer qu'elle n'a pas bougé et qu'en prime, l'emballage était plié d'une manière telle que la barre en elle-même n'est pas rentrée en contact avec le sol. Ce n'est pas une raison pour la laisser là bien sûr, tu la récupères donc.

La question que le jeune homme posa après avoir avalé sa bouchée te fit hausser les sourcils. Pourquoi ne te croirait-il pas ? En général on demandait plutôt des raisons de croire, non ? Et puis vous aviez peut-être travaillé ensemble, mais cela ne signifiait pas que vous vous connaissiez réellement. Vous ne saviez pas grand-chose du passé ou de la situation de l'autre. Mufasa se fait trahir par son propre frère, pourtant Mikhaïl était prêt à accorder sa confiance à une fille comme toi qu'il avait brièvement côtoyé à la bibliothèque – que représente une année, à l'échelle d'une vie. Comment pouvait-il être aussi... Aussi sûr de ton honnêteté ? C'était bien optimiste de sa part. Et trop beau pour être vrai. Le super-vilain ne t'avait donné aucune raison de douter de sa bonne foi, pourtant ; mais toi, c'était une autre histoire. Toi, tu doutais à t'en ronger les ongles. Et puis tu te souvenais. De cette mère qui t'accusait, qui n'a jamais voulu écouter un traître mot de tes paroles. Tu mens, qu'elle te disait, sans savoir que même après sa mort tu resterais sa petite fille. Que même en étant loin d'elle, que malgré tout, tu accorderais de la valeur à chaque mot – qu'il soit prononcé ou craché.
Cette valeur, c'était ton mal-être. Ton malheur. Ton complexe d'infériorité.

Pourtant lui était là, lui te donnait sa confiance sans hésiter. Lui te tendait la main avec un sourire. Pour toi qui étais si ébranlée en cet instant, ce fut un souffle nouveau. T'étais profondément touchée par sa promesse secrète, par la sincérité derrière son ton léger ou son regard espiègle ; tellement touchée que même si tu sais qu'il t'a pardonnée, tu sens le remords remonter des tréfonds de ta gorge et se coincer en plein milieu. Alors tu déglutis lourdement. Une partie de toi te disait que ne méritais vraiment pas de recevoir autant de sa part, mais tu ne pouvais pas t'en empêcher. Parce qu'au-delà de ton cas de conscience, tu voulais à ton tour offrir ta confiance. En mémoire de toutes ces heures que vous avez passées ensemble à la bibliothèque, pour que celles-ci ne se transforment pas en regrets.Tu t'accroches à ses paroles comme à une bouée de sauvetage et réunis le peu de forces qu'il te reste pour sortir la tête de l'eau.
Un nouveau sourire fleurit sur ton visage, cette fois-ci bien plus vrai – plus timide aussi. De légères fossettes viennent creuser tes joues, tandis qu'un éclat de rire aussi léger que bref soulève tes épaules. « Je savais pas que j'avais un tonton aussi jeune. » Cela dit tu bascules encore sur le côté, comme si c'était la chose la plus naturelle au monde. Ta tête se niche sans encombre contre sa clavicule, comme si là avait toujours été sa place. Et tu murmures un doux « Merci », fêlé mais pas brisé, dans lequel on sent toute ta reconnaissance.

Tu lèves le regard vers le haut, en te demandant si on viendrait vous chercher. Sans doute que vos sponsors respectifs avaient lancé des équipes de secours sur le terrain, mais pour le moment, vous étiez coupés du monde. Lui et toi, avec vos barres énergétiques dans la main. Tu croques d'ailleurs dans la tienne et te mets à mâcher distraitement. Combien de temps aviez-vous ? T'en savais strictement rien. Tu ne savais même pas depuis quand l'entrepôt s'est effondré. Cependant tu sais que là, tout de suite, maintenant, tu te sentais pas si mal que ça. T'avais pas besoin d'être la Seiren souriante et pleine de vie, et tu ne risquais pas de retourner du côté obscur. En prime, pleurer t'avait tellement fatiguée que c'était presque silencieux en toi. Tout était calme, si calme. Reposant.
Oh, tu n'oubliais pas votre conversation pour autant. Cependant tu prends le temps de chercher par où commencer tout en mastiquant ta bouchée, et n'avales qu'après avoir trouvé ton accroche.
« Tu crois en la réincarnation ? » Tu tends un peu le cou et fais rouler tes globes oculaires dans leurs orbites, à la recherche de son regard. Mais tu n'attends pas vraiment de réponse et qu'il t'en ait donné une ou non, tu détournas une nouvelle fois les yeux, pour les porter cette fois-ci droit devant vous.

« Certaines personnes disent qu'elles naissent avec les souvenirs d'une vie antérieure. Je sais pas si c'est vraiment mon ancêtre, mais... Je sais que ce sont pas mes souvenirs. » Sentant que tu commençais déjà à te perdre, tu marques une pause dans ta narration. « J'avais... Cinq ans je crois, quand j'ai commencé à les voir. Au début je pensais que c'étaient seulement des cauchemars, mais ils revenaient toutes les nuits. Et ils faisaient beaucoup trop vrais. » Plus tu avances plus le ton se fait amer. Tristement amer. Si seulement ils ne s'étaient pas autant acharnés sur tes nuits. Si seulement t'avais pas senti aussi clairement cette douleur. Tu te ressaisis cependant. « Il m'a fallu des années pour comprendre. Un jour j'ai lu un article sur un enfant qui était comme moi. Ils disaient que c'était un enfant réincarné. » En te souvenant de la réaction de ta mère face à l'article, tu te mets à fixer le sol près de tes pieds. « Pour être sûre, j'ai fait des recherches. J'ai retrouvé la trace de cette femme. Elle a vraiment existé. » Cela, même Syrian ne le savait pas. T'avais jamais trouvé le courage de lui dire. Ça aurait été comme dire que t'avais affronté votre génitrice et provoqué un incendie pour quelque chose dont tu n'étais même pas certaine. Non, tu pouvais pas. T'étais encore plus peureuse à l'époque, et depuis de l'eau avait coulé sous les ponts.

Tu t'arrêtes une nouvelle fois, déjà essoufflée. Ce ne fut qu'après une inspiration profonde que tu repris la parole. « Alors, c'est bizarre à quel point selon toi ? Plus que de courir plus vite qu'un train ou que de lancer des éclairs ? » Ces questions suintaient le mauvais humour, comme l'attestait ton sourire en coin. Pourtant, tu te demandais vraiment ce que Mikhaïl en pensait. Ce qu'il pensait de toi. Son avis t'importait-il autant ? Faut croire. Mais ça c'était parce que t'avais une peur maladive du regard des autres sur ton état mental ; parce que tu pouvais pas empêcher cette crainte d'empoigner douloureusement ton cœur, alors que tu te dévoilais au jeune homme. Oh, tu avais confiance en lui oui. Mais cela ne pouvait changer le regard que tu portais sur ta personne.
Tu te trouvais horrible, bizarre et dangereuse. Tu ne t'aimais pas, Seiren. Mais que faire ? T'avais pas d'autre choix que de vivre ainsi, en essayant chaque jour de faire un pas vers l'avant. Et l'horizon te semblait loin, si loin, que t'étais tentée d'abandonner. D'oublier cette chimère pour te concentrer sur ton présent, en te disant que de toute façon tu ne pourrais jamais aller mieux - c'est ce que tu faisais depuis un an, au final.

© 2981 12289 0


- 5 roses de Pepper, Romeo, Mikhaïl, Yuugi & Ambroise ♥ -



SeiKhaïl :
 
EQUINOX&RUBY :
 
Fan clubs :
 
Farfallina
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t239-he-s-a-good-bad-guy-acting-like-a-superstar-and-he-wanna-touch-the-sky-like-a-shooting-star-termineehttp://astrophelcity.forumactif.org/t241-each-star-shines-only-at-night-mikhail#1881http://astrophelcity.forumactif.org/t324-ceci-n-est-pas-un-journal-rp
Date d'inscription : 28/04/2016
Messages : 259
Dollars : 184
Crédits : Heileen
Localisation : Quelque part '-'
Farfallina
MessageSujet: Re: FALLEN ღ Mikhaïl // TERMINÉ   Dim 5 Juin - 12:11


Count
on me
Trust me
FALLEN
#feat Seiren
« You have nothing to fear, just be honnest with you and I'll listen to you »Quand on ne connaissait pas Mikhaïl, on le prenait pour un je m’enfoutiste qui ne s’intéressait qu’à son propre intérêt, aimait ridiculiser son monde et avait l'orgueil à la dimension d’un insecte. C’est vrai, sa tendance à l'auto-dérision pouvait laisser penser ça. En fait, c’est plus qu’il n’avait cure de l’avis des autres sur sa personne. Il n’allait pas laisser des gens qu’il ne connaissait pas ou qu’il n’appréciait pas lui dicter sa conduite. Et puis, le ridicule ne tue pas comme on le dit si bien. Pourquoi alors se soucier d’être ridicule ? Cela semblait être leur grosse différence, entre Seiren et lui. Elle semblait porter beaucoup d’importance à l’opinion que les autres avaient d’elle même. ça pouvait se comprendre, mais comme lui n’avait jamais fonctionné ainsi… “Bizarre différemment.” Il haussa un sourcil, un peu perplexe. Mais il n’ajouta rien, se contentant de mâcher sa barre de céréales en la fixant. Elle finit par faire de même, se souvenant subitement qu’elle en avait une elle aussi. Bien, au moins manger lui redonnerait un minimum de forces, et ça allait toujours mieux avec quelque chose dans le ventre.

Mike voyait très bien que ce qu’elle avait sur le coeur représentait un fardeau difficile à porter. Il sentait bien son mal être, son appréhension, sa peur. Mais que pouvait-il faire de plus ? Il lui avait déjà dit qu’elle pouvait parler sans crainte de son jugement, sans inquiétude d’être prise pour une menteuse ou une folle. Il faisait déjà tout pour détendre l’atmosphère. C’était surtout à son amie à présent de faire le reste. Sa dernière plaisanterie eut l’effet escompté. Seiren afficha un sourire, celui qu’il lui connaissait à la bibliothèque ; sincère et timide. Elle laissa même échapper un rire en le remerciant. Il haussa les épaules, l’air de dire “c’est rien, t’as pas besoin de me remercier, c’est normal”. Mais il comprenait qu’elle avait besoin de lui exprimer sa reconnaissance, alors il ne dit rien. Il avala ce qu’il mâchait avant de lui faire un grand sourire.

▬ On apprend des choses tous les jours tu vois !

Il voulait vraiment qu’elle se sente plus à l’aise. Mike n’était pas rancunier, surtout envers quelqu’un qu’il connaissait un minimum et qu’il appréciait à sa juste valeur. Parce qu’elle en avait des valeurs, juste qu’elle ne s’en rendait pas compte. Il engloutit le dernier morceau de sa barre énergétique. Les mains libérées, il se les frotta avant de se gratter le bout du nez, toujours en mâchant. Il s’arrêta en entendant la question de Seiren. Interloqué, il la fixa en clignant des yeux.

▬ Euh, oui, enfin disons que je n’arrive pas à croire qu’il n’y ait rien après la mort…

Peu de gens pouvaient s’en douter, mais Mike était de confession orthodoxe, comme la très grande majorité de la Russie et des pays autour. Il croyait en Dieu, mais sa foi s’arrêtait là ; actuellement il trouvait que Dieu se foutait un peu de la gueule du monde. Il n’était pas un pratiquant, il faisait rarement des prières, mais c’était plus facile d’avancer en croyant à quelque chose. Donc, oui la réincarnation faisait partie de ses croyances. La réincarnation en animal ou en une autre personne, quand on avait de la chance. Seiren commença alors son récit. Elle capta son entière attention dès la première phrase. Plus d’air espiègle, plus d’attitude légère ou nonchalante. Sérieux et curiosité étaient maîtres à présent. Puis une barre soucieuse creusa les plis de son front, à mesure qu’elle avançait dans ses révélations. Il sentait de plus en plus une profonde amertume dans la voix de la super-vilaine. Il la vit se perdre un instant dans ses souvenirs. Il se sentit mal à l’aise. Pas parce qu’il ne la croyait pas. Justement, découvrir la véritable situation de la jeune femme, c’était ça qui l’ennuyait. Cinq ans c’était jeune pour vivre un cauchemar. Et elle ne donnait pas l’impression d’avoir été particulièrement soutenue, enfant. On dit que la vérité sort de la bouche des enfants, et pourtant les adultes la plupart du temps dénigrent leurs discours. Mike lui, il connaissait ses soeurs, il savait donc de surcroît quand elles racontaient des histoires. Mais jamais encore il avait refusé de les croire alors qu’elles lui disaient la vérité. Seiren avoua finalement avoir retrouvé la trace de cette femme dans le passé. On put clairement distinguer de la compassion dans le regard du super-vilain. Il étouffa un rire, avec un sourire en coin et le regard fixant le sol à côté de lui, lorsqu’elle lui renvoya sa propre comparaison.

▬ Bizarre différemment, répliqua-t-il dans le même esprit.

Passée la plaisanterie, il planta son regard parme dans les yeux carmin de l’albinos. Ses yeux parcoururent longuement chacun de ses traits, comme s’il la redécouvrait après cette révélation et tout ce temps qui avait passé.

▬ Je pense que bizarre n’est pas approprié pour qualifier tout ça, dit-il en secouant lentement la tête, les yeux fixés sur ses pieds. J’aurais plutôt dit inaccoutumé, insolite. Consternant. Surtout troublant en fait. Cinq ans c’est jeune...

En fait il se sentait mal pour elle. Il s’imaginait ce qu’elle avait dû vivre. Bien sûr, ce n’était pas facile à avaler, mais… invraisemblable ? Non. Son beau-père était un psychologue, il avait des notions de psychiatrie notamment grâce à son ami. Et de ce fait, s’il ne pouvait divulguer l’histoire de ses patients car soumis au secret professionnel, il avait déjà abordé des thèmes surprenant. Il avait des livres qui traitaient d’expériences pour le moins insolites. Mike en avait déjà lu. Et le récit de ces histoires vécues étaient pour la plupart troublants. Mikhaïl releva les yeux vers elle.

▬ J’avoue que je n’imaginais pas ça. Je ne te l’aurais pas souhaité non plus… Ce n’est pas quelque chose qu’on peut imaginer pour son entourage. Non pas parce que c’est bizarre, mais simplement parce que c’est trop éprouvant.

Quicksilver se passa une main dans sa tignasse colorée en gris argent. Déjà qu’il n’était pas coiffé avant, mais là c’était l’anarchie totale. Il se frotta ensuite le bout du nez en revoyant la scène de combat, un peu plus tôt. Ses yeux, qui fixaient un point invisible sur le côté, remontèrent sur le visage de Seiren.

▬ Alors, tout à l’heure… Ce n’était pas vraiment toi n’est-ce pas ? C’était cette… femme dont tu as parlé. Cette personne qui s’est réincarné en toi.

Il pensait avoir vu juste, seulement il n’y avait que Seiren pour confirmer ses soupçons. En tout cas… cette âme vengeresse était violente, à l’opposé de l’image qu’il avait de son amie. Parfois, le sort s’acharnait sur les malheureux et les innocents qui ne le méritaient pas. Il trouvait ça injuste, lorsqu’il s’y intéressait, lorsque ça touchait un membre de son entourage.

▬ Tu sais, pour moi lorsqu’on meurt, notre âme s’en va rejoindre un être qui vient de naître pour une nouvelle vie. Un animal ou un autre être humain. Sans souvenir, pour ne pas être stigmatisé. Mais je pense que parfois quelque chose se passe et les souvenirs de l’autre âme reviennent. Tu n’es pas cette personne, Seiren. Tu étais là avant elle, dit-il en désignant son corps.

Il soupira en se disant qu’elle trouverait ça étrange. Il ne parlait jamais de ses propres croyances, notamment parce que c’était un moyen de l’atteindre. Mais si ça pouvait l’aider, alors… Il s’humecta les lèvres avant de se mordre la lèvre inférieure. Puis il reposa ce regard empreint de confiance et de compassion sur elle.

▬ Et tes cauchemars… ils surviennent à quelle fréquence ? Est-ce que… tu en as déjà parlé à quelqu’un ?

© 2981 12289 0




Cadeaux ♥:
 

2 roses de Setsuna et Seiren, merci ♥
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: FALLEN ღ Mikhaïl // TERMINÉ   

FALLEN ღ Mikhaïl // TERMINÉ
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Astrophel City :: Hiawatha District :: Port industriel-