AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Les enfants feront toujours des bêtises {PV Seiren]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 




Persona
avatar

Super Fiche
Super-pseudo: Gameboy
Pouvoir: Playmobil - Réveille un jouet afin de le rendre réel
Inventaire:
Persona
Date d'inscription : 19/01/2016
Messages : 32
Dollars : 33
Crédits : Huyhiné omg tu graph tellement bien *^*
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t177-en-avant-les-histoireshttp://astrophelcity.forumactif.org/t201-ta-daaaah-welcome-to-my-world

MessageSujet: Les enfants feront toujours des bêtises {PV Seiren]   Jeu 25 Fév - 15:05


Les enfants feront toujours des bêtises
feat. Seiren « Ruby » Ashfield



Avec son sac à dos, le jeune Haven se tenait debout devant le portail d'entrée de son ancienne école.

Voilà fin !

Waaah, en voilà un épisode rapide. Même pas le temps d'une coupure pub, ça au moins c'est fait ! Mais non, bien sur que c'est une blaaaaaague ! Il n'y a absolument rien à se mettre sous la dent niveau péripétie là, puis franchement vous croyez vraiment que la vie d'un super-héros est aussi ennuyante pour ne rien avoir à dire dessus ? Eh bah revenez quand vous aurez des pouvoirs au service du bien, et vous verrez ! Donc, où en étions-nous ? Ah oui !

Haven était arrivé depuis quelques minutes déjà. Aujourd'hui était son jour de repos, il l'avait décrété donc rien ne pourra le faire changer d'avis. ce n'est pas comme s'il était le seul sauveur de l'humanité, il existe toute une bande de joyeux lurons dévoués à la cause, et ils existent depuis longtemps déjà. Alors si le paresseux décide de se garder un jour de flemme de temps en temps, ce n'est pas ça qui va faire progresser les méchants ! Quand on vous dit que le brun ne prend pas son rôle extrêmement au sérieux, vous comprenez maintenant ?


- C'est parti !

Comment ça ? A qui il parle là ? ... Ah ! Oh pardon ! Seiren aussi était là, juste à droite en plus ! Mais qu'est-ce qu'ils font ici tous les deux ? C'est quoi les histoires là ? Trop de questions en même temps uh...

- Faudrait éviter de se faire chopper, je ne crois pas qu'on ait encore le droit en rentrer ici.

Bordel mais oui ! N'escalade pas ce portail espèce de... De gamin ! C'est pas vrai, ce type est vraiment un héros ? Parce que là ce qu'il commet est un délit, mineur oui mais un délit quand même. Il est passé où son sens de la justice et tout ?

Lorsqu'il escaladait le portique, il prenait bien soin de chacun de ses gestes, afin d'éviter une mauvaise chute par exemple. Bon, on peut mettre sa motivation sur son côté aventurier de l'extrême, cela n'explique toujours pas pourquoi il cherchait à entrainer son amie à l'intérieur. Nostalgie ? Nah, ceux-là restent bien sagement de l'autre côté de la grille, sourient un coup et finissent par reprendre le cours de leur vie. Là on parle de deux gugusses en train de... Rholala mais où est-ce qu'ils courent comme ça là ?!


- Tu vois ? Ni vu ni connu !

Si ça se trouve, les sponsors surveillent les mouvements de leurs agents et Haven l'aura bien dans les fesses. Il devait être quoi ? 10 heures du matin, le ciel était d'un gris morne et l'air un peu frais, alors qu'est ce qui le rendait aussi rempli d'énergie ce garçon hein ? Vrai qu'il a toujours été une pile inépuisable ce petit, impossible de l'arrêter une fois qu'il était lancé. Et à bientôt vingts piges, Caelan continuait de courir les bras tendus de part et d'autre de son corps. Imitant visuellement un avion au décollage, on pouvait lire à son visage heureux qu'il adorait ces instants de pure liberté. La sensation du vent frais frappant ses bras, son torse, sa face, ça le rendait léger comme tout. Il pourrait presque fermer les yeux et se laisser porter mais... Hé ! Regarde où tu vas !!

- Que ?

Et bam, comme le fait si bien ce corps frêle contre le poteau d'aluminium. En fait le son se faisait plus creux, comme si la poutre n'était pas pleine... A moins qu'il ne s'agisse du son que fait le crane de notre héros. Plus de peur que de mal ? Pas vraiment, puisqu'une goutte épaisse de sang bien rouge perlait sur les narines de l'inconscient. Etourdi plus qu'autre chose, il se tourna vers la blonde avec un regard qui semblait prêt à verser des larmes.

- Euh... Tu n'as pas un mouchoir ?


Code by Gali.
Tu touches, tu redistribue... je te mange tout cru.







v Gameboy's Battle Theme v


La réalité des Caelan:
 
Revenir en haut Aller en bas




Carvel & Son
avatar

Super Fiche
Super-pseudo: Ruby
Pouvoir: Maîtrise de l'électricité
Inventaire:
Carvel & Son
Date d'inscription : 02/01/2016
Messages : 201
Dollars : 110
Crédits : Ange bae pour le kit jehrfkuerhe ** ♥
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t152-de-la-passion-ou-de-la-folie-laquelle-est-la-plus-devorante-seirenhttp://astrophelcity.forumactif.org/t173-do-not-leave-me-alone-seirenhttp://astrophelcity.forumactif.org/t96-rp-with-a-bunny

MessageSujet: Re: Les enfants feront toujours des bêtises {PV Seiren]   Dim 20 Mar - 12:03

C’était un dimanche comme les autres, en apparence. Le ciel était aussi mal sapé que les casaniers d’Astrophel, ces gens pour qui ne faire aucun effort le jour du Seigneur était une vraie religion. Les immenses nuages gris bloquaient les rayons du soleil, pour que les festifs du samedi soir qui n’avaient pas pensé à fermer leurs volets puissent dormir un peu plus longtemps sans être gênés par eux. Et sans doute que quelque part dans l’immense mégalopole, un super-vilain était déjà en train de préparer un sale coup. Parce que dans une ville au quotidien rythmé par des conflits orchestrés entre héros et vilains, on n’était jamais à l’abri d’un réveil en sursaut.
Tout ce qui était sûr, c’est qu’aujourd’hui Ruby ne ferait pas d’apparition.
Parce que pour toi, Seiren, cette journée n’était pas si banale.

Tu t’étais réveillée tôt. Sans que rien ne t’y incite, tes yeux s’étaient ouverts en grand alors que tu n’avais dormi que cinq heures. Mais c’était habituel, tu cultivais ces troubles du sommeil depuis toujours. On pouvait même dire que tu avais fait un bon somme cette nuit.
Tu restas allongée encore quelques secondes, souhaitant t’accorder un peu plus de repos un dimanche. Mais bien vite tes esprits rappliquèrent, et te rappelèrent que tu avais quelque chose de prévu aujourd’hui. A l’idée de cette sortie, ton cœur battit un peu plus vite et tu affichas un large sourire. C’était une bonne journée, qui s’annonçait. Le genre de journée où tout ce qui est sérieux devient insignifiant, et où la moindre futilité devient le centre du monde. N’était-ce pas un pur bonheur, d’oublier pendant quelques heures que la vie n’est pas faite uniquement de jeux et de bonne humeur ?

Autant pour ton repos : tu avais l’impression que si tu ne te levais pas tout de suite, tu allais exploser. Alors sans attendre, tu sautas hors du lit et t’étiras un peu, avant d’ouvrir les rideaux. Tu t’imaginais déjà à l’extérieur, en train d’inspirer l’air humide de la ville, et par réflexe tu pris une grande inspiration. L’empressement te donnait sans doute un peu trop d’énergie. Ça n’allait pas, là, il fallait que tu trouves de quoi te canaliser un peu. Sortir de ta chambre te parût être un bon début.

Cependant, qu’importe la pièce que tu visitais, l’habitat était calme. Ton frère devait encore être en train de dormir. Le souci c’est que toi, toute seule, tu t’ennuyais. Tu t’amusas à balancer tes jambes assise sur le canapé, à zapper un peu les programmes tv, et tu fis même une petite séance de yoga. Mais rien n’y faisait : à chaque fois que tu regardais la pendule, tu avais l’impression qu’elle ne fonctionnait plus. Le temps passait beaucoup trop lentement. Tu soupiras ; quelle idée aussi, de te lever aussi tôt ?
Finalement, tu eus une idée. Tu te rendis dans la cuisine, enfilas un tablier, et entreprit de préparer un vrai petit déjeuner à partager avec ton jumeau adoré. Quand tu eus fini, la pièce était dans un si piteux état que Syrian allait sans doute déprimer. Cependant tu n’étais pas moins fière de toi, car les pancakes que tu déposas sur la table mettaient vraiment l’eau à la bouche.

Une fois la table prête, tu retiras ton tablier et entreprit de sortir ton frère de son lit. Ce fut une lutte sans merci, que tu gagnas en l’attrapant par les pieds et en le tirant de toutes tes petites forces. Il grogna un peu, mais en voyant le repas qui l’attendait, son humeur s’améliora.
En revanche, quand il remarqua le gros message implicite "je m’apprête à faire une bêtise" sur ton visage, il comprit que tu avais des plans pour aujourd’hui. Le jeune homme tenta de te tirer les vers du nez, mais tu gardas obstinément le silence, en lui promettant de toit lui raconter le soir venu. Tu lui promis aussi de ne pas te mettre en danger, lorsqu’il afficha un air inquiet.

Au moins, en sa compagnie, le temps passait vite. Avant que tu ne t’en rendes compte c’était l’heure pour toi de partir. Tu fourras les provisions de nourriture que tu avais prévues pour la journée dans ton petit sac, fis un bisou à ton frère, puis décolla en courant comme une gamine. Résultat, tu arrivas en avance au rendez-vous.

Plus tard…

« Gooooo ! »
Tu t’exclamas avec enthousiasme, le poing brandi comme pour t’envoler à la manière de Superman.
Devant vous s’élevait un grand portique. Il semblait vous prendre de haut, en vous mettant au défi de vous aventurer plus loin. Cependant, aucun n’avait assez de jugeote pour se laisser intimider ; vous étiez bien décidés à accomplir votre objectif.
Mais qui donc était ton camarade du jour ? C’était selon toi une question bien bête. Qui d’autre qu’Haven, pour se lancer dans ce genre d’aventure ? Tu ne connaissais pas beaucoup d’autres personnes qui auraient le cran d’infiltrer l’Académie.

C’était vraiment un drôle de plan, une idée farfelue. Tu ne savais même plus comment ça vous était venu, ni qui avait lancé ce projet. C’était comme si vous y aviez pensé en même temps. Enfin, ce n’était pas rare : lorsqu’il s’agissait d’enfantillages ou de bêtises, vous étiez souvent sur la même longueur d’onde. Vous aviez le même niveau de puérilité, quoi ; le pire, sans doute, c’est que tu aimais bien ça.
Haven explique que vous deviez rester discrets, au cas où vous n’auriez pas le droit d’être ici. Tu souris en acquiesçant vivement. Vous saviez tous les deux que ce n’était pas simplement "au cas où" : vous n’étiez pas censés rôder dans le coin, point. Mais quel enfant digne de ce nom ne brave pas les interdits ?
Certainement pas vous en tout cas, puisque quelques secondes plus tard, vous étiez déjà en train d’escalader l’obstacle.

Une fois cela fait vous vous mîtes à courir, Haven un peu plus en avant que toi. Maintenant que vous aviez fait le plus dur, place à la détente ! D’ailleurs tu ris légèrement, en voyant ton ami imiter un avion, comme à son habitude. Tu te demandais si cela lui permettait de courir plus vite, et l’espace d’un instant, fût tentée d’essayer.
Tu n’eus cependant pas ce loisir, car à ce moment, un accident se produit : l’avion de la Caelan Airline percuta un obstacle en aluminium.

« Oh non ! »
Tu accéléras le pas pour le rejoindre, l’air inquiète. L’impact était conséquent, de ce que tu avais entendu.
Un peu de sang coulait sur son visage, mais il ne semblait heureusement pas gravement blessé. Tu regardas un instant son nez, puis Haven t’indiqua la marche à suivre en te demandant un mouchoir.

« J’en ai ! »

Par chance, tu avais prévu tout un tas de trucs plus ou moins utiles pour cette journée. Tu posas ton petit sac à dos à terre et fouilla énergiquement dedans, avant de rejoindre le brun à petites foulées. Sans demander son avis tu appliquas le bout de papier blanc sur son nez et rapprochas tes yeux. En voyant une tache rouge se former, tu fis la moue.

« J’espère que ça s’arrêtera vite… »

Ce serait dommage qu'il perde trop de sang, tu ne voulais pas qu'il se sente mal - ou pire, s'évanouisse. Mais tu partais un peu trop loin dans ton imagination.

Haven reprit le mouchoir en main, et toi, tu te tournas vers le poteau qu’il avait percuté.
Il faisait partie de tout un ensemble, qui formait une structure à plusieurs étages, sur laquelle tu te souvenais t’être entraînée à grimper. Le sourire aux lèvres, tu t’approchas et posas la main contre le métal froid.

« Tu te souviens de ça ? J'adorais l'escalader ! »

A gestes souples tu te hissas sur le premier étage, t’assis sur l’une des poutres horizontales, et fit de grands mouvements de jambes. De là où tu étais, Haven te paraissait plus petit que toi.
Tout en regardant ton collègue intrus, tu indiquas du pouce le sommet de l’édifice du pouce.

« Tu viens ? Le dernier arrivé en haut a un gage ! »

Tout en haut se trouvait une petite nacelle ; c’était votre ligne d’arrivée.


- 5 roses de Pepper, Romeo, Mikhaïl, Yuugi & Ambroise ♥ -



SeiKhaïl :
 
EQUINOX&RUBY :
 
Fan clubs :
 
Revenir en haut Aller en bas




Persona
avatar

Super Fiche
Super-pseudo: Gameboy
Pouvoir: Playmobil - Réveille un jouet afin de le rendre réel
Inventaire:
Persona
Date d'inscription : 19/01/2016
Messages : 32
Dollars : 33
Crédits : Huyhiné omg tu graph tellement bien *^*
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t177-en-avant-les-histoireshttp://astrophelcity.forumactif.org/t201-ta-daaaah-welcome-to-my-world

MessageSujet: Re: Les enfants feront toujours des bêtises {PV Seiren]   Lun 21 Mar - 16:56


Les enfants feront toujours des bêtises
feat. Seiren « Ruby » Ashfield



- Euh... Tu n'as pas un mouchoir ?

Ne pas pleurer... Ne pas pleurer... Pleurer devant une fille serait la pire des humiliations pour un garçon, car les hommes ne pleurent jamais ! Uuuh... Ça serait bien pratique de verser quelques larmes pourtant, ça évacue la douleur plus facilement que de serrer des dents. Mais un super-héros qui pleure à chaque fois qu'il attrape un bobo, ne serait-ce pas là vraiment étrange ? Si, bien sur que si. C'est pourquoi Haven souhaitait rapidement de quoi nettoyer le filet de sang, ainsi il pourra s'écarter et sangloter en toute discrétion.

Malheureusement, son plan ne se déroula pas exactement comme prévu. Certes Seiren eut l'objet convoité dans son sac, mais au lieu de simplement le lui tendre du bout des doigts, elle préféra s'occuper de lui comme une maman attentionnée le ferait. Enfin... Sa proximité l'embarrassait énormément, car tout ce que souhaitait l'enfant était de pouvoir s'écarter un peu afin de ne plus avoir à retenir ses yeux de pleurer.


- At-Attends !

Son amie connaissait son secret pourtant, elle est au courant sur la double nature du petit blessé. Elle se tient devant l'un des nombreux défenseurs de la paix d'Astrophel, alors pourquoi elle s’obstine à le materner avec son tissu ? Sa bonne volonté, emplie d'une inquiétude exagérée, n'aidait pas l'enfant-héros qui souhaitait simplement se mettre à l'écart. Mais bon, se faire pouponner ainsi lui fit passer la douleur assez vite, retirant par la même occasion les sanglots que Gameboy s’apprêtait à libérer.

Au final, ce fut quand il n'en ait plus besoin que Sei' le libéra, ce qu'elle aurait du faire depuis longtemps ! Haven aurait pu grogner plus fort, affirmer que maintenant c'est un adulte et qu'il peut s'occuper de lui tout seul, mais il ne le fit pas. Gamin devant l'éternel, il savait toujours reconnaitre les touches d'attention quand il en voyait une, surtout quand elles sont à son égard. Et celle qui l'accompagnait aujourd'hui est son amie, une grande amie qui voulait simplement lui venir en aide quand il l'a demandé. Alors pour ça Caelan bouda un peu, en silence derrière son tissu de coton souillé, mais quand même reconnaissant d'avoir une personne aussi gentille à ses côtés.


« Tu te souviens de ça ? J'adorais l'escalader ! »

Jetant un œil à ce que la blonde désignait, l'ancien étudiant se rappela de cet exercice sur lequel il était vraiment nul... Les yeux ronds comme des ballons, il prit légèrement peur en s'imaginant devoir remonter là-dedans.

Pour décrire l'exercice rien de plus simple. Devant vous se tient un amalgame de poutres & tuyaux plus fins, le tout en métal, pouvant rappeler à certains les cages à écureuils de leur enfance. La seule différence avec l'attraction pour gamins réside dans la taille. Ici, on parle bien entendu d'une architecture faisant au bas mot cinq mètres de haut. Attention donc à la chute !


- Tu veux qu'on monte ça ?!

"Mais ça va pas ?!" Voilà ce que le craintif aurait aimé ajouter, si seulement la courageuse du duo n'avait pas  pris de l'avance déjà ! Elle se trouvait au niveau du premier étage, ce qui n'en laissait plus que quatre pour elle afin d'atteindre le sommet, c'est bon vous suivez ?

Et la voilà qu'en plus elle veut faire la course. C'est vraiment pas juste de partir en première puis de proposer un tel défi. Haven souffla bruyamment pour exprimer son mécontentement, passant rapidement au grand sourire du confiant histoire de se donner de la gueule. Lors de ses études, un de ses professeurs lui a appris à toujours garder la face quoi qu'il arrive, car un héros doit incarner tous les sentiments positifs  existants. Alors même s'il allait perdre à l'escalade, Gameboy devait rester optimiste pour le bonheur de ses fans imaginaires.


- Go Go Gameboy ~♫

Comme pour se donner du courage à lui-même, le garçon chantonna maladroitement quelques notes, rappelant les génériques de début des vieux shows qu'il adorait étant petit. En même temps il tira de son sac son jouet préféré, le fameux aéroplane qui lui sert de partenaire contre les méchants, en lui donnant vie pour l'aider à gagner. Le fair-play n'étant pas l'un des points forts de Cael, il n'hésitait pas à envoyer le joujou volant gêner celle qui se trouvait entre lui et la victoire.

- Aller fonce !

Ayant nulle conscience du danger que représente son acte, le soi-disant super-héros envoya à la charge son arme principale vers son amie. Il s'agit d'un problème récurrent chez lui, cet oubli concernant sa capacité unique qui l'empêche souvent de réaliser de bonnes stratégies lors d'affrontements difficiles. Car Playmobil lui permet certes de réveiller l'imaginaire contenu dans les jouets, mais en aucun cas cela lui offre le droit de commandement. Et il faut croire que son avion possédait plus d'intelligence que lui, puisqu'une fois arrivé au niveau de Seiren il se contenta de planer à une bonne distance autour d'elle.

- Pfff c'est d'la triche !

Malheureux en chance, Haven ne pouvait plus que compter sur ses propres compétences pour monter. Lui qui préfère les escaliers le voilà bien, se mettant alors enfin à commencer l'escalade non sans difficulté. En regardant l'édifice, on peut facilement s'imaginer en train de le conquérir avec une souplesse digne de tout personnage de jeu vidéo d'action. Genre on s'agrippe, on prend appui sur les mains et on saute plus haut par exemple. Ou encore en attrapant un tuyau, on fait des tours façon pro-gymnaste et on se laisse envoler en relâchant l'appui. L'imagination peut nous bercer d'illusions, ce qui rend la réalité encore plus ennuyante que jamais.

Donc forcément Haven perdit la course, arrivant second avec le souffle coupé et les mains abimés. Les épreuves physiques n'ont jamais été son fort après tout. Il essayait de reprendre sa respiration, penché en avant en se tenant sur ses genoux, les jambes encore tremblantes. Cael se demanda même, le temps d'un instant, si c'était une bonne idée que de venir ici...


- C'est... C'est d'la... D'la triche...

Pendant qu'il parlait à travers son essoufflement, le jouet alla le rejoindre en planant autour de lui. Trop fatigué pour annuler son pouvoir, Haven le laissa profiter de la sortie le temps qu'il recouvre ses forces.


Code by Gali.
Tu touches, tu redistribue... je te mange tout cru.







v Gameboy's Battle Theme v


La réalité des Caelan:
 
Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Les enfants feront toujours des bêtises {PV Seiren]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les enfants feront toujours des bêtises {PV Seiren]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Astrophel City :: Astrophel Academy :: Complexes d'entraînement :: Terrains-