AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 「 Sales of Hell 」 Junko

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant




Citoyens
avatar

Super Fiche
Super-pseudo:
Pouvoir:
Inventaire:
Citoyens
Date d'inscription : 02/01/2016
Messages : 70
Dollars : 54
Crédits : Romeo & Jude
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t67-ceci-est-un-titre

MessageSujet: 「 Sales of Hell 」 Junko   Dim 10 Jan - 12:31

「 Sales of Hell 」

Setsuna & Junko
J’entrais discrètement dans l’appartement, faisant le moins de bruit possible pour ne pas alerter quiconque de ma présence. Je pouvais passer pour une sorte d’agent secret, ou de voleur, à agir comme ça, mais je n’avais pas vraiment d’autres solutions. Aux grands maux les grands remèdes disait-on, et ils n’avaient pas tord. Pour atteindre l’objectif que je m’étais fixé, je devais employer les grands moyens, utiliser toute la ruse et toute la fourberie dont j’étais capable, prendre toutes les précautions. Tsubaki était sortit faire je ne sais pas trop quoi et ne serait pas rentrée avant un moment : j’avais le champ libre et aucun allié potentiel pour ma cible. Pas que ma grande sœur ne prenne le parti de l’une ou de l’autre, mais valait mieux couvrir ses arrières parfois. Je refermais la porte à clé derrière moi, toujours en prenant autant de précaution que possible pour ne pas alerter Junko. Il ne fallait pas qu’elle me file entre les doigts. Je retirais mes chaussures, les posais dans un coin de l’entrée et m’avançais dans l’appartement, les clefs de la sortie bien cachées au fond de l’une de mes poches.

Je n’avais pas beaucoup de temps, je devais faire vite. Je pris le chemin vers ma chambre le plus silencieusement possible, même si en passant devant celle de ma jumelle, je me doutais qu’elle devait peut-être savoir que j’étais là. Mais je n’avais pas trop le temps de me pencher sur cette question. J’entrais dans mon antre, mon territoire à moi, ma zone de sécurité. Je me débarrassais rapidement de mon uniforme scolaire, je me demandais encore si je devais le garder, continuer de mentir, de maintenir l’illusion, ou révéler, au moins sur ce point-là, la vérité. Chaque matin, lorsque je voulais le leur dire, je me décourageais et le remettais. J’avais peur, j’étais stupide et ridicule, apeurée par la vérité alors que le mensonge me faisait au moins aussi mal. J’étais perdue. Enfilant tout aussi vite une tenue un peu plus civile, moins officielle, plus passe-partout, je saisissais mon sac, en vérifiais le contenu par réflexe et ressortis de la pièce. J’allais me poster devant la porte de la chambre de Junko et inspirais un bon coup. J’avais tout prévu, ça allait bien se passer. Et de toute façon, elle n’avait pas le choix. J’affichais un sourire sur mon visage et frappais deux coups contre la porte avant d’entrer. Je trouvais ma sœur à moitié affalé sur son lit, les cheveux en vrac, habillé n’importe comment, quelque chose d’habituel en somme. Je ne relevais pas pour cette fois, puisque tout allait très bientôt s’arranger.
« Junko ! Il faut absolument que tu viennes avec moi. Bouge-toi et mets des chaussures, on sort !! »
Je souriais en lui prenant la main pour la relever et la faire sortir de sa chambre. Ca allait très vite pour elle, oui, mais c’était bien mon but. Plus ça allait vite moins elle pouvait réfléchir à ce qui se passait, et moins elle réfléchissait à ce qu’il se passait, moins elle se méfiait de ce que je pouvais préparer. Embarquer ma jumelle avec moi dans une activité qu’elle détestait, c’était tout un art que j’avais appris à maîtriser à force de devoir m’occuper d’elle. Je la poussais dans l’entrée et lui jetais presque ses chaussures pour lui occuper les mains. Je tentais de ne pas trop m’agiter autour d’elle et j’allais ouvrir la porte précédemment fermée par mes soins. Elle avait été une protection superflue, mais il valait mieux prévenir que guérir. Enfin…pour certaines choses. J’ignorais les questions qu’elle pouvait me poser alors que nous sortions de l’appartement de Tsubaki, si je lui répondais maintenant, elle fuirait. Elle ne saurait tout que lorsque nous serions dans le métro, lorsqu’il lui sera impossible de m’échapper. Nous quittâmes l’immeuble où nous logions pour nous diriger vers le métro, et nous prîmes la direction du centre-ville. Une fois installée confortablement sur une banquette, ma jumelle adorée en face de moi, je lui révélais notre destination.
« Tu vas voir, on va bien s’amuser. Nous allons faire les soldes ! »
J’allais bien m’amuser. Pour elle, ça ressemblerait sans doute plus à l’enfer. Mais je ne lui laissais pas le choix, elle allait me suivre. Je n’en pouvais plus de la voir habillé comme un sac à patate en presque permanence. Parfois j’avais presque honte d’elle.
Les meilleurs souvenirs sont ces moments anodins qui n'ont rien d'exceptionnel que de nous faire sourire dans les instants sombres.




Fourre-tout:
 
Revenir en haut Aller en bas




Carvel & Son
avatar

Super Fiche
Super-pseudo: equinox
Pouvoir: contrôle vectoriel
Inventaire:
Carvel & Son
Date d'inscription : 02/01/2016
Messages : 62
Dollars : 34
Crédits : SEIREN ♥♥♥
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t151-equinox-she-said-and-she-found-that-prettyhttp://astrophelcity.forumactif.org/t80-judeneal-oo-rp-d-une-patate

MessageSujet: Re: 「 Sales of Hell 」 Junko   Mer 1 Juin - 19:16

Je vais l'avouer. J'ai tendance à être un peu faible quand Setsuna me fait les yeux doux. Il n'empêche qu'il y a certaines choses pour lesquelles je suis pas faible du tout.

Comme les soldes, par exemple.

Parce que si ma tendre jumelle est du genre girly bien jolie, moi, c'est le mec avec les boobs qui n'en a strictement rien à carrer. Je dirais même mieux : je fuis comme la peste tout ce qui est jolie robe, maquillage, parfum, et donc, séances shopping. Ce qui montre encore une fois que pas besoin d'avoir les mêmes centres d'intérêts et trip pour bien s'entendre dans une fratrie... Setsuna adore ça, le shopping. Mais pas moi. Mais elle si. Mais pas moi. Sauf que Setsuna est aussi et surtout plus fourbe que moi. Et si je sais être sur la défensive et la sentir arriver, des fois, il y en a d'autres où je me fais avoir comme une bleue.

Comme aujourd'hui, par exemple.

J'étais savamment affalée sur mon lit, la tête en bas – oui ça fait mal, non j'ai pas envie de m'installer correctement – et un manga dans les mains, pépère. On avait rien demandé à personne, mon sweat, ma tignasse en vrac et moi. J'avais les yeux rougies par cette position, ok, un jean troué de tous les côtés, ok, des chaussettes dépareillées, ok, mais c'qu'on s'en fout, j'étais chez moi je peux faire ce que je veux ! Puis même quand je sors, je vois pas pourquoi je me prendrais autant la tête que Setsuna. Je trouve pas ça spécialement tripant, d'avoir les yeux qui collent et pas pouvoir respirer correctement. Je dis pas que Setsuna est un pot de peinture qui n'arrive pas à marcher ; mais honnêtement, on ne peut pas non plus nier qu'avec ses tenues et ses jolies chaussures, c'est pas un modèle d'athlétisme. Dites moi ce qu'il y a de si appréciable à passer des heures et des heures à s'arracher chaque poil ou encore avoir un masque à la con sur la gueule. Dites moi ce qu'il y a de si agréable à ne pas marcher sans avoir des cloques sur les pieds et le tout avec un équilibre précaire. Dites moi ce qui est si fabuleux à porter des jupes qui vous trahissent à chaque coup de vent ou dans les escaliers.
Non parce qu'honnêtement, moi, j'vois pas.

Encore est-il que Setsuna adore ça, et qu'aujourd'hui, elle est décidée à ce que j'apprécie ça aussi. Mais ça, moi, j'aurais pas pu m'en douter. D'accord, sa discrétion incroyable m'a quand même pas mal étonnée, quand elle a déboulé dans ma chambre. J'avais cru entendre un truc, mais à fond dans mon manga que j'étais, j'y avais pas prêté plus attention que ça. Puis la porte à claqué, j'ai levé la tête – vu que je l'avais en bas tu vois – et j'ai vu Setsuna – ou ses jambes, de mon point de vue – et ma journée à changé du tout au tout. Parce que oui, j'étais déterminée à passer le reste de ma journée à faire la larve en lisant des tonnes de shonen ; mais visiblement, ça plaisait pas à mademoiselle. Junko, 19 ans, traînée dehors par sa jumelle parce qu'elle voulait être une NEET. Ma vie est tellement triste bordel.

Y a des fois où on oublie complètement que de nous deux, c'est moi la super armée d'un don. J'ai rien compris à ma vie ; c'est allé trop vite pour moi. Z'êtes sûrs que c'est pas elle Quicksilver ? Quoique, de ce que j'en sais c'est un mec, mais... on aurait pu se poser la question, hein ! Déjà, elle déboule, gueule qu'il faut « absolument » qu'on sorte, limite si c'est pas vital ; ensuite, elle me traîne dans l'entrée, 'm'arrange' dirait-on, et dès que j'ai des chaussures – baskets, évidemment – aux pieds, je me retrouve sur le pallier ; et enfin, avant même que je réalise ce qui est en train de m'arriver, je me retrouve assise dans le métro, ma jumelle en face de moi, le tout affublée d'un immense sourire absolument pas rassurant. Puis je me souviens qu'elle ne m'a toujours pas dit ce qu'on foutait là, et si j'avais pas été aussi longue à la détente, peut être me serais-je immédiatement inquiétée. Sauf que non. C'est arrivé après l'annonce de la terrible destination.

« Tu vas voir, on va bien s’amuser. Nous allons faire les soldes ! »

J'ai momentanément oublié qu'on était dans le métro ; j'ai gueulé.

Je crois que j'm'en branle des regards et même des reproches qu'on m'a envoyé en réponse ; j'étais trop consternée pour ça. Si j'avais pas été aussi désespérée, j'aurais volontiers répondu par un doigt d'honneur à certains, d'ailleurs. Sauf que non, j'étais trop concentrée sur ma tristesse intérieure et mon regard ne cherchait qu'une chose : un moyen de s'enfuir. Setsuna est un vrai génie, elle avait calculé son coup à la perfection. C'est pour ça qu'elle m'avait littéralement assaillie, pour ça qu'elle ne m'a pas laissé le choix ni même la possibilité de réfléchir, et pour ça qu'elle a patiemment attendu qu'on soit dans le métro pour m'annoncer la raison de ce bordel.

Et donc voilà. Si je sais être sur la défensive et la sentir arriver, des fois, il y en a d'autres où je me fais avoir comme une bleue. Comme aujourd'hui.

J'aimerais bien lui demander si elle se fout de ma gueule, mais je connais déjà sa réponse, alors je pose même pas la question. Je la ferme bien sagement et tire la gueule jusqu'à ce qu'on arrive à destination, ne pipant pas mot de tout le trajet, la joue gonflée comme une gamine. Oui, je boude. C'était trop vicieux comme attaque ! J'ai même pas pu me défendre, c'est injuste. Setsuna est injuste.

Sentez comme shopping est synonyme de punition pour moi.

« J'te déteste, tu l'sais ça ? »

C'est tout ce que je peux dire, arrivée devant le centre commercial avec l'absolue certitude que c'est pas les jeux vidéos que je vais regarder...
Revenir en haut Aller en bas




Citoyens
avatar

Super Fiche
Super-pseudo:
Pouvoir:
Inventaire:
Citoyens
Date d'inscription : 02/01/2016
Messages : 70
Dollars : 54
Crédits : Romeo & Jude
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t67-ceci-est-un-titre

MessageSujet: Re: 「 Sales of Hell 」 Junko   Sam 4 Juin - 16:06

「 Sales of Hell 」

Setsuna & Junko
J’étais fière de moi, je ne pouvais le nier. Moi, simple jeune fille pas encore tout à fait adulte, avait réussit à piéger un membre actif de sponsor doté d’un pouvoir redoutable. Bien, je savais que je devais cette -petite- victoire au fait que j’étais la sœur jumelle dudit membre de sponsor. Mais tout de même. J’étais contente de moi, bien que n’ayant pas encore atteint mon objectif principal. Après tout, Junko et moi étions encore dans le métro. Il allait encore falloir en sortir et atteindre le centre commercial. Rien d’impossible, mais rien de facile non plus. Mais c’était pour le bien de sa garde robe. Et sa crédibilité aussi. Je jetais un coup d’œil critique à sa tenue vestimentaire actuelle, et une fois n’était pas coutume, je m’en désolais. Junko Gotô, ou tout l’art de me faire désespérer avec seulement un t-shirt et un pantalon. Un véritable talent contre lequel je luttais chaque jour de l’année. Et cette sortie allait grandement m’y aider. Mon regard acéré s’arrêta sur la crinière sauvage, autrement appelé chevelure mais qui chez ma tendre moitié me faisait plutôt à une meule de foin, et j’ajoutais mentalement un passage chez le coiffeur pour dompter tout ça. Et peut-être aussi raccourcir ? Je verrais bien. Dans deux jours il n’en paraitrait de toute façon plus rien et personne ne pourra attester qu’elle sera passée entre les mains d’un professionnel plus tôt. Je soupirais lourdement. Pourquoi me donnais-je tant de mal déjà ? Par amour bien sûr. Par amour, et sans doute aussi par un peu d’égoïsme. Qui savait pour combien de temps encore je pourrais le faire ?

Le cri que poussa Junko à mon annonce m’arracha un sourire amusé en même temps qu’il vrillait les oreilles de pauvres inconnus nous entourant. C’était typique, et autant une source d’amusement qu’une source de gêne parfois. Les commentaires peu agréables que j’entendis à son encontre m’aurais sans doute terriblement mise mal à l’aise auparavant, m’aurais tout aussi indignée. Mais je n’y faisais plus attention. J’avais pris l’habitude, avec une jumelle que je pouvais sans trop me tromper qualifier de sans gêne. Mais une jumelle que j’adorais. Je m’attendais à ce qu’un déluge de contestation s’abatte sur moi, à devoir écouter tout un discours sur le combien j’étais fourbe, cruelle et injuste envers elle, mais rien ne vint. Rien à part de la bouderie qui la fit se plonger dans un profond mutisme durant tout le trajet tout en me fusillant du regard. Bien, je ne savais pas trop comment prendre cette réaction à contrepied de ce à quoi je m’attendais, mais je m’en contentais. Les plaintes viendraient bien de toute façon.

Le train ralentit, les freins s’activèrent dans un crissement strident. Le métro s’ébranla une dernière fois avant de s’arrêter et je prie la main de Junko afin de descendre à cette station. Je la connaissais, elle était capable de rester dans le wagon afin d’éviter de m’accompagner. Je ne lui laissais pas cette chance. Je la trainais presque dans les escaliers pour rejoindre la surface, mais au moins s’était-elle plus ou moins résigné à son sort et ne trainait pas –trop- les pieds. L’immense centre commercial du centre ville s’étendait sous nos yeux lorsqu’elle daigna retrouver l’usage de la parole.
« J'te déteste, tu l'sais ça ? »
Je jetais un regards peiné à ma jumelle tout en sachant que cette phrase était parmi les plus gros mensonges qu’elle pouvait proférer. Elle ? Me détester ? C’était aussi vrai que de dire que la lune était en vérité composée de fromage. Je réprimais le sourire qui menaçait de se dessiner sur mon visage, et attrapait plutôt les deux mains de Junko pour les remonter entre nous deux alors que je lui faisais face. Je fis de mon mieux pour prendre un air peiné et ma plus petite voix.
« Mais ! Ca fait longtemps qu’on n’est pas sortie comme ça toute les deux. Fais-moi plaisir, s’il te plait. Tu verras, c’est pas si terrible que ça. »
J’essayais tant bien que mal de lui soutirer une autre expression que celle, mécontente, qui s’inscrivait actuellement sur ses traits. Sachant que je l’entrainais pour une activité qu’elle n’aimait pas, ce n’était pas gagné d’avance, mais je ne perdais pas espoir. Sans lâcher un seul instant sa main, je l’emmenais à ma suite à l’intérieur du centre et, après un instant à chercher ce que je voulais, je nous arrêtais devant une boutique.
« On va commencé par le moins agréable pour toi, comme ça au moins ce sera fait, d’accord ? »
Devant nous, les vitrines ornées de mannequins en petites tenues qui illustraient le magasin de lingerie.
Les meilleurs souvenirs sont ces moments anodins qui n'ont rien d'exceptionnel que de nous faire sourire dans les instants sombres.




Fourre-tout:
 
Revenir en haut Aller en bas




Carvel & Son
avatar

Super Fiche
Super-pseudo: equinox
Pouvoir: contrôle vectoriel
Inventaire:
Carvel & Son
Date d'inscription : 02/01/2016
Messages : 62
Dollars : 34
Crédits : SEIREN ♥♥♥
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t151-equinox-she-said-and-she-found-that-prettyhttp://astrophelcity.forumactif.org/t80-judeneal-oo-rp-d-une-patate

MessageSujet: Re: 「 Sales of Hell 」 Junko   Dim 26 Mar - 22:48

J’ai toujours su que ma soeur était une tortionnaire. Regarde là, avec sa gueule d’ange, ses airs de petite sainte et son aura d’innocence pure. Tout ça, c’est un leur, il ne faut pas se laisser avoir ! Setsuna est un tortionnaire capable de vous faire endurer la torture du… du… du SHOPPING ! Laissez moi me noyer dans mes larmes, s’il vous plaît. Et allez qu’elle me fait le coup du regard du bébé phoque - si, là, ce regard que je ne peux pas vaincre. Elle est plus forte que moi, c’est injuste. Et allez, maintenant elle a les yeux qui brillent, et elle me prend les mains. Stop jouer sur la corde émotionnelle, je suis trop faible, c’est tristesse. Oui, tristesse.

« Mais ! Ca fait longtemps qu’on n’est pas sortie comme ça toute les deux. Fais-moi plaisir, s’il te plait. Tu verras, c’est pas si terrible que ça. »

Injuste, injuste, injuste. Ça s’appelle du chantage affectif, ça. Et c’est injuste ! Suffit qu’elle me regarde comme ça pour que je… pour que je m’habille comme une fille. Notez donc la surpuissance de ma moitié qui peut réellement faire ce qu’elle veut de moi. Et pour toute réponse à son affreux chantage, là, je me contente de gonfler des joues boudeuses de gamine de primaire mécontente.
Ce que, objectivement, je suis.
À la différence près que j’ai dix-neuf ans.
J’accuse un léger retard de maturité, sans doute - surtout en comparaison avec ma jumelle. Mais ce ne serait pas vraiment une nouvelle - que je l’admette, à la limite, pourrait être à peu près inédit.
Setsuna est toute jolie, toute pimpante, toute lumineuse. Elle a la démarche sautillante et elle respire la féminité. Elle est belle, elle le sait, elle est intelligente, sympathique, parfaite. Mais c’est pas ça qui la rend si forte ; non, ce qui en fait un être surpuissant, c’est sa capacité à me faire accepter n’importe quoi d’un seul regard. Et si je la laisse essayer de me convaincre verbalement, c’est pour la forme ; j’ai déjà perdu.

« Mouais. Ça va être terrible. Mais bon, puisqu’on est là… » Je soupire, « et qu’on s’fait un fast food après. Comme ça, on aura un vrai bon moment toutes les deux. »

Je fais la moue, mais bon. C’est bien joli, mais je me contente de lui emboîter le pas, et on finit par pénétrer l’antre du mal. Ce sont des regards craintifs que je lance autour de moi, comme une bête entre les crocs d’un prédateur - les magasins de fringues sont de dangereux prédateurs - tandis que l’on progresse. Bizarrement, il n’y a aucun feu, aucun monstre pour nous agresser comme dans n’importe quel donjon maléfique ; sauf si on associe ces êtres peinturlurés qui doivent se penser jolies à des goblins. Dans ce cas, ouais, on est à peu près bel et bien en face d’un donjon maléfique. Tous à couvert.

« On va commencé par le moins agréable pour toi, comme ça au moins ce sera fait, d’accord ? »

Trop occupée à regarder autour de moi, je me tourne vers ce que Setsuna désigne comme étant “le moins agréable”. Bien sûr. J’aurai dû le comprendre au moment même où elle l’annonçait. Je crois que je palie à vue d’oeil, et je lui lance un regard totalement désespéré. Mais ! Pourquoi ?

« Attends attends… J’ai déjà tout ce qu’il me faut, pourquoi on irait… T’as besoin de sous-vêtements ? »

Je tiens à préciser que j’ai une voix qui porte et que des regards semblent peser sur ma nuque, subitement. J’comprends pas trop, mais qu’importe. Je croyais qu’elle avait assez de, euh… dentelle, Setsu… Ouais, ouvrir son armoire c’est plus flippant que pénétrer une armurerie. Ou une centrale nucléaire. Plus comme la centrale nucléaire.


family & co:
 
bann & stuff:
 
Revenir en haut Aller en bas




Citoyens
avatar

Super Fiche
Super-pseudo:
Pouvoir:
Inventaire:
Citoyens
Date d'inscription : 02/01/2016
Messages : 70
Dollars : 54
Crédits : Romeo & Jude
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t67-ceci-est-un-titre

MessageSujet: Re: 「 Sales of Hell 」 Junko   Dim 21 Mai - 13:48

「 Sales of Hell 」

Setsuna & Junko
Dans un petit coin de ma tête, ce petit coin où s’agglutinent toutes les idées passagères sans importances, qui ne font que passer l’espace d’un court instant, ces idées que l’on chasse dés que l’on n’en n’a compris le sens ; dans ce petit coin de ma tête, je pensais vaguement que commencer directement par la lingerie était peut-être trop pour Junko. Mais ce n’était qu’une petite pensée dans un petit coin de ma tête. Dans le reste de l’espace dédié à mes pensées et à mes idées, lieu décisionnaire de la raison si je puis dire, je savais que c’était la meilleure chose à faire. Commencer par le plus difficile tant que Junko y était un minimum disposée et pas encore trop épuisé par notre sortie.
Et j’en avais plus qu’assez de ses sous-vêtements immondes et sans la moindre féminité.

Je lui fis mon plus grand sourire angélique. Elle céda.
« Mouais. Ça va être terrible. Mais bon, puisqu’on est là… et qu’on s’fait un fast food après. Comme ça, on aura un vrai bon moment toutes les deux. »
Je n’étais pas une accro de la nourriture de fast food. Loin de là. Mais je ne grimaçais pas à leur goût, je l’appréciais en fait, du moment qu’il était occasionnel. Je n’allais certainement pas refuser cela à ma chère Junko, encore moins alors qu’elle faisait presque preuve de bonne volonté. Je resserrais légèrement ma prise sur sa main.
« Bien sûr, tout ce que tu veux ! »
Oui, j’en étais souvent à ce point pour faire accepter à ma jumelle que sa garde-robe se devait d’être renouvelée chaque année. Minimum.

Mais je disais plus tôt que, dans un coin de ma tête, il y avait cette petite pensée, sans vraiment d’importance dans le fond, que Junko n’apprécierait pas –encore moins que le reste j’entends- la boutique de lingerie. Sa pâleur et son regard catastrophé le confirmèrent. Mais qu’importe ! Je savais ce que je faisais et plus encore ce qu’il lui fallait. Soit de la féminité, même caché.
« Attends attends… J’ai déjà tout ce qu’il me faut, pourquoi on irait… T’as besoin de sous-vêtements ? »
Dire que je ne m’attendais pas à cette réaction eut été un mensonge. Elle était plutôt évidente. Je tirais ma sœur adorée à l’intérieur de ce qui, de son point de vue, devait ressembler à une sorte d’enfer, tandis que je l’éclairais sur notre venue en ces lieux, puisqu’apparemment ce n’était pas assez évident.
« Pas spécialement, j’en ai bien assez. J’en prendrais peut-être si j’en vois qui me plaisent vraiment. Mais sinon, nous sommes là pour toi Junko. Parce qu’il te faut vraiment autre chose que tes boxers sans formes ! »
Et pour appuyer mes dires, j’arrêtais notre chemin devant un présentoir couvert de shorties, avec ou sans soutien-gorge assortit. Le seul sous-vêtement féminin que j’ai jamais réussis à faire porter à Junko depuis qu’elle a découvert l’existence des boxers.
Les meilleurs souvenirs sont ces moments anodins qui n'ont rien d'exceptionnel que de nous faire sourire dans les instants sombres.




Fourre-tout:
 
Revenir en haut Aller en bas




Carvel & Son
avatar

Super Fiche
Super-pseudo: equinox
Pouvoir: contrôle vectoriel
Inventaire:
Carvel & Son
Date d'inscription : 02/01/2016
Messages : 62
Dollars : 34
Crédits : SEIREN ♥♥♥
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t151-equinox-she-said-and-she-found-that-prettyhttp://astrophelcity.forumactif.org/t80-judeneal-oo-rp-d-une-patate

MessageSujet: Re: 「 Sales of Hell 」 Junko   Lun 5 Juin - 16:49

Pour commencer, Setsuna s'était montrée fourbe en me trainant dans le métro sans m'expliquer pourquoi, puis en m'annonçant que ce serait journée shopping. Et maintenant, elle me faisait rentrer dans une boutique de lingerie, face à laquelle des zombies me seraient bien plus familiers et agréables.
Autrement dit : j'aimerai fuir. SUPER loin, de préférence.
Sauf que je cède - comme d'habitude - et que je décide d'entrer ce champ de bataille en perdition. Mais bon, comme après ce sera fast-food...
Non, même un fast-food n'est pas à la hauteur de temps de souffrance.
Je suis juste beaucoup trop faible face à Setsu', help.
Sauf que je pleurniche encore, que je comprends pas ce qu'on fait là... Sauf si c'est pour moi mais j'espère pas...

« Pas spécialement, j’en ai bien assez. J’en prendrais peut-être si j’en vois qui me plaisent vraiment. Mais sinon, nous sommes là pour toi Junko. Parce qu’il te faut vraiment autre chose que tes boxers sans formes ! »

...Ok c'était pour moi...
Ma viiie.
Je lui lance un regard surpris et outré - un truc comme ça - avant de regarder autour de moi.

« Wait. Ils ont quoi mes boxer ? Ils sont très biens, confortables... Pas comme ces trucs à dentelles là ! »

Je montre de la main à peu près TOUT ce qui m'entoure, et je crois que je vexe une ou deux personnes - ou j'en amuse d'autres. On doit me juger aussi, mais honnêtement, c'est juste le cadet de mes soucis là.

« Et puis on s'en fout de la gueule que ça a ! Personne va me voir sans mes fringues de toute façon... Donc j'ai juste à me sentir bien dedans... C'est quoi le souci... »

J'ai l'air d'une pauvre petite chose maltraitée. Alias, j'ai un regard de chien battu. Et qui comprend pas ce qui lui arrive, en prime.


family & co:
 
bann & stuff:
 
Revenir en haut Aller en bas




Citoyens
avatar

Super Fiche
Super-pseudo:
Pouvoir:
Inventaire:
Citoyens
Date d'inscription : 02/01/2016
Messages : 70
Dollars : 54
Crédits : Romeo & Jude
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t67-ceci-est-un-titre

MessageSujet: Re: 「 Sales of Hell 」 Junko   Mar 6 Juin - 18:43

「 Sales of Hell 」

Setsuna & Junko
Bien que planté devant les présentoirs qui m’intéressaient, ce n’était pas vraiment eux que j’observais, mais plutôt Junko et sa réaction. Ma quête serait longue et fastidieuse mais, telle une héroïne de jeu vidéo –ou tout autre chose dans ce genre-là, j’avoue ne pas m’y connaitre vraiment- je vaincrais !

La réaction ne fut pas longue à venir, je reçus un regard…scandalisé ? Oui, ce devait être ça. Scandalisé. Mais Junko était scandalisé chaque fois que je partais à la recherche de sa féminité, aussi cela ne m’atteignait pas autant que cela aurait dût le faire. L’habitude, sans doute.
« Wait. Ils ont quoi mes boxer ? Ils sont très biens, confortables... Pas comme ces trucs à dentelles là ! »
J’hésitais un instant à lui adresser un regard atterré. J’aurais pourtant dû m’y attendre. Je pris donc sur moi pour regarder ma jumelle droit dans les yeux, et lui annoncer la terrible vérité.
« Junko. Ils sont moches. »
Si seulement elle pouvait le comprendre. Malheureusement, c’eut été trop simple, hélas.
« Et puis on s'en fout de la gueule que ça a ! Personne va me voir sans mes fringues de toute façon... Donc j'ai juste à me sentir bien dedans... C'est quoi le souci... »
Mon soupire dû s’entendre dans tout le magasin. J’aimais Junko. Je l’aimais vraiment, de tout mon cœur, je l’adorais même. Mais des fois, je me sentais désespérée au point de vouloir la prendre par les épaules et la secouer un bon coup.
« Le souci, outre mon opinion concernant leur esthétique déjà mentionné, en plus de leur manque total de féminité, est que tu n’as que ça, et qu’il serait bien que tu varies un peu. Sans compter que si tu n’as personne maintenant, tu ne peux pas savoir si ce sera toujours le cas dans une semaine. Donc tu vas me faire plaisir… »
J’attrapais quelques shorties aux couleurs neutres et aux formes simples avant de les tendre à ma moitié.
« … Et aller essayer ça. »
Les meilleurs souvenirs sont ces moments anodins qui n'ont rien d'exceptionnel que de nous faire sourire dans les instants sombres.




Fourre-tout:
 
Revenir en haut Aller en bas




Carvel & Son
avatar

Super Fiche
Super-pseudo: equinox
Pouvoir: contrôle vectoriel
Inventaire:
Carvel & Son
Date d'inscription : 02/01/2016
Messages : 62
Dollars : 34
Crédits : SEIREN ♥♥♥
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t151-equinox-she-said-and-she-found-that-prettyhttp://astrophelcity.forumactif.org/t80-judeneal-oo-rp-d-une-patate

MessageSujet: Re: 「 Sales of Hell 」 Junko   Mar 6 Juin - 20:01

Y a un truc que j'comprends pas.
Pourquoi l'esthétique était-elle si importante pour Setsuna ? En fait, mieux. Pourquoi c'était important dans l'absolu ? Pourquoi la société n'a qu'en tête le paraître, pourquoi est-ce que cela doit avoir une place prépondérante dans notre vie ? J'ai du mal à comprendre. Pourquoi, fondamentalement, que je me sape en vrac pourrait avoir une véritable importance dans l'absolu ? Que je sache, ma vie n'est pas en péril parce que j'ose porter un sweat difforme, je ne risque pas mon boulot parce que mes boxers sont, je cite, "moches", et je ne me ferai pas plus de vrais amis en mettant un peu de maquillage.
Faut arrêter de se foutre de la gueule du monde à un moment.
Alors je lui renvois son regard blasé, je prends ce qu'elle me tend en lui signifiant bien que je ne suis pas convaincue, avant de lancer un regard à l'ensemble. Je grimace, mais au moins n'y a-t-il aucune dentelle sur le truc. C'est déjà ça.
Puis je relève les yeux.

« Sans compter que j'ai aucune foutue attirance pour qui que ce soit, c'est pas un soutif qui changera grand chose tu sais. Dans une semaine, dans trois mois, je serai toujours célibataire je crois. Et tant mieux. J'suis pas sûre de me considérer comme une nana tu sais. Et j'doute que quiconque me considère comme telle - à part toi mais t'es un peu beaucoup obstinée... »

Je souffle. Et même sans ça. Pourquoi une femme devrait être féminine ? Pourquoi devrait-elle se pomponner, se faire belle pour être socialement acceptable ?
Aaaah si j'étais pas moins faible devant Setsu'... J'aurai peut être déballé tout ça...

« Et euh c'est où les cabines d'essayage déjà ?. »

Pas que je sois pudique ou quoi, mais je suis pas sûre que Setsuna le prenne bien que je me change en plein milieu du magasin...


family & co:
 
bann & stuff:
 
Revenir en haut Aller en bas




Citoyens
avatar

Super Fiche
Super-pseudo:
Pouvoir:
Inventaire:
Citoyens
Date d'inscription : 02/01/2016
Messages : 70
Dollars : 54
Crédits : Romeo & Jude
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t67-ceci-est-un-titre

MessageSujet: Re: 「 Sales of Hell 」 Junko   Mer 7 Juin - 15:09

「 Sales of Hell 」

Setsuna & Junko
Les sous-vêtements à bout de bras, je rendis son regard à Junko. Je la désespérais, elle me désespérait, nous nous désespérions. Bref, tout allait parfaitement bien, tout était normal.
« Sans compter que j'ai aucune foutue attirance pour qui que ce soit, c'est pas un soutif qui changera grand chose tu sais. Dans une semaine, dans trois mois, je serai toujours célibataire je crois. Et tant mieux. J'suis pas sûre de me considérer comme une nana tu sais. Et j'doute que quiconque me considère comme telle - à part toi mais t'es un peu beaucoup obstinée... »
Un micro sourire se dessina sur mon visage à l’entente de la dernière phrase, mais je ne perdis pas le nord. Je n’avais pas non plus envie de me prendre la tête et de me lancer dans une grande discussion sans fin avec Junko.
« On verra Junko, on verra. »
« Et euh c'est où les cabines d'essayage déjà ? »
Oh. C’est vrai. Je jetais un regard circulaire au magasin, avant de trouver. J’indiquais un coude dans le fond, surmonté d’un dessin.
« Tiens, là-bas. Je te laisse seule ? »
Les meilleurs souvenirs sont ces moments anodins qui n'ont rien d'exceptionnel que de nous faire sourire dans les instants sombres.




Fourre-tout:
 
Revenir en haut Aller en bas




Carvel & Son
avatar

Super Fiche
Super-pseudo: equinox
Pouvoir: contrôle vectoriel
Inventaire:
Carvel & Son
Date d'inscription : 02/01/2016
Messages : 62
Dollars : 34
Crédits : SEIREN ♥♥♥
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t151-equinox-she-said-and-she-found-that-prettyhttp://astrophelcity.forumactif.org/t80-judeneal-oo-rp-d-une-patate

MessageSujet: Re: 「 Sales of Hell 」 Junko   Jeu 8 Juin - 16:10

Je suis lassée, un peu, beaucoup. Mais Setsuna a ce pouvoir sur moi qui me pousse à faire ce qui me gonfle ou du moins, ne m'intéresse pas (et des fois, j'aimerais bien que ce soit réciproque, un peu ; mais j'oublie vite ces songes). Je joue la gentille sœurette bien sage et même que j'ai la bonté de ne pas me changer en plein milieu du magasin, s'il vous plaît. Ma moitié observe les environs avant de me montrer ma destination.

« Tiens, là-bas. Je te laisse seule ? »

Je lui lance un regard, cligne des yeux. Non non. J'ai besoin d'aide pour mettre ma culotte. Stp help me. Je lui indique les rayons, un semblant d'air taquin - semblant parce que j'ai plus l'air désespérée qu'autre chose - sur la tronche.

« Ouais t'inquiète. Va te faire plaisir. »

Même si, entre nous, je comprends pas vraiment en quoi se balader entre trois morceaux de dentelles peut constituer une forme quelconque de plaisir. Mais on fonctionne pas pareil donc cela n'a rien d'étonnant. Je me dirige donc sans rien ajouter de plus vers les cabines d'essayages, autrement appelée l'antre du diable. Ouais, juste avant, c'est l'antichambre. Je prends ma respiration et m'approche de la dame à l'entrée. J'essaie de sourire mais c'est crispé, et j'me sens étrangement gênée quand elle lance un regard aux articles que je dépose devant elle. Elle les comptes et je me racle la gorge ; sincèrement, j'suis pourtant ni pudique ni facilement mal à l'aise. Mais j'sais pas, je... J'aime pas ça. Voilà.
Alors que je reprends les articles en main et me dirige vers la première cabine d'essayage vide qui me passe sous les yeux, je deviens pensive.
Un peu trop pensive.
On verra Junko, on verra.
Ce que je peux avoir en horreur quand elle me lance ce petit regard sûr d'elle, comme si elle proférait une quelconque prophétie. Mais pour ce coup là, déso pas déso, Setsu, mais c'est pas toi qui auras raison.
J'me vois pas en couple et, au delà de ça, je n'ai aucun foutu intérêt pour tout ça. Alors bah, non, c'est pas... pas possible quoi. Elle, elle pourrait tout à fait plaire, j'dis pas - j'veux pas - mais moi, euh...
Lol nope.
Et c'est en me sapant que je réalise ce à quoi je pense.
OMG.
C'est l'effet lingerie, j'suis sûre.
Une fois les articles essayés, je me regarde dans la glace, fais trois poses débiles et retiens un rire. C'est pas désagréable, ok. Juste un peu serrés actuellement... 'Fin plus que d'habitude mais ça, c'est pas bien compliqué. Une fois ce constat effectué, je me change de nouveau, sors la tête dehors, remarque Setsu. J'sais pas si elle me cherche ou elle a elle-même envie de souffrir faire des essayages. Je récupère mes affaires et me précipite à l'extérieur, vers elle.

« J'ai survécu ! » oui c'est une priorité « Et donc ça me va. Alors ? »

Que fait-on cap'tain ?


family & co:
 
bann & stuff:
 
Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: 「 Sales of Hell 」 Junko   

Revenir en haut Aller en bas
 

「 Sales of Hell 」 Junko

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Astrophel City :: Haylen District :: Commerces :: Centre commercial-