AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
avatars manga ☆ rp libre ☆ combats au rendez-vous ☆ venez participer ! on est gentils (⦿ ‿ ⦿)
Le PDG de la X-TREM Factory entretiendrait une relation des plus intenses avec sa vice-présidente. On espère que ce n’est pas cette affaire qui a distrait l’ancien Phoenix de son travail et qui a entraîné un manque de sécurité lors de la dernière conférence de presse de l’entreprise où à eu lieu une explosion causant la mort d’un de ses haut-gradés...
Le mystérieux « Mist » dont l’apparition soudaine a récemment secoué la ville serait en fait une association de trolls désoeuvrés voulant profiter de la panique des récents attentats pour gagner plus de popularité sur les réseaux sociaux.
Il paraîtrait que le fondateur de la ville Edward Astrophel aurait été le descendant direct de Diogène, le philosophe grec qui vivait dans un tonneau. Incroyable !
les rumeurs



Partagez
Confession intime ~ Kacey
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Citoyens
Deirdre O'Feannagh
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t1188-the-face-of-terror-deirdrehttp://astrophelcity.forumactif.org/t1204-hello-what-can-i-serve-you-deirdre#10766
Date d'inscription : 29/12/2018
Messages : 14
Dollars : 15
Crédits : Koyorin
Citoyens
MessageSujet: Confession intime ~ Kacey   Confession intime ~ Kacey EmptyMar 8 Jan - 0:26



Confession
intime

« The first page of a new story »



- Hey
Si je te propose un resto ce soir, juste après le travail, a 21h, qu'est ce que tu me dirais ?
Je t'aurais bien invité a ton bar mais…
Reçu à 7h12


Un léger sourire en coin se dessina sur mes lèvres à la lecture de ce message matinal. Son expéditeur n'était autre que Kacey Cree, une cliente devenue … très régulière à l'Echappatoire. J'avais comme l'impression que la raison de sa fidélité au bar ne m'était pas étrangère. Je la fis patienter un peu, le temps d'émerger de mon court sommeil. J'en profitais pour déjà réfléchir à ce que j'allais porter ce soir.

- Je te dirais que c'est pas ton petit salaire qui va me payer le 5 étoiles, mais je me contenterais du choix douteux que tu me proposeras. Passe me récupérer, je finis à 20h30.
Envoyé à 7h36

Elle me convoitait, j'en étais pratiquement certaine. A force de voir des gens parader au bar, parfois pour gagner mes faveurs, parfois pour mes collègues, ou encore d'autres clients quel que soit leur sexe, j'avais appris à lire certains signes. Kacey était particulièrement discrète, mais je sentais ses regards qu'elle tentait de cacher, ces tentatives de se rapprocher physiquement le plus possible de moi, ses petits sourires … Cela avait quelque chose de mignon. Et surtout, c'était si simple de la faire tourner en bourrique. Particulièrement drôle, également. C'était un sentiment vicieux mais plaisant, d'avoir cet impression de contrôle sur l'autre, tant que cela reste dans le respect. Et du respect, j'en avais pour cette femme. De l'affection également. C'est pour cela que je n'avais pas hésité à accepter sa proposition. Sortant de mon lit, je traînais les pieds en baillant jusqu'à mon armoire. Si mes vêtements pour la journée étaient déjà tout désignés, ceux pour ce soir étaient encore à définir. Examinant mes habits pour ce genre d'occasion un à un, je finis par choisir une robe longue et rouge à dos nu en dentelle, allant jusqu'au sol. Je souris narquoisement, déjà impatiente de voir l'expression faciale de Kacey en découvrant ma tenue. La pliant soigneusement, je me dirigeais ensuite dans la cuisine, où m'attendait déjà Niamh, en train de faire le petit déjeuner.


« - Soeurette, ce soir je rentrerai tard, ne m'attends pas pour manger. Qu'est-ce que tu as préparé de bon ?
- Du bacon et des œufs. Tu vas rester travailler de nuit ?
- Non, ce soir, on m'a invitée à dîner.
- Oh ? C'est qui ? Je l'ai déjà vue ?
- Qui sait …
- Allez Deirdre, dis-moi ! »


Je fis un clin d’œil malicieux à ma petite sœur, avant de m'attabler. Niamh était une véritable romantique avec une grande sensibilité. Je savais qu'elle s'inquiétait pour moi, et qu'elle aimerait que quelqu'un veille sur moi. Qui sait, peut-être que son souhait allait s'exaucer ? Mon petit-déjeuner englouti, je me dirigeais donc vers l'Echappatoire, mon lieu de travail.




Plusieurs remarques des habitués fusèrent, aujourd'hui sur mon apparente bonne humeur. Ils avaient eu peur que quelque chose me soit arrivé, tant cela leur semblait surnaturel. Ils n'avaient pas tort, quelque part … En fin de journée, trouvant le temps un peu long, je me mis à regarder régulièrement l'horaire. Cela faisait bien longtemps qu'une telle chose ne m'était pas arrivé, du moins dans ce contexte. Quand était-ce la dernière fois que l'on m'avait invité au restaurant, hormis Moira ? Six ans peut-être ? Quelque chose comme ça, oui … Certes, Kacey m'avait déjà invitée plusieurs fois, au cinéma, en ville, ce genre de choses, mais jamais encore au restaurant. Je me demandais ce qu'elle avait planifié.


Un dernier coup d’œil à l'horloge m'indiquait qu'il était enfin l'heure. Je saluais les habitués et mes collègues, avant d'aller me changer dans le vestiaire, en profitant pour me remaquiller légèrement pour mieux cacher mes cernes, et relâcher complètement mes cheveux. Neuf heures moins vingt, parfait. Se faire attendre et désirer, check. Lorsque je revins dans la salle, elle était là, accoudée. Je me glissais dans son dos avant de lui cacher les yeux avec mes mains, un petit sourire satisfait sur les lèvres. Régale-moi de ta réaction Kacey …


« Madame s'est mise sur son trente-et-un à ce que je vois. Je te dirais bien que ça te va bien, mais il ne faut pas mentir. »


Elle était plutôt élégante. Je ne savais pas si elle s'était parfumée, ou bien si c'était une cliente qui était arrivée entre temps et s'était installée proche de nous, mais quoi qu'il en soit, ça sentait bon. Je tentais quand même le coup d'une plaisanterie supplémentaire.


« Tu me gratifies même d'avoir couvert ton odeur de sueur, quelle chanceuse je suis ! »


Je ricanais un peu avant de me pencher près de son oreille, avant de murmurer diaboliquement, un air malin sur le visage :


« A ton avis, qu'est-ce que je porte ? Si tu réponds correctement, je ferais en sorte de ne pas trop abuser sur l'addition, promis ... »



Code by Wiise sur Never-Utopia


Professeur de combat
Kacey Cree
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t659-kacey-creehttp://astrophelcity.forumactif.org/t683-sgt-kacey-cree-fiche-de-liens
Date d'inscription : 18/09/2017
Messages : 65
Dollars : 77
Crédits : ronik
Professeur de combat
MessageSujet: Re: Confession intime ~ Kacey   Confession intime ~ Kacey EmptyMer 16 Jan - 15:21

Derrière chaque peur se cache un désir.
Et derrière chaque SMS risqué, il y a une demie heure de réflexion intense à lire et relire le message avec un mélange d'excitation et d'appréhension, à se demander si cela valait le coup, à peser le pour et le contre. Seule la désagréable sensation du sang longeant ma joue, m'indiquant la potentielle surchauffe de mon oeil bionique, me força la main. J'envoyai mon SMS, et me préparai pour aller au travail.

"Hey
Si je te propose un resto ce soir, juste après le travail, a 21h, qu'est ce que tu me dirais ?
Je t'aurais bien invité a ton bar mais…"


Le passage de lignes trahissait ma tentative de fausse nonchalance dans mon message, ou peut être que j'y réfléchissais trop. Je reçu la réponse après quinze longues minutes, sur mon chemin au travail.

Bien. Le plus dur était passé.

----------------------------------------------------

Je m'étais occupée des réservations pour deux pendant ma pause de midi. Mon choix s'était portée sur un petit restaurant spécialisé dans la cuisine Espagnole, qui servait de très bons tapas. Rien de tel qu'un repas où l'on mangeait de tout dans un cadre à la fois chaleureux et pas trop pompeux sans pour autant tomber dans le rustique.

19 heures. Sitôt rentrée, je filai me préparer : une douche express pour me remettre les idées en place et me décrasser, me laissant du temps pour me préparer et pour choisir quoi mettre, même si ca allait être rapide : Je n'avais que des chemises et des vestes plutôt sobres. Des trucs que je mettais pour les réunions ou les entretiens. Depuis combien de temps est ce que je n'avais pas acheté de vêtements qui me plaisaient réellement ?
J'optai pour quelque chose de simple : du noir sur du blanc, ajouté à cela une petite broche en forme de rose, juste de quoi éviter que ma mèche ne me tombe dans les yeux.
Bon sang. Je devais avoir l'air ridicule à essayer de paraître raffinée dans une tenue me faisant presque ressembler à celle que portaient les serveuses et serveurs de l'Échappatoire.

J'étais à l'heure et je ne la voyais plus parmi les personnes faisant encore leurs service. Elle devait être en train de se préparer. Je m'accoudai au bar.
Mon regard se perdit un instant dans le vide alors que mon esprit se remémorait ce qui m'avait amené ici. Cela faisait un bon moment que l'on trainait ensemble. Régulièrement, je venais au bar, et lorsqu'elle ne travaillait pas, je lui proposais de sortir en ville. Petit à petit, au fur et à mesure de nos sorties, j'ai commencé à me poser une question.
Et si ?
Ce rendez-vous, concrètement, n'avait rien de bien différent des autres que nous nous étions fixé précédemment. Pourtant, je sentais bien qu'il y avait quelque chose de plus. Ou peut être que j'y réfléchissais trop. Peut être que ca n’amènerait à rien, dans ce cas je n'aurais pas de problèmes à refaire comme avant. Je pense.
Plongée dans mes pensées, le brouhaha de la clientèle m'empêcha d'entendre Deirdre qui se faufila derrière moi.

- Madame s'est mise sur son trente-et-un à ce que je vois. Je te dirais bien que ça te va bien, mais il ne faut pas mentir.

Ouch.
Elle avait certainement raison. Je devais être ridicule dans cette tenue. Pas du tout le genre de trucs que je portais d'habitude, et moi même m'y sentais mal à l'aise. Peut être que ca ne m'allait pas. Trop petit, le col trop serrée.

- A ton avis, qu'est-ce que je porte ? Si tu réponds correctement, je ferais en sorte de ne pas trop abuser sur l'addition, promis ...

Deirdre avait surement fait un plus gros effort. Quelque chose que j'admirais particulièrement chez elle était sa capacité à rester élégante peu importe ce qu'elle décidait de porter. Certains avaient des têtes à chapeaux, d'autres sont photogéniques; Elle, elle semblait savoir comment tout être à la fois.

- Okay. Voyons voir... Je pense que tu viens de sortir de la plonge, et tu as un tablier, des bottes, et un bonnet de protection. C'est exact ?

Sur ces mots, je pris doucement ses mains et les écartai de mes yeux, me tournant juste assez pour l'observer. Elle ne me décevait pas une fois de plus. La voir porter ses cheveux de cette manière lui donnait aussi, à mes yeux, un air beaucoup plus détendue, relâchée.

- Le rouge te va bien.

Oui, j'étais à mon maximum. Mais c'était sincère.

- C'est à deux quartiers d'ici ! Je n'ai pas pu réserver pour MacDonalds, mais je pense que tu ne vas pas détester, tu verras.

Souriant du mieux que je pouvais, j'entourai mon bras autour du sien afin de la guider dans la bonne direction. De mon autre main, je retirais discrètement la broche que je portais. C'était ridicule.
Citoyens
Deirdre O'Feannagh
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t1188-the-face-of-terror-deirdrehttp://astrophelcity.forumactif.org/t1204-hello-what-can-i-serve-you-deirdre#10766
Date d'inscription : 29/12/2018
Messages : 14
Dollars : 15
Crédits : Koyorin
Citoyens
MessageSujet: Re: Confession intime ~ Kacey   Confession intime ~ Kacey EmptyMer 16 Jan - 17:16



Confession
intime

« The first page of a new story »



C'était amusant de constater que les efforts de Kacey pour s'habiller de façon classieuse ressemblaient à ma tenue de travail. Elle ne m'avait pas l'air de crouler sous les robes et autres tenues féminines de soirée. Je me demandais à quoi elle ressemblerait dans la tenue que je portais, tiens … Un léger sourire passa sur mes lèvres à cette pensée. Cela lui donnerait sans doute un charme non négligeable. Bien qu'elle ait une silhouette athlétique, pour ne pas dire musclée, la jeune femme n'en était pas moins féminine, surtout au niveau du visage. Ce n'était que mon avis, cela dit. Elle joua le jeu suite à ma devinette, et sa réponse me fit prendre un air faussement indigné, que je conservais alors qu'elle se défaisait de mon emprise et se retournais pour m'observer. Telle une jeune adolescente en émoi, à l'intérieur de ma tête, l'impatience régnait. Sa réaction que j'attendais ne se fit pas attendre. Je connaissais bien l'instructrice, à présent, je savais qu'elle et les compliments, ça faisait au moins dix mille. Les traits outrés que j'arborais se détendirent en un sourire, suite à un soupir faussement dépité, après avoir entendu ses quelques mots. J'en profitais pour lui tapoter doucement le crâne, comme on le ferait avec un enfant ou un animal de compagnie.


« Eh bien, quels éloges tu me fais ! Je t'offre quand même un bon point pour avoir essayé. »


J'avais senti la sincérité dans ces sobres paroles, et c'était tout ce qu'il me fallait. Elle faisait des efforts, et ça, c'était quelque chose que j'appréciais. Mes yeux croisèrent les siens quelques instants, avant qu'un détail de sa tenue n'attire mon attention. Je n'avais pas pu voir sa broche avant, car elle avait tourné sa tête du mauvais côté, mais maintenant que je l'avais face à moi … Ce petit accessoire, au final assez discret, était étonnamment mignon, et jamais je ne me serais douté qu'elle possédait ce genre de choses dans sa garde-robe. Je n'allais pas manquer de le lui faire remarquer, avec ma façon bien à moi de présenter les choses aux gens que j'apprécie beaucoup, mais elle reprit la parole avant que je ne puisse le faire.


« Ouh là, faire confiance à tes goûts douteux ? Je ne sais pas si c'est une bonne idée. Advienne que pourra ... »


Je lui rendis son sourire, et pris mes affaires avant de sortir la première. Je connaissais bien la zone, puisque j'y passais littéralement tous les jours. Je passais en revue les différents restaurants autour de l'Echappatoire tout en allumant machinalement une cigarette. Il y en avait pour tous les goûts, de la cuisine asiatique à la française, en passant par les fast-foods. Beaucoup trop de choix pour que je puisse me faire une idée précise de ce qu'elle avait en tête. Je fus tirée de ma réflexion en sentant une pression autour de mon bras droit, ce qui me surprit un peu. Kacey avait passé son bras autour du mien, chose inhabituelle, pour ne pas dire que c'était la première fois qu'elle faisait quelque chose du genre. Auparavant, elle avait déjà fait quelques tentatives de rapprochements physiques, comme me toucher le bras, l'épaule, ce genre de choses, mais jamais rien d'aussi … audacieux. Un sourire railleur se dessina sur mes lèvres, prête à lui envoyer une vanne dans la figure, avant de me rendre compte qu'elle était en train d'enlever sa broche des cheveux. Laissant son bras là où il était, je stoppais en revanche sa main qui allait ranger son accessoire. Je pris un ton un peu plus sérieux, avec une certaine douceur rassurante, pour lui adresser quelques mots.


« Tu sais, tu es plutôt mignonne avec ça dans les cheveux. Tu devrais le laisser, si ça te plaît. En tout cas, moi, j'aime bien. Et j'apprécie les efforts. Tu me connais maintenant, tu sais que je plaisantais en disant que ta tenue ne t'allait pas. »


Défaisant l'entrave de son bras sur le mien, je lui remis moi-même sa broche à sa place originelle, non sans une grande délicatesse, avant d'acquiescer de la tête et de lui tirer gentiment les joues. J'avais l'impression que même si elle y avait mis tout son cœur, elle n'étais pas trop sûre d'elle, qu'elle avait une part d'appréhension. Plus que d'habitude, d'ailleurs. J'irais même jusqu'à dire qu'elle était probablement stressée, malgré l'apparente nonchalance dont elle faisait preuve pour cacher cette misère. Allez, il est l'heure de détendre un peu l'atmosphère !


« Aie un peu plus confiance dans ta féminité, même s'il est en train de te pousser une paire de couilles, à me prendre le bras comme tu l'as fait. »


Et sans attendre, ce fut moi qui repris son bras pour le loger là où il était juste avant cet instant beauté.


« Cette broche, elle vient d'où d'ailleurs ? Ca m'a surpris de voir quelque chose d'aussi mignon sur ta tête, tu ne m'as pas habituée à ça. »


Peut-être était-ce un souvenir, ou bien un simple désir de sa part. Quoi qu'il en soit, j'allais pouvoir en apprendre davantage sur elle ou ses goûts en matière vestimentaire. C'est vrai que je n'en savais que peu sur les vêtements qu'elle aimait. Je la voyais toujours habillée de façon classique, passe-partout. Je devrais lui proposer d'aller inspecter sa garde-robe, histoire de faire quelques essayages. J'avais déjà certaines tenues en tête qui pourraient parfaitement lui aller. Un sourire mystérieux traduisait mes pensées, alors que je soufflais la fumée de ma cigarette à moitié consumée. Je laissais ses pas écrire le début de l'histoire de cette soirée, les miens suivant volontiers ce qu'elle allait me raconter et voir où cela allait nous mener.



Code by Wiise sur Never-Utopia


Professeur de combat
Kacey Cree
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t659-kacey-creehttp://astrophelcity.forumactif.org/t683-sgt-kacey-cree-fiche-de-liens
Date d'inscription : 18/09/2017
Messages : 65
Dollars : 77
Crédits : ronik
Professeur de combat
MessageSujet: Re: Confession intime ~ Kacey   Confession intime ~ Kacey EmptyJeu 24 Jan - 14:40


Le soleil avait déjà bien entamé sa chute lorsque nous étions sorties de l'Échappatoire, quittant Hiawatha pour rejoindre Haylen, tandis que les lumières des magasins guidaient notre chemin. Lui jetant quelques regards pour s'assurer que tout allait bien. C'est au moment où je tournai la tête en sa direction qu'elle sembla rapprocher son autre main de mon visage.

- Tu sais, tu es plutôt mignonne avec ça dans les cheveux.

Oh merde.
Elle allait vraiment réussir par me faire rougir. Mon mécanisme de défense naturel se déclencha sous forme d'un petit rire nerveux. Cela faisait bien des années qu'on ne m'avait pas fait ce genre de compliments, comment est ce que je pouvais réagir autrement ?
Deirdre attrapai la broche qu'elle revint accrocher dans mes cheveux, tout en me rassurant sur ses propos. Elle avait compris que je n'étais pas encore 100% à l'aise, ce qui n'arrangeait pas vraiment les choses de mon coté. Je ne voulais pas qu'elle se sente mal à cause de moi, ou instaurer une mauvaise ambiance alors que nous venions à peine de commencer à marcher vers le restaurant.
Respire. Respire, et ne gâche pas tout, Kacey.

- Aie un peu plus confiance dans ta féminité, même s'il est en train de te pousser une paire de couilles, à me prendre le bras comme tu l'as fait.

Peut être par hâtise, ou dû à ma nervosité, c'est vrai que je lui avais pris le bras de façon un peu brusque et brutale.. Oups. Habituellement plutôt tactile avec les personnes que je connaissais bien, je me rendais compte que ca devait être la première fois que je la collais autant. Cela ne semblait pas la déranger plus que cela, puisqu'elle revint se loger contre moi une fois terminée avec la broche.

- Eh eh, tu peux t'estimer heureuse, la dernière personne à qui j'ai pris le bras de cette manière s'est finie en clé de bras. Je répondis. C'était à moitié une plaisanterie, moitié sérieuse.

Tournant la tête vers elle pour constater sa réaction, je réalisai qu'elle en avait profité pour s'allumer une cigarette. J'aurais peut être dû penser à faire la même chose avant de partir, ca m'aurait évité mes crises d'anxiété.

- Cette broche, elle vient d'où d'ailleurs ? Ca m'a surpris de voir quelque chose d'aussi mignon sur ta tête, tu ne m'as pas habituée à ça.

Ouh. Bonne question.
En y réfléchissant bien, je ne me rappelais pas avoir beaucoup d'accessoires purement esthétiques. Ma coiffure, mes tenues si je voulais être défaitiste, je dirais même que la dernière chose que j'avais réellement fait dans un but purement "mignon", fut lorsque je m'étais promise de me faire percer une oreille il y a de cela 5 ans.

- Tu vas être déçue, mais je sais plus trop; je l'ai retrouvé dans mes cartons quand j'ai emménagé à Astrophel... Je répondis, hésitante. Mais connaissant mes achats, on me l'a surement offert.

Elle n'était pas la première à me conseiller de porter ce genre d'accessoires. Dernièrement, même moi avais l'impression de m'habiller comme un sac, dans des vêtements amples et neutres, et armée d'un bonnet pour ne pas avoir besoin d'être présentable derrière toute ces couches de vêtements.

- Mais j'essaie. Vraiment. Je me sens juste pas encore suffisamment à l'aise. La majorité de ma vie a été composée d'uniformes militaires, de vêtements unisexes plus utiles qu'esthétique, le tout dans un univers de mecs. Même maintenant, entre les trucs sportifs, et les combinaisons en cuir pour monter en moto... Tu verrais mon armoire, mes choix pour s'habiller sont très.. Expéditifs.

Je n'allais pas lui avouer maintenant, étant donnée qu'elle semblait partie pour me charrier et que ca lui donnerait une opportunité parfaite, mais j'appréciai beaucoup l'effort qu'elle avait fait pour moi de se mettre sur son 31. J'avais eu cette inquiétude qu'elle ne pense qu'il s'agissait d'une sortie comme une autre, mais cela me rassurait dans l'idée qu'elle y apportait autant d'importance que moi.

- Tu sais quoi ? Si un jour t'as le temps, je t'autorise à venir fouiller mes placards et me conseiller sur ce que je devrais garder ou pas. Deal ?

----------

Nous arrivions en face du restaurant. Me détachant de l'étreinte, j'ouvris la porte en face de la barmaid, l'invitant à entrer d'un mouvement de la main solennel. "Madame !".
Je n'avais pas pris le premier restaurant trouvé sur Internet. J'étais déjà venue manger ici auparavant. L'atmosphère avait quelque chose de très chaleureuse : La lumière, provenant de différentes sources aux douces teintes orangées, rayonnait sur les meubles en bois, lui donnant des allures de chalet un soir d'hiver.
On nous avait d'ailleurs gardé une place particulière : Dans un coin du restaurant, une partie habituellement délaissée, bien plus à l'écart et bien moins éclairée que les autres en temps normal, se trouvait une table pour deux qui avait la particularité de se trouver à proximité de leur cheminée qu'ils allumaient le soir, nous laissant alors dans une sous une lumière tamisée, au chaud.

- Qu'est ce que tu penses du cadre ? Ca vaut bien l'Échappatoire ?

Après tout, comment pouvais-je avoir des gouts douteux si je traînais depuis si longtemps à ses cotés ?
Citoyens
Deirdre O'Feannagh
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t1188-the-face-of-terror-deirdrehttp://astrophelcity.forumactif.org/t1204-hello-what-can-i-serve-you-deirdre#10766
Date d'inscription : 29/12/2018
Messages : 14
Dollars : 15
Crédits : Koyorin
Citoyens
MessageSujet: Re: Confession intime ~ Kacey   Confession intime ~ Kacey EmptyMer 30 Jan - 21:28



Confession
intime

« The first page of a new story »



Je fus presque déçue de ne pas avoir réussi à faire rougir Kacey avec mon compliment sur sa broche. Une demi-victoire, car visiblement cela l'avait gênée, et cela se traduisait par un rire nerveux absolument pas naturel du tout. Je me contenterais de ça … pour l'instant. Elle ne savait pas dans quoi elle s'embarquait avec cette soirée. Des plans machiavéliques, tous plus poussés les uns que les autres, se bousculaient déjà dans mon imagination. Si l'issue de ce restaurant était incertaine, en revanche, une chose était bien définie : Kacey allait en prendre pour son grade, sans mauvais jeu de mots. Et elle n'allait pas pouvoir tout encaisser, je jure sur mon fidèle Cat Sídhe, le chat de notre famille resté au pays avec mon aînée, que j'allais la faire rougir et qu'elle n'allait plus savoir où se mettre. En remettant son accessoire là où il était initialement, j'observais son langage corporel, qui hurlait au stress. Je pensais déjà savoir pourquoi elle se sentait comme ça. C'était même une évidence. Si je savais que je lui plaisais, jusqu'à présent, le doute sur des sentiments plus profonds de sa part envers moi planait. Il fallait être stupide pour ne pas voir dans cette mise en scène un motif ultérieur. Cependant, sans la confirmation directe de l'instructrice, tout était encore jouable. Une question se posait donc naturellement, suite à mes pensées. Une question qui avait fait son chemin, lentement mais sûrement, jusqu'à ma matière grise. Trop tôt, Deirdre. Laisse à Kacey la chance de faire les choses comme elle les a prévues, tu aviseras après. Visiblement un peu rassurée par le fait que je décide de moi-même de remettre nos bras comme ils l'étaient, mon amie fit un trait d'humour bien à elle. Un rictus narquois se dessina sur mes lèvres après écoute de la petite anecdote.


« Oh, je vois. Un petit merdeux qui s'est cru plus fort que toi à l'académie et à qui tu as sacrément botté le cul ? J'aurais bien aimé voir ça, tiens. Enfin, tant que tu ne me fais pas ça gratuitement, tu peux t'installer comme bon te semble avec ton bras. »


J'avais insisté lourdement sur le gratuitement, appuyé par un regard joueur, provocant et amusé, le but étant de la faire douter de la présence ou non d'un certain sous-entendu. On allait commencer en douceur, avec finesse, ne perdant pas mon but ultime pour ce soir : que Kacey craque. Je me surpris même à l'imaginer pousser un petit « Kyaaaaah ! » de lycéenne amourachée. Un léger gloussement à cette idée s'échappa de ma gorge, alors que je l'écoutais répondre à ma question sur l'origine de sa broche. Je m'attendais à une histoire douce, pas nécessairement poignant mais quelque chose d'un peu émotionnel. Et en vérité, ce n'était pas trop le cas. Il y avait du potentiel, mais elle semblait ne pas s'en souvenir, ou alors elle ne souhaitait pas spécialement en parler. Dommage, ma curiosité allait rester inassouvie …


Je l'écoutais attentivement en ce qui était un semblant de confidence. Et ses mots par contre étaient déjà beaucoup plus touchants que l'anecdote sur sa broche. Je me doutais déjà que son passé l'avait forgée comme elle était, lui faisant oublier de prendre soin d'elle. L'armée semblait lui avoir fait oublier de se prendre en considération. En même temps, difficile de rester féminine, de se revendiquer comme telle lorsque l'institution s'efforce à démolir les différences et à créer une masse uniforme prête au sacrifice avant tout. Je trouvais ça triste. L'observant d'un air sérieux, je ne pouvais m'empêcher de penser que c'était du gâchis. Elle avait un énorme potentiel qu'on lui a arraché, et c'était infiniment injuste. Une part de moi se révoltait et souhaitait corriger le tir. Je l'entendais, et je ne pus m'empêcher de repenser à la dernière fois où quelqu'un m'avait fait ressentir une telle chose. C'était il y a un bon moment de ça, d'ailleurs, et ça concernait une ancienne relation intime. Peut-être était-ce un signe … Mais ce n'est toujours pas le bon moment pour y penser. Kacey me tira de ce tourbillon d'émotions par une proposition ma foi fort alléchante, ce à quoi je répondis avec entrain.


« J'espère que t'es prête à te serrer la ceinture pour l'année à venir alors, parce que crois-moi, il va y avoir du changement. On a un deal. »


Et puis, ce serait l'occasion de voir où l'instructrice vivait. Sans doute un endroit particulièrement sobre, ordonné et carré, comme à l'armée. Ca me changerait de chez moi.


[...]


Après plusieurs minutes à discuter encore un peu, nous arrivions enfin à la destination prévue par l’instigatrice de cette soirée. Un établissement spécialisé dans la cuisine espagnole, donc. Pourquoi pas, je ne m'étais jamais véritablement penchée sur l'art culinaire de ce pays, hormis pour la charcuterie. L'endroit avait l'air fort sympathique, et c'était une bonne découverte. Tout ce que je savais de ce restaurant, c'était qu'il existait et qu'il se situait ici, hormis cela, je n'y avais jamais mis les pieds. Comme quoi, il y a un début à tout. Suivant Kacey, dont le degré de préparation de cette soirée semblait augmenter de minutes en minutes compte tenu du fait qu'elle semblait avoir réservé à un endroit spécifique, volontairement. Nous étions un peu isolées, mais ce qui me frappa le plus, c'était le jeu de lumière, qui rendait l'ambiance romantique. Un petit sourire se dessina sur mes lèvres. Alors c'est donc bien cela … Très bien. Nous allons donc jouer à ce petit jeu toutes les deux.


« Mouais, un petit six sur dix pour l'effort. Ca ne vaudra jamais mon bar. »


Sans attendre, je pris le menu pour en examiner son contenu. Un rictus sournois s'afficha alors sur mon visage, que je cachais très vite derrière l'objet. Mes yeux fixèrent Kacey, et se plissèrent dans un regard qui hurlait à l'arrivée imminente d'une vacherie.


« Fu fu fu ... »


Suite à mon petit rire machiavélique, je fis signe à la serveuse qui nous avait guidées vers la table.


« Excusez-moi, nous n'avons pas encore choisi, mais serait-il possible d'apporter un lait fraise à mon amie ? Et un Tinto de Verano pour moi s'il vous plaît. Merci beaucoup ! »


Je savais que Kacey ne buvait pas. Ses commandes étaient toujours des cocktails sans alcools, des sodas, ce genre de boissons. Le moment était bien trop parfait pour pouvoir me moquer d'elle avec le fameux lait fraise, légende de tous les bars. Je croisais les bras, fière de moi, toujours avec cet air insolent dessinant mes traits.


« Je vais éviter de te donner une boisson pour adulte, sinon tu risques de pas voir le bout de ta soirée, ce serait dommage. »


Je ricanais, provocante, avant de reprendre le menu et de l'examiner en détail. Il y avait les classiques, assiette de charcuterie, que j'allais très certainement commander compte tenu de mon appréciation pour ça, paella, tortilla de patatas, gaspacho … Le choix de viandes était aussi particulièrement alléchant. Eh bien, désolé Kacey, mais ton porte-monnaie va souffrir, il semblerait. J'avais fait mon choix : assiette de charcuterie en entrée, tortilla de patatas et un steak de taureau sauce au vin rouge.


« Heureusement que tu m'invites, parce que sinon je me serais ruinée, vu à quel point le menu semble intéressant. Tu comptes prendre quoi ? »


Je fermais le menu, et m'avançais sur la table, les coudes posés dessus, le menton dans mes deux paumes, l'air charmeur, la fixant droit dans les yeux dans un petit sourire espiègle. J'avais tant d'idées pour l'embarrasser, mais laissons-la respirer deux minutes … Le calme avant la tempête, comme on dit.



Code by Wiise sur Never-Utopia


Professeur de combat
Kacey Cree
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t659-kacey-creehttp://astrophelcity.forumactif.org/t683-sgt-kacey-cree-fiche-de-liens
Date d'inscription : 18/09/2017
Messages : 65
Dollars : 77
Crédits : ronik
Professeur de combat
MessageSujet: Re: Confession intime ~ Kacey   Confession intime ~ Kacey EmptyMer 10 Avr - 11:41

nous nous êtions retrouvée, elle et moi, collé l'un à l'autre tout en avancant dans la rue. Yep. C'était une belle soirée qui commencait.

- Oh, je vois. Un petit merdeux qui s'est cru plus fort que toi à l'académie et à qui tu as sacrément botté le cul ?

- Haha, on peut dire ça, ouais..

Haha, pas vraiment non.
Mes escales nocturnes me prenaient de plus en plus de temps et m'attirait dans des recoins de moins en moins recommandés. Quand ce n'était pas une rencontre avec des casseurs dotés de pouvoirs, je tombai sur des fights clubs improvisés, ou des rencontres étranges dans les entrepots désaffectés. Durant ma dernière nuit de patrouille, quelqu'un avait tenté de riposter avec une matraque électrique, et heuresement que je portais ma veste en cuir.
Je relevai soudainement les yeux lorsqu'elle parla de
pour m'appuyer contre elle; qu'est ce qu'elle voulait dire par là ? Est ce que c'était encore une manière de me charrier que je ne comprenais pas ?

- Ha ha, oui pas de problèmes.. Enfin, de quoi ?

[...]

Nous avions beau nous être installé, mon attention ne se portait pas sur le menu. J'observai du coin de l'oeil Derdre scruter le sien et tentai de discerner son interet, telle une cinéphile montrant son film préféré à ses amis et espérant intérieurement que ceux-ci rient aux mêmes passages qu'elle.
Soudainement, comme intéressée par quelque chose, son regard se dégaina, perçant brutalement le mien au passage. Je reconnaissais cette expression. Elle avait quelque chose derrière la tête.

- Excusez-moi, Merde, elle avait fait son choix plus rapidement que prévu ? mais serait-il possible d'apporter un lait fraise à mon amie ?

.. Oh, je vois qu'on allait partir sur ce terrain, mh ?
La serveuse me regarda, comme si elle s'attendait à une sorte d'approuvement de ma part; ce à quoi je ne pouvais répondre que par un léger sourire gêné et un hochement de la tête approbateur.

- Je vais éviter de te donner une boisson pour adulte, sinon tu risques de pas voir le bout de ta soirée, ce serait dommage.

Ca ne me dérangeait même pas en réalité : Mon idée originelle se portait sur un verre d'eau de toute manière. J'étais même agréablement surprise qu'elle se rappelait de ce petit détail avec moi. J'observai la serveuse s'éloigner, puis glissai à Deirdre :

- Woah, je vois que tu commences à connaitres mes goûts sur le bout des doigts ! C'est pas ce qui s'accorde le mieux avec un repas salé, mais je vais faire avec. Toutefois, cet acte n'allait pas rester impuni. J'ajoutai, sourire en coin... Par contre je m'y connais peut être peu en alcool, mais je t'imaginais beaucou plus brave qu'un simple Tinto de ver-truc. Ou alors tu n'as pas envie de rouler sous la table avant la fin du repas ?

A bien y penser, je venais de la sortir de l'univers enivrant dans laquelle elle travaillait, peut être qu'elle n'avait pas envie d'y penser. De manière générale, on allait probablement même éviter de parler de boulot.

- Heureusement que tu m'invites, parce que sinon je me serais ruinée, vu à quel point le menu semble intéressant. Tu comptes prendre quoi ?

Victoire, j'avais son sceau d'approbation !
Si c'était l'argent qui me posait un souci, je l'aurais invité au fast food deux rues à coté...Bon, peut être pas non plus. Après tout, cette soirée n'était pas sans but précis et j'espérai qu'elle s'en rendrait compte et qu'elle serait compréhensive lorsque je devrais le lui confesser.
Même si j'allais très certainement me dégonfler.
Je me sortis ça de la tête, nous n'étions qu'au début du repas après tout, ca me laissait du temps.

- Eh bien... Si tu sais pas quoi prendre, on peut se commander des tapas pour deux, c'est un mélange d'un peu tout, type amuse bouches.

Au bout d'un moment, la serveuse revint, et nous pûment commander. Il en profita par ailleurs pour nous servir nos boissons respectives : Au lait fraise fut rajouté une deuxième paille d'ailleurs. Quelle délicate attention.
Je posai mon coude sur la table, appuyant ma tête dessus, tout en sirotant mon brevage pasteurisé.

- Mhm.. Tu veux gouter d'ailleurs ? Attention, c'est peut être un peu trop fort pour toi.

Tout cet attrait pour l'alcool que je ne comprendrais jamais.. Je me devais bien de jouer autant avec qu'elle, qu'elle ne jouait avec moi.
Cela me donnait presque l'impression que j'étais encore en controle alors qu'en vérité, maintenant que la réservation s'était bien passée, j'étais en roue libre complète et je n'avais aucune idée de ce qu'allait être ma nouvelle action. Un verre n'aurait même pas été de trop. Si je pouvais.

C'était déjà un miracle d'avoir réussi à trouver et réserver cet endroit sans accrocs.
Ce genres de petits détails me faisait me rappeler inlassablement qu'au fond, j'étais encore une outsideuse. Cela devait faire quoi, moins d'un an que j'avais emmenagée dans cette ville si particulière ? Sans télévision, je ne connaissais pas les "super héros" en vogue, et c'est à peine si je pouvais me rappeler des principaux sponsors. Autant dire qu'à part le travail et l'ambiance de la ville, mes sujets de conversations faisaient souvent état de longs silences et d'attente à ce que mon interlocuteur continue la conversation. Je m'étais d'ailleurs longtemps épanché à Deirdre sur mes à-prioris sur cette ville, sur mes mésaventures depuis mon arrivée, et sur mon passé avant de poser mes valises (tout en gardant ma part de mystère) que j'en oubliais de m'intéresser aux autres. Depuis combien de temps vivait-elle ici ?
Bien sûr, c'était évident qu'elle n'était pas née ici, il suffisait de l'écouter parler pour entendre son accent Irlandais, aussi prononcé que ravissant. Lancer un sujet juste piur l'écouter parler fut un de mes passes temps préférés lorsqu'on se voyait, d'ailleurs.

- Au fait, je me rappelle pas t'avoir déjà demandée, mais.. Qu'est ce que tu faisais avant ? Avant de bosser à l'Échappatoire je veux dire, ca fait longtemps que tu es à Astrophel ?
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Confession intime ~ Kacey   Confession intime ~ Kacey Empty

Confession intime ~ Kacey
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Astrophel City :: Haylen District :: Commerces-