AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
avatars manga ☆ rp libre ☆ combats au rendez-vous ☆ venez participer ! on est gentils (⦿ ‿ ⦿)
Le PDG de la X-TREM Factory entretiendrait une relation des plus intenses avec sa vice-présidente. On espère que ce n’est pas cette affaire qui a distrait l’ancien Phoenix de son travail et qui a entraîné un manque de sécurité lors de la dernière conférence de presse de l’entreprise où à eu lieu une explosion causant la mort d’un de ses haut-gradés...
Le mystérieux « Mist » dont l’apparition soudaine a récemment secoué la ville serait en fait une association de trolls désoeuvrés voulant profiter de la panique des récents attentats pour gagner plus de popularité sur les réseaux sociaux.
Il paraîtrait que le fondateur de la ville Edward Astrophel aurait été le descendant direct de Diogène, le philosophe grec qui vivait dans un tonneau. Incroyable !
les rumeurs



Partagez | 
crashing // Arthur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
X-Trem Factory (médecin)
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t1089-i-was-dead-once-camiliahttp://astrophelcity.forumactif.org/t1099-chaussette-rs-camilia
Date d'inscription : 15/10/2018
Messages : 23
Dollars : 28
Crédits : Dandinou.
X-Trem Factory (médecin)
MessageSujet: crashing // Arthur   Lun 22 Oct - 13:52

CRASHING
camilia & arthur




Camilia était émue, comme chaque fois qu'un sourire fleurissait sur le faciès rassuré d'un de ses héros. Elle aimait les voir s'endormir, elle aimait entendre glisser sur leurs lèvres des remerciements murmurés dans un râle de fatigue lourd et paisible, elle aimait sentir l'apaisement au fond de leurs sanglots relâchés, elle aimait les voir pleurer ou rire, elle aimait les voir vivre.

Ce jour-là, sa mission avait été accomplie, et elle avait marché d'un pas rapide au travers des couloirs, l'air serein et victorieux, apaisée par empathie des soulagements qu'elle avait prodigué, accompagnée de Jango qui semblait aussi heureux qu'elle. Comme à chaque fin de mission, elle avait rempli son carnet de bord et fait signer chaque membre de la boîte qui avait aidé à son accomplissement ; ça avait l'air d'une obsession, pour certains – mais chacun de ses partenaires avait toujours signé avec entrain les pages de son bouquin, et ça l'avait toujours remplie de joie.

Elle avait accéléré le pas jusqu'aux ascenseurs, le livre fermé entre les mains. Elle voulu lever sa voix pour demander à celui qui venait d'entrer de retenir les portes, mais elle n'eut pas la force de parler.
Et puis devant les baies vitrées son pas se figea, et son cœur la fit souffrir, les portes de l'ascenseur s'étaient refermées sans elle, mais elle n'y accorda plus la moindre importance. Jango deux mètres plus loin s'était arrêté, s'était retourné, s'était assis. Elle lâcha son livre qui tomba au sol en un bruit sourd.

Aux terrasses de l'autre côté de la porte vitrée qui, à moitié ouverte, laissait passer un léger courant d'air dans les couloirs, il y avait une silhouette qui lui fit tourner la tête. Ses mains s'étaient mises à trembler, et au bord de ses lèvres entre-ouvertes, les mots s'étaient perdus.

Lorsqu'il se retourna pour la contempler, son monde s'effondra.

Des douleurs avaient pris son crâne et figeaient ses membres, des angoisses s'étaient mises à noyer son palpitant qui menaçait de crever sous la pression immense qui l'acculait si soudainement. Dans ses oreilles résonnèrent des cris et des voix, des rires et des larmes. Dans ses souvenirs elle ne parvint plus à définir ceux qui étaient vrais de ceux qu'elle avait rêvé, construit de son inconscient froissé.

Elle allait tomber, ses jambes commençaient à la trahir.
Elle avait ravalé sa salive et concentré toute son énergie à ne pas s'effondrer.

Un sourire était né au bord de ses lèvres.

Les sentiments qui se débattaient en sa poitrine ne faisaient plus sens. Les angoisses n'avaient pas lieu d'être ; aucun souvenir si effrayant n'était rattaché à lui ; d'où venaient ces cris, d'où venaient ces larmes ?
Ses yeux étaient devenus humides, et elle ne sut définir si elle était heureuse ou si elle avait peur.
Nerveusement, un rire s'échappa d'elle comme un sanglot.

Arthur..

Sa voix s'était libérée.


X-Trem Factory (ingénieur)
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 15/10/2018
Messages : 11
Dollars : 18
Crédits : camilia de mon cœur.
X-Trem Factory (ingénieur)
MessageSujet: Re: crashing // Arthur   Lun 22 Oct - 16:45

The Way I Love You
Camilia & Arthur

Depuis son arrivée au sein d’X-Trem Factory, Arthur s’était noyé dans le travail, au point de ne pas connaître la ville en dehors de son trajet quotidien.
Un droit qu’il ne s’octroyait pas encore, tant le poids de ses pêchés écrasait encore ses épaules chargées.
La culpabilité le ronge.
Les remords l’accablent.
Et il ne faisait rien pour améliorer sa condition – une punition qu’il acceptait volontiers, puisqu’il n’avait plus rien à perdre.

Andre était l’une des seules personnes à le considérer, depuis ses entrevues avec le PDG.
L’un des rares à apprivoiser un mutisme permanent, sa manie du pessimisme et sa tendance à s’effacer, malgré les quelques sourires qu’il laissait s’échapper ici ou là.

Et il tourne la tête, alors qu’il fume une cigarette avec le bras droit de Maxence sur la terrasse encombrée du bâtiment d-XTF – cette voix qui l’appelle, toutes les nuits dans ses songes ; celle qui lui guide ses pas malgré l’absence.
Celle qui s’échappe d’un visage juvénile et de lèvres rosées ; celle qui provient de la seule femme qu’il ait jamais aimée.

Celle qui se tient à quelques mètres de lui, avec pour seule barrière de grandes baies vitrées.

Ses mains n’osent pas activer la porte-fenêtre le séparant – encore de Camilia.
Elle pouvait se briser.
Disparaître encore une fois.
Le laisser là pour mort et ne lui remettre en héritage que des non-dits, des douceurs étouffées et des sanglots au creux de la gorge, ceux qui finissent de le faire mourir.

Pourtant, sa voix qui s’étrangle le ramène une fois encore vers elle.
Il avance doucement.
Avec une précaution exceptionnelle, il redoutait le moindre mouvement qui aurait rompu cette vision divine, pour le ramener à sa réalité qui le condamnait tous les jours.

Il pose une main sur la surface de verre, à hauteur du visage de Camilia, sent son propre souffle se tordre, ses jambes se dérober, tout son être suffoquer.

—  Camilia ?

Une voix qui s’évanouit, comme la dernière fois.
Ce qui l’étreint d’autant plus est cette rancœur, cette haine, cette culpabilité, tout ce qui l’envahit chaque jour mais qu’il ne lit pas dans son regard si pur.

— Tu… Qu’est-ce que tu fais là ?

Ici.
Près de moi.
En vie.
made by MISS AMAZING.




X-Trem Factory (médecin)
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t1089-i-was-dead-once-camiliahttp://astrophelcity.forumactif.org/t1099-chaussette-rs-camilia
Date d'inscription : 15/10/2018
Messages : 23
Dollars : 28
Crédits : Dandinou.
X-Trem Factory (médecin)
MessageSujet: Re: crashing // Arthur   Jeu 25 Oct - 17:47

CRASHING
camilia & arthur




Camilia ne s'était jamais sentie si loin de lui que depuis la seconde où leurs regards s'étaient attrapés. La baie vitrée avait des allures de malédiction. Elle avait fait un pas en avant, appelée par son nom. Ses jambes avaient menacé de la faire s'écrouler mais elle n'y accorda aucune pensée. Chaque seconde lui avait paru durer une éternité, et chacune d'elle avait eu l'effet d'un coup qu'on lui aurait asséné.

Pourquoi était-elle si fragile ?
Tous ses sens hurlaient au danger comme si son corps s'attendait à mourir à nouveau.
Son esprit, lui, avait tant occulté qu'aucun souvenirs ne voulait le justifier.

Alors elle avait ri, d'un rire fébrile et court, qui avait soufflé entre ses lèvres dans un gloussement pratiquement inaudible. Depuis combien de temps ne s'étaient-ils plus vus ? Comment s'étaient-ils quitté, déjà ? S'étaient-ils quitté ? Elle ne l'avait plus vu depuis..

Depuis ?

Tu n'es pas content de me voir ?

Sa voix avait fini par se briser à nouveau et dans une moue amère, elle baissa les yeux et se mordit le bord de ses lèvres. Elle se sentit honteuse, tout à coup, de lui montrer à quel point elle était toujours faible ; et son état n'avait fait que décliner jusque là.

Elle aurait aimé le rendre plus fier que ça.
Alors elle se ressaisissa et releva la tête dans un sourire heureux, partant le rejoindre de l'autre côté de la vitre en la faisant coulisser d'une main décidée.

Elle s'était plantée devant lui. Il n'était pas si grand dans ses souvenirs. Peut-être que c'était juste qu'il l'intimidait un peu plus, maintenant.
Et ses jambes lui hurlaient encore de le fuir.

Je suis née ici, tu te souviens ?

C'était plutôt à elle de demander ce qu'il faisait là.

Je n'ai plus eu de tes nouvelles, j'ai essayé de t'envoyer un message avant mon départ mais le numéro n'était plus attribué et...

Elle baissa les yeux. Peut-être qu'il ne voulait plus la voir ?

Ah...

Elle se sentit bête.

Désolée.

Elle avait murmuré car sa voix s'était enfuie à nouveau, et elle ravala ses paroles ; recula d'un pas.


X-Trem Factory (ingénieur)
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 15/10/2018
Messages : 11
Dollars : 18
Crédits : camilia de mon cœur.
X-Trem Factory (ingénieur)
MessageSujet: Re: crashing // Arthur   Jeu 25 Oct - 21:26

The Way I Love You
Camilia & Arthur

— Bien sûr que si !
L'éclat de sa voix s'était réveillée, comme la crainte de la perdre de nouveau refit surface en écoutant ses paroles qui s'évanouissaient.
Comme une bougie qui vacille.
Comme la lumière qu'elle était dans sa vie et qu'il avait étreint trop fort - jusqu'à l'éteindre elle toute entière entre ses mains.

Et il est là, idiot.
À ne plus savoir quoi dire devant celle qu'il n'espérait plus revoir qu'au travers de ses songes perpétuels. À agiter ses doigts nerveusement, se questionner sur quoi faire, s'il fallait la serrer dans ses bras - prendre le risque de tout perdre - ou lui dire, lui avouer, l'implorer de le pardonner pour ce qu'il lui avait fait, il y a déjà plusieurs mois.

Il est là, là où il a toujours voulu être depuis son entrée à l'université, depuis sa rencontre avec elle, depuis le jour où tout avait dérapé.
Près d'elle, à sentir encore sa chaleur sans même la toucher, à la désirer encore et encore - juste pour son sourire.

— C'est juste que...

C'était comme sortir d'un cauchemar qu'il avait lui même engendré - elle vivante, à lui insuffler une vie qu'il n'avait plus. Il baisse les yeux, lui renvoie ses inquiétudes, hésite.
Et lui sourit.
Ils ne se comprenaient que comme ça de toute manière.

— Je ne pensais pas te revoir.

À son regard qui cherche des réponses aux questions qu'elle n'osait pas formuler - il le savait - il se reprit, sans ciller.

— Pas ici.

Plus jamais.

Sa gorge se serre, et pour se rassurer, finalement, pour répondre au pas qu'elle avait fait vers lui, il ose.
Il ose tendre sa main vers elle, venir chercher la sienne, étreindre ses petits doigts et les envelopper entre les siennes - comme ils ne l'avaient jamais fait auparavant.

—  Tu m'as tellement manqué que je n'espérais plus te revoir.

Il s'est trahi, à être trop honnête.
Son visage se tord sous les émotions qu'il refoule - ses paupières clignent plus fort pour laisser choir les larmes qu'il ne voulait pas lui avouer.

— Tu t'es installée ici, alors ?

Et tu risques ta vie, aussi ?
Et c'était trop faux.
Trop stupide.
De ne plus savoir quoi dire à celle qui était toute sa vie à lui.
made by MISS AMAZING.


X-Trem Factory (médecin)
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t1089-i-was-dead-once-camiliahttp://astrophelcity.forumactif.org/t1099-chaussette-rs-camilia
Date d'inscription : 15/10/2018
Messages : 23
Dollars : 28
Crédits : Dandinou.
X-Trem Factory (médecin)
MessageSujet: Re: crashing // Arthur   Ven 26 Oct - 2:50

CRASHING
camilia & arthur




Camilia n'avait jamais été bête, ou aveugle. Dans les yeux de Arthur se débattaient des démons plus grands qu'ils ne l'étaient la dernière fois qu'ils s'étaient vus. Quand était-ce, déjà ?

Elle s'était remise à respirer, comme si le temps s'était arrêté jusque là, lorsqu'il la rassura. Bien sûr que si, avait-il dit ; et il l'avait libérée des murmures assassins qui s'étaient mis à ronger son âme.

Ainsi proches, elle avait l'impression que son coeur allait lâcher tant il massacrait sa poitrine. Et chaque mot qu'il osait prononcer lui parut un peu plus creuser en elle.

Elle se sentait bête, à sourire, à lui dire avec les yeux comme elle se sentait ;
toutes ses émotions qui se débattaient.

Il finit de l'achever en attrapant ses doigts.

Oui, et puis je travaille ici. Enfin, normalement je suis sur le terrain, mais là je devais aller voir Monsieur Holmes, et...

Quelque chose n'allait pas. Elle s'arrêta net, et perdit son sourire.
Elle était heureuse de le revoir. Il était heureux de la revoir. Alors quel était le problème ?
Camilia était toujours trop honnête.

Pourquoi tu n'as pas répondu à mes appels ?

D'où venaient les angoisses qui lui criaient de partir ?

Pourquoi on est comme ça, maintenant ? Et pourquoi tu es là, toi ?

Les escaliers glissants vers les enfers.


X-Trem Factory (ingénieur)
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 15/10/2018
Messages : 11
Dollars : 18
Crédits : camilia de mon cœur.
X-Trem Factory (ingénieur)
MessageSujet: Re: crashing // Arthur   Sam 10 Nov - 23:40

The Way I Love You
Camilia & Arthur

En face d'elle, il n'était plus rien.
Dans le clair de ses yeux, le spleen de leurs souvenirs lui revenait en pleine gueule, et il se trouva muet quand elle lui posa les questions - comme des évidences.

— Tu ne te rappelles de rien ?

Déjà, il se trahissait.
Mais l'idée de lui mentir lui aurait arraché le coeur.

— Tu me dis ça comme si c'était normal.

Arthur a l'âme qui pleure, malgré les paroles dures qu'il venait d'asséner à Camilia. Sa douce, sa chère, sa tendre Camilia.
À l'instant même où sa voix baissa, ses sourcils s'étaient froncé et il s'en voulait d'avoir dit des choses qui allaient forcément la culpabiliser.

— Pouquoi tes cheveux sont devenus blancs ?

À cause de moi.

—  Pourquoi tu es là, et pas en Irlande ?

À cause de moi.

— Pourquoi tu me poses toutes ces questions là, précisément ?

À cause de moi.
Et finalement, la culpabilité qui résonne en lui déborde sur ces lèvres, qui dessinent les mots qui l'assassinent et qui l'accablent sur ses lèvres, à moitié closes, maintenant que le mal était fait.

— Je suis désolé.

Malgré sa main qui avait failli caresser la joue de Camilia, il s'était ravisé, et avait simplement baissé la tête, interdit, devant la candeur encore spontanée de la Roxvenssy.
made by MISS AMAZING.


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: crashing // Arthur   

crashing // Arthur
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Astrophel City :: Nahuel District :: Siège de X-Trem Factory-