AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
avatars manga ☆ rp libre ☆ combats au rendez-vous ☆ venez participer ! on est gentils (⦿ ‿ ⦿)
Le PDG de la X-TREM Factory entretiendrait une relation des plus intenses avec sa vice-présidente. On espère que ce n’est pas cette affaire qui a distrait l’ancien Phoenix de son travail et qui a entraîné un manque de sécurité lors de la dernière conférence de presse de l’entreprise où à eu lieu une explosion causant la mort d’un de ses haut-gradés...
Le mystérieux « Mist » dont l’apparition soudaine a récemment secoué la ville serait en fait une association de trolls désoeuvrés voulant profiter de la panique des récents attentats pour gagner plus de popularité sur les réseaux sociaux.
Il paraîtrait que le fondateur de la ville Edward Astrophel aurait été le descendant direct de Diogène, le philosophe grec qui vivait dans un tonneau. Incroyable !
les rumeurs



Partagez | 
Inséparables, ou presque {Kazuko}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Persona (super)
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t1000-horus-all-you-need-is-love#9014
Date d'inscription : 19/08/2018
Messages : 22
Dollars : 33
Crédits : Bunny ♥
Persona (super)
MessageSujet: Inséparables, ou presque {Kazuko}   Jeu 18 Oct - 23:23

Inséparables, ou presque
Horus & Kazuko


On ne se rend jamais assez compte à quel point le temps peut passer vite. On a à peine le temps de respirer que c'est déjà le week-end. Quand on a des journées bien remplies, par un travail par exemple, ou des enfants à élever, ne voit pas les heures s'écouler. On se regarde dans le miroir le vendredi soir en se disant “Dieu ce que le temps a passé vite !” Mais parfois, une semaine, ça peut aussi être très long, quand vous êtes en mauvaise compagnie, ou que vous vous ennuyez. Quel comble quand on pense que c'est justement l'ennuie qui a poussé Horus à s'inscrire à cette nouvelle émission faite uniquement pour divertir la population. Ou peut-être a-t-il simplement fuit… fuit ses responsabilités, fuit la réalité, fuit son quotidien devenu trop terne en l'absence de Paloma.

Il pensait se changer les idées en y participant et, bonté divine, oui, on peut dire que ça lui a donné de quoi penser à la place de la mort. Le hasard a simplement voulu qu’il se retrouve avec un frigidaire… dommage, il avait vraiment du charme ce Jane ! Enfin bon bref. Il s'est amusé en un sens oui, même si l'ambiance était souvent un peu tendue, et glaciale. Mais il s'est surtout rendu compte qu’une semaine sans sa fille, c'était vraiment long. C'est pourquoi aujourd'hui il arbore un sourire radieux, parce qu’il va enfin pouvoir serrer sa luciole dans ses bras. Elle et Kazuko, bien sûr ; elles lui ont terriblement manqué.

Bon, il se doute bien que s'être absenté une semaine pour une raison aussi futile qu’une émission de télé-réalité c'est un peu léger. Aussi il a prévu de se faire pardonner en passant d'abord par un magasin. Il a pris une belle peluche de licorne pour sa petite Luana -elle a toujours adoré cet animal mythologique- ainsi qu’une boite de confiseries, et un magnifique bouquet de fleurs avec une boîte de thé pour sa meilleure amie. Il sait qu’elle ne dira pas non à ça. Elle lui dit rarement non tout court, d’ailleurs.

« Me voilààààààà, papa est rentré !»


Il débarque comme une fleur au refuge, les bras bien chargés. Il s’écoule une demi-seconde de silence royale et précieux, avant qu’un cri strident, une horreur pour les hyperacousiques, mais une douce symphonie pour notre héros, ne vienne le chasser sans vergogne. Une petite furie déboule du petit salon pour se ruer sur lui, si bien que s’il n’avait pas eu ses ailes pour s’équilibrer, il en serait tombé à la renverse.

« PAPAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA ! »


Il rit tout en tentant de juguler l’euphorie de sa fille, malheureusement les bras chargés c’est compliqué. Il se traîne jusqu’à son bureau, l’enfant toujours agrippée solidement à son cou. Il dépose son précieux chargement pour pouvoir enfin la serrer contre lui, aux anges.

« Ma luciole, tu m’as manquée !»
« Toi aussi tu m’as manqué papa ! Pars plus comme ça, hein ! »
« Promis, ma luciole. Tiens, je t’ai ramené une surprise pour me faire pardonner ! »


Il lui tend la magnifique peluche licorne et Luana pousse un nouveau cri de joie en sautant sur place avec sa nouvelle amie. Voilà qui devrait l’occuper pour une bonne heure. Il ne lui reste donc plus qu’une personne à amadouer. Il se saisit du bouquet et de la boîte de thé et se dirige vers le bureau de Kazuko, qui ne devrait pas tarder à se montrer. Il dépose soigneusement les fleurs sur son bureau, ainsi que la boîte, qui a un petit ruban rose en guise de décoration. Tout pour lui plaire. La porte s’ouvre et il se tourne avec un grand sourire, les bras ouverts, prêt à l’accueillir

« Salut ma petite f… »


Il est arrêté net dans son élan par une Kazuko visiblement très contrariée qui lui lâche -presque littéralement- un chat dans les bras. Il n’a d’autre choix que de le tenir, la mine un peu perplexe. Allons bon, quelle mouche l’a piquée ? Il installe le félin dans ses bras et le caresse, déclenchant une salve de ronronnements, et fixe son amie de toujours d’un air stupéfait.

« Qu’est-ce qui t’arrive, Kazuko ? »


Parce qu’il est trop stupide, parfois, pour deviner tout seul. On ne peut pas lui en vouloir, aussi, faut le comprendre. On ne peut pas être beau, gentil, ET intelligent cent pour cent de son temps...

(c) Etilya






X-Trem Factory (super)
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 01/10/2018
Messages : 13
Dollars : 14
Crédits : Ben et Horus
X-Trem Factory (super)
MessageSujet: Re: Inséparables, ou presque {Kazuko}   Sam 20 Oct - 18:49

ft. Horus

Le rp se passe après que Horus ait participé à la Maison de l'Amour, show télévisé organisée par les autorités d'Astrohel. Kazuko l'attend de pied ferme pour lui dire ce qu'elle pense de cette histoire... Affaire à suivre ~

Inséparables ou presque

Kazuko essayait de garder sa bonne humeur habituelle pour ne pas causer de tort à Luana. Sa adorable filleule n'était en aucun cas responsable des bêtises de son père et gâcher la joie de la fillette avec ses propres états d'âme aurait été irresponsable.

Hors - contrairement à quelqu'un de bien précis, qu'elle ne citerait pas - elle était tout à fait responsable. Et heureusement sourire en présence de Luana n'était jamais bien compliqué, elle n'avait même pas à se forcer pour oublier momentanément les caprices du père de la gamine.

C'était aussi pour cette raison qu'elle avait décidé de garder sa filleule aujourd'hui. Déjà que la petite n'avait pas vu son seul parent de sang de la semaine, la jeune femme n'aurait pas supporté de la priver de sa présence à elle en plus.

Bien sûr, la semaine elle avait eu son travail alors Luana n'avait pas échappé à sa baby-sitter, mais ce week-end c'était différent. Kazuko avait bien l'intention de faire son devoir de marraine correctement.

Il fallait bien que quelqu'un le fasse, n'est-ce pas ?

La cadette Sullivan soupira discrètement et secoua la tête en se demandant comment Horus allait se justifier cette fois. Elle l'entendait déjà... Ah, il allait voir si elle était toujours souriante, innocente et douce !

Sentant quelque chose tirer sur sa manche, elle baissa son regard vers sa filleule et lui sourit tendrement, oubliant encore un moment ses problèmes d'adulte pour retourner à la vie insouciante de la gamine.

- Que dirais-tu de m'aider à nourrir tout ce petit monde ?
Demanda-t-elle doucement en parlant des animaux du refuge.

Le sourire ravi qu'elle eut pour réponse valait tout l'or du monde. Aussi, conduisit-elle Luana dans la remise pour prendre le matériel qu'ils avaient besoin pour chaque espèce, portant bien évidemment le plus lourd et laissant la petite porter le reste, ayant pleinement confiance en elle.

Il leur faudrait certainement un moment pour faire tout ça et ça tombait bien, ça lui occupait l'esprit. Elle serait peut-être calme quand Horus rentrerait enfin de sa petite expédition... Non, mais avait-il seulement conscience que Luana n'était pas en âge de regarder cette émission et qu'elle-même avait dû batailler fort pour empêcher la petite de regarder son père faire des choses... étranges ?!

Et si c'était le seul problème... Ah ! Il allait l'entendre, ça oui.

Mais pour l'heure les pensionnaires avaient besoin d'elle et de Luana. Les animaux passaient avant son serment, mais Horus n'y échapperait pas, foi de Kazuko. Pour l'heure, elle regarda avec attendrissement Luana remplir les gamelles des chiens tout en surveillant que ces derniers se tenaient correctement. On ne savait jamais, il ne fallait jamais laisser un enfant seul avec un animal quel qu'il soit pour des raisons de sécurité.

OoOoOoO

Kazuko assista de loin aux retrouvailles entre le père et sa fille, quelque peu blasée. Son regard se posa sur l'énorme peluche licorne, le bouquet et la boîte à thé et son expression resta blasée.

Elle n'était absolument pas dupe des manigances de son ami d'enfance et si ça marchait à merveille sur Luana qui était de toute manière incapable d'en vouloir à son père adoré, Horus risquait d'avoir une surprise avec elle...

Laissant la petite découvrir sa peluche - magnifique il fallait l'admettre, mais quand même le principe la dérangeait - elle suivit discrètement son ami dans son bureau, toujours avec cette expression purement blasée.

Croyait-il vraiment qu'elle était du genre à se laisser acheter ? Hein ? Vraiment ? Pff. Comme si elle était aussi faible que ça. Comme si elle ne savait pas résister à l'attrait d'un bouquet de fleurs et à une boîte de thé neuve...

Du thé... Ah... Non, Kazuko, ne craque pas, tu dois rester digne et surtout lui montrer qu'on n'obtient pas tout ce qu'on veut en achetant les gens ! Mais du thé, ça allait être dur, argh. Le bougre la conaissait bien.

Cependant, quand l'homme ailé se tourna vers elle les bras ouverts et avec un sourire étincelant comme si tout allait bien dans le meilleur des mondes et comme si rien ne s'était passé, une veine sur sa tempe se mit à palpiter.

Et son regard blasé se transforma en regard noir.

Sentant la moutarde lui piquer le nez, elle fourra sans réfléchir le matou adorable qu'elle tenait dans ses bras depuis un moment dans ceux de son ami d'enfance. Au moins, ainsi, aucun risque qu'elle n'ose frapper Horus ou lui balancer des choses à la figure de peur de blesser l'animal innocent.

- Ce qui me prend ?
Demanda-t-elle avec cette veine qui palpitait de plus en plus. Ce qui me prend ? Essaie-tu de m'acheter pour te faire pardonner, Horus ? Parce que ça y ressemble drôlement !

Elle désigna d'un geste accusateur ses cadeaux en évitant de regarder la boîte à thé tentatrice qui risquait de tout gâcher. Mains sur ses manches à présent, elle fusilla du regard son ami après avoir refermé la porte. Ah, il allait l'entendre ! Même si elle ne criait pas, ne voulant pas inquiéter Luana qui se trouvait non loin d'eux, mais quand même.

Les femmes de la famille Sullivan n'avaient jamais besoin de crier pour faire peur d'après son propre père...

- Et comme si ça ne suffisait pas, tu achètes ta propre fille ! Non mais franchement, est-ce que cette stupide émission télévisée est plus importante que Luana ?! Tu as pensé à elle au moins ? Elle ne t'a pas vu de la semaine, même pas à la télé car j'ai dû lui interdire pour sa santé mentale !


Essoufflée, elle le fusilla du regard avant de reprendre fermement.

- Et un patron qui s'absente pour une semaine au lieu de s'occuper de son travail et de son refuge, ça ne fait pas très sérieux. Ah, et ne me sers pas l'excuse comme quoi ça a apporté de l'argent au refuge. Je ne suis pas née de la première pluie, tu voulais juste t'amuser, n'est-ce pas ?

Toujours furieuse, elle soupira néanmoins et secoua la tête avec un air déçu, espérant faire culpabiliser son ami. Ce n'était pas très glorieux de sa part, mais ça faisait du bien quand même... Elle était humaine, après tout.

- Bon... Ce qui est fait est fait. J'espère juste que tu ne recommenceras plus et que tu te rachèteras auprès de ta fille autrement qu'en lui achetant juste une peluche hors de prix.


Kazuko ne parla pas d'elle parce qu'elle gardait ses sentiments secrets, mais au fond voir Horus participer à cette stupide émission sur le thème de l'amour lui avait fait mal. Certes, c'était bien qu'il pense de nouveau ça après la mort de sa femme, mais... Elle aurait voulu lui crier que l'amour était là, à sa portée, en sa personne.

Du coup, elle lui tourna le dos pour lui cacher son émotion soudaine.

- Et j'espère que tu te rachèteras aussi près de moi car j'ai bossé comme deux pour m'occuper de ta fille et de ton refuge, crétin.

Ce dernier mot contenait trop d'affection pour être vraiment une insulte






Images bonus:
 
Persona (super)
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t1000-horus-all-you-need-is-love#9014
Date d'inscription : 19/08/2018
Messages : 22
Dollars : 33
Crédits : Bunny ♥
Persona (super)
MessageSujet: Re: Inséparables, ou presque {Kazuko}   Dim 21 Oct - 18:00

Inséparables, ou presque
Horus & Kazuko

Horus assiste impuissant à la tempête vivante qui se déchaîne devant lui. Bouche bée, il contemple sa meilleure amie qui laisse sa frustration jaillir comme un torrent de lave en effervescence. Il l’a rarement vu aussi furieuse. Sa douce Kazuko. A mesure que les reproches fusent, le sentiment de culpabilité de l’irlandais enfle. Il finit par détourner le regard. Quel tableau elle dépeint de lui ? Oh, il a bien conscience qu’il a fait preuve d’égoïsme et d’immaturité. Et il est vrai que ses raisons sont, à première vue, parfaitement ridicules. Il ne nie pas ; il voulait s’amuser. Mais pourquoi avait-il voulu s’amuser ? C’est plutôt cette question qu’elle devrait se poser. La bonne humeur d’Horus s’évanouit progressivement, remplacée par la nostalgie.

« Je suis désolé… »


Il y a cette douleur dans le regard de Kazuko qu’il ne comprend pas. Elle a dû se sentir abandonnée pendant une semaine, à devoir gérer son travail et l’absence d’Horus. Et c’est légitime. Mais il n’arrive pas à expliquer sa réaction, malgré sa grande sensibilité. Elle semble trop… affectée pour que ça soit juste ça. Ou alors… elle a tout simplement ses règles. Il tend une main pour la prendre dans ses bras, mais il se ravise, de peur qu’elle ne se dérobe.

« Dis comme ça, c’est sûr que c’est pas très responsable, comme attitude… »


A dire vrai, le jugement sévère qu’elle porte sur son comportement le blesse. Il n’espérait pas qu’elle encourage son initiative, bien sûr. Mais… il a l’impression qu’elle ne cherche pas à le comprendre au delà de ça. C’est peut-être le cas. Pourtant, ils ont toujours su se parler, elle et lui. Mais depuis quelques mois, il lui semble que quelque chose a changé. C’est peut-être la mort de Paloma, ou… quelque chose de plus ancien qu’il n’avait pas vu avant. Il soupire avant de se tourner vers la fenêtre. Il pose le chat sur son bureau puis croise les bras, le regard rivé sur l’extérieur.

« C’est vrai, je voulais m’amuser. J’avais besoin de respirer, de me changer les idées. Ce n’était pas la plus brillante de mes idées, j’ai agi sur un coup de tête. Mais de là à dire que j’ai voulu acheter ma fille pour me faire pardonner, je trouve ça un peu dur. Je voulais juste lui faire plaisir… comme pour toi… »


Horus marque une pause ; ses pensées s’orientent vers Paloma, et sa gorge se serre comme à chaque fois. A l’extérieure du bureau, il entend sa fille qui parle à sa nouvelle amie en poussant régulièrement des gloussements.

« Tu peux comprendre que parfois, ça devient difficile de gérer… »


Finalement, il a seulement voulu se soustraire à son absence. Ne plus penser à elle et à tout ce qu’elle a laissé derrière en disparaissant. Elle est sans doute heureuse au Paradis. Mais peut-être qu’elle aussi désapprouve son comportement de là où elle est. Il finit par se retourner et constate que sa meilleure amie n’a toujours pas bougé. Est-ce par ressentiment, ou ne sait-elle simplement pas quoi lui répondre ? Quoi qu’il en soit, il n’aime pas lorsqu’ils se prennent la tête, surtout pour des broutilles. Et puis il doit bien reconnaître qu’il est en tort, dans l’histoire. Il se rapproche de Kazuko pour finalement passer ses bras autour de sa taille et serrer contre lui, le dos de la jeune femme calé contre son torse.

« Je suis désolé si je t’ai froissée, ça n’a jamais été mon intention, au contraire. Si mes cadeaux ne te conviennent pas, qu’est-ce que je peux faire pour être pardonné ? »


Sa voix est emprunt d’un soupçon de détresse. Kazuko est ce qu’il a de plus cher, avec sa fille. S’il devait la perdre, ou si leur amitié devait se détériorer, il ne sait pas s’il le supporterait. C’est pourquoi il ne peut jamais rester longtemps fâché ; il a besoin d’elle, aujourd’hui plus que jamais.

(c) Etilya






X-Trem Factory (super)
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 01/10/2018
Messages : 13
Dollars : 14
Crédits : Ben et Horus
X-Trem Factory (super)
MessageSujet: Re: Inséparables, ou presque {Kazuko}   Dim 9 Déc - 17:53

ft. Horus

Le rp se passe après que Horus ait participé à la Maison de l'Amour, show télévisé organisée par les autorités d'Astrohel. Kazuko l'attend de pied ferme pour lui dire ce qu'elle pense de cette histoire... Affaire à suivre ~

Inséparables ou presque

Kazuko ignorait les raisons qui la poussaient à s'emporter autant. Elle qui trouvait une raison de sourire et de garder sa bonne humeur, elle toujours si calme et paisible... Se transformer en volcan en éruption ne lui ressemblait vraiment pas...

Et pourtant, si elle était honnête avec elle-même, ce qu'elle avait toujours essayé de faire, elle connaissait parfaitement les raisons pour lesquelles cette affaire la touchait autant. Et ce n'était probablement pas de bonnes raisons...

Néanmoins, cela n'était pas une raison pour traiter l'homme qu'elle aimait de cette manière, avec aussi peu de considération pour ce qu'il pouvait lui-même ressentir. Et était-ce vraiment mal qu'il veuille se changer les idées et oublier Paloma un temps ? Probablement pas...

- Excuse-moi, souffla-t-elle tout doucement, de manière presque inaudible.

Elle voulut rajouter quelque chose, mais sa gorge se serra et elle se détourna pour regarder la photo sur le bureau, autant par fierté et pour se donner le temps de se reprendre que pour éviter la souffrance de son ami.

Les paroles d'Horus parvinrent cependant à ses oreilles et elle finit par se retourner vers lui après avoir inspiré discrètement pour se donner du courage. Sa main vint chasser une mèche rose rebelle de son visage par automatisme alors que son regard s'attristait devant les paroles de l'ange.

La culpabilité était une amie fidèle, mais oh combien douloureuse et cruelle. Quel genre de monstre était-elle pour avoir pu balancer de telles choses alors qu'Horus faisait un père et un ami formidable ?

Bien sûr que ça devait être dur pour lui depuis la mort de Paloma... Malgré son entrain et son sourire habituels, elle aurait dû voir à travers le masque, elle qui le connaissait depuis tellement longtemps...

Aussi laissa-t-elle le directeur du refuge la prendre dans ses bras, s'appuyant même sur lui et laissant sa tête reposer sur son torse dans une familiarité évidente. Ils étaient tous les deux des personnes particulièrement tactiles et ce genre de démonstration leur était familière.

Comme à chaque fois, la rose se sentit se détendre et se demanda comment elle avait pu lui en vouloir. Leurs rares disputes ou mésententes ne duraient jamais bien longtemps et l'un comme l'autre finissait toujours par tout pardonner.

- C'est moi qui suis désolée, Horus. Ce que je t'ai dit... Mes paroles ont dépassé ma pensée et je regrette vraiment. Tu es un père et un ami formidables, ta fille et moi le savons parfaitement. Mais c'est juste que...

Juste que ça m'a fait mal de te voir jouer avec l'amour de manière aussi insouciante alors que moi, je t'aime vraiment.

- ... Juste que ça m'a fait bizarre de ne pas te voir pendant une semaine.

Menteuse. Lâche.


Se retournant avec un sourire de façade, Kazuko se mit sur la pointe des pieds pour embrasser la joue de son ami dans une démonstration d'amitié banale pour eux. Même si pour elle, cela cachait sans doute davantage.

- Tes cadeaux conviennent très bien, baka. Tu n'étais vraiment pas obligé, c'est très gentil... Mais je ne dirais quand même pas non à ce que tu travailles autant que moi à partir de maintenant.

Son ton taquin prouvait que c'était davantage qu'un reproche cette fois. D'ailleurs, elle lui donna un coup sur le bras avec sa force de fourmi pour la forme avant de se détourner pour observer de plus près le bouquet de fleurs et la boîte de thé que son ami d'enfance lui avait apporté.

Le nez dans les fleurs, elle respira son parfum, ses boucles roses volant autour de son visage avant de se redresser et de s'appuyer cette fois contre le bureau, son regard azur rivé sur son ami.

- Au fait, j'espère au moins que tu t'es bien amusé.

Il y avait plutôt intérêt vu l'enjeu pour elle...


Mais malgré le pincement à son cœur qu'elle éprouverait sans doute longtemps, elle faisait déjà la paix avec cette histoire, incapable de rester rancunière. Surtout avec lui.  






Images bonus:
 
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Inséparables, ou presque {Kazuko}   

Inséparables, ou presque {Kazuko}
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Astrophel City :: Saten District :: Quartier résidentiel-