AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
avatars manga ☆ rp libre ☆ combats au rendez-vous ☆ venez participer ! on est gentils (⦿ ‿ ⦿)
Le PDG de la X-TREM Factory entretiendrait une relation des plus intenses avec sa vice-présidente. On espère que ce n’est pas cette affaire qui a distrait l’ancien Phoenix de son travail et qui a entraîné un manque de sécurité lors de la dernière conférence de presse de l’entreprise où à eu lieu une explosion causant la mort d’un de ses haut-gradés...
Le mystérieux « Mist » dont l’apparition soudaine a récemment secoué la ville serait en fait une association de trolls désoeuvrés voulant profiter de la panique des récents attentats pour gagner plus de popularité sur les réseaux sociaux.
Il paraîtrait que le fondateur de la ville Edward Astrophel aurait été le descendant direct de Diogène, le philosophe grec qui vivait dans un tonneau. Incroyable !
les rumeurs



Partagez | 
lost boys like me are free ☆ prince miles
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
élève à l'Académie
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 10/10/2018
Messages : 13
Dollars : 10
Crédits : saul (av)
élève à l'Académie
MessageSujet: lost boys like me are free ☆ prince miles   Mer 10 Oct - 22:15

Alistair Miles Brunswick-Windsor
I wanna drink until I ache
I wanna make a big mistake.
(I already did.)

ft. mikaela hyakuya
((owari no seraph))
Nom Brunswick-Windsor.
Prénom(s) Alistair Miles.
Âge 18 ans.
Surnoms Son Altesse Royale, mais il préfère Miles, il en a marre des références à son titre.
Orientation sexuelle Dans sa petite tête conformiste, il est hétérosexuel jusqu'à preuve du contraire, mais il serait faux de dire que l'idée d'expérimenter avec un homme ne l'intéresse pas, cela mettrait la Reine hors d'elle. ♡
Groupe Académiciens.
Ce qu'il pense de la situation à Astrophel Si c'est cela être puni, punissez-le toute sa vie.
Métier Étudiant, même en exil, il demeure un personnage public.
Nationalité Britannique.


Super-pseudo Il n'en a pas encore.
Pouvoir Manipulation des souvenirs.
Description du pouvoir Il peut falsifier la mémoire d'un individu en ajoutant, supprimant ou modifiant les souvenirs. Plus le souvenir est lointain ou important, et plus il est difficile à altérer.

Taille Le mètre soixante-treize.
Poids Une musculature apparente, des épaules carrées, un dos large, dans les alentours des soixante-douze kilos.  
Cheveux Chevelure blonde, héritée de la duchesse, en épis, toupet assez long, tombe dans les yeux ; lorsqu'il fait du sport ou qu'il peint, il les relève avec une barrette, pour dégager sa vue. Lors des soirées mondaines, il les attache en catogan, même s'il a l'air parfaitement ridicule.
Yeux Bleus, le cuisinier dit qu'ils ont la couleur de l'océan Indien.
Particularités physiques La plus grande nouveauté, un sourire sincère depuis son arrivée en Amérique ; une paire de lunettes de lecture ; une chevalière autour du pouce ; une montre de valeur autour du poignet ; des doigts fins, propres à tout pianiste ; des imperceptibles tâches de peinture sous ses manches ; une odeur de parfum, la bouffée coûte plus cher que la totalité de ta tenue ; l'absence totale de cicatrices, le petit oiseau était bien protégé dans sa cage dorée 
Style vestimentaire Polos ; chemises ; jean ; pantalons en velours ; de plus en plus de jeans ; des chaussures de cuir ; un uniforme militaire pour les grandes occasions, pour jouer aux grands ; un complet ; une tenue noire dans une valise, au cas où un membre de la famille royale décéderait pendant qu’il serait en Amérique ; des lunettes de soleil trop chères ; toujours de la grande marque, tous ses vêtements lui sont donnés par les plus grandes entreprises de mode, désireuses d’augmenter leurs profits en habillant le petit prince, son Altesse Royale.


K I N G   O F   N O T H I N G ___
Caractère

Tu es photogénique, habitué aux représentations médiatiques, aux apparitions publiques depuis ton plus jeune âge. Toujours en shorts jusqu’à tes huit ans, le pantalon étant réservé pour les hommes et les grandes personnes, tu as appris la rigueur. Cette faculté à apparaître beau en toutes circonstances, ta chevelure blonde, c’est la première chose dont le monde traitera, mais ce n’est pas un trait de personnalité. Ce n’est pas comme si tu étais une véritable personne de toute manière, dans tous les sens du terme, tu es un personnage, une image imprimée sur le journal, sur les télévisions, sur la toile ; une vie finie et redéfinie, minée et examinée à un tel point que si ce n’était pas la tienne, tu douterais parfois même de sa simple existence.

Si on devait te demander de te résumer en un mot, ce ne serait pas connard ou salaud, comme les professeurs et les élèves de ton ancienne école aiment le rappeler, ce ne serait même pas capricieux comme le disaient les femmes de chambre. Pour te décrire, tu emploierais le terme de discipliné ; c’est la première chose que tu retiens de ton éducation. Depuis que tu es tout petit, tu as combiné les études avec le sport, la musique, les langues, les cours du soir, les apparitions publiques et les rares sorties qui pouvaient passer sous l’œil de la presse, tu as appris à gérer ton apparence et ton temps, à tout conserver dans l’ordre, tes cheveux, ton image, mais tu avais une faille : les émotions.

Sensible, tu ressentais les choses plus fortement que les autres de ton âge, ce qui a rapidement été une faiblesse dans un monde où tu étais mis sur un piédestal. Quand les gens connaissent la corde sensible, ils aiment la tirer, pour voir le point de rupture, donner des coups sur le vase pour savoir quelle larme le fera tomber à terre. Anxieux, tu faisais des crises de panique, ta poitrine se compressait, et tu n’avais personne pour te venir en aide. Tu faisais des cauchemars, tu avais l’impression que tu allais mourir, quand tu pleurais le soir. Les oreillers étaient mouillés, personne ne te sauvait, menteur, tu avais appris à cacher ce qui te rendait triste parce que les princes n’ont pas à l’être, ils sont les sauveurs des princesses, et les rendent heureuses jusqu’à la fin des temps.

Doux, tu étais affectueux, et même si tu faisais souvent la moue envers les nounous, les cuisiniers, tous ces gens qui faisaient tout pour te rendre heureux, tu les aimais et tu leur en étais reconnaissant. Simplement, tu étais dépendant affectivement ; tu aurais aimé que tes parents passent une main sur ton épaule pour te dire qu’ils étaient fiers, mais tu sais qu’ils n’avaient pas le temps et devaient s’occuper des choses plus importantes. Mature, tu avais compris que ton existence ne pouvait prévaloir sur celle de toute une population, alors tu as commencé à t’intéresser à leurs activités, dans l’espoir de te rapprocher de ces êtres qui t’ont donné la vie.  

Compréhensif, tu as compris les jeux du monde, les émotions des gens, tu as grandi ta vie en regardant le peuple. Optimiste, tu n’étais pas misanthrope, dévoué, tu aimais le monde, tu pensais que ton rôle de prince était une responsabilité, alors tu as pris la peine de tout apprendre, de tout mémoriser, toutes ces coutumes à respecter pour le simple amour de tes parents. Tu étais fiable, sociable, tu aimais débattre, tu étais humaniste ; tu voulais rejoindre le plus de gens possibles. Tu devais apprendre l’anglais et le français – pour les relations internationales – mais tu as rajouté l’allemand et l’espagnol, simplement par amour de ce monde, peut-être aussi parce que tu avais l’impression de devoir faire tes preuves à tout un continent pour montrer que tu étais capable de faire les choses par toi-même.

Persévérant et tenace, tu fais tout pour être le meilleur. Certains diront que tu es né avec une cuillère d’argent dans la bouche, mais ce n’est pas entièrement vrai. S’il y a une chose qui t’appartient, que tu as réussi à avoir par toi-même et que tu ne dois à personne, c’est ce corps.

(Les épaules sculptées par la natation, les cuisses renforcées par la course, les bras taillés par le tennis, la stature par le polo, l’équilibre par la danse, le regard par le tir, le dos par les sports hippiques, la vitesse par le football, la carrure par le rugby ; un jour, il plaquerait tout, l’Apollon, le Narcisse, il aurait aimé, dans son reflet, se noyer.)

Tu as grandi dans une bulle, apprenant que tu étais le meilleur, que tu méritais d’être vu, suivi sur tous les réseaux sociaux, mais tu as grandi seul. Lors des voyages officiels, tu ne pouvais même pas voyager avec ta sœur, la Reine l’avait proclamé, deux avions différents, afin que l’un d’entre vous ne survive si un accident devait survenir, parce qu’avant d’être vos propres personnes, vous existiez pour prendre sa place, mais tu ne veux prendre la place de personne.

À force des commentaires sur chacun de tes mouvements, sur chacune de tes respirations, toute cette incertitude s’est remplacée par de la fureur. Colérique, tu en voulais à tes parents de t’avoir fait naître sur ce trône vers lequel ils ne prenaient même la peine de te conduire, de te protéger de tous ces flashs, qui te faisaient pleurer la nuit, qui nourrissaient tes craintes, hantant tes cauchemars, te remettant en question, pourquoi autant de sport, pourquoi autant d’arts, pourquoi les héritiers nobles se cassent-ils la tête à tout apprendre, tu as compris, c’est pour oublier, c’est pour extérioriser, parce qu’autrement, ils se briseraient, mieux vaut pleurer et crier en sol majeur que de se retrouver au sol avec une blessure majeure, meilleure option est celle de parler de romantisme, d’impressionnisme, de classicisme, que de parler de ce commentaire qui blesse, boire son thé en conversant Apollinaire et Baudelaire, que de se faire dire que l'on ne servait à rien d'autre que d'avoir des beaux airs.

☆☆☆

Tu ne peux pas dire quand tout a sauté, mais si les gens disaient que tu n’étais jamais content, tu ne peux que leur donner raison, tu n’étais pas heureux. En grandissant, tu as appris que tu ne pouvais avoir confiance en personne et tu as compris que quand on ne peut avoir confiance en personne, alors il faut avoir confiance en soi. Assuré, tu n’as laissé personne te dicter ta valeur, tu as développé une carapace pour te protéger des gens et en plaçant ton existence au-dessus des autres. Dragueur, si tu recherches la compagnie des dames, il est difficile d’en trouver qui pouvait te satisfaire, petit prince difficile, capricieux, lunatique, habitué à être le centre du monde. Elles sont toutes attirées par ton titre, tombe dans tes filets, mais ce ne sont que des jambes écartées, des filles qui te font enfler les chevilles pendant que tu ne prends ton pied, mais elles te procurent quelque chose que tu n’as jamais pu avoir auparavant, pas les étreintes, les câlins, mais simplement le plaisir, une autre blancheur que le nacre de ton palais, la libération d'un autre sel que de celui de tes pleurs.

Cependant, ce n’est pas que tu repousses tout le monde, il y a de ces rares exceptions, de ces gens qui comprennent ce que tu désires, qui peuvent savoir ce que tu traverses, c’est pour cela que tu recherches surtout les gens qui te ressemblent, qui n’ont rien à gagner avec ton titre. En amitié, tu es fidèle, capable de te dresser devant le plus grand mal, protecteur, tu ferais tout pour les tiens, pour ceux qui ont prouvé qu’ils étaient là pour toi et non pour ta couronne ou tes richesses. Même si tu les aimes, tu demeures insouciant, influent, remplissant leurs verres encore une fois, ajoutant une capsule pour que tes camarades ne s’éclatent. Dangereux, tu vas dans les extrêmes, tu es démesuré parce que tu n’as jamais appris à saisir l’ordinaire, étant élevé comme si tu étais extraordinaire.

Traditionaliste, pouvant difficilement changer, tu es parfois un peu radical, un brin conservateur, même si tu es farouchement protecteur envers ta petite sœur, tu dois encore prendre la peine de te remettre en question quand tu penses que les femmes ne sont faibles, mais les pensées en disent long. La première pensée montre ce que tu as appris, la seconde dit ce que tu vaux en tant que personne.

Intrépide, tu aimes les défis, malin, tu ne t’es jamais fait prendre dans tes mauvais coups et brutalement honnête, tu ne prends pas la peine de mâcher tes mots. Tu es capable d’affirmer ce que tu penses ; tu n’es pas amoureux, tu avais simplement eu envie de coucher avec elle, et qu’elle ne s’attende à rien, tu ne sortais pas avec les grosses, non seulement elle avait du culot de penser cela, et elle avait pris un peu de cul, tout de même.

Le problème, c’est que tu repousses les gens avant que ces derniers ne partent, c’est que tu te sens seul, et que même si tu es moqueur, railleur, arrogant, odieux, tu n’es pas aussi méchant que le monde ne le prétend, que ta grand-mère ne le pense. Tu es incompris, tu n’en peux plus de vivre ta vie en sachant que chacun de tes prochains mouvements est scruté. Tu aimerais avoir le droit à l’erreur. Tu aimerais faire des études en droit et donner ton avis sur la politique. Tu es un titre, un nom de famille, un petit prince vaniteux, mais personne ne cherche à savoir, à comprendre, que si tu es aussi dépensier, ce n’est pas simplement parce que tu as grandi dans le luxe, c’est parce que tu sais qu’un jour, tu seras assis pour le reste de ta vie, alors autant profiter de ton existence pour te faire le moindrement plaisir. Tu demeures un adolescent ordinaire, enfin, ce n’est plus le cas maintenant, tu as dix-huit ans et tu as l’impression d’être passé à côté de la vie.

Tu es un connard, un salaud, tu es un grand nom qui se fait traiter de mots encore plus gros que lui. Après, que les journalistes ne disent ce qu’ils veulent. Un connard, ce n’est qu’une personne qui a raison et qui vexe les idées d’une autre personne. Tu as raison, tu as toujours raison. Désillusionné, tu es pessimiste parce que tu es réaliste ; tu as suffisamment d’argent pour vivre sans travailler.

C’est ce qui te rend triste, d’une certaine manière, de n’avoir rien à tenter d’atteindre, aucun but, aucun objectif, aucun rêve, la seule certitude étant celle de devenir l’héritier un jour, et ce mot tue tout.

Hériter.

Ce n’est pas avoir par soi-même.

☆☆☆

C’est étrange tout de même.

Être envoyé au loin parce que l’on ne suit plus le protocole, parce que l’on ne correspond pas aux attentes, parce que l'on voulait rire, avoir du plaisir, comme si un jeune adulte en quête d'expérience représentait la pire des menaces, mais eh.  

Que Dieu ne sauve la Reine.


Histoire


La famille royale n’est pas au courant que Miles avait un pouvoir. Même aujourd’hui, elle ne sait pas que le jeune homme a une capacité spéciale. Il peut manipuler les souvenirs. Ce pouvoir est discret, mais a été repéré pour la première fois par les enseignants de Stanford, l’université que Miles a fréquenté, une fois arrivé aux États-Unis.

C’est ainsi qu’il est arrivé à Astrophel Academy.


☆☆☆

De la naissance de son Altesse Royale Prince Alistair-Miles de Cambridge
Tel que prescrit par les plus anciennes traditions britanniques, le prince est né au château, mais toute la population britannique pouvait s’y attendre. Après que la nouvelle ait été transmise au cercle intérieur – la Reine en priorité, par le biais d’un système téléphonique ultra-sécurisé qui ferait passer le Département de la Sécurité intérieure des États-Unis pour une bande d’amateurs –  l’annonce officielle de la naissance de l’héritier de la Couronne avait été placée dans la cour du Palais de Buckingham, aussitôt que les médecins attitrés de la duchesse Sophie avaient été en mesure de confirmer une date de naissance pour l’héritier à venir. Par souci de publicité, le communiqué a été posté et des annonces ont été faites sur Facebook et Twitter, par le biais des réseaux sociaux officiels de la famille royale.

(Ta naissance, c’est probablement le moment le plus long que tu n’aies passé avec tes parents. Autrement, ils n’avaient pas le temps, ils disaient, ils avaient un peuple, une population. Quand ils ne savaient pas qui tu étais – tradition obligeant les parents à ne pas connaître le sexe de leur enfant – ils t’avaient déjà aimé, quand ils savaient qui tu étais, ils t’ont repoussé.)


103 coups de canon ont été tirés pour annoncer la naissance, le drapeau britannique a surmonté le sommet de tous les bâtiments officiels, mais le nom de son Altesse royale n’a été connue que trois jours après sa naissance.

(Ce n’était pas comme s’il aurait été véritablement surprenant, tous tes prénoms sont ceux de tes ancêtres.)

Lors de la première apparition publique, la duchesse Sophie portera une robe pastel, et les armes seront levées pour accueillir son fils, depuis la Tour de Londres et Green Park.

(Quand t’y repenses, c’était peut-être la première déclaration de guerre que ne t’avait lancé la Reine.)


Son Altesse Royale Prince Alistair-Miles de Cambridge sera baptisé par l'archevêque de Cantorbéry, dans la chapelle royale du palais de Saint-James, le même lieu où Jésus a été baptisé. Il recevra de nombreux cadeaux de tous les gouvernements royaux et aucune couche jetable ne sera utilisée pour ses sacro-saintes fesses. Ses parents ne s’occuperont pas de lui.

(Tu claironnes, tu claironnes, tout comme l’enfant saint à son père, mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?)



☆☆☆

De l’éducation de son Altesse Royale Prince Alistair-Miles de Cambridge, fils du duc Charles de Cambridge et de la duchesse Sophie, petit-fils de la Reine d’Angleterre, héritier de la Couronne britannique

L’enfant grandit à Londres et semble embellir à chaque jour. De sa mère, il tient les cheveux clairs et de son père, son regard bleu qui perce les âmes, qui modifie les souvenirs, qui fait rappeler, qui fait oublier, mais qui a la lassitude de la vieillesse. Habillé des meilleures marques, il erre dans ce château trop grand pour lui. Ses parents ne sont pas présents, mais il est entouré par ses nombreuses nounous, ses six parrains et marraines qui viennent passer un peu de temps avec lui. Sa professeure d’art plastique vient le chercher pour le former à la peinture et aux noms des différents peintres.

(Ta peinture préférée est la Joconde.)  


Il fait tout.

Tout.
(Tout.)

Après les arts plastiques viennent les cours de chant et de piano

Éducation de Gargantua pour un garçon à l’intelligence qui croît, mais qui ne croit toujours pas.  

Quand il fait de l’équitation avec son poney, les gardes du corps l’entourent, s’assurant qu’il ne se blesse pas, mais surtout, que personne ne le blesse, que personne le regarde, il ne peut se montrer sous l’œil des gens que lorsqu’on ne lui en accorde la permission. Le petit profite cependant de moments de répit, passe du temps avec la famille Harrington, la famille la plus proche de la famille royale, avec laquelle elle partage un ancêtre, mais même au milieu de tout cela, avec ses nombreuses activités, Miles ne sourit pas. De toute façon, personne ne pouvait le forcer ; quand ses nounous lui demandaient pourquoi il ne semblait jamais heureux, il hausse les épaules et leur dit de demander à la professeure d’art.

(Tu aimais le fait que tout le monde aime Mona Lisa, même si elle ne souriait pas.)  


☆☆☆

De la fréquentation de l’école privée de Westminster et du non-respect de la règle interdisant à son Altesse Royale Prince Alistair-Miles de Cambridge d’avoir un ami proche au détriment de ses autres camarades

Après avoir reçu une éducation de nombreux précepteurs, tous les maîtres de leurs disciplines respectives, l’enfant est envoyé à la meilleure école du quartier le plus chic de la capitale : l’école privée de Westminster.

(Il comprend, là-bas, il a le droit d’être Miles.)  


Miles ne comprend pas le fonctionnement de l’école, tout comme personne ne le comprend. Il est étrange, il ne met jamais de pantalon, il parle comme une grande personne, il chante et joue à la pétanque dans un coin de la cour. Il n’aime pas les livres avec des images et ne signe pas ses travaux, parce que tout écrit de la famille royale pouvait être recopié et utilisé à mauvais escient.  

Les professeurs n’étaient pas impassibles à l’enfant royal. Ce dernier était trop intelligent par rapport aux autres élèves de sa classe, et il ne pouvait s’empêcher de se moquer des autres, qui ne comprenaient pas certaines parties de la matière ou qui savaient à peine écrire. Sans être méchant, Miles était surtout en décalage avec ses camarades, sans être odieux, il était mal compris, il entendait les rumeurs selon lesquelles il était détestable.

S’il ne laissait rien paraître, il se renferme.

(Comme il est spécial, ce petit garçon qui ne sourit pas.)

Dans la cour de récréation, il est assis seul avec un livre – Dickens – et quand il se fait déranger par un ballon, qui le touche au genou et qui lui fait mal, il adresse un regard sombre au contrevenant. Personne n’a le droit de toucher un membre de la famille royale ; il le dit sans se douter que cela pouvait sonner prétentieux, mais il le dit parce que cela est un fait, parce qu’il ne peut pas changer ce qu’il est.

(Comme il est hautain, ce petit garçon-roi.)


Un jour, alors qu’il repousse un autre perturbateur, il se rend compte qu’il a affaire à une personne aussi caractérielle que lui et que celle-ci est prête à en découdre. Miles se lève pour se battre, mais Diana le retient et l’empêche de faire quelque chose qui lui vaudra la première page dans tous les médias de la ville.

S’il est arrivé à passer au travers de cette école, c’est bien parce qu’il l’a retrouvée. Diana est particulière, Diana est la seule personne qui peut le comprendre, qui sait qu’il ne joue pas de son titre, qu’il ne fait que l’assumer, parce qu’il ne peut pas échapper à son héritage. Diana le connaît comme il la connaît : ils ont été élevés ensemble depuis leur naissance, ont développé des centres d’intérêt similaires et avaient le même réseau.

Il avait toujours aimé Diana. Depuis les premiers jours, elle avait été la seule à lui tenir tête, à lui dire les choses en toute honnêteté, mais surtout, à avoir tenté de l’empêcher de faire des erreurs irréparables. Les professeurs ne s’en soucient pas, ne voulant pas accorder de traitement de faveur au petit prince, par souci de neutralité, disaient-ils, et puis, ce n’était pas comme s’il souffrait vraiment.

(Madame, Monsieur, il n’y a pas que les pauvres qui se font harceler.)

(Madame, Monsieur, cela peut être difficile à croire, mais les garçons riches souffrent aussi. Si vous vous plaignez qu’ils grandissent en étant sans cœur, c’est parce que leur cœur a brûlé pendant que vous vous moquiez, et la noirceur que vous voyez dans leur regard, les ténèbres que vous percevez dans leur agissement, ce ne sont que les cendres, les méandres de ce qu’ils étaient auparavant.)



☆☆☆

De l’adolescence, des déboires et des frasques de son Altesse Royale Prince Alistair-Miles de Cambridge : Partie I
Miles franchit les portes de l’adolescence en compagnie de celle qu’il considérait comme sa meilleure amie. Normalement, il n’avait pas le droit de choisir un ami favori – sinon, cela excluait les autres membres de son école – mais il savait que Diana était sa personne préférée dans l’univers.

Ils ont toujours partagé la même vision des choses. Allongés dans l’herbe de la cour de Buckingham, ils se faisaient des confidences, remettaient la vie en question, parmi les fleurs, sous les drapeaux britanniques, et quand Diana regardait le ciel, Miles se retournait vers elle, se perdant dans ses cheveux sombres, dans son cou qu’il n’avait même pas envie d’embrasser. Ce n’était pas de l’amour au sens romantique, mais il aimait le fait qu’elle le comprenne, qu’elle ne succombe pas à son charme, qu’elle ne soit pas comme les autres, qu’elle accepte le fait qu’il ne soit pas bon, ni mauvais.

(Avec elle, il pouvait être à la fois le prince et la personne. )

(Elle lui donne presque envie d’aimer la Couronne.)  


Elle doit le croire solitaire quand elle lui présente Christiana Aelys Van Der Rohe, l’une des membres de la famille royale des États-Unis d’Amérique qui vient souvent en Angleterre passer l’été chez les Harrington. Il les connaissait, au Palais de Buckingham, toutes sortes de rumeurs courraient sur les Van Der Rohe qui n’étaient pas toujours des plus flatteuses. Pour sa part, il connaissait la demoiselle pour avoir lu sur elle des articles selon lesquelles elle était stupide et expressive, mais surtout qu’elle adorait l’attention.

(Dans tout cela, il voit l’occasion de consterner la Reine.)  


Souriant à Diana, Miles lui affirme qu’il adorerait rencontrer Nina. Plus elle le décrit et plus il tombe amoureux, pas de la fille, mais du scandale que cela provoquerait. Les relations historiques entre la Grande-Bretagne et les États-Unis n’ayant pas été toujours flamboyantes, et cette demoiselle promettant d’être une véritable cruche, Miles voit l’occasion rêvée de scandaliser la Reine, et de provoquer ses parents.

☆☆☆


De l’adolescence, des déboires et des frasques de son Altesse Royale Prince Alistair-Miles de Cambridge : Partie II
Il rencontre Nina, il la fréquente pendant huit mois en espérant que ses parents ne réagissent à la relation. Quand ils sont ensemble, tout le monde les regarde, tout le monde les envie, ils font l’objet de toutes les discussions, de tous les ragots des médias.

C'est une relation particulière. Même s'il y a de la distance entre eux, elle n'est pas un fardeau, Nina étant scolarisée à distance, pouvant se permettre de venir le voir, lui profitant de chaque moment libre pour faire un tour en Amérique. Le public se pâme quand son bras passe autour de la hanche de la demoiselle et quand ils se retrouvent, après des heures de jet, qu'ils s'embrassent, tout le monde voudrait être à leur place.  

(Le reste du temps, ils ne le voudraient pas.)

Miles n’est même pas surpris de voir les photographies de leurs innombrables sorties dans les magazines. Il se dit qu’il a tout à gagner dans sa relation, non seulement la réaction de ses parents, mais aussi, son amour semble le rapprocher en même temps de Diana.

Cependant, il se fait prendre à son propre jeu, il se rend compte que les médias mentent. Nina est beaucoup plus intéressante que ce qu’il ne pensait. Ils se sont disputés, mais elle était suffisamment intelligente pour l’écouter, ils se sont réconciliés, sont apparus ensemble lors des plus grands évènements. Elle ne s’en est pas rendue compte, mais elle l’a sauvée quand il était sur le point de faire une crise de panique, lors d’une apparition officielle. La manière dont elle s’exprime, dont elle danse, Miles ne l’a pas oublié.

(La manière dont elle lui a fait du bien, il l’a toujours en tête.)


Il l’a aimé pour de vrai, enfin, il aurait pu l’aimer pour de vrai. Il se souvient encore de leur première fois, dans sa chambre, il ne l’avait dit à personne, mais c’était sa première fois aussi, et il ne pense pas qu’il aurait pu en avoir une meilleure. Nina, il aurait pu l’aimer pour de vrai, il aurait aimé l’aimer pour de vrai, mais il ne pouvait pas, elle était un simple outil pour obtenir l’abasourdissement de ses parents.

Le seul problème, c’est que peu importe ce qu’il fait, ses parents ne sont même pas suffisamment présents pour s’en préoccuper. Il avait cru que sa relation avec Nina allait les mettre à terre, mais ils ont haussé les épaules. Tant qu’il fréquentait une fille de son rang, et qu’il était heureux, cela n’avait aucune importance.  

(Son désir de scandaliser ses parents est supérieur à celui d’être avec Nina.)


Alors il fait la chose la plus immonde que l’on ne puisse faire à cet âge. Dans un coin de la salle de bal, il a une fille à chaque bras. Le bras autour de la hanche de la première, il a le bras autour du cou de la seconde, embrasse la première avant de passer à la seconde. Il s’assure que Diana ne le voit, en pleine déchéance.

Connaissant Diana, elle pousserait Nina à le quitter, comme il la trompait. Par la suite, il pourrait dire à Nina que c’était elle qui avait provoqué la rupture, si jamais il avait envie d’un nouveau plan cul ; lui, il utiliserait sa capacité, celle de modifier les souvenirs, s’il ne comprenait pas vraiment comment elle fonctionnait, il savait qu’il était capable de faire oublier aux deux filles qu’elles avaient passé la soirée avec lui. Diana passerait pour une menteuse. Nina serait dans sa poche. Elle l’est encore. À chaque nouvelle photo, il met un pouce bleu. Il n’en mettra pas sur la prochaine, mais il laissait sa trace. Nina ne l’oublierait pas.

Il commence à dévier du droit chemin. Il organise de nombreuses soirées chez lui, l’alcool coule à flots ; on se croirait dans Gatsby le Magnifique, sauf que c’est lui qui ouvre les portes du Palais Royal.  


☆☆☆

Du départ de Diana Harrington-Levy
Diana doit partir.

Quand elle le lui annonce, Miles demeure silencieux.

Diana était sa partenaire de mauvais coups, sa confidente, son amie, son tout. Quand ils étaient jeunes, ils terrorisaient, quand ils étaient plus vieux, ils avaient suscité toutes les envies. Avec elle, dans le jet privé de la famille royale, ils étaient allés à Milan, le jour où elle voulait faire du shopping, à Paris, le jour où il avait eu envie de manger des croissants.    

Quand elle est partie, il était amer, mais au final, il ne l’est pas resté longtemps. Diana était simplement plus courageuse que lui, phénoménale, et elle est probablement la seule personne au monde qu’il ne pourrait jamais détester. Assis dans l’herbe, il se dit que ce n’était pas une coïncidence qu’elle porte le nom de Lady Di, alors que lui ne rêvait que de se trouver loin, Miles and Miles away, sans en avoir le courage.

Il comprend pourquoi il n’a jamais pu lui dire qu’il l’aimait.

Quand Miles aimait, c’était comme avec Nina.

Quand Miles admirait, c’était comme avec Diana.

C’était encore plus fort.


☆☆☆

De la consternation de la Reine d’Angleterre face au comportement de son Altesse Royale Prince Alistair-Miles de Cambridge
S’il n’avait pas reçu l’attention de ses parents en faisant la fête et en s’adonnant à des activités non recommandables, il reçoit l’attention des médias. Il se voit sur la première page de tous les magazines people : un relatait qu’il avait été surpris en train de fumer un joint en compagnie de mauvaises fréquentations. En vérité, c’était lui qui leur avait fourni la drogue. Si les journalistes avaient été plus attentifs, ils auraient remarqué que la came avait été roulée dans des partitions de Beethoven.

Son Altesse Royale est convoquée au bureau du Duc de Cambridge. Même s’il savait que ce n’était pas pour de bonnes raisons, Miles ne pouvait s’empêcher d’attendre avec impatience de se retrouver avec son père.

Il se rend compte que c’est étrange de se trouver en sa compagnie, il n’est tellement pas habitué. Après une discussion, il comprend que la Reine ne supporte plus son comportement et avait demandé à son fils de recadrer son enfant. Charles dit à Miles que son comportement était insupportable et qu’il devrait vivre à l’étranger pendant un certain temps, pour réfléchir à ses actions. Miles hoche la tête.

Même s’il avait appris plusieurs langues, il avait peur de l’étranger. Il avait grandi dans sa cage. Quand il demande la destination, il se fait dire que ce sont les États-Unis. Alors, il se mord l’intérieur de la joue pour ne pas sourire, pour ne pas éclater de rire.

☆☆☆

AMERICA BEACHES
Miles a pris l’avion en classe économie où il a pu profiter d’un repas de pâtes aux fruits de mer, habituellement interdit pour la famille royale en raison d’un risque d’intoxication alimentaire. Heureux d’être traité comme une personne normale, Miles dévore le tout, savourant les pétoncles et les morceaux de pieuvre et appréciant le manque d’espace. Ce minuscule siège avec ce verre de Fanta à la couleur vive, c’était mieux que tout ce qu’il n’aurait jamais pu espérer.

Survolant l’Atlantique, il atterrit en Californie, où il doit étudier à l’Université de Stanford. Sachant qu’il voulait faire du droit et de la politique depuis son plus jeune âge, ce n’était pas du tout une punition. Bien évidemment, il poursuit ses frasques, son utilisation abusive de son pouvoir pour se taper les nanas qu'il voulait, mais il se fait remarquer. Un de ses professeurs le convoque après la classe et lui conseille d’intégrer l’Astrophel Academy qui serait plus recommandée pour des jeunes comme lui.

Y postulant, il est accepté et ne tarde pas à déménager à Astrophel, commençant les cours à l’académie, quelques mois après la rentrée, développant ce pouvoir qu’il a confondu avec une simple influence. Apparemment, il serait capable d’altérer les souvenirs. Il le sait, mais il pourrait aussi, à long terme, en ajouter et en retirer. Même si c’est vrai, pour lui, ce sont des conneries, mais il est content de retrouver Diana, même s’il ne sait pas que la distance change les personnes, de revoir Nina, même s’il ne se rend pas compte qu’il ne l’aime pas.

En Amérique, il revit.

(Que Dieu ne sauve la Reine.)






derrière son écran...
Pseudo sassan.
Âge 22 ans. Heart  
Disponibilités autant que possible.
Comment t'es arrivé sur le fo ?
C'est Encrine qui me parle en bien du forum depuis plusieurs mois, et j'ai donc décidé de la suivre dans son petit coin de paradis sur Internet. Happy2
T'en penses quoi ? Les annexes et les règlements sont vraiment agréables à lire, je suis impressionnée par la finesse et leur précision, mes félicitations. 03
Code du règlement roman mange le code ♡

Mist
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t716-hold-on-to-your-vision-nedjma#6864http://astrophelcity.forumactif.org/t775-what-a-plot-twist-you-were
Date d'inscription : 31/12/2017
Messages : 55
Dollars : 85
Crédits : Romeo et Saul pour les avatars & Misha pour la signature
Mist
MessageSujet: Re: lost boys like me are free ☆ prince miles   Mer 10 Oct - 23:03


OOOOOH BIENVENUE PARMI NOUS 03
J'ai lu ton début de fiche et Sasha a l'air génial.e, le personnage m'intrigue et j'ai hâte d'en savoir plus sur lui jdsjsdj
(Et un jour peut-être qu'on saura quel PV t'intéresse, un jour........ *fixe*) non, non, je dis pas du tout ça parce que j'en ai un  Dots



Citoyens
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t564-i-ve-learned-from-his-mistakes-romanhttp://astrophelcity.forumactif.org/t566-the-show-must-go-on-romanhttp://astrophelcity.forumactif.org/t575-carnet-de-bord-romeo-co
Date d'inscription : 30/07/2017
Messages : 134
Dollars : 175
Crédits : JONAS ♡
Citoyens
MessageSujet: Re: lost boys like me are free ☆ prince miles   Mer 10 Oct - 23:32

OMG OMG OMG OMG OMG OMG
TOI
JE
T'AIME.

Ptn j'suis tellement heureuse de te voir ici genre POUR DE VRAI après avoir fait du forcing pendant jsp combien de temps AHHHHH mais omg ton idée de personnage je je je ??? Je voulais jouer un perso comme ça (qui n'avait pas encore fait sa transition tho) mais j'ai pas eu le courage de relever ce défi-là de peur de mal faire omg omg omg rien que le début c'est déjà du bonbon pour les yeux goooosh my love mon cookie ♡♡♡

J'adore tout, le concept même du perso, l'avant goût du background avec Persona, son métier, tout tout tout omggg

Trop hâte de lire la suite dlzlxlalfne et du coup si t'as besoin de poser des questions au staff j'suis toute à toi cookie ♡♡♡

Edit : je viens de voir avec quel perso j'ai posté et j'en profite, tu es à 50% la cause de ce prénom sache-le/sbaff


roman dessine en 3B #C5CE64

we learn from our mistakes, the choices that we've made ❞
Citoyens
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t1046-left-with-broken-legs-and-heart-drew
Date d'inscription : 15/09/2018
Messages : 21
Dollars : 30
Crédits : restless (avatar).
Citoyens
MessageSujet: Re: lost boys like me are free ☆ prince miles   Mer 10 Oct - 23:39

je suis super émue par cette fiche
C'est assez rare que je poste sur les fiches sur ce fo pcq j'en lis pas beaucoup oupsi frappez-moi pas mais là jsp jsuis tombée par hasard j'avais pas envie d'aller dormir et-
fiou
je regrette rien du tout tant pis si j'ai pas assez d'heures de sommeil c'est
super beau
Bienvenue snifsnouf


masquerade
Mini-BN
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t65-those-who-pretend-to-be-strong-never-really-are-heileenhttp://astrophelcity.forumactif.org/t95-kind-heart-brave-mind-fierce-spirit-heileen-rs
Date d'inscription : 17/08/2015
Messages : 557
Dollars : 291
Crédits : bunny
Mini-BN
MessageSujet: Re: lost boys like me are free ☆ prince miles   Jeu 11 Oct - 8:03

Bjr je t'aime déjà sob
Hâte  d'en savoir plus sur ce personnage ultra prometteur ;;;;;;
BIENVENUE SINON Have fun sur Astro !! Heart Heart Heart


- 5 Roses de Seth, Hikari, Romeo, Mikhaïl & July ♥ -

Lonely for you only :
 
BFF POWA :
 
Autres :
 


Citoyens
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t892-unstoppable-min-soohttp://astrophelcity.forumactif.org/t912-kindness-always-min-soohttp://astrophelcity.forumactif.org/t611-topic-rps-et-chronologies-meera-co#5976
Date d'inscription : 03/07/2018
Messages : 23
Dollars : 21
Crédits : bby bro ange ♥
Citoyens
MessageSujet: Re: lost boys like me are free ☆ prince miles   Jeu 11 Oct - 12:00

BIENVENUUUE ♥
Trop contente de te voir parmi nous, depuis le temps que Rom' parle de te ramener sur Astro eheheh /dies
Bon courage pour la suite de ta fiche, j'ai hâte d'en lire plus sur ton perso !!


Citoyens
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t1060-visions-of-gideonhttp://astrophelcity.forumactif.org/t1063-encore-un-soir
Date d'inscription : 28/09/2018
Messages : 30
Dollars : 23
Crédits : t.brownie le sang.
Citoyens
MessageSujet: Re: lost boys like me are free ☆ prince miles   Jeu 11 Oct - 12:52

coucou à toi Heart

bienvenue ici!! rom m'a dit plein de bien de toi donc j'ai hâte de voir cette fiche finie hihi, si t'as besoin d'aide dans tes recherches/de précisions n'hésite pas à m'envoyer un MP ici ou sur discord Yes2

bon courage pour la suite, réserve moi un lien Blush2
Persona (super)
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://astrophelcity.forumactif.org/t906-noah-anchored-in-anger#8304http://astrophelcity.forumactif.org/t932-noah-l-enfant-roi#8482
Date d'inscription : 10/07/2018
Messages : 42
Dollars : 27
Crédits : t.brownie (meera d'amour) ♡
Persona (super)
MessageSujet: Re: lost boys like me are free ☆ prince miles   Jeu 11 Oct - 21:47

aww cette fiche est beaucoup trop cool et originale et htyrbtevrze j'ai hâte de pouvoir lire l'histoire parce que voilà c'était tellement fluide à lire ;; ♡

du coup bienvenue sur le foruuuum
j'ai hâte de voir sasha évoluer inrp olalala
du love


Y O U R ♔ K I N G
Citoyens
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 06/10/2018
Messages : 17
Dollars : 10
Crédits : 墨一良丶
Citoyens
MessageSujet: Re: lost boys like me are free ☆ prince miles   Ven 12 Oct - 22:06

Bienvenue ! Un personnage trans c’est vraiment pas commun c’est super intéressant je trouve Happy2
Bon courage pour le reste de ta fiche Tongue



they say luna tears can make all your wish come true
élève à l'Académie
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 10/10/2018
Messages : 13
Dollars : 10
Crédits : saul (av)
élève à l'Académie
MessageSujet: Re: lost boys like me are free ☆ prince miles   Dim 14 Oct - 17:34

Je passe avec du retard, mais je tiens vraiment à vous remercier pour l'accueil, je sors d'un endroit qui m'a fait oublier que les forums pouvaient être merveilleux, donc merci de me redonner foi en l'humanité et d'être aussi géniaux, de m'avoir fait sourire quand les derniers jours étaient difficiles. Blush Par contre, j'aimerais bien savoir ce que Rom a dit sur moi, parce qu'elle n'a toujours pas compris qu'entre nous deux, c'est elle, la plus fabuleuse. ♡♡


Nedjma + Merci pour ton commentaire et ton soutien qui a fait revivre mon coeur nécrosé, j'ai lu des passages aussi de ta fiche et ton personnage est simplement fou, j'aime ta plume, tes choix, ton esthétique, toi ~ Pour répondre à ta question et tuer le suspens, j'ai longuement hésité à prendre le Prince Miles, à la base, j'avais fait sa fiche, mais bon, mon cerveau est allé ailleurs et qui sait, un potentiel DC, à voir dans tous les cas. Cool3

RomRom + JE T'AIME AUSSI, MAIS J'AIME ENCORE PLUS MON ANCIEN FORUM QUI A EXPLOSÉ ET QUI NOUS A FAIT NOUS RETROUVER DANS UNE EXPLOSION D'AMOUR. ♡♡ C'est super de se retrouver après ces années, j'ai véritablement hâte de recroiser ta plume, je ne tiens plus en place, je sais que tu t'es beaucoup améliorée, donc ce sera chouette de jouer avec ta meilleure version de toi-même. Je suis contente que tu aimes le personnage parce que s'il est si beau, c'est grâce à toi, merci de ton amour, de ton aide, de ta vie, de ton être, à tes parents qui t'ont fait naître, BREF. What a Face Je ne peux qu'approuver le prénom, Roman, j'ai des souvenirs de mes vingt ans (même si le tien semble plus agréable que le mien) (et encore plus beau, j'en suis certaine.) Amour sur toi mon biscuit, mon chocolat, ma friandise, confiserie, petite douceur dans un monde de brutes. Love

Drew + Je crois que ce sont les mots les plus doux que quiconque n'ait jamais posté sur ma fiche. Genre à vie. Donc je ne peux que te remercier, espérer que tu as bien dormi, que tu mènes la plus belle des vies, tu es un rêve éveillé qui doit être protégé avec amour et à tout prix. Cute

Heileen + Bjjrrr, l'amour est réciproque, épouse-moi What a Face What a Face  /out
Merci pour ton message, pour ton accueil, tu as l'air douce comme un coeur, le choix du nom de ton personnage est sublime, et ta gentillesse me fait trop de bien, tu mérites le monde. Pour le moment, je vous trouve merveilleux (pour le moment, mdrrrr Sick2  ) (pour le moment qui durera toujours, je sais que vous l'êtes Heart ), et j'espère que le personnage sera à la hauteur de vos attentes et de ceux que vous incarnez parce que vous êtes mirifiques. ♡♡

Min-Soo : Comme quoi elle obtient toujours ce qu'elle veut, mais en même temps, on ne peut rien lui refuser, elle est si tendre, si douce et si parfaite, cette petite.♡ Mais merci de ton accueil, je suis trop contente d'être parmi vous aussi !!! ;;

Ariana : Rom m'a aussi parlé en bien de toi, je te remercie pour les mots et les réflexions qui m'ont beaucoup fait réfléchir, elles étaient nécessaires, donc je te suis reconnaissante de m'avoir aidé à m'améliorer en tant que rôliste, mais surtout en tant que personne. Ce serait un plaisir de discuter avec toi, et si jamais quelque chose ne te semble pas cohérent ou n'importe quoi, n'hésite pas à me contacter non plus.
(Je te réserve un lien si tu me réserves un RP. À bon entendeur, je veux te croiser en jeu. Heart Heart )

Noah : Je te remercie pour les compliments, je suis vraiment ravie que cela te plaise et je suis en amour de ta signature, Alex Andersen, cette perfection, cet amour de ma vie, t'es le King du bon goût, allez des coeurs, on oublie le Shield Wall, Love wall for u and only. ♡♡♡♡♡♡

Boel : Merci beaucoup, je pense que la représentation est nécessaire, et je suis contente si tu aimes. Heart J'adore ton avatar en passant, je ne le connaissais pas du tout, mais elle me fait penser à Aurora Aksnes. Que d'amour sur toi. ♡♡♡♡

L'histoire ne tardera pas, encore merci à vous tous pour le bel accueil, vous êtes bae. ♡♡♡♡
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: lost boys like me are free ☆ prince miles   

lost boys like me are free ☆ prince miles
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Astrophel City :: HORS RP - PREMIÈRE PARTIE :: Présentations :: Fiches validées :: Académiciens-